• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Floués par l’UE, floués par Macron, Hollande et Sarkozy, unissons nos (...)

Floués par l’UE, floués par Macron, Hollande et Sarkozy, unissons nos forces pour retrouver notre nation et nos libertés !

De la nécessité de fédérer les forces qui se lèvent pour défendre nos libertés élémentaires avec celles qui militent pour sortir la France de la dictature de l'UE, de l'euro et de l'Otan :

Unissons nos forces contre l'ennemi commun : le pouvoir tentaculaire de l'oligarchie.

Ensemble, recouvrons notre souveraineté, reconquérons nos libertés.

Quelques-unes des embûches que nous pouvons écarter du chemin :

 Beaucoup de nos concitoyens se cabrent dès qu’ils rencontrent tel ou tel « gros mot » sortant du vocabulaire autorisé par la messe européiste que nous servent quotidiennement les médias, ou telle ou telle boutique, lorsqu'ils sont confrontés à telle ou telle constatation objective, à telle ou telle réalité taboue dont la simple évocation suffit à classer celui qui y fait référence dans la secte infamante des complotistes ou pire encore.... Les fronts se rident, les oreilles se ferment, les yeux s'équarquillent à la simple prononciation de tel ou tel mot, au simple rappel de tel ou tel fait, à la simple évocation de telle ou telle idée renvoyant à des références idéologiques, historiques ou philosophiques perçues comme des épouvantails, des pièges, des dangers, des peurs savamment entretenues par le pouvoir en place ou les boutiques évoquées ci-dessus, sans que les interlocuteurs du moment prennent le temps et la peine de lire, d’écouter ou de visionner les arguments qui étayent des analyses ou des propositions politiques pertinentes et raisonnables qui les concernent pourtant au premier chef.

 Il en va de même lorsque l'on mentionne, fût-ce timidement, même en s'entourant de précautions oratoires, les opposants et les personnalités auxquels les médias de l'oligarchie s'appliquent consciencieusement à coller une étiquette caricaturale et détestable, lorsque l'on nomme ceux que ces médias aux ordres s'appliquent à interdire d'antenne au seul motif de leur propension à évoquer les questions qui fâchent, à décrire et à analyser ce qui va de travers, à éclairer les consciences, à interpeller les tenants du pouvoir sur leurs décisions et sur ce qui en résulte, à proposer des solutions qui remettent en cause l'enfermement de notre peuple dans les mailles des filets tendus par l'oligarchie et la clique politicienne complice pour mieux l'exploiter, le contrôler et l'asservir. (Union Européenne, monnaie unique de l'euro, Otan, Conseil de Défense Sanitaire...)

 Malheureusement, le travers opposé, celui qui consiste à accorder sa confiance a priori à des personnalités ou à des discours porteurs de la doxa européiste de laquelle nos médias interdisent de s’écarter, ou se réclamant de l’héritage historique d’un parti et d’un drapeau piétinés et trahis depuis belle lurette par des dirigeants félons, politiques ou syndicaux, fait lui aussi partie de notre paysage.

 Avec de la patience et beaucoup de pédagogie, parce que c'est une nécessité incontournable (nécessité fait loi), on peut et on doit apprendre à corriger ces deux travers, lourds de conséquences sur notre capacité à travailler ensemble pour mettre en échec le pouvoir politique totalitaire en place qui liquide nos libertés et sert de relais à l’UE et à l’oligarchie pour « mieux » asservir et exploiter notre peuple, pour « mieux » liquider notre nation et ce dont elle est porteuse.

 Les réflexions qu'un certain nombre de rédacteurs et de commentateurs intrépides et courageux partagent régulièrement sur ce site avec les lecteurs d’agoravox y contribuent de façon exemplaire.

 

Un allié précieux : la connaissance que l'ensemble des travailleurs, que nos concitoyens ont des difficultés bien réelles, souvent exspérantes, de leur vie quotidienne, la réalité des faits, l'analyse concrête de la réalité concrête :

 Il est possible de dépasser ces difficultés parce que la réalité des faits oblige chacun, tôt ou tard, à regarder les choses telles qu’elles sont, à confronter ces faits aux vérités soi-disant établies, à revisiter son bréviaire, à opérer les corrections nécessaires, à se détourner des traîtres, des menteurs, des fanfarons, des vendeurs d’illusions, des aventuriers et des politiciens de pacotille qui s’entendent aujourd’hui comme larrons en foire pour laisser la France aller au précipice aussi longtemps qu’on leur permet de continuer à se vautrer dans leur petit confort personnel et leurs turpitudes, nombre d'entre eux étant confortablement installés dans les ors de la république.

 Ou bien on prend en compte cette réalité et on tourne le dos aux mensonges, aux trahisons, aux forfaitures, et aux exactions des« dirigeants » abjects que nous impose l'oligarchie avec la complicité de la clique politicienne qui prospère tandis que la nation s'écroule, ou bien le pays s'enfoncera plus encore dans la récession, le chaos, la misère pour le plus grand nombre, l'accaparement de toutes ses richesses par les intérêts mafieux de l'oligarchie, l'éclatement de nos solidarités, la dictature, l'insécurité, la peur, le délabrement de notre industrie, de nos cités, de nos services publics et de nos territoires, l’abjection, le déshonneur et le néant.

Aller dans la bonne direction, en choisissant la bonne méthode, en prenant des chemins éprouvés :

 Comme au temps de la résistance et du CNR, ce sont toutes les énergies volontaires, ce sont toutes les forces vives concernées et conscientes du pays qu’il faut aujourd’hui rassembler et mobiliser pour empêcher la France de sombrer, pour que notre peuple se ré-approprie collectivement l’intelligence de ce qui lui arrive, pour qu’il ré-apprenne à identifier correctement ses ennemis et à les mettre hors d’état de nuire, pour faire correctement l’inventaire de tous les atouts dont il dispose pour se libérer de la dictature et pour retrouver la nation porteuse de l’étendard de la liberté que nous enviaient autrefois tous les peuples opprimés.

 De plus en plus nombreuses malgré la censure et la difficulté de la tâche, de nouvelles personnalités se lèvent, de nouvelles escouades se groupent, de nouvelles troupes s’organisent pour défendre notre nation contre les vampires de l’oligarchie qui la saignent chaque jour davantage derrière le rideau bien commode de l’Union Européenne. Malgré les trahisons des partis, des parlementaires, des directions syndicales corrompues marchant à contre-courant de l'histoire et des intérêts des Français de toutes conditions, des pans entiers de la population refusent de se soumettre et rejettent la clique politicienne discréditée qui cautionne la liquidation inacceptable de nos libertés derrière cet autre paravent bien commode qu’est « le conseil de défense sanitaire » que Macron pilote pour le compte des labos, et pour garder la main....sur chacun de nos mouvements.

Derrière la dégringolade et l'enlaidissement de notre pays, derrière la liquidation de nos libertés individuelles et collectives, derrière la perte par notre peuple du droit à décider lui-même de son destin, derrière l'enfermement de notre pays dans la dictature de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan, derrière l'accentuation du danger de guerre, le même instigateur, le même acteur, le même coupable : l'oligarchie, les grandes sociétés capitalistes !

 L’enjeu de la sauvegarde, ou plutôt, de la récupération nos libertés individuelles et collectives, ne peut pas, ne doit pas être dissocié de l’enjeu de la récupération de notre nation, du rétablissement de l’indépendance de la France, et donc de la sortie de la dictature de l’UE.

 En effet, à la manoeuvre derrière le paravent de l’UE et de la Commission Européenne sensées nous rendre plus compétitifs grâce à « la concurrence libre et non faussée » et à l’interdiction du contrôle des mouvements de capitaux, alors que c’est tout le contraire, il y a l’oligarchie qui dicte sa loi, qui piétine notre nation et ses réglementations contraignantes qui sont autant de freins à leur course aux profits jamais suffisants. Une oligarchie mondialiste qui s’applique à asservir les peuples et à liquider leurs nations pour exploiter à sa guise, sans la moindre contrainte, toutes les catégories de travailleurs. C’est à cela que sert l’UE, et à cela d’abord, et essentiellement... (Il y a aussi, depuis le départ, les plans de guerre de l’oncle Sam contre la Russie et la Chine, auxquels l’UE est sommée de contribuer de toutes sortes de façons, aujourd'hui plus encore qu'hier, un enjeu et un danger bien réels sur lesquels il convient de se pencher attentivement).

 Et, toujours à la manoeuvre, derrière le paravent bien commode du « conseil de défense sanitaire » mis en place par Macron, on retrouve encore les milliardaires des labos et les plans de l’UE, les contrats et les connivences de l’UE avec ces labos, les diktats de l’UE et de l’oligarchie, avec le milliard de doses qu'ils ont prévu de nous injecter.

 Ceux qui se cachent derrière ce paravent bien commode avec la caution foireuse d'un "conseil scientifique" perclus de conflits d'intérêts sont ceux-là même qui organisent le démantèlement de nos services hospitaliers et de tous nos services publics.

 Ce sont les mêmes qui "protègent" le public des infos pernicieuses et suspectes, des bruits qui courent sur les réseaux sociaux. Ce sont ces mêmes milliardaires qui arrosent les médias, qui veillent à la bonne organisation de la censure, qui débusquent et ostracisent les empêcheurs d'euro-tourner en rond, qui insultent les manifestants et tous les patriotes qui se mobilisent pour la défense de nos droits élémentaires et de nos libertés. Ce sont ces mêmes milliardaires qui mènent campagne, à travers les médias à leurs bottes, contre les Gilets Jaunes qui ont le toupet de dénoncer l'aggravation de la misère en criant que cela ne peut plus durer et en rêvant d'un autre monde tandis que le pouvoir ne leur envoie pour toute réponse que des LBD et autres amabilités du même genre.

 Ce sont les mêmes qui attisent les tensions entre les différentes composantes de la population, qui suscitent et exacerbent de nouveaux clivages, qui financent et orchestrent des candidatures bidon et des repoussoirs factices pour mieux paralyser notre peuple, pour mieux l'aveugler tandis qu'ils continuent de s'affairer à leurs sales besognes et à saccager notre pays pendant que leurs profits et leurs dividendes ne cessent d'augmenter et de battre des records faramineux.

Ce sont ces forces là qui financeront demain les sabotages orchestrés contre la politique nouvelle qu'exige la situation désastreuse dans laquelle notre pays ne cesse de s'enfoncer.

 Ayant pris le contrôle de tous les grands médias, tout ce beau monde travaille de concert à la mise en place d’un système de contrôle de tous les faits et gestes de la population, à travers l’instauration d’un climat de peur, de suspicion et de contrôles permanents érigé en système de gouvernement.

On ne peut pas lutter efficacement pour la récupération de nos libértés, pour la récupération de notre nation sans remettre en cause et juguler les pouvoirs mafieux de l'oligarchie.

 Sortir de la dictature économique de l'UE, récupérer nos libertés individuelles et collectives, on ne peut gagner l’une de ces deux batailles en reportant l’autre à plus tard. Il faut les mener de front contre la même engeance.

L'engeance, c’est le pouvoir des grands groupes capitalistes qui règnent en maîtres sur notre société, qui la détruisent pour préserver et accroître leurs profits avec la complicité des médias et de la clique politicienne en place, majorité et oppositions confondues.

 

L'élection présidentielle : un évènement qui peut contribuer aux rapprochements nécessaires

Dans les périodes de crise, ce ne sont pas d'abord les scrutins qui décident de l'évolution des évènements.

Les leviers décisifs, ce sont les forces qui se rassemblent et s'organisent pour faire prévaloir dans la durée leurs intérêts communs, c'est l'évolution du rapport des forces qui en résulte, dont les scrutins - biaisés par le pouvoir et les institutions en place - ne refllètent que partiellement la réalité.

Pour autant, les élections ne sont pas de vulgaires pièges à mougeons que le pouvoir peut utiliser à sa guise pour perpétuer son emprise et sauvegarder les intérêts de classe qu'il défend. Elles sont, au même titre que le code du travail et que nos acquis sociaux, que nos intitutions républicaines (ce qu'il en reste), des conquêtes démocratiques de nos aînés et des occasions importantes pour le peuple, pour les travailleurs, pour les "sans-dents", pour "ceux qui ne sont rien", pour les exploités, pour les patriotes de faire entendre leur voix, de peser de tout leur poids sur le cours des choses, sur la politique qui sera menée, d'accompagner et de renforcer l'élan et la coopération des plus fiables, des plus solides de leurs organisations et de leurs porte-voix.

Il n'est pas raisonnable d'en attendre des miracles mais il serait préjudiciable d'abandonner cet outil, cette tribune, et les leviers que les divers scrutins (présidentiel, législatifs, RIC pour bierntôt ? etc...) permettent de conquérir et de placer, pour partie, entre des mains sûres, sans compter l'écho et le retentissement qui peuvent être donnés en ces occasions précieuses, aux revendications, aux combats et aux solutions mises en avant par les forces populaires, par les patriotes attachés à la sauvegarde de notre patrimoine pillé et piétiné sans vergogne par l'oligarchie.

C'est aussi une excellente occasion de travailler utilement, au grand jour, à la construction du rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire, à la conjonction des luttes, à la fédération des forces de la résistance, à l'affirmation de l'exigence du tous ensemble et en même temps qui redonneront à nos concitoyens l'espoir, la combativité, la résilience, la sagesse nécessaires pour triompher de l'adversité et des pièges sournois de leurs ennemis et de leurs faux amis :

Les batailles que notre peuple va devoir livrer - il y va de notre survie - seront longues, difficiles et compliquées, vu la nature et la stature de l’ennemi et ses multiples complicités.

 Mais, par delà nos différences, nos convictions philosophiques, politiques ou religieuses, par delà nos engagements individuels et collectifs, par delà nos déceptions et les mensonges auxquels nous avons cru, par delà l'expérience des pièges dans lesquels nous nous sommes laissé prendre, quels que soient notre rang et notre place dans la société - des plus humbles aux plus élevés-, nous devons réagir et résister ensemble, nous devons travailler ensemble à l'union de toutes les forces patriotiques pour faire échec aux plans de l'oligarchie, pour notre bien commun, pour survivre, pour que la France retrouve sa place dans le concert des nations. Travailler ensemble, c'est indispensable pour obtenir des résultats, pour réussir.

 Pour aller de l'avant, il nous faut coopérer pour mieux combattre les plans criminels du pouvoir et de l'oligarchie ; il nous faut dépasser les clivages politiques de l’ancien système devenus inopérants (la droite et la gauche s’enlaçant désormais dans l’ADN de l’européisme destructeur de la nation).

Il nous faut remettre à plat et reconstruire le paysage politique de la France et des Français pour sortir notre pays de la dictature de l’UE, pour libérer les Français de la toile d’araignée liberticide tissée derrière le paravent de la crise sanitaire, pour mettre hors d’état de nuire les mafieux qui pillent et enlaidissent chaque jour davantage notre pays et nos territoires, pour redonner espoir et courage à nos concitoyens, pour défricher les chemins d’un avenir plus serein.

 

Profitons de l'élection présidentielle pour faire des pas décisifs dans cette direction.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er février 09:24

    Oui, certes, certes, mais enfin, il faudrait peut-être se demander pourquoi ce discours, bien qu’il ne soit pas illogique en lui-même, risque fort de rester très minoritaire pour l’éternité, à moins d’un séisme politique (que rien ne présage)

    Ne pas en changer une virgule depuis 10 ans ne semble pas être la bonne réponse.

    Les partisans de la sortie de l’UE se sont « Laguillierisé » eux-mêmes. C’est un fait. N’y voyez pas d’ironie, je dis ça c’est pour vous aider, au fond ça me désole aussi.

    Tiens, juste comme ça : vous avez produit une analyse du Brexit, qui est l’exemple grandeur nature de ce que vous souhaitez pour la France ? Je veux dire, une analyse objective, et pas une flagornerie pour Boris Johnson...

     smiley


    • Lynwec 1er février 09:36

      @Olivier Perriet
      Minoritaires pour l’éternité.... Déjà, si les gens, au lieu de se départir d’un « ça ne marchera pas », « ça va être le chaos », « ils ne feront que 1% »,« regardez ce qui s’est passé au Royaume-Uni »... dont l’objectif sous-jacent semble fort être de maintenir le statu quo, se disaient :« On a donné leur chance à tous les européistes, on n’en est pas satisfaits, essayons les souverainistes... »

      C’est vrai que le Royaume-Uni est une référence fiable, avec la City, repaire de mondialistes du NOM en plein centre économique, ça devait être facile de Brexiter... A se demander s’ils ne l’ont pas fait justement pour décourager les autres pays de l’UE d’y songer...
      Et puis c’est quand même logique, quand tu fous le feu à la maison du voisin, tu n’y restes pas pendant l’incendie...R-U et USA, même souche...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er février 09:37

      @Olivier Perriet

      ni une diabolisation de Thérésa May ...


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 10:59

      Tiens, juste comme ça : vous avez produit une analyse du Brexit, qui est l’exemple grandeur nature de ce que vous souhaitez pour la France ? Je veux dire, une analyse objective, et pas une flagornerie pour Boris Johnson...

      Occupez vous de Macron, il risque de ne pas se représenter !

      .

      Sinon, vous avez raison, le Brexit est un vrai désastre !

      Le taux de chômage à 4,5%, la moitié de la France.

      Fin de l’austérité éternelle, les salaires sont en hausse !

      Les agriculteurs vont faire du bio et s’occuper de l’environnement.

      De grandes entreprises s’installent en GB : Boeing, Google, Royal Dutch, et Shell.

      La croissance est supérieure à celle de la France, qui est à -1% sur 2 ans.

      Le gouvernement français présente la 1re estimation de la croissance 2021 de +7% comme du jamais vu depuis 1970  !! Mais après la chute historique de -8% en 2020, cela fait -1% par rapport à 2019, pas de quoi pavoiser.

      Plus 400Mds€ de dette supplémentaire, c’est une récession lamentable sur 2ans !! 


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 11:19

      L’auteur se trompe sur un point : « complotiste » n’est plus un gros mot, ni une insulte.
      En effet les complotistes ont eu raison à près de 100% sur tout ce qu’ils avaient annoncé (depuis l’élection de Trump et le brexit), mais actuellement plus que jamais sur le vaxxin :
      « Explosion du nombre de cas COVID-19 en Israël (hier 70.415) et plus inquiétant le nombre de décès repart à la hausse (hier 80) et se situe au niveau d’avant la vaccination. La vaccination n’a servi à rien et on peut même se demander si elle n’a pas aggravé la situation. »
      https://www.businessbourse.com/2022/02/01/maitre-francois-couilbault-explosion-du-nombre-de-cas-covid-19-en-israel-hier-70-415-et-plus-inquietant-le-nombre-de-deces-repart-a-la-hausse-hier-80-et-se-situe-au-niveau-davant-la-va/
      Et les gens le comprennent, le reconnaissent.
      Et Raoult, aujourd’hui :
      « on a la preuve sous les yeux que le vaccin ne marche absolument pas »
      Et :

      « A la limite, on peut toujours dire que les gens qui sont fragiles pourraient être vaccinées »
      « A la limite », « pourraient », on est loin du dernier mantra (le vaccin empêche les formes graves).
      Bref, on a bien fait de résister.
      Et de traiter les malades au lieu de les vaxxiner.

      A propos, c’est chez qui, les fake-news ?



    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 11:27
      INQUIÉTANT – Les pays qui ont le plus vacciné (Europe, US, Israël) ont le plus grand nombre de cas et le plus fort taux de décès Covid par million d’habitants.https://www.businessbourse.com/2022/02/01/inquietant-les-pays-qui-ont-le-plus-vaccine-europe-us-israel-ont-le-plus-grand-nombre-de-cas-et-le-plus-fort-taux-de-deces-covid-par-million-dhabitants/
      Efficacité remarquable du vaccin en Israël depuis quelques temps déjà et qui semble se confirmer. Le nombre de décès dépasse désormais celui de la vague précédente avec un variant réputé moins létal. Bien joué la vaccination…https://www.businessbourse.com/2022/02/01/efficacite-remarquable-du-vaccin-en-israel-depuis-quelques-temps-deja-et-qui-semble-se-confirmer-le-nombre-de-deces-depasse-desormais-celui-de-la-vague-precedente-avec-un-variant-repute-moins-letal/

      Pr. Didier Raoult : « le vaccin est devenu un élément de l’obéissance, vous devez obéir.. quand on arrive à dire qu’on ne limite pas vos déplacements ou votre vie si vous êtes positif et vacciné et qu’on vous limite si vous êtes non vacciné et négatif, où est le sens ?


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 1er février 11:50

      @doctorix, complotiste
       
       « quand on arrive à dire qu’on ne limite pas vos déplacements ou votre vie si vous êtes positif et vacciné et qu’on vous limite si vous êtes non vacciné et négatif, où est le sens ? »
       
       Facile : c’est celui du cliquet étrangleur.
       
      Le totalitarisme qui se met en place procède comme un fascisme : lire, relire Matin Brun.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er février 12:08

      @Captain Marlo


      Plus 400Mds€ de dette supplémentaire, c’est une récession lamentable sur 2ans !! 

      T’as le chiffre de la dette britannique ?

      Mais je croyais que la dette n’était pas un problème. Faudrait savoir !

      Sur l’Irlande du Nord, t’as un avis ?


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 12:16

      @Francis, agnotologue
      Bernard Henri Levy, la crapule sanguinaire, a encore sévi :
      https://www.wikistrike.com/2022/02/nous-n-avons-pas-le-choix-bernard-henri-levy-appelle-les-etats-unis-a-intervenir-en-ukraine-en-savoir-plus-sur-rt-france-https/franc?utm_campaign=_ob_pushmail&utm_medium=_ob_notification&utm_source=_ob_email
      Il n’a rien compris.
      L’OTAN n’a ni le motif ni l’envie d’investir l’Ukraine.
      Poutine a positionné ses troupes au cas où des frapadingues genre BHL auraient le dernier mot. Mais ça n’arrivera pas.
      Je crois comprendre que Biden n’est pas aux manettes, sinon ça serait fait, mais que Trump et l’armée sont toujours au contrôle.
      La seule conséquence d’une intervention illégale de l’OTAN serait l’avancée des troupes russes sur le Dombass, et la perte de ce territoire sans coup férir, exactement comme en Crimée (en 2014, la Russie avait accueilli 730.000 ukrainiens qui, curieusement, n’allaient pas à l’Ouest mais à l’Est).
      Bref :
      A l’Ouest on cause. A l’Est on est prudent mais efficace.


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 12:27

       Ala fin de l’article, vous verrez que cette ordure a reçu 9,1 millions de $ en provenance du Qatar.
      Il a porté plainte contre cette accusation, mais a été débouté en Septembre dernier.. https://www.capital.fr/economie-politique/cheque-du-qatar-bhl-perd-son-proces-en-diffamation-contre-denis-robert-1415224
      Un des grands criminels de guerre en col blanc mais aux mains sales de notre époque.


    • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 12:33

      @Olivier Perriet
      Au sujet de la dette, c’est curieux que la Macronie n’en parle pas ...
      Le FMI vient de rendre son rapport sur la France...
      Le FMI demande une grande saignée fiscale pour le prochain quinquennat

      Le FMI vient de publier son rapport annuel sur les finances publiques, et le rapport consacré à la France en dit long sur ce qui attend les épargnants et les consommateurs d’ici aux prochaines élections (celles de 2027, pas de 2022). Pour le prochain quinquennat, l’organisation spécialisée de l’ONU a fixé la feuille de route : augmenter les impôts de 20 à 30 milliards par an entre 2023 et 2026... en ciblant la saignée sur les classes moyennes.


      En plus des bas salaires sur les rond points, on y va trouver les classes moyennes !


    • sirocco sirocco 1er février 17:35

      @Captain Marlo 
      "...le rapport consacré à la France en dit long sur ce qui attend les épargnants et les consommateurs..."

      Oui, l’avenir proche est on ne peut plus sombre... La seule solution qui s’impose d’urgence nous est fournie par le Canada où les routiers bloquent actuellement la capitale tandis que Trudeau s’est chié dessus et se planque.
      Intéressez-vous à la situation au Canada !

      https://fr.sputniknews.com/20220201/macron2022-vers-la-liquidation-totale-de-la-france-1054931343.html


    • Lynwec 1er février 09:28

      Sortir de l’UE et récupérer la pleine souveraineté, il n’y a que deux candidats qui le proposent réellement, l’un depuis 2007 (Asselineau et l’UPR), l’autre plus récemment (Philippot) . Je ne me hasarderais pas à juger de la réalité des convictions de l’un ou de l’autre, ma boule de cristal étant cassée, mon choix personnel se portera sur la version originale, en application du principe de précaution. Il est dommage que les candidats souverainistes ne trouvent pas un terrain d’entente et placent visiblement leur ego au dessus des objectifs.

      Sans cette sortie, la France continuera son lent pourrissement ( en phase avancée maintenant) et disparaîtra .


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er février 09:36

        @Lynwec

        c’est super passionnant votre vie smiley

        et sinon, vous pouvez voir pour une carrière de cireur de pompes de Vladimir Poutine, ça rémunère pas mal.

        Lorsque Loukachenko nous envoie des migrants, votre loyauté va où exactement, en tant que patriote auto proclamé ?


      • Lynwec 1er février 09:37

        @Olivier Perriet
        Le rapport avec Poutine dans mes commentaires sur ce fil ?


      • Lynwec 1er février 09:42

        @Olivier Perriet
        Puisque vous parlez de migrants (qui d’ailleurs viennent d’un peu partout, mais bon...passons...), vous savez sans doute qu’étant dans l’UE, la France n’a pas réellement son mot à dire sur les flux d’immigration ? Elle l’aurait peut-être plus en cas de Frexit (et pourrait ainsi refuser les envoyés de Loukachenko...et les autres, en adoptant des critères d’accueil.)


      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 10:21

        @Lynwec,
        Il est dommage que les candidats souverainistes ne trouvent pas un terrain d’entente et placent visiblement leur ego au dessus des objectifs.

        C’est curieux de parler d’égo, sans analyser les vrais raisons.
        Il ne s’agit pas d’égo, mais de causes réelles de division. Ce que l’auteur ne dit pas, c’est que le PRCF depuis 2012, refuse toute alliance avec l’UPR pour cause de révolution !

        A moins que ce billet ne soit un début de recherche d’alliance, le PRCF veut le Frexit, mais par la Révolution . Je note que l’auteur parle d’élections, nous avançons !

        Vu que les classes populaires sont atteintes d’une grave allergie envers tout ce qui porte le nom « de Gauche », ce n’est pas demain la veille ! Les révoltes sont au programme social, vu le mécontentement, mais la révolution me semble plus incertaine.

        Quant à Philippot, il est devenu « Organisateur en Chef des manifs du samedi ».
        Ce qui semble suffire à son bonheur. Il a déclaré au journal Marianne : « La présidentielle me paraît accessoire. J’appelle les chefs de partis opposés au passe vaccinal à l’union sacrée et à nous retrouver à la manifestation du samedi 8 janvier.« 
         »Union sacrée," paroles en l’air, Philippot se fout du monde.
        Asselineau a reçu sa lettre 6 jours après, et Dupont Aignan n’a rien reçu du tout.

        Ceci dit, à l’UPR, la porte est toujours ouverte pour construire un nouveau CNR 2.0. Comme le dit l’auteur, ça urge !


      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 11:38

        @Olivier Perriet
        et sinon, vous pouvez voir pour une carrière de cireur de pompes de Vladimir Poutine, ça rémunère pas mal.

        Vous avez bien raison, il faut se méfier de Poutine, car la Russie veut la guerre ! La preuve, c’est qu’ils ont placé leur pays au beau milieu des bases militaires de l’Otan !

        A la question idiote de Washington : « Que fait la Russie à la frontière ukrainienne ? » « On y vit », dit Moscou en épinglant Washington.

        Ben oui, faire des manoeuvres militaires dans son propre pays, c’est pas bien du tout ! Mais faire des manoeuvres militaires à des milliers de kms de Washington, aux frontières de la Russie, c’est tout à fait normal, non ?



      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 11:44

        @Captain Marlo

        « A moins que ce billet ne soit un début de recherche d’alliance, le PRCF veut le Frexit, mais par la Révolution . Je note que l’auteur parle d’élections, nous avançons !  »

        Bonjour Captain Marlo.

        Je précise une nouvelle fois que je ne suis pas ici en mission commandée, ni en éclaireur de quoi que ce soit.

        Comme vous avez eu de nombreuses fois l’occasion de vous en apercevoir, je ne suis pas devenu moins communiste quand j’ai choisi d’adhérer et de militer à l’UPR, ni davantage quand j’ai choisi de prendre quelque distance avec cette organisation sans pour autant renoncer à soutenir l’essentiel des objectifs politiques qu’elle défend, tels que définis dans sa charte fondatrice en particulier.

        Nous avons eu précédemment divers échanges sur les ostinatos idéologiques qui ponctuent régulièrement les discours de FA et d’autres responsables de l’UPR, en vouant aux gémonies le soviétisme, le socialisme, le communisme, allant jusqu’à faire de l’UE la réplique épouvantable d’un système socialiste ayant fait la démonstration de son impéritie alors que c’est tout le contraire.

        Si le communisme, le socialisme, le système des soviets, la dictature du prolétariat, le centralisme démocratique font partie des mots empoisonnés à ne pas prononcer entre gens de bonne compagnie, c’est bien parce qu’ils ont fait la démonstration concrète que les peuples, que les travailleurs pouvaient se passer de la dictature de l’oligarchie (celle qui pilote l’UE, qui pilote aussi le conseil de défense sanitaire mis en place chez nous par Macron pour servir de paravent à la liquidation complète de nos libertés) pour conduire leurs affaires, et que c’était un excellent outil pour défendre les droits des plus humbles, pour assurer le progrès social et donner corps aux mots que la France a autrefois choisi d’inscrire aux frontons de ses mairies (vous savez : liberté, égalité, fraternité) et dont il ne reste pas grand chose aujourd’hui, pour conquérir et préserver la paix, aussi bien la paix civile que la paix mondiale..

        Pourrions-nous avoir cette discussion aujourd’hui si le système des Soviets combattu militairement et économiquement par les forces coalisées de l’impérialisme et des colonialistes occidentaux depuis son apparition sur la scène mondiale, y compris pendant la seconde guerre mondiale, n’avaient terrassé la pieuvre tentaculaire du nazisme qui asservissait notre peuple et étranglait notre nation ? A qui devons-nous la libération de notre pays à l’issue de la seconde guerre mondiale ?

        En affirmant cela avec fierté, je ne cautionne aucunement les persécutions et les crimes commis à divers moments de cette période historique, en particulier à l’initiative de Staline, crimes qui ont frappé au premier chef et très durement les principaux responsables du parti communiste et de l’armée rouge, les militants communistes et leurs familles, dans un contexte qui mérité d’être revisité minutieusement.

        Si beaucoup de révolutions finissent par dévorer leurs enfants aussi bien que leurs initiateurs, ce n’est certainement pas parce que c’est dans l’ADN des révolutionnaires et cela a sans doute beaucoup à voir avec les sabotages, les attentats, les agressions de tous ordres, les infiltrations et les trahisons suscitées et organisées par les forces impérialistes coalisées pour reprendre la main, reconquérir leurs privilèges et leur pouvoir, fût-ce au prix de la mort du peuple et de la destruction de la nation qui les ont vu naître.

        Autant d’aléas prévisibles dont les partisans du Frexit devraient avoir le souci de se prémunir. Les ostinatos évoqués plus haut n’y contribuent absolument pas, bien au contraire, et agissent comme autant de repoussoirs à l’encontre des bataillons de la classe ouvrière et des autres catégories de travailleurs qui sont pourtant les premiers intéressés à la sortie de la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        A chacun de prendre ses responsabilités.

        Comme vous m’avez recommandé de ne pas dépasser le quota de quinze lignes qui constituerait selon vous un horizon indépassable pour la majorité des lecteurs d’agoravox, je vais m’arrêter là pour aujourd’hui.

        Cordialement, par delà nos petits désaccords

        GJ


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er février 12:03

        @Captain Marlo

        c’est bien, vous bottez en touche, et vous ne répondez pas à la question, drôle de patriotes à l’UPR (ah non, Les Patriotes c’est Philippot smiley ).

        Bon ok, l’OTAN, c’est maaaal, c’est très maaaaal, on aurait du faire autrement... il y a 20 ans.

        Le Maïdan, c’est maaaal, très maaaal.

        Ce qui ne nous avance pas plus, vu que ce qui n’a pas été fait n’a pas été fait, et que la situation est ce qu’elle est.

        À part refaire l’histoire, vous (et les poutiniens) ne servez à rien, ne dites rien d’intéressant.

        Oui il faudrait finlandiser l’Ukraine... sauf que c’est un voeu pieux actuellement : elle a des provinces en sécession téléguidée par le voision, et l’annexion de la Crimée a crée un précédent dangereux et rajouté d’autres problèmes, gros nigaud.


      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 13:03

        @cettegrenouille-là
        sur les ostinatos idéologiques qui ponctuent régulièrement les discours de FA et d’autres responsables de l’UPR, en vouant aux gémonies le soviétisme, le socialisme, le communisme,

        Si les Français veulent faire la révolution, ils ne demanderont pas votre avis !
        Il faut tirer les leçons de l’histoire, ce que vous ne faites pas.

        Pourquoi le programme du CNR n’était pas communiste, alors qu’il a été rédigé par les Communistes ? Parce que les Communistes de l’époque étaient plus intelligents que vous, ils ont compris que seuls le PCF & la CGT l’auraient signé.
        Et qu’ils ne pourraient pas rassembler sur un programme communiste.

        D’où l’absence dans le programme du CNR de la dictature du prolétariat et de l’appropriation collective des moyens de production !

        Au PRCF, vous êtes des Gauchistes au sens de Lénine. Vous vous croyez transgressifs et DE PURS RÉVOLUTIONNAIRES, en vous accrochant à la révolution comme des moules aux rochers. Mais cela n’intéresse que vous !
        Sinon, les électeurs voteraient massivement pour Poutou et Arthaud !

        Asselineau a raison, un programme du Frexit communiste est incapable de rassembler tous les Français intéressés par la souveraineté ! A l’UPR, il y a des citoyens qui viennent de tous les horizons politiques, comme en 1943 ! Et surtout beaucoup de gens qui ne s’intéressaient plus à la politique du tout.


      • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 13:51

        @Olivier Perriet
        Lorsque Loukachenko nous envoie des migrants, 

        Je ne sais pas si c’est vrai, mais en 2014, les migrants avaient tendance à fuir l’Ukraine nazie mais pas vers l’UE, plutôt vers la Russie avec son couteau entre les dents, au nombre de 740.000.
        Voir wikicrotte.
        Pour la Biélorussie, je ne sais pas. Pas plus que pour le Montenegro ou la papouasie... Ca doit se compter au moins par dizaines...


      • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 14:05

        @Olivier Perriet
        l’annexion de la Crimée a crée un précédent dangereux

        Vous nous faites marrer, en parlant d’annexion...
        83,1% de votants et 96 ;77% de favorables à la réunification...
        Vous croyez qu’on a sorti les votants à coups de trique et qu’on a mis un bolchévique derrière chaque votant ?
        L’Ukraine a toujours été une province russe, c’était même le grenier de l’URSS.
        C’est ce salopard d’Eltsine qui a plus ou moins cédé cette province à l’Occident, un acte contre nature. Vous croyez vraiment que les ukrainiens acceptent cette dictature nazie après avoir combattu si courageusement la précédente ?
        Et vous croyez qu’ils veulent de la dictature européenne après avoir connu la dictature nazie, qui est en fait à son origine ?
        Vous êtes une émanation du satanique BHL, et rien d’autre.


      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 14:07

        @Captain Marlo

        "Au PRCF, vous êtes des Gauchistes au sens de Lénine. Vous vous croyez transgressifs et DE PURS RÉVOLUTIONNAIRES, en vous accrochant à la révolution comme des moules aux rochers. Mais cela n’intéresse que vous !
        Sinon, les électeurs voteraient massivement pour Poutou et Arthaud !« 

        Si vous voulez interpeller le PRCF, il faut vous adresser à Taktak, à Georges Gastaud, à Fadi Kassem dans les tribunes ouvertes à l’occasion des articles qu’ils publient sur agoravox, ou encore à la rédaction d’Initiative Communiste.

        Les points de vue que je défends sur agoravox et ailleurs sont ceux du militant communiste que j’ai été et que je suis resté, à la lumière des expériences passées, du travail effectué et des leçons tirées de mes passages dans diverses organisations militantes au nombre desquelles figurent le PCF et l’UPR.

         »Au PRCF, vous êtes des Gauchistes au sens de Lénine. Vous vous croyez transgressifs et DE PURS RÉVOLUTIONNAIRES, en vous accrochant à la révolution comme des moules aux rochers. Mais cela n’intéresse que vous !
        Sinon, les électeurs voteraient massivement pour Poutou et Arthaud !« 

        Poutou et Arthaud ne sont pas des révolutionnaires. Eux aussi n’ont rien d’autre à proposer aux électeurs que l’Europe des Peuples ; l’Europe Sociale, la révolution mondiale ; Ils ne voient pas d’un mauvais oeil la globalisation mondialiste de l’économie sensée rapprocher les peuples d’une révolution nécessairement mondiale. La majorité des travailleurs sentent que c’est une impasse qui ne mène nulle part, sauf au maintien du pouvoir de l’oligarchie dans leur propre pays, et s’en détournent.

         »Si les Français veulent faire la révolution, ils ne demanderont pas votre avis !« 

        Vous demanderont-ils le vôtre ?

        Le rôle d’un parti communiste n’est pas d’organiser la révolution mais de fournir au peuple les outils nécessaires à l’élaboration patiente de l’intelligence collective des formes, des conséquences et des causes de l’oppression et de l’exploitation dont il est l’objet de la part des puissants. Il est là pour éclairer la voie et les moyens de la prise en mains par le peuple de son destin et pour former les cadres qui sauront accompagner les batailles que le peuple sera contraint de livrer, décidera de livrer à telle ou telle étape de son histoire, en particulier lorsque c’est sa survie qui est en jeu comme c’était le cas en Russie en 1917 pendant la première guerre mondiale.
        Il est là aussi pour peaufiner le logiciel opérationnel capable de mener les combats au succès, à quelque étape que ce soit, en proposant aux travailleurs un modèle d’organisation et de combat efficace et fiable, solide, quelque soit l’évolution des conditions politiques du moment, y compris sous la dictature la plus féroce.

         »Il faut tirer les leçons de l’histoire, ce que vous ne faites pas.« 

        Dès mes premiers contacts avec FA et l’UPR, j’ai souligné l’intérêt et la nécessité de travailler aux côtés du PRCF »duquel il y avait beaucoup à apprendre". Dés mes premiers contacts avec le PRCF, j’ai souligné l’intérêt et la nécessité de travailler aux côtés de l’UPR dont le travail militant pour faire comprendre à nos concitoyens la nécessité de la sortie de l’UE était incontestable et exemplaire.
        Et je n’ai jamais cessé, ni d’un côté ni de l’autre y compris dans mes discussions sur ce forum avec vous-même et avec d’autres militants passés et présents de l’UPR.

        Merci de bien vouloir me préciser quelles leçons je n’ai pas su tirer de l’histoire. Je vous en serai extrêmement reconnaissant.

        Salutations

        GJ


      • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 14:17
        Dictature à tous les niveaux, en particulier vaccinal :

        S’exprimant lors de la conférence de presse, le Dr Walenksy avait un message très clair qu’elle voulait indubitablement faire passer :
        « Et ce que nous nous efforçons de faire, c’est de pivoter le langage pour nous assurer que tout le monde est aussi à jour avec ses vaccins Covid-19 qu’il pourrait l’être, qu’il devrait l’être, en fonction de la date de son dernier vaccin. Donc, en ce moment, nous pivotons notre langage. Nous voulons vraiment nous assurer que les gens sont à jour. Cela signifie que si vous avez récemment reçu votre deuxième dose, vous n’êtes pas éligible pour un rappel, vous êtes éligible à une mise à jour. Si vous avez droit à un rappel et que vous ne l’avez pas reçu, vous n’êtes pas à jour et vous devez recevoir votre rappel pour être à jour. »

        Pivoter le langage, j’adore l’expression.
        En termes clair, cela signifie pivoter vers la novlangue orwelienne.
        L’ignorance, c’est le savoir, le mensonge, c’est la vérité, la guerre c’est la paix.
        Vaxxinés d’hier, et donc non vaxxinés de demain, unissez-vous pour dire MERDE.

      • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 1er février 14:26

        @cettegrenouille-là
        Merci de bien vouloir me préciser quelles leçons je n’ai pas su tirer de l’histoire.

        Ben c’est simple : le PRCF ne veut pas sortir de l’UE. Si vous suivez vos convictions (très respectables), vous n’avez rien à y faire.
        C’est comme essayer de biner un champs avec une binette au manche cassé. On y arrive, mais c’est plus long.


      • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 18:21

        @cettegrenouille-là
        Merci de bien vouloir me préciser quelles leçons je n’ai pas su tirer de l’histoire. Je vous en serai extrêmement reconnaissant.

        Vous avez lu la liste des signataires du CNR ? Non, sinon vous comprendriez ce que j’explique. L’outil principal de la libération a été programme du CNR, signé en 1943 par 16 organisations, dont seules 3 étaient communistes : le PCF, la CGT et le Front national de Résistance créé par le PCF.

        Le programme du CNR n’était pas un programme communiste, c’était un programme de consensus, comme celui de l’UPR sur lequel vous crachez depuis 10 ans !! Il devait convenir aussi bien aux communistes qu’à la CFTC , aux mouvements de Résistance non communistes et aux 5 autres Partis de la 3e République non communistes. Voici la liste des signataires 

        Jean Moulin devient le premier président du CNR.



      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 18:26

        @doctorix, complotiste

        Bonjour doctorix. Merci pour pour votre remarque.

        Etant fils d’agriculteur, je peux vous dire que personne n’utilise jamais d’outil à manche cassé pour biner un champ.

        Je suis tout aussi précautionneux et soucieux de la qualité de mes outils quand il s’agit d’agir sur le terrain politique et d’apporter une contribution utile aux batailles qui sont nécessaires pour sortir notre pays de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan qui est là, depuis sa conception et sa mise en place tentaculaire, pour détricoter les nations, détruire les protections sociales et juridiques des travailleurs, permettre aux grandes sociétés capitalistes d’exploiter et de surexploiter à leur guise, sans la moindre contrainte, les travailleurs de notre pays et de nos compagnons de misère, les travailleurs des autres nations ^prisonnières de l’UE.

        C’est ce qui m’a conduit à m’intéresser au PRCF : pôle de regroupement communiste en France.

        L’une des leçons que tous les travailleurs de France, tous les patriotes sincères peuvent tirer de l’histoire de notre pays en remontant jusqu’à l’an 1870 qui vit l’avènement de la Commune de Paris, c’est que l’absence d’un parti communiste porteur des idéaux socialistes et républicains est extrêmement dommageable pour la France et les Français, en particulier, mais pas seulement, pour les couches populaires et les travailleurs les plus durement exploités.

        C’est la création du parti communiste au congrès de Tours en 1920, où la majorité des délégués de la SFIO votèrent l’adhésion à la troisième internationale, qui a ouvert la voie aux conquêtes sociales du Front Populaire en 1936.

        C’est la participation héroïque des militants communistes du PCF aux combats de la résistance qui ont permis, à la libération, sous l’impulsion des ministres communistes du gouvernement, les conquêtes sociales et l’avènement des services publics qui permirent au pays de se redresser, et que Sarkozy, Hollande, Macron se sont appliqués à démolir pour s’attirer les bonnes grâces de leurs commanditaires de l’oligarchie.
        C’est parce qu’il y avait en 1954 un véritable parti communiste soucieux des intérêts du peuple et de la nation que la tentative d’enfermer la France dans la « Communauté Européenne de Défense » (CED) a pu être rejetée par le parlement en 1954 grâce au soutien apporté à De Gaulle par les élus communistes du PCF.

        C’est depuis l’effondrement du PCF à partir de l’année 1983 suite à son cautionnement de la liquidation de la sidérurgie française orchestrée par sous la houlette de Mitterrand,des ministres et des députés socialistes que les travailleurs n’ont cessé de subir défaite après défaite, que le rémunérations, les droits, les avantages acquis des travailleurs n’ont cessé d’être piétinés et de régresser.

        Priver les travailleurs de leur parti communiste, priver les couches populaires et les intellectuels de l’huma et de l’huma dimanche dans la France que chantait Jean Ferrat, c’était déjà, à l’époque, ouvrir la voie à la casse du code du travail, au démantèlement de nos services publics, au démantèlement programmé de notre système de retraites, à la relance de la participation de la France aux aventures néo-colonialistes et aux plans de guerre contre l’URSS et aujourd’hui contre la Russie.

        Quand le parti communiste n’est pas là, n’est plus là, tout va plus mal pour les travailleurs et pour la nation. Voilà une des leçons essentielles à tirer des évènements du siècle dernier et des deux dernières décennies.

        Les militants communistes en déshérence depuis l’enlisement du PCF dans l’européisme, dans « l’euro-communisme », dans le parti de la gauche européenne (PGE) dans lequel il siège au Parlement de Bruxelles aux côtés des élus de Syriza, depuis le concours apporté par le PCF à l’nfermement de la France dans la dictature de l’UE, au mépris de l’intérêt des travailleurs de notre pays et au seul bénéfice de l’oligarchie, s’efforcent de se regrouper pour redonner à notre pays et à notre peuple, à notre classe ouvrière le parti communiste qui leur fait cruellement défaut.

        Le PRCF s’est attelé à la tâche depuis le 18 janvier 2004, date de sa création. il édite un mensuel d’excellente qualité, relayant et analysant les luttes des travailleurs avec beaucoup de soin:il s’agit d’Initiative Communiste, doublé d’un supplément internet hebdomadaire ainsi qu’un mensuel (Etincelles) davantage centré sur les questions théoriques. D’autres groupes s’organisent. Des rapprochements sont en cours :https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/echanges-communistes-n1-la-revolution-socialiste-et-la-question-de-lunion-europeenne-prcf-rc-anc-pcrf/?pk_campaign=feed&pk_kwd=echanges-communistes-n1-la-revolution-socialiste-et-la-question-de-lunion-europeenne-prcf-rc-anc-pcrf

        Vous affirmez que le PRCF ne veut pas sortir de l’Union Européenne. C’est une contre-vérité.

        Ce que vous êtes en droit de dire, c’est que le PRCF ne fait pas confiance à l’UPR pour sortir la France des griffes de l’oligarchie dans lesquelles il est maintenu prisonnier à travers l’enfermement de notre pays dans l’Union Européenne contre la volonté clairement exprimée de notre peuple.

        l’UPR défend la sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan mais rechigne à s’attaquer au pouvoir et aux privilèges de l’oligarchie que l’Union Européenne s’applique elle aussi à préserver, n’existant pratiquement que pour cela.

        S’il y a, en surface, une contradiction dans le discours du PRCF qui prrône la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan mais qui refuse de soutenir François Asselineau à la présidentielle pour lui préférer Jean Luc Mélenchon qui ne veut pas sortir de l’UE.

        Mais il y a, en surface, une contradiction au moins aussi grave dans le discours de l’UPR qui réclame la sortie de l’Union Européenne qui ne profite qu’à l’oligarchie mondialiste aux dépens des intérêts de notre peuple (c’est sa vocation initiale, son ADN) et sa façon d’envisager la sortie, les modalités de l’opération, à l’anglaise, à travers des discussions interminables alors qu’il y a urgence. FA évoque à nouveau un délai de deux années. Pour moi, c’est là un motif réel d’inquiétude d’autant que durant tout le temps de ces négociations, ce sont les lois de l’UE qui continuent de prévaloir (concurrence libre et non faussée, interdiction de la moindre mesure de contrôle des mouvements de capitaux, politique d’austérité pour les travailleurs, liquidation des services publics... Pour moi, le référendum proposé à mi-mandat aux électeurs n’offre aucune garantie de réalisation du Frexit.
        Par ailleurs, pour mener une politique conforme aux intérêts des travailleurs et à la défense de la paix, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui en Angleterre, il faut damer le pion à l’oligarchie, lui reprendre le contrôle des leviers essentiels de production et d’échange et l’essentiel du système bancaire de façon à pouvoir répondre de façon satisfaisante aux revendications légitimes des travailleurs et de la population, et pour maîtriser la reconstruction et le développement économique sans être sous la dépendance des choix des sociétés capitalistes contrôlant tel ou tel secteur de la production. Le programme de l’UPR, en l’état actuel, n’apporte pas non plus de réponse satisfaisante à la prise en compte efficace de cet enjeu.

        Ces observations sont tout à fait pertinentes et les candidats du Frexit, quels qu’ils soient, n’obtiendront pas la confiance des électeurs s’ils n’apportent de réponses pertinentes, pragmatiques, précises, concrètes, compréhensibles par tout un chacun à ces questions.

        Le PRCF serait sans doute bien inspiré de prendre en compte le formidable travail d’éducation populaire que FA et l’UPR ont accompli pour faire mieux comprendre à nos concitoyens d’où vient l’Union Européenne, comment elle fonctionne, à qui elle bénéficie, aux dépens de qui, ainsi que la nécessité d’en sortir en expliquant pourquoi et comment.

        L’UPR devra occuper une place importante dans le gouvernement qui pilotera la sortie de la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

        D’un autre côté, l’UPR ne peut escompter emmener derrière elle toutes les troupes qui sont nécessaires pour créer le rapport des forces qui fera basculer le pouvoir en faveur du Frexit en snobant les communistes qui ne l’ont pas attendu pour dénoncer le piège de l’UE et les conséquences de notre enfermement dans cette prison. Les enjeux économiques sur lesquels le PRCF attire l’attention de nos concitoyens sont des enjeux bien réels dont la prise en compte , ou pas, conditionne aussi bien la capacité à élargir le rassemblement nécessaire, à gagner la confiance des électeurs qu’à appliquer réellement la promesse de sortir effectivement de l’UE et des griffes de l’oligarchie pour mener une politique réellement conforme à l’intérêt national.

        Si elle veut gagner en crédibilité, l’UPR a tout intérêt à dialoguer avec le PRCF selon des modalités appropriés, et à rechercher les conditions d’une éventuelle coopération, aussi bien dans la bataille au quotidien contre les ennemis du peuple et de la nation , que dans la bataille pour la sortie de l’UE, y compris à l’occasion des différents scrutins.

        J’ai encore dépassé le gabarit des quinze lignes de Captain Marlo. Merci de bien vouloir m’en excuser.

        Cordiales salutations

        GJ


      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 18:57

        @Captain Marlo

        « Vous avez lu la liste des signataires du CNR ? Non, sinon vous comprendriez ce que j’explique. L’outil principal de la libération a été programme du CNR, signé en 1943 par 16 organisations, dont seules 3 étaient communistes : le PCF, la CGT et le Front national de Résistance créé par le PCF. »

        Faire les questions et les réponses, prendre appui sur des réponses dont vous me gratifiez sans me demander mon avis, pour mieux enfoncer votre clou, c’est plus que de la maladresse...

        Si encore cela pouvait servir à quelque chose d’utile...

        On ne va pas se fâcher pour ça, mais je vous fais néanmoins observer que vous n’avez toujours pas répondu à ma requête :

        « Merci de bien vouloir me préciser quelles leçons je n’ai pas su tirer de l’histoire. »

        Je vous rappelle que je ne suis mandaté en rien pour parler au nom du PRCF pas davantage que je ne le suis pour parler au nom de l’UPR quand je défends son projet et son travail politiques et que je fais référence à sa caisse à outils et à ses argumentations 

        Bonne soirée

        GJ


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 1er février 21:12

        @cettegrenouille-là et surtout doctorix

        « le PRCF ne veut pas sortir de l’UE. »
        Je crois que vous n’avez pas compris ce qu’est le PRCF. Il s’agit de militants du PCF qui n’ont pas apprécié l’évolution du PCF. Ils veulent revenir à la politique du PCF des années 1950-60. C’était le temps du PCF défenseur du Kremlin dans le contexte de la guerre froide. Autant dire qu’ils étaient à fond les gamelles contre les américains et leur politique du plan Marshall puis de la CECA et de la CEE puisqu’ils défendaient le bloc opposé. En ce sens, assurément, ils sont contre l’UE. Remarquez bien aussi qu’ils sont nostalgiques de ce qu’il y avait de pire dans le stalinisme avec notamment la lutte contre les trotskystes. Leur historienne Annie Lacroix Riz regrette que Khrouchtchev se soit engagé dans la critique des « abus du culte de la personnalité ».


      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 2 février 06:31

        @cettegrenouille-là

        « un mensuel (Etincelles) davantage centré sur les questions théoriques »

        correction :

        Etincelles

         est une publication  trimestrielle du PRCF.


      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 2 février 06:41

        @cettegrenouille-là

        Petite correction syntaxique

        S’il y a, en surface, une contradiction dans le discours du PRCF qui prrône la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan mais qui refuse de soutenir François Asselineau à la présidentielle pour lui préférer Jean Luc Mélenchon qui ne veut pas sortir de l’UE,

        il y a, en surface, une contradiction au moins aussi grave dans le discours de l’UPR qui réclame la sortie de l’Union Européenne qui ne profite qu’à l’oligarchie mondialiste aux dépens des intérêts de notre peuple (c’est sa vocation initiale, son ADN) et sa façon d’envisager la sortie, les modalités de l’opération, à l’anglaise, à travers des discussions interminables alors qu’il y a urgence. FA évoque à nouveau un délai de deux années. Pour moi, c’est là un motif réel d’inquiétude d’autant que durant tout le temps de ces négociations, ce sont les lois de l’UE qui continuent de prévaloir (concurrence libre et non faussée, interdiction de la moindre mesure de contrôle des mouvements de capitaux, politique d’austérité pour les travailleurs, liquidation des services publics... Pour moi, le référendum proposé à mi-mandat aux électeurs n’offre aucune garantie de réalisation du Frexit.
        Par ailleurs, pour mener une politique conforme aux intérêts des travailleurs et à la défense de la paix, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui en Angleterre, il faut damer le pion à l’oligarchie, lui reprendre le contrôle des leviers essentiels de production et d’échange et l’essentiel du système bancaire de façon à pouvoir répondre de façon satisfaisante aux revendications légitimes des travailleurs et de la population, et pour maîtriser la reconstruction et le développement économique sans être sous la dépendance des choix des sociétés capitalistes contrôlant tel ou tel secteur de la production. Le programme de l’UPR, en l’état actuel, n’apporte pas non plus de réponse satisfaisante à la prise en compte efficace de cet enjeu.


      • SilentArrow 2 février 08:07

        @Olivier Perriet

        l’annexion de la Crimée a crée un précédent dangereux


        Non, c’est le vol du Kosovo à la Serbie et l’annexion des pays de l’est par l’OTAN qui ont créé les précédents.

      • Captain Marlo Captain Marlo 2 février 10:18

        @cettegrenouille-là
        « Merci de bien vouloir me préciser quelles leçons je n’ai pas su tirer de l’histoire. »

        Je vais expliquer pour la 3e fois ! Quand on veut, comme vous le souhaitez, rassembler largement, il faut un programme qui conviennent aux citoyens, de la Gauche à l’Extrême-droite. Cela s’appelle « Un programme de consensus ».

        Le programme du CNR a pu rassembler largement, PARCE QUE C’ÉTAIT UN PROGRAMME DE CONSENSUS. Il convenait à toutes les organisations, du PCF aux Partis de Droite les plus conservateurs. CE N’ÉTAIT PAS UN PROGRAMME COMMUNISTE.

        Soit vous voulez rassembler les communistes, faites donc !
        Soit vous voulez une large rassemblement, et il faut comme le propose l’UPR depuis 15 ans, un programme de consensus.


      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 2 février 13:34

        @Captain Marlo

        — Soit vous voulez rassembler les communistes, faites donc !

        Soit vous voulez une large rassemblement, et il faut comme le propose l’UPR depuis 15 ans, un programme de consensus.

        Merci pour cette réponse.

        Trois observations :

        Vous lisez mes articles et mes commentaires. Vous savez donc que je milite activement pour la construction , avec l’UPR, d’n rassemblement populaire majoritaire pour sortir notre pays de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        Vous savez aussi que je suis communiste, et vous ne devriez pas être surprise que je sois intéressé à la reconstruction patiente du véritable parti communiste qui fait si cruellement défaut dans le paysage politique de la France d’aujourd’hui. Vous ne devriez pas être surprise que je m’efforce d’accompagner les efforts que déploie le PRCF depuis 2004 pour re-forger cet outil indispensable.

        Si l’UPR continue à clamer qu’elle n’est pas un parti politique mais un rassemblement provisoire de forces venant de tout l’échiquier politique qui prévaut encore aujourd’hui, où chaque patriote est sensé pouvoir trouver place pour oeuvrer à la sortie de notre pays de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan, en accord avec le texte de la charte fondatrice de l’UPR, les rengaines antisoviétiques de FA et de beaucoup d’autres s’inscrivent en faux contre cette proclamation d’ouverture à toutes les bonnes volontés, à toutes les forces patriotiques.

        Vos propres réactions -surprenantes et contre-productives à l’égard de sympathisants ou d’adhérents déçus et découragés qui essaient d’attirer votre attention sur la non prise en compte par l’UPR de certaines réalités, ou sur certaines pratiques erronées, s’inscrivent elles aussi en faux contre l’objectif affiché du large rassemblement sensé être recherché.

        Les nouveaux statuts mis en place au cours de l’été dernier ne me semblent pas de nature à rassurer ceux qui déplorent le fonctionnement autocratique de l’organisation.

        Ce que vous ne comprenez pas :
        C’est parce que je suis un patriote communiste que je me suis tourné vers l’UPR, de la même façon que mes aînés du PCF ont contribué aux avancées sociales du Front Populaire, même si le Grand Capital restait le maître du jeu, pour beaucoup de choses, malgré les concessions faites aux revendications ouvrières.

        Vous dites : "— Soit vous voulez rassembler les communistes, faites donc !

        Soit vous voulez une large rassemblement, et il faut comme le propose l’UPR depuis 15 ans, un programme de consensus.

        "


        Mais ça ne marche pas du tout comme ça !

        Voilà comment raisonne le communiste que je suis :

        Pour empêcher l’effondrement total et l’anéantissement de notre nation, le démantèlement complet de notre industrie exfiltrée à l’étranger pour cause de course aux super-profits que cela permet d’offrir aux actionnaires, pour stopper la liquidation de toutes les conquêtes sociales des travailleurs, la liquidation de toutes nos libertés, la soumission des travailleurs, de la population et de la nation aux appétits de l’ogre capitaliste qui est dans la place et se gave à nos dépens, il faut sortir le pays du carcan de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        Il faut en sortir parce que ces pièges sournois ont été mis en place, justement, pour permettre à l’oligarchie, au grand capital, aux milliardaires qui détiennent les leviers de commande, de désarmer les travailleurs et les peuples soucieux de conserver leurs entreprises, leur niveau de vie, leurs salaires, leurs emplois, leurs protections sociales, leurs institutions démocratiques, leurs coutumes, leurs traditions, toutes choses qui entravent sérieusement la course aux profits jamais suffisants.

        C’est l’enfermement de notre pays dans le piège de l’Union Européenne qui permet au grand capital de délocaliser à sa guise nos industries, de faire baisser les salaires, de liquider les protections sociales, de marchandiser tous les aspects de notre vie, y compris les plus intimes, de tout privatiser pour faire toujours plus de profits, en soumettant tous les aspects de notre vie au libre jeu de la concurrence libre et non faussée, autrement dit à la loi de la jungle.

        Il faut donc sortir de ce piège et rassembler toutes les forces susceptibles d’y contribuer utilement, à commencer par celles de la classe ouvrière qui est la plus impactée, par les couches populaires de plus en plus éprouvées par l’aggravation et l’extension de la misère, par la jeunesse à laquelle le pays n’a plus des des horizons factices et empoisonnés à proposer, par les agents et les usagers de nos services publics ....

        Et on ne va pas faire cela en vérifiant d’abord le pédigrée de chacun, en rejetant un tel parce qu’il a voté pour la droite, tel autre parce qu’il s’est laissé prendre au sirènes du Front National, tel autre parce qu’il a de mauvaises fréquentations ou qu’il passe son temps à râler et à critiquer tout et tout le monde, tel autre parce qu’il va à la messe , au temple ou à la mosquée, tel autre parce qu’il n’y va pas...Il nous faut en effet une large union pour résister et pour changer la donne, pour repartir dans la bonne direction. Mais il nous faut aussi de bons outils !

        Si on veut encourager le peuple à se rassembler pour sortir le pays de la dictature de l’UE, de l’euro, de l’Otan, si on veut qu’il croit à la possibilité de gagner, pour qu’il ait envie de rejoindre ceux qui sont déjà sur le front, il est nécessaire de vérifier d’abord qu’on a bien ce qu’il nous faut dans la musette pour partir au front en sachant où on va, comment on va faire et par quoi il faudra passer.

        Et c’est pour ça qu’on a besoin, impérativement, du parti communiste qu’on n’a plus pour le moment.

        Donc l’urgence, c’est effectivement la sortie de l’UE et la construction du rassemblement populaire conscient qui est nécessaire pour y parvenir, et c’est donc la reconstruction du parti communiste qui nous manque parce qu’on en a absolument besoin pour gagner.

        On en a d’autant plus besoin que nombre de groupes et de personnalités prônent la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan comme si ces entités nous étaient tombées du ciel, comme si nous avions eu la malchance de passer par là et de nous y de nous empêtrer par mégarde. On en ressort et tout va aller mieux !

        Et bien non, ça ne suffit pas, y compris si on regarde du côté de la Grande_Bretagne où c’est toujours l’oligarchie qui impose sa loi

        L’UE, l’euro, l’Otan, c’est l’oligarchie, ce sont les tenants du grand capital qui nous les ont mis entre les dents, qui les ont glissés dans notre lit, dans notre assiette, qui nous ont grillagés avec et rendu impuissants tandis qu’ils saccageaient notre pays, nos entreprises, notre patrimoine, nos vies en se tapant sur le ventre et en épaississant le matelas de leurs dividendes.

        Sortir de l’UE et les laisser maîtres du jeu, en capacité de saboter toute atteinte à leurs privilèges et à leur pouvoir, c’est se condamner à échouer aussi pitoyablement que Tsipraz en Grèce, ou que Boris Johnson de l’autre côté de la Manche même si le Brexit a permis quelques avancées.

        L’un comme l’autre se retrouvent en complète harmonie avec les dirigeants de l’UE, avec le pantin Macron et l’oncle Biden pour relancer la course aux armements en multipliant les provocations agressives contre la Russie et la Chine , au risque de déclencher une guerre nucléaire dévastatrice, au profit de qui, au fait ?

        Salutations.


      • Fergus Fergus 1er février 09:38

        Bonjour, l’auteur

        Pour être lu, commencez par éviter d’utiliser le mot « dictature » !

        Appliqué à l’UE ou appliqué à la France, ce mot est carrément grotesque. Même Robert Ménard  dont les idées politiques me hérissent pourtant le poil  est vent debout contre cette falsification des faits. Et il sait de quoi il parle : ancien président de Reporters Sans Frontières, c’est à de véritables « dictatures » que lui-même et ses collègues grands reporters ont été confrontés !

        On ne combat véritablement des adversaires politiques qu’en les désignant pour ce qu’ils sont, pas en les caricaturant ce qui aboutit à rendre le discours parfaitement vain !


        • rogal 1er février 09:50

          @Fergus
          ’’ Pour être lu, commencez par éviter d’utiliser le mot « dictature » ! ’’
          Lancé sur un ton quelque peu... dictatorial.


        • Lynwec 1er février 09:50

          @Fergus
          Absolument, cher intervenant, d’ailleurs quand notre bonne Angela regrette l’existence du code de Nuremberg (qui la gêne aux entournures pour nous glisser l’injection obligatoire), la meilleure preuve que nous ne sommes PAS en dictature (déclarée) dans l’UE, c’est qu’elle ne l’a pas (encore) fait abroger.

          En France, par contre, ça se discute, et l’auteur, finalement...

          C’est vrai que « Fais-toi piquer et tu pourras continuer de nourrir ta famille, refuse et tu pourras devenir clochard ... » ce n’est pas la dictature, c’est un petit paradis sur Terre... Oui,d’accord, on n’en est pas (encore) aux arrestations de non injectés pour les loger gratuitement dans des camps dédiés, mais grâce au soutien indéfectible de ceux qui refusent de voir le loup dans la bergerie, on y va, patience...
          Quand à l’aveuglement de ceux qui refusent de voir que la coercition porte exclusivement sur l’injection et ne comprennent pas pourquoi :

          https://nouveau-monde.ca/les-pays-les-plus-vaccines-ont-tous-eu-une-forte-augmentation-des-deces-en-2021/


        • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 10:25

          @Fergus

          Bonjour Fergus

          Merci pour votre visite et votre commentaire.

          « dictature », un mot très vilain, une caricature, forcément !...à ne pas prononcer entre gens de bonne compagnie.

          Je n’ai pas pour habitude de forcer le trait, ou le ton, pour obliger à voir ou à écouter. J’invite ceux qui me lisent à regarder la réalité en face, même quand elle leur déplaît.

          Qui caricature qui, y compris sur ce site, ? (et pourquoi ?)
          Peut-être un bel article à publier prochainement sur agoravox...

          Pour vous remercier de votre contribution :

          https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/de-l-avis-infonde-a-l-opinion-sans-239058

          Cordiales salutations

          GJ


        • Lynwec 1er février 10:38

          @Lynwec
          Quant à l’aveuglement... oups...


        • Aristide Aristide 1er février 10:43

          @Fergus

          On ne combat véritablement des adversaires politiques qu’en les désignant pour ce qu’ils sont, pas en les caricaturant ce qui aboutit à rendre le discours parfaitement vain !

          Vous auriez été d’un grand secours pour Mélenchon avant son débat avec Zemmour. Si on pet facilement ajouter que Zemmour fournit assez de bonnes raisons pour ne pas avoir à se fourvoyer dans une ... comment vous dites ? Ah oui, caricature ...



        • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 11:22

          @Aristide
          Vous auriez été d’un grand secours pour Mélenchon avant son débat avec Zemmour.

          Certes, mais le candidat que vous défendez, Roussel, devrait fréquenter un peu le site de l’ UPR, il a de graves lacunes sur le fonctionnement des Institutions européennes.

          Le candidat PCF a dit « Il ne vous aura pas échappé que le président Macron devient aussi commandant en chef des forces armées de l’OTAN en prenant la présidence de l’UE ».

          C’est exactement l’inverse.
          L’article 42 du TUE précise bien que l’UE est subordonnée à l’Otan !

          "(..) La politique de l’Union au sens de la présente section n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre.etc



        • Fergus Fergus 1er février 11:41

          Bonjour, Aristide

          Vous confondez la « qualification d’un adversaire » avec les invectives des candidats, et force est de reconnaître que sur ce plan Mélenchon est, une fois de plus, retombé très bas, je vous le concède bien volontiers !


        • Aristide Aristide 1er février 12:29

          @Fergus

          Vous confondez la « qualification d’un adversaire » avec les invectives des candidats

          Je ne confond rien, je constate simplement le naufrage de Mélenchon, sur le fond mais aussi plus grave sur sa capacité de clairvoyance, son bon sens, son calme, ... enfin toutes les qualités indispensables d’un vrai représentant du peuple.

          L’opposition la plus ferme aux propos excessifs de Zemmour sur de nombreux sujets ne justifiait en aucune cas une telle agressivité et ces invectives. En place d’arguments, qui ne manquent pas, des insultes et autres désignations assez méprisable ...

          Après, même dans la présentation des réformes qu’il propose, il a fait un flop. Mélenchon est incapable de débattre, et les autres candidats le savent et refusent ces combats de coq qu’il met en place dès le début ...

          Je ne le crois pas assez bête pour croire que ce n’est pas une stratégie. Peut être craint-il les candidats moins clivants que Zemmour ? 


        • Gasty Gasty 1er février 12:44

          @Fergus

          Faites lui bon accueil ! Souhaitez lui le bonjour.


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 10:20

          @Fergus
          Bonjour,
          J’ai pour ma part parlé d’un régime totalitaire et fascisant. Voici le chapitre 3 de mon livre « Macron démission Révolution ». Il y aurait depuis beaucoup de choses à ajouter notamment à propos de la crise sanitaire. Je précise que j’ai montré dans le chapitre précédent que la Vème république n’existe plus.

          (je coupe en deux pour que ça passe)

          ====================

          Il est maintenant acquis que les institutions de la Vème République ne servent plus à rien. La Vème République est morte. Nous vivons maintenant sous un régime totalitaire et fascisant.

          Voyons d’abord en quoi il est totalitaire. Le terme peut paraître fort. Est-il exagéré ? Certes nous n’en sommes pas encore à un régime de parti unique mais, à part cela, il a bien toutes les caractéristiques du totalitarisme. Le pouvoir tente en effet de s’immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée en imposant à tous les citoyens l’adhésion à une idéologie. Ceux qui la contestent sont considérés comme des ennemis du régime. Le pouvoir impose en toute chose une vérité à tous les citoyens et il ne supporte aucun doute. Il ne tolère aucune critique. Ceux qui tiennent les manettes du pouvoir veulent contrôler la totalité de l’appareil étatique. Ils veulent disposer de l’ensemble des moyens de communication utilisés comme des instruments de propagande. Voilà bien les caractéristiques essentielles d’un régime totalitaire. Voyons si elles s’appliquent à ce que nous vivons en France.

          Il n’y a plus de réels débats sur les chaînes de télévision. Si des invités de divers partis sont conviés à discuter dans une émission, en fait, ils ne peuvent discuter que de quelques nuances par rapport à une orientation érigée en dogme. Ainsi une discussion sur l’Union Européenne ne se tiendra qu’entre des défenseurs de l’Union Européenne. Chacun pourra amener ses nuances et expliquer quelle autre Europe il veut. Mais, alors que les français se sont prononcés majoritairement contre cette UE lors du référendum de 2005, personne ne sera invité pour expliquer qu’il faut sortir de l’UE. Le point de vue majoritaire des français est censuré. Il faut tout autant être contre le Brexit, contre Poutine, contre Trump, contre Bachar El-Assad… Il faut approuver toutes les actions guerrières de l’état français contre l’Afghanistan, contre l’Irak, contre la Lybie, contre la Syrie… Il faut être pour le pacte de Marrakech et pour le traité franco-allemand d’Aix La Chapelle. Il faut approuver le coup d’état anticonstitutionnel au Venezuela. Personne ne pourra défendre un point de vue qui n’est pas conforme au formatage imposé. Tous ces dogmes viennent directement de l’UE. Dans le classement de la liberté de la presse fait en 2019 par « Reporters sans frontières » la France apparaît en 32ème position derrière la Jamaïque (8ème), le Costa Rica (10ème), l’Uruguay (19ème), le Surinam (20ème), Samoa (22ème), la Namibie (23ème), le Cap-Vert (25ème), le Ghana (27ème), l’Afrique du Sud (31ème)…

          Le 19 septembre 2019, le parlement européen a adopté une résolution sur : « l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe ». Ce texte impose une vision ahurissante de ce que fut la seconde guerre mondiale. Jusqu’à maintenant, nous pensions tous que les russes et les américains s’étaient alliés contre l’Allemagne nazie pour venir à bout d’Hitler. Il était admis que Roosevelt, Churchill et Staline s’étaient réunis pour cela à Téhéran et à Yalta puis que Truman, Churchill et Staline s’était réunis à Potsdam pour conclure un accord de sortie de guerre. Cette vision est maintenant interdite. Elle doit être remplacée par un dogme qui est une grossière falsification de l’histoire. Il faut maintenant considérer qu’il y a bien eu un accord entre deux grandes puissances mais, cet accord unissait les forces du mal (Allemagne et Russie) contre les forces du bien (Amérique...). Il s’agit de l’accord du 23 août 1939 connu sous divers noms : le pacte de non-agression, le pacte germano-soviétique ou le pacte Molotov-Ribbentrop.

          Nous devons maintenant considérer que ce pacte donne le véritable sens de la deuxième guerre mondiale qui fut donc une guerre opposant d’un côté les forces des deux totalitarismes «  nazi » et « communiste » et de l’autre côté les forces du bien et de l’idéal de vertu représentées par l’Amérique.

          Il faudra dorénavant considérer la faucille et le marteau comme des symboles du totalitarisme au même titre que la croix gammée et, bien entendu, tous ceux qui s’opposeront à cette version de l’histoire et à ses conséquences seront taxés de complotistes faisant preuve d’un anti-américanisme primaire et ils devront à ce titre être combattus. Tous les médias devront maintenant s’en tenir à ce dogme.

          Patrick Cohen, chroniqueur sur France 5 de l’émission « C à vous », ne cesse d’invoquer un « sens de la responsabilité » pour demander que soient interdits d’antenne ceux qui dévient par rapport aux dogmes. Ils sont qualifiés de conspirationnistes, de complotistes voire même de terroristes. Il est ainsi impossible de faire état de vérités historiques dûment établies comme le fait que, Walter Hallstein, premier président de la CECA, ancêtre de l’UE, était un ancien nazi ou que Jean Monnet, qui œuvra à la mise en place de cette commission était financé par la CIA. Patrick Cohen fut ainsi amené à reprocher au journaliste Frédéric Taddeï d’inviter des « cerveaux malades ». Celui-ci, fut par la suite, remercié pour deux émissions qu’il animait : « Ce soir ou jamais » et « D’art d’art ». Faut-il penser que l’avis de Patrick Cohen a fini par s’imposer chez nombre de patrons des chaînes de télévision ?

          Les chaînes de télévision semblent entièrement dédiées à Emmanuel Macron. Après l’énorme matraquage de l’élection présidentielle, elles ont fait la promotion de son « grand débat », avant d’entamer la précampagne puis sa campagne pour les européennes... On ne voit que lui à la télévision. Les instituts de sondage nous abreuvent sans cesse de sondages mirobolants en sa faveur… Staline, Mao, Franco ou Castro étaient-ils mis davantage en avant dans leur pays respectif ? C’est invraisemblable !

          Les pensées déviantes par rapport aux dogmes du régime ne peuvent s’exprimer que sur les réseaux sociaux c’est-à-dire hors de la presse dominante. Cela rappelle que les écrits des opposants dans la Russie stalinienne circulaient de la main à la main. Ils formaient « le Samizdat » : mot russe signifiant « édité par soi-même ». Le Samizdat français se trouve aujourd’hui sur Agora Vox, les blogs de Médiapart…

          Comme dans tout régime totalitaire, le pouvoir en France, veut museler toute opposition. Pour cela il bafoue les libertés. Nous touchons ainsi à une autre caractéristique de ce régime : il est fascisant. Il cherche à renforcer la prépondérance de l’exécutif sur le législatif et donc à affaiblir la séparation des pouvoirs.

          Dès octobre 2017, cinq mois après son élection, Emmanuel Macron fait transposer dans le droit commun l’essentiel des mesures sécuritaires de l’état d’urgence. Cela revient à placer la France en état d’urgence permanent. L’exception devient la règle. L’exécutif obtient des pouvoirs exorbitants. Il est désormais possible pour l’administration de décider d’assignations à résidence, de détentions provisoires, de perquisitions administratives, de collectes de données personnelles, de fermetures de lieux de culte sans aucun contrôle judiciaire a priori. Il faut bien prendre la mesure de ces atteintes aux libertés. Chacun de nous peut maintenant être arrêté à tout moment, être emmené en garde à vue pendant que son logement est perquisitionné. Quand il sera relâché, personne ne sera tenu de s’excuser ni même de fournir la moindre explication.



        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 10:22

          @Jean Dugenêt
          (suite)

          Le 10 septembre 2018, la loi asile-immigration est promulguée. C’est une loi liberticide contre les migrants. Elle est sécuritaire, discriminatoire et xénophobe. Voilà encore bien une caractéristique d’un régime fascisant. Elle vise principalement à accélérer les procédures de demandes d’asile en opérant des contrôles plus stricts et des tris cyniques entre les migrants. Parmi les mesures les plus scandaleuses, ce projet consacre le principe de délation organisée qui commande aux intervenants du 115 et des différents centres d’accueil et d’hébergement d’adresser mensuellement la liste des personnes hébergées qui sont réfugiées ou dans l’attente de leur demande d’asile à l’OFFI (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration). Elle double la durée maximale de rétention qui passe ainsi de 45 à 90 jours. Elle favorise l’enfermement et elle orchestre une régression de l’accès aux droits. Des milliers de personnes sont ainsi enfermées dans les sinistres « centres de rétention » parce qu’elles sont pauvres et étrangères et que l’administration souhaite les éloigner du territoire en les privant ainsi de façon disproportionnée de leur liberté. Avec elles, leurs enfants sont de plus en plus nombreux à être retenus et donc enfermés. Le nombre d’enfants enfermés est passé de 41 à 304 en quatre ans.

          Dans la foulée, Emmanuel Macron fait voter une loi dite « anticasseurs » qui limite le droit de manifester. Sans rentrer dans des détails juridiques, Amnesty France indique qu’un manifestant cherchant à fuir les violences et se couvrant le visage pour se protéger risque alors bien plus gros qu’une arrestation arbitraire :

          « Un an de prison et 15.000 euros d’amende, une peine d’interdiction de manifester et, enfin, une inscription sur le fichier national des personnes recherchées en tant que personnes interdites de manifester ».

          Les préfets pourront interdire de manifester en se basant sur des motifs très vagues. Le gouvernement instaure ainsi une dangereuse présomption de culpabilité et transfère les prérogatives des juges à des préfets aux ordres. Lors de la discussion à l’assemblée nationale, le député centriste Charles de Courson, a fait une utile mise au point :

          « L’article 2 en l’état est un monstre juridique. C’est un monstre juridique puisqu’au fond, on réinvente ce qu’on appelait au XIXème siècle : les classes sociales dangereuses. Vous voyez… La présomption de culpabilité… Ce texte est fondamentalement anticonstitutionnel, puisqu’une autorité administrative va priver un individu de sa liberté de circulation et de manifester au motif qu’il y a une présomption (…) des raisons sérieuses de penser… Mais qui apprécie « les raisons sérieuses » : l’autorité administrative ? Eh bien allons-y ! …de penser que son comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public. Mais, où sommes-nous mes chers collègues ? Mais, c’est la dérive complète ! On se croit revenu sous le régime de Vichy. (Protestations sur les bancs de la droite) Mais oui, mais oui mes chers collègues ! Oui, je dis bien le régime de Vichy ! Mais oui. Vous êtes présumé par votre attitude, vous êtes présumé être résistant donc en vous « entaule » … Voilà ! Par l’autorité administrative. Mais, où sommes-nous ? Mais réveillez-vous mes chers collègues ! Alors, il faut absolument voter les amendements de présomption et l’amendement du gouvernement j’en dirais un petit mot. (En aparté) Non, non ! Ce n’est pas du violon chère madame. Parce que le jour où vous aurez un gouvernement différent, vous verrez… Et, quand vous serez dans l’opposition, avec une droite extrême au pouvoir, vous verrez mes chers collègues. Alors, c’est une pure folie que de voter ce texte ! Une pure folie ! Alors réveillez-vous ! Y compris les nombreux collègues de la majorité qui ne partagent absolument pas cette position et qui savent que c’est une folie que de voter cela. Alors, il faut voter ces amendements de suppression et après on peut discuter. Seule une autorité judiciaire peut interdire… (il est interrompu) »

          Charles de Courson est le digne fils d’Aymard de Courson, résistant, et le petit-fils de Léonel de Moustier, l’un des 80 parlementaires ayant refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.



        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 10:23

          @Jean Dugenêt
          (re-suite)

          Avec ce nouvel arsenal juridique, il faut assurément développer les moyens de répression. C’est aussi une caractéristique des régimes fascisants. En même temps qu’il s’attaque aux libertés fondamentales, le gouvernement criminalise le mouvement social et se lance dans des mesures de répression d’une ampleur rarement vue. Le dimanche 24 mars 2019, Nicole Belloubet, garde des Sceaux a annoncé que depuis le début de la contestation sociale, le 17 novembre 2018, plus de 8 700 personnes ont été placées en garde à vue et 2 000 personnes ont été condamnées dont 4% à des peines d’emprisonnement fermes. Le gouvernement veut mater toute expression d’une opposition. Les condamnations contre des manifestants pleuvent à grande vitesse tandis que « l’ami » Benalla se pavane autant qu’il le veut et Jérôme Cahuzac, se contente de porter un bracelet électronique, avec des heures de sortie, dans une somptueuse demeure en Corse du Sud : Un sort qui ferait pâlir d’envie non seulement bien des miséreux qui n’ont commis aucun délit mais même – s’il m’est permis de parler de moi — un simple citoyen qui aimerait se retirer, dans un coin agréable, pour écrire quelques livres sans avoir de soucis d’ordre matériel. Il est scandaleux que nous soyons quelques-uns à envier la situation d’un repris de justice censé purger une peine de prison ou son équivalent. Ce flagrant deux poids deux mesures révolte tous les français. Mais il y a sans doute pire : les violences policières contre les manifestations des gilets jaunes ont entraîné de nombreuses mutilations. Rien qu’entre le 27 novembre et le 8 décembre 2018 on pouvait déjà compter 1 mort et 33 blessés graves. Nous reproduisons en annexe le détail de ce bilan provisoire que nous avons trouvé sur le site web www.ricochets.cc.

          Une telle démesure dans la répression n’a plus rien de légitime. L’interdiction des LBD (Lanceur de Balles de Défense) et des armes intermédiaires contre les manifestants devrait être une évidence. Ces violences policières sont condamnées dans le monde entier. Ainsi, le Parlement Européen, le jeudi 14 février 2019, a condamné :

           « Le recours à des interventions violentes et disproportionnées par les autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques ».

           Le 26 février 2019, c’est le Conseil de l’Europe, par la voix de sa commissaire aux droits de l’homme Dunja Mijatovic, qui a appelé à :

          «  suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre  » afin de «  mieux respecter les droits de l’Homme  » et « ne pas apporter de restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique » lors des manifestations des gilets jaunes.

          Puis, c’est la haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, qui a déclaré le 6 mars 2019 à Genève :

           « Nous encourageons le gouvernement (français) à poursuivre le dialogue et demandons urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d’usage excessif de la force ». Les gilets jaunes manifestent contre « ce qu’ils considèrent comme (leur) exclusion des droits économiques et de la participation aux affaires publiques », a-t-elle rappelé ajoutant que « les inégalités touchent tous les pays », y compris « des États prospères ».

          Encourageant le gouvernement français « à poursuivre le dialogue », elle a mis en cause les répressions violentes des manifestations qui se sont produites récemment au Soudan, au Zimbabwe et en Haïti. A la suite de cette déclaration, Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, s’est dit étonné de voir la France citée « dans une liste entre le Venezuela et Haïti, où il y a eu des morts ». C’est pourtant bien de cela qu’il s’agit.

          Cette réprobation n’inquiète nullement Emmanuel Macron qui fait une surenchère. Le mercredi 20 mars 2019, il fait part en conseil des ministres de sa décision d’utiliser les forces de l’opération Sentinelle, lors de la prochaine manifestation des gilets jaunes, prévue le samedi 23 mars. Il s’agit donc de faire intervenir l’armée en soutien aux forces de répression habituelles. Michel Goya, ancien colonel qui a commandé un régiment d’infanterie de marine avant d’enseigner à l’École Pratique des Hautes Etudes commente :

           « L’usage des militaires, et l’annonce par le gouvernement de leur présence samedi, ont pour but de montrer une très grande fermeté, mais cet emploi répressif de l’armée est très dangereux ».

          Ce colonel tient aujourd’hui un blog, consacré à l’analyse et à l’histoire militaire. Il ajoute :

          « Les ministres de l’intérieur et de la défense ont beau dire que les militaires ne seront pas en première ligne, que va-t-il se passer si des manifestants tentent de s’en prendre aux bâtiments qu’ils protègent ? Soit l’armée sort humiliée parce qu’elle aura dû subir toutes formes d’agressions, soit c’est un massacre, dont l’État sera responsable ».

          Nous ne voyons pas où va s’arrêter cette folle dérive totalitaire et fascisante. Les gilets jaunes seront-ils bientôt traités comme le furent les militants du FLN pendant la guerre d’Algérie ?

           

           


        • Séraphin Lampion Schrek 1er février 09:39

          Merci pour cet article unitaire.

          Même si la sagesse des nations ne profère que des banalités, on n’empêchera pas que les grandes rivières sont faites par les petits ruisseaux. Dommage que la « mémoire de l’eau » n’existe pas : les fleuves ignorent ou méprisent les petits cours d’eau qui les alimentent.


          • zygzornifle zygzornifle 1er février 09:44

            La sortie de toute cette merde n’est pas dans l’urne ou tout est joué a l’avance, Macron sait déjà a quelques voies près son score de président réélu au second tour, le changement est dans la rue, les GJ étaient un bon début mais le gouvernement est patient et sa police bien équipée et bien protégée en cas de bavures par son ministre et la justice, il faudrait un embrassement général autrement on continuera comme maintenant avec un peu de pire en plus a chaque jour qui passe ....   


            • cevennevive cevennevive 1er février 09:57

              @zygzornifle, bonjour,

              « un embrassement général »
              Oui on devrait s’embrasser. Mais avec le masque et le covit...
              Allez, je vous taquine. C’est juste le mot qui m’a fait rire.
              Et je trouve que c’est dommage de ne plus pouvoir s’embrasser !
              Quant à la situation sinistre dans laquelle nous sommes plongés, je pense comme vous et comme bien des commentateurs d’AV.
              « Ils » se préoccupent de l’Europe, de l’Ukraine, de la Russie, etc. Ainsi « ils » ne voit pas le désordre social qu’il y chez nous.


            • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 11:11

              @zygzornifle
              La sortie de toute cette merde n’est pas dans l’urne ou tout est joué a l’avance, Macron sait déjà a quelques voies près son score de président réélu au second tour, le changement est dans la rue,

              Allez-y, il y a des manifs tous les samedis depuis l’été dernier !
              Avec quels résultats ? Néant.

              Macron n’est pas certain d’être à nouveau candidat.

              Si c’est le cas, il va bien falloir que vous vous posiez les bonnes questions pour le choix d’un candidat ! Pleurnicher ne suffira pas.


            • zygzornifle zygzornifle 1er février 13:24

              @Captain Marlo

              Je ne fait pas parti des pleurnicheurs mais de ceux qui serrent les poings dans la poche attendant de les sortir pour une infusion de molaires ....
              J’ai participé a moultes manifs ou on retrouve hélas toujours les mêmes têtes et ceux les plus concernés sont aux abonnés absents ....
              Pour le candidat j’ai le choix entre le spasme éructant, la remontée gastrique et le pet foireux ...  


            • PascalDemoriane 1er février 10:38

              Cher Batracien-là,
              Comme chez bien d’autres, votre propos comporte un point aveugle, subconscient énorme :
              Nous pouvons, nous devons, nous allons, unissons....
              à quel « Nous » imaginaire référez-vous ? Vous adressez-vous ? Le savez vous ?
              La foule, le peuple, la masse ? Ou les gens du bon camps ? Lequel ? Du vôtre ?
              Quand on dit « Nous » sans pouvoir dire qui on est ou vise, on est juste dans « l’imaginaire majoritaire » de ses propres désirs. Mais çà n’a aucune réalité !

              Un peu de B.A-BA : Quoi ? Un collectif n’existe que par son infrastructure productive de moyens d’actions. Une famille, une entreprise, un syndicat, une armée, sans infrastructure productive co-investie, donc sans capital, c’est quoi ? C’est juste du pipeau démocratique imaginaire de loisir  !
              Or il n’y a plus de structures subsidiaires de relais intermédiaires qui soit populaires autonomes et solidaires. Partis, syndicat, associations ? Illusions théâtrale ! Combien de divisions ? Quel capitaux ? Quelle autonomie ? Tout est soumis à subventions, à réglementation, à autorisation.

              Donc il n’existe pas de structure populaire plurielle de contre pouvoir. Aucune. Votre « Nous » n’existe donc

              pas. Pas même dans l’espace virtuel numérique onirique ! Le réseau est privé et n’appartient pas au peuple !

              On ne crée pas un appareil collectif de combat en cumulant des bonnes volontés, des idées de devoirs sur du temps de loisirs « militants », en jouant au loto électoral. Donc sans y investir concrètement sa vie et son patrimoine, ce que personne ne fait, sauf une minorité marginale ! Dont vous ne parlez pas !

              La démocratie représentative ne représente que la caste mafieuse qui monopolise et contrôle toute organisation collective légale, monopolise le spectacle des représentations médiatisées, monopolise les règles organiques de son propre jeux. Faut-il y jouer ?

              Au casino, structure mafieuse en général, il n’existe pas de « Nous » des joueurs syndiqués opposable à la banque ! Ben la république démocratique de marché électoral c’est un juste un casino privé de détournement d’argent public... Y a pas de « nous » en jeux. Faut-il y jouer ?


              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 11:06

                @PascalDemoriane
                Soyez concret vous aussi !
                Vous proposez quoi pour sortir de l’UE, de l’euro & de l’Otan ?

                Pour retrouver la souveraineté & l’indépendance du pays, pour que les lois soient faites en France en fonction des intérêts des Français et du pays.

                Voici ce que propose l’UPR comme programme, vous en pensez quoi ?


              • leypanou 1er février 11:27

                @Captain Marlo
                Voici ce que propose l’UPR comme programme, vous en pensez quoi ?  : 332 000 voix aux présidentielles (0,70%), 266 000 voix aux européennes (1,17%) soit 200 000 voix de moins que le parti animaliste, le Frexit est sur de bons rails.


              • Yann Esteveny 1er février 11:31

                Message à Monsieur Pascal Demoriane,

                Votre remarque est essentiel et j’ai bien peur que bien peu ici en comprenne la teneur. Ni le nous, ni le eux ne sont définis dans cet article qui ne s’intéresse pas au réel.

                Respectueusement


              • Lynwec 1er février 11:41

                @leypanou
                Comme je disais plus haut, on peut gloser sans fin sur les scores précédents,voire ironiser ou se moquer (jouant ainsi le jeu du statu quo qui nous mène par le bout du nez) ou faire connaître ces propositions sans à priori, puisque ces scores sont le résultat du brouillard médiatique organisé autour de ce programme.
                Donnez-lui la pub qu’a connue Macron en 2017 et on en reparlera. Mais encore faudrait-il avoir cet objectif et non le soutien de la continuité.


              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 11:46

                @leypanou
                Et alors ? Vous faites semblant d’ignorer que les médias refusent de recevoir Asselineau depuis 15 ans ? Tout comme le PRCF, censuré aussi.

                Par contre, j’ai vu Poutou à la télé.
                Comme il ne veut pas du Frexit, il est reçu par les médias.


              • PascalDemoriane 1er février 12:20

                @Captain Marlo
                Camarade, je suis adhérent de l’UPR, proche du PRCF et autres coalitions impuissantes... mais je ne crois pas à la voie électorale. D’ailleurs si vous avez besoin d’un coup de main je suis qu’en même prêt à vous aider. Dubitatif mais pas inactif !


              • PascalDemoriane 1er février 12:23

                @Yann Esteveny
                Merci Yann, enfin quelqu’un qui me rassure sur la survivance d’un conscience critique de l’humain sur lui-même et sur son propre bavardage.


              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 12:23

                @PascalDemoriane
                D’ailleurs si vous avez besoin d’un coup de main je suis qu’en même prêt à vous aider. Dubitatif mais pas inactif !

                “Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.”
                Bertolt Brecht

              • leypanou 1er février 12:54

                @Lynwec
                on peut avoir d’avoir d’excellentes idées mais si çà n’a aucune chance de se réaliser, à quoi bon ?
                Donnez-lui la pub qu’a connue Macron en 2017  : l’oligarchie ne donnera pas quelque chose contre ses intérêts, c’est à chacun de trouver un moyen de se faire entendre du plus grand nombre.
                Pour moi, Macron est le pire de tous les présidents que j’ai connus car il a osé faire injecter de force des millions de gens sous peine de perdre son travail, et le chasser c’est la priorité des priorités, tout le reste vient après.


              • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 13:05

                @PascalDemoriane

                Dans cet article, je m’adresse aux lecteurs d’agoravox. Quand je distribue des tracts ou que je colle des affiches, je m’adresse aux habitants de ma commune ou de mon département et je prends aussi le temps de discuter avec eux en de telles occasions.

                Je m’adresse à tous ceux qui sont intéressés par les enjeux sur lesquels ja’ai estimé pertinent de faire connaître mon point de vue, y compris à ceux qui sont en désaccord avec ma propre lecture des faits, avec mes analyses et mes propositions.

                Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Je fais ce que je suis en capacité de faire, là où je suis, en participant à certains débats citoyens là où c’est possible , quand c’est possible, ce qui n’est pas toujours facile, y compris sur agoravox, tant il y a de pièges, d’incompréhensions, de saboteurs des débats en tous genres, de passifs de déception et de découragement chez tous nos concitoyens, suite aux multiples trahisons de la classe politicienne et des représentants de plus en plus timides (c’est un euphémisme) des intérêts des travailleurs et des couches populaires.

                Je ne vois pas bien à quoi sert votre leçon de B.A. BA du militantisme sinon à désespérer et décourager ceux de nos concitoyens qui estiment pouvoir, devoir faire ce qui dépend d’eux pour expliquer, convaincre, rassembler, mobiliser autour d’un objectif qui ne peut être atteint qu’avec la participation consciente et déterminée, durable, organisée, d’un grand nombre de nos concitoyens, chacun jouant sa participation et mettant les pieds dans le plat là où il se trouve, dans son quartier, dans son entreprise, parce que c’est là qu’il est utile et qu’il peut être entendu.

                C’est ainsi que peut se construire patiemment le grand rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour damer le pion à l’oligarchie et libérer notre nation de la dictature de l’UE et de l’Oligarchie.

                Je suis pour ma part convaincu que le destin du peuple ne doit pas davantage être sous l’emprise de minorités agissantes que sous l’emprise de l’oligarchie.

                Le peuple est capable d’apprendre, de comprendre, de s’organiser pour assurer sa survie et la défense de ses intérêts pourvu qu’on lui en laisse la possibilité, qu’on l’aide à s’en donner les moyens, et que ses représentants soient contraints d’y réfléchir à deux fois quand ils sont pris d’idées saugrenues ou appâtés par les prébendes que l’ennemi de classe est prêt à lui verser pour prix de son éventuelle trahison.

                De ce point de vue, vous me donnez l’occasion de souligner ici le travail admirable qui a été effectué dans cette direction par deux piliers solides, deux atouts précieux que notre peuple s’est donné pour libérer notre pays de la dictature de l’UE : l’UPR et le PRCF.

                C’est le peuple qui est en capacité de changer la donne en mettant les pieds dans le plat et en veillant au grain, pas les Cohn-Bendit de service du moment, dont les plus anciens savent ce qu’il en advient inévitablement au bout du compte, aussi tonitruants soient les propos « révolutionnaires » qu’ils font résonner à la cantonade.

                Salutations communistes et républicaines

                GJ

                 


              • leypanou 1er février 13:07

                @Captain Marlo
                Poutou et Asselineau, c’est pareil : ils n’arriveront pas au pouvoir en 2022.
                Pareil pour le PRCF : dès qu’il y a communiste, c’est fichu. En tout cas, c’est mon opinion.
                Je crois que c’est un trotskyste qui a gagné au Chili : il faut voir comment çà s’est passé.
                Si aller voter c’est se faire plaisir, on peut voter pour n’importe qui ; si on veut espérer gagner, çà ne sert à rien de voter pour une ligne riquiqui (animaliste, Solidarités et Progrès, trotkyste, etc).
                Même Mélenchon est « grillé » à mon avis : sa dernière sortie pour mettre dans la constitution le droit de changer de sexe l’a encore grillé un peu plus à mon avis.
                Il est peut-être moins mauvais que Jadot qui veut injecter de force les gens mais sa ligne est minoritaire.


              • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 1er février 13:13

                @leypanou

                Vous n’avez pas répondu à la question de Captain Marlo.

                Le programme de l’UPR, vous en pensez quoi ?

                Qu’est-ce que vous avez à lui reprocher ?

                Qu’avez-vous de mieux à proposer ?


              • leypanou 1er février 13:27

                @cettegrenouille-là
                les gens s’en foutent du programme : le plus important c’est de gagner. Peut-on gagner avec le programme de l’UPR ? La réponse est non.
                Vous avez beau martelé sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, si c’est pour végéter à moins de 1%, c’est peine perdue.
                Ma priorité actuelle, c’est chasser Macron et empêcher tous ceux qui veulent injecter de force un produit dangereux, le reste vient après.


              • Lynwec 1er février 13:49

                @leypanou
                Il est certain que ce n’est pas l’oligarchie qui fera la pub des propositions telles celles de l’UPR, mais si déjà au moins le simple citoyen ne cherchait pas systématiquement à démoraliser en balayant d’un revers de manches toute possibilité, mais relayait simplement l’information, ce serait toujours ça de pris.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 1er février 13:54

                @leypanou
                Mille fois d’accord. Croyez bien d’ailleurs que les dirigeants des partis qui vous disent : programme, programme et programme se foutent, eux aussi, complètement du programme. Je me fatigue à écrire des articles sur l’histoire du mouvement ouvrier pour montrer que cela a déjà été mille fois observé.
                Staline se foutait complètement du programme du KPD (parti communiste allemand) mais en lançant la politique du social-fascisme (ie : les socialos sont des pourris. Il faut les écraser. On ne peut rien faire avec eux) il s’assurer qu’il n’y aurait pas de révolution socialiste et il ouvrait la voie à Hitler.

                Croyez bien que les Mélenchon et Roussel qui crient aujourd’hui qu’on ne peut rien faire avec les socialistes puisqu’il y a eu Hollande se fichent aussi complètement des divergences avec Hollande et des comparaisons de programme. Ils étaient tous ensemble avec Mitterrand pour infliger aux travailleurs français la pire défaite qu’ils aient connu depuis la libération. Aujourd’hui, ils sont tous pour l’UE et savent que le prochain élu appliquera les directives de l’UE. Melenchon et Roussel n’ont pas envie de prendre la place à Tsipras. Ils préfèrent ne pas être élus et ils font tout ce qu’il faut pour cela. Ils divisent, ils divisent... Pour nous faire perdre.

                Jusqu’au dernier jour, il faut exiger un candidat unique du mouvement ouvrier. C’est la seule solution pour battre tous les candidats du capital. S’il est élu, il faudra exiger ensuite la sortie de l’UE quitte à ce qu’il y ait nouveau référendum. Je vois mal un prétendu représentant de la classe ouvrière refuser un référendum qui serait exigé par tous même s’il s’agit du pire traitre patenté depuis des années. Il faudra l’imposer.

                Avant même la sortie de l’UE quelques mesures d’urgence pourront être prises :

                — adoption de la loi Savary (première réforme en faveur de la laïcité).

                — indemnisation des manifestants estropiés par la police.

                — amnistie de toutes les condamnations des manifestants et remboursement des amendes.

                — suppression des forces de police compromises dans les brutalités et remplacement par des brigades de sécurité formées avec des travailleurs volontaires sous l’autorité des représentants des travailleurs.

                — suppression des camps de rétention et mise en place de lois pour l’immigration qui ne soient pas plus répressives que celle des anglais afin que les migrants ne cherchent pas tous à passer en Angleterre. Il faudra pour cela sortir de l’espace Shengen.

                — réforme des impôts avec suppression de la CSG (ce n’est pas aux salariés d’être les plus taxés). Forte progressivité pour les impôts sur le revenu et sur la fortune. Pas de système par tranches. Un pourcentage du revenu global et de la fortune globale devra être perçu. Ce pourcentage sera d’autant plus élevé que le revenu ou la fortune sera élevée. Plusieurs taux de TVA. Exemple : 0% pour les produits de première nécessité, 15% pour les produits de nécessité courante, 30% pour les produits de luxe, 50% pour les produits de grand luxe.

                — abrogation de toutes les lois liberticides notamment celles mises en place par Macron.

                — abrogation de toutes les dernières loi de régression sociale notamment celles sur les retraites.

                — nationalisation, sans indemnités ni rachat, de tous les médias (TV, radio, journaux, revues) qui sont dans les mains d’une dizaine de milliardaires. Mise en place de règles d’équité et de proportionnalité permettant que tous les courants politiques puissent s’exprimer dans de réelles conditions de démocratie avec tous les médias.

                Je ne cherche pas à savoir quels sont les programmes des uns et des autres parmi les autres candidats. Le marxisme et l’expérience nous enseignent que les travailleurs n’obtiendront jamais rien par des voies purement parlementaires. Il faut donc préparer la mobilisation des travailleurs. Les propositions que j’avance vont dans ce sens. Si quelqu’un est contre qu’il le dise.

                En cohérence avec ces propositions, puisqu’il s’agit dans tous les cas de préparer la mobilisation des travailleurs contre les capitalistes, il sera toujours hors de question de voter pour un quelconque candidat du capital au deuxième tour. Au premier tour, s’il n’y a pas de candidat unique du mouvement ouvrier, il sera hors de question de participer à une élection perdue d’avance. Le mieux à faire, quand on défend les travailleurs, sera de les inviter à ne pas voter pour qu’une abstention massive discrédite le plus possible celui qui sera élu.

                 

                 

                 


              • PascalDemoriane 1er février 14:45

                @cettegrenouille-là
                Camarade, je ne critique pas pour polémiquer, mais parce qu’il a là un point fondamental à éclaircir. Je l’ai dit, je suis des vôtres (UPR, PRCF, et autres). Mais je sais aussi d’expérience que nous, militants aguerris et vieillissants, cultivons notre propre impuissance en nous perdant dans un idéalisme inconscient.

                Le peuple ne suit pas et ne vous suivra pas parce qu’il n’existe pas par lui-même, n’a pas d’autonomie : mettez vous bien çà dans le crane ! Vous révez, le peuple n’existe que par son aliénation sociale, par la déposséssion de sa propre conscience : le « Nous » universel n’existe pas, c’est même fait pour !. On l’a bien vu à l’UPR il y a deux ans.... C’est triste à dire mais c’est ainsi. Maintenant comment gérer cela.
                Ben par exemple, moi je vais me rapprocher de Jean Dugenet pour en parler à fond , car entre marxistes hors système c’est plus facile, on a des bases communes. Bienvenue au club si vous le voulez aller dans le sérieux concret. Maintenant l’UPR ? jamais vu la moindre esquisse d’une reflexion collective révolutionnaire de fond... et c’est dans tout les partis pareils, j’ai enquêté là dessus pendant dix ans. Pas la moindre éducation populaire digne de ce nom, c’est à dire autogérée par les gens du peuple eux-mêmes (nous on dit les soviets, les conseils populaires).
                Voilà, pour en reparler éventullement en lieu et place ad hoc...pas ici !
                Solidairement qu’en même.


              • PascalDemoriane 1er février 15:02

                @Captain Marlo
                Ok on fait les comptes ? Moi j’ai commencé le combat à l’âge de 11 ans il un demi-siècle ! Et je suis encore assez con pour vous proposer de l’aide !
                Dont vous ne voudrez d’ailleurs surtout pas....


              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 18:24

                @leypanou
                En restant dans votre canapé, ça va sûrement faire avancer les choses ...


              • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 18:37

                @leypanou
                Ma priorité actuelle, c’est chasser Macron et empêcher tous ceux qui veulent injecter de force un produit dangereux, le reste vient après.

                Chasser Macron, pour le remplacer par un autre européiste qui fera la même chose que Sarkozy et Hollande ?? En voilà un grand progrès ! Le pouvoir n’est plus à Paris, les Chefs d’Etats obéissent à Ursula, à Lagarde et à Biden pour l’ Otan.

                Il y a 30 ans que les électeurs suivent votre recette.
                Ils ont voté Chirac pour virer Mitterrand.
                Puis ils ont voté Sarkozy pour se débarrasser de Chirac
                Puis ils ont voté Hollande pour virer Sarkozy
                et voté Macron pour virer Hollande !
                A chaque fois, c’était pire qu’avant !
                Alors, surtout ne changez rien, continuez la liste des couillonnades !


              • Captain Marlo Captain Marlo 2 février 10:22

                @PascalDemoriane
                Moi j’ai commencé le combat à l’âge de 11 ans il un demi-siècle ! Et je suis encore assez con pour vous proposer de l’aide !
                Dont vous ne voudrez d’ailleurs surtout pas....

                Je n’ai sans doute pas bien compris votre combat... Vous pouvez me citer dans vos commentaires, ce qui encourage les lecteurs d’Agoravox à sortir de l’UE, de l’euro & de l’Otan ?


              • PascalDemoriane 1er février 11:13

                @Fergus au à la grenouille
                La dictature est bien un régime républicain (Rome) de crise transitoire d’exception, sans véritable contre-pouvoir ni séparation des pleins pouvoirs. Nous y sommes en plein par définition et par construction. Régime d’exception sécuritaire, sanitaire, en attendant sa phase totaitaire.
                Le nier sans référence n’est pas faire acte de « gens de bonne compagnie », c’est caricaturer et mépriser ce que beaucoup de gens sains veulent signifier plus ou moins adroitement.
                Désolé mais votre « entre-soi » auto-satisfait augure mal de votre ouverture au « Nous » salvateur de vos rêves hors sol...
                La vieillesse est-elle un naufrage dans le marais grenouillant de l’autofiction... çà s’est souvent vu.


                • Fergus Fergus 1er février 11:37

                  Bonjour, PascalDemoriane

                  Il ne peut y avoir de « dictature » dans un état qui permet à ses citoyens de « dégager » les pouvoirs dont il n’est pas satisfait par les urnes.
                  Certes ! les médias dominants s’efforcent  ils sont de moins en moins influents  de convaincre l’électorat de reconduire ceux qui servent les intérêts des classes dirigeantes.
                  Mais nul n’est contraint de les suivre ! Ce qui démontre que, soit les électeurs  qui ne sont pas totalement idiots  se satisfont des gouvernements qui se succèdent, soit voudraient tourner la page mais n’ont pas la détermination nécessaire pour s’unir ! 


                • Fergus Fergus 1er février 11:38

                  erratum : ... les pouvoirs dont ils ne sont pas satisfaits par les urnes.


                • Lynwec 1er février 11:46

                  @Fergus
                  Dégager les pouvoirs dont il ne veut pas par les urnes. Mouarf ! C’est tiré de l’école du rire ?
                  Un doublé : les médias dominants de moins en moins influents...
                  Et le coup du chapeau : les électeurs n’ont pas la détermination nécessaire...

                  J’aurais dit qu’ils sont maintenus dans le brouillard avec une grande habileté/perfidie et la complicité de certains, mais j’ai été nourri au biberon du sens critique...
                  On peut effectivement faire l’autruche et ne pas voir la dictature molle dans laquelle nous sommes, ce qui lui permettra au besoin de muter en dictature dure, les outils sont là.


                • PascalDemoriane 1er février 12:03

                  @Fergus
                  Vous qui parliez honteusement d’obscurantisme à contre emploi en d’autre lieu, vous mélez ici sophisme formel et confusionnisme, Non ?
                  Vous pontifiez d’autorité mais non : même le très conforme wikipédia vous dément des le premier paragraphe de sa notice : la présence de parlement et d’élection n’exclu pas la notion transitoire de dictature. Le problème n’est pas là. Il est qu’un régime d’exception n’a pas la propention spontanée à s’abolir de lui-même, les exceptions deviennent la règle. C’est le cas aujourd’hui.
                  Alors qu’à l’inverse, le suffrage universel plébiscitaire ou le vote parlementaire peut conduire à sa propre abolition (ex. Vichy).
                  Donc cessez de pontifier sur les formes, les gens sont assez intelligents pour voir les dynamiques à l’oeuvre.


                • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 12:03

                  @Fergus
                  Vous appelez comment un CSA et les médias publics & privés, qui ne mettent en tête de gondole que des candidats pro européens ? Exactement comme RadioParisMent, qui ne recevait ni de Gaulle, ni les Résistants ! Le seul espace qui reste aux vrais résistants à votre Europe des banksters, c’est Internet.

                  C’est votre conception de la démocratie et de la liberté d’expression politique ?
                  Faut-il vous rappeler l’article 4 de la Constitution ? "La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation."

                  Même en Russie, l’opposition dispose de médias indépendants financés par Gazprom ! Et comment appelez-vous un système qui met Assange en prison ?
                  Si Assange avait dévoilé les crimes de guerre de la Chine ou de la Russie, il serait Prix Nobel de la Paix ! Là, il se meurt en prison.

                  Vous avez une peau de saucisson devant les yeux ??
                  La Gauche, toujours si prompte à stigmatiser la violation des droits de l’Homme et le manque de démocratie partout dans le monde, ne voit pas les violations en France ?? Comme elle est européiste jusqu’au trognon, elle s’en réjouit, non ?


                • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 12:20

                  @Fergus
                  Mais nul n’est contraint de les suivre ! Ce qui démontre que, soit les électeurs — qui ne sont pas totalement idiots — se satisfont des gouvernements qui se succèdent, soit voudraient tourner la page mais n’ont pas la détermination nécessaire pour s’unir ! 
                  .
                  Vous faites semblant d’ignorer que les résultats électoraux sont exactement proportionnels aux temps de passages médiatiques !
                  Pourquoi les milliardaires ont acheté les médias, sinon ??

                  Proportionnels, cela signifie :
                  si un candidat dispose de 20% de temps médiatique, il aura 20% des voix.
                  si un candidat dispose de 10% de temps médiatique, il aura 10% des voix.
                  si un candidat n’a que 1% de temps médiatique, il aura 1% des voix.

                  C’est le cas de Jean Marie le Pen. Pendant 10 ans, sans médias, le FN a eu 1% des suffrages.

                  C’est Mitterrand qui l’a propulsé sur Antenne 2, les résultats du FN se sont envolés !


                • leypanou 1er février 13:12

                  @Captain Marlo
                  dites un peu : vous avez peu de temps de passages médiatiques, vous n’avez donc aucune chance d’arriver au pouvoir, quel est donc l’intérêt/l’utilité de voter pour l’UPR ?


                • Legestr glaz Legestr glaz 1er février 13:28

                  @leypanou

                  Partant de votre principe, quel est, tout simplement, l’intérêt de voter ?

                  Les jeux sont donc fait d’avance. Est élu celui qui sera le mieux promu dans les médias de masse. Il ne s’agirait donc que d’une parodie d’élection, une mascarade destinée à faire croire à système de démocratie représentative.

                  Malgré tout, je voterai pour le candidat qui annonce :
                   Mettre fin immédiatement au passe vaccinal 
                   Rendre publiques toutes les décisions prises par le « Conseil scientifique »
                   Rendre publics tous les contrats sur les « injections »
                   Rendre publics tous les essais sur ces injections.

                   Et puis le RIC dans tous les domaines,
                   Et puis la suppression du Conseil constitutionnel de la honte 
                   Et puis une information « indépendante », indépendante des méga-groupes financiers qui tiennent tous les médias de masse. 


                • Lynwec 1er février 13:54

                  @Captain Marlo
                  « Vous avez une peau de saucisson devant les yeux ?? »
                  Le saucisson en question s’appelle probablement mauvaise foi, à ne pas confondre avec la saucisse de foie de Foix.
                  Ce saucisson-là possède une peau extrêmement épaisse et coriace, insensible à tout, y compris les arguments les plus affutés. Quand un saucisson est immangeable, le mieux est de le mettre de côté.


                • Captain Marlo Captain Marlo 1er février 18:27

                  @leypanou
                  dites un peu : vous avez peu de temps de passages médiatiques, vous n’avez donc aucune chance d’arriver au pouvoir, quel est donc l’intérêt/l’utilité de voter pour l’UPR ?

                  C’est bien pour ça que depuis 15 ans, nous nous servons d’Internet et des réseaux sociaux, c’est Radio Londres d’aujourd’hui, banane !


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 1er février 19:15

                  @leypanou

                  "dites un peu : vous avez peu de temps de passages médiatiques, vous n’avez donc aucune chance d’arriver au pouvoir, quel est donc l’intérêt/l’utilité de voter pour l’UPR

                  C’est exact et les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets.
                  L’erreur c’est de se situer dans le cadre de la « démocratie parlementaire » en croyant résoudre quelque chose dans ce cadre. Croire qu’il sera possible de sortir de l’UE à l’issue d’une élection, est de l’utopie. La France n’est pas l’Angleterre. Si la France (ou l’Allemagne) quitte l’UE, il n’y a plus d’UE. L’UE peut exploser d’elle-même ou, ce qui revient au même, sous les coups de buttoir de la lutte des classes. La résistance de la classe ouvrière dans tous les pays aux plans « d’ajustements » de l’UE peut faire éclater l’UE. Les contradictions se trouvent exacerbées du fait que les travailleurs refusent la suppression des services public, les augmentations des tarifs, le blocage des salaires, les atteintes aux retraites... tout cela mine les bases de l’UE.

                  Il est plus clair de dire que nous n’obtiendrons rien par des voies purement parlementaires.

                  Les révolutionnaires ne se plaignent pas de ne pas être entendu sur les médias dominants. Ils savent que c’est dans l’ordre des choses. Qu’ils ne peuvent qu’être dénigrés par les médias dominants. Ils utilisent parfois ce fait pour ouvrir les yeux à ceux qui n’ont pas compris cet aspect essentiel de la domination des capitalistes. La police de la pensée leur est autant nécessaire que les CRS et autres forces de répression. Les révolutionnaires n’ont pas d’autres solutions que de s’organiser pour construire un parti révolutionnaire. Un minuscule parti construit sur une base solide pour mener la classe ouvrière à la victoire peut en très peu de temps devenir le parti dominant de toute la classe ouvrière. Les expériences des grands mouvements sociaux l’ont confirmé. Des milliers de militants sont plus ou moins consciemment à la recherche de véritables solutions. Il n’y en a pas d’autres.

                  Regardez les quelques petites mesures transitoires que je propose. Nombre d’entre elles consiste à revenir sur des décisions prises sous Mitterrand avec Mélenchon et le PC. C’est peu de chose et c’est pourtant insupportable non seulement pour la bourgeoisie mais aussi pour les dirigeants traitres du mouvement ouvrier. Aucun ne reprendra à son compte ces quelques revendications qui vont avec la nécessité de sortir de l’UE. De quoi ont-ils l’air à fanfaronner que l’unité est impossible parce que le programme des autres n’est pas bon ou parce que les autres sont plus compromis que... que qui ? que ceux qui nous ont fait subir la pire défaite sous Mitterrand ?

                  RAPPEL :

                  — adoption de la loi Savary (première réforme en faveur de la laïcité) qui avait été refusée par Mitterrand.

                  — indemnisation des manifestants estropiés par la police.

                  — amnistie de toutes les condamnations des manifestants et remboursement des amendes.

                  — suppression des forces de police compromises dans les brutalités et remplacement par des brigades de sécurité formées avec des travailleurs volontaires sous l’autorité des représentants des travailleurs.

                  — suppression des camps de rétention et mise en place de lois pour l’immigration qui ne soient pas plus répressives que celle des anglais afin que les migrants ne cherchent pas tous à passer en Angleterre. Il faudra pour cela sortir de l’espace Shengen.

                  — réforme des impôts avec suppression de la CSG (ce n’est pas aux salariés d’être les plus taxés). Forte progressivité pour les impôts sur le revenu et sur la fortune. Pas de système par tranches. Un pourcentage du revenu global et de la fortune globale devra être perçu. Ce pourcentage sera d’autant plus élevé que le revenu ou la fortune sera élevée. Plusieurs taux de TVA. Exemple : 0% pour les produits de première nécessité, 15% pour les produits de nécessité courante, 30% pour les produits de luxe, 50% pour les produits de grand luxe.

                  — abrogation de toutes les lois liberticides notamment celles mises en place par Macron.

                  — abrogation de toutes les dernières loi de régression sociale notamment celles sur les retraites.

                  — nationalisation, sans indemnités ni rachat, de tous les médias (TV, radio, journaux, revues) qui sont dans les mains d’une dizaine de milliardaires. Mise en place de règles d’équité et de proportionnalité permettant que tous les courants politiques puissent s’exprimer dans de réelles conditions de démocratie avec tous les médias.


                • leypanou 1er février 19:23

                  @Captain Marlo
                  je pense que pour les présidentielles, si on n’a pas accès aux médias de masse, c’est peine perdue.
                  Je pense que je partage beaucoup de positions de l’UPR, si ce n’est toutes, mais si on veut que son vote serve à quelque chose, il faut savoir choisir, bien sûr en éliminant tout de suite les Macron, Pécresse, Jadot, Hidalgo.


                • leypanou 1er février 19:26

                  @Jean Dugenêt
                  nationalisation, sans indemnités ni rachat, de tous les médias (TV, radio, journaux, revues) qui sont dans les mains d’une dizaine de milliardaires  : personne ne proposera çà.


                • sirocco sirocco 1er février 20:20

                  @Legestr glaz
                  « Les jeux sont donc fait d’avance. »

                  Assurément, si vous comptez sur le vote pour amener un changement.
                  Si les élections servaient à quelque chose, il y a longtemps qu’elles seraient interdites...

                  Regardez plutôt ce qui se passe au Canada. Les citoyens de ce pays utilisent les bons moyens pour obtenir gain de cause. Pour le moment, ils ne sont pas très exigeants, ils veulent juste l’annulation des contraintes sanitaires. S’ils étaient plus déterminés, ils pourraient renverser cette crapule de Trudeau et mettre en place quelque chose de plus démocratique.

                  Suivons la situation au Canada, ils nous montrent la voie.

                  https://fr.sputniknews.com/20220201/un-leader-du-convoi-de-la-liberte-canadien-les-gens-sentent-que-le-canada-est-un-pays-en-declin-1054924513.html


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 février 12:39

                  @leypanou

                  "nationalisation, sans indemnités ni rachat, de tous les médias (TV, radio, journaux, revues) qui sont dans les mains d’une dizaine de milliardaires  : personne ne proposera çà."

                  C’est ce que propose l’AGIMO et tous ceux à qui j’en parle sont d’accord. Effectivement, la canaille politicienne n’en parle pas... Ils ne parlent pas non plus de supprimer les camps de rétention, de supprimer la CSG, d’adopter la loi Savary...

                  Alors ? Qui défend les travailleurs ?


                • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 3 février 18:15

                  @Legestr glaz

                  "Malgré tout, je voterai pour le candidat qui annonce :
                  — Mettre fin immédiatement au passe vaccinal 
                  — Rendre publiques toutes les décisions prises par le « Conseil scientifique »
                  — Rendre publics tous les contrats sur les « injections »
                  — Rendre publics tous les essais sur ces injections.

                  — Et puis le RIC dans tous les domaines,
                  — Et puis la suppression du Conseil constitutionnel de la honte 
                  — Et puis une information « indépendante », indépendante des méga-groupes financiers qui tiennent tous les médias de masse."

                  Bonjour

                  Je comprends que vous recherchiez cela dans le catalogue des promesses des candidats à la présidence de la république, ou à un siège de député.

                  On peut toujours monter dans un taxi pour atteindre la destination qu’on s’est fixée, mais s’il n’a ni moteur ni roues, il n’ira pas loin et vous non plus.

                  Le moteur et les roues, c’est la sortie programmée et rapide de l’Union Européenne, ; de l’euro et de l’Otan que pilote l’oligarchie dont il faut couper les ailes, qu’il faut mettre hors d’état de nuire. Il faut reprendre le contrôle des moyens de production et d’échange, de la monnaie, des infrastructures et des institutions du pays.

                  Comment allez-vous protéger le pays de la guerre mondiale qui est en cours d’orchestration....tout en laissant l’oligarchie piloter les affaires du pays derrière le paravent de l’Union Européenne et de la compétitivité qu’elle est censé nous apporter, et même, si on y regarde bien, derrière le paravent de la soi-disant défense de nos libertés et de notre santé ?

                  Les libertés individuelles sans toucher au pouvoir tentaculaire de l’oligarchie, c’est du vent !

                  Cordialement

                  GJ


                • chantecler chantecler 1er février 18:54

                  Ici Londres , ici Londres,

                  Fifi parle à Marlo ...

                  Je répète Fifi parle à Marlo ...

                  Les navets sentent le pipi .

                  Je répète : les navets sentent le pipi ...


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 2 février 07:20

                    Dans un monde normal on soigne les gens.

                    On ne traque pas les personnes en bonne santé,

                    surtout avec des produits expérimentales toxico-géniques

                    qui ne protègent contre rien,
                    même pas contre les formes graves du SARS-Cov-2

                    .
                    Dans un monde normal on soigne les gens

                    avec des médicaments qui fonctionnent et qui ne sont pas cher, et surtout très éfficaces :
                    — Ivermectine
                    — Hydroxuchloroquine
                    — Azithromicyne

                    généralement associé avec la vitamine D (D3) et le Zinc !!!
                    .

                    Nous sommes gouvernées par des psychopathes criminels corrompus qui ne combattent pas les virus mais la démocratie en vue de nous confisquer nos libertés !
                    .
                    C’est parti, nous y sommes notre convoi voit le jour pour le 9 février 2022 Partager Partager !!



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité