• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > France 2012-2017 : un redressement incomplet, toujours inférieur à la (...)

France 2012-2017 : un redressement incomplet, toujours inférieur à la moyenne européenne

Nous avons désormais tous les chiffres. Incontestables, ils valent mieux qu'un long discours et qu'une dispute purement stérile et politicienne entre partis politiques. Allons droit aux chiffres et voyons le bilan 2012-2017, aujourd'hui totalement disponible.

Dette de l'État stricto sensu (source AFT (Agence France Trésor), "encours de la dette négociable") :

- en 2012 = 1 386 milliards ; en 2017 = 1 686 milliards. Soit + 300 milliards (hors organismes sociaux et collectivités territoriales (voir ci-dessous)). L'État n'arrive décidément pas à dépenser moins qu'il ne gagne. Pourtant, certains politiques, démagogiques, voudraient redistribuer une supposée cagnotte… alors que la dette de l'État s'accroît de 0,164 384 milliard chaque jour !

Dette de la France au sens de Maastricht (source Insee) comprenant toutes les dettes : État + organismes sociaux et collectivités territoriales  :

- en 2012 = 1 869 milliards (89% du PIB) ; en 2017 = 2 218 milliards (97% du PIB (provisoire)). Soit + 349 milliards (au 31 décembre 2017). La France continue à dépenser toujours plus qu'elle ne gagne, crise ou pas crise. Les 100% du PIB sont en ligne de mire !

Croissance économique (source Insee) :

- en 2012 = 0,2 % ; en 2017 = 2,0%. Belle progression, mais, toujours inférieure de 0,4 ou 0,5 point à la moyenne européenne (chiffre non définitif), et à celle de l'Allemagne (+2,2 %).

Balance commerciale (source Insee) :

- en 2012 = − 67 milliards ; en 2017 = − 62 milliards. Malheureusement toujours déficitaire. Nous importons, en euros courants, toujours beaucoup plus que nous exportons ! Hors aéronautique et luxe, nos productions ne sont pas adaptées à la demande mondiale ni même à celle domestique − comme le prouve la croissance de nos importations.

À titre de comparaison, la balance de l'Allemagne était en 2012 excédentaire de 185 milliards ; en 2017 de 244 milliards !

Taux de chômage (source code tps00203 Eurostat) :

- en 2012 = 9,8% ; en 2017 1 = 9,4 %. Très petite amélioration de la courbe 2 du taux de chômage, enfin !

À titre de comparaison, le taux de l'Allemagne était en 2012 = 5,4 % ; en 2017 1 = 3,8 %. Moyenne de l'UE : 7,6 % (source code tps00203 Eurostat).

Nombre total d'emplois privés, c'est-à-dire de postes de travail (source Insee) :

- en 2012 = 18,693 millions ; en 2017 = 19,281 millions. Enfin des créations d'emplois, commencées dès le 2ème trimestre 2015 (la France comptait alors 18,700 millions d'emplois privés).

Au regard de ces chiffres incontestables, que tout le monde connaît et reconnaît désormais, le redressement du pays est bien maigre, même si la hausse de l'emploi privé, depuis 2015, doit être saluée.

Il convient donc maintenant, au nouveau pilote, Emmanuel Macron, de poursuivre sur la lancée du précédent pilote − celui qui a eu l'immense tort de dire sous l'influence de mauvais conseillers en communication : "mon ennemi est la finance". Il aurait dû préciser : "[...] la finance spéculative", tout aurait été tellement plus vrai et surtout, plus simple.

Cela étant, quoi que la France ait fait ou n'ait pas fait sur la période 2012-2017, la plupart de ses grands agrégats a légèrement progressé, mais de manière inférieure aux moyennes européennes. Cela montre, notamment, que notre pays est fortement dépendant de la conjoncture européenne et mondiale... quoi qu'il fasse. Rendons-nous à l'évidence, nous n'avons aujourd'hui ni la taille critique ni les performances économiques pour influencer quoi que ce soit… même dans l'UE, contrairement à l'Allemagne. Un petit clin d'œil aux politiques qui voudraient voir notre pays quitter l'UE, comme va le faire le Royaume-Uni, définitivement, dans 11 mois.

Cela étant, le nouveau pilote de notre pays, Emmanuel Macron, a hérité d'une bien meilleure situation que celle héritée, en 2012, par son prédécesseur, François Hollande. Il lui "suffit", a minima, de ne pas mettre du sucre dans le réservoir d'essence de la "Voiture France". Pour aller plus loin dans l'amélioration des grands agrégats du pays, Emmanuel Macron bénéficie encore d'une conjoncture très favorable : taux d'intérêt bas ; cours euro/dollar acceptable ; cours du pétrole raisonnable ; taux d'inflation supérieur à 0, mais inférieur 2% ; coalition allemande reconduite ; guerre Corée du Nord / États-Unis impossible ; guerre commerciale, improbable malgré les gesticulations, car l'Amérique a plus besoin de la Chine, son premier créancier, que la Chine de l'Amérique (quoi que  !)3 ; croissance chinoise toujours importante ; etc. Alors, quoi demander de plus pour réussir ce quinquennat ?

 

1. L'OCDE publie les mêmes chiffres qu'Eurostat (lien). L'Insee publie le chiffre bizarre de 8,9 %.

2. La courbe du chômage s'exprime, partout dans le monde, en pourcentage de la population active, JAMAIS en nombre de chômeurs. Quel désastreux conseiller a donné une telle idée à Hollande ? Le même qui lui a soufflé son propos sur la finance ou, peut-être, un très proche de Valérie Trierweiler.

3. Traduction résumée : "À cause des incompétents d'hier... la guerre commerciale avec la Chine est perdue… Notre déficit est de 500 milliards $ par an et la Chine nous vole en plus 300 milliards $. Cela ne peut pas continuer  !".

Crédit photo : chribactu.20minutes-blogs.fr. "Silence, ça tourne !" a été ajouté par A. Fay.


Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Gwynplaine Kent 5 avril 11:02

    Comme pour la stratégie d’une manque qui consiste à gérer les intérêts de ses actionnaires et non pas ceux de ses déposants, les informations fournies par un état géré par une oligarchie financière concernent les intérêts de la classe au pouvoir et non ceux de la grande majorité des citoyanes.


    Croissance pour qui ?
    Dette payée par qui ?
    Intérêts versés à qui ?

    • Gwynplaine Kent 5 avril 11:03

      @Kent

      merci de lire « stratégie d’une banque ».
      dsl

    • Gwynplaine Kent 5 avril 11:05

      @Kent

      cet article récent explique très bien la manip :

      L’hypocrisie politique

    • lautrecote 5 avril 12:21

      en gros, c’est « continuez comme ça, tout va bien ».



      • Gwynplaine Kent 5 avril 12:54

        @lautrecote

        C’est sûr que pour wall-street, la city et Euronext (l’ex bourse de Paris), tout va bien !

      • V_Parlier V_Parlier 5 avril 17:45

        @lautrecote
        De toute façon, en situation de libre échange mondial (dont on nous dit qu’il est nécessaire et indiscutable) il ne faut pas rêver : Tant que nous ne serons pas devenu un « low cost country » (*) le but ne sera pas atteint.

        (*) Cette appellation est très officiellement utilisée dans le domaine de l’industrie.


      • Blé 5 avril 13:49

        Après la lecture de cet article j’ai eu comme l’impression que les populations françaises étaient de trop. A en croire l’auteur de cet article, s’il n’y avait pas ces travailleurs qui veulent bosser et vivre dignement de leur travail, tout serait dans le meilleur des mondes.

        Les multinationales se font du fric, les rentiers s’enrichissent, les libertés individuelles diminuent pour le plus grand nombre mais pas pour les élites politiques, ni pour les élites économiques ni pour les élites médiatiques puisque ces trois catégories baignent dans la même eau du néo libéralisme.

        France 2012-2017 : un redressement incomplet, toujours inférieur à la moyenne européenne
        De quoi les travailleurs du privé et des services publics se plaignent-ils ? Dans les hôpitaux, tout baigne, dans les HEPAD tout baigne, dans les établissements scolaire tout baigne, dans les universités tout baigne, pour les S D F tout baigne, pour les 3 millions de mal logé tout baigne, etc..., etc...sûr qu’une fois que la France sera redressée selon les critères de l’ Union européenne tous ces mécontents seront ravis du résultat.

        • zygzornifle zygzornifle 5 avril 14:27

          Bah le Macron va bien trouver du pognon a ratisser a droite et a gauche pour compenser ....


          • Le421 Le421 5 avril 19:54

            @zygzornifle
            Un couple dont les revenus de chacun arrivent au seuil de pauvreté (900€, une fortune !!) se voit taxer de la CSG...
            Sans déconner.


          • Alren Alren 5 avril 14:40

            L’économie française est conduite depuis Chirac mais surtout Sarkozy, dans un seul but :alimenter la rente.
            Pour ce maximiser ce résultat, il faut précariser au maximum le travail et réduire au maximum les retraites, supprimer les statuts particuliers des fonctionnaires et assimilés qui donnent le mauvais exemple aux travailleurs du privé.

            Un des moyens les plus puissants de précariser les travailleurs est de conserver un maximum de chômeurs. On y parvient en n’investissant pas et en délocalisant.

            Après ces treize années de « casse » sociale sans riposte assez forte, en s’attaquant à ces cheminots très solidaires et luttant pour les autres en défendant le service public, Macron a présumé de l’absence de réaction des travailleurs constatées lors de la casse du Droit du Travail qu’il vaincrait les cheminots comme Thathcher avait vaincu les mineurs anglais.

            Mais les cheminots, âmes de la Résistance à l’occupant, certains que la SNCF est une des meilleures sociétés de chemins de fer du monde et pourrait devenir la meilleure avec de l’investissement dans les lignes « ordinaires » , savent que le combat qu’ils livrent contre l’ennemi de classe est central et sont conscients qu’ils ont le soutien des actifs.

            Déjà Philippe parle de « discussions », effrayé par une grève s’étalant sur un mois, ce qui est inédit en France.


            • Le421 Le421 5 avril 19:53

              @Alren
              Question rail et Angleterre, il suffit de voir le résultat chez les british et on a tout compris.
              Ils sont fous !!
              Ils veulent renationaliser le rail !!
              A moins que.

              Cartapus, t’es où qu’on rigole deux minutes !!  smiley


            • titi 5 avril 20:55
              @Le421

              L’Etat est l’unique actionnaire de la société qui est propriétaire du réseau, qui l’entretien et qui co exploite sur certains tronçons.

              Et c’est là que c’est drole...
              C’est que les anglais pense que le service serait meilleur si l’Etat s’occupait du réseau alors qu’il le fait déjà.
              Visiblement l’Etat doit pas être bien fier de lui même en la matière...




            • titi 5 avril 20:58
              @Alren

              « Mais les cheminots, âmes de la Résistance à l’occupant »

              Celle là fallait pas trembler pour la faire...

              Les trains qui partaient en direction des camps de la mort, ils étaient pilotés par qui ?
              Y’avait déjà un logiciel de pilotage autonome ? Ou c’était des trains Uber ?


            • bob14 bob14 6 avril 05:51

              redressement de la France....grâce au Viagra... smiley


              • eddofr eddofr 6 avril 15:22

                Un jeu très con ...


                J’ai mesuré la valeur de mon potager à l’aune des critères « économique » appliqués à l’agriculture.

                Zéro emploi direct (je me déclares pas à la sécu quand je bine mes patates).
                Zéro chiffre d’affaire.
                Zéro consommation de produits (pas d’externalité positive en termes d’économie globale).
                Impact indirect négatif sur l’emploi (les légumes que je produits, je les achète pas .. donc les commerçants, distributeurs, transporteurs, producteurs y perdent du C.A. et donc des emplois).
                Notation sanitaire Zéro (zéro produits utilisés, pas de salle de stérilisation, pas d’U.H.T., ....)

                Seul effet « non négatif », je ne contribue pas au déficit de la balance commerciale ...

                Tout ça pour dire qu’avant de se poser la question de savoir si on atteint un « résultat », un « indicateur », ça vaut le coup de se demander ce qu’il mesure et à quoi (à qui) il sert.

                • Aimé FAY Aimé FAY 6 avril 17:25

                  @eddofr

                  Intéressant ! (un clic sur 3). Merci pour votre commentaire. Un des rares qui mérite une réponse ;

                  Cependant vous dites :

                  « Zéro consommation de produits ». Je suppose que vous binez avec vos mains nues, etc., sans aucun outil. Je suppose aussi que vous faites votre jardin tout nu, sans aucun vêtement. Je suppose que vous n’utilisez aucun produit, même pas de la bouillie bordelaise. SINON, vous alimentez le PIB, via l’agrégat de consommation intérieure si vos outils, vos vêtements sont 100% français (peu probable). Sinon, vous faites fonctionner la production étrangère et vous augmentez nos importations, ET notre déficit. De plus, vos « maigres » importations n’arrivent pas chez vous sans aucun intermédiaire. Vous faites donc, aussi, travailler des intermédiaires installés sur le territoire. Ces intermédiaires, eux aussi, participent au PIB et aussi à l’emploi.

                   

                  Conseil d’une lecture intéressante pour vous… : Bastiat Frédéric : Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, ou l’économie politique en une leçon ; Éd. Guillaumin et Cie, Paris, 1850 (lien pour une lecture gratuite et très facile lire).


                • eddofr eddofr 9 avril 15:28

                  @Aimé FAY

                  Je l’admet, j’ai négligé les outils et quelques autres babioles ... donc en plus je favorise le déficit commercial (j’ai vérifié, la moitié de mes outils sont « made in China »).

                  La vache !

                  Je suis un criminel économique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès