• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > France : un budget 2023 d’ores et déjà en trompe l’oeil

France : un budget 2023 d’ores et déjà en trompe l’oeil

La dette publique française a atteint 114, 5% de la richesse produite en une année au 31 mars 2022, soit la somme astronomique de 2 902 milliards selon l’INSEE. Plus personne n’ignore ce chiffre, alarmant pour les uns, soutenable pour les autres. À l’heure où s’entament les discussions dans les ministères sur le budget de l’état pour 2023, l’on peut raisonnablement s’inquiéter des marges de manœuvres du gouvernement.

Que nous a donc promis GABRIEL ATTAL, nouveau gardien des cordons de la bourse en tant que ministre du déficit public permanent, pardon, je veux dire, ministre du budget. Chaque année, sans interruption depuis 1975, l’état français affiche un déficit public.

GABRIEL ATTAL a affiché trois priorités dans sa déclaration du 7 août 2022.
 

  • Augmentation du budget de l’éducation nationale. Non pas pour faire face au déficit de foi dans l’école laïque et républicaine et aux cohortes clairsemés de nouveaux hussards mais pour respecter la promesse électorale présidentielle de les payer au moins 2 000 € nets mensuels.
     
  • Progression du budget du ministère du travail pour augmenter plus encore le nombre de personnes en situation d’apprentissage et contribuer ainsi à afficher un taux de chômage à la baisse dans la perspective d’un soi-disant plein emploi en 2027.
     
  • Enfin, accroissement significatif des budgets de la police et de la justice. Pour la police, c’est pour afficher, je cite, « un doublement du nombre des forces de l’ordre sur le terrain à l’horizon 2030 ». Pour la justice, (hausse budgétaire + 26% en 3 ans), c’est continuer l’effort de recrutement de personnel et construire de nouvelles prisons.

 

Décryptons ensemble ces informations présentées sous un jour assez optimiste. Responsable aurait pu confirmer GABRIEL ATTAL.

 

  • Promesse électorale oblige, l’éducation nationale – l’immense fabrique de crétins comme écrirait l’enseignant et chroniqueur JEAN PAUL BRIGHELLI – a reçu les dividendes de ces pleurnicheries annuelles sur l’éternel manque de moyens. Pour autant, il y aura toujours 30 ou 35 élèves par classe, aucun système de climatisation, insuffisamment de professeurs de mathématiques ou d’allemand, l’organisation du remplacement des enseignants absents à la va comme je te pousse. Mais, innovation oblige pour la rentrée 2023, le recrutement par « job dating ». Quand donc un directeur d’établissement pourra prendre l’initiative de proposer un poste de professeur « uberisé » en sciences naturelles et anglais pour 4 mois à un étudiant anglophone en master de biologie ? Je n’aborderais pas ici le wokisme rampant, l’écriture inclusive, l’apprentissage du langage sms en troisième langue vivante dès la classe de 4ème ou encore le catéchisme écologique dès le cours préparatoire. À défaut de sauver la planète, l’école 2023 est sauvée, le salaire des profs va augmenter. On dit merci à GABRIEL ATTAL.
     
  • « La police tue » éructe JEAN-LUC MELENCHON. L’avenir ne va-t-il pas lui donner raison ? Vouloir former en 10 jours et les munir d’une arme des milliers d’engagés, certes volontaires et motivés qui viendront constituer la « réserve nationale de policiers » est d’une bêtise crasse. Évidemment cela permettra dès 2023 au gouvernement d’affirmer que les effectifs des forces de l’ordre auront augmenté. Mais à quel prix ? Les refus d’obtempérer ou les rodéos urbains nous le diront bientôt. Et les juges n’ont pas fini de s’arracher (au moins) les cheveux à devoir statuer sur la bonne ou la condamnable réponse appropriée et graduée faite par « l’apprenti policier » face à la menace. En attendant, l’état s’occupe de la sécurité des français. La preuve, le budget de la police augmente en 2023. On dit merci à GABRIEL ATTAL.
     
  • Si l’on s’en tient aux chiffres bruts, l’apprentissage pour les 15/30 ans est un succès. Leur nombre a quasiment doublé en 5 ans. Notre premier ministre ELISABETH BORNE parle même de « révolution culturelle ». Le tableau est-il si ensoleillé ? 40 années de chômage de masse endémique aurait-il fait de l’apprentissage la martingale inespérée ? Sur le comptage des chômeurs, c’est incontestablement vrai. Si vous êtes en apprentissage, en formation par alternance, vous n’êtes plus chômeur et donc plus comptabilisé comme tel. Merveille de la statistique pour nos gouvernants. Mais, l’apprentissage, ce n’est pas gratuit On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Le coût d’un apprenti est donc financé. par l’état : 5 000 ou 8 000 € par an le recrutement d’un apprenti. Salaire de l’apprenti, de 20 à 55% du SMIC. Autrement dit, sans charges patronales pour l’employeur. Quelle entreprise normalement gérée et qui a besoin de recruter des jeunes gens se priverait d’une telle aubaine ?
    Alors, pour le budget 2023, GABRIEL ATTAL remet au pot quelques milliards d’euros.

    Et qu’est-ce qu’on dit ? Merci GABRIEL ATTAL.

 

À ce niveau d’endettement public du pays, nos gouvernants n’ont d’autre choix que de duper les français. En matière budgétaire, le sémillant communicant GABRIEL ATTAL s’y est collé et nous livre une première copie presque pleine de brio.

Mais, on devine que la toile craquèle déjà alors que la peinture est à peine sèche.

 

Le 10 août 2022 – BERTRAND RENAULT.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • I.A. 11 août 09:46

    Excellent, merci.

    « Mais, innovation oblige pour la rentrée 2023, le recrutement par « job dating ». Quand donc un directeur d’établissement pourra prendre l’initiative de proposer un poste de professeur « uberisé » en sciences naturelles et anglais pour 4 mois à un étudiant anglophone en master de biologie ? Je n’aborderais pas ici le wokisme rampant, l’écriture inclusive, l’apprentissage du langage sms en troisième langue vivante dès la classe de 4ème ou encore le catéchisme écologique dès le cours préparatoire. À défaut de sauver la planète, l’école 2023 est sauvée, le salaire des profs va augmenter. On dit merci à GABRIEL ATTAL. »
    Ils y viennent, ils y viennent. Bientôt des cours clandestins pour « déprogrammer » les gamins ?

    « « La police tue » éructe JEAN-LUC MELENCHON. L’avenir ne va-t-il pas lui donner raison ? Vouloir former en 10 jours et les munir d’une arme des milliers d’engagés, certes volontaires et motivés qui viendront constituer la « réserve nationale de policiers » est d’une bêtise crasse. Évidemment cela permettra dès 2023 au gouvernement d’affirmer que les effectifs des forces de l’ordre auront augmenté. »
    Ils embauchent les racailles pour mieux mater les colères qui grondent...

    "À ce niveau d’endettement public du pays, nos gouvernants n’ont d’autre choix que de duper les français. En matière budgétaire, le sémillant communicant GABRIEL ATTAL s’y est collé et nous livre une première copie presque pleine de brio.

    Mais, on devine que la toile craquèle déjà alors que la peinture est à peine sèche."

    Ils s’endettent comme des Américains par procuration, s’imaginant que l’euro tiendra aussi bien et aussi longtemps que le dollar... Ce qu’ils peuvent être cons.


    • Ffgismo 11 août 13:56

      Des organisations criminelles ont infiltré toutes les strates des pouvoirs, politiques économiques judiciaires aujourd’hui ils gouvernent notre ploutocratie quasi mafieuse Ploutocratie Dictature Oligarques. Dans les communes ce sont des petits marquis qui décident de tout. Un jour peut-être instaurerons nous une démocratie ? 


      • germon germon 12 août 11:21

        @Ffgismo
        «  Un jour peut-être instaurerons nous une démocratie  »

        Qu’elle démocratie ?
        Le racisme ANTI FRANÇAIS est l’essence de ce gouvernement et de ceux depuis Pompidou.

        La RÉPUBLIQUE avec Liberté, Égalité, Fraternité me suffit amplement.

        On les met quand en forteresse tous ces ANTI FRANÇAIS ?


      • zygzornifle zygzornifle 12 août 08:38

        Le mensonge est la première qualité pour être un bon politique .....


        • L'apostilleur L’apostilleur 12 août 10:02

          @ l’auteur 

          Manque plus qu’une petite citation mélenchoniste « la dette c’est de la rigolade... » pour compléter le tableau 


          • lecoindubonsens lecoindubonsens 12 août 11:25

            Concernant les enseignants, matière à réflexion ...

            1. dernier concours en Ile de France= 1000 postes ouverts, 400 candidats. Presque tous pris, certains avec une moyenne de seulement 4/20 aux épreuves. Je vous laisse imaginer le niveau de ceux qui vont enseigner à nos chers enfants ! Mais ils seront donc payés au moins 2000 euros net.
            2. et les enseignants avec un peu plus d’expérience (disons une vingtaine d’années). A l’époque on leur demandait bac+5 avec une sélection significative, et un niveau quand même nettement mieux que 4/20 !
              Pour eux, aucune garantie d’augmentation car avec le temps ils sont passés un peu au dessus des 2000.

            Comment garder motivés tous ces expérimentés qui voient des nuls débutants aussi bien payés qu’eux malgré leur expérience et leur dévouement depuis tant d’années !

            Sans oublier qu’ils sont largement sous payés par rapport à leurs confrères européens.


            • titi titi 13 août 11:54

              @lecoindubonsens

              "A l’époque on leur demandait bac+5 avec une sélection significative, et un niveau quand même nettement mieux que 4/20 !

              « 

              Mouais.
              J’ai connu cette époque et pour ce qui est de la »sélection significative", à part adhérer à l’Unef, c’était pas vraiment les meilleurs qui choisissaient l’IUFM.


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 14 août 11:24

              @titi
              si je comprends bien votre point de vue, « les enseignants sont nuls maintenant et depuis bien longtemps et ... méritent donc leurs faibles rémunérations car la prestation ne vaut pas plus ».
              chacun appréciera cet avis smiley et les enseignants aussi !
              Mais que proposez vous donc pour améliorer les choses ?
              Perso, je propose sélection réelle pour éviter les nuls et rémunérations nettement améliorées et au mérite pour les bons (et pas seulement les nouveaux arrivants).
              Bref, comme d’habitude faire en sorte d’assurer une bonne prestations (ici pour nos enfants) et de payer cette prestation au juste prix.


            • eau-mission eau-mission 14 août 12:27

              @lecoindubonsens

              Selon votre vocabulaire un prof fournit une prestation évaluable. On peut alors dire de même pour les parents. Drôle de façon de s’intéresser au renouvellement des générations.


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 15 août 07:46

              @eau-mission
              « un prof fournit une prestation évaluable »

              oui, bien sur ! quelle qu’elle soit, toute prestation est évaluable. N’êtes vous pas le premier, en tout domaine, à penser « cela est bien fait » ou « quel mauvais travail » ?

              Et pour les parents, ne sommes nous pas souvent une majorité à penser pour certains « ils élèvent mal leurs enfants » ou « super parents ».

              Bref je ne comprends pas votre réaction et votre « Drôle de façon de s’intéresser au renouvellement des générations. »


            • eau-mission eau-mission 15 août 09:04

              @lecoindubonsens

              De quel point de vue parlez-vous ? Parent d’élève, représentant de parent, professeur, personnel administratif de l’EN ?

              Perso, j’essaie (c’est difficile) de ne pas dévier ici de ce que je suis ailleurs. J’ai donc été professeur pendant 10 années scolaires, et exercé d’autres métiers et je suis parent.

              Votre discours donne de vous l’image d’un parent consumériste souhaitant que l’école forme des consommateurs.

              Avec votre théorie, il ne resterait dans le rôle de professeur que des grands artistes de la pédagogie. Quelques individus par génération.

              Vous pouvez évaluer la capacité à transmettre des savoir-faire, mais pas la transmission du savoir-être. C’est ce que je voulais dire par « renouvellement des générations ».

              Autre point : le statut de l’erreur à l’école. J’écoutais l’autre jour cette émission sur le sujet.


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 15 août 16:13

              @eau-mission
              cette émission ecouté partiellement et OK avec ce que j’ai entendu, pas de débat/désaccord avec vous sur ce point

              sur le reste, un peu de mal à vous suivre, mais merci d’avoir répondu.


            • eau-mission eau-mission 15 août 21:57

              @lecoindubonsens

              Je ne souhaitais pas vous entraîner ici dans un débat sur l’éducation des nouvelles générations. J’ai tenté de vous faire comprendre que votre « tout est évaluable » ne s’applique pas.

              Très simplement, que nous portions naturellement un jugement sur la qualité d’un service qu’on nous rend, c’est évident. Maintenant, ce jugement n’est pertinent que si on a soi-même une certaine expérience du domaine. Sinon, ça s’appelle un sentiment.

              Que tel dentiste me fasse bonne impression, que tel mécanicien me semble efficace, est-ce un jugement valable ?

              A cette époque où on nous demande à tout propos un retour « qualité », trouvez-vous qu’on ait souvent quelque chose de pertinent à dire sur le fond ?


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 16 août 18:18

              @eau-mission
              "votre « tout est évaluable » ne s’applique pas..., ce jugement n’est pertinent que si on a soi-même une certaine expérience du domaine"

              nous avons largement quitté le sujet initial abordé par l’auteur, mais votre débat me semble intéressant. Par vos propos rappelés ci dessus, vous semblez penser que seul des « confrères » peuvent évaluer la qualité de la prestation d’un pro.
              Il y a du vrai, et il est effectivement assez facile pour un mécano ou un médecin de « berner » son client/patient. Toutefois, le jugement des seuls pros n’est pas un gage de qualité : exemple dans les arts (cinéma, théatre, chansons), quelques palmes et autres cesars/molieres/etc décernés par des pros a des confrères sont des bides auprès du public. Ce qui est « de qualité » pour un pro ne l’est par forcément pour le grand public. Il faut donc sans doute imaginer une evaluation sous divers critères.
              Mais pour en revenir au point de départ « toute prestation reste à mon avis évaluable » (reste juste à préciser la bonne méthode dans chaque cas), et le principe de mieux remunérer les bonnes prestations me semble sain, c’était juste mon discours du début avant tous nos contours du débat.


            • eau-mission eau-mission 16 août 22:18

              @lecoindubonsens

              Ah oui, je ne me souviens même plus si j’ai lu l’article. Tant qu’il n’y a pas d’insultes, l’auteur devrait accepter cette dérive.
              J’ai réagi assez impulsivement, quoique consciemment, au souvenir des années passées à enseigner, et pour signaler que dans le contexte de l’école la question de l’évaluation ses différentes « prestations » se pose en termes particuliers.
              Pour l’évaluation du travail des élèves, il est recommandé de rédiger les sujets de contrôle de façon à mettre en jeu diverses compétences. J’approuve ce principe, qui demande plus de travail dans la conception des sujets, pour simplifier ensuite la correction des devoirs et l’explication de la note.
              Pour discuter de l’évaluation de la prestation des enseignants, c’est plutôt chez @rosemar qu’il faudrait se retrouver. Là aussi on pourrait découper en compétences, la plupart évaluables, à l’exception du côté « artiste » (acteur) dont je vous parlais plus haut.


            • titi titi 17 août 01:02

              @lecoindubonsens

              "les enseignants sont nuls maintenant et depuis bien longtemps et ..

              "
              Je dis juste que quand on me dit c’était mieux avant, encore faut-il préciser quand...

              Le problème des enseignants depuis au moins 40 ans, c’est qu’ils font bien souvent passer leur engagement politique, syndical, ou même simplement leurs états d’âmes, avant leur fonction.

              Quand on critique sa direction, l’inspection, le rectorat, le ministère, etc... devant son auditoire...
              Quand on dit devant ses élèves que le programme est mauvais, que les méthodes imposées sont mauvaises, que les diplômes sont mal organisés...
              Quand on dénigre ouvertement l’institution devant ses élèves, alors il ne faut pas s’étonner que ces derniers ne respectent pas non plus l’institution, et en premier lieu celui qui la répresente : leur prof.

               


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 17 août 08:00

              @titi
              Finalement, nous terminons sur un constat d’accord sur des idées proches, bonne journée.


            • lecoindubonsens lecoindubonsens 17 août 08:01

              @eau-mission
              Finalement, nous terminons sur un constat d’accord sur des idées proches, bonne journée.


            • titi titi 13 août 00:12

              @L’auteur

              "40 années de chômage de masse endémique aurait-il fait de l’apprentissage la martingale inespérée ?

              "

              Bah ça fait bien 40 ans en effet, que la piste de l’apprentissage est évoquée pour réduire le chômage des jeunes, et faciliter leur intégration professionnelle.

              Tout simplement parce que ça fait 40 ans que l’Allemagne et la Suisse le pratiquent à grande échelle, et connaissent un taux de chômage ridicule chez les jeunes.

              Et ça fait 40 ans que l’éducation nationale ne veut pas en entendre parler, parce que les allemands et le suisses ils sont forcément plus cons que nous.

              Il semblerait que non finalement.


              • LeMerou 14 août 07:56

                @titi

                « Bah ça fait bien 40 ans en effet, que la piste de l’apprentissage est évoquée pour réduire le chômage des jeunes, et faciliter leur intégration professionnelle ».

                En tant que quoi dans cette société de « service », qui délocalise tout ce qui peut l’être. Former des troisième lignes ? Des esclaves « Ubérien » et j’en passe.


              • titi titi 17 août 01:03

                @LeMerou

                Vous avez raison : inutile de les former alors.
                Ils seront très bien au chomage.


              • zygzornifle zygzornifle 13 août 08:44

                Macron avait oublié le « vous », le quoi qu’il en coute est devenu le quoi qu’il vous en coute ..... 


                • titi titi 13 août 11:53

                  @zygzornifle

                  Bah à moins de ne pas bien avoir compris ce qu’était la dépense publique, c’était clair dès le début.

                  Mais je suis bien content de voir qu’il y a encore des gens qui croient au Père Noël.


                • LeMerou 14 août 07:49

                  @bertie1064

                  « En trompe l’oeil »

                  J’ai apprécié cette petite phrase.

                  C’est un cours très suivi, dans l’école de magie de la république, il bénéficie même d’un très fort coefficient lors des examens de fin d’année.

                  Nous avons en ce moment aux manettes, l’essence de plusieurs promotions, qui en plus ont eu des mentions très bien à exceptionnel, sur la spécialisation « Camelot ».

                  Cours haut en couleur au niveau du verbiage, l’émule de M. Copperfield qui tient les commandes de Bercy en est un exemple flagrant. 

                  Depuis la nuit des temps, le bon peuple est toujours resté ébahi devant les tours de passe passe ou autres illusions le faisant rêver.

                  Pourquoi voulez vous que cela change  smiley  smiley


                  • LeMerou 14 août 07:52

                    PS :
                    Depuis cinq ans ont nous joue le tour de la femme découpée, la femme étant le Pays, le tour est presque terminé, il ne reste plus qu’a séparer le corps.

                    L’assembler à nouveau est normalement prévu, sauf problème dans cinq ans.
                    Dans quel état sera t-il ?
                    Dieu seul le sait ?


                  • Berthe 16 août 02:09

                    vous avez oublié le plus important, c’est le budget de la défense qui a été multiplié par 6.5 % dont une part qui sera probablement injectée dans l’otan via l’ue, personne n’en parle curieusement (pas même De Villiers qui a démissionné de son poste après la baisse dudit budget en 2017). Preuve que macron nous prépare à quelque chose qu’on ignore probablement. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bertie1064


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité