• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Film sur De Gaulle : le général méritait mieux !

Film sur De Gaulle : le général méritait mieux !

Réaliser un biopic sur un personnage historique n'est jamais une tâche aisée. A fortiori quand il s'agit d'un monument tel que Charles De Gaulle. Gabriel Le Bomin, cinéaste des armées, a accompli cet exercice afin de nous livrer un opus de deux heures qui nous laisse sur notre faim. Car, à l'image du cinéma français de ces dernières années, on est loin du côté épique des productions anglo-saxonnes ou de la subtilité de la lettre à Franco d'Amenabar.

Le visionnage de ce film laisse le spectateur assez perplexe. Le récit est très linéaire, sans surprise ni suspense. On y découvre la petite famille du général, sa petite fille handicapée, la belle maison de campagne des De Gaulle. On y voit des familles qui fuient l'avancée des allemands, des gens qui cherchent à embarquer à Brest, dont Yvonne et ses enfants pour rejoindre Charles à Londres. Les intentions du réalisateur sont floues, sans doute écartelé entre la volonté de faire un récit people, sociétal ou guerrier. Peut-être aurait-il pu axer le film sur la petite Anne, ou simplement sur Yvonne De Gaulle ? Gabriel Le Bomin semble dépassé par le côté pédagogique et evidemment historique de son film.

Inexploitable d'un point de vue pédagogique, on y voit un De Gaulle assez terne. La classe et le talent de Lambert Wilson ne suffisent pas à donner du charisme à son personnage, qui reste de marbre après la victoire de Montcornet (début du film), ne s'énerve jamais et prononce de façon hésitante son discours du 18 juin, ce qui est une erreur historique. Les enregistrements conservés ont toujours montré un De Gaulle offensif, convaincu et très à l'aise derrière le microphone de la BBC.

Détail étrange pour un film de guerre, il n'y a pas une scène de bataille. A peine distingue-t-on quelques carcasses de panzers calcinés à Montcornet. Autre curiosité, certains personnages sont mal interprêtés. Ainsi, Lord Halifax n'était pas le "Kojak" chauve campé par l'acteur du film. Celui qui incarne Pétain ne lui ressemble pas physiquement non plus. Pour l'angle politique, le climat entre les "défaitistes " et les "résistants" est bien relaté. Un Pétain qui entend profiter de l'occasion pour régler ses comptes avec la république, un Reynaud faible manipulé par sa femme, un Mandel offensif, la psychologie pertinente des personnages est peut-être l'élément qui sauve l'entreprise de Gabriel Le Bomin.

On pouvait s'attendre à un opus incitant à l'esprit de résistance, au patriotisme, au souverainisme face aux envahisseurs et aux oppresseurs. Il n'en est rien. Ce film n'est qu'une balade qui tient plus de Gala et de Paris-Match que d'une revue historique. De Gaulle, un homme, une petite famille, un exil à Londres... C'est tout ce que l'on retiendra en sortant du visionnage de cette fiction.

Il est vrai que les valeurs du général font mauvais genre à notre époque, et pourraient constituer un encouragement à résister aux oppressions du moment : capitalisme sauvage, disparition de l'état républicain dans le libre-échange, asservissement de l'armée française à des conflits qui ne nous concernent pas etc. C'est tout juste si Le Bomin s'attarde sur l'anti-républicanisme de Pétain, conservateur et aigri.

Le cinéma français est victime de ses blocages culturels, son conformisme, et ressemble de plus en plus aux fictions de l'ex-Allemagne de l'est communiste : auto-censure, cahier des charges idéologique à respecter, thèmes à éviter. Le De Gaulle de Le Bomin, le Dreyfus de Polanski et les médiocres fictions orientées sur la guerre d'Algérie témoignent de la soumission culturelle aux valeurs de la génération Mitterrand. Cela fait plus de trente ans que nous attendons un grand film patriotique, à l'image des productions américaines. Nous risquons d'attendre encore longtemps... Mais ne soyons pas "défaitiste", les choses peuvent toujours changer, comme le général De Gaulle nous l'a démontré.

Bande annonce du film : 


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 mars 17:49

    Vous préférez « Olympia » (les dieux du stade) ?


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 14 mars 18:07

      @Séraphin Lampion

      Joli procès d’intention ....Uleski vous aurait banni pour moins que ça smiley


    • jocelyne 14 mars 18:03

      film inutile plus impossible de trouver un vrai sosi et son charisme.


      • Tall Tall 14 mars 18:38

        Si je comprends bien, ce film serait une propagande anti-gaulliste l’air de ne pas y toucher ?

        Cela ne m’étonnerait pas venant d’une certaine clique d’artissss, dégoulinant la bien-pensance face caméras, mais ne se privant pas de coups tordus pour dézinguer la concurrence et pratiquant l’évasion fiscale à donf.


        • Eric F Eric F 14 mars 18:54

          @Tall
          D’après l’article, le film ne serait pas « anti », mais plutôt banalisateur, en donnant trop de place au privé par rapport à l’épopée. Ce ne sera donc pas « LE » film sur le général de Gaulle en 40. J’irai le voir quand même.


        • Tall Tall 14 mars 19:06

          @Eric F

          mais plutôt banalisateur

          ben oui, pour le démythifier ...

          c’est subtil... il ne faut pas sous-estimer la propagande-système aujourd’hui, elle est très efficace...
          ils martèlent par tous les moyens toujours le même message « nation = mal » afin de protéger l’européïsme à la solde des lobbys.
          Les artisss sont des propagandistes au même titre que les journaleux.


        • mmbbb 14 mars 18:57

          Votre resume donne de bonnes raisons pour ne pas aller voir ce film . J ajouterais que de Gaulle etait respecte a l international et sa fonction presidentielle n etait pas un jeu Depuis Sarko Hollande et Macron , quelle dégringole . Une politique a la godille , aucune vue et une soumission a l Allemagne , Il aurait ete peut être plus judicieux de faire un film a la gloire de Merkel et de court circuiter l histoire .


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 19:11

            De Gaulle était d’une famille lilloise , tatie Yvonne et Pétain de Calais...ahhh ces chtis ...


            • eau-pression eau-pression 15 mars 06:16

              @Aita Pea Pea
              Heureusement qu’il y a des dunes dans votre plat pays pour rappeler ce qu’il doit aux éléments.
              Sais-tu que cet enculé de Pétain avait débaptisé le Canigou pour l’appeler Pic Pétain ? Par jalousie, l’un des sommets s’appelant Pic Joffre.
              Quand la neige et les nuages là-haut rendent hommage à la mer qu’ils contemplent, le képi signale le naufrage de la vieillesse. C’est sans doute pour ça que Charles allait tête nue (sauf à l’époque du film).


            • Raymond75 14 mars 19:25

              Il s’agit d’un film dans l’air du temps, où l’on montre que De Gaulle doit tout à sa femme ... Assez niais ; que sa vie de couple lui ait apporté une nécessaire stabilité affective, d’autant plus qu’ils avaient une fille handicapée, est évident.

              Mais la vie privée de De Gaulle n’est rien à côté de sa vie publique, et de son engagement pour la France.


              • JulietFox 16 mars 11:10

                @Raymond75
                Tante Yvonne rentre par mégarde, dans la salle de bains ou Charles est à poil.
                Elle s’écrie : « Mon Dieu »
                Et Charles de répondre.
                Yvonne dans l’intimité, vous pouvez m’appeler Charles.


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 mars 11:49

                @JulietFox

                Une histoire vraie :

                Le gouvernement assiste à une pièce de théâtre à Paris, et à l’entracte, De Gaulle se retrouve à côté de Pompidou aux latrines.

                Evidemment, gêne de Pompidou du silence pesant pendant cette courte entrevue.

                Pompidou se risque donc à ouvrir la conversation :

                -Belle pièce mon Général !

                -Pompidou, regardez plutôt devant vous !


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 mars 12:02

                @JulietFox

                Une autre histoire vraie.

                De Gaulle va voir Massu, Général qu’il connaît bien mais qui s’était révolté contre lui.

                De Gaulle adopte donc le langage cru utilisé entre militaires :

                -Alors Massu, toujours aussi con ?

                -Pour vous servir mon Général !


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 mars 12:06

                @JulietFox

                Une autre histoire vraie ;

                Peu après l’élection de De Gaulle à la présidence de la République, De Gaulle va rendre visite à la caserne d’Arras où il avait ses anciens potes.

                L’un d’eux, le voyant arriver de loin, lui crie :

                Tiens, De Gaulle, ça fait un bail ! Qu’est-ce que tu deviens ?


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 mars 20:35

                A quand un film qui passe en revue les bonnes paroles bien senties prononcées par De Gaulle et relatées dans « C’était de Gaulle, d’ Alain Peyrefitte, 1994 » ?


                • eau-pression eau-pression 14 mars 20:38

                  Le lien familial est le fil conducteur de ce film, et le réalisateur a su éviter le pathos pour le mettre en relief. D’autres lectures, j’ai retenu que De Gaulle serait peut-être tombé dans la dépression sans Yvonne. On le comprend quand on voit les carriéristes qui ne pensent qu’à le rabaisser. Personnages qui, sous leurs principes et devises, étaient prêts à voir Hitler comme un gentil organisateur.

                  Le personnage de Churchill est sans doute mieux mis en valeur, en défenseur de l’identité nationale. Vu le rapport des forces du moment, on peut imaginer que c’est proche de la réalité.

                  Par contre, je ne me souviens pas que les américains soient présents à la hauteur du rôle qu’ils ont joué.

                  Au final, je trouve que les roulements de tambours ne sont pas indispensables pour comprendre l’implication des hommes dans l’histoire.


                  • rogal 14 mars 21:56

                    Le Général méritait qu’on ne produisît pas sur lui ce genre de film.


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 22:04

                      @rogal

                      Vous l’avez vu ? Perso pas et comme je ne vais jamais au cinoche ...lol


                    • rogal 15 mars 02:19

                      @Aita Pea Pea
                      Je ne l’ai pas vu et je ne le juge qu’à travers ce qui s’en raconte ; c’est le genre que je trouve déplacé. Point de vue très subjectif de gaulliste, il est vrai. Du temps où je regardais la télévision, des documentaires avaient très bien fait revivre l’homme, c’est-à-dire surtout l’acteur de l’épopée, avec des documents audiovisuels qui suffisaient à le percevoir sensiblement, si j’ose dire.
                      Et puis il faut aussi lire ses livres, les Mémoires évidemment (de Guerre ; d’Espoir), mais également ses études de l’entre-deux-guerres, au moins le Fil de l’Épée. Comment un film pourrait-il faire passer ce qui s’y rencontre ?


                    • eau-pression eau-pression 15 mars 06:23

                      @rogal

                      Bon, puisque vous n’irez pas voir le film, je vous en donne un passage. A un moment d’indécision, Yvonne rappelle à Charles un passage de ses écrits (extrait du « fil de l’épée » je crois). Il réalise alors qu’elle a tout lu.

                      Il y a bien longtemps est sorti un film sur Proust, avec Delon dans le rôle de Charlus (sauf erreur). Ce qu’on retire de ces deux heures est évidemment dérisoire pour qui aime « le temps perdu », mais tant que l’oeuvre n’en est pas dégradée ...


                    • Aimable 15 mars 11:21

                      @rogal
                      Rassurez vous , la bande annonce que j’ai vue , ne m’a pas donné l’envie d’aller le voir .


                    • rita rita 15 mars 08:23

                      Petit film, petit budget, film typiquement Français pour les nuls !

                       smiley


                      • finael finael 15 mars 09:50

                        Rectification :

                        Paul Reynaud n’était pas manipulé par sa femme mais par sa maîtresse Hélène de Portes. Celle-ci trouvait le moyen de débarquer en plein conseil des ministres en vociférant.

                        Elle était persuadée que la guerre était perdue et a joué un grand rôle dans la démission de Paul Reynaud et l’arrivée au pouvoir de Pétain.


                        • Finalement De Gaule a été condamné à mort par Vichy ?

                          Puis ce fut le tour du héros de 14/18 d’ être condamné à mort ...mais gracié par De Gaulle donc Pétain finira ses jours sous les mimosas de la citadelle de l’île d’Yeu et le fils du général aura le même prénom que le maréchal ....amen


                          • Alushaa 15 mars 19:13

                            Je regarde maintenant des films qui me conviennent ici https://voirfilmvf.tv/arts-martiaux/ J’ai tout aimé, donc je peux personnellement conseiller et étudier ce site aussi, je pense que vous ne le regretterez pas.


                            • warcardo 20 mars 01:40

                              Bonjour, bon article, le forum devrait prendre de nouveaux états de réponse pour améliorer les messages qui sont faits, bien sûr cela devrait être fait en tenant compte de la rigueur des utilisateurs de Www.voirfilms.plus

                              , car ils peuvent mieux s’organiser

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès