• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faux-pas littéraires et vraie censure

Faux-pas littéraires et vraie censure

 Les américains ont inventé dernièrement les détecteurs de « faux pas littéraires », des groupes de lecteurs chargés d'expurger les bibliothèques publiques et scolaires de toute trace de supposés sexisme, racisme, homophobie, transphobie et autres phobies que les auteurs pourraient mettre dans leurs écrits (voir à ce lien). C'est pour le bien de tous comme ils disent, pour la protection des enfants comme ils disent, pour leur éducation citoyenne. Cela implique l'idée d'une littérature qui n'aurait que pour seul rôle d'inciter les lecteurs à une sorte de « positive attitude » permanente, mièvre et superficielle, l'encourageant à accepter le système tel qu'il est sans se poser plus de questions.

 

Dostoïevski sera ainsi à l'index très vite, ou tous les tragédiens qui présentent tous des personnages d'une endogamie sociale déplorable il faut bien dire...

Bien entendu, il est préconisé d'acheter de ces livres « citoyens », « civiques » « écoresponsables » et ceux rédigés en écriture inclusive. Bref c'est un déni total et absolu de ce qu'est la Littérature, de ce qu'elle peut apporter ainsi qu'une infantilisation des lecteurs réputés incapables de faire la part des choses entre les opinions de l'auteur, celles de ses personnages et les siennes propres.

 

Je suis convaincu également que les promoteurs de cette littérature sont aussi des ignorants, des incultes se vengeant en quelque sorte de leur inappétence à la culture...

 

Il y en aura qui craindront que cela n'arrive en France, que cela se concrétise chez nous. Et malheureusement sur ces questions des « faux pas littéraires » nous sommes largement en avance sur les États-Unis pour une fois. Il n'y a même pas besoin de groupes de détection de quoi que ce soit. Il n'y a pas besoin de ligues de vertu, d'incitation de groupes de pression religieux...

 

La plupart des bibliothécaires sont incités à vider les rayons des livres n'intéressant pas, selon la formule hypocrite, les lecteurs modernes. Il faut parler de « diversité » d'égalité des sexes, il faut que ce soit automatiquement militant...

 

...Une nouvelle traduction réputée expurgée de toute censure du « portrait de Dorian Gray » fait de Wilde un militant LGBT acharné. Je doute qu'Oscar ait été satisfait de ce point de vue, lui le dandy magnifique.

 

On retire « Lolita » des étagères, on reproche au roman de Nabokov d'exalter la pédophilie et de regorger de scènes de sexe transgressives, on se débarrasse de tous les auteurs réputés collaborationnistes, souvent un simple soupçon suffit...

 

...Il prend très vite la forme d'une anathème caractérisée.

 

En ce moment, c'est Audiard qui est sur la sellette, il écrivait dans des feuilles « collabos », il ne manifestait pas un enthousiasme débordant pour l’Épuration, il était forcément « collabo » (voir cet article de « Le Monde »). Il n'y a pas un seul de ces glorieux journalistes pour se dire qu'un auteur ne vit pas d'amour et d'eau fraîche et qu'il fallait bien vivre encore un peu pendant la Seconde Guerre. Et tous ces cloportes ne pouvaient pas rater l'occasion en or de taper sur un auteur les indisposant par son insolence à leur égard.

 

Un jour même ils en viendront à vider les bibliothèques de tout livres, ne les meublant que d'ordinateurs et de tablettes numériques. C'est déjà en cours, cela s'appelle ironiquement les CCC, les centre de culture et de connaissance....

 

Cela se passe sous vos yeux et la plupart d'entre vous ne protestera que quand il sera trop tard car hélas déjà beaucoup parmi nous n'ouvrent plus jamais de livres...

 

Cela ne m'empêchera de continuer à lire ce que j'entends, à essayer de transmettre mon amour de la littérature jusqu'à ce que la chape de plomb retombe un jour, et quand elle retombera, peut-être brûlerais-je avec ma bibliothèque ?

 

Sic Transit Gloria Mundi,

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel 2 novembre 2017 18:38

    « Je suis convaincu également que les promoteurs de cette littérature... »

    Pour moi, c’est Steve Bannon qui est derrière tout ça. Il prépare le terrain en faveur de Trump pour les élections de mi-mandat,,,

    Et puis, c’est peut-être, dans la foulée, un truc pour faire lire les red necks smiley


    • Gatling Gatling 2 novembre 2017 18:41

      C’est pas grave, on tente toujours d’amener les relapses à rédemption, et quelques soient les méthodes, cela ne marche jamais ....

      On parie ?  smiley 


      • gaijin gaijin 2 novembre 2017 19:07

        syndrome de la grenouille : si on monte la température de l’eau progressivement elle sera morte avant de comprendre ......c’est ainsi que l’on glisse vers la dictature personne n’a rien vu venir il y a pas tout a fait cent ans et personne ou presque ne voit rien venir maintenant
        reste a aller danser sur les tombes


        • sarcastelle sarcastelle 2 novembre 2017 21:41

          @gaijin

          .
          Oui, enfin pour la grenouille personne n’a essayé, et celui qui essaierait irait en correctionnelle. Légende rurale...

        • gaijin gaijin 3 novembre 2017 10:08

          @sarcastelle
          peut être ....alors disons parabole de la grenouille
          en tout cas pour la dictature on a essayé .........


        • Trelawney Trelawney 3 novembre 2017 12:23

          @sarcastelle
          J’ai essayé avec des homards et bien que l’on augmente la température progressivement ou que l’on plonge le homard dans l’eau bouillante, ce dernier cherche obstinément à sortir de la marmite. Et il faut pendant plusieurs minutes le remettre dedans


          J’ai aussi essayé avec des langoustes, c’est pareil.

          Moralité, il arrive toujours un moment où l’on s’aperçoit qu’on est vraiment dans la merde. La seule chose qu’on ne sait pas c’est est-ce que c’est ou pas sans issu

        • sarcastelle sarcastelle 3 novembre 2017 13:27

          @Trelawney

          .
          J’ai le souvenir de mes six ans d’avoir vu mon père ayant toutes les peines du monde à plonger dans l’eau bouillante un homard qui s’accrochait aux bords de la bassine, et injuriant copieusement l’animal. C’est ridicule, il est sourd.
          .
          Pour un professeur agrégé, c’est pas fort. 
          Ce n’est pas vous mon père, par hasard ? Avec tous ces pseudos, on n’y comprend plus rien. 


        • Decouz 2 novembre 2017 19:51

          Il y a un article d’un inspecteur de l’EN dans le Monde Diplomatique, consacré à la littérature pour les enfants et adolescents, il déplore aussi un affadissement et un nivellement sur des normes actuelles bien pensantes.
          Exemple du Club des Cinq, retraduit, simplifié (plus de passé simple), caviardé, mis au pas du politiquement correct, les dessins originaux jugés trop érotiques (c’était effectivement sa spécialité dans d’autres publications plus lestes)  :

          http://www.sudouest.fr/2011/10/07/litterature-enfantine-le-club-des-5-entre-texte-caviarde-et-dessin-erotique-520278-4608.php


          • Decouz 2 novembre 2017 19:54

            @Decouz
            Je veux dire la spécialité du dessinateur en dehors de l’illustration du Club des Cinq.


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 novembre 2017 20:49

            Je me demande si les gens en ont quelque chose à foutre que les bibliothèques soient caviardées par les bien pensants puisque de toutes façons ils ne lisent plus


            • Cateaufoncel 2 novembre 2017 23:21

              @Amaury Grandgil

              « Je me demande si les gens en ont quelque chose à foutre... »

              C’est vrai que la question se pose. Mais s’il est facile de s’en prendre à Buffon, Drumont, Alexis Carrel, Charles Richet* (Nobel de médecine 1913), Jouhandeau ou Céline, vient un moment où il faut s’attaquer à des « monuments » comme Kant, Voltaire, Hegel, Dostoïevski, Wagner, De Gaulle**

              * « Voici à peu près trente mille ans qu’il y a des Noirs en Afrique, et pendant ces trente mille ans ils n’ont pu aboutir à rien qui les élève au-dessus des singes (...) Ils continuent, même au milieu des Blancs, à vivre une existence végétative, sans rien produire que de l’acide carbonique et de l’urée. » Charles Richet, L’homme stupide, p. 9 (éd.Flammarion, 1919)

              ** " Vous savez, cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux : il y a des nègres à l’Élysée tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites inviter à déjeuner. Je suis entouré de nègres, ici. […] Et puis tout cela n’a aucune espèce d’intérêt ! Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous entendez ? Plus une audience avant deux mois. Ce n’est pas tellement en raison du temps que cela me prend, bien que ce soit déjà fort ennuyeux, mais cela fait très mauvais effet à l’extérieur : on ne voit que des nègres, tous les jours, à l’Élysée. Et puis je vous assure que c’est sans intérêt." - (Entretiens avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968. cité dans ses Mémoires, tome 2. Le Général en mai. Journal de l’Élysée. 1968-1969, éd. Fayard/Jeune Afrique)


            • sarcastelle sarcastelle 2 novembre 2017 21:39

              Il y en a un peu assez, aussi, de prétendre que l’art autorise tout.

              La comtesse de Ségur expurgée de ses bondieuseries (surtout qu’elles sont catholiques !!!), voilà qui serait un bon auteur. 

              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 novembre 2017 23:40

                @sarcastelle

                Hé. Non l’art autorise tout n’en déplaise aux vendeurs de joie


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 novembre 2017 23:41

                @Amaury Grandgil

                Pardon aux censeurs de joie


              • Cateaufoncel 2 novembre 2017 23:56

                @Amaury Grandgil

                « Non l’art autorise tout... »

                Même le plugin anal et le vagin de la reine ?


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 3 novembre 2017 06:29

                @Cateaufoncel
                je parlais en littérature déjà, comment peut-on vouloir réécrire des classiques ? comment peut on être aussi bête ?


              • Cateaufoncel 3 novembre 2017 10:27

                @Amaury Grandgil

                J’ai lu l’article de Slate, on n’y apprend pas grand-chose au sujet de l’ampleur du mouvement et il m’est venu à l’esprit qu’une protestation massive, sur les réseaux sociaux, contre un ouvrage et son auteur peut avoir un effet inverse au but recherché, auprès des gens que le politiquement correct exaspère.

                Et ils doivent être nombreux : on voit que 63 millions d’Américains ont voté Trump, que 53 % des femmes blanches ont voté Trump contre 43 % pour Clinton, et que les républicaines ont soutenu le candidat de leur parti à hauteur de 89 %, on se dit que les hystériques criailleries des ultra du féminismes,qui parviennent jusqu’en Europe sont d’assez peu de poids, en dehors de poussées de fièvre éphémère, comme la manifestation anti-Trump du 21 janvier, à Washington.


              • Trelawney Trelawney 3 novembre 2017 12:28

                @Cateaufoncel
                peut avoir un effet inverse au but recherché, auprès des gens que le politiquement correct exaspère.

                C’est ce que je me suis dit en observant Hollande critiquer Macron. Je me suis dit Hollande critique Macron, ce dernier va automatiquement remonter dans les sondage

                Pour ce qui est du plug annal et du vagin de la reine, la réponse est oui !

              • Cateaufoncel 3 novembre 2017 18:09

                @Trelawney

                « ... la réponse est oui ! »

                Oui quoi ?


              • Goda Goda 3 novembre 2017 05:41

                Fahrenheit 451...


                • Olivier 3 novembre 2017 10:27

                  Cette évolution est malheureusement logique étant donné la société actuelle. 


                  Il y a une forme de bien-pensance extrêmement intolérante et agressive envers tout ce qui ne pense pas « comme il faut », avec pour arme principale les journalistes qui jouent au flic de la pensée, ce qui semble être dans leur nature profonde d’ailleurs !

                  Ce que je crains est que dans l’avenir les éditions papier ayant disparu, les oeuvres littéraires ne seront plus accessibles qu’en consultation sur un serveur distant. 

                  Il sera alors très facile de les modifier, de les censurer ou de les faire disparaître puisqu’il n’y aura plus que l’exemplaire en ligne de disponible !

                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 3 novembre 2017 10:28

                    @Olivier
                    C’est déja ce qu’ils font sur papier, beaucoup d’éditions papier ont été caviardées


                  • Taverne Taverne 3 novembre 2017 11:06

                    Ce n’est pas un autodafé - c’est bien plus subtil - et pourtant « la bibliothèque est en feu » comme disait René Char.


                    • Piere CHALORY Piere CHALORY 3 novembre 2017 11:08

                      Bonjour,


                      La censure littéraire existe depuis longtemps, mais ; depuis quelque temps, peut être depuis l’imposition ou l’élection du ??? et je pèse mes mots, du ??? donc qui nous sert de président, il semble qu’une forte accélération, une surmultiplication des moyens d’étouffement de la parole écrite, parlée, webée ou autre apparaisse ; partout.

                      Tout livre, article, vidéo, autre, un tant soit peu subversif ou m^me 1 tant soit peu, même très faiblement incorrect politiquement est soit : censuré, dénigré, ignoré ou dézingué par des hordes de trolls stipendiés, délégués chacun à une tâche ou sujet particulier. Ce n’est un secret pour personne, certains thèmes ou sujets sont tout bonnement impossibles à simplement évoquer, même de façon objective...

                      Exemple ; un récent scandale dont on parle peu ou pas est celui du livre édité au Canada (car refusé ici on se demande bien pour quoi) d’un ex chauffeur/amant/gigolo/esclave du couple super glamour des années soixante à 20— ? ; j’ai nommé le génie YSL et son complice à la ville et ailleurs ; le sémillant Pierre Bergé.

                      Ce que raconte le dénommé Fabrice Thomas par ailleurs en son temps consentant, est tellement glauque, pervers, jusqu’au gore sanguinolent , et encore je n’ai lu que quelques extraits et ne compte nullement en savoir plus, qu’on peut se demander comment un individu semblable (Bergé) peut être encore et tout les jours, hier, aujourd’hui encore sur France inter entre autre média qui compte, encensé et décrit comme une sorte de gourou progressiste, guide de la bien-pensance, bien-séance et surpuissant intellectuellement..

                      France-inter donc, tandis que les médias alternatifs dévoilaient le scandale, déballait à l’antenne les états d’âme du regretté P.Bergé qui, selon eux ne s’intéressait qu’à la poésie ; oui madame, oui monsieur, l’artiste-homme d’affaire aurait même déclaré ; ’’il n’y a que la poésie qui est importante’’, ou à peu près...

                      Si l’on croise les dires de F.Thomas avec les panégyriques à répétition des médias dominants, l’effet comique est garanti, mdr comme dit l’autre.Aujourd’hui sur France inter, c’est de Giono qu’il s’agit... 
                      ’Pierre Bergé avait une admiration folle pour Giono’

                      Qu’on se le dise... 
                       smiley
                      https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-02-novembre-2017



                      • velosolex velosolex 3 novembre 2017 23:18

                        « En 1943 dans les colonnes de L’Appel, le jeune Michel Audiard décrit ses personnages juifs avec les termes « une veulerie suante », « une odeur de chacal », « une synthèse de fourberie » et évoque une « conjuration des synagogues ». Et quand les protagonistes finissent pendus, il salue une « manifestation de l’immanente justice ». (Le parisien du 12 octobre.)..

                        Donc, attention, Audiard, au delà des obligations alimentaires, et de la conception » Faut bien vivre, gagner sa croûte«  a été bien au delà de l’opportunisme et des tentatives de bétonnage . Dixit : (il ne manifestait pas un enthousiasme débordant pour l’Épuration, il était forcément « collabo »)
                        Forcément collabo, comme aurait dit Duras. 
                        Finalement il n’y a pas que les cons pour tout oser. C’est peut être pour ça qu’on les reconnait pas toujours du premier coup. Car en dépit des bons mots, mon bon monsieur, moi je vous le demande, »« qu’est ce qu’un homme » comme aurait dit Primo Levi. 
                        Les guerres, finalement , ça a parfois du bon, ça vous révèle une personnalité, bien mieux qu’une soirée entre amis à regarder les tontons flingueurs, qu’il est de bon ton de trouver génial, même chez les cons, et surtout chez eux. C’est pas tous les jours qu’un type vous désigne la ligne de démarcation. 
                        De quoi on causait, au fait. 

                        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 4 novembre 2017 09:21

                          @velosolex
                          Vous vous ètes trompé d’article...


                          Mais vous, vous mon bon monsieur pour dire ça avec autant d’aplomb et d’autorité c’est donc que vous auriez résisté ?

                          Creusez un peu, un jour que discutant avec le président de la LDH quand j’étais étudiant celui-ci fit réfléchir l’assemblée présente sur ce que nous aurions vraiment fait en toute conscience et lucidité...
                          Et comme la majorité des français de l’époque nous aurions été attentistes et démerdards.

                        • velosolex velosolex 4 novembre 2017 11:34

                          @Amaury Grandgil

                          Sans vouloir vous offenser, la pensée attentiste de votre président est d’une grande banalité. Le fait de ne pas être né au mauvais moment au mauvais endroit ne nous exempt pas de nous émerveiller devant le courage de certaines personnalités, et de nous indigner devant d’autres. 

                          Je ne sais pas ce que j’aurais fait, ce que j’aurais dit, mais voilà ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont dit....Chez Audiard, c’est remarquable de saloperie et d’opportunisme. On comprendra qu’il a tout fait pour faire disparaître cette tache, qui n’est pas disparue au lavage, malgré tous ses bons mots et ses farces. Méfiez vous de la vrai nature des clowns ! 

                          La majorité des français auraient été attentistes ? Les gens n’avaient pas forcément l’age, la situation, la possibilité, et le courage de s’opposer à innommable. On remarquera pourtant que les faits de résistance ne s’apparentent pas forcément au sabotage d’un train, mais à des actions moins spectaculaires, une forme de résistance passive que certains pourraient, pour ne pas avoir vécu ces années, baptiser justement d’attentisme.
                           Personne en tout cas ne fera le moindre reproche à ceux qui se sont contentés de vivre, sans enfoncer les autres, comme l’a fait Audiard, à travers ces injures médiatisées, même pas limitées au café du commerce, mais incitant par voie de presse à la haine et au pogrom...Ne parlons pas de tous ces justes silencieux qui ont donné parfois sans publicité le meilleur d’eux mêmes. 
                          Le terme« Démerdard’, que vous accoler à celui d’attentiste, comme un bon copain bras dessus bras dessous me dérange lui nettement. Un mot à la Audiard qui date un peu mais qui situe la psychologie des gens qu’ont de la ressource.
                           Mais c’est une chose d’arriver à réparer un moteur avec un bout de ficelle et un peu d’astuce, c’en est une autre de mettre les autres dans la merde, ou le cambouis....
                          Pour vous dire mon bon monsieur, que chez ces gens là.....
                          Donc, si vous me mettez d’un coté une personnalité lumineuse comme celle de Stephane Hessel, résistant, torturé par les allemands, auteur de »indignez vous" et de l’autre celle d’Audiard !
                          Ne me demandez pas alors où ce trouve la lumière, et la porte de la cave.

                          Le cave donc ne se rebiffe pas toujours. 

                        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 4 novembre 2017 13:02

                          @velosolex
                          Stéphane Hessel ? il n’y a pas pire apparatchik.

                          Quant à la légende de la résistance passive elle contredite par les faits.

                          Il est toujours facile de juger après coup sans que la personne concernée ne puisse répondre.


                        • velosolex velosolex 4 novembre 2017 14:03

                          @Amaury Grandgil
                          Ce que vous écrivez sur Hessel je me contrefous. 

                          Vous remarquerez que votre idole nauséabonde est une de celle qui a tout fait pour occulté ou camouflé les faits qui lui sont reprochés, et qu’il a fait le mort avant d’être vraiment de l’autre coté. 
                          Vos textes se caractérisent par la manipulation, l’approximation, le parti pris, les œillères, l’anathème.. Un discours simpliste, banal, tirant des bords vers les affinités
                          Ca peut marcher du coté de certains pas avec d’autres.
                           J’ai lu Paxton et la france de Vichy depuis longtemps. C’est pas pour autant que je banaliserai les conduites de Papon, et les partis pris antisémites d’Audiard. 

                           Tout le monde n’a pas la hauteur d’Orwell, et Audiard aurait immanquablement flatté le parti des cochons dans la ferme de animaux. « Les cons ça ose , c’est comme ça qu’on les reconnait ! » qu’il disait ..
                          Il ne croyait pas si bien dire. 

                        • velosolex velosolex 4 novembre 2017 14:51

                          @Amaury Grandgil

                          Quand à cette farce « J’avais écrit ça sur Stéphane Aisselle »

                          Aisselle au lieu d’Hessel...

                          On remarquera au niveau sémantique, les mêmes jeux de mots nauséabonds, d’inspiration typiquement antisémite, faisant comparaison avec le nom, et la merde, les excrétions corporelles, qui faisaient la lie des journaux collabos, type « je suis partout »....

                          Cela fait sens plus que tout.

                        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 4 novembre 2017 16:21

                          @velosolex

                          Là c’est 💯 points Godwin d’un coup. Mes ancêtres étaient des juifs espagnols ayant fui l’Espagne en 1492 si j’étais antiseme je me renierais

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès