• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fusion de Peugeot SA et Fiat Chrysler. Et le gagnant est : Les (...)

Fusion de Peugeot SA et Fiat Chrysler. Et le gagnant est : Les Pays-Bas

Je parcourais aujourd’hui la presse économique à la recherche d’informations sur les retraites, la grève, le chômage, la précarité, bref, à la recherche d’informations sur la vie réelle des gens…

Les gros titres néanmoins renvoyaient tous vers le succès de Carlos Tavares, le patron de Peugeot SA qui a réussi la fusion ci-dessus, en gardant – grosso-moto –, la main sur le nouveau groupe.

Je vous passe les détails de la transaction qui crée le quatrième groupe mondial en nombre de véhicules vendus, juste derrière Volkswagen, Toyota et l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

J’ai appris également que le futur ensemble comptera quatorze marques : les cinq du groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall) auxquelles s’ajouteront les neuf de Fiat Chrysler (Alfa Romeo, Fiat, Lancia et Maserati, Abarth, Chrysler, Dodge, Jeep, RAM). Le futur géant de l’automobile, dont la valorisation en Bourse atteint près de 50 milliards de dollars, représentera un chiffre d’affaires global de 170 milliards d’euros et près de 400 000 salariés.

Comme je le disais au début de ce papier, Carlos Tavares en prendra la direction opérationnelle pour un mandat d’au moins cinq ans. John Elkann, le président non exécutif de Fiat Chrysler, représentant de la famille Agnelli, assurera la présidence d’un conseil d’administration de onze membres : six issus de PSA, dont Carlos Tavares, et cinq venant de FCA, y compris John Elkann.

Cependant, l’information la plus importante est ailleurs : La nouvelle société sera installée aux Pays-Bas et cotée à Paris, Milan et New York. Les sièges opérationnels seront maintenus, pour l’instant, en France, en Italie et aux États-Unis.

On nous baratine avec l’évasion fiscale devenue un fléau en ce début du 21e siècle et le triomphe de l’ultra libéralisme, et voilà qu’un des fleurons de l’industrie française se barre aux Pays-Bas, devenus la lessiveuse de l’Europe…

A l’instar des Luxleaks qui ont démontré (s’il en était encore besoin) le rôle du Luxembourg dans l’évasion et le blanchiment de fraude fiscal et qui ont plombé la présidence de Jean-Claude Juncker du Conseil de l’Union européenne, les Pays-Bas ont institutionnalisé et élevé cette évasion fiscale en véritable science.

En attendant, le gouvernement français ainsi que les autres gouvernements européens raclent les fonds pour trouver des miettes pour les hôpitaux, l’enseignement, les retraites, etc et ponctionnent de plus en plus les contribuables n’ayant pas la possibilité de s’échapper… fiscalement je veux dire !

De l’argent il y en a ; il est ailleurs.

A bon entendeur, salut !


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Aimable 19 décembre 2019 11:59

    Narco état ou les clients arrivent par cars entiers , paradis fiscal , un élevage dont les pratiques sont a gerber , bienvenue aux pays bas


    • zygzornifle zygzornifle 19 décembre 2019 12:33

      On veut Carlos a la tète de cet empire de bout de ferrailles bien polluantes ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carlo Gallo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès