• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il croire en Dieu ?

Faut-il croire en Dieu ?

Quand l’humanité et les autres espèces qui peuplent notre planète atteignent un état de dégradation, de violence et de désordre généralisé, comme jamais n’en ont connu les civilisations ayant laissé des traces de leur passage, le doute n’est plus permis ; Dieu ne peut exister ; ou alors il n’a rien à voir avec ce qu’enseignent les religions et ce qu’en pensent ceux qui seraient ses créatures.

Le Christianisme n’a pas été le premier credo, et n’est pas le seul, dont se soit doté l’homme pour satisfaire sa spiritualité, considérée ici comme cette faculté dont il semble avoir l’exclusivité parmi toutes les espèces peuplant la planète, et par laquelle il tente d’expliquer ce qu’il ne peut comprendre. Ayant conscience de lui-même au sein d’un tout dont il ignore objectivement l’après et entrevoit péniblement l’avant avec l’aide de la science, il vit depuis qu’il existe dans une angoisse existentielle à laquelle il ne peut répondre que par sa sensibilité et son imagination, assujetties à ses émotions et à ses sentiments, eux-mêmes brouillés par sa crédulité voire par ses superstitions, sans omettre ses difficultés à se remettre en cause. C’est ainsi qu’entre un bien et un mal conditionnant sa vie en société, il parvient à effectuer le bref parcours allant de sa naissance à sa mort, face aux mystères d’un au-delà que ceux qui s’en font puérilement les codificateurs – non sans en tirer un considérable pouvoir temporel – lui présentent comme la récompense ou la punition de son comportement ici-bas.

Sans compter les courants de pensée interprétés comme des religions et qui n’en sont pas, n’ayant pas été jusqu’à se doter de dieux, la connaissance de la Vérité n’a jamais manqué de prétendants qui ont propagé des doctrines, des plus sommaires aux plus élaborées ; aux rites aussi nombreux que variés ; aux dogmes établis sur des références plus indiscutables les unes que les autres ; qu’elles aient été révélées ou spontanées, de transmission écrite ou orale. Sous la conduite de leurs prophètes et de leurs prêtres, le nombre et le zèle de leurs adeptes ont fondé concurremment le pouvoir de chacune, la plus puissante étant appelée à sauver Dieu par une fusion de toutes leurs croyances en une seule. Serait ainsi enfin honoré, dans un monothéisme achevé, le Créateur de lui-même avant d’avoir été celui de l’univers, dans son infinie bonté.

Et c’est là qu’est l’essentiel de la métaphysique. Si la bonté est absente de la création, comme peuvent l’observer ceux dont la foi ne ruine pas la raison, l’homme a bien dû l’inventer. En d’autres termes, s’il est démontré que la bonté n’existe pas originellement, elle ne peut être qu’une trouvaille de l’homme. Qu’en est-il alors d’un Dieu de miséricorde et de tout ce qui s’en réclame ?

Or la bonté divine au sens large ; recouvrant miséricorde, amour, compassion, mansuétude, pardon, etc. n’existe pas dans la nature. La simple observation de la condition humaine le démontre parfaitement et un dieu lui-même n’y pourrait rien changer. Comme pour toutes les espèces peuplant l’univers connu, le sort de chaque être vivant est soumis, avant toute autre considération, aux hasards de sa naissance, quels que soient ses talents et les circonstances dans lesquelles ils s’exprimeront ensuite. Étant par ailleurs démontrable* que tout déclassement de l’un des occupants de la pyramide sociale dans un sens entraîne – à population égale –, le déclassement d’un autre en sens inverse, en quoi consisterait la bonté divine ? Se réduirait-elle à la promesse du pardon inconditionnel de péchés qui n’ont pu être commis que selon Sa volonté, laquelle dote chacun de sa capacité de céder ou de résister à la tentation ? À quoi la foi répond par ses mystères. Pour le pragmatique, reste à constater que dans Son infinie bonté, le Créateur de toutes choses ait donné vie à des êtres auxquels il accorde une durée de vie de quelques décennies dans un univers où le temps se compte en années lumières ? En d’autres termes, Il les ferait naître pour mourir aussitôt, en accordant à tous, de l’enfant – voire du fœtus pour certains – au vieillard, du débile au génie, juste le temps de faire un bien et un mal définis par eux-mêmes, en vue d’une récompense ou d’une punition dans l’au-delà. Une telle occupation paraît bien puérile, pour être celle d’un Dieu ! Et où se trouve alors alors cette liberté qu’aurait l’homme de choisir ou simplement d’influencer son propre destin, temporel comme éternel ?

D’ailleurs, cette spiritualité qui naît avec chacun d’entre nous et lui permet de donner plus ou moins libre-cours à ses croyances, ne fait-elle pas appel à un échange neuronal, qui cesse dès que le cerveau n’est plus alimenté en énergie ? L’existence comme la non-existence de Dieu repose donc sur cette fonction cérébrale. Autrement dit, la foi et son contraire, comme le doute, aboutissent à l’impasse qu’est la mort ; même quand, pour tenter d’y faire échapper l’esprit, la mémoire de chacun est érigée en âme, avec autant de romanesque vanité que d’inégalité. Sans compter la question subsidiaire à laquelle engage l’humilité : Pourquoi l’homme se distinguerait-il de tout ce qui peuple l’univers, au point de se voir promettre une existence éternelle, alors que son espèce disparaîtra un jour, avec l’âme qui y serait attachée et son habitat qu’est la Terre, sans que le cosmos n’en manifeste davantage d’émoi que pour la disparition de n’importe quelle étoile, comme il s’en produit à chaque instant.

Faut-il pour autant souhaiter la disparition des religions ? Question dénuée de sens. Pour que l’humanité ait pu profiter au cours des siècles d’un progrès indéniable, il a fallu un minimum d’ordre. Or c’est parce que les religions y ont aidé le pouvoir politique, non sans employer la force en bien des circonstances, que cet ordre a régné. Le pouvoir temporel a très tôt compris l’avantage qu’il pourrait tirer d’une alliance avec le religieux pour soumettre les peuples, et c’est ainsi que l’Église à fait les rois, qui avec son aide ont dominé les peuples. Ces pouvoirs se sont depuis appuyés l’un sur l’autre, et c’est par “l’alliance du sabre et du goupillon”, dénoncée par les anticléricaux, qu’a tant bien que mal perduré jusqu’ici leur exercice, pour le bien commun. Il n’en demeure pas moins que la vigilance s’impose et qu’une lutte sans merci doit être livrée :

- À un obscurantisme, que le christianisme a manifesté de manière assez évidente pour qu’il soit inutile d’entrer dans les détails, mais dont l’exemple le plus préjudiciable est la prolifération humaine au détriment, non seulement de l’espèce elle-même, mais de la planète et de tout ce qui l’habite. La démesure de cette population doit tout en effet aux encouragements de religions, plus soucieuses du nombre de leurs adeptes que de leur bonheur, et par là même du respect de l’environnement. Il n’est pas une confession qui n’ait pour premier souci l’accroissement du nombre de ses adeptes. Le “croissez et multipliez” de l’une et la promesse de “la conquête du monde par le ventre de leurs femmes” des autres en est l’affirmation.

- Aux atteintes à la liberté de pensée – condition première du progrès scientifique et technique –, engendrées par un prosélytisme non sans rapport avec le point précédent. Des sectes naissent, qui ne sont le plus souvent que des émanations plus ou moins autorisées des religions établies, mais la montée du sentiment religieux partout dans monde, face à son insécurité croissante, s’exprimant par la multiplication des croyances et de leurs adeptes, s’accompagne d’une intolérance qui menace chaque jour un peu plus ceux qui prétendent penser par eux-mêmes. L’athéisme et l’agnosticisme ne sont-ils pas d’ores et déjà passibles de prison, voire de la peine de mort, dans certains pays ?

- L’ignorance sous toutes ses formes, parce que cause première de l’abandon des individus à leurs émotions et à leurs sentiments, qu’exploitent tous les pouvoirs.

 

* Cf. “Précis de pyramidologie sociale”

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

293 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 1er juin 2018 19:03
    Votre article me fait penser à un dessin datant de l’époque du film « Les demoiselles de Rochefort ».
    Dessin dû au talent de Reiser ou Cabu, je ne me souviens plus très bien.

    On y voit un curé, un imam et un rabbin qui dansent en chantant :
    « Nous sommes des frères jumeaux
    De la famille des escrocs ... »
    .
    Il n’y avait sans doute pas assez de place sur le dessin pour y mettre pasteur, pope et autres gourous.

    • Dzan 2 juin 2018 08:29
      @amiaplacidus
      Je plussoie
      Il était où votre dieu lors du massacre de Béziers en 1209. "Tuez les tous Dieu reconnaîtra les siens.
      20 000 personnes passées au fil de l’épée ?
      Où était ce dieu lors des massacres, commis par les conquistadors, précédés de missionnaires portant un croix. ?
      Où était votre dieu, dans les camps de concentrations. ?
      Où était votre dieu, à Dresde à Hiroshima, à Nagasaki. ?
      Où était ce fameux dieu au Rwanda, au Kosovo, etc...etc.. ?.

    • Christ Roi Christ Roi 2 juin 2018 19:40
      Il ne se passe pas une journée sans qu’un athée haineux (pléonasme) nous ponde un article contre la religion. si celle-ci doit disparaitre, ce n’est certainement pas dans leur tête, ils ne pensent qu’à elle ! 
      On voit bien que même avec leur esprit complètement dégénéré par la télé et l’Education Nationale, les athées s’aperçoivent que l’effondrement de notre société coïncide avec l’athéisme d’Etat, ( ce que l’Eglise avait prévue depuis 2000 ans en parlant de la construction des tours, l’exaltation de la sodomie, etc.). Alors ils s’affolent et cherchent à se rassurer avec ces articles délirants qui ne les convainc même pas eux-même. Bref, la fin est proche pour les mensonges, tout va super bien ! smiley

    • mmbbb 3 juin 2018 11:08

      @Christ Roi en te lisant on regrette simplement que les revolutionnaires francais aient mal fini le boulot Ils auraient du ébouillanter tous les cure sles prelats les cardinaux etc et abattrent les eglises les cathedrales et comme le fit Savonarole dans un gisgantesque autodafé bruler toutes les bondieuserie Le debat serait clos Quant aux degeneres n ieme rappel https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Le-proces-cardinal-Barbarin-reporte-janvier-2019-2018-04-04-1200929043
      Ducon je n ai pas vu a la tele puisque tu pus la mauvaise foi catholique mais dans un journal catho dont les journalistes sont au moins honnête Les degeneres on peut ouvrir le debat Un goupillon dans ton fion comme ces cures pedophiles


    • Konyl Konyl 4 juin 2018 16:27

      @Christ Roi

      Athée Haineux (pléonasme) vous confirmez donc que selon vous croire en dieu est obligatoire. Belle ouverture d’esprit.

      « L’exaltation de la sodomie », ça vous décoincerait un peu visiblement.

      Dieu est bonté ? Dieu est amour ? Que fait Abraham à Isaac pour montrer son engagement sans faille à ce dieu ? Allez donc vous mettre sur un croix et laisser vous sécher au soleil, vu que pour vous, vous reviendrez dans 3 jours :)

      Vous incarnez parfaitement la violence, l’extrémisme.


    • Homphilo 4 juin 2018 20:22

      @Christ Roi hou quelle haine.quel melange debile.tours sodomie etc.la croyance monotheiste est la plaie de notre societe et elle l a toujours été.le monotheisme a toujours proné l intolerance et l obscurantisme ( surtout la chrétienté) à bruler les ecrits des philosophes de l antiquité..pourquoi ??? peur que l on trouve ses thèses debiles ??


    • Pere Plexe Pere Plexe 1er juin 2018 19:38

      ...parce que ça rend intelligent ! 

      Mention spéciale à l’auteur pour la religion source de progrès.
      C’est beau (et crédible) comme un prêche de Baghdadi.

      • Claudec Claudec 1er juin 2018 20:34

        @Pere Plexe


        L’auteur se permet de vous recommander de le lire un peu plus attentivement. Ça vous évitera d’écrire n’importe quoi.

      • mmbbb 2 juin 2018 12:30

        @Claudec c est l avènement de la science qui a façonné notre monde Vous devriez relire l eouvre au noir de cette grande dame M Youcenar La thematique est exactement cela l émancipation de l esprit face au dogmatisme religieux Zenon ne put helas echapper a la mort il fut condamner comme hérétique Votre article est timore La religion catho a ete sclerosante . Seul les bons rois cathos pouvait forniquer guerroyer et faire bombance . 


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 2018 12:38

        @mmbbb

        Bonjour. En effet, très grand roman.


      • Claudec Claudec 2 juin 2018 13:50

        @mmbbb


        La science a transformé le monde, après son façonnage par les religions.
        Les bons rois cathos forniquaient, guerroyaient et faisaient bombance, pendant que la religion veillait.
        Et l’avènement de la science doit beaucoup aux religions qui ont barré la route à la barbarie, lui permettant tant bien que mal, souvent à regret, de prendre son essor.
        De nos jours, en certains endroits, les religions sont encore le rempart le plus efficace contre la barbarie, même – et peut-être surtout – quand cette dernière leur emprunte leurs formes les plus radicales et primitives.

      • Jeekes Jeekes 2 juin 2018 15:07

        @Claudec
         
        ’’Les bons rois cathos forniquaient, guerroyaient et faisaient bombance, pendant que la religion veillait.’’
         
        Meuh nan. D’ailleurs, elle veillait à quoi la religion ?
        Parce que pendant ce temps-là, la ’’religion’’ forniquait, faisait bombance, s’enrichissait honteusement et faisait guerroyer les autres pour son plus grand profit.
         
        Et la liste de leurs saloperies, serait bien trop longue pour que je puisse l’énumérer ici.
        Qu’ensuite vous disiez que quelques uns parmi ces gens-là, ont fait preuve de charité, de bonté, et permis l’avènement d’une partie des sciences et une toute autre affaire.
         
        Qui n’a pas grand chose à voir avec la ’’religion...’’
         


      • Claudec Claudec 2 juin 2018 17:00

        @Jeekes


        Le sacre des rois n’a pas été une affaire anodine en termes de civilisation, en occident et bien au-delà, donc d’ouverture au progrès scientifique et technique, pour le bénéfice de tous. Dommage qu’il ne se soit pas accompagné du même progrès des mentalités.
        Mais que ceci ait eu lieu au prix de « saloperies » en tous genres ne change rien à l’affaire. Le religieux comme le laïc sont des êtres humains.
        Le résultat est que de nos jours, nul ne peut raisonnablement espérer voir l’humanité se dépouiller de sa spiritualité, quand au contraire sa montée n’a jamais été aussi grande, pour le meilleur et pour le pire.
        Reste à faire avec, en continuant de combattre l’obscurantisme (pas seulement religieux) et à lutter pour la liberté de pensée, par l’instruction et l’éducation plutôt qu’en ressassant ses rancœurs.


      • OMAR 2 juin 2018 20:48
        Omar9
        .
        @Pere Plexe
        .
        c’est encore plus beau (et plus crédible) comme l’enseignement sexuel de ce prêtre français... pédophile :
        https://www.lci.fr/faits-divers/haute-loire-il-aurait-abuse-de-40-enfants-en-guinee-un-pretre-pedophile-francais-mis-en-examen-pour-viol-sur-mineur-au-puy-en-velay-2063949.html

      • Eric F Eric F 3 juin 2018 10:00

        @Jeekes

        « elle veillait à quoi la religion ? »
        Du temps des rois, la religion assurait notamment la « sécurité sociale » : écoles, soins,ordres religieux caritatifs, organisation du défrichage et de la mise en culture... Ses richesses étaient utilisées pour construire des monuments publics, contrairement aux palais des rois, le peuple entrait dans les cathédrales.
        L’enseignement entrainait la science, certes il y a eu des entraves lorsqu’elle heurtait les dogmes, mais même à l’époque récente, Mandel (théoricien de l’hérédité) et Lemaitre (physicien, expansion de l’univers) étaient des ecclésiastiques.

      • mmbbb 3 juin 2018 10:46

        @Claudec relire l histoire de la science Le cas d ’ ecole de ce cher Galilée. Il est le pionnier de la science moderne Il dut passer devant le Saint Office afin de se justifier Il est vrai que l eglise ayant évolué , il n a pas ete condamne comme heretique mais il dut se resigner a ce conformer au diktat di Saint Office . Il fut mis en residence surveillé . IL y eut d ailleurs un tres bon film a ce sujet . https://www.youtube.com/watch?v=19cUtss1ga8 Il faudrait eviter d avancer les contre verites . Votre copain l integriste catho la mouche du coche qui a dut prendre un nouveau christ roi ? n arrive pas a tenir un langage rationnel lorsqu un article sur Darwin est publié Ce grand savant hormis les lazzis n a pas eu de rendre compte a l eglise.   De notre epoque je retiendrais la bataille acharnée sur l adoption de la pilule et par la suite l avortement . Les cathos integrisyes insulterent S WEIL a l assemblée nationale Il faudrait eviter de nous raconter de douces chansons . Quant a la barbarie vaste debat les religieux se sont livres a des actes barbares Je vous rappellerai la guerre Palatine sous Louis XIX, ce bon roi catho . De ce massacre est ne l animosité entre nos deux peuples .


      • Claudec Claudec 3 juin 2018 11:16

        @mmbbb

        « ... Il n’en demeure pas moins que la vigilance s’impose et qu’une lutte sans merci doit être livrée :

        - À un obscurantisme, que le christianisme a manifesté de manière assez évidente pour qu’il soit inutile d’entrer dans les détails, mais dont l’exemple le plus préjudiciable est la prolifération humaine au détriment, non seulement de l’espèce elle-même, mais de la planète et de tout ce qui l’habite. ... »

        Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ?


      • tugehela@ethersportz.info 1er juin 2018 19:39
        Or la bonté divine au sens large ; recouvrant miséricorde, amour, compassion, mansuétude, pardon, etc. n’existe pas dans la nature.

        Oui et non n existe pas ou n est pas necessaire ? alors oui elle est necessaire a l ordre d une societe evoluee, d ailleur l empathie est plutot spontanee et ce comportement se retrouve chez l animal, meme entre especes differentes ...

        Donc ce n est pas si simple, il est trivial de penser que l ordre religieux supplée l ordre et loi que l on s inflige, inflige car imposes, car comme la naissance le choix n est pas a l ordre du jour.

        En conclusion c est simple, la confusion est celle qui subsiste (encore a notre epoque) entre spiritualité et religion,et demande a s affranchir de notre finitude, pas en croyant a notre résurrection, ou toutes sortes d enfantillage que l on nous vend, mais en sublimant notre condition, comment ? servez moi un autre pastis, car c est une longue histoire



        • Claudec Claudec 1er juin 2018 19:53

          @tugehela@ethersportz.info


          L’empathie n’est-elle pas aussi éloignée de l’amour, que l’homme l’est des autres espèces animales, au moins en ce qui concerne la spiritualité ?

          Et il ne doit pas y avoir confusion entre religion et spiritualité ; il suffit que celle-ci mène à celle-là, avec l’aide de ceux qui y ont intérêt.


        • Hecetuye howahkan 1er juin 2018 19:56

          @tugehela@ethersportz.info


          Salut, tu dis : Or la bonté divine au sens large ; recouvrant miséricorde, amour, compassion, mansuétude, pardon, etc. n’existe pas dans la nature.

          hum..ce n’est pas parce que « cela » n’a pas croisé ton chemin que cela n’existe pas ..

          tu ne peux faire un absolu avec ton histoire personnelle pour le coup relative..


          si je puis me permettre ..

          « cela » a croisé mon chemin, dans des circonstances précises plusieurs fois , voir mes articles, comme celui d’autres, de plein d’autres, mettons de coté les menteurs et charlatans bien sur il y en a des tonnes surtout dans les religions organisées mais pas seulement ..mais ces moments n’ont rien en commun avec aucune religion humainement créée est ce que je sais pour moi....cependant certaines paroles font écho car dans les mythes et légendes il y a souvent à l’origine le vrai , une experience réelle...etc

          cela ne va rien dire aux autres, sauf à ceux qui ont vécu aussi ce dont je parle ...

          mais je ne vais pas développer il y a assez de sujets de discorde partout...on en a pour des millénaires a régler ..

          là c’est juste que le maître qui a pour religion moi moi moi moi et l’excellent veau d’or veut se débarrasser e ce qui autrefois l’a bien aidé à entuber une majorité

          bon etc ..

          respect et robustesse..

        • tugehela@ethersportz.info 1er juin 2018 19:59

          @Claudec
          merci très bon point, aussi on peut questionner l utilité d une société avancée, est-elle ds l’ordre naturelle des choses ? comme quoi naturel ne veut rien dire sauf si comme les francs-maçons on réduit dieu a un ordre et constante de Planck, voir une balance et un compas, l architecture me passionne mais suffit-elle a justifier une vie de miséricorde ? si notre seule destinée est de comprendre, ça ne m intéresse pas, c est un avis très personnel.


        • tugehela@ethersportz.info 1er juin 2018 20:02

          @Hecetuye howahkan

          bonsoir (on sait deja croise plusieurs fois)
          L article dit ’Or la bonté divine au sens large ; recouvrant miséricorde, amour, compassion, mansuétude, pardon, etc. n’existe pas dans la nature.’ pas moi, mais c est une question pertinente car elle souleve un millaird de questions derriere ...
          Merci de me lire, echanger nos intelligences en cree une autre, et seule l acte de creation m interesse


        • Claudec Claudec 1er juin 2018 20:39

          @Hecetuye howahkan

          Ce n’est pas une question de perception personnelle. La bonté n’existe pas dans la nature, parce que la nature n’a rien à faire du bien et du mal, du bon et du mauvais. C’est comme la vie, qui n’est ni belle ni moche ; elle est, tout simplement, et chacun de nous fait de la sienne ce qu’il sait, ce qu’il peut ou au mieux ce qu’il veut en faire.

        • Claudec Claudec 1er juin 2018 20:46

          @tugehela@ethersportz.info

          Je serais plutôt du genre à ne rien avoir à cirer de l’architecte, pour m’écezrtuer à comprendre ce qui m’est arrivé à l’instant que le hasard a choisi pour me me faire naître, et dans ma condition plutôt que dans une autre (meilleure ou pire). 

        • Sozenz 1er juin 2018 21:01

          @Claudec

          que le hasard a choisi pour me me faire naître,

          le hasard ne choisit pas , il s effectue .
          hasard : lancé de dé .

        • Hecetuye howahkan 1er juin 2018 21:09
          @tugehela@ethersportz.info

          je comprends...je ne lis jamais claudec en fait depuis un moment, bien que nous ayons eu des échanges corrects son obsession étant de diminuer la population terrestre, on sait ou cela mène , et qui mène cela ..j’ai juste piqué ton mot qui m’interpellait ..factuellement
          d’où la méprise, désolé bien sur..

          depuis le siecle des lumieres la noirceur s’est abattue sur la planète pire que jamais depuis des millénaires et quand je la croise des fois je mets ma petite bouse ..

          mais en fait je ne le dis pas souvent voir rarement mais la plupart des personnes ne parlent que intellectuellement sur ces sujets, il n’y a rien derrière aucun fait juste du bla bla .., moi comme certains non sur cs sujets ...par expériences très profonde...répétées..et je suis très loin évidemment d’être le seul, il y a un tas de gens inconnus qui savent cela...

          « cela » ne peut être l’objet de désir, interdit à l’ intellect donc , long sujet j’en parle mal et trop succinctement dans mes articles..je n’aime pas écrire , je suis un orateur ..difficile ici sur un site de guerre et par écrit..

          merci de l’échange..

          je te salue bien sur..

          @ 1 de ces jours

        • Claudec Claudec 1er juin 2018 21:23

          @Sozenz
          Objection reçue, pour réflexion approfondie, bien que je ne vois pas pourquoi le hasard, dont nous ne savons rien par définition (sauf pour qui le nomme Dieu ; je vous vois venir), ne choisirait pas plutôt que de s’effectuer.

          D’ailleurs est-ce le hasard qui s’effectue, ou sont-ce ses décisions (qui ne pourraient relever que de choix, donc de décisions) ?
          Quoi qu’il en soit qu’est-ce que ça change à l’ensemble d’un paysage qui a infiniment plus de faces qu’un dé ?

        • tobor tobor 2 juin 2018 00:10

          @Claudec
          Il me semble plutôt que ce qu’on nomme « le hasard » est toujours la conséquence logique de multiples phénomènes subtiles trop compliqués à débusquer, calculer, analyser jusqu’à pouvoir les modéliser et assurer des prévision à 100% exactes. Le hasard se passe sans aucun choix, juste dans l’obéissance aux « lois » de la physique et de la chimie.
          .
          C’est notre paresse, ignorance ou notre incapacité à prendre en compte tant de paramètres qu’on préfère appeler « hasard » ou à défaut, préférer se sentir réconforté d’être du côté d’une entité qui n’a ni cette paresse, ignorance ou incapacité et aurait (ou serait actuellement toujours en real-time) fait tous les choix pour modéliser l’ensemble : « Dieu » (option qui me semble complètement farfelue)


        • tugehela@ethersportz.info 2 juin 2018 00:14

          @Claudec


          Le hazard ? semblerait que l on soit programme plutot,, pour quoi ? pour quel but hasardeux ? notre champ de vision pourrait etre recurrent, voir a l infini, comme les multi univers, reste que notre revolte se limite a notre champ des possibles, alors notre seul choix est de vivre l impossible, ou l on devient fou, la folie etant notre raison car elle a un horizon , meme infini il faudra le depasser, car tout concept a une fin ... eh eh
          Le Christianisme nous prêche un amour universelle, peut-il se sus-tenir seul, et surtout par quelle loi gravitationnelle, qui pourrait le définir sans l associer a la souffrance, peur, lutte, ou manque, on nage ds un océan de paradoxes, et chapelet de concepts en exergue.
          J’ai pas de reponse
          Bien a vous

        • Claudec Claudec 2 juin 2018 05:17

          @tobor


          Plutôt d’accord avec vous, la première paresse de l’homme étant selon moi de ne pas faire l’effort de chercher à savoir ce qu’est fondamentalement sa propre condition avant de prétendre en changer.
          C’est ce que je m’efforce de faire, dans la mesure de mes modestes moyens, ICI ou .

        • Claudec Claudec 2 juin 2018 05:35

          @tobor


          Cette réponse n’est-elle pas dans la prise de conscience de ce qu’est, aussi fondamentalement qu’incontournablement la condition humaine ? En se préoccupant du champ des possibles qu’est précisément la condition humaine, quelle que soit l’origine de cette notion d’amour, probable (et louable) invention des hommes.
          Voir à ce sujet mon « Précis de pyramidologie sociale ».


        • Jean Keim Jean Keim 2 juin 2018 07:40

          @Claudec
          Le hasard ne choisit pas sinon ce n’est plus le hasard.


          Dans une destinée d’homme, rare est celui qui s’en remet au hasard, c’est le propre d’un esprit totalement silencieux, les petits oiseaux – mais pas qu’eux – ne s’inquiètent pas du lendemain, ils savent que tout leur sera donné y compris le dernier souffle de leur vie.

          Sans l’intelligence du hasard y aurait-il un univers ?
          Sans l’intelligence du hasard, la vie aurait-elle ensemencé l’univers ?
          Sans l’intelligence du hasard auriez-vous pu écrire votre article ?

        • Claudec Claudec 2 juin 2018 08:06

          @Jean Keim

          Qui prétend que le hasard choisisse ? Il n’en a aucun besoin puisqu’il est le hasard.

          Et il n’est pas question ici du hasard tel qu’il peut se manifester au cours d’une existence, mais de celui qui assigne à chacun, à sa naissance, sa place dans l’univers, et plus particulièrement pour l’être humain, dans la pyramide sociale, quels que soient les avatars de son existence ensuite.

          Qu’entendez-vous exactement par « intelligence du hasard » ? Comment, ne pouvant choisir, peut-il être doté d’une intelligence ? Ou s’il est intelligent, comment et pourquoi n’appliquerait-il pas cette intelligence à opérer des choix ? Qu’est-ce qui le lui interdirait ?

        • Jean Keim Jean Keim 2 juin 2018 10:12

          @Claudec

          Si vous admettez que le choix est le propre d’une intelligence alors effectivement le hasard n’est pas intelligent, mais l’intelligence doit-elle obligatoirement procéder à des choix ? Faire un choix est une décision qui procède d’un esprit indécis, en désarroi, seul cela qui est totalement libre peut laisser le hasard agir comme l’un des facteurs de la création, au même titre que l’évolution ou des lois physiques. 

        • Claudec Claudec 2 juin 2018 11:26

          @Jean Keim

          Vous n’avez pas répondu à la question « Qu’entendez-vous par »intelligence du hasard ?"
          Si l’intelligence est l’aptitude à dépasser le raisonnement sans perdre le sens des réalités, alors le hasard ne saurait être intelligent puisque, par définition, il ignore autant la raison que les réalités.

          Par ailleurs, en quoi l’intelligence serait-elle obligée de procéder à des choix ? Elle en a simplement la possibilité de le faire autant que de besoin.

          Enfin, je ne vois pas en quoi faire un choix est une décision « procédant d’un esprit indécis, en désarroi ». Le choix ne requiert-il pas au contraire décision et assurance ?

        • Jean Keim Jean Keim 2 juin 2018 12:10

          @Claudec
          Et bien si pourtant ! Seule une véritable intelligence est capable de laisser le hasard agir sans interférence.

          Un choix vient toujours en réaction d’une décision s’appuyant sur le raisonnement, donc sur le cheminement d’une pensée reflétant ce qu’elle pioche dans des savoirs, plus le raisonnement est dense et plus c’est le savoir qui s’exprime au détriment de l’intelligence, évidemment c’est la perception que j’ai de l’intelligence.

        • Pere Plexe Pere Plexe 2 juin 2018 13:04

          @tugehela@ethersportz.info
          Surtout il est cocasse, pour un catho, d’opposer le naturel et le divin.

          C’est admettre une autre puissance universelle échappant, voir s’opposant, à Dieu.
          On est loin du Dieu unique et tout puissant.


        • Claudec Claudec 2 juin 2018 13:08

          @Jean Keim

          Mais le hasard n’a que faire des interférences, puisque précisément il est hasard ; se manifestant n’import où, n’importe comment, n’importe quand ; sans causes, sans choix ni décision, sans ordre ni désordre, ... simplement par hasard.

        • tugehela@ethersportz.info 4 juin 2018 20:51

          @Pere Plexe
          bien vu c est un des tous premiers paradoxes


        • Matlemat Matlemat 1er juin 2018 19:52

           Dans deux mille ans ont y sera encore, tant que l’on donne pas les outils aux gens pour penser par eux mêmes, tant que l’on laissera des parents inculquer leur croyances d’un autre âge à leurs enfants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès