• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > GAFA ou cette censure qui vous veut du bien

GAFA ou cette censure qui vous veut du bien

Une nouvelle vague de suppression de pages « facebook » vient d’être annoncée par la multinationale, dont quelques-unes suivies par des millions de « followers ».

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Hudson River depuis la publication, en 1922, du livre « Public Opinion » par le journaliste et intellectuel américain Walter Lippmann, lauréat du Prix Pulitzer, considéré par d’éminents intellectuels comme « l’œuvre fondatrice du journalisme moderne. »

D’autres figures contemporaines, dont un disciple de Lippmann, le publicitaire austro-américain Edward Bernays, neveu du père de la psychanalyse, Sigmund Freud, adaptèrent le concept de « la propagande politique » ou ce que Lippmann appela « la fabrique du consentement », concept par ailleurs également copié par le ministre du Reich à l’éducation du peuple et à la propagande, Joseph Goebbels, entre 1933 et 1945, au domaine de l’économie, en utilisant la publicité pour préparer l’ascension irrésistible du corporatisme planétaire.

Basé sur les nouvelles connaissances dans le domaine de la psychologie et les moyens modernes de la communication, Lippmann explora « de nouvelles pratiques de la démocratie » se servant de la « manipulation de l’opinion publique ». Walter Lippmann décrit les masses comme « un troupeau de moutons égarés qui doit être gouverné par une classe d’intellectuels et experts, intervenant en tant que « machine du savoir » pour éluder le défaut principal de la démocratie, l’illusion de l’idéal d’un citoyen tout-puissant », une attitude conforme au capitalisme moderne de l’époque, capitalisme qui se renforça inexorablement par l’omnipotence de la consommation de masse.

En août 1938, une flopée d’intellectuels se rencontrèrent à Paris au « Colloque Walter Lippmann » dans le but d’élaborer une stratégie pour combattre « la montée du socialisme ». En définissant les contours d’une société libérale et moderne, ils ouvrirent la voie à une nouvelle ère qu’ils appelèrent le « néolibéralisme ». Neuf ans plus tard, le 8 avril 1947, l’économiste Friedrich Hayek fonda, la « Société du Mont Pèlerin » dans la petite commune suisse du même nom, jetant du coup la base de la société capitaliste dans laquelle nous vivons actuellement.

Trente ans après son premier livre, Walter Lippmann révisa d’ailleurs sa théorie du « citoyen inculte » dans un nouvel ouvrage, en déclarant que « l’élite intellectuelle ronge le fondement de la démocratie ». Trop tard. La boîte de Pandore fut déjà grande ouverte.

Nous sommes en 2018 et l’objectif reste intacte, le maintien du statu quo, ou pour paraphraser l’ancien éditeur du magazine « TIME », Richard Stengel, qui déclara, le 20 avril dernier, lors d’un colloque du « think-tank » « Council on Foreign Relations », pour lequel Walter Lippmann fut d’ailleurs un ardent contributeur, que, je cite : « Le rôle des médias est de servir d’outil de propagande pour préserver les intérêts supérieurs de l’état ».

Dans ce contexte, l’agence Reuters nous apprend, le 7 août dernier, que la multinationale « facebook », revenus 40 milliards USD en 2017, à l’origine une plateforme neutre d’échange de contenu sur internet, déclare « avoir découvert et mis hors d’état de nuire une campagne de propagande semant la discorde parmi les électeurs américains dont les pages suspectes elle (facebook) a immédiatement partagé avec une équipe d’experts du « laboratoire digital » du think-tank « Atlantic Council » », laboratoire fondé par Graham Brookie, ancien conseiller en matière de sécurité nationale dans l’administration Obama. Une trentaine de pages, notamment attribués à des milieux d’activistes de gauche, auraient d’ores et déjà été supprimées.

Il faut savoir qu’actuellement se préparent, aux Etats-Unis, les élections de mi-mandat du 6 novembre prochain, renouvelant l’ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants, 35 des 100 sièges au Sénat, ainsi que les postes de 39 gouverneurs et de nombreux sièges dans des gouvernements municipaux. L’enjeu est donc de taille, pas tant pour le président, mais surtout pour l’aile progressiste à l’intérieur du parti démocrate, une voix qu’il s’agit de faire taire.

Pour ceux qui ne connaissent par l’organisation « Atlantic Council ». Voici un bref aperçu : Il s’agit d’un « think-tank » américain, fondé en 1961, se proclamant impartial, dédié à la sécurité et la prospérité économique internationale, réunissant l’élite intellectuelle, politique et économique internationale, membre actif de l’ATA (Atlantic Treaty Association) une organisation faitière de support à l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique du Nord) réunissant diplomates, hommes politiques, académiciens, militaires et diplomates.

Le danger pour l’establishment, de gauche autant que de droite, d’une rupture de système s’appelle « internet » et l’obstacle à une rupture d’un système qui finira par s’auto-détruire de toute manière, se nomme, en politique, « la gauche » ou ce que l’écrivain et journaliste américain Chris Hedges, ancien reporter au Moyen Orient pour le « New York Times », appelle « the liberal class ».

A l’issue du deuxième tour des primaires du Parti démocrate, duquel la candidate Hillary Clinton était sortie vainqueur, Chris Hedges avait demandé au candidat progressiste, Bernie Sanders, pourquoi il ne s’était pas présenté sous la bannière d’un nouveau parti, Sanders répondit : « Les démocrates m’auraient détruit ». C’est d’ailleurs ce qu’ils avaient fait avec la candidate « verte » indépendante Jill Stein, l’accusant d’avoir fait perdre Hillary Clinton, et, il y a 18 ans avec l’outsider Ralph Nader, l’ayant accusé d’être responsable de l’élection de George W. Bush, au détriment du candidat démocrate Al Gore.

A l’approche des élections de mi-mandat, pour cette « liberal class », qui se fout d’ailleurs des questions environnementales autant que la droite républicaine pour avoir renversé sa propre résolution du mois de juin dernier, celle de ne plus accepter de dons de la part de l’industrie fossile, tous les moyens sont bons pour venir à bout du courant progressiste, inclut la censure sur « internet ».

Pour s’en convaincre, il suffit de suivre les récents développements dans la course au Sénat et à la Maison des représentants du 6 novembre prochain. La new-yorkaise Alexandria Ocasio-Cortez, une progressiste, vainqueur des primaires démocrates du 14ème district de New York, vient de soutenir dans un message télévisé, le candidat démocrate au poste de gouverneur de New York, Andrew Cuomo, connu pour ses positions ultra-conservatrices.

Le vainqueur des primaires démocrates au poste de gouverneur du Florida, Andrew Gillum, un progressiste, soutenu par Bernie Sanders (éducation gratuite pour tous, assurance maladie pour tous), vient de se montrer dans une vidéo avec le sénateur démocrate de New Jersey Cory Booker (privatisation de l’éducation, contre une assurance maladie pour tous) qui vient de voter contre une loi proposée par Bernie Sanders proposant la légalité de l’importation de médicaments meilleur marché en provenance du Canada, Cory Booker étant un récepteur reconnaissant de l’industrie pharmaceutique (opensecrets.org).

Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, qui par ailleurs vient de pousser la multinationale Amazon à payer à ses employés un salaire horaire minimum de 15 USD, n’échappe pas à la mainmise de l’establishment démocrate, le DNC, pour avoir « reconnu », tout récemment, la nécessité de renverser le régime du dictateur syrien Bachar Al Assad.

Puisque plus personne ne regarde la télévision ni lit les journaux, ce sont les nombreux journalistes qui se sont évadés sur internet qui fournissent ce genre d’information, soit en ayant fondé leur propre journal, soit par le lancement d’une radio ou une « Web-TV » sur « youtube », un foisonnement qui inquiète l’establishment médiatique et politique.

Une des plus importantes plateformes progressistes d’informations américaines, diffusée sur internet via « youtube », « The Young Turks », 4,2 millions d’abonnés, lancée par le journaliste Cenk Uygur, ancien présentateur de la chaîne câblée MSNBC, est peut-être déjà devenu victime de son succès commercial. 

Il se trouve que, « Young Turks » ouvre sa plate-forme à d’autres programmes progressistes sur internet, dont celui du comédien et commentateur politique Jimmy Dore (The Jimmy Dore Show), un des rares progressistes à appeler pour une rupture sans concession avec le statut quo. Etant également comédien « stand-up » il ne va pas quatre chemins quand il s’agit de défendre ses positions.

Un récent échange verbal houleux entre Jimmy Dore (The Jimmy Dore Show) et Steve Oh, chef des opérations de la chaîne « TYT networks », au sujet de la censure en général et celle des multinationales, telle que « facebook », en particulier, est symptomatique pour l’ambiguïté de la « liberal class » envers la censure d’une part et la rupture politique avec le système de l’autre. Il faut savoir que la chaîne câblée, CNN, externalise sa « vérification des faits » à une entreprise tierce ».

Le désaccord se portait notamment sur le sujet de la déprogrammation de la plateforme du polémiste raciste Alex Jones par « facebook », sans doute dans l’espoir qu’en fermant le parapluie que la pluie s’arrêterait, décision qui provoqua ce qu’on appelle dans les milieux digitaux un « shitstorm ».

Les arguments des deux protagonistes sont parlants, l’establishment versus la liberté d’expression.

Steve Oh (TYT) : « Je ne veux pas que le gouvernement espionne et censure le discours politique. (Qui contredirait ?), ce qui ne veut pas dire que « facebook » n’aie pas le droit d’exclure quelqu’un pour une raison ou une autre (?). (Il se trouve que « facebook », partiellement financé par de l’argent public (recherche fondamentale), est devenu un monopole, grâce au capitalisme du « laisser faire », ce qui fait que de nombreux contributeurs, dont le business est l’information, ne peuvent plus contourner la multinationale.)

Jimmy Dore : « Pour des comportements illicites il y a le droit et les tribunaux qui règlent ce genre de différent. Ce n’est pas le travail d’une entreprise privée. Ce processus manque de transparence. Attendez le jour que votre chaîne d’information (TYT) soit déprogrammée par « youtube » parce que vous vous exprimez contre les guerres que mènent ce pays.

Steve Oh (TYT) « Si quelqu’un harcèle une autre personne, ils ont le droit de l’exclure. »

Jimmy Dore : « Qui est « ils » ?

Steve Oh : « facebook, youtube. Je suis en faveur de leur droit à la censure. »

Une nouvelle d’août 2017 pourrait expliquer, en partie, cette ambiguïté. « The Young Turks » annoncent, avoir recueilli 20 millions USD, dans le but d’augmenter son staff, par la société de venture capital « WndrCo », détenu par le milliardaire Jeffrey Katzenberg, contributeur généreux du « Democratic National Committe », le Parti démocrate, et les campagnes présidentielles de Hillary Clinton et Barack Obama, en particulier.

On se souvient d’une citation par Marc Zuckerberg lui-même, citation qui semble semer encore davantage la confusion : « Je suis juif et je vois tous ces commentaires antisémites haineux sur « facebook ». Ce n’est pas à moi de les censurer. » Fin de citation. Facebook ne s’intéresse pas à la censure per se, mais au dégât commercial qu’une « non censure » pourrait provoquer, car la multinationale subit les pressions de l’establishment.

Une nouvelle vague de suppression de pages « facebook » vient d’être annoncée par la multinationale, dont quelques-unes suivies par des millions de « followers ».

La route vers l’enfer est pavée de bonnes intentions.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 15 octobre 14:24
    Je m’interroge.
    Qu’est-ce que vous avez tous à vous affoler parce que fessebouque ferme des comptes et/ou supprime des pages ?
    Fessebouque vous est-il ’’tellement’’ indispensable ?
     
    J’comprends pas, d’un avis quasi unanime, fessebouque est un ramassis de torche-balles, un piège à gogos, un attrape-couillon tout juste bon à s’engraisser sur votre dos en vous collant plein de pubs pourries sur vos pauvres ’’pages’’ qui n’intéressent quasi personne (à part vous) et que personne ne lit véritablement.
    Même pas quand ils disent vous ’’suivre’’ et deviennent vos ’’z’amis’’.
     
    Hors donc ?
    Que pasa ?
     
    Cette drogue vous manquerais tant que vous soyez tous paniqués à l’idée que le marco et ses affidés puisse vous empêcher de vous exprimer ?
     
    Avez-vous pensé que pour éviter d’être noyés au milieu de milliards de pages crétines et de photos lamentables, vous pourriez tous simplement créer un site web, du coup sans pub ?
    Bon y’a forcément un petit peu plus de boulot et ça coûte une quinzaine d’euros par an, aïe, la vache !
    Evidemment fessebouque est gratos. C’est pour ça que le marco y fait ce qu’il veut et que vous n’avez pas à vous plaindre...
     
    Voilou, c’est tout.
    Moi, perso, fessebouque c’est comme les routes départementales ; c’est pas bô et ça sent pas bon. Et j’y vais jamais, sur les routes départementales.
     
    Sur fessebouque non plus, oeuf corse !
     


    • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 17:41

      Le GAFA est en marche ....


      • zzz'z zzz’z 15 octobre 17:47

        Savez-vous que des ministères de la culture, il y en a eu en URSS, en Nazistan, et en France ?


        • Attila Attila 15 octobre 18:25

          L’association Framasoft propose des services libres pour remplacer les GAFA :
          Dégooglisons Internet

          .


          • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 20:06

            Fait gaffe a ....


            • L'Astronome L’Astronome 17 octobre 11:37
               
              FarceBook est aussi indispensable au monde que la chtouille. Sans elle (la chtouille) point de médicaments, points de pharmacies, donc point de labos pharmaceutiques, point de lobbies, et donc point d’économie libérale. C.Q.F.D.
               
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès