• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faut-il faire entrer des dealers au gouvernement ?

Faut-il faire entrer des dealers au gouvernement ?

Faut-il faire entrer des dealers au gouvernement ?

Il existe en France de nombreux services (police, gendarmerie, douanes, et services spécialisés) qui luttent contre le trafic de drogue. Et la France participe à de très nombreux organismes internationaux qui ont la même vocation.

Le résultat, malgré la bonne volonté déployée, est plutôt décevant.

L’idée que les postes de conseillers, voire des postes de dirigeants de ces services et organismes soient confiés à des dealers de drogue, ou à ceux des banquiers qui recyclent l’argent du trafic, n’a jamais été creusée. Probablement parce le bon sens conduit à penser qu’on serait le cas échéant dans une situation de conflit d’intérêts. Et parce que l’on redouterait évidemment que cette situation ne conduise inévitablement les dealers à promouvoir, au sein des institutions de la République, leurs intérêts, ceux de leurs fournisseurs et de leurs recéleurs. Alors même que les membres de la profession en question et les banquiers concernés, jureraient leurs grands dieux (cela va sans dire), que leur installation dans les postes de la République, leur donnerait désormais et … à tout jamais, le goût et la passion du seul intérêt général.

Mais que des employés de banques (de haut niveau dans la hiérarchie de ces dernières) soient engagés (nomination ou élection) par l’Etat pour défendre l’intérêt général contre les intérêts de leurs anciens ou de leurs futurs employeurs (1) est une situation qui ne choque manifestement pas beaucoup.

Puisque c’est ce qui se passe. A grande échelle. Avec un système généralisé de porosité entre le public et le privé (2) Et avec des commissions de déontologie composées de personnes ayant la même carrière, et baignant dans la même idéologie.

On connaît le résultat. Qui ne surprend que ceux qui ne consultent ni les organigrammes, ni les CV (2) .

Conclusion :

Si un jour on envisage de mettre dans la constitution quelques nouveautés, on serait bien inspiré (de continuer à se méfier des dealers et )

a) d’allonger la liste des inéligibilités ; et

b) de mettre en place quelques procédures simples (3) qui conduiraient à la ruine les individus (4) qui se seraient trouvés dans une situation de conflit d’intérêts.

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités

(1) ne serait-ce que pour mettre en place la séparation des activités de dépôt et d’affaires ; ou pour organiser le retour à l’autorisation qu’avait traditionnellement l’Etat d’emprunter à la banque centrale …

(2) v. notamment le livre de Laurent Mauduit « La caste », ed. La Découverte LA CASTE, MAIN BASSE SUR L’ÉTAT AVEC LAURENT MAUDUIT ... https://www.youtube.com/watch?v=rBx9XqOt9Zw

(3) Il existe un recours : le « recours pour excès de pouvoir » ouvert à tout citoyen y ayant intérêt qui permet de faire annuler les actes illégaux, y compris les actes pris par les « puissants » (v. nos observations notamment dans : « droit administratif pratique » ed. Erasme ; et dans « Arrêts fondamentaux du droit administratif » ed. Ellipses). On peut donc, sans beaucoup de fatigue intellectuelle, envisager de créer un « recours en constatation de nullité » des décisions prises dans une situation de conflit d’intérêts ou créant cette dernière. Recours ouvert également, comme le précédent, à chaque citoyen. (Sans mise en branle d’un processus référendaire quelconque).

(4) La perspective de devoir trouver un emploi payé au SMIC, et d’être logé dans une HLM mal entretenue, voire de devoir boucler ses fins de mois dans les « restaurants du cœur » serait peut-être dissuasive pour ceux qui vivent ailleurs et autrement. D’où cette idée à expérimenter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Arthur S François Pignon 24 décembre 2018 17:28

    Vous croyez que Charles Pasqua faisait du tricot ?


    • Paul Leleu 26 décembre 2018 04:46

      @François Pignon

      exactement ! ... les dealers sont déjà au gouvernement... le type (l’auteur) il tombe des nues !

      Le shit est sous le contrôle du Roi du Maroc et de ses parrains français et occidentaux... Le pavot et l’héroïne sont directement gérés par la CIA en Afghanistan, ce qui permet en outre d’alimenter des fonds secrets... et tout le reste est à l’avenant...

      les petits et moyens dealers qui tombent sont juste des bouffons arnaqués qui servent de paravent... C’est comme le taux d’imposition des entreprises : seuls les petits entrepreneurs en payent, pas les multinationales...

      et puis franchement, dans le contexte actuel je vois pas trop l’intérêt de lutter contre la drogue... la drogue permet aux gens de penser à autre chose et d’accepter le système... donc la drogue est en totale harmonie avec le système...


    • Sergio Sergio 24 décembre 2018 17:48

      « ... Mais que des employés de banques (de haut niveau dans la hiérarchie de ces dernières) soient engagés (nomination ou élection) par l’Etat pour défendre l’intérêt général contre les intérêts de leurs anciens ou de leurs futurs employeurs ... »

      Vous parlez peut être de notre Président qui à la suite de son quinquennat ou double quinquennat (comment dit-on 10 ? ), se verra un énorme parachute doré en tant que haut employé de grande banque, pour service rendu au grand capital ?


      • Arthur S François Pignon 24 décembre 2018 18:08

        @Sergio

        pour 10 on dit décennat (comme une décennie)


      • Sergio Sergio 24 décembre 2018 18:22

        @François Pignon

        Merci François



      • Sergio Sergio 24 décembre 2018 17:53

        Mr Marcel MONIN

        Pour terminer, nos dealers institutionnels, nous vendent de la consommation, substance hautement addictive, frelatée, coupée, légalisée et dépénalisée, au demeurant sans traitement de substitution.


        • Jeekes Jeekes 24 décembre 2018 18:03

          ’’Faut-il faire entrer des dealers au gouvernement ?’’

           

          Et pourquoi pas, ça changerait quoi ?

           

          Après tout une bonne partie de nos z’élus sont bien des malfrats !

          Voleurs, menteurs, repris de justice, corrompus... 

           


          • À rebours 25 décembre 2018 11:37

            Le problème est le suivant : La Finance a pris le contrôle d’une bonne partie du Monde occidental.
            Or la Finance n’est jamais que le crime organisé monté en gamme. Ca commence par la prostitution, la drogue ; on passe par les casinos et on finit par la banque. Ce phénomène d’accumulation est bien connu.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Crime_organis%C3%A9

            Ensuite on éjecte la classe politique pour mettre des hommes de paille. Et si ça se produit dans un des états les plus puissants du monde ,les autres tombent comme des dominos.
            Il va donc obligatoirement se produire des phénomènes très surprenants dans les hautes sphères de l’Etat, qu’on ne peut comprendre sans admettre ce qui précède. 


            « Mais que des employés de banques (de haut niveau dans la hiérarchie de ces dernières) soient engagés (nomination ou élection) par l’Etat pour défendre l’intérêt général contre les intérêts de leurs anciens ou de leurs futurs employeurs... »

            Précisément. Votre formule est certainement ironique.

            « Si un jour on envisage de mettre dans la constitution quelques nouveautés, on serait bien inspiré...

            Qui ça, »on" ?


            • Odin Odin 25 décembre 2018 12:18

              Pour résoudre les problèmes, la solution se trouve dans cette citation :

              « Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois. »

              Rothschild


              • zygzornifle zygzornifle 25 décembre 2018 12:37

                Pourquoi les faire rentrer ?

                Ils sont déjà en place et la plupart des politiques sont des délinquants corrompus ....


                • patwa 25 décembre 2018 20:43

                  Bonjour,


                  « Il existe en France de nombreux services (police, gendarmerie, douanes, et services spécialisés) qui luttent contre le trafic de drogue  »

                  Tout serais beaucoup plus simple si vous admettiez que ces services protègent le monopole national de la vente de drogue, et que ça n’a rien de choquant.

                  La question de savoir si ce monopole devrais être blanchi, privatisé et libéralisé, pour entrer dans le PIB de la zone euro, est dans pleins de documents fédéraux.

                  ++


                  • Polity 26 décembre 2018 10:13

                    Évidemment, tout régime de prohibition engendre des crimes et des trafics, engendre une forte perte financière et met en danger d’insécurité toute la population dont un partie est injustement réprimée donc exclue de toute liberté sociale. C’est en France la première cause d’insécurité, de répressions et de pertes économiques sans précédent, qui alimentent des réseaux mafieux et /ou terroristes.


                    C’est un régime de proscription inique imposé par l’état à des citoyens qui ne l’ont pas choisis et ne peuvent pas changer la loi, c’est un déni de démocratie en plus d’une escroquerie liberticide inacceptable.


                    La majorité des sondages 2017 et 2018 sont contre la prohibition du cannabis et largement favorable à sa légalisation, à l’image du Colorado ou du Canada ,dont le marché de cannabis (Marijuana Market) est coté en bourse et représente des milliards de dollars chaque année que gagnent ces états et que perds le nôtre !


                    Enfin, les revendications récentes pour le Référendum d’Initiative Citoyenne, n’arrange pas l’oligarchie politique qui profite du crime de la prohibition, car il sait que la population va faire abroger les lois du trafic et légaliser l’or vert qui fera abonder les recettes colossales, aujourd’hui destinées au trafiquants et leurs mécènes politiques.


                    • Marcel MONIN Marcel MONIN 26 décembre 2018 10:50

                      Je suis désolé. Dans cet article, je ne m’intéressais nullement à la question de la drogue (qui mérite d’autres développements). Je me proposais d’inviter les lecteurs à se documenter (le livre de L. Mauduit pouvait y aider) pour découvrir les multiples conflits d’intérêts (entre le monde des affaires et les cercles politiques) existants, et à réfléchir à la manière d’améliorer le fonctionnement de la « démocratie ». Je crains d’avoir doublement échoué. Marcel-M. MONIN


                      • Odin Odin 26 décembre 2018 20:46

                        @Marcel MONIN

                        Bonsoir,

                        Votre article est très intéressant et vous n’avez pas à être désolé de certains commentaires passant à côté du sujet principal,

                        Les multiples conflits d’intérêts se sont décuplés à la suite de la chute de la monarchie et ceux l’ayant orchestré dans l’ombre, se retrouvent aux plus hauts postes de responsabilités.

                        La seule solution pour une réelle démocratie serait d’interdire l’appartenance à une quelconque secte, notamment maçonnique, pour avoir la possibilité de briguer un poste de Maire à celui de Président de la République, sans oublier les postes décisionnaires de la fonction publique (Intérieur, Justice…). 

                        De plus, une réelle démocratie ne sera possible que le jour où notre pays aura retrouvé ses souverainetés et principalement la monétaire pour arrêter de nourrir par l’usure ceux qui veulent que nous restions dans cette UE mortifère pour l’avènement d’un nouvel ordre mondial, imaginée par le plan Rosicruciens et de la Judéo-Maçonnerie avec :

                        Johann Valentin Andreae (1586-1654) 

                        Jan Amos Kominsky dit Comenius (1592–1670),

                        Alexandre Saint-Yves d’Alveydre (1842-1909)

                        Richard Nikolaus Coudenhove-Kalergi (1894-1972)

                        Bonnes fêtes de fin d’année.


                      • McGurk McGurk 27 décembre 2018 12:40

                        @Marcel MONIN

                        Bonjour M. Monin,

                        Toujours aussi franc que d’habitude, comme lors de vos cours. Une qualité que j’ai toujours apprécié chez vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès