• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Fessenheim, mon amour ! »… Ne pas attendre le jour d’après…

« Fessenheim, mon amour ! »… Ne pas attendre le jour d’après…

JPEG

On apprend ainsi qu’un « incident » survenu en 2014 dans la centrale de Fessenheim aurait été bien plus grave que prévu.

http://bit.ly/1Qq4jyq : « L’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES), qui compte huit niveaux de gravité, classés de 0 à 7, le niveau le plus grave.

JPEGPourtant, l’utilisation de bore est un procédé rarissime, indique à la Süddeutsche Zeitung l’expert nucléaire Manfred Mertins, qui dit n’avoir « connaissance d’aucun réacteur en Europe occidentale qui ait dû être arrêté avec un ajout de bore ».

 « Le résultat montre que l’arrêt (…) n’était plus possible, à tel point que d’autres moyens devaient être mis en œuvre », s’alarme cet ancien expert de l’autorité de contrôle de la sécurité du nucléaire civile en Allemagne, aujourd’hui en retraite, qui parle d’un événement « très sérieux ».

http://bit.ly/21Oa0v6 : A vrai dire comme le révèle cet article du parisien, narrant que deux associations accusent l’état de négliger la sécurité, il y a comme un chorus de voix et surtout d’avis d’experts, et ce depuis suffisament d' années pour parler de vrai souci de cohérence, pour parler en euphémisme. Félicitons nous encore que l’on ne parle pas encore de catastrophe, en évoquant des « superlatifs qui manquent », avec toutes les questions d’usage qui suivent le jour d’après : « Mais comment a-t-on pu foncer dans le mur, sans tirer la sonnette d’alarme pour arrêter ce train fou  ? »

          Comment  ?….Les enquêteurs n’auront pas trop à rechercher pour trouver des éléments confondant ! L'un deux vient d'être pondu il y a deux mois, entre noël et jour de l'an, bénéficiant de l'enthousiasme de l'esprit de fête et de laissé allé, où l'on a envie de faire confiance à son prochain !

  • L'arrêté du 30 décembre 2015 concerne les équipements sous pression nucléaire (ESPN), publié le 3 janvier 2016 au Journal Officiel. Il permet aux constructeurs ou fournisseurs d'obtenir des dérogations à la réglementation de 2005 si leur équipement présente des garanties de sécurité suffisantes.

           Pourquoi ?…On sait depuis longtemps la part des lobbies de toutes sortes en France : Industrie de l’armement, FNSEA, Lobbies énergétiques et particulièrement nucléaire : JPEGVéritable état dans l’état, semblant dicter ses choix à une représentation politique à la botte, au mieux renonçant s’opposer à ce Titanic ; au pire, comme on le voit dans cet arrêté, s’en faisant les agents zélés, supprimant les quelques fusibles de contrôle et de sécurité, au risque de dommages collatéraux pouvant aller jusqu’au collapsus nucléaire !

           En ce moment, c’est une vraie frénésie de déréglementation qui agite nos élus, nous rappelant sans cesse leur légitimation électorale pour exiger le garde à vous, pour ceux qui commencent à trouver que les choses ne sont pas claires, qu’il y a véritablement un putsch démocratique, qu’on a trahi leur vote à portée socialiste.

           Etat d’urgence à rallonge, code du travail piétiné  ; on est passé du vieux rose au bleu foncé, voire au brun clair, en moins qu’il ne faut pour le dire. D’ailleurs on ne sait plus quoi dire ! On est estomaqué, en état de choc. J’apprends ce jour qu’on veut armer les vigiles, demain peut-être aussi les chauffeurs d’autobus, les garçons d’ascenseur, et les dames-pipi dans les toilettes. http://bit.ly/1TZE4kN

           On ne peut que se féliciter du rôle de vigie active de certaines associations. Celles donc « Notre affaire à tous », et le « CRILAN  », qui ont déposé recours devant le conseil d’état pour obtenir l’annulation d’un arrêté sentant le souffre, qui permettrait de déroger à « des obligations essentielles de sécurité », dans les centrales nucléaires.

            C’est à se demander s’il n’y a pas volonté d’action criminelle en bande organisée, préparant un mauvais coup, tant les indices concourant abondent, dans une véritable stratégie de l’outrance comme on n’en voit chez les barbouzes : Préparer le terrain, faire du repérage, puis foncer, enfoncer les portes, casser les verrous et les protections, afin de ne plus avoir à se soucier des alarmes. C’est que toutes ces réglementations sont de plus en plus mal ressenties par des lobbies affaiblis par des surcoûts économiques qu’elles ont de plus en plus de difficulté à assumer !

           C’est que l’état ne veut plus, surtout ne peut plus pallier au déficit, comme dans la monstrueuse gabegie Areva, et ses scandales en chaîne, qu’on a laissé se développer, aboutissant à une ardoise qui frisera les 20 milliards d’euros au bas mot de déficit cumulé. http://bit.ly/1LFoj19 La moitié du consortium va être laissé en héritage à EDF et ces millions d'abonnés. 

 JPEG Ne parlons pas du cauchemar du démantèlement des centrales, un mécano invraisemblable qui est loin d’être provisionné, alors que les échéances se rapprochent. Alors pourquoi les démonter ?… On évoque maintenant 60 années de vie, pourquoi ne pas en faire des centenaires bon pied bon œil ! 

           On a là tous les ingrédients d’une attitude de repli, de déni, d’enfouissement dans la tranchée, refusant de voir ce qu’il y a au delà du monticule d’une génération, d’un mandat !. L’atome est d’un autre temps, mais on se refuse à mettre en pratique d’autres technologies expérimentées pourtant ailleurs avec succès. Le problème de la France est que son esprit de centralisation se marie très bien avec ce monstre à tête de gorgone qu'est le nucléaire ! 

 JPEG Et c’est ainsi qu’on se passe le bâton de merde de main en main, de gouvernement en gouvernement… Je veux parler de la barre de plutonium !

            Il faudrait penser divisions aéroportées, légères, et autonomes, ne plus nous encombrer de ce machin aux conséquences surréalistes, aux mains d’un corps d’ingénieurs technocrates persuadés de leur génie, dictant leurs diktats à des élus fascinés et à la botte. Les maréchaux méprisant d’hier, sûrs de leur fait, comme Nivelle et Joffre continuent à briller sur le terrain civil.

 JPEG Au fond, c’est simple, comme dirait le professeur Trouvetou : Il suffit de supprimer les garde-fous, et de changer la loi si par hasard la suite se passait mal, afin de ne pas avoir à rendre de compte avec la justice.

 

          Paranoïa  ? … Je préférerais travailler cent fois du chapeau, que de lire ce que j’ai sous les yeux et de faire tous ces recoupements.

          Tenez : Il y a quelques jours nous sommes passés à coté d’un coup d’état administratif. Un truc énorme, ce décret remettant en cause le principe pollueur-payeur, obtenu de haute lutte après moult catastrophes écologiques, sur fond de marées noires. http://bit.ly/1WZS11v

          Le naufrage a été évité de justesse. Juste nous dit-on une erreur de compas, une petite erreur de navigation, finalement mis de coté. Tout de même, le hasard fait bien les choses, car un petit alinéa écrit malencontreusement, sans idée de mal faire, aurait permis à nos industriels de se décharger de toute responsabilité future, liée à leur inconséquence sur le dos des contribuables : « N’est pas réparable, sur le fondement du présent titre, le préjudice résultant d’une atteinte autorisée par les lois, règlements et engagements internationaux de la France ou par un titre délivré pour leur application. » 

           En clair, il suffisait d’avoir l’autorisation administrative de l’état, le permis de construire,JPEG pour se laver les mains des conséquences, tachées de boues rouges ou de gaz des schistes ou de l’atome, pour ne donner que des exemples d’actualité….. Même si c’était un hasard, on dirait parfois que sa main, comme celle du marché, est un peu guidée dans sa nature et ses déplacements.

          Mais Marianne est bonne fille : Elle donne la main à n’importe qui ! Il faut la mettre sans cesse en garde contre les étrangers qui veulent lui donner des bombons !

JPEG Delphine Batho, ancienne ministre de l’écologie remerciée pour avoir été courageuse, ayant eu une haute idée de sa mission, en tentant de s’opposer à une réduction du coût de la sûreté nucléaire, http://bit.ly/1QYtvPS a cru s’étrangler d’indignation en découvrant le décret : …. « Avec cet amendement, les firmes peuvent se laver les mains de toute conséquence de leur activité sur l’environnement, qu’il s’agisse de pollutions de nature industrielle ou même de pesticides ! Ce n’est pas un hasard si la reconnaissance du préjudice écologique dans la loi prend autant de temps depuis la jurisprudence Erika. Les réticences et le poids des lobbies sont considérables. » 

 JPEG La rédaction de l’alinéa explosif n’aurait donc été qu une simple maladresse, un malentendu qu’il suffira de lever en commission ou dans l’hémicycle. On parle de « divergence d’interprétation entre juristes ». La nouvelle secrétaire d’état à l’environnement, Barbara Pompili compte juste, à ce stade, proposer un amendement rectifié, sans aller jusqu’à le retirer… Il semble bien que sans la vigilance de militants épluchant les textes des lois à venir, on serait peut être dans la grosse catastrophe irrécupérable.

           La loi fait sens, aurait certainement conclu les avocats du MEDEF, et de L’AFEP (association française des entreprises privées), travaillant depuis trop longtemps à débarrasser le pays de ses archaïsmes.

           Cet épisode arrivait le lendemain de l’annonce faite aux rois mages, par Ségolène Royal que la vie terrestre des centrales nucléaires était rallongée de dix ans, par l’intervention de la grâce divine. Parfois, la vie, c’est comme au jeu, on fait une série de 421, sans même plomber les dés !

http://bit.ly/1p54fLO

 

 JPEG L’ennui, avec les centrales installées à proximité des frontières, c’est qu’elles questionnent aussi les populations et les gouvernements qui se trouvent de l’autre coté. Ca doit être parce qu'ils ne comprennent pas le français, imperméables à toute explication, terme recurent employé maintenant pour noyer toute polémique, collant à la psychologie de l'opposant une mentalité d'attardé . En tout cas l’Allemagne, le Luxembourg et la Suisse supportent de plus en plus de mal ces chaudrons du diable que sont ces centrales vieillissantes, Fessenheim et Bugey et à qui l’on rajoute des années aux années.

          Fessenheim devait fermer, promesse présidentielle oblige, mais avec les catastrophes en chaîne qui alourdissent le budget et même la finalisation de L’EPR de Flamanville, qui devait prendre le relais, nous voilà dans la même logique que celle d’un gars qui n’a plus les moyens de se débarrasser du vieux diesel pourri qu’il voulait emmener à la casse en fin d’année, et qui n’est plus vraiment fiable.

          A moins de mettre le gars du contrôle technique dans la poche, il ne voit pas trop comment il pourra continuer à aller au boulot. Voilà pourquoi il panique, prêt à faire n’importe quoi et à graisser la main au mécanicien pour obtenir ce foutu papier. Des freins en vrac, une directions qui part de coté, un peu de fumée d’échappement, qu’est-ce que ça peut faire ? Ca n’empêche sûrement pas d’avancer !

          Une caricature ?… Pas tant que ça. Au vu des précédents, et de la désinformation constante sur le nucléaire, ayant conduit tout un pays à nier que le nuage de Tchernobyl avait passé la frontière, plutôt que de prendre des mesures sanitaires qui aurait chagriné le lobby agricole, Il y a tout lieu de donner crédit aux informations concordantes ne tombant pas d'un magazine à sensations, selon laquelle on a bien frôlé la catastrophe à Fessenheim en 2014.

JPEG Pas la première fois me direz-vous ! Comme en 99 où on était passé très près aussi, à la centrale du Blayais, en Gironde. Sans être un expert en probabilité, on ne peut construire un avenir en s’en remettant ainsi continuellement avec la chance. http://bit.ly/24GSjzW

« Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe »

          Propos d’écolos babas-rêveurs, me direz-vous… Pas vraiment ! Le type qui a fait cette déclaration n’est rien d’autre que Pierre-Franck Chevet, le président de la sûreté nucléaire. Cet X-Mines, prend un ton de plus en plus préoccupé pour parler de la réalité actuelle, et des enjeux terribles qui plane sur nos têtes. En Janvier dernier, déjà, il tirait la sonnette d’alarme, articulant son discours autour de trois axes : . http://bit.ly/1QXCFwa

         -L’hypothétique prolongement de vie des centrales autour de la date fatidique des 40 ans,.

         -La situation financière catastrophique d’Areva celle d’EDF plombée maintenant par cet héritage et les solutions techniques difficiles à subventionner.

         -Le manque de personnel qualifié lié aux mêmes causes.

          Hasard du calendrier, la nouvelle interview alarmiste donnée hier au journal « Libération » http://bit.ly/24FPf7c a bénéficié d’un éclairage encore plus inquiétant par les révélations de journaux allemands du jour, que les télés du pouvoir ont bien été obligé de relayer, sans toutefois rentrer dans les détails, tel l’utilisation de ce « bore », pour circonscrire la catastrophe naissante. 

 JPEG On peut se demander tout de même si Pierre-Franck Chevet, en rapport avec sa haute responsabilité, n’était pas au courant de « l’incident » de 2014 à Fessenheim. Avait-il envisagé les velléités gouvernementales, à venir, à l’emporte pièce, de Ségolène, notre pasionaria, dans la logique atomique qui préside aux décisions depuis plusieurs décennies, négligeant toutes autres alternatives sérieuses ?

           Ce qui aurait de quoi le rendre soucieux, et d’autant le discours adapté qu’il tient sur la sécurité, et les conditions à minima d’un projet viable.

           Même si la loi pollueur-payeur avait été cassé par ce nouvel amendement scélérat, 1386-19 du code civil, reste qu’il y aurait quelles que soit les responsabilités, endossées, ou non, des coûts dont les tenants administratifs et économiques nous sembleraient dérisoires, en cas de gros pépin.

        JPEG  Peut-être pas pour tout le monde. On n’a pas tous la même conception du parapluie !... Nucléaire, législatif et environnemental.... En plus de son casque de chantier, Anne Lauvergeon, la patronne d'Areva, a obtenu un magnifique parachute doré de 1,5 million d'euros, en dépit du gouffre ayssal qu'elle a laissé, et des enbouilles avec la justice qu'il lui reste à assumer, en particulier un facheux soupçon de "délit d'initié". N'allez pas me demander pourquoi après cela on lourde les caissières de supermarché coupables de la récupération d'un bon d'achat d'un euro !

            La sécurité c’est une chose inestimable ! Au moins tout le monde sera d’accord avec ça. Reste à savoir comment on la conjugue. C’est qu’on n’arrête pas de nous faire peur en agitant la menace terroriste, qui peut surgir n’importe où, n’importe quand ! Pas de quoi nous terrifier vraiment cent ans après les massacres de Verdun et de la Somme, et cela sans faire injure aux victimes..Une époque où l'on avait pas encore inventé les cellules de soutien psychologiques, et même ce nouveau poste de ministre de l'aide aux victimes..A quand un ministre de l'aide au vivant ?.

         Inutile de commenter la surenchère politique autour de cette affaire de terrorisme, la peur entretenue, qui se décline en état d’urgence permanent, servant à tétaniser les foules. Des causes, on n’en dira mot, refusant le moindre questionnement, comme une caution donnée aux islamistes, un encouragement. Voilà l’essence même du mot fascisme, celui étymologiquement qui ne se prend pas la tête, qui agit, qui fait, qui donne la direction à suivre !. Brouillon ou pas, l’essentiel c’est qu’ils avancent tous au pas derrière !

          Reste qu’on peut s’intéresser à d’autres menaces, très prégnantes. Il ne faudrait pas qu’une catastrophe environnementale devienne si énorme, qu’elle ferait paraître anecdotique les attentats derniers, et autant la menace de l’islamisme radical, ce cancer. Je pense bien sûr à Fukushima, et à Hiroshima, les deux catastrophes sœurs, civile et militaire, de la malédiction atomique. 

          Il suffit de faire un cercle avec un rayon de cent kilomètres autour de Fessenheim pour JPEGtenter d’imaginer l’impact que pourrait avoir un tel événement, englobant le présent e l’avenir de trois pays : La France, la Suisse et l’Allemagne. Même Daesh ne peut rêver d’un coup pareil ! A nous tout de même de ne pas nous saborder !

          Et quelle alternative nous proposez vous mon bon monsieur ?..Voulez vous revenir à l’age de la pierre ?….J’entends déjà les mêmes réflexions faussement paternalistes ! Je n’ai rien à objecter, si ce n’est qu’il aurait fallu anticiper les solutions alternatives avant. Mais comme pour beaucoup de choses, il n’est jamais trop tard pour changer de cap, même s’il se fait vraiment tard !.. Des solutions existent, enthousiasmantes, à même de mobiliser les énergies, de stimuler les jeunes et les esprits dans des paris audacieux, mais non létaux, ne compromettant pas l’avenir… Il existe assez d’intelligence et de volonté dans ce pays pour aboutir à ces sursauts salutaires qui ont toujours jalonné notre histoire.

         Au lieu de cela, nos responsables, en dépit des accents de la cop 21, confondant rigidité et fermeté, préfèrent s'enkyster dans des projets fumeux, dévoreurs de nature et d'espace agricole, comme celui mortifère et ruineux de Notre-Dame des Landes . Une histoire révélatrice de la force des lobbies et qui inaugurent bien mal l'avenir. Mais l'avenir de qui ? Celui de nos élus fatigués et redondant, ou celui de jeunes gens déterminés, ne voulant pas entendre parler d'un avenir plombé. 

 JPEGTant que le pire n'est pas arrivé, tout est possible... Le pire, c'est le scénario infernal sur lequel Alain Resnais bricola son chef d’œuvre en 1959. « Hiroshima mon amour ! » Une actrice française à l'identité inconnue se rend à Hiroshima, après les bombardement atomiques, afin d'y tourner un film pour la paix. Elle y rencontre un Japonais qui devient momentanément son amant, mais aussi son confident.

Il lui parle de sa vie et lui répète : « Tu n'as rien vu à Hiroshima ? »

On ne pourra pas dire qu’on n’a rien vu venir à Fessenheim !

Mon amour.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

203 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 5 mars 2016 09:04

    La « Mafia-Nucléaire » aux commandes de notre destruction annoncée pour quelques euros de plus...

    Chez nous, mla catastrophe est inévitable vu l’état réel des centrales en services...mais ça les pourris de l’urnium vous dirons le contraire..Nous aurions pu faire la révolution pour évoluer vers un changement, mais les politichiens aux ordres et sous enveloppes de l’infamie préfèrent notre destruction que de créer notre avenir...Allez voter « bouseux » en 2017 pour votre enterrement.. !

    • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 12:01

      @Le p’tit Charles
      http://bit.ly/24HIKRt Il y a 4 heures, un article du monde : Allemagne demande l’arrêt de Fessenheim

      Ah, ces teutons, 1 siècle après Verdun, ils continuent à nous chercher des crosses !

    • bakerstreet bakerstreet 10 mars 2016 15:43

      @Le p’tit Charles
      Voilà, pour conclure, ce qui pourrait en laisser plus d’un songeur, un interview donné par un ex pro nucléaire, passé par l’epreuve du réel. 

      Fukushima : « 50 millions d’habitants ont failli être évacués » http://bit.ly/1pyYtSN

    • sarcastelle 5 mars 2016 09:48

      Je qualifiais de harangue un article de Victor, mais je n’avais rien vu. Plus ça crie et plus ça mêle tout, plus c’est mobilisateur ? 

      Les dessins avec des capitalistes obèses en haut-de-forme, c’est bien, mais il manque des prêtres en soutane. 
      Bref la centrale immaîtrisable (« incontrôlable » est un anglicisme) est maîtrisée, et les sparadraps dont l’écologisme décore Fessenheim ont tenu bon. Ouf ! 


      • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 11:46

        @sarcastelle
        Je peux vous signaler quelques fautes d’orthographe aussi que j’ai vues à la relecture, n’ayant fait qu’une visite rapide de contrôle après avoir écrit cet article très tard. Heureusement qu’un bonbon, écrit avec un m, au lieur d’un n, ne génère pas de fuite radioactive ; juste un peu d’humeur fielleuse chez certains, qui cherchent un défaut de peinture dans la cuirasse, au lieu de loucher vers le cœur du problème. Néanmoins mon bon monsieur, ce n’est pas un correcteur d’orthographe qui résoudra les problèmes de cette centrale. 

        Le fait de botter en touche est en tout cas signifiant de déplacer le regard de ce qui dérange, tout en caricaturant. 
        « Que les Allemands s’occupent de leurs affaires, et de leurs migrants ! »...Voilà ce que je viens d’entendre sur France info. Un député du haut Rhin, ou du haut rien dont j’ai oublié le nom, et qui aurait pu se fermer le bec avec du sparadrap, au lieur de sortir une telle ânerie, révélatrice soit d’un esprit de panique, soit d’un esprit faible, ou encore plus probable, d’une volonté de ne pas s’aliéner certains de ses administrés...D’ailleurs notre homme parle aussi « de milliers d’emplois à préserver »... Une remarque : Les migrants, c’est comme les nuages radio actives, ça passe les frontières. Voilà la source du malaise, en dehors des postures : « Circulez y a rien à voir ! »

      • sarcastelle 5 mars 2016 12:13

        @bakerstreet

        .
        Je botte en touche pour signifier que sur le fond, je ne compte pas écrire un livre pour répondre à votre chapitre, car telle est habituellement la proportion nécessaire à rétablir l’équilibre entre une charge idéologique où tout est interprété dans le même sens, et sa réfutation. Et qui lira un livre ? Pour frapper les esprits il faut faire court. 

        Voyez aussi comme il est difficile d’argumenter à sens unique : vous parlez des Allemands qu’il n’est pas acceptable de rembarrer en les renvoyant à leurs affaires. Or pendant ce temps le vent quand il est d’est passe pour nous régaler des produits de combustion de leur lignite électrogène. Ah mais d’accord, le mot magique « radio-actif » n’est alors pas employé, mais serait-ce par erreur ? 




      • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 14:13

        @sarcastelle
        Un certain ressentiment sur fond de scepticisme se construit au sujet des allemands, et de leur politique de fermeture des centrales nucléaires. Ils ont prévu aussi de baisser l’importance de leurs centrales au charbon...Mais ce qu’on ne peut ignorer, ou balayer d’un revers de manche, c’est la multiplication des solutions, et leur courage pour s’affranchir du nucléaire, énergie du passé, mettant le solaire et l’autonomie des maisons en avant. 

        L’Allemagne : bientôt moins de recours aux centrales au ...
        La France a les moyens de s’affranchir elle aussi du nucléaire. La plus grande centrale solaire est française : 250 hectares, soit un peu plus du dixième des terres aliénées et bétonnées par Vinci à Notre Dame des landes, pour suffire à l’autonomie d’une ville de 50 000 habitants. ..
        VIDEO. La plus grande centrale solaire d’Europe inaugurée ...
        Ne pas oublier que si l’on n’arrête pas de nous rabâcher que si la France a le second domaine maritime du monde, rien ou presque, depuis la marée motrice de la rance n’est fait pour récupérer cette formidable énergie, alors que des solutions innovantes existent...

      • JBL1960 JBL1960 5 mars 2016 14:14

        @bakerstreet Perso, ça me parle votre article, et on s’en fout des qques fautes d’orthographes... Le gars du Haut Rhin dont vous parlez est sans doute le même qui a veauté l’obligation de bénévoler 7 h à tout nouveau demandeur RSA, non ? Tenez, je le rappelle dans ce petit billet de blog ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/06/ubu-est-strasbourgeois/ Maintenant, oui, c’est une urgence cette atomisation à outrance. Y’en a pour se creuser la cervelle dans l’énergie pendulaire alors, j’suis pas capable d’en parler n’étant rien, ni personne ; Mais les ceussent qui sont capables feraient bien de se saisir du problème à bras le corps au lieu de remettre le problème à plus tard, voire à trop tard...


      • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 15:00

        @bakerstreet
        JBL

        Oui, il y a sûrement une même cohérence de l’esprit asservi à l’argent. Pas le meilleur souvenir qu’on laisse aux autres, mais ça ne fait rien, l’argent, l’économie, c’est comme une addiction, une paire de lunettes qui vous font regarder le monde à sa manière. 

      • sarcastelle 5 mars 2016 16:41

        @bakerstreet


        Le potentiel d’énergie marémotrice récupérable dans les lagons de notre domaine maritime du Pacifique n’est pas très spectaculaire, ni même dans la baie du mont Saint-Michel, mais puisque l’énergie marémotrice est de l’énergie de rotation terrestre, il suffit de récupérer directement celle-ci en plantant au pôle un axe qui à travers une démultiplication convenable entraînerait une énorme dynamo. 

        Si enfin il manquait encore un argument antinucléaire, n’oublions pas les 4000 milliards d’euros que les écologistes ont calculé comme coût de la prochaine catastrophe. EDF ne les a pas mis de côté ? Bon, alors tout est dit et le nucléaire doit s’arrêter sur-le-champ. 

        Si j’écris n’importe quoi, ne m’accusez pas d’avoir commencé. 

      •  Christian Ziziledur 6 mars 2016 03:39

        @bakerstreet
        salutation
        je te félicite pour ton article bien construit,claire ,un travail qui pour une parution de 2 jours
        est un travail pour le moins important .
        et les critiques de l’autre tanche de sarcacelle de mes couilles ,me font doucement rire
        son bouquin qu’il voudrait écrire ,mais qu’il l’écrive donc,ce trou du cul ,qui parle et qui ne fait
        rien n,ai qu’ un tas de merde ,
        je te remercie entre autre pour tes commentaire très lucide,et je connait les souffrances
        que cela engendre.je suis un un peut dans ce com ton bouclier et aussi la masse qui frappe.
         dans cette fange dégoutante de verbe inutile,stérile et sans intérêt.
        un ami a+ 


      • sarcastelle 6 mars 2016 07:36

        @Ziziledur a écrit :

        .
        l’autre tanche de sarcacelle de mes couilles 
        ce trou du cul, qui parle et ne fait rien, n’ai qu’un tas de merde

        ............................................

        « Sachez que l’injure n’est pas de mise sur ce forum »  (Olivier Cabanel)

         smiley 

        Publiant sous pseudonyme, je suis en revanche indifférente à ce que vos propos un peu désespérés soient ou non laissés. 



      • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 12:44

        @sarcastelleIl va de soi que si le projet de la rance était intéressant, il a été supplanté depuis les années 60 par d’autres technologies innovantes. L’énergie des courants marins - France Energies Marines extrait :Au niveau mondial, le potentiel estimé de l’énergie hydraulique est compris entre 75 et 100 GW. Les capacités européennes sont estimées à 12,5 GW ce qui permettrait sur la base de 4 000 heures de fonctionnement annuel de produire 50 TWh, soit l’équivalent de 4 réacteurs de type EPR. La zone méditerranéenne ne peut pas fournir d’énergie hydrolienne du fait de la faiblesse des marées, sauf au détroit de Messine. Les principales zones d’intérêt en Europe sont la Manche, la mer du Nord et la mer d’Irlande.

        La France possède la deuxième ressource européenne après le Royaume-Uni, 20% de ce potentiel nationale (estimé à 3 GW) étant réparti entre la Bretagne et le Cotentin. Comme pour l’énergie hydraulique produite par les barrages, il s’agit d’une exploitation de niches naturelles lié.



      • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 12:45

        @sarcastelle
        Personne n’est assez débile pour dire que le nucléaire doit être arrêté sur le champ. 

        On ne tire pas le frein à main dans un camion fou. 
        Mais pour arrêter, faut il déjà commencer, en émettre le désir : Là nous sommes dans l’addiction, et le discours de l’alcoolique qui vous dit : D’accord, mais demain....Rendant responsable et complices les autres clients du bar, le jour où il a un malaise, en disant, : « Pourquoi vous m’avez laissé boire ! » 

      • JMBerniolles 6 mars 2016 13:48
        @bakerstreet

        Si, cette nullité arrogante et méprisante de Denis Baupin l’a dit à l’Assemblée nationale lors des débats sur la LTE.

        Qui plus est avec la responsabilité de rapporteur.

        Cela peut être vérifié sur le site de l’Assemblée nationale dans le compte-rendu des débats

      •  Christian Ziziledur 6 mars 2016 14:16

        @sac a celles
        « je suis en revanche indifférente à ce que vos propos un peu désespérés soient ou non laissés. »

        super ...alors je peut continué ... smiley
        .


      • lsga lsga 5 mars 2016 12:33

        Encore une fois, le plus gros problème de l’énergie nucléaire, c’est l’irresponsabilité totale et l’incompétence crasse des personnes en charge. 

         
        La cuve de l’EPR de Flamanville présente des mal-façon ? Ils n’en on rien à faire, ils sont prêt à l’utiliser quand même. Comme à Fukushima : ils font le travail mal, à moitié, remplis de mal façon, et s’en moquent complètement. 
         
        Il faut menacer ces irresponsables de poursuites pénales. L’impunité totale de ces incompétents est de loin le plus grand problème de l’énergie nucléaire.
         
        (un autre problème, c’est qu’une chute de dizaines de milliers de petites météorites telle que celle qui s’est produite à Tcheliabinski provoquerait un véritable apocalypse nucléaire si elle aspergeait la région Rhône Alpes.  Mais bon, quand on voit que les ingénieurs d’AREVA/EDF ont aidé les japonais à construire des centrales au plutonium au dessus de failles sismiques.... ils sont pas à ça prêt hein ?)

        • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 15:14

          @lsga
          Je vous rappelle les différentes dispositions législatives :

          • L’arrêté du 30 décembre 2015 concerne les équipements sous pression nucléaire (ESPN), publié le 3 janvier 2016 au Journal Officiel. Il permet aux constructeurs ou fournisseurs d’obtenir des dérogations à la réglementation de 2005 si leur équipement présente des garanties de sécurité suffisantes.
          • Et puis cet alinea 1386-19, qui a failli passer dans la foulée, et qui visait à détruire le patient maillage qui avait abouti à cette loi pollueur-payeur, suite à quelques catastrophes retentissantes, dues en grande partie au fait que les responsables étaient exonérées : « N’est pas réparable, sur le fondement du présent titre, le préjudice résultant d’une atteinte autorisée par les lois, règlements et engagements internationaux de la France ou par un titre délivré pour leur application. » 
          • Tout ces signaux, sans oublier la volonté tonitruante affichée par Ségolène, de prolonger la durée des centrales, constituent une base de signaux convergents, pour nous induire une analyse quasiment cynique de la chose, et des moyens étudiés pour s’exonérer des conséquences, et d’aboutir ainsi à ce fameux salto : « Responsables, mais pas coupables »..... 

        • sarcastelle 6 mars 2016 07:41

          @bakerstreet, qui a écrit : responsables mais pas coupables 


          Cette formule trentenaire d’une femme ministre a fait l’objet de mille moqueries, ce qui signifie que mille commentateurs peu soucieux de démocratie et d’état de droit se moquent de la différence fondamentale entre le pénal et le civil. 


        • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 13:26

          @sarcastelle
          Il y eut aussi parmi les déclarations lapsus qui valent de l’or, celle de richard Virenque, qui se désolait d’avoir été dopé : « A l’insu de son plein gré ! »...Au delà des codes en tous genres, la parole parfois fait sens, après que la langue fourche, prise dans des contradictions. 

          Vous faites bien de parler du sang contaminé, et de sa logique libérale, ayant voué à la mort des centaines de patients, certains juste victimes d’une transmission de confort....
          J’ai passé ma vie dans le soin, et je suis très en colère contre certains qui ne voient jamais les victimes que leurs décisions technocratiques et comptables provoquent, enfermés dans leur cage de verre. 

        • gogoRat gogoRat 5 mars 2016 13:14

           Comme en matière de guerre ou de chômage, celles et ceux dont on est certains, par constat irréfutable, qu’ils ont pris des risques (consciemment ou pas) sont les victimes.

           - « Risques radioactifs ? : 0 mort » prétendent constater les importants
           
           Puisque, selon eux, les autres seraient trop bornés pour comprendre leurs savantes démonstrations, contentons-nous de regarder des image :
           https://www.google.fr/search?q=radioactivit%C3%A9+victimes&client=ubuntu&hs=ZkX&channel=fs&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjvwryrv6nLAhWKQBQKHXeMBrwQ_AUICSgD&biw=1235&bih=513

           Je sais, plus d’un lecteur pensera : ’on trouve que des conneries sur Internet’ ;
          la preuve : c’est bien parce qu’il est sur Internet qu’il y aura trouvé ceci !


          • Pyrathome Pyrathome 5 mars 2016 13:35
            Ne pas attendre le jour d’après.....

            .

            Au niveau de bêtise actuel, ils iront jusqu’au désastre nucléaire d’une centrale pour arrêter définitivement la gabegie..... 

            Malheureusement, c’est inéluctable, les imbéciles irresponsables ne comprennent que le bâton.....


            • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 14:51

              @Pyrathome
              L’arrêt de Fessenheim étant conditionné à l’ouverture de l’EPR de Flamanville, expérimental, et qui présente de grave problème d’étanchéité. 

              Areva connaissait de longue date les anomalies de l’EPR ...
              Heureusement, nous dit-on, « no problemo » ! 
              Enfn, ces news datent de quelques mois, antérieures tout de même aux déclarations feutrées et un peu alarmantes tout de même du président de la sûreté nucléaire. 

              Une question ? Ne faudrait il pas mieux nommer madame El Khomri présidente de la sécurité nucléaire ?

            • sarcastelle 6 mars 2016 07:45

              @Pyrathome qui a écrit :

              .
              les imbéciles irresponsables ne comprennent que le bâton...

              .........................

              Les menaces n’ont pas cours sur Agoravox. 

              (Sarcastelle, sur le modèle « les injures n’ont pas cours sur Agoravox » d’Olivier Cabanel)

            • JMBerniolles 6 mars 2016 10:48
              @sarcastelle

              Courage.
              Les injures signifient la défaite intellectuelle .... et la vraie nature de l’auteur

            • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 22:31

              Décidément avec JMBerniolles il faut s’attendre à tout.

              N’écrit-il pas plus haut : «  cette nullité arrogante et méprisante de Denis Baupin l’a dit à l’Assemblée nationale lors des débats sur la LTE. » ?

              Et c’est à ce genre de personnes qu’a été confiée la responsabilité de la gestion et de la sureté nucléaire...
              C’est dire la chance inouïe qu’il n’y ait pas eu d’accident plus grave que ceux de St Laurent des Eaux !


            • JMBerniolles 6 mars 2016 22:50

              @Patrick Samba

              Je vous faisais simplement remarquer que Denis Baupin avait dit à L’assemblée nationale que l’on pouvait arrêter une centrale nucléaire immédiatement. Cela se vérifie dans le compte rendu des débats. C’est un rapporteur qui ne connait rien dans le domaine de l’énergie et dans d’autres.... C’est pour cela que je le qualifie de nullité. C’est un fait. A une époque sur la question nous avions des ingénieurs et chercheurs de haut niveau. Je citerai Hubert Curien, Robert Galley.... et d’autres


            • JMBerniolles 5 mars 2016 14:08
              Il y une vérité bien cachée, notamment par nos médias, sur nos mouvements politiques dits écologistes, - leur défense de l’environnement se limite à l’anti nucléaire, primaire dans son expression, d’où ses responsables tirent des carrières politiques ou des postes dans des organisations transnationale comme Greenpeace-. Comme Corine Lepage que l’on retrouve dans ces attaques de l’étranger contre notre nucléaire.

              C’est le fait que ces organisations sont, au niveau de leurs responsables, des agents du système néo libéral, - Cohn-Bendit est par exemple un défenseur sans complexe de ce système dominant qui nous conduit vers l’abime, au parlement européen-. 

              Un des objectifs de ce système est de détruire l’Etat français et de démembrer la France, proposition clairement exprimée par Eva Joly dans sa médiocre campagne présidentielle.

              Les attaques venant d’Allemagne et de Suisse, deux pays qui ont encore des centrales nucléaires et qui, en ce qui concerne l’Allemagne est le plus gros pollueur européen, contre notre nucléaire, sont accompagnées de déclarations qui sont autant de leçons que ces pays voudraient nous donner.

              Notamment la mise en cause du classement au niveau 1 (un incident qui est pris en charge par un système de sécurité permanent destiné à ce genre de problème) par l’ASN.

              On ne peut pas applaudir et se réjouir quand l’ASN intervient sur les couvercle et fond de cuve de l’EPR, provoquant un nouveau retard de chantier de 6 mois un an, et la mettre en cause dans l’évaluation de ce problème sur Fessenheim.

              Rappelons que sur la vie de notre parc de réacteurs nucléaires REP, les incidents n’ont pas dépassé le niveau 2. On conçoit bien que ces unités complexes ne peuvent être épargnés par les problèmes. L’inquiétude ne peut venir que s’ils ne sont pas pris en compte par des dispositifs prévus à cet effet.

              L’étranger, par l’intermédiaire de ministres, de courts de justice, ... se permet ce type d’attaques, à des fins de diversions sur leur politique intérieure (l’Allemagne n’arrive pas à arrêter son nucléaire, il y a en Suisse des extrémistes anti nucléaires qui peuvent aller jusqu’à attaquer à la rocket le chantier Super Phénix, sans réussir à stopper les réacteurs nucléaires suisses) parce que nous sommes dirigés depuis des dizaines d’années par des marionnettes de l’étranger (Washington, Tel Aviv, le Qatar....). Les médias asservis reprennent ces attaques, sans même se donner la peine de développer les arguments de l’ASN .

              Il est malheureux de voir repris sur ce site, dans un article, toutes ces attaques, sans aucune vue personnelle de la part de l’auteur, ni compréhension du problème.















              • Patrick Samba Patrick Samba 5 mars 2016 16:52

                @JMBerniolles

                Arrêtez vos mensonges ou demi-mensonges encore plus pernicieux, irresponsable Berniolles : il ne suffit pas d’ajouter « REP » derrière « réacteur nucléaire » pour laisser croire qu’il n’y a pas eu en France d’accidents supérieurs à un niveau 2.

                Vous savez, et cachez, que les accidents de St Laurent des Eaux de 69 et 80 sont classés 4, et aurait dû être classés 5 si les mensonges permanents des irresponsables pronucléaires n’avaient caché la vérité. Ils font partis, selon les sources (▶ Spécial investigation 2015 Nucléaire la politique du mensonge ! à 20-21 minutes ) des 10 plus graves accidents survenus dans le monde.

                Quant à l’ASN, espèce d’individu malsain, elle est composée de très nombreux enquêteurs certains plus honnêtes ou intègres que d’autres. Ce qui fait que l’ASN peut dire la vérité ici et mentir là (c’est-à-dire notamment à Fessenheim).

                J’espère qu’un jour vous passerez devant les tribunaux pour tous vos mensonges.

                Vous n’avez jamais répondu à ma question : pourrez-vous encore vous regarder dans une glace si survient en France un accident type Tchernobyl ou Fukushima ?

                (Très bon article Baskerstreet ! J’espère qu’il y en aura d’autres !)


              • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 18:38

                @Patrick Samba
                Bravo pour votre pertinence à dénoncer un agent du lobbying, qui fait tant dans la caricature, qu’il en perd toute crédibilité. La démagogie exige tout de même un certain talent....Pour Fessenheim, ça sera très dure de continuer la politique du déni, supprimant les fusibles pour ne plus que ça saute...Il est certain que les ingénieurs qui travaillent dans ces unités ne peuvent avoir que des cas de conscience, coincés qu’ils sont entre leur devoir de réserve, et leur capacité critique, qui les honorent...Il ne suffit pas de faire disparaître dans ce domaine un problème, sous le tapis un code, ou de trafiquer les chiffres, pour éviter que le principe de réalité ne se rappelle à vous..L ’état surjoue la sécurité, à des fins politiques et liberticides, et demande au citoyen de s’équiper en détecteurs de fumée, et nous enfument avec cette affaire ! Il y aurait de quoi rire et en faire une comédie si ce n’était pas si grave. 


              • JMBerniolles 5 mars 2016 18:55
                @Patrick Samba

                Revoilà l’éminent représentant de Greenpeace.

                Vous n’avez qu’une enquête de nos médias pourris comme référence ?

                Je parlais clairement des REP qui sont actuellement nos réacteurs électrogènes. Ce que je dis se vérifie, c’est public.

                Le niveau 5 INES est représenté par l’accident de Windscale en Angleterre. Dans le cas des deux accidents à Saint Laurent des eaux (fusion partielle d’assemblages), on est à de très nombreuses décades en dessous dans le niveau des rejets de radionucléides dans l’environnement. Qui ont été très minimes. Dans TMI le tiers du cœur a fondu mais les rejets extérieurs ont été insignifiants.


                Comme tous vos collègues anti nucléaire intégristes, qui se soucient peu des réalités, vous rêvez d’une inquisition pour les personnes qui vous dérangent dans votre propagande, quelque peu handicapée par votre ignorance du sujet.

                Il ne peut y avoir de Tchernobyl en France parce que nos réacteurs sont d’un type totalement différents. Ils disposent notamment d’une enceinte.

                Où voyez vous en France, une magnitude prévisible de séisme au niveau 9 ? Et encore tous les réacteurs japonais ont résisté au séisme. Un tsunami ? où sont les prévisions et les évaluations ?









              • sls0 sls0 6 mars 2016 00:08

                @Patrick Samba
                St Laurent c’était du graphite/gaz et non du REP.
                Dans le reportage mis en lien ils font l’amalgame entre REP et graphite/gaz.
                On a toujours été au courant du ’’niveau 4’’ et c’est même dans wikipédia depuis 2012.
                La déclaration et l’échelle INES datent de Tchernobyl, les accidents datant de 1969 et 1980, ils n’étaient pas concernés d’où les ’’.
                C’est un de mes profs physique ou mécanique qui en avait parlé en 1972 ou 73. De mémoire un bloc de graphite plein à la place de d’un bloc creux qui a empêché le refroidissement. Il avait parlé d’accident grave mais n’avait pas d’échelle INES à dispo.
                A cette époque un peu de frousse aurait été bienvenue, les gens s’en foutaient. Maintenant c’est la frousse extrême et les fantasmes, c’est pas mieux.

                Quant au très bon article Baskerstreet, je serai plus mitigé, il arrive à faire plus d’amalgames que Cabanel, c’est peu dire.

                Encore un qui doit être payé par le lobby du charbon et ses 150.000 morts et l’équivalent d’un Tchernobyl annuel en rejets radioactifs.Vu qu’aux USA ils ont décidé que la France devrait être un parc d’attraction pour touristes, on peut démolir le nucléaire.

                Nota : La lettre envoyée par l’ASN à Fessenhein suite à l’inondation, tout y est expliqué, autant aller au plus près de la source, ça évite les phantasmes et exagérations.


              • sarcastelle 6 mars 2016 00:24

                @Patrick Samba

                .
                Beau langage. Faudrait p’têt vous met’ dans l’crâne qu’on est en démocratie. 

              • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 09:02

                @sls0

                écoutez, sachez que je déteste la mauvaise foi (un peu comme tout le monde, mais moi je le dis à chaque fois que j’y suis confronté), car la mauvaise foi coupe court à tout débat, et ici on est sur un espace de débat. Or vous commencez très fort :

                « St Laurent c’était du graphite/gaz et non du REP.
                Dans le reportage mis en lien ils font l’amalgame entre REP et graphite/gaz.
                On a toujours été au courant du ’’niveau 4’’ et c’est même dans wikipédia depuis 2012
                . »

                Où y-a-t-il amalgame en comparant des accidents de fusion sous prétexte que les réacteurs ne sont pas du même type ???

                Qui c’est « on » ? Vous ? Vous travaillez à EDF et vous le saviez ? Et bien justement le citoyen moyen ne le savait pas. J’ai vécu 18 ans à 30 km de St Laurent des Eaux et malgré ma profession grâce à laquelle j’aurais dû « obligatoirement » connaitre cet évènement (Je suis médecin et il aurait été logique que je sois au courant de causes de cancers quand on les connait. Et bien l’Etat et les gouvernements successifs ne m’ont pas jamais informé de ces accidents, et je n’en avais jamais entendu parlé avant Fukushima. C’est une honte !)

                ’’niveau 4’’ et c’est même dans wikipédia depuis 2012." : Salaud ! Connard ! (oui j’injurie à ce niveau de saloperie !) : sans internet on n’aurait jamais connu ces accidents de 69 et 80 !!!

                Et je ne commente tout le reste, je n’ai pas que ça à faire....


              • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 09:24

                sarcastelle,

                cela faisait un peu plus d’un an que je n’intervenais plus sur AV me contentant d’y lire les quelques articles qui m’intéressaient mais rarement les commentaires, parce que si on le fait on est tenté de débattre et si l’on débat ça prend énormément de temps. Et donc je vous connais très peu. Mais les rares fois où je vous ai lu j’ai pu remarqué que vous aviez quelques neurones, en tout cas une certaine éloquence. Mais l’éloquence ne fait pas tout, il faut aussi de l’intelligence, or vous prenez le risque de parler de politique sans apparemment aucune culture politique, même de base.

                Quel rapport entre un langage vif, rude voire grossier et la démocratie ??? 
                Et la démocratie serait donc un système politique qui autoriserait le mensonge comme moyen de débat ??? Chavais pas moi, mais j’chuis p’têt pas assez intelligent...


              • sarcastelle 6 mars 2016 09:41

                J’ai répondu indirectement à votre dernier paragraphe dans mon message de ce jour 9 h 29, tout en bas en ce moment. 



              • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 10:05

                @bakerstreet (et non baskerstreet, pardon)

                « un agent du lobby qui fait tant dans la caricature, qu’il en perd toute crédibilité » : oui, mais que c’est néanmoins épuisant !...

                Et on en arrive à perdre son calme car en plus de monopoliser l’espace, et le temps de lecture (parce que tout de même on peut puiser qq infos dans ses commentaires...), il incite d’autres commentateurs à user des mêmes méthodes, et c’est forcément d’autant plus épuisant...


              • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 10:23

                @sarcastelle

                « passer en justice pour ses opinions qualifiées de mensonges » :
                Ah parce qu’en plus de ne même pas détenir les notions de base en philosophie politique vous ne connaissez pas la définition du mot « mensonge » ??

                Bon, je vois le niveau....


              • sarcastelle 6 mars 2016 13:00

                @Patrick Samba qui a écrit :  Bon, je vois le niveau...

                .
                Pourquoi ne pas dire clairement que chacun tient l’autre pour inepte, creux et nocif ? Il me semble que depuis ce matin vous en avez sorti bien d’autres ! 

              • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 14:10

                Oui, Mme sarcastelle, j’ai la rage ! Et je peux vous garantir que moi qui n’ai jamais usé de la moindre insulte sur AV, et seulement de l’ironie ou du sarcasme, j’ai l’intention de plus être poli quand je constaterai des mensonges grossiers, des manipulations de langage ou toute autres saloperies.

                CA SUFFIT L’IRRESPONSABILITÉ ET LES MENSONGES DES PRONUC !

                JE NE VEUX PAS ÊTRE TÉMOIN D’UN TCHERNOBYL OU D’UN FUKUSHIMA FRANÇAIS !


              • pemile pemile 6 mars 2016 14:26

                @Patrick Samba « JE NE VEUX PAS ÊTRE TÉMOIN D’UN TCHERNOBYL OU D’UN FUKUSHIMA FRANÇAIS ! »

                Bonjour,

                Ce n’est pas sur la peur que l’on doit contrer les folies dangereuses de nos sociétés mais sur la raison. Etre dépendant de ressources finies comme le pétrole ou la charbon, est aussi construire un monde sur du sable.

                Utiliser sa voiture tous les jours est aussi un danger mortel, autant que galoper à cheval dans une forêt touffue et inconnue.

                Le problème du nucléaire n’est pas (que) sa dangerosité, c’est un pacte faustien de toute puissance. Toute énergie infinie (avec ou sans dangers et déchets) dont une société humaine disposerait amènerait à une destruction complète de notre planète par l’homme.


              • sarcastelle 6 mars 2016 14:29

                @Patrick Samba

                Il faut pourtant se faire à la loi de la majorité, sauf si l’on établit qu’elle prétend empiéter sur un certain domaine réservé individuel (exemple : si la majorité exige la conversion religieuse de la minorité). 
                Cependant, le domaine réservé en question est plus que malaisé à délimiter. Peut-être certains y mettraient-ils ce qu’ils regarderaient comme leur mise en péril vital par une technique approuvée par la majorité (trompée, abusée... bien sûr...)
                Mais ils ne sont pas seuls à savoir se faire respecter ? 

              • sarcastelle 6 mars 2016 14:32

                @pemile


                L’énergie infinie est une rêverie en l’état présent de la connaissance, concernât-elle la fission nucléaire. Encore donc un péché imaginaire à l’encontre de celle-ci ! 

              • pemile pemile 6 mars 2016 14:36

                @sarcastelle « Il faut pourtant se faire à la loi de la majorité »

                Même si elle a comme origine une pathologie intrinsèque du cerveau humain, une addiction croissante à la stimulation du système neurologique du plaisir ?

                La plupart des addictions dont sont aussi sujet les mammifères détruisent assez vite le sujet qui a un accès illimité à cette source de plaisir. Dans le cas de nos sociétés, ce n’est pas le sujet qui est touché et détruit par l’effet négatif, mais ses futures descendances.


              • pemile pemile 6 mars 2016 14:40

                @sarcastelle « L’énergie infinie est une rêverie en l’état présent de la connaissance »

                Bien d’accord, mais la fusion est déjà une source d’énergie d’une puissance jamais connu par l’humanité.

                Seriez vous, par contre, d’accord pour condamner toute recherche d’une énergie infinie ?

                PS : qu’elle soit « propre » ou pas


              • sarcastelle 6 mars 2016 15:02

                @pemile

                .
                Seriez-vous d’accord pour condamner toute recherche d’une énergie infinie ? 

                Comme par exemple l’énergie magnétique du lisier de porc quantique de Tesla-Cabanel ? 
                Je ne sais pas. Vous savez ce que réserve l’avenir du psychisme humain ? 
                Mais c’est peu important, puisque notre souci pour longtemps est de ne pas fournir à chaque humain trop peu de kWh et qu’il ne les a pas encore partout. Je vais modestement m’en tenir au sujet du jour. 




              • pemile pemile 6 mars 2016 15:35

                @sarcastelle « notre souci pour longtemps est de ne pas fournir à chaque humain trop peu de kWh et qu’il ne les a pas encore partout. Je vais modestement m’en tenir au sujet du jour. »

                Si je relis votre post, votre promotion du nucléaire à comme source et objectif l’aide au pays en voie de développement ?

                Lorsque j’ai posé la question à JMBerniolles de promouvoir l’énergie nucléaire dans tous les pays du tiers monde, il a quand même eu la franchise de reconnaitre qu’une condition préalable était que cela devait être réservé aux démocraties stables (je ne savais pas que cela pouvait être garanti sur une durée aussi longue qu’implique l’énergie nucléaire !)


              • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 16:59

                @pemile

                . La mort c’est sûr est toujours au bout de la route. Inutile d’en avoir peur, nous dites vous, puisqu’elle est inéluctable ! 
                Une parodie de sophisme !

                « Utiliser sa voiture tous les jours est aussi un danger mortel, autant que galoper à cheval dans une forêt touffue et inconnue. »
                Une forêt touffue et inconnue....
                .....Nous voilà dans le mythe de Blanche neige s’échappant du château de sa marâtre. La jeune fille court désespérément dans la forêt hostile, les ronces s’accrochant à ses vêtements. Enfin, dans une clairière, elle aperçoit une petite lumière qui luit. C’est la centrale de Fessemheim....On lui ouvre la porte. 

                C’est « Atchoum », un ingénieur nucléaire. Même si c’est un nain, il se croit supérieur aux autres. La pauvre enfant ne le sait pas, mais en croyant échapper à un danger, elle vient de se précipiter dans un autre encore plus grand. 


              • pemile pemile 6 mars 2016 17:15

                @bakerstreet « La mort c’est sûr est toujours au bout de la route. Inutile d’en avoir peur »

                Bonjour, l’auteur

                Non, non, désolé, je me suis mal exprimé, c’est de baser une critique sur la peur de l’accident que je critiquais. Comme en médecine le ratio risque/bénéfice est souvent un choix difficile à faire dans beaucoup de domaine.

                Prenons l’électricité, passée de 110 volts à 220 volts pour diminuer l’intensité et les dangers, puis l’obligation d’installer des disjoncteurs différentiels de 30mA pour une protection maximale, qu’elle que soit la source produisant cette électricité.

                Mes métaphores pourries de la voiture et du cheval concernaient le comportement assez spécifiquement humain de la prise de risque sans conscience, autant avec un objet polluant comme une voiture qu’avec un mode de transport sain et pérenne comme le cheval.


              • sarcastelle 6 mars 2016 17:31

                @pemile


                Dans nos pays développés il faudra autant sinon davantage d’énergie qu’aujourd’hui. 
                Si on ne peut pas donner de nucléaire aux pays incertains, il faudra qu’ils se débrouillent avec des ENR et ce qui restera de fossiles, tandis que nous construirons encore plus de nucléaire pour faire rouler tous nos véhicules et chauffer nos logements à l’électricité assistée de PAC. 

                Qu’y puis-je ? Je ne vais pas demander à être mise et rationnée aux seules ENR peu efficaces sous prétexte qu’on ne veut pas vendre de centrales nucléaires aux pays instables. On leur tirera des câbles... 
                 

              • pemile pemile 6 mars 2016 17:32

                @bakerstreet « Une forêt touffue et inconnue....Nous voilà dans le mythe de Blanche neige s’échappant du château de sa marâtre »

                Non, non, près de chez moi, dans le centre bretagne, où un de mes amis, cavalier émérite, a eu besoin d’un hélicoptère (pas bon CO2) pour aller à l’hosto et passer six mois en ortho à kerpape à lorient (pas bon pour le budget de la sécu) !


              • pemile pemile 6 mars 2016 17:37

                @sarcastelle « Dans nos pays développés il faudra autant sinon davantage d’énergie qu’aujourd’hui. »

                C’est un débat sur un choix de société, pour moi, plus important que de se limiter à une critique du nucléaire.

                Par contre, sur le principe de fermer fessemheim sans « être mise et rationnée aux seules ENR peu efficaces », qu’elle est votre position ?


              • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 17:53

                @pemile

                Excusez moi d’avoir été sarcastique, mais l’humour était trop tentant. Pour le centre bretagne, nous avons fait l’aventure du nucléaire avec la mini centrale de Brennilis, arrêtée depuis des lustres, et toujours non démontée, malgré plusieurs tentatives épiques. Dieu merci, nous avons réussi à faire abandonner ce monstrueux projet de Plogoff, qui si je n’abuse, aurait le même âge à peu près que Fessenheim...Au moins nous avons réussi à mettre là un terme à un sujet d’inquiétude. 
                Une centrale, ça engage le présent, mais surtout l’avenir. Comment peut on faire confiance à une stratégie qui impacte si longtemps les générations futures ?...L’avenir des déchet nucléaires est un autre sujet de crispation. Avec la centrale atomique, l’homme a découvert le mythe de l’intranquilité. Une énergie propre, disait ses concepteurs. 

              • sarcastelle 6 mars 2016 17:54

                @pemile


                En ce cas vous n’avez plus, sans vous muer en tyran, qu’à inventer un nouveau système mieux que la démocratie. 

              • sarcastelle 6 mars 2016 17:56

                @Pemile


                Ci-dessus à 17 h 54, c’était la réponse à votre lointain message de 14 h 36 !

              • sarcastelle 6 mars 2016 18:05

                @pemile qui a écrit : quelle est votre position ? 


                Faire durer les centrales soixante ans sous la surveillance paternelle sévère mais juste de l’ASN, sans me soucier davantage des luttes intestines entre socialistes et Verts, qui seront closes en mai 2017, que des dessins écologistes représentant Fessenheim couvert de sparadraps et fumant par tous ses pores. 


              • pemile pemile 6 mars 2016 19:10

                @sarcastelle « Faire durer les centrales soixante ans »

                Donc, dans une industrie sensible, accepter une baisse des marges de sécurité au fil du temps et de la fatigue de l’acier des éléments non remplaçables !


              • sarcastelle 6 mars 2016 21:09

                @pemile

                .
                Je vois que vous êtes meilleur métallurgiste que moi, qui manquant de lumières là-dessus pense que ceux qui prolongent le fonctionnement sont aussi meilleurs que moi, en sorte que puisque vous et eux êtes du même niveau, il vous faut leur adresser vos notices de calcul de vieillissement des matériaux. 

                Il serait intéressant que vous nous exposiez le principe de ces marges de sécurité, par rapport à quels efforts elles se définissent. Pour une poutre chargée, par exemple, je comprends le principe du facteur de sécurité, mais pour ce genre de cuve je ne m’y connais pas. 

                Si j’étais écologiste, le fait de ne pas savoir comment on détermine ces choses me suffirait pour exiger l’arrêt de la centrale et l’interdiction d’ouverture des prochaines, mais je n’ai pas l’honneur d’être écologiste. 

                Si notre ami auteur antinucléaire bien connu avait un peu de temps pour passer, il pourrait nous expliquer aussi, car il s’y entend, lui qui nous a signalé les nombreux trous dans la cuve d’un réacteur suisse et le millions de microfissures dans celle d’une centrale belge. 

              • sarcastelle 7 mars 2016 16:21

                @pemile

                Faute d’éclaircissements, dois-je considérer que vous ne savez pas de quelles marges de sécurité vous parlez, quelles sont leurs valeurs, comment évoluent-elles, où en est-on, etc... bref, que vous n’avez pas d’éléments et parlez au flan, dans le vide ? 

              • pemile pemile 7 mars 2016 17:54

                @sarcastelle « Je vois que vous êtes meilleur métallurgiste que moi »

                Ahlala, entre vous et JMBerniolles qui laisse entendre, sans donner de chiffres, que c’est les nouvelles normes imposées à partir du premier janvier 2015 qui justifierait qu’Areva ait attendu 8 ans avant d’annoncer les défauts, on est servi !

                La résilience de l’acier de la cuve devait être de 56J et est passé à 60J en 2015, alors que certaines parties de la cuve de flamanville seraient inférieures à 40J.

                Quand à votre discours que l’acier des cuves se bonifirait avec le temps, et que les études sur la fatigue des aciers ne seraient pas la base des marges de sécurité, vous êtes fatiguante !

                http://www.iaea.org/inis/collection/NCLCollectionStore/_Public/15/049/15049 924.pdf


              • sls0 sls0 7 mars 2016 19:23

                @Patrick Samba

                Où y-a-t-il amalgame en comparant des accidents de fusion sous prétexte que les réacteurs ne sont pas du même type ???
                Allumez un pétard, vous le mettez dans la main et vous la refermez.
                Allumez un pétard, vous le mettez dans une cocotte et vous la refermez. Là le médecin arrive à faire la différence ?

                Qui c’est « on » ? Vous ? Vous travaillez à EDF et vous le saviez ? Et bien justement le citoyen moyen ne le savait pas. J’ai vécu 18 ans à 30 km de St Laurent des Eaux et malgré ma profession grâce à laquelle j’aurais dû « obligatoirement » connaitre cet évènement (Je suis médecin et il aurait été logique que je sois au courant de causes de cancers quand on les connait. Et bien l’Etat et les gouvernements successifs ne m’ont pas jamais informé de ces accidents, et je n’en avais jamais entendu parlé avant Fukushima. C’est une honte !)
                Il me semble que j’ai parlé d’un prof, si c’était en 72 c’est en Belgique, en 73 c’était à Lyon, j’étais étudiant mon bon.
                A priori vos profs pas plus que vous n’étaient curieux contrairement aux miens.
                En tant que médecin vous êtes au courant des études épidémiologiques dans votre région. Si les 0,3gr de plutonium rejeté sur 5 ans sont responsables d’une augmentation des cancers ça dû laisser des traces. Je ne dis pas que le rejet est normal, par rapport au dernier arrêté (3GBq/an), il est anormal, sur légifrance on ne remonte qu’aux années 90, les autorisations de rejets sont difficile à trouver. Si je me base sur les études d’EDF que l’on trouve sur internet à condition de les chercher, De 1999 à 2010, le parc nucléaire a divisé par 30 ses rejets radioactifs liquides.

                ’’niveau 4’’ et c’est même dans wikipédia depuis 2012." : Salaud ! Connard ! (oui j’injurie à ce niveau de saloperie !) : sans internet on n’aurait jamais connu ces accidents de 69 et 80 !!!
                Vous pouvez injurier si ça vous chante. Cela prouve simplement que vous n’avez que cela comme argument et c’est bien léger. Sans internet j’avais des profs qui en parlaient dans les années 70, à priori ils avait une autre lecture que France dimanche.

                Quand on comptabilise les irradiés et contaminés par erreur sur le site de l’ASN, coté médecine on a l’impression que la règle de sûreté c’est le Je-m’en-foutiste le nombre de bavures est impressionnant, il y a peut être d’autres professions où c’est pas le cas.C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. Chaque jour ce sont près de 12 personnes qui décèdent du fait d’une infection nosocomiale contractée dans un hôpital en France et ce brave docteur nous fait une crise parce qu’on la pas prévenu personnellement d’une chose dont j’étais au courant depuis 40 ans. Balais devant ta porte mon bon Patrick et continus à dealer tes antidépresseurs. Avec une dose quotidienne de 50 antidépresseurs par jour pour 1000 habitants, c’est plus le serment d’hypocrite que d’Hyppocrate.


              • sarcastelle 7 mars 2016 20:45

                @pemile


                Nous ne parlions pas de la cuve de Flamanville mais de la prolongation des réacteurs existants au-delà de 40 ans. A propos de J, je pense que vous voulez parler de J/cm² ? 

                Je ne vous ai pas demandé vos 314 pages de calculs, mais leur application : montrez-nous qu’il est dangereux de faire durer les cuves des réacteurs existants, et pourquoi il faut vous croire et non pas l’ASN ou toute autorité qui dira le contraire. 




              • pemile pemile 7 mars 2016 21:21

                @sarcastelle « montrez-nous qu’il est dangereux de faire durer les cuves des réacteurs existants »

                Relisez moi, il ne s’agit pas de danger patent, mais de marge de sécurité et de leur baisse, point.

                Ces prolongations n’ont qu’un objectif financier.


              • sarcastelle 7 mars 2016 22:24

                @pemile

                .
                Que devient le risque en prolongeant les cuves ? Pas moyen de vous arracher du quantitatif. Vous ne savez pas rien ; vous en savez beaucoup mais seulement dans le vague et sans repères. Ne critiquez pas Cabanel. 


              • pemile pemile 8 mars 2016 00:43

                @sarcastelle "Pas moyen de vous arracher du quantitatif. Vous ne savez pas rien ; vous en savez beaucoup mais seulement dans le vague et sans repères"

                Menteuse ! Le document que je vous ai fourni donne la progression des probabilités de rupture à 10ans, 20ans, 30ans et 40ans (page 281 à 284)


              • sarcastelle 8 mars 2016 04:04

                @pemile

                .
                « les probabilités de rupture à 40 ans vont de 10^-8 à 10^-12 »  

                 smiley  smiley

              • pemile pemile 8 mars 2016 10:25

                @sarcastelle
                Vous ne pouvez vous empêcher de mentir !

                Pour le tableau qui analyse les probas de ruptures des sourdures, elles passent de 10^-9 à 10^-13 à 10 ans, à 10^-6 à 10^-9 à 40 ans.

                Si vous avez lu le document vous avez constaté que les différentes « fatigues » sont aussi spécifiques à l’histoire d’exploitation de chaque cuve.

                Prolonger la durée d’exploitation à 60 ans et même 80 ans, même si les marges restent importantes représente quand même une baisse des marges de sécurité.


              • sarcastelle 8 mars 2016 13:26

                @pemile

                Nous sommes cette fois d’accord. 
                Je suis d’accord : passer de la puissance moins douze à la puissance moins huit est une baisse de sécurité. 
                Elle est inférieure sur le long terme à n’importe quoi de fatal qui peut vous arriver d’ici ce soir, y compris prendre dans la figure une pale d’éolienne qui se détache, mais c’est bien une baisse de sécurité. 

              • bakerstreet bakerstreet 8 mars 2016 21:09

                @pemile

                « Le régulateur finlandais du nucléaire (STUK) a annoncé mardi 8 mars l’ouverture d’une enquête sur l’origine d’un pic exceptionnel de radioactivité au césium-137 détecté à Helsinki, qui ne représente selon lui pas de danger pour la santé mais reste inexpliqué.

                Une concentration de 4 000 microbecquerels par mètre cube d’air de l’isotope radioactif du césium-137 a été mesurée dans la capitale entre le 3 et le 4 mars, selon la directrice de la surveillance de la radioactivité. C’est 1 000 fois le niveau normal, ce qui est « tout à fait exceptionnel du point de vue de la sécurité nucléaire », mais un million de fois moins que le niveau auquel la population doit se rendre dans des abris.

                Aucun incident signalé dans les centrales

                De tels niveaux ne peuvent pas s’expliquer par la résurgence occasionnelle des particules dégagées par l’explosion de Tchernobyl en 1986. Aucun incident n’a non plus été signalé dans les deux centrales nucléaires du pays. De plus, un incident dans une centrale aurait provoqué un mélange de diverses substances radioactives, ce qui n’était pas le cas.

                Le césium-137 sert dans certaines autres industries que le nucléaire, dans les hôpitaux et dans des centres de recherche. Les deux jours concernés, les vents dominants étaient d’est et de sud-est, donc venaient de Russie et d’Estonie.

                Le régulateur attend d’autres mesures venues des sept autres endroits du pays où il surveille la radioactivité pour définir l’ampleur et la durée des radiations. » sources : Le monde



                En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/08/un-etrange-pic-de-radioactivite-en-finlande_4878846_3244.html#ycpup6Lla8cjiQ8w.99


              • pemile pemile 8 mars 2016 22:00

                @sarcastelle « y compris prendre dans la figure une pale d’éolienne qui se détache »

                Ci gît la première victime d’une industrie improductive et polluante, amen.

                Dans un cas d’accident nucléaire les conséquences à long terme sont « un peu » plus dramatique, non ?

                Je ne suis pas contre les prises de risques et ne vais pas cracher sur le confort dont m’ont fait profiter nos centrales pendant ma jeunesse. Après ce qui me choque dans certains de vos arguments c’est l’addiction à l’énergie et le jusqu’au boutisme, et surtout le fait que le confort que nous apportent nos centrales va laisser aux générations futures la charge de la gestion de NOS déchets toxiques. C’est un égoisme que je trouve insupportable !


              • JMBerniolles 5 mars 2016 14:20
                La possibilité d’augmenter la vie des REP de 10 ou 20 ans, par étapes, est un problèmes technologique et scientifique parce qu’il met ne jeu de mécanismes complexe d’évolution des aciers par exemple.

                L’exercice d’évaluation est fait unité par unité parce que le fonctionnement du réacteur et des tests sur matériau, ainsi que des examens au moins décennaux, particularisent chaque réacteur.

                Cet examen critique a déjà été réalisé pour les réacteurs de Fessenheim. Le feu vert pour une durée supplémentaire de 10 ans, et même 20, a été obtenu de la sûreté nucléaire. De gros travaux ont été également mis en œuvre dans cette optique.

                Il reste une question politique. Apparemment Ségolène Royal est prête à suivre cet avis technique.
                Ce qui oeuvrerait grandement pour la stabilité du prix de l’électricité.


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 mars 2016 14:29

                  Bonjour,
                  .
                  L’électricité nucléaire est maintenant plus chère que l’électricité des renouvelables !
                  .
                  L’analyse de l’accord passé par EDF pour la construction de réacteurs nucléaires EPR en Grande-Bretagne révèle une surprise : le coût prévu pour l’électricité nucléaire est plus élevé que celui de l’électricité fournie par les énergies renouvelables. Il est temps de changer les priorités d’investissement.
                  .
                  Le gouvernement britannique favorise le développement de l’éolien en mer - exceptionnellement coûteux et qui doit être aidé -, alors que l’éolien terrestre est devenu la source d’électricité la moins chère [4], et que les nouvelles éoliennes sont maintenant capables de produire autant sur terre qu’en mer [5].
                  http://reporterre.net/L-electricite-nucleaire-est-maintenant-plus-chere-que-l-electricite-des
                  .
                  Aujourd’hui on peut stocker le surplus de l’énergie l’électricité des renouvelables.
                  La méthanisation : stocker l’électricité d’origine renouvelable
                  http://www.sortirdunucleaire.org/La-methanation-stocker-l
                  .
                  Hydrogène et méthane pour stocker l’énergie éolienne
                  https://www.youtube.com/watch?v=THt_WVAlbV4
                  .
                  La méthanisation au service des énergies renouvelables
                  http://www.bl-evolution.com/blog/la-methanation-au-service-des-energies-renouvelables/967
                  .
                  Des projets français comme ElectroHgena, piloté par Areva, proposent, grâce à des améliorations technologiques, des rendements de l’ordre de 75%. La méthanation a pour avantage de considérer le gaz carbonique comme une ressource plutôt que comme une contrainte, et permet ainsi de valoriser le C02 en se positionnant comme une énergie non génératrice directe de gaz à effet de serre.
                  .
                  Opale Energies Naturelles se développe de l’éolien à l’hydrogène
                  http://www.tracesecritesnews.fr/actualite/opale-energies-naturelles-de-l-eolien-a-l-hydrogene-70185
                  .
                  La mauvaise réputation de l’éolien dans l’opinion agace le chef d’entreprise : « C’est l’énergie numéro 1 dans le monde, il n’y a qu’en France qu’on se pose tant de questions. Nous sommes obligés de développer un discours qui devrait être tenu par les élus et les politiques, c’est fou. »
                  .
                  Opale est une pépite franc-comtoise née en 2008 qui emploie aujourd’hui 25 personnes, pour l’essentiel à Fontain, un village à un quart d’heure de Besançon, et dans une moindre mesure dans le Gard, où elle dispose d’une antenne. Des bac+4 ou 5, ingénieurs, centraliens, avocats, urbanistes…
                  .
                  Créée par quatre spécialistes des énergies renouvelables et de l’éolien en particulier, Opale s’est spécialisée dans le développement de projets éoliens pour des tiers. Ses fondateurs détiennent 100% du capital.
                  .
                  Couplage des réseaux de gaz et d’électricité : une solution pour l’intégration des énergies renouvelables
                  http://www.energie.sia-partners.com/20150416/couplage-des-reseaux-de-gaz-et-delectricite-une-solution-pour-lintegration-des-energies-renouvelables
                  .
                  L’hydrogène, un vecteur énergétique autorisant un stockage de longue durée à travers le Power to Gas
                  .
                  L’électricité n’étant pas directement stockable, sa trans-formation en gaz (hydrogène ou méthane de synthèse) semble être actuellement une solution de stockage de grande capacité et de longue durée intéressante pour pallier l’intermittence des énergies renouvelables. Les prescriptions techniques de GRTgaz et GrDF indiquent une injection de l’hydrogène produit par électrolyse limitée à 6% en volume sans contraintes techniques sur le réseau de gaz naturel actuel en France .
                  .
                  Afin d’éviter cet obstacle, l’H2 peut être soit stocké sous forme gazeuse ou liquide soit utilisé comme réactif du procédé de méthanation avec ajout de CO2 produisant du méthane (CH4) (Figure 1). De plus, afin d’optimiser au maximum ce réseau de gaz, il serait envisageable de récupérer le C02 coproduit lors de l’épuration de biogaz. Ainsi, le Power to Gas s’inscrirait parfaitement dans la démarche de développement de gaz provenant de sources renouvelables et les coûts liés aux techniques de capture de CO2 d’origine industrielle seraient atténués.
                  http://www.energie.sia-partners.com/20150416/couplage-des-reseaux-de-gaz-et-delectricite-une-solution-pour-lintegration-des-energies-renouvelables
                  .
                  L’utilisation du gaz pour une production d’électricité décentralisée : le « Gas to Power »
                  .
                  Le gaz, valorisable grâce aux grandes capacités de stock-age qui sont environ 300 fois plus importantes que celles du réseau électrique en France, peut à court terme alimenter des technologies de production de chaleur et d’électricité décentralisée comme les piles à combustible .
                  .


                  • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 14:41

                    @eau-du-robinet
                    Merci pour ses liens utiles et très intéressants. Oui, ceux qui sont contre un suicide programmé, une course en avant mortifère, ne sont pas des passéistes, mais au contraire sont justement très informés sur les autres possibilités d’autosuffisance énergétiques.

                     Les panneaux solaires deviennent de plus en plus performants et économiques. Des procédés révolutionnaires sont même conçus par nos ingénieurs, comme ces pavés photovoltaïques ultra résistants, qui pourraient transformer les routes en immenses champs énergétiques....Quand la route devient centrale photovoltaïque, une première

                  • JMBerniolles 5 mars 2016 15:58
                    @eau-du-robinet

                    On ne peut pas laisser dire des inepties pareilles.

                    Regardez votre facture d’électricité. Est ce l’électronucléaire ou le financement exorbitant de moyens qui ne produisent rien comme l’éolien et PV qui pèsent par l’intermédiaire de la CSPE et de taxes diverses, qui est la cause de l’augmentation de la dite facture ?

                    Pour l’EPR anglais, il ne s’agit pas d’un coût de revient mais d’un prix garanti pour le consommateur.

                    Il y en a un peu assez de toutes ces manipulations....

                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 mars 2016 17:30

                    Bonjour JMBerniolles,
                    .
                    Le nucléaire compétitif artificiellement

                    Pendant des années, s’indigne Michèle Rivasi, « on a rendu l’énergie nucléaire compétitive de manière artificielle, grâce aux subventions publiques et en éludant la question de la gestion des déchets radioactifs et du démantèlement. Aujourd’hui, la France est le mauvais élève européen du nucléaire : alors que les autres pays ont provisionné en moyenne 56% des frais liés au démantèlement des centrales et à la gestion des déchets radioactifs, la France n’est qu’à 31% (1). Ségolène Royal ment donc de manière éhontée lorsqu’elle assure que nos centrales sont amorties, et c’est bien parce que l’État a légitimé l’atome par un prix de l’électricité artificiellement bas que nous nous retrouvons dans cette situation ».
                    http://www.ddmagazine.com/201602293029/l-etat-pret-a-faire-peser-le-poids-d-un-accident-nucleaire-sur-le-dos-du-contribuable.html
                    .
                    Et de rappeler que cette annonce de prolongation est en contradiction complète avec les objectifs fixés par la loi de transition énergétique d’une réduction du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% à l’horizon 2025. Selon Michèle Rivasi pour respecter la loi nous devrions fermer de 17 à 20 réacteurs et non pas les prolonger.
                    .
                    Et de conclure :

                    « Pour sauver EDF, l’État est prêt à faire peser le poids d’un accident nucléaire sur le dos du contribuable, au mépris de la santé et de l’avenir des citoyens français et européens ».

                    .
                    Coût de l’énergie : le nucléaire, 15% plus cher que l’éolien !
                    http://www.nollet.info/archives/actualite/cout-de-l-energie-le-nucleaire-15-pourcent-plus-cher-que-l-eolien
                    .
                    Maintenir un parc nucléaire important serait également très coûteux. Il faudrait investir très lourdement dans la construction de nouveaux réacteurs. Entre 2019 et 2025, près de la moitié des 58 réacteurs français actuels auront atteint la limite de quarante ans de fonctionnement pour laquelle ils ont été conçus et, à supposer même que l’Autorité de sûreté nucléaire autorise une prolongation – ce qui n’est nullement acquis –, ils devront être à terme être remplacés par des modèles du type EPR, dont le coût des prototypes ne cesse d’augmenter. Le démantèlement augmenterait encore l’addition.
                    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/04/09/une-france-avec-100-d-electricite-renouvelable-pas-plus-couteux-que-le-nucleaire_4613278_3244.html
                    .
                    L’éolien : source d’électricité la moins chère en Allemagne et au Royaume-Uni
                    http://www.ddmagazine.com/201510092986/le-solaire-et-l-eolien-moins-chers-que-le-charbon-et-le-gaz.html
                    Une nouvelle étude de Bloomberg New Energy Finance montre que l’électricité photovoltaïque et éolienne est de plus en plus compétitive face au charbon et au gaz. L’électricité nucléaire est la plus chère.
                    .
                    Sur la base de milliers de nouveaux projets électriques étudiés dans le monde, BNEF donne les indicateurs de coûts de production actualisés suivants : l’éolien terrestre passe de 85 $ par MWh au deuxième semestre 2014 à 83 $ par MWh pour le deuxième semestre 2015 ; le solaire à partir de panneaux photovoltaïques baisse de 129 à 122 $ ; dans le même temps l’électricité au charbon augmente de 66 à 75 $ sur le continent américain, de 68 $ à 73 $ en Asie-Pacifique, et de 82 $ à 105 $ en Europe ; la production d’électricité au gaz (double cycle combiné) augmente de 76 à 82 $ par MWh sur le continent américain, de 85 à 93$ en Asie-Pacifique, et de 103 à 118 $ en EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique).
                    .
                    « l’État prêt à faire peser le poids d’un accident nucléaire sur le dos du contribuable » !!!!!!
                    http://www.ddmagazine.com/201602293029/l-etat-pret-a-faire-peser-le-poids-d-un-accident-nucleaire-sur-le-dos-du-contribuable.html
                    .
                    La Ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer a annoncé qu’elle était prête à donner son feu vert à la prolongation de l’activité du parc nucléaire, sous réserve de l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire. Pour l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi « cette annonce est catastrophique et souligne à quel point notre dépendance à l’atome met en danger l’avenir de la France et des Français, sans parler de nos voisins européens. »
                    .

                    Puis le prix du traitement des déchets ainsi du démantèlement des centrales nucléaires est totalement négligé par les pro-nucléaires !!!
                    .
                    Bataille autour du coût du stockage des déchets nucléaires
                    http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/021611828827-bataille-autour-du-cout-du-stockage-nucleaire-1191729.php
                    Le projet d’enfouissement profond des déchets radioactifs Cigéo, à Bure, pourrait coûter environ 30 milliards d’euros.
                    .
                    Puis regardons la réalité en face.
                    Regardons ensemble ce que c’est passe à Asse en Allemagne, site d’enfouissement des déchets radioactives :
                    L’Allemagne doit évacuer un site de déchets radioactifs !
                    L’exemple de la mine d’Asse qui a été sujet à des infiltrations entraînant une contamination nucléaire du milieu environnant prouve que le stockage des déchets par enfouissement est une fausse solution.
                    .
                    La mine d’Asse a été utilisée au cours des années 1970 pour le stockage de déchets faiblement et moyennement radioactifs, puis en tant que laboratoire de recherche souterrain. Depuis 1995, le site est en cours de démantèlement. L’eau pénètre dans une mine de sel, si la barrière de sel que l’on laisse en place tout autour de la mine est endommagée – soit parce que cette barrière a été perforée accidentellement, soit parce que la déformation de l’architecture en sel y provoque des déchirures. La mine d’Asse est spécialement menacée par l’eau parce que la barrière de sel n’est parfois que de quelques mètres.
                    .
                    Pour enlever les déchets nucléaire à Asse la facture pourrait s’élever à 10 milliards d’euros ...
                    http://www.stuttgarter-nachrichten.de/inhalt.endlager-atommuell-bergung-aus-der-asse-koennte-zehn-milliarden-kosten.852d3d97-8b8f-44c7-b7b7-a63f590266d2.html
                    Puis que fait t-on avec les déchets radioactives ... qu’il faut surveiller, les stocker ... et cella à un cout exorbitant !!!!!


                  • JMBerniolles 5 mars 2016 19:03
                    @eau-du-robinet

                    Si vous êtes de la secte Rivasi, qui entre parenthèses est devenue anti nucléaire le jour où le CEA n’a pas reconnu sa grande compétence, impossible de discuter.

                    J’ai été une fois à une réunion de ce Gourou au féminin. Le conditionnement de l’assistance toute acquise, la démagogie grossière, ont été pour moi un spectacle assez incroyable.
                    Je suis intervenu une fois, en sentant immédiatement le mur de haine que je suscitais en voulant seulement avancer des arguments simples et connus.

                    L"alignement sur l’Allemagne me rappelle une triste époque...

                  • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 20:53

                    @eau-du-robinet
                    C’est un véritable article que vous nous envoyez, et, que j’espère beaucoup consulteront. Le problème vient que dans le nucléaire qui est une forme de totalitarisme, surtout en France, vous ne convaincrez jamais que les gens qui sont sensibilisés à ce problème, et qui sont déjà critiques...Un peu la même chose que la cause climatique, avec des lobbys recroquevillés sur le déni. Mais on peut faire le même constat pour les pesticides, le lobby agricole....

                    Surgi une catastrophe, et vous avez une amnésie complète des jusqu’au boutistes. 

                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 mars 2016 22:48

                    Ré-Bonjour JMBerniolles,
                    .
                    « L’alignement sur l’Allemagne me rappelle une triste époque...  »
                    — fin de citation —
                    .
                    Comme vous me tendez la perche je vous invite de bien vouloir jeter un regard au document suivant à la page 44 !
                    http://www.conseilnational.fr/PDF/Les-Racines-Nazies-de-l-Union-Europeenne-de-Bruxelles.pdf
                    .
                    Les architectes du Cartel (notamment nucléaire) qui ont construit l’UE de Bruxelles
                    .
                    Intéressant le point 4 !
                    .
                    Communauté Européenne de l’Énergie Atomique (EURATOM)

                    .
                    Le meneur de l’équipe des juristes été un certain Walter Hallstein !
                    .
                    Qui été Walter Hallstein ?
                    Le premier président de la Commission Européenne de 1958 à 1967, Walter Hallstein, était un ancien juriste et officier nazi recyclé par les États-Unis !
                    .
                    Proche de Konrad Adenauer, Hallstein a préparé les plans de la Nouvelle (nouvelle) Europe à partir des plans qu’il avait fait pour Hitler et Mussolini : c’est ce qui va donner le Traité de Rome. Hallstein a signé ce traité le 25 mars 1957 à coté du chancelier d’Allemagne d’Adenauer..
                    .
                    L’ actuelle UE de Bruxelles est construite sur une série d’organisations précédentes qui ont mené progressivement au concept actuel.
                    Le premier cycle de ces organisations fut complété dans les années 1950 et incluait
                    a) la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) en 1951,
                    b) the European Defense Community (la Communauté de défense européenne ou EDC) (un projet qui fut rejeté par le Parlement français en 1954),
                    c) la Communauté Économique Européenne (CEE)
                    d) et la Communauté Européenne de l’Énergie Atomique (EURATOM), en 1957.
                    .
                    Les architectes principaux de l’Union Européenne de Bruxelles furent recrutés parmi les technocrates qui avaient déjà conçu les projets d’une Europe d’après-guerre placée sous le contrôle de la coalition des Nazis et du Cartel. Ce livre vous présentera ces acteurs du Cartel – habillés non pas en uniforme militaire, mais en costume gris – dont le plus célèbre fut Walter Hallstein, le premier président de la soi-disant Commission européenne !
                    .
                    Voyez vous ce NAZI à contribué à mettre en place le cartel du lobby nucléaire de la Communauté Européenne de l’Énergie Atomique (EURATOM), en 1957.
                    .
                    .


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 mars 2016 22:56

                    Bonjour bakerstreet,
                    .
                    Merci pour votre article et votre commentaire smiley
                    .
                    « Mais on peut faire le même constat pour les pesticides, le lobby agricole.... »
                    .
                    Oui, nous sommes sur la même longueur d’onde....
                    .
                    J’avais écrit un article au sujet de la spoliation des semences naturelles par des multinationales (Monsanto & Co) ....
                    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/nouvelle-legislation-europeenne-142365


                  • JMBerniolles 5 mars 2016 23:39
                    @eau-du-robinet

                    Bonjour. Je ne veux pas être impoli avec vous et d’une manière générale.

                    Vous avez parfaitement raison sur la création de l’Europe que nous connaissons, c’est à dire qui n’a rien à voir avec celle dont on rêve et dont la Russie ferait partie d’ailleurs.
                    L’Euratom a fait partie de la création initiale des institutions européennes. Dont la caractéristique est de ne pas être démocratiques.

                    C’était avant tout dans une optique de recherche civile. Qu’il ne faut pas diaboliser.
                    Cela a conduit à financer de manière indirecte des recherches. L’Euratom a notamment participé au développement de la filière rapide en France....
                    A cette époque on en était au stade du capitalisme industriel. L’atome constituait une importante source de marché pour l’acier. La phase initiale était justement la communauté Charbon Acier.

                    Cela n’a pas étouffé les recherches nationales.

                  • sls0 sls0 6 mars 2016 00:35

                    @eau-du-robinet
                    Je suis pro renouvelable mais j’ai aussi les pieds sur terre. En se basant sur ce graphique, on voit que le renouvelable c’est ce fin trait violet tout en haut. Avec toute la bonne volonté il ne pourrait pas combler la disparition du pétrole, si on ajoute la disparition du nucléaire, un retour à la vie du XIXème siècle s’impose. Il y a le charbon qui va nous sauver bien sûr, on en profitera pour faire un concours avec les chinois pour les malformations à la naissance, grâce au charbon ils en sont à 7%.

                    Un petit comparatif des moyens de stockage pour différentes énergies par rapport au pétrole.
                    Un petit moteur de voiture c’est une éolienne de 15m de diamètre. Et oui, ce n’est pas miraculeux les remplaçants.


                  • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 14:32

                    « Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe »...Je vous rappelle que c’est le président de L’ASN tout de même qui fait ce constat. Cet homme pèse ses mots, fait attention à ce qu’il dit, mais ne veut pas « couvrir », n’importe quoi. Sans être un spécialiste on s’aperçoit qu’un véritable tsunami se dessine, conforté par une certaine fenêtre météo : Le vieillissement inéluctable des centrales, et la problématique de leur intendance qui se pose avec acuité si on veut les faire durer, ne parlons pas au delà de la raison comme Fessenheim qui accumule les gros pépins. Mais tout cela a un coup prohibitif, que l’état pourra très difficilement prendre en charge, sur fond du scandaleux problème Areva, et son EPR vendu en Finlande pour 3 milliards d’euros, et qui coûte déjà 10 milliards, alors qu’il est loin d’être achevé... Celui de Flamanville présente de graves problèmes de cuve, qui n’ont été identifié que grâce à la vigilance de la sûreté nucléaire. Vouloir baisser les seuils de compétence de celle ci, comme on peut le penser, au travers le décret passé fin décembre, en dit long sur l’envie de se passer de tous les emmerdeurs, générant coûts trop dispendieux en ces temps de crise nucléaire. Je parle ici en termes de rationalité, pas en tant qu’antinucléaire. Il n’y a même pas besoin de passer à ce niveau de contestation, mais de s’en tenir à la cohérence des faits, qui sont aberrants dans leur dessein : Supprimer les codes, les procédures, retirer les fusibles, la logique c’est vrai de la politique actuelle, à l’oeuvre dans tous les domaines. C’est Homer Simpson qui est aux commandes ?...Les emplois c’est bien, mais faudrait pas qu’ils se développent demain dans le funéraire. 


                    • Gaston Lanhard 5 mars 2016 15:08

                      La désinformation en marche. Vraiment l’écologie politique frise a l’escrologie.Voilà la preuve. Bien entendu il y a complot de EDF...MDR

                      Ce vendredi 4 mars, la presse allemande révélait des informations suggérant qu’un incident aurait été sous-estimé le 9 avril 2014 à la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Des fuites et la perte d’un équipement électrique auraient conduit à l’arrêt du réacteur par injection de bore. Les journalistes allemands assurent même que la centrale aurait été hors de contrôle pendant plusieurs minutes. Dans la foulée, le ministère de l’Environnement allemand appelait, une nouvelle fois, à fermer la centrale frontalière.

                      EDF réagit à cette accusation en rappelant le déroulement de l’accident : « le débordement d’un réservoir d’eau situé en salle des machines de l’unité de production n°1 de la centrale de Fessenheim a entraîné un écoulement d’eau sur des matériels électriques. En application des règles d’exploitation normales, les équipes de la centrale ont procédé à la mise à l’arrêt du réacteur par injection de bore dans le circuit primaire ».

                      SÛRETÉ ASSURÉE

                      La presse allemande juge que l’utilisation de bore est un événement exceptionnel. EDF réfute : « L’utilisation de bore est l’un des moyens de contrôle de la réaction nucléaire et permet l’arrêt progressif du réacteur ». La société ajoute : « Aucun système de sauvegarde n’a été sollicité. La sûreté a toujours été assurée ».

                      Enfin, EDF rappelle que, dès le 10 avril, lendemain de l’accident, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a réalisé une « inspection réactive » sur le site de Fessenheim, suivie « d’une analyse complète de l’événement et d’une présentation auprès de la Commission locale d’information par la centrale et l’ASN ».

                      INCIDENT DE NIVEAU 1

                      Le 17 avril 2014, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) publiait un rapport sur la fuite qui a conduit à l’incident. « Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation. En raison de la détection tardive de cet événement, il a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires Ines. Cette échelle compte huit niveaux, de 0 à 7 ». 

                      Cette mise au point n’empêche pas les Verts de demander à nouveau que le président de la République accélère la fermeture de la centrale, prévue pour l’instant en 2018. 

                      Ludovic Dupin


                      • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 15:21

                        @Gaston Lanhard
                        Après 2018...C’est à dire après la fin du monde, ou plutôt celui de Hollande, qui avait promis la fermeture lors de son mandat. Les mensonges sont coutumiers de l’atome, ils ont une composante de la fusion nucléaire. Sans cela, rien n’aurait été fait, des essais à Muroroa à la soi disant indépendance énergétique qui va plomber les générations futures. Cerise sur le gâteau, le coût du démantèlement, à été sous évalué, et fait l’effet autant d’une bombe ! Ne parlons pas de la gestion des déchets, qui ne se passent pas comme sur le plan initial. 

                        Eboulement meurtrier sur le site d’enfouissement de déchets

                      • Trelawney Trelawney 5 mars 2016 15:50

                        Fessenheim fermera lorsque Flamanville sera branché sur le secteur. Donc Fessenheim ne fermera jamais.

                        Le parc nucléaire français est veillissant et l’on doit s’attendre à des problèmes chroniques. Le service technique de l’EDF est compétant mais à l’impossible nul n’est tenu.

                        Tout le monde sait que l’énergie nucléaire n’est pas l’avenir. Les chinois pour accroitre leur développement économique avait besoin de quantité importante d’énergie et c’est pour cela qu’ils se sont tournés vers l’énergie hydraulique et nucléaire. Aujourd’hui la crise économique qu’ils traversent n’exige plus autant d’énergie et c’est pour cela qu’il abandonne leur programme nucléaire, itou pour l’Inde et le Brésil.

                        Dans les pays d’Europe ils ont l’éolien, le solaire et bientôt l’hydrogène etc comme solution de rechange. Car ils s’y sont mis depuis 15 ans et à grand frais. Tous limitent la part d’énergie nucléaire car trop cher, trop dangereux et pas compétitive.

                        En France nous perdons des parts de marché à l’étranger et n’avons aucune solution de rechange, car tout a été fait pour mettre en avant ce mode d’énergie. Dans le meilleur des cas, c’est à dire s’il ne nous arrive pas une catastrophe, nous courrons droit à la faillite énergétique, c’est à dire coupures de courant à répétition et coût de l’électricité au delà du raisonnable. Je ne serais pas étonné que dans un futur proche les gens font marcher leur frigo avec un groupe électrogène. Tout cela parce que l’on s’est refusé à changer notre mode d’énergie.

                        Areva annonce des pertes de 2 milliards d’euro en 2015 pour un CA de 8 milliards, alors qu’elle avait atteint un taux record de perte en 2014 (4.5 milliards) et que sur 5 ans elle a cumulé plus de 11 milliards de pertes. Est-ce que vous pensez sincèrement qu’avec ces chiffres, le nucléaire a un quelconque avenir ?


                        • sarcastelle 5 mars 2016 16:52

                          @Trelawney a écrit : 


                          (en France) nous courons (à des) coupures de courant à répétition

                          Non, il y a de la marge. Avant de manquer de courant nous pouvons, fort logiquement et fort équitablement, cesser d’approvisionner massivement l’Italie qui a voté pour se débarrasser du nucléaire. 

                        • HELIOS HELIOS 5 mars 2016 17:49

                          @sarcastelle


                          ... mais non, conformément a la stratégie allemande, ils nous vendront très cher l’électricité provenant du charbon dont nous respirons actuellement les scories jusqu’à Paris... et dont nous avons besoin à cause de leurs exigences sur NOTRE outil de production

                        • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 18:26

                          @Trelawney
                          Très bonne analyse. Dans un premier temps, EDF, à qui on a rattaché la remorque pourrie d’Areva, va devoir ponctionner l’abonné. Le coût de l’électricité va faire un bond en avant, pour permettre de continuer la politique du désastre. Le seul parallèle qu’on peut faire est avec feu le système soviétique : Déni, poursuite du plan « triomphal », avec son EPR, à coté duquel le superphénix de Malville, qui avait plombé sérieusement les comptes, avant de devoir fermer, sera une broutille. Personne ne semble avoir une autorité suffisante dans ce pays, pour arrêter le gâchis, ou du moins, car il n’y a pas de miracle, et tout coup de volant brutal est impossible, amorcer une autre politique. A noter que Anne Lauvergeon, que personne n’a voulu ou pu arrêter dans sa politique de gribouille, a tout de même été remercié, outre son parachute doré, elle a eu la légion d’honneur en 2014. Le soupçon de délit d’initié ferait il de vous un héros de la nation ?...Vite, un discours du président ! 

                          Areva : Olivier Fric, le mari gênant d’Anne Lauvergeon ...

                        • Trelawney Trelawney 7 mars 2016 12:48

                          @sarcastelle
                          Avant de manquer de courant nous pouvons, fort logiquement et fort équitablement, cesser d’approvisionner massivement l’Italie

                          Pour l’instant on en n’est pas à savoir s’il faut arrêter ou pas d’approvisionner nos voisins, mais si dans 5 ans EDF existera encore ou pas. Parce qu’une faillite de cette société et une revente façon dépeçage des moyens de production est très fort probable


                        • Ronny Ronny 5 mars 2016 19:39

                          J’en ai un peu mare de voir le nombre de personnes qui commentent sans probablement trop savoir comment fonctionne une centrale à eau présurisée.... Et leu seul qui semble s’y connaitre vraiment, JM Berniolles, est constamment traité de suppot du grand satan. Avox va décidemment de plus en plus mal.

                          Berniolles a malheureusement raison quand il sous entend que par kWh produit, le coût CO2 est bien plus faible en France qu’en Allemagne. Il pourrait d’ailleurs dire qu’en cout CO2 par kWh produit, l’éolien se trouve un peu au dessus du nucléaire qui reste l’énergie la moins la moins coûteuse en carbone de toutes celles que nous générons...

                          Enfin deux commentaires sur le sujet du papier : dire comme le font les merdias allemands (impliqués dans un jeu politique lié aux élections à venir) que la centrale était sans contrôle est une absurdité. Dans ce cas, nous aurions connu une excursion avec fusion du coeur et là tout le monde s’en serait aperçu ! 

                          Autre point, la fuite d’eau n’a endommagé qu’un des deux circuits électriques mais pour une raison inconnue (de moi en tous cas) les grappes de commande n’ont pu être abaissé pour ralentir le processus nucléaire. Dans ce cas, deux options : l’injection de bore dans le primaire de refroidissement à plus haute dose que d’accoutumé (le primaire contient en effet en service normal de l’eau déjà borée, le bore agissant comme piège à neutrons). Deuxième action possible : l’arrêt d’urgence du coeur. Dans ce cas, de grappes d’arrêt d’urgence maintenues en position haute sont relâchées et tombent par simple gravité dans le réacteur ; elles provoquent en quelques secondes l’arrêt des réaction nucléaires. 

                          De ce que je connais des critères des indices de classement INES de l’ASN, l’incident devrait être classé niveau 1 ou 2 au pire. 

                          • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 20:37

                            @Ronny
                            A priori, si le directeur de la sécurité nucléaire se fait du souci sur l’état actuel de nos centrales, et sur leur continuation, alors que les critères de sécurité semblent être dans la logique contraire à celle qu’on observe vis à vis du terrorisme, je doute que ça soit lié au fait qu’il soit tombé sous la propagande des écologistes. C’est vrai, je ne suis pas ingénieur atomiste. Pour autant, pas besoin de sortir de centrale, ou de s’appeler Oppenheimer pour avoir une opinion pertinente sur la chose, en recoupant informations sur des gens qui ne sont pas des acteurs du lobbying. 

                            Les expériences calamiteuses en URSS et au japon restent en mémoire, et on catalysés la problématique du risque infinitésimal, qui était admis au départ. Cette centrale est pourrie, vieillissante. Il suffit de taper sur le net pour avoir des informations autorisées et convergentes. 
                            Incident entre 1 et 2, au pire dites vous....Je dirais que c’est inversement proportionnel à votre degré de militantisme, pour ne pas parler de propagande !

                          • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 20:42

                            @bakerstreet
                            Sinon, votre tentative d’explication mécano-atomique vue de loin, à la louche me semble superflue, si ce n’est que cet exercice on l’a compris à pour but de vous donner une compétence et un avis autorisé, vous hissant sur le dos du vulgaire. 

                            Cela me rappelle les explications absconses d’un garagiste qui m’a roulé, s’enfonçant dans des détails techniques que j’étais incapable de comprendre ; avec pour but de me faire piger que c’était lui le maître du jeu. 

                          • JMBerniolles 5 mars 2016 21:18
                            @Ronny

                            Merci pour votre soutien et pour votre commentaire.

                            Il s’agit de faire comprendre aux gens qui ne sont pas inféodés à une idéologie anti nucléaire, que le nucléaire est un des derniers piliers industriels qui nous reste.

                            Une des raisons du coût de l’EPR (qui devrait bénéficier d’un effet de taille) est lié à l’exceptionnel effort de sûreté qui a été fait au niveau de sa conception.

                            ON a vu notamment avec l’affaire du contrôle commande, puis celle des couvercle et fond de cuve primaire (qui concernait aussi les EPR chinois) que la sûreté est présente à tous les niveaux de la chaine industrielle de réalisation, d’exploitation, puis du traitement des déchets.

                            Le démantèlement est aussi soumis à des autorisations très strictes. Le démantèlement, dont la phase majeure est le déchargement du combustible, peut être parfois bloqué dans le cadre de ces interventions de la sûreté, c’est le cas du graphite des graphite-gaz par exemple. 

                            La sûreté devrait constituer un argument fort pour ces réacteurs. Mais, en France, avec des arguments mensongers, l’EPR a fait l’objet de campagnes de dénigrement telles que les étrangers peuvent justement se poser la question de savoir s’ils doivent acheter un produit si décrié dans son pays concepteur. Malgré tout, il y a des clients. Parce que les techniciens experts des pays intéressés, il y en a beaucoup, ne croient pas un seul instant à la propagande anti nucléaire qui s’étale librement dans tous nos médias. Toute tentative de faire connaître la vérité sont censurées.

                            Les chinois qui construisent les EPR (au nombre de 2) dans des délais normaux, après voir suspendu leur marche vers le démarrage à la suite de la déclaration de l’ASN, concernant les « anomalies » sur les couvercle et fond de cuve, ont repris celle-ci. Ils viennent de réaliser des essais en eau et démarreront ces réacteurs sans doute avant la fin de l’année.

                            Nous en sommes au point où ce sont les chinois qui vont commercialiser ce que nous avons conçu.

                            Quand nous n’aurons plus d’industrie qu’est ce qui garantira notre exceptionnel volet social ?
                            Notre déficit extérieur est déjà un gouffre qui devient insoutenable.

                            Est ce que les gens réalisent cela ?



                          • JMBerniolles 5 mars 2016 21:30
                            @bakerstreet

                            Quand on fait un article qui un copié collé de tout ce que l’on trouve dans les informations de notre système, sans aucun recul, on comprend qu’il vous soit difficile d’admettre que des gens puissent se placer sur le terrain technique.

                            Si vous ne comprenez rien dans le domaine du nucléaire, ce n’est pas obligatoirement le cas de vos interlocuteurs. Que vous ne respectez pas.

                            Il y a une chose simple qui devrait être à votre portée. Si Ségolène Royal a pu parler de la prolongation de la vie de nos REP c’est bien évidemment que l’ASN (qui dépend de son ministère) lui a dit que c’était possible.

                            Si vous ne le saviez pas, je vous informe qu’il y a à l’ASN et à l’IRSN des courants anti nucléaires assez puissants.

                          • pemile pemile 5 mars 2016 21:32

                            @JMBerniolles « ne croient pas un seul instant à la propagande anti nucléaire »

                            Qui a détecté les anomalies sur les cuves et couvercles ? l’ASN !


                          • sarcastelle 5 mars 2016 21:32

                            @bakerstreet a écrit :

                            .
                            votre tentative d’explication.....................vous hissant sur le dos du vulgaire.

                            C’est incroyable. Alors que le succès de la propagande antinucléaire radicale repose en grande partie sur la plus grande ignorance possible du public, on trouve encore des saboteurs pour tenter de berner le vulgaire avec des vérités. 

                            Gens du vulgaire, soyez stupides ! 
                            Bakerstreet, mon estime pour vous croît à chacun de vos messages. 


                          • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 21:40

                            @Pemile
                            Ne soyons pas sarcastique avec sarcastelle, notre expert exigeant le garde à vous dans la cour de la caserne. Je veux parler de la centrale, bien sûr.


                          • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 22:01

                            @JMBerniolles

                            «  Si Ségolène Royal a pu parler de la prolongation de la vie de nos REP c’est bien évidemment que l’ASN (qui dépend de son ministère) lui a dit que c’était possible. »

                            Si vous aviez lu l’interview du directeur de la sécurité nucléaire, au lieu de bluffer et de tenter d’imposer vos vérités au forceps, vous auriez vu précisément que Ségolène a fait sa déclaration de façon intempestive.
                             A preuve :« Si la ministre de l’Energie confirme qu’elle est d’accord pour qu’EDF propose la prolongation et qu’on étudie la question, ça n’est ni illogique ni un scoop. Mais cela ne veut pas dire qu’elle sera acceptée, essentiellement par moi. Sur ce sujet, c’est l’ASN qui décide. Elle se prononcera de manière « générique » sur les modalités de prolongation en 2018, pour ensuite prendre position, réacteur par réacteur, à partir de 2020. Pour avoir vu la ministre récemment, il n’y a pas de doute dans mon esprit sur le fait que le rôle de l’ASN est connu et respecté. »

                          • bakerstreet bakerstreet 5 mars 2016 22:09

                            @JMBerniolles
                            Quand au copié-collé infamant dont vous m’accusez, je vous fais fort de me citer un extrait de mon article, qui soit volé à un autre. Je ne parle pas des sources que je cite, évidemment, ainsi que les messages et les extraits d’articles sur lesquels je m’appuie, pour être crédible. Dans ce cas, je met le lien, et je met entre guillemets. Les liens sont précieux, car ils permettent de s’apercevoir précisément que les recoupements de l’auteur, et les interprétations, ne sont pas construites sur des vues de l’esprit. C’est ainsi aussi qu’on procède, normalement, pour être pertinent. Rien de nouveau en soi. Ceci est un article d’opinion qui vaut ce qu’il vaut, et qui peut évidemment déplaire, ce qui est d’ailleurs un but en soi, ou du moins une conséquence. 


                          • JMBerniolles 6 mars 2016 00:24
                            @bakerstreet

                            Je lis d’autant plus ce qu’écrit monsieur Chevet que j’ai eu l’honneur de recevoir une lettre personnelle de sa part sur cette question d’ « anomalies ».
                            Avec des amis et collègues, experts du nucléaires, nous lui avions adressé des lettres pour discuter le fond technique de ces problèmes, qui n’ont pas été découverts par l’ASN mais ont été rapportés par le constructeur, Areva en l’occurrence.
                            Notre avis unanime était que ces questions ne remettaient absolument pas en cause l’EPR et non plus l’utilisation des pièces forgées. Pour une fois cette action a eu un certain retentissement dans les médias et dans la profession. Il est évident que cela se passait aussi sous l’œil des chinois si j’ose dire.
                            Donc cette lettre était une réponse à notre action. Monsieur Chevet y manifestait son intérêt pour l’EPR, sa sûreté performante, et son importance pour notre pays. Il justifiait bien entendu sa position mais ne condamnait absolument ces pièces importantes à priori.

                            L’EDF a engagé de gros travaux à Fessenheim. Reprise du radier, renforcement des digues et puis toutes les mesures sous le programme de renforcement de la sûreté inspiré par les accidents de Fukushima Daiichi.

                            L’examen du dossier de sûreté pour la prolongation de vie de 10 ans avait été conclu de manière positive pour un réacteur et en bonne voie pour l’autre. 

                            Le spécialiste reconnu pour le matériau cuve primaire, entre autres, est monsieur Yves Brechet, académicien des sciences, qui a rendu plusieurs avis favorables sur cette question de prolongation qui est lié aux caractéristiques mécaniques de l’acier, de type ferritique à bas carbone (une des questions relatives aux anomalies était d’ailleurs lié à la nécessité de bien rester dans le
                            domaine bas carbone) des cuves primaires.

                            Copié collé, cela vous choque, mais vous commencez votre article en reproduisant une déclaration péremptoire d’un étranger dont vous ne prenez pas la peine d’évaluer la crédibilité.
                            1) le circuit d’injection de bore est un de circuits majeurs de ces réacteurs à eau pressurisée.
                            2) l’arrêt d’urgence est un transitoire dur du point de vue mécanique pour le réacteur.
                            3) la procédure de remise en route du réacteur après un arrêt d’urgence est longue....

                            Il n’y a eu à aucun moment un risque de dérive de cet incident mineur vers un accident plus grave.

                            Votre ignorance des questions liées aux réacteurs nucléaires vous conduit à utiliser sans discernement des sources orientées dans un sens nuisible au nucléaire. Parce que vous faites un choix idéologique de l’information.

                            Je dis cela parce que je suis engagé dans la défense de notre électronucléaire. Ce n’est donc pas particulièrement contre vous

                            Avec la censure des médias, les gens ont évidemment rarement l’occasion d’être confrontés à ce genre de discours.








                          • JMBerniolles 6 mars 2016 00:32
                            @pemile

                            Non, c’est Areva qui a déclaré ces points qui pouvaient poser problème à l’ASN.

                            Là vous donnez la version de médias orientés, que vous gobez sans vous posez de questions.

                            Je vous ai dit que les chinois avaient repris la procédure de démarrage de leurs EPR. C’est absolument vérifiable. Vous ne trouverez cette information dans le Monde et Libé qui sont des journaux manipulateurs en général et anti nucléaires en particulier.




                          • pemile pemile 6 mars 2016 01:25

                            @JMBerniolles

                            La fiabilité de la cuve de l’EPR de flamanville sera peut être correcte, mais les marges de sécurité prévues dans le cahier des charges ne seront pas respectés. A cela s’ajoute les surcoûts, les délais non respectés, la sous traitance multi-niveaux avec des travailleurs précaires, la rétention d’informations (Areva était au courant depuis 2007 et ne l’a annoncé qu’en novembre 2014), pour une vitrine technologique française c’est regrettable.

                            Donc, oui, l’EPR sera « peut être smiley » "quand même smiley plus sûr que nos centrales actuelles, mais l’ensemble de ces ratés ne permet en aucun cas à la France d’être fière de cette réalisation.

                            PS : Sur le fil 11 mars 2001 à fukushima vous n’avez toujours pas acquiescer que votre argumentation qu’il était impossible d’arrêter Fessemheim à cause d’un risque de black out (hivernal) n’était dû qu’à l’usage massif du chauffage électrique encouragé en France par l’industrie nucléaire.


                          • pemile pemile 6 mars 2016 01:28

                            @JMBerniolles « Non, c’est Areva qui a déclaré ces points qui pouvaient poser problème à l’ASN. »

                            Excat, mais comme précisé dans mon post précédent, Areva en avait connaissance depuis 2007 et ne l’a annoncé qu’en novembre 2014 !


                          • Onecinikiou 6 mars 2016 02:52

                            @JMBerniolles

                            Vous avez bien du courage de reprendre chacun des faibles arguments de vos contradicteurs. Leur niveau de mauvaise foi et d’ignorance est sidérant. Tout est affligeant de bêtise et de manipulation. Ils n’ont de surcroit aucune vision politique, géopolitique ou économique. C’est consternant. 

                          • JMBerniolles 6 mars 2016 11:19
                            @pemile

                            Les éléments couvercle et fond de cuve de l’EPR ont été forgés avant 2005 [cela en dit long sur le fait que les retards du chantier de l’EPR de Flamanville ne sont pas tous de nature technique]

                            A cette époque il y avait une réglementation pour les dispositifs sous pression, qui est toujours en vigueur au niveau international, à laquelle satisfaisaient pleinement ces grandes pièces forgées.

                            A l’initiative de la sûreté, la réglementation a changé, en France uniquemenyt donc. La nouvelle réglementation française est entrée en vigueur le 1er janvier 2015.

                            Cela explique ce que vous dites.

                            On va finir par reconnaître qu’il n’y a pas de problème et ces pièces seront conservées. Mais cela aura causé un retard de 6 mois à 1 an sur le chantier.

                            A cause des capitaux privés engagés, tout retard sur le chantier pèse lourdement sur le coût du MWh
                            .
                            L’EPR de Flamanville a sans doute franchi la barre des 100 euros/MWh.
                            Mais ce n’est absolument pas représentatif du coût des réacteurs chinois par exemple qui respectent un planning raisonnable. Et encore moins pour une série.


                            Sur le chauffage électrique. Oui bien sûr, que cela fait partie de la demande électrique.
                            Celui-ci bascule peu à peu vers des éléments à inertie thermique et vers des pompes à chaleur.

                            Le gaz naturel, dont l’emploi et quasiment imposé par la RT2012, est une matière première importée. Qui est aussi à la base de guerres terribles au Moyen Orient. Pour l’instant il n’y a pas de guerre de l’uranium. Les réacteurs rapides permettront de brûler pratiquement tout l’uranium et non l’U5 seulement. Il y a aussi le thorium peut-être potentiellement le plus intéressant.... 

                            On ne voit pas pourquoi le chauffage électrique serait banni de la construction. Il évite une chaufferie, permet le chauffage individuel dans un ensemble collectif, se régule parfaitement, bascule vers de formules où il peut être utilisé en heures creuses....













                          • JMBerniolles 6 mars 2016 11:29
                            @Onecinikiou
                            Merci pour votre commentaire.

                            Il me permet de préciser que je respecte mes interlocuteurs. Il m’est indifférent que certains ne me rendent pas la pareille.

                            Je suis pour l’utilisation du nucléaire dans un contexte démocratique. Donc j’alimente le débat avec des réalités techniques. Je ne vais pas dire non plus que le nucléaire est sans problèmes.

                            La chose qui me sidère le plus est justement cette question géopolitique.
                            Au niveau du nucléaire nous sommes plus proches d’une guerre atomique que d’un nouvel accident nucléaire grave sur une centrale nucléaire.
                            Et les dangers sont d’une autre ampleur. La survie de l’humanité tout simplement.

                            Cette menace est totalement absente des commentaires des personnes qui se disent effrayées des dangers du nucléaire.

                          • sarcastelle 6 mars 2016 12:46

                            @JMBerniolles qui a écrit : je respecte mes interlocuteurs

                            .
                            J’ai pour critère de cesser de les respecter lorsque s’étale : 1) la volonté de puissance politique/sociale ; 2) ou bien la volonté de domination intellectuelle dans ce qui relève de l’indémontrable, c’est-à-dire dans les sujets où est légitime le débat illimité, où il est impossible de conclure avec certitude. . 

                          • pemile pemile 6 mars 2016 19:15

                            @JMBerniolles « la réglementation a changé. Cela explique ce que vous dites »

                            Donnez les chiffres en Joules en 2005, en 2015 et ceux de la cuve en question ?


                          • pemile pemile 6 mars 2016 19:29

                            @JMBerniolles « On ne voit pas pourquoi le chauffage électrique serait banni de la construction. »

                            Par le fait qu’il oblige à surdimensionner le parc nucléaire pour assurer la consommation hivernal ?

                            « permet le chauffage individuel dans un ensemble collectif »
                            Il existe aussi des systèmes de compteurs individuels et de régulations pour les chauffages collectifs !


                          • Onecinikiou 7 mars 2016 09:49

                            @pemile


                            Surdimensionner le parc nucléaire, et alors, quel est le problème ? Il n’y en a pas. 

                            D’autre par le parc produit 415 TWh en 2014, représentant un facteur de charge de 80%. Or nous consommons pour 480TWh, et nous exportons le surplus, ce qui est bon pour notre balance commerciale déjà en fort déficit, exportation qui correspond du reste à de l’énergie à 90% décarbonnée. De quoi vous plaignez-vous donc ?

                            Le chauffage électrique en France évite aussi, évite ainsi, de surconsommer en masse du CO2 - contre exemple encore une fois de l’Allemagne - hors cet aspect est généralement totalement occulté par nos faux écolos, puisque leur monomanie concerne essentiellement le nucléaire. Ce qui signe d’ailleurs leur imposture intrinsèque, ne trouvez-vous pas... ?

                            Ce qu’il faut en priorité c’est supprimer les subventions ineptes à l’éolien et au photovoltaïque, qui mourront ainsi de leur petite mort. 

                          • pemile pemile 7 mars 2016 10:55

                            @Onecinikiou « représentant un facteur de charge »

                            C’est donc votre mantra « facteur de charge » smiley

                            « Surdimensionner le parc nucléaire, et alors, quel est le problème ? Il n’y en a pas »

                            Avec quel coût à la construction et pour le démantèlement complet et la gestion des déchets ?


                          • Onecinikiou 7 mars 2016 14:10

                            @pemile


                            Rapport de la Cour des comptes 2012, tout y est repris dans le détail. 

                            Et oui le facteur de charge est important, de même que la capacité d’un système à produire massivement de l’énergie en base, ce que ne permet ô combien les renouvelables pré-cités. 

                          • sarcastelle 7 mars 2016 16:02

                            @pemile 

                            Le démantèlement des centrales nucléaires et la gestion des déchets vont consommer une énergie considérable. Pour la trouver avec des ENR, ce n’est pas gagné...
                            Aussi, construisez du nucléaire nouveau si vous ne voulez pas rester avec les cadavres nucléaires anciens sur les bras ! 

                          • pemile pemile 7 mars 2016 18:51

                            @JMBerniolles « la réglementation a changé ; La nouvelle réglementation française est entrée en vigueur le 1er janvier 2015.Cela explique ce que vous dites »

                            Eh, non, c’est un gros MENSONGE et vous ne donnez pas les chiffres !

                            La qualité de la cuve est déjà bien inférieure aux normes précédentes.

                          •  Christian Ziziledur 6 mars 2016 04:15

                            les platanes,les camions,les poteaux m’invite à en finir avec cette vie quant je prend la route
                            détruire tout mes atomes comme dans ces centrale nucléaire ,car c’est bien de destruction qu’il s’agit
                            la science de la destruction doit faire place,à autre chose,comprendre la vie comme dirait Bernard
                            Dugué. Trouver une science de la vie ,Frankenstein doit mourir ou il ou détruira.
                            by
                             


                            • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 12:04

                              @Ziziledur
                              Un peu d’humanité dans ce débat de plus en plus occulté par deux ou trois pro nucléaires mandatés pour éteindre tout sentiment d’inquiétude. Ces pompiers de l’écrit antinucléaire doivent avoir un logiciel d’intervention basé sur l’identification de quelques mots clés : Fessenheim, cette vieille cocote minute en faisant évidemment parti. Quel sérieux peut on accorder à des zozos qui projettent de fermer une centrale en rapport à sa vétusté et qui remettent le projet, en rapport à des contre temps économiques...On a sans doute décroché de la science de la vie pour atteler le train nucléaire sur les rails de l’économie ; et cela ne fait qu’inaugurer du pire, comme le fait comprendre à demi mot ce directeur de la sûreté, qui tient tout de même à ouvrir son parapluie. J’ai vu il y a un mois à peu près l’émission « c ’est dans l’air », qui était consacré au scandale Areva, et au destin de la flamboyante Lauvergeon. Il y avait là quelques spécialistes, et en particulier l’ancien directeur de Framatone, le contorsuim qui présidait à l’avènement du tout nucléaire avant Areva. Ce type qui eut les plus grandes fonctions avouait que le nucléaire en france depuis des générations était un électron libre, gouverné par une caste d’ingénieurs et de technocrates qui n’avaient de compte à rendre à personne, et qui imposaient leurs vues sans problèmes à tous les gouvernement successifs. Le cas Lauvergeon illustrant parfaitement cette dérive démocratique, au niveau décisionnel. C’est l’affaire des « avions renifleurs », vaste escroquerie digne des pieds nickelés datant de l’ère giscard, mais à un degré inédit, que l’achat de ces terrains soi disant bourrés d’uranium, par exemple. 

                              Les choix qui ont été fait en tout cas font de nous le pays le plus investi dans le nucléaire au monde, après les states, mais qui est tout de même d’une autre importance. Le premier aussi au niveau du diesel. Ce n’est pas un hasard : Les anciennes centrales au pétrole lourd risquant de fermer avec l’avènement du nucléaire, il a fallu les recycler : On va développer donc les moteurs qui vont avec...Voilà pourquoi la France roule en émettant des particules fines, source de 30 000 décès par an, ( source 0MS)....No problemo, sans doute. Surtout ne pas en parler. 

                            •  Christian Ziziledur 6 mars 2016 04:16

                              il nous détruira 


                              • sarcastelle 6 mars 2016 09:29
                                Beau débat. 
                                Des injures formelles, des souhaits de voir le contradicteur recevoir des coups ou passer en justice pour ses opinions qualifiées mensonges pour le besoin de la cause.


                                • sarcastelle 6 mars 2016 09:38

                                  @sarcastelle

                                  NB : les deux voeux : voir autrui recevoir des coup ou voir autrui passer en justice, proviennent de deux participants différents. 


                                  • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 11:49

                                    @babadjinew

                                    L’excellent, le magnifique et regretté Castelhemis....

                                    Merci du rappel !


                                  • steklo steklo 6 mars 2016 11:17

                                    Avec la catastrophe écologique permanente qui entraîne prématurément des millions de morts dans le monde (pollution des villes avec ses problèmes d’asthme surtout pour nos enfants, de cancer, changement climatique et raréfication de l’eau, destruction de la bio-diversité, ....), je pensais que la guerre idéologique contre le nucléaire avait cesser, surtout suite au remplacement en Allemagne du nucléaire par le charbon 1000 fois plus nocif. Eh bien non, il reste encore quelques attardés dont le seul programme est la destruction encore plus rapide de nos vies et notre milieu. Fort heureusement, ces gens et ce pays (l’Allemagne) ne représentent rien au niveau mondial et la construction de centrales repart de plus belle depuis Fukushima grâce à la Chine et la Russie.


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 11:46

                                      @steklo

                                      je suis médecin mais je veux bien reconnaitre des lacunes monumentales si j’en ai. Alors parlez-moi de la production et de la combustion du charbon mille fois plus nocives que l’accident nucléaire.

                                      Les coups de grisou, l’inacceptable exploitation des mineurs dans les mines de charbon et leur silicose, les particules de charbon disséminées dans l’atmosphère dont je n’ai jamais entendu dire que quelques molécules pourraient provoquer un cancer, de tout ça j’ai entendu parler, mais d’un charbon 1000 fois plus nocif qu’un accident nucléaire, j’ai jamais entendu parler.

                                      Par contre quelques molécules de plutonium logées dans un organisme, ça je peux vous dire que le cancer est quasiment sinon forcément garanti....

                                      Comment avez-vous dit ? Guerre... idéologique ? Attardés ?.... Hum... comme disent les enfants, ne serait-ce pas celui qui dit qui est ?


                                    • bakerstreet bakerstreet 6 mars 2016 12:25

                                      @Patrick Samba
                                      Vous avez raison. A vrai dire les agit pro du nucléaire déroulent ici toujours les mêmes arguments, qui sont des sophismes, sans sourciller une seconde, comparant ce qui n’est pas comparable, mélangeant le risque industriel classique, connu, identifié autour de quelques activités, et celui majeur, énorme, centrifuge, incontrôlable, lié à l’atome...Comment peut on après Tchermobyl et Fukushima dire de telles absurdités, avec un tel aplomb. Il suffit de regarder les photos qui se déroulent comme une foire à la monstruosité, pour le peu qu’on tape ces mots, sous « images »....C’est ce qui explique la volonté de déplacer le débat à un niveau politique, d’allumer des mots censés faire mouche, qui sont pourtant vides de substance, comme « idéologique ». Pourtant ce mot peut être facilement retourné en boomerang car c’est bien une idéologie mortifère qui nous emmène dans le mur, à l’heure où tous les compteurs et les dates se conjuguent et s’affolent : Parc de centrales vieillissant nécessitant des travaux, économie du pays vraiment pas brillante, EPR loin, et s’en faut d’assumer ses promesses, voilà le coktail terrible que l’on va devoir assurer, sans parler de celui du démantèlement futur des dizaines de réacteurs, alors que celui de Brenilis dans le finistère, modèle expérimental, a été abandonné plusieurs fois...Pour le risque létal, ne pas oublier le diesel, avec ses particules fines, qui tue selon l’OMS 30 000 personnes en france. Le choix du diesel s’est fait dans la logique du parc nucléaire, pour recycler les anciennes centrales de pétrole brut. Pour le moment il n’est pas encore mis sur la liste des terroristes. C’est une mort qui ne fait pas beaucoup de bruit, comme celle des pesticides. 


                                    • JMBerniolles 6 mars 2016 14:27
                                      @Patrick Samba

                                      J’ai beaucoup de respect pour les médecins, mais peut-être la médecine nucléaire est un peu loin de votre expérience.

                                      Quelques molécules de Pu dans le corps (dans le foie par exemple où il se fixe) donne une activité alpha très faible. Vous avez entendu parler de la notion de dose biologique évidemment. Avec quelques molécules de Pu on est dans le domaine des très faibles doses.
                                      Vous avez entendu parler des Professeurs Aurengo et Tubiana sûrement.
                                      De leurs travaux il résulte qu’il y a un effet de seuil. Qu’ils situent à 50 millisieverts.
                                      On est largement en dessous. Mais le Pu est aussi un poison... 

                                      Je connais le cas de quelques techniciens qui ont été contaminé au Pu dans leur système sanguin.
                                      A la suite d’accident dans des boites à gant.
                                      L’un a eu des problèmes au niveau de son foie, mais n’a pas développé de cancer dans les dix années suivant sa contamination.

                                      C’est à peine moins nocif que le Polonium qui se trouve en petite quantité dans le tabac entre autres...


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 15:14

                                      Vous nous emmerdez, JMBerniolles, avec vos certitudes et vos croyances (et vos mensonges). Ce n’est pas parce qu’il y a écrit « Professeur » devant le nom Tubiana que celui-ci aurait forcément raison.
                                      Vous le savez, alors pourquoi le cacher ?, que ce seuil de 50 mSv est contesté par bien d’autres sommités.
                                      Le débat sur les faibles doses est, de fait, quasiment interdit depuis 1959 et la soumission de l’OMS à l’AEIA. Les recherches ou les publications de l’OMS sur la radioactivité sont soumises à l’accord préalable du promoteur mondial de l’atome !! Comment l’honnêteté scientifique pourrait-elle s’exprimer dans ces conditions ?

                                      Et vous n’avez toujours pas répondu à la même question que je vous repose régulièrement....
                                      Un peu de courage....


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 15:32

                                      Et expliquez-nous la raison pour laquelle le PDG de Tepco s’est barré à l’étranger dès l’annonce de la catastrophe de Fukushima !
                                      Ce brave homme dont le bureau se trouve à Tokyo aurait-il eu peur des faibles doses de tous les radio-nucléides que crachait la centrale en fusion ?
                                      Mais pourquoi donc ?


                                    • JMBerniolles 6 mars 2016 18:05
                                      @Patrick Samba

                                      Tout d’abord, il faut vous calmer. Il est normal que vous ayez des difficultés avec moi, et avec d’autres amis sur ce site, le seul ou nous pouvons un peu nous exprimer parce que nous sommes censurés dans les médias, y compris DNA, La Provence.... journal où, dans le temps, il m’est arrivé de faire passer des articles, notamment à l’occasion d’un débat avec Cohn-Bendit, ou sur ITER.
                                      Parce que nous ne sommes en service commandé précisément.

                                      Le Japon a conservé de forts restes du système féodal. Une entreprise a une hiérarchie totalement verticalisée. Il est incontestable que cela a amené la Tepco a beaucoup de négligences dont certaines se sont révélées fatales. Donc il y a une grande responsabilité de l’entreprise qui est reconnue.
                                      Lors du déclenchement des accidents nucléaires de Fukushima Daiichi, il y avait de 800 à 1000 personnes sur le site. Le séisme qui l’a frappé était d’une force maximum dans le ressenti des gens. L’électricité du site a été coupée. La panique a commencer à s’installer d’autant que les gens pensaient à leur famille. 40 minutes après les premières vagues du tsunami ont submergé le site.
                                      La panique est monté d’un cran et beaucoup de membres du personnel de la centrale voulaient fuir.

                                      L’intendant du site Masao Yoshida, malheureusement décédé d’un cancer de l’œsophage, a fait évacuer le site, où ne sont restés qu’une poignée d’ingénieurs et techniciens volontaires, des pompiers et des policiers. Disons de l’ordre de 150 personnes. Avec 6 réacteurs, dont 5 susceptibles d’évoluer vers l’accident grave.

                                      La hiérarchie de la Tepco, les autorités préfectorales et le gouvernement ont complètement failli.
                                      Le super intendant du site s’est retrouvé seul, obligé de prendre des décisions d’urgence (demande de générateurs électriques de secours mobiles, soutiens techniques, ...), et surtout de devoir décider de l’utilisation de l’eau de mer, contre l’avis du gouvernement (ce n’est même pas le premier ministre Naoto Kan qui a avoué ensuite avoir été complètement dépassé par la situation, qui a signifié cette interdiction, mais sans doute un obscur fonctionnaire).
                                      Cette utilisation de l’eau de mer a sauvé ce qui pouvait l’être. Elle a empêché les corium des unités 1, 2 et 3 de complètement traverser les fonds de cuves primaires.

                                      Le plus terrible est que son indiscipline a été reprochée ensuite au Super intendant. Que la mort a à peine réhabilité. Alors que lui et tous les hommes qui ont lutté dans les premiers jours sont des purs héros.

                                      Effectivement devant l’évolution dramatique de la situation, le grand responsable de la Tepco a disparu.

                                      Une grande réforme interne de la Tepco impulsé par un comité avec des personnalités extérieures a été lancée. La sûreté japonaise a aussi été profondément restructurée sur le modèle français. Je dirais que ceci est très positif.






                                       








                                    • steklo steklo 6 mars 2016 23:07

                                      @Patrick Samba
                                      Eh oui les 1,4 milliards de chinois qui ferment leur usine de charbon en série et qui ont 30 réacteurs en construction et des tas d’autres dans les cordes sont aussi des attardés. Dans 30 ans, ils nous vendrons surement de l’électricité ou l’on devra rallumer les bougies. Pauvre France manipulée par les médias et ... j’ai bien dit les attardés.


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 23:10

                                      Me calmer ??? Mais certainement pas ! Quand on a l’occasion de libérer toute sa hargne en direction d’un de ces nucléaristes irresponsables que nous avons malheureusement en trop grand nombre en France, incapables, contrairement à ce qui se passe dans bien d’autres pays, de tirer les véritables conséquences de Fukushima, à savoir la sortie du nucléaire, et bien on ne s’en prive pas.

                                      Non, en France les ingénieurs des Mines préconisent le rafistolage des vieilles centrales pour la coquette somme de plus de 100 milliards (Chiffre Cour des Comptes) ! Et en augmentant ainsi les risques d’un accident nucléaire. Parce que l’épaississement du radier des réacteurs de Fessenheim par exemple, ah ben oui, ça vous donne un sacré coup de jeunesse à la veille chaudière qui fuit de partout !!...

                                      Bande de fêlés...


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 23:22

                                      @steklo

                                      C’est ça vous avez tout à fait raison : les politiques et les ingénieurs chinois sont aussi attardés que les français...

                                      Pas moins fêlés, et sans doute un peu plus....
                                      La preuve ils ont achetés 2 EPR aux français : quand on voit ce que ça donne à Flamanville et en Finlande, on se dit que les chinois n’ont effectivement pas toute leur tête....


                                    • steklo steklo 6 mars 2016 23:37

                                      @Patrick Samba
                                      Ce que ça donne en Occident ne donne pas en Chine ! Dés cette année, ils vont pouvoir alimenter en électricité 4 millions de chinois. Ils ne regretterons certainement pas en pensant qu’ils auraient du installer 20000 éoliennes à la place. Que de beauté perdue pour leurs paysages !


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 6 mars 2016 23:49

                                      @steklo

                                      Berniolles me suffit pour me passer les nerfs.
                                      Vos conneries je vous les laisse.


                                    • JMBerniolles 7 mars 2016 09:36
                                      @Patrick Samba

                                      Vous avez tort d’en faire une affaire personnelle.
                                      Ce n’est pas mon cas.

                                      les 100 milliards d’euros, relatifs à ce que l’on nomme le grand carénage, concerne le 58 réacteurs nucléaires. Cet investissement s’entend évidemment dans le cadre d’une prolongation de la vie des réacteurs nucléaires de 10, puis encore 10 années. Donc jusqu’à 60 ans.

                                      Ce n’est pas cela qui va faire monter le coût du MWh

                                      Vous n’êtes ni compétent, ni qualifié pour dire que les cuves primaires fuient et qu’un accident grave est plus probable maintenant qu’avant. Ce qui est faux.

                                      Dans la désorientation que le chaos politique actuel entraine chez les gens, il leur parait naturel qu’une ministre en charge de l’Habitat (pauvre Habitat) soit compétente pour fermer une centrale nucléaire.

                                      Vous êtes intelligent, donc vous devriez comprendre quand une partie est perdue.





                                    • Patrick Samba Patrick Samba 7 mars 2016 22:37

                                      @JMBerniolles

                                      « Vous avez tort d’en faire une affaire personnelle. »

                                      Bien au contraire. Sur ce site vous êtes le prototype même des irresponsables nucléaristes de notre pays qui envoient forcément leurs concitoyens dans le mur de l’accident grave, et cela parce que vous n’avez aucun scrupule à user sans retenue de mensonges les plus variés. Vous ne craignez pas d’être profondément malhonnêtes, parce que vous êtes incapables de reconnaitre l’erreur historique du choix du nucléaire sous prétexte que De Gaulle a voulu propulser son pays au sommet du pouvoir mondial, et qu’il reste malgré tout respectable en raison de sa résistance à la barbarie nazie.

                                      La question de l’utilisation du nucléaire est une grave question philosophique qu’ont tranché certains dirigeants politiques au lendemain de la seconde guerre mondiale. Peut-être était-ce inévitable dans l’histoire de l’humanité, et irréversible, et qu’elle disparaitra donc. Mais en attendant il faut bien vivre, et l’espoir est une nourriture indispensable à la vie.

                                      Or avec vos mensonges à répétition vous briser régulièrement l’espoir, peut-être illusoire mais indispensable, et c’est pourquoi je ne peux que vous cibler quand vous vous comportez comme vous vous comportez.

                                      Même dans l’hypothèse où le combat contre l’utilisation civile et militaire de l’atome est voué à l’échec, nous nous devons néanmoins de le mener ne serait-ce que par respect pour la vie et l’espoir des enfants qui naissent tous les jours.

                                      Et vous êtes à votre échelle et à l’échelle de ce site un obstacle à ce combat.


                                    • Patrick Samba Patrick Samba 7 mars 2016 22:51


                                      Et vous êtes à votre échelle et à l’échelle de ce site, par votre mauvaise foi et vos mensonges fréquents, un obstacle à ce combat.


                                    • pemile pemile 6 mars 2016 12:50

                                      Le vrai débat, derrière cette histoire de fermeture de Fessenheim, n’est il pas un débat souvent refusé par les deux parties, la progression constante de consommation d’énergie ?

                                      Un anti-nucléaire, comme Cabanel, qui refuse d’admettre que l’arrêt du nucléaire a comme condition nécessaire une réduction drastique de la consommation d’énergie de notre société, me semble aussi obtus qu’un pro-nucléaire comme JMBerniolles, qui n’envisage que de mettre du pognon pour prolonger la durée d’exploitation d’une centrale plutôt que de financer l’arrêt du chauffage électrique et l’isolation des maisons énergivores, qui permettraient sans problème de fermer progressivement quelques centrales sans risque de blackout hivernal.

                                      Le tout, évidement, associé avec une réflexion, sur la notion d’un équilibre énergétique viable à long terme dans l’espace fermé qu’est notre planète.

                                      Toute consommation d’énergie est une transformation, augmenter sans fin la production/consommation d’énergie (même renouvelable, heureusement qu’elles sont très peu productives) revient à augmenter la transformation de notre planète.


                                      • JMBerniolles 6 mars 2016 14:15
                                        @pemile

                                        Evidemment si vous me faites dire ce que je n’ai pas dit.....

                                        Je n’ai rien contre l’isolation des bâtiments, la consommation intelligente....

                                        Je ne suis pas pro nucléaire. C’est à dire que si l’on pouvait s’en passer avec quelque chose de moins complexe, je ne vois pas pourquoi je serais contre.... je ne veux pas faire du nucléaire à tout prix.

                                        Il se trouve que, surtout pour notre pays, le nucléaire dans la production électrique est pour le moment incontournable. Et que l’industrie nucléaire est un pilier lui aussi irremplaçable pour le moment.

                                        L’Allemagne prêtant sortir du nucléaire depuis 2000 et Schröder qui s’est reconvertir dans les conseils d’administration d’entreprises gazières russes. Il y a encore environ 20% de production de courant d’origine nucléaire.

                                        L’Allemagne prêtant aussi diviser sa consommation électrique par deux, peu après 2020, par rapport à celle de l’année 2008 (en France la référence est 2012). 

                                        Mais le problème est que depuis 8 ans, la consommation électrique allemande ne baisse pas....

                                        Sa sortie du nucléaire est une fiction pour fanatiques et gros naïfs......

                                        Je parlais de feu atomique généralisé, dont la menace pèse sur nous et sera accrue si Hillary Clinton est élue, puisqu’elle préconise son emploi contre ceux qui prétendent résister à l’empire.
                                        Je n’arrive pas à comprendre comment des gens peuvent se sentir à l’abri de cela. Ils sont certes anesthésiés par la propagande médiatique , mais même dans celle-ci, les missiles, avions et sous marins dotés de missiles à têtes atomiques sont évoqués.





                                      • pemile pemile 6 mars 2016 15:41

                                        @JMBerniolles « le nucléaire dans la production électrique est pour le moment incontournable »

                                        Dans l’autre fil vous déclariez que c’était impossible à cause d’un risque de black out !

                                        « je ne veux pas faire du nucléaire à tout prix. »

                                        En vous lisant on constate que si ! Et que vous fermez toute recherche ou financement de contournement, vous rendez incontournable une solution que vous voulez incontournable !


                                      • pemile pemile 6 mars 2016 15:44

                                        @JMBerniolles « Je ne suis pas pro nucléaire »

                                        Vous me citez un de vos posts dans lequel vous recherchez d’autres solutions ?

                                        En fait, en vous lisant vous déclarez être pro industrie française mais vous ne faites que la promotion d’une industrie, le nucléaire.


                                      • pemile pemile 6 mars 2016 15:49

                                        erratum : vous ne faites la promotion que d’une industrie, le nucléaire.


                                      • JMBerniolles 6 mars 2016 18:26
                                        @pemile

                                        Je vous réponds dans la mesure où cela amène des arguments. Je ne vous convaincrai pas.

                                        En matière de mise au point de nouveaux procédés dans le domaine de l’énergie, production et stockage, les inerties sont très importantes. Des décennies pour mettre au point industriellement la pile à combustible, même chose si l’on veut produire et transporter l’hydrogène, malgré tous les problèmes que cela suscite..... c’est pourquoi je dis, incontournable pour l’instant et pour des pays développés. Il vaut mieux réserver le gaz aux pays en voie de développement.
                                        L’avenir est la dans la maitrise de la fusion.... et ce n’est pas pour demain.
                                        En même temps il y a des secteurs fondamentaux à développer comme le ferroutage électrifié.
                                        Il y a une volonté de développer l’usage de la voiture électrique en ville (à cause de l’autonomie qui ne dépasse pas 200 kms actuellement). Je ne suis pas contre.
                                        Mais tout cela réclame de l’électricité non intermittente.




                                      • pemile pemile 6 mars 2016 19:06

                                        @JMBerniolles « Je vous réponds dans la mesure où cela amène des arguments »

                                        Mais vous n’avez toujours aucun argument valable pour refuser le fermeture de fessenheim !


                                      • sophie 6 mars 2016 20:03

                                        @pemile
                                        cela ne fait qu’augmenter l’irresponsabilité de ceux qui ont élaboré cette solution, ont vu les effets au travers des accidents majeurs, et n’ont pas engagé immédiatement des études pour une alternative.


                                      • Onecinikiou 7 mars 2016 18:05

                                        @pemile


                                        Par quoi comptez-vous remplacer les 12,5 TWh d’électricité que produit annuellement cette centrale, hum ? Par ce qu’il faudra bien les remplacer n’est-ce pas, pas dans dix ans, mais immédiatement dès sa mise hors service !

                                        Il s’entend : par quoi de moins couteux, de plus économe en CO2, et de plus favorable pour notre balance commerciale... ?

                                      • Onecinikiou 7 mars 2016 18:10

                                        Je précise à toute fin utile et histoire de réveiller les consciences mêmes les plus timorées : 12,5 TWh cela représente la production annuelle de 1240 éoliennes géantes de 5MW de puissance crête, dont le coût d’installation est d’environ 20 milliards d’€. 


                                      • pemile pemile 7 mars 2016 20:00

                                        @Onecinikiou « Par quoi comptez-vous remplacer les 12,5 TWh d’électricité que produit annuellement cette centrale »

                                        Cela ne représente que 2.5% de la production annuelle du parc, non ?


                                      • Onecinikiou 8 mars 2016 07:14

                                        @pemile


                                        Pourquoi ne pas répondre alors, si cela ne représente QUE 2,5%, ce devrait vous être très facile ?


                                      • pemile pemile 8 mars 2016 10:31

                                        @Onecinikiou

                                        Relisez mes posts, la seule solution sure et pérenne est de baisser la consommation de 2.5%, point.


                                      • Onecinikiou 8 mars 2016 21:03

                                        @pemile


                                        J’en conclue donc que vous ne souhaitez pas la sortie du nucléaire, puisque votre seule et unique solution est la réduction de la consommation, et qu’en ce cas une sortie supposerait de réduire notre consommation électrique de 80%. Cqfd.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès