• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gaïa et Marie les mères des Nations

Gaïa et Marie les mères des Nations

La nation n'a jamais été un sujet aussi chaud. Quelles réflexions peuvent nous aider à l'apaiser ?

Y a-t-il sur la planète des territoires qui seraient réservés à une population, à un peuple ad vitam eternam ?

La planète est à la disposition des êtres qui s'y développent suivant leurs spécificités qui génèrent des espèces endémiques parfaitement localisées, et celles susceptible de s'adapter à tous les territoires où elles peuvent trouver les moyens de survivre sans devoir muter.
L'homme, les fourmis, les rats, des bactéries, des microbes.
Si l'on s'en dispute les espaces c'est pour y trouver nos besoins, d'où découlent, l'aptitude au partage ou à la force pour les ajuster aux populations qui s'y sont regroupées et y croissent.

Absolument rien n'échappe à cet ordenancememt innée..

L'action humaine fut de pouvoir sur un territoire produire ce que la planète ne lui donne pas tout fait. Ce fut l'agriculture, puis l'industrie, et enfin la possession de ce qui affirmer son pouvoir ou sa puissance.

Cela a mis l'homme en marche quand la bise fut venu, en l'espèce la pénurie alimentaire.
Si des hommes par leurs histoires, leurs identités étaient Attachés à leurs territoires devenus inhospitalier à la vie, il en seraient Mort.

Nous sommes donc immondes.

Nous sommes peu humains quand nous contraignons des hommes à vivre sur des territoires où ils ne peuvent se nourrir.
Cela nous avons un mal fou à l'accepter. Car nous l'évaluons en monnaie culturel et cultuelle.
Le nationalisme sert à justifier ce rejet, pour ne pas dire en fait, c'est la loi de la jungle. Comme en économie nous disons c'est la loi du marché. La régulation de la rareté pour maintenir une puissance monétaire en lieu et place de celle politique d'antan en est le principal vecteur.
Alors quand le capitalisme devient le guide des Nations la voie vers l'humanisme se bouche pour s'ouvrir à celle de l'immonde.

CIRCULER sur la planète.

Il est donc évident que la possibilité de circuler sur la planète n'est pas soumise aux lois culturelles de l'homme. Aucun mur, aucune concertine, aucun schizophrénie humaine ne pourra arrêter le temps.
Il est d'autant plus incompréhensible que nous confions nos destinées à des malades mentaux, encore moins normal que nous perpétuions ces Castes Nationales.

Si les hommes se sont attachés à des territoires, ce n'est pas parce qu'ils étaient blanc noir rouge ou vert, mais parce qu'ils y trouvaient nourriture et protection. C'est le temps qui ensuite a forgé les identités et la culture, en retirant de ces territoires les pratiques journalières nécessaires, et la couleur et le goût de la terre où ils sont nés. Comme un sierra planté dans le bordelais, dans le beaujolais où dans les cotes du Rhône.)
Ils ont conduit à la formation de tabous et totems conformes aux l'influences que les hommes recevaient des territoires occupés et s'en accommodaient en fonction de leurs Savoirs ou Ignorances.
À savoir s'ils se comprenaient, voyaient comme des Spécificités (ethnies) ou des Absolus référentiels (comme race universelle). D'où découle l'acceptation ou le rejet des autres pour partager un territoire.

L'espace indispensable.

Il est donc utile aujourd'hui où nous rencontrons ce problème de mesurer l'espace en nombre d'habitant au Km2.
Cela donne la mesure du nombre d'habitants de plus qu'il est possible d'accepter En natalité ou immigration, mais non en fonction d'une masse monétaire, mais en fonction des terres arables disponibles capables de nourrir une population.
Cela donne une mesure à nos appréciations suggestives conduites par l'altruisme et l'huamisme où celles par l'égoïsme egotique et la xénophobie.

La culture de la guerre.

L'identification par sa culture a toujours été un ferment de guerre.
Aujourd'hui nous nous y livrons toujours par le sport interposé, qui est une renaissance de l'entraînement de combattants à la guerre.
Il représente le paradoxe de pouvoir se glisser dans la rechercher d'un apaisement entre Nation.
En pensant qu'ignorant son fondement, celui de son évolution pacifiste conduirait à des échanges productifs vers la fraternité des nations.
Mais il a aussi servi à la démonstration de la supériorité de l'une d'entre elles et déboucher sûr des dérives.
Pour paraphraser Durkheim je dirais qu'une trop forte intégration dans un Nationalisme identitaire comme nous l'entendons être défendu par ceux qui se réfère à la culture originelle catholique est suicidaire.

Il ne peut y avoir de survie que dans la réception d'autres informations venant du monde.

Elle existe aujourd'hui, mais elle ne vise et n'a pour finalité, non de faire se rencontrer des gens, mais de les exporter comme objet à produire à la rechercher du fric.

Les faibles.

Cela dénature les relations humaines, et conduit à opposer ce qui pourrait s'associer.

Les loisirs démontrent nos préférences d'accueil.
Ne sont bien acceptés que ceux qui viennent dépenser leurs argents.
Nous n'avons même plus conscience de cette dénaturation de la sociabilité de la socialision où nous acceptons l'autre que si nous pouvons l'exploiter.

C'est tellement entré dans nos moeurs par la comptabilisation de l'existence, que nous ne nous rendons même pas compte que nous ne sommes Inhumains qu'avec les Faibles.
Nous chassons de nos bancs de nos rues, de nos villes, de nos pays ceux qui ont besoin de fraternité, que nous appelons assistanat, pour justifier de les rejeter, au nom d'un inhumanisme justifié par l'incommodite qu'ils génèrent.

Car ceux qui considèrent qu'ils n'ont pas à partager ou être solidaire d'eux utilisent les diversités pour se rejeter au nom de leur identité réciproque.
Quand les droits de l'homme stipulent que celui-ci peut circuler librement d'un pays à l'autre et même changer de nationalite.

C'est la reconnaissace d'une évidence. Où qu'il se rende l'homme s'assurera de ce qui lui procure son épanouissement.
Mais comme depuis des millénaires c'est lui qui les délimite, les Territoires de production sont devenus l'objet de conquêtes avant de passer à des échanges commerciaux qui respectent les espaces qui se sont historiquement stabilisés par l'auto reconnaissance de leurs frontières par les pays, la communauté internationale.

Aujourd'hui les conquêtes de ressources se font par des échanges commerciaux et des accords. Les difficultés persistent, non à cause des échanges, au travers d'eux d'une position de domination egotique des nations.

Quel est le territoire de l'homme qui né ?

C'est celui où il s'attache pour trouver nourriture affection et protection.
C'est le sein de sa mère, son corp pour s'y blottir à sa chaleur, ses bras pour se sentir protégé.
Les Grecs anciens la nommaient Gaïa, la terre qui enfante la vie, la terre nourricière, la terre qui protège.
Dans d'autres civilisations nous retrouvons ce schéma.
Dans la civilisation chrétienne ce paradigme existe et il a fait l'objet de querelles.
Celles autour de la mère qui donne la vie.
L'histoire raconte que l'esprit saint vint sur la vierge Marie et qu'elle fut recouverte de son ombre pour enfanter le Fils De Dieu.
Un joli conte poétique qui rend hommage à la femme qui enfante l'humanité, et il redonne la première place à la femme que la genèse avait mise comme subalterne de l'homme, (la côte), alors que l'homme n'est qu'esprit qui recouvre de son ombre.

Celui dont l'on ignore tout et qui est sans nom.
Celui que chacun peut appeller suivant sa culture ou le nommer Athée.
Plus "animalierement " celui qui baise et qui s'en va, ne sachant même pas qu'il participe à la vie, une ombre.

N'imaginons pas que les évangélistes étaient assez incultes pour croire en une vierge Marie enfantée par dieu.

Marie le monde.
Ses fils la Nation.
Les enfants, les êtres de chaque nation qui se sont installés sur un territoire. Ils sont les fils de la terre qui les met au monde et les fait vivre, Gaïa, puis Marie, chacune enfantée par l'esprit qui les recouvrent de son ombre. Les hommes ont "masculinisé" Dieu car la compréhension du monothéisme c'est comprise à une époque où l'homme dominait la société.
Marie ne pouvait pas enfanter d'une fille.
La femme avait déjà été réduite ramenée au rang de complément de l'homme, de compagne, dans la genèse.
Il a donc fallu la réintroduire dans sa puissance créatrice.
Celle qui donne la vie, parce que le grand architecte naturel de la création divine a laissé planer l'ombre de son esprit sur sa terre. Il a laissé les hommes libres se mettre sous cette ombre pour s'inspirer à leur tour de son esprit pour habiter les Nations.

Dans ce déroulement, si Marie est la terre d'où l'on retire la vie, l'on peut comprendre que chaque nation est Abel et Cain ses fils et que nous nous comportons exactement comme eux.
Ce n'est donc pas la Nation en soi qui est un danger, c'est l'égotisme de ceux qui se cachent derrière l'immobilisme et qui voudraient réduire les autres à ce qu'ils sont, des mort en sursis

Chaque Nation fait cela encouragée par une économie de guerre, dont les généraux, dont les entreprises et la chair à canon, les salariés

Même les chrétiens n'ont pas compris cela, et les athées il faut pas en parler des boeufs.

La Nation ce nest pas pour s'enfermer dans une boîte de conserve au nom du pays qu'elle porte et dont l'on sait qu'avec le temps l'on chope le botulisme, et l'on en meurt.

C'est en cela que le nationalisme Tue. Le nationalisme c'est le botulisme, ce n'est pas celui qui protège c'est celui qui étouffe.

S'Il n'est pas anormal que l'on s'attache au lieu où l'on naît, l'on s'y accroche s'il nourrit, aime, protège.
L'on ne s'attache pas à un pays pour son histoire dont l'on s'accorde pour justifier d'en rejeter les autres.
Si l'histoire nous raconte un parcours passé qui a conditionné notre présent. C'est que l'on s'arrange d'un biais pour la commencer arbitrairement à une date qui nous arrange.
Sans ce préoccupe des "Nations"(groupes, états pays, bref les limites dans lesquelles il définissaient leurs territoires) auxquelles nous nous sommes substitués.

La Nation n'est ni esclave de son histoire, de sa religion, de sa culture, de son ethnie (race), de sa langue, ni du cours des fleuves, de la hauteur des montagnes et l'étendue des plaines.

La Nation c'est l'agrégation d'hommes sains d'esprit, grands de coeur qui créaient une conscience morale unificatrice qu'on appelle, Nation.


'k'


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • harry stot 8 juillet 19:10

    Détruire les nations…

    Ca fait 2000 ans qu’on nous bassine avec ça !

    Et cela conduirait évidemment a sortir de la civilisation et nous renverrait au tribalisme et à ses conflit héréditaires et incessants ainsi qu’a la responsabilité collective.

    Les nations, c’est la paix !


    • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 20:39

      @harry stot

      Nous ne devons pas être sur le même monde. Moi je vis sur terre, depuis 10 000 ans toutes les nations se sont construite sur la guerre. Actuellement mon armée est engagé dans des guerres régionales font nous avons eu des. Repercussion sur le territoire par des attentats. Et toi ton monde où il est ? Cordialement ddacoudre overblog


    • Jonas Jonas 8 juillet 22:58

      @ddacoudre « Moi je vis sur terre, depuis 10 000 ans toutes les nations se sont construite sur la guerre. »

      La Nation, c’est l’aboutissement par un collectif d’humains de la construction d’une société structurée et hiérarchisée permettant d’avancer vers une même direction. Elle fonctionne par la transmission du savoir, la création (langue, musique, arts, littérature, sciences, philosophie,...) l’apprentissage, la valorisation du bien commun (construction d’hôpitaux, écoles, universités, poste, sécurité publique, etc...).

      Là où il n’y pas de nations, il n’y a pas de civilisations. Ce sont des guerres tribales, l’esclavage, le cannibalisme, l’homme réduit au rang de bête.
      C’est ce que vous voulez ?


    • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 13:06

      @Jonas

      Tant de bêtises et de contrevérité débité en si peu de lignes, Chapeau !


    • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 20:30

      @Jonas

      Bonjour Je crois qu’en fin article j’ai donné la définition de ce que j’entends par fondement une nation. Qui correspond en partie à ta vision Sauf que tu as un voile devant les yeux je vais essayer de le soulever

      Nous vivons sous un régime organisation économique Qui s’appelle le capitalisme et dont la raison est de faire de l’argent et non de créer des emplois. Je te joins le coin de voile si tu veux le Lever complètement voyage sur mon blog. http://ddacoudre.over-blog.com/2019/06/le-salarie-une-charge-intellectuelle-le-capitalisme-une-charge-tout-court.html Cordialement ddacoudre overblog


    • Jonas Jonas 9 juillet 22:33

      @ddacoudre "Nous vivons sous un régime organisation économique Qui s’appelle le capitalisme et dont la raison est de faire de l’argent et non de créer des emplois."

      Quel rapport entre le capitalisme et le nationalisme ?
      Macron et ses oligarques (la super classe mondiale) veulent la globalisation, la gouvernance mondiale et la fin des états Nations, seule entité qui protège encore les peuples contre la tiers-mondisation, l’exploitation de la main d’œuvre à bas coût.
      La construction de l’UE est actuellement freinée par les nations ayant une population homogène encore trop blanche désirant préserver leur identité, leur protection, leur culture, leurs mœurs (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie,...), et qu’il faut affaiblir à coup de millions de migrants (ceux qui refusent les quotas de migrants sont sanctionnés par l’UE).

      L’UE mondialiste ne pourra se construire qu’avec une Europe noire.

      Vous devriez donc défendre la nation, seul rempart contre le nouvel ordre mondial !


    • Hervé Hum Hervé Hum 10 juillet 13:12

      @Jonas

      Quel rapport entre le capitalisme et le nationalisme ?

      Le rapport, est que le capitalisme a un besoin vital du nationalisme, ceci, pour que la « super classe mondiale », puisse garder le contrôle sur la main d’oeuvre, c’est à dire, le prolétariat de toutes les nations.

      Ce que vous confondez, mais c’est le fait de votre conditionnement, c’est que l’idéal nationaliste est fait pour maintenir les prolétaires de tous les pays en guerre permanente pour les contrôler et les envoyer à l’abattoir si nécessaire. L’immigration, poussé par les guerres sous faux couvert humanitaires, visent surtout à susciter la haine, tout en affirmant le contraire. C’est ce qu’on appelle la politique du pompier pyromane.

      La nation ne protège et n’a jamais protégé contre l’exploitation humaine, mais au contraire, à toujours été le moyen de son exploitation. En réalité, c’est exactement le contraire qui à menacé cette super classe mondiale, qui existe depuis au moins deux siècles, c’est à dire, l’internationale des travailleurs, donc, l’idée d’une fusion du prolétariat mondial contre leur exploiteur et c’est cette menace là qui fut la raison des deux dernières guerres mondiales. Et fut sans doute une grande peur des capitalistes.

      Vous vous laissez manipuler comme un enfant de 3 ans et ne réfléchissez pas selon la réalité, mais uniquement par réaction ;

      La mondialisation n’est pas une idéologie, c’est une réalité physique, mais vous pouvez toujours croire que passer la frontière est changer de planète. L’idéologie, c’est de savoir comment on organise la société humaine, quant à son mode de distribution de la richesse produite. Cette super classe mondiale défend sa propre idéologie, mais où est donc celle du prolétariat en dehors de vouloir retourner au XIXème siècle, c’est à dire, la pire des conditions sociales pour les travailleurs !

      Bref, votre solution ne consiste pas à émanciper et interdire l’exploitation des travailleurs, mais son contraire ; accroitre encore plus son exploitation.

      Je ne vous convaincrai pas, mais ayez en tête ce que disent tous les présidents qui se succèdent en France et de l’UE et in fine, de tous les dirigeants occidentaux. Ils parlent d’accord de libre échange pour le commerce ET de concurrence pour tous les travailleurs. Bref, l’union, la coopération de la super classe visant en une forme de communisme de classe et de l’autre, martèles la compétition, la guerre entre tous les travailleurs, qui eux, doivent rester avec l’idée que le système capitaliste est indépassable.

      Selon le principe que l’union fait la force et diviser pour mieux régner.

      Et que proposez vous ? Maintenir la division des travailleurs ! Certes, vous vous dites qu’ainsi, la super classe mondiale sera renvoyé à sa nation et alors ? Vous croyez que cela va changer les rapports de classes ? Faut se réveiller mon petit gars, nous ne sommes plus dans la situation de la fin de la 2ème guerre mondiale, entre temps, les pays d’Asie ont refait leur retard technologique et même, dépassé l’Occident sur de nombreux points et vous croyez que revenir à la situation internationale du XIXème siècle va faire comme la machine à remonter le temps ? Que ce sera la paix et non la guerre ? Absurde pour rester poli.


    • ddacoudre ddacoudre 10 juillet 20:45

      @Jonas

      Le nouvel ordre mondial existe depuis 1990, il s’appelle la victoire du capitalisme et il fait son pognon sur le dos de tout le monde sans distinction de couleur ou de culture. La musique de merde qu’écouter les jeunes il s’en fout pour vu qu’il puisse la vendre. L’indépendance d’un pays se mesure a. Son autonomie économique. Or 70℅de l’industrie vie du pétrole , l’énergie de l’uranium tout deux importé, il nous reste les vin les fromages et les bouses des vaches pour nous chauffer. Je e veux pas être désagréable en écrivant cela, mais ce n’est pas mes armes qui nous nourriront et encore moins le nationalisme dont les capitalistes non rien a faire si ce n’est de fare s’opposer les nations entre elles pour faire du dumping social.

      https://ddacoudrev2.blogspot.com/2019/07/un-defie-d-jeter-10-ooo-ans-de.html?m=1

      Cordialement ddacoudre overblog


    • Jonas Jonas 10 juillet 23:25

      @ddacoudre « Le nouvel ordre mondial existe depuis 1990 »
      Bonsoir.
      Le nouvel ordre mondial existe depuis que les franc-maçons ont installé la république, aux USA, premier état maçonnique au monde, puis en France.
      Le nouvel ordre mondial est anciennement appelé la république universelle, qui prévoit l’avènement d’un monde sans états et sans frontières gouverné par une oligarchie capitaliste détenant tous les pouvoirs.
      L’instauration de la république universelle passe par la destruction des états nations, qui constituent le seul rempart contre l’économie de marché internationaliste.
      Les nations protègent la famille, l’identité culturelle et ethnique, l’héritage, les valeurs spirituelles, les moeurs, le travail honorable correctement rémunéré et la charité.
      Tout ce que l’oligarchie mondialiste veut détruire.


    • Jonas Jonas 10 juillet 23:40

      @Hervé Hum "Le rapport, est que le capitalisme a un besoin vital du nationalisme, ceci, pour que la « super classe mondiale », puisse garder le contrôle sur la main d’oeuvre, c’est à dire, le prolétariat de toutes les nations.« 

      Le capitalisme n’a pas besoin du nationalisme, il veut s’en débarrasser !
      Pourquoi à votre avis, la super classe mondiale a-telle aboli les frontières des pays en Europe ?
      Pourquoi veut elle une  »migration de remplacement«  pour remplacer la population européenne par une population africaine du tiers-monde ? Pour favoriser le capitalisme et l’économie de marché en créant des citoyens consommateurs lambda, en tirant les salaires à la baisse vers le bas avec par la libre concurrence

      -----------------------------
       »La nation ne protège et n’a jamais protégé contre l’exploitation humaine, mais au contraire, à toujours été le moyen de son exploitation"

      Les nations protègent la famille, les frontières, l’identité culturelle et ethnique, l’héritage, les valeurs spirituelles, la charité, les moeurs, le travail honorable correctement rémunéré de la population.
      Tout ce que l’oligarchie mondialiste veut détruire.


    • Jonas Jonas 11 juillet 00:06

      @Hervé Hum « Le rapport, est que le capitalisme a un besoin vital du nationalisme »

      Je laisse la parole à Anacharsis Cloots, qui définit le nouvel ordre mondial opposé aux états nations au XVIIIème siècle :
      « Ces gens-là ne croiront jamais à la destruction de la plus nuisible des corporations, les corps nationaux. Cette heureuse tendance nous annonce l’approche du nivellement final : la souveraineté universelle, la nation unique, le peuple humain. »
      La république universelle


    • Hervé Hum Hervé Hum 11 juillet 12:08

      @Jonas

      Le nouvel ordre mondial, n’est que l’ordre ancien et en aucune manière un ordre nouveau, tout simplement, parce que l’inertie du capitalisme le pousse à dominer le monde, sauf qu’il ne peut pas dépasser le stade de l’impérialisme, stade ultime du nationalisme et qui nécessite obligatoirement un monde divisée en au moins deux blocs, mais trois blocs étant plus sûr : C’est exactement ce qu’ils sont en train de faire pour vous mener par le bout du nez et vous conduire à l’abattoir si nécessaire avec votre soutiens actif, comme ce fut le cas pour les 2 guerres mondiales et la quasi totalité des guerres antérieures.

      Je vous renvoi à Orwell qui l’illustre parfaitement avec 1984.

      La politique des dirigeants de cet ancien ordre mondial, consiste alors à jouer les pompiers pyromane, disant oeuvrer pour la paix et attisant les foyers de guerres, les provoquant si nécessaire. La réalité des faits ne disant pas autre chose.

      Vous n’avez d’ailleurs pas répondu au fait que les deux guerres mondiales ont été provoqués en réponse à la menace d’union internationale des travailleurs, parce que si cette super classe veut s’unifier et former un communauté de privilège, sa condition d’existence est que les travailleurs restent divisés et en concurrence. De telle sorte que ce sont les trvailleurs eux mêmes qui exige d’être conduit par cette super classe supposément nationaliste.

      L’idée de l’immigration de substitution n’a qu’un seul but, non pas substituer les travailleurs européens par les africains, absurde ; mais maintenir les faibles d’esprits comme vous dans la haine de ceux qui sont fondamentalement dans la même condition sociale afin d’éviter qu’ils s’unissent et renversent justement cette super classe. Bref, pendant que vous voyez dans l’africain votre ennemi, cette super classe prospère et affine sa méthode de conditionnement des cogito et cela fonctionne très bien avec vous, puisque, loin de combattre cette super classe, vous la défendez.

      Comprendre, mais c’est peine perdu, que le cadre même de la nation est le lieu de sa propre prospérité et la preuve en est ; qu’elle à toujours prospéré dans ce cadre là pour exploiter à sa guise le travailleur, sauf lorsque ce dernier sort de son cadre national. Votre lecture de l’histoire commence au sortir de la 2ème guerre mondiale, car avant cela, tout votre discours ne tient pas, étant donné qu’avant cela, les travailleurs européens étaient réduits à l’état d’esclave et n’en sont sorti qu’a la fin de la 2èle guerre mondiale et tend à y revenir avec votre soutiens actif. Les conditions étant telles que ce retour aux conditions de l’après 2ème guerre mondiales sont impossible, sauf dans votre imaginaire.


    • Hervé Hum Hervé Hum 11 juillet 12:15

      @Hervé Hum

      Pour mémoire, à l’avant veille de la 1ère guerre mondiale, l’union internationale des travailleurs menaçaient cette super classe et exigeait d’elle des droits sociaux et les prendre par la force, mais, il suffit de lancer un seul mot d’ordre, en France et en Allemagne, pour que ces mêmes travailleurs, solidaires dans la lutte pour leurs droits, se retrouvent, du jour au lendemain, à s’entretuer.

      Jean Jaurès, qui le compris trop tard, fut assassiné pour lui interdire d’empêcher la guerre par l’appel à l’union des travailleurs. Son assassin fut innocenté lors de son procès apres la guerre et sa femme de payer ce dernier pour l’indemniser.

      Sans l’idéal nationaliste, ce retournement qui vit s’entretuer les alliés de la veille n’aurait été possible .Tout comme aujourd’hui, sans cet idéal nationaliste, cette super classe mondiale ne tiendrait pas une année, un jour de plus, avec cet idéal fait pour les faibles d’esprits, ils peuvent continuer comme ils le font depuis la fin du néolithique.


    • Jonas Jonas 11 juillet 22:27

      @Hervé Hum "Vous n’avez d’ailleurs pas répondu au fait que les deux guerres mondiales ont été provoqués en réponse à la menace d’union internationale des travailleurs« 

      Les guerres mondiales sont géopolitiques et impérialistes, elles n’ont pas été provoquées par la menace d’une union  »internationale des travailleurs", ça ne veut rien dire.
      Qu’est ce qu’un travailleur malien, malgache, turc, mexicain ou tchèque ont avoir les uns avec les autres ? Ils n’ont pas la même culture, pas la même langue, pas le même salaire.


    • Jonas Jonas 11 juillet 22:43

      @Hervé Hum "L’idée de l’immigration de substitution n’a qu’un seul but, non pas substituer les travailleurs européens par les africains, absurde ; mais maintenir les faibles d’esprits comme vous dans la haine de ceux qui sont fondamentalement dans la même condition sociale afin d’éviter qu’ils s’unissent et renversent justement cette super classe."

      Donc l’immigration de masse est souhaitée pour déclencher une guerre civile entre les peuples afin d’éviter qu’ils s’unissent et ne renversent la super classe mondiale.
      On est d’accord.
      C’est pour cela qu’il faut lutter contre cette invasion migratoire.


    • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 20:26

      Les nations, les frontieres sont des zones de solidarité.

      Pas de nation, pas de frontiere veut juste dire pas d’hopitaux publics, pas de secu, pas de chomage, ... aucune solidarité.

      Pas de frontière veut juste dire loi de la jungle, le moins disant social fait la loi, c’est ce que veut le capital et l’oligarchie.

      Pas de nation veut dire aucune protection pour les plus faibles.

      Soit l’auteur n’a pas reflechi soit c’est une ordure qui meprise les faibles.


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 20:48

        @samy Levrai

        Les nations, les frontieres sont des zones de solidarité.

        la conscription ?.les congés payés ?...victor hugo  tout ça touça,
        dassaults et compagnies,tf1,l’ortf,l’or de kadafi,les bombes atomique testé en france ?le cassoulet


      • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 21:03

        @samy Levrai

        Bonjour De Clovis à macron la France a toujours eu des frontière mais l’aide au travailleur à commencé en 1893. Les frontières ont mis du temps pour accoucher d’un système de protection. Arrête les teewts du RN. Cordialement ddacoudre overblog


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 21:06

        @ddacoudre

        les protections social viennent d’allemagne de bismrack en fait,la frontiere lol


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:28

        @ddacoudre
        En attendant hors frontière il n’y a aucune solidarité juste la loi du plus fort et la fin des frontieres ne fait que le jeu de l’extrême droite ou qu’elle soit, tu sais ceux qui veulent la loi du plus fort comme toi !
        tu ne sais donc pas que le RN ne veut pas rendre la souveraineté à la nation ? tu ne sais pas qu’ils veulent rester dans l’UE, dans l’euro et dans l’OTAN comme LREM ou la FI ? où vis tu non de non pour ne rien savoir comme cela en ce qui concerne la politique.
        Ce que je veux te faire comprendre c’est que le facho c’est toi , peut etre par pure ignorance et betise mais tu es comme le FN/RN et tu es du coté de l’oligarchie financiere celle qui demande la libre circulation , la dérégulation de tout.
        Alors tu n’as pas repondu est ce par betise ou parce que tu hais le peuple que tu voudrais le priver de ses protections naturelles ?


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:31

        @Xenozoid
        Ne montre pas trop que tu ne domines pas les concepts simples.., que tu ne sais pas faire la différence entre une société privée et des services publics car cela fait un peu tache sur la page et assez anglo saxon...


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:32

        @Xenozoid
        Es tu vraiment aussi bête que ce que tu ecris ?


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 21:34

        @samy Levrai

        le concept de domination est simple,il est publique et devient privé,quand il est publique il est a vendre,non ?


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 21:41

        @samy Levrai

        je te signal que c’est bismarck qui a initié la protection social pas la france,même les feme turques votaient avant les francaises,22 ans plus


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:43

        @Xenozoid
        Je te signale que Bismark n’a jamais payé la secu française, c’est le peuple français solidaire qui le fait.


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 21:46

        @samy Levrai

        non le peuple solidaire n’existe que pour le pouvoir,une illusion,pour marcher dans des guerres ? tu veux une preuve ?


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:50

        @Xenozoid
        Le concept de solidarité est simple il est public et quand il est privé cela s’appelle la charité et ca ne pisse pas loin du tout.
        Une frontiere est une zone de solidarité pas de domination, je parle bien sur de democratie mais parlons nous de la meme chose car le concept de frontières et de nation n’a rien de sale sauf pour les tordus qui veulent pouvoir faire ce qu’ils veulent quand ils veulent en marchant sur tous les autres.


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 21:55

        @Xenozoid
        La devise de la France n’en déplaise aux europeistes est : liberté égalité fraternité
        Nous avions des services publics très efficaces et des protections sociales à faire baver.
        Nous sommes un peuple egalitariste et l’Etat organise la solidarité, je crois que tu es resté trop longtemps hors de France et que tu ne comprends plus le sens du mot patrie.


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 21:55

        @samy Levrai

        et la france est une démocratie ?

        la nation est la mere patrie,....religion de fous


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 22:06

        @Xenozoid
        Nous ne pouvons être en démocratie puisque nous ne sommes plus souverains, comment un peuple qui n’a pas de pouvoirs qui ne décide plus de son destin pourrait il être en démocratie ?
        La nation et la mère patrie sont de merveilleuses choses , appartenir à un peuple et aimer son pays ne veut pas dire ne pas aimer les autres, comment d’ailleurs aimer les autres si tu n’es pas capable de t’aimer ? je trouve débile l’amour des autres jusqu’à la detestation de soi qui est distiller par tous les medias à longueur de temps.


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 22:10

        @samy Levrai
        La mère du pays des pères ( mère patrie ) est juste à tomber par terre , j’adore le concept.


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 22:11

        @samy Levrai

        et tu pense que la france a eu des colonies pour le peuple par exemple ? ou pour les entreprises ?

        a ce niveau les gents colonisés on eu raison d’etre francais(a moins qu’ils ne l’étaient pas, a part ammener la civilisation du fric,vive la nation on voit le profit


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 22:22

        @Xenozoid
        La France a une Histoire, elle a vécu avec son temps et les mœurs qui allaient avec...
        Je ne crois pas non plus que nous ayons été les pires... quoi qu’il en soit nous n’avons pas de leçons à donner.
        Si tu as 4 heures à perdre regarde l’Histoire de France d’Asselineau en video, c’est la France que j’aime.


      • Xenozoid Xenozoid 8 juillet 22:40

        @samy Levrai

        je connais bien l’histoire et celle de ma ville de naissance,et ces gallette bretonnes qui viennent des croisades,et j’y vois toujours les mêmes utiliser les autres

        la france n’est pas une entité,c’est une ferme avec des papiers pour en sortire,3 pour benala,,mais avant c’était pareil je suis la propriété d’une nation,je suis un chien en laisse et demain je serais la propriété d’une banque nationale multinationale car c’est comme ça,tant qu’on aura pas rêglé le probleme de la propriété toi et moi français ou pas ,nous serons esclaves...tu comprends ?

        bonne nuit


      • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 22:47

        @Xenozoid

        Bonjour

        On est d.accord sous l’influence du partie des juste ou du mouvement des justes qui ont du se réfugier en France ensuite. On trouve des origines plus ancienne au temps des corporatisme ou semble avoir pris corps la mutualisation. Cordialement ddacoudre overblog


      • samy Levrai samy Levrai 8 juillet 23:10

        @Xenozoid
        Les lois sont censés protéger les plus faibles, elles ne s’appliquent qu’à l’interieur de frontières quand il n’y en a plus il n’y a plus de lois, plus de justice, la loi du plus fort, celle de la jungle, c’est super moderne, au moyen age ils ont essayés.
        La France a la taille et la puissance suffisante pour ne pas craindre l’appétit de « puissances étrangères » et ne pas accepter avoir des maitres étrangers ( protecteur). Tu as besoin de papiers quelque soit la zone de solidarité dans laquelle tu entres car les solidarités d’une autre nation ne s’appliquent naturellement pas à toi puisque tu n’y paies pas l’impôt.
        Tu appartiens à la nation, tu en es membre, citoyen libre , elle ne te possède pas, elle te reconnait comme sien, égal parmi les égaux en droit, regarde la video dont je t’ai parlé, nous n’avons pas du tout à avoir honte de notre histoire et de notre culture qui a traversé les siècles , pourquoi devrions nous disparaitre en tant que nation pour le plus grand bonheur des américains et de leur financiers ?


      • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 07:37

        @samy Levrai

        Bonjour Tu te trompe de bout en bout ce n’est ni l’Europe ni le monde de nos semblable qui représentent un danger, c’est le capitalisme qui exploite les hommes entre eux.https://ddacoudrev2.blogspot.com/2019/06/le-socialisme-peut-il-etre-capitaliste.html?m=1. Cordialement ddacoudre overblog


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 13:44

        @samy Levrai

        Es tu vraiment aussi bête que ce que tu ecris ?

        encore plus,maintenant tu peux mettre la video de 4 heures sur l’histoire de france a la asselino,dans ton anus
        cordialement Xenozoid


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 14:00

        @Xenozoid
        Ben quoi tu me parlais de Bismark quand je te parlais de solidarité à l’interieur des frontières...
        Mais tu dois comprendre que tu peux rester con, ca m’en touchera une sans faire remuer l’autre, je n’ai pas été impressionné par un seul des arguments que tu as pu donner, tu crois que j’ai loupé quelque chose ?
        Je ne te souhaite pas de te mettre ta connerie dans l’anus elle est très grande !


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 14:11

        @ddacoudre
        Ben voyons, il n’existe pas un pays qui occupe militairement 40% des pays du globe et dicte sa façon d’opérer à ses vassaux ? ce pays et ses vassaux ne sont pas du tout responsable de toutes les guerres depuis la fin de l’URSS ( 1989 !)...
        Ce pays hégémonique qui menace absolument tout ceux qui ne sont pas d’accord et defendent leurs interets nationaux...
        Le responsable est le capitalisme.., mais depuis la nuit des temps l’homme est homme et même les communistes étaient de vilains impérialistes, leur grille de lecture non capitaliste représentait le même danger pour les humains.


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 14:17

        @ddacoudre
        Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme et le communisme c’est le contraire...


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 15:07

        @samy Levrai

        non je disais que la protection social est né en prusse et a fais sont chemin ici sans protège nos industriels,malgré les frontieres,comme le vote des femmes


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 15:23

        @Xenozoid
        Dans notre Histoire, il y a la fin du droit divin, la fin des privilèges, l’égalité en droit à la naissance, la laïcité, le CNR,... Nous sommes loin d’avoir été passifs dans les avancés humaines émancipatrices, seul le Royaume Unis peut rivaliser avec nous (Magna carta, habeas corpus,...), la France a toujours été un pays ou il faisait bon vivre, ses citoyens ( pas des sujets !) regardent le monde dans les yeux et ne les baissent pas.


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 15:31

        @samy Levrai

        notre histoire a toujours été celle des autres ,aussi surtout, les probleme de la france est le même quer les autres,la propriété,son paroxysme étant les patentes et ses tribunaux isds,qui couvrent les méfaits de « nos »multinationales,le franc cfa qui est une honte comme le pétro dollard....la nation est la pute des industriels et des charlatans,toujours été


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 15:57

        @Xenozoid
        Il est plus que temps que la nation reprenne le pouvoir car la nation c’est l’autre nom du peuple, ne te laisse pas entrainer par le conditionnement médiatique ( changements de sens donnés aux mots comme dans Orwell ), c’est pour eux qu’être une pute semble la panacée surtout une pute sans protection solidaire au service des USA.


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 16:08

        @samy Levrai

        Avec ce 20e siècle terminé et les rétrospectives sentimentales de mises, ce que nous devons vraiment faire n’est pas de regarder en arrière avec nostalgie, mais regarder vers l’avenir avec espoir. Maintenant plus que jamais et après un début fracassant du nouveau millénaire, il y a une impression de déjà-vu, il serait donc de bons tons d’examiner si dans nos vies modernes, nous avons appris à vivre au cours des 1000, 100, 10 dernières années en ce qui concerne la définition de tous nos besoins et désirs en tant qu’êtres humains, et se préparer pour un nouveau futur et à un nouveau chapitre. Nous devons utiliser les leçons que nous avons tirées du passé pour planifier une nouvelle ère dans la vie humaine. Mais en avons-nous tiré des leçons ?

        Notre société est tellement fragmentée, si divers, qu’à ce stade, il est absurde de parler d’une « majorité ». C’est un mythe en partie créée par l’anonymat de nos villes. Presque tout le monde que nous croisons dans la rue est un étranger : on relègue mentalement ces chiffres anonymes à la masse sans visage que l’on appelle le grand public, à laquelle on attribue quelque propriétés on pense à des étrangers comme possédant. Ils doivent faire partie de la majorité silencieuse, cette force invisible qui fait que le monde est ce qu’il est, on suppose que ce sont les mêmes « gens normaux » vus dans des publicités télévisées.
        Mais le fait est, bien sûr, que ces publicités font référence à un idéal inaccessible, afin de garder tout le monde exclu et insignifiant. Le « grand public » est analogue à cet idéal, car il tient tout le monde en laisse sans jamais faire une apparition, et possède le même degré de réalité que la famille parfaite dans la dernière réclame du dernier dentifrice.
        Personne ne se soucie de cette masse absente, plus que les enfants bohème de la bourgeoisie. Ils se chamaillent sur la façon d’orchestrer leurs manifestations pour rallier " la masse » a leurs idées radicales, comme s’il y avait toujours une masse à appeler !

        En dernière analyse, la soi-disant audience « grand public » peuple, qui s’imagine, pour déguiser ses manifestations et événements politique n’est probablement que le spectre de leurs bourgeois de parents, gravée au fond de leur inconscient collectif comme un symbole d’adolescent en manque d’estime et de culpabilité qu’ils n’ont jamais quittés. Ils feraient mieux de couper leurs liens avec la bourgeoisie tout en se sentant libre d’agir, de regarder, et de parler, peu importe qui les regarde, même quand ils essaient de faire avancer une cause politique : sans objectif politique atteint avec des militants en tenue de camouflage, il pourrait être plus important de commencer la lutte pour un monde dans lequel les gens n’auront pas à déguiser pour être pris au sérieux.


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 16:24

        @Xenozoid
        Je suis d’accord qu’il faut se battre contre la doxa et les medias de masse qui ne font que nous enfumer pour garder leur pouvoir d’enfumage mais sans frontiere nous ne pourrions le faire.


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 16:37

        @samy Levrai

        tu ne me comprend pas car tu as besoin de mettre tout dans une boite


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 17:28

        @Xenozoid
        Non en fait tu pars sur des considérations philosophiques et je m’efforce de rester politique.


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 17:48

        @samy Levrai

        non je dit que la france est capitalisme,et n’en a rien a foutre du peuple,pas assez politique ?


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 18:00

        @Xenozoid
        Nous étions un mélange que je trouvais pas si mal fait entre capitalisme et communisme et nous ne sommes plus que l’ombre de nous mêmes, une dictature d’extreme droite, le peuple n’y est pour rien, il s’est fait baiser.
        Les notions de capitalisme et de communisme sont philosophiques pour moi, les notions de peuple de nation et de democratie sont plus politiques dans ma vision des choses.


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 18:01

        @samy Levrai

        moi ma vision du peuple que je vois a toujours été de suivre, non ?


      • arthes arthes 9 juillet 18:03

        @samy Levrai

        Politique et philosophie sont incompatibles ?

        Si la politique n’en a rien à faire de l’amour de la sagesse, c’est pas surprenant que l’on parte en vrille. 


      • arthes arthes 9 juillet 18:06

        @arthes

        Remarque : lorsque la politique fait aboutir la philosophie à de l’idéologie, pas étonnant non plus que ça parte en vrille (capitalisme/communisme = lutte des classes)


      • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 18:14

        @arthes

        luttes des castes


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 18:57

        @arthes
        J’ai pas dit pas compatible j’ai dit que ce n’était pas MON sujet et que je defends ici la nation, notion politique et pas la notion philosophique.


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 19:08

        @Xenozoid
        De temps en temps on rue dans les brancards et on change les données mais on se fait avoir le plus souvent in fine en effet, ce n’est pas pour cela qu’il faut se laisser faire et ne pas combattre l’iniquité.
        J’ai choisi de me battre pour rendre le pouvoir à mon peuple , à ma nation, je n’ai pas vocation à sauver le monde.


      • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 20:38

        @samy Levrai

        Bonjour

        Il me semble que tu ne sais pas trop ce qu’est le capitalisme alors aprendre le

        http://ddacoudre.over-blog.com/2019/06/le-salarie-une-charge-intellectuelle-le-capitalisme-une-charge-tout-court.html

        Cordialement ddacoudre overblog


      • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 21:21

        @ddacoudre
        Tu sais j’ai quand même de bonnes notions de tout ça mais ça ne m’intéresse pas autant que indépendance de mon peuple, de ma nation, une fois libéré je laisserai mes concitoyens se déchirer là dessus sans mon aide.


      • covadonga*722 covadonga*722 8 juillet 21:06

        a celui qui n’a rien, la Patrie/Nation est son seul bien : J Jaures

        si le sieur ddacoudre peut proférer les énormités de son article ce qui est de mon avis son droit le plus inaliénable , c’est parce que des hommes qu’il méprise monte la garde aux remparts et ça par devoir ou pour la gamelle mais ils le font en son lieu et place  !

        résumons les droits de l’auteur sont protégés par le devoir d’autres qui le font au nom de la nation.

        S’il n’avait pas de nation et de patrie le sieur ddacoudre qui appartient a un monde peuplé de griffes et de crocs se ferait défoncer la gueule  au nom de la loi du plus fort !

        l’article présent n’existe que parce que le sieur ddacoudre appartient à une Nation 

        certes imparfaite mais qui veille a la sûreté des siens .CQFD


        • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 23:12

          @covadonga*722

          Bonjour

          La Nation n’est qu’un archaïque du comportement animalier celui qui pisse au quatre coins d’un territoire pour dire que c’est la qu’il bouffe est que personne ne vienne prendre sa place. Il y aurait fallu que tu expliques cela dans tous les pays du monde où nous sommes aller pisser avec des canons pour marquer nos nouveau territoire et il n’y a pas un pays au monde qui n’ait pas fait la guerre avec ses voisins pour leur faucher leur butin. Pour quoi l’on défend les frontières du mali par amitié ou pour l’uranium qu il nous vend. Tu es bien naïf. Accroche-toi a tes frontière c’est tous ce qui te restera quand les Nations dépendront de la tutelle de grand groupes Economiques qui en ont rien à foutre de tes frontière et de ta Nation comme l’accord du CETA Qui mettra les états au tribunal privé si la décision du peuple leur fait perdre des affaires, comme ce fut le cas au Canada pays avec lequel nous allons signer cet accord. Ce n’est pas vos frontière qui vous protégeront, mais l’intelligence de ne pas être roule dans la farine. Tu peux bte battre pour tes frontières et ne pas comprendre si tu es salarié que tous les jours tu gagnes l’argent des groupe qui achèterons l’intérieur. Et cela ira d’autant plus vite que l’argent lui circule sans frontiere. Cordialement ddacoudre overblog


        • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 13:37

          @ddacoudre

          La nation sert uniquement l’intérêt du prédateur humain au détriment des autres, ceux qui ont une nature paisible et ne pensent pas qu’à dévorer leur proie.

          La différence entre le prédateur animal et humain, c’est que seul le second exploite de manière systématique ses propres congénères vivant dans sa propre communauté, chose que ne peut pas faire ou de manière exceptionnelle l’animal.

          C’est que le prédateur humain a compris que manger sa proie n’avait qu’un intérêt très limité, alors que manger le temps de vie de sa proie en l’exploitant, plutôt que de la tuer, permet de démultiplier quasiment à l’infini le rendement de celle ci à son profit, alors que la manger ne fait pas sortir de l’animalité.

          Simplement, pour convaincre une proie à accepter d’être exploité et même exiger d’être exploité comme les idiots utiles ici présent le martèle, nécessite un environnement en état d’urgence permanent et la concurrence entre nations est le meilleur sinon le seul moyen pour cela. La concurrence économique ne pouvant pas se défaire de l’idéologie nationaliste, car sans cette dernière, la notion de concurrence économique n’a alors plus de sens, parce que c’est le principe de coopération qui s’impose naturellement.

          C’est la contradiction fondamentale du système capitaliste, c’est à dire, si son inertie le pousse à la mondialisation de l’économie, sa condition d’existence interdit de manière absolue qu’elle porte sur les citoyens eux mêmes, il faut à toute force les maintenir dans la division et la crainte, dans la concurrence, provoquer des guerres s’il faut, tout en affirmant le contraire.

          Simple et évident, mais face à tant de bêtise, ils n’ont visiblement rien à craindre !


        • Xenozoid Xenozoid 9 juillet 13:40

          @Hervé Hum,@ddacoudre

          tout a fait


        • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 20:45

          @Hervé Hum

          Merci de ce complément Jésus ne disais pas mieux, mais à une époque ce sont des ignorants qui la lisaient , parole d’un moins ignorant qu’eux. Cordialement ddacoudre overblog


        • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 8 juillet 21:33

          Evidemment c’était beaucoup plus simple quand la terre comptait seulement 5 millions d’êtres humains et qu’il y avait de l’espace pour tout le monde.

          Mais à 8 milliards ou tout le monde s’empiète les uns sur les autres, il faut bien des cadres juridiques au niveau local, sinon c’est l’anarchie.

          « Soyez féconds, multipliez-vous et remplissez la terre »

          Les no-borders sont convaincues qu’il est possible de détruire toutes les frontières étanches en créant un gouvernement mondial centralisé ( NOM ) à qui on confira la tâche d’accompagner tout ce foutoir apocalyptique.

          Les religions ont préparé le terrain pendant 2000 ans, les idéologies qui ne sont que leurs excroissances n’ont plus qu’a achevé le travail de dieu.


          • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 23:33

            @Florian LeBaroudeur

            Bonjour Tu fantasmes grandement. La planète est déjà un village. Bientôt ont pourra aller boire l’apéro à Tokyo en 3h. Ce n’est pas cela qui changera les usages de ce pays, mais d’ores et déjà tu peux y acheter du pastis comme au Chili ou au Canada et le pastis n’est pas jaune parce qu’il a pris la couleur des japonais et si dans 2000 ans le métissage à conquis la planète pour quoi voudrais tu que l’on’ en meure. Jusqu’à présent ce sont les Nation qui ont tue et tuerons encore beaucoup d’humains, mais pas pour réguler la population, car pour cela il suffit de développer le bien être et les familles ne font même pas de quoi renouvellent leur population. C’est le développement du bien-être qui est le meilleur régulateur de population. Quand. Un état comme Monaco à 23 ooo hbts au km2 on a encore de ma marge. Toute espèce à un processus d’auto régulation en fonction de l’espace dont il dispose et de la nourriture qu’il peut y trouver.

            Cordialement ddacoudre overblog


          • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 9 juillet 21:02

            @ddacoudre

            Vous êtes si prompt à cracher sur le capitalisme tout en saluant ses prouesses « Bientôt ont pourra aller boire l’apéro à Tokyo en 3h ».
             
            Encore un baby-boomers paumés qui n’a rien compris au film... 


          • Hervé Hum Hervé Hum 10 juillet 13:04

            @Florian LeBaroudeur

            Oui, sauf que le capitalisme n’est pas ce qui permet d’aller à Tokyo en 3 heures. Rien de plus absurde

            Car, vous oubliez un détail, c’est que le moteur de l’innovation n’est pas le capitalisme, mais les défis que l’humain se propose de relever. Ainsi, les premiers constructeurs d’avions n’ont jamais été motivés par l’idéal capitaliste, complètement absurde, sauf pour les idiots, mais motivés par la volonté de voler et le défi que représentait de faire voler un beaucoup plus lourd que l’air. Par contre, sans coopération, sans émulation entre tous ceux qui étaient motivé par la même ambition, on en serait toujours à tailler des pierres, et encore, pas sûr.

            Bref, le capitalisme seul ne veut rien dire et n’aboutit à rien, s’il n’y a pas aussi le communisme, c’est à dire, l’esprit de coopération.

            Il faudrait penser à élever son niveau intellectuel et non pas rester avec des idées simplistes inculqués et faites pour manipuler les idiots, surtout s’ils sont très instruits d’ailleurs.

            Comme vous dites « encore un baby-boomer paumé qui n’a rien compris au film » et qui s’adresse particulièrement à vous.

            Maintenant, vous pouvez toujours essayer de me contredire, si vous n’avez pas peur du ridicule !!!!


          • leypanou 8 juillet 22:34

            Nous sommes peu humains quand nous contraignons des hommes à vivre sur des territoires où ils ne peuvent se nourrir 

             : eh Dédé, il y a des branleurs parasites aussi.

            Car des gens qui savent profiter de la générosité des humanistes hors sol, cela existe aussi.

            Surtout, je ne vois pas pourquoi tout le monde devrait participer à l’entretien de parasites, sans qu’on leur ait demandé leur avis.


            • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 07:51

              @leypanou

              Bonjour les parasites que je connais bien ce sont les sangsues celles qui se comme à ton sans jamais te lâcher si ont ne les oblige pas à te mettre à la retraite C’est le capitalisme et est lui qui crée les autre sans sangsues capitaliste pas de parasites http://ddacoudre.over-blog.com/2019/06/le-salarie-une-charge-intellectuelle-le-capitalisme-une-charge-tout-court.html

              Cordialement ddacoudre overblog


            • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 13:22

              @leypanou

              Nous sommes peu humains quand nous contraignons des hommes à vivre sur des territoires où ils ne peuvent se nourrir

              Et que dire, lorsqu’on détruit les territoires pour les rendre invivables et pousser ces populations à émigrer ? Pour attiser la haine tout en prétextant l’acte d’amour et le faire gober aux idiots.

              Qu’il s’agit d’humains, d’une spécificité humaines et non d’inhumanité et encore moins d’animalité, car c’est alors l’adage disant que c’est l’hôpital qui se moque de l’infirmerie.

              Bref, nous sommes pleinement humains dans cette manière d’agir


            • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 09:32

              le nationalisme, est l’arme d’aliénation, de soumission des ignorants et des lâches.

              C’est le plus sûr moyen pour faire d’une personne saine d’esprit, qui peut même être un génie scientifique avec un minimum de conscience éthique ou morale, un fou assoiffé de sang, prêt à tuer enfant, femme et vieillard sans aucun discernement.Prêt à concevoir les pires armes de destructions massives.

              C’est le plus sûr moyen pour faire accepter à un humain d’abandonner son libre arbitre pour le remettre dans les seules main de son chefs et tuer ou se faire tuer pour lui, pour son « bon plaisir ».

              Le nationalisme, est la condition de survie du système capitaliste, fait par et pour la prédation humaine et uniquement pour elle. C’est le moyen le plus efficace pour faire que ce soit la proie qui réclame d’être exploitée puis dévorée par son prédateur. Prêt à défendre ce droit de l’exploiter et le tuer, sous le seul prétexte de la défense de la patrie en danger. Mais comme le disait Anatole France « on croît mourir pour sa patrie et on meurt pour les industriels », aujourd’hui les financiers ou ploutocrates, mais ce sont les mêmes, seul le mot pour les désigner ayant changé.

              Comme les nations se sont pratiquement toutes construites sur la guerre entre tribu, puis entre peuples régionaux pour former les nations regroupant ces mêmes peuples au sein de ce qu’on appelle la nation et dans son dernier stade qu’est l’empire, l’argument anti-mondialiste pour défendre les spécificités culturelles ne tient pas, sauf pour les idiots utiles et les prédateurs, mais pas pour ceux qui usent de leur cerveau autrement que pour tromper leur prochain. Car sinon, la France ne serait pas riche de sa diversité culturelle. D’ailleurs, la bêtise est si profonde, la médiocrité tant vendu par les médias comme un talent, l’hypocrisie comme une vertu et l’ignorance comme un savoir, qu’aucun d’entre eux ne verra que le nationalisme français s’est d’abord construit par le combat du pouvoir centralisé contre les spécificités culturelles régionales, d’abord pour imposer une langue commune, qui ne l’est que depuis la révolution française. Que cela prouve que la défense d’une culture ou sa destruction, dépend uniquement de la volonté politique de la préserver ou de la supprimer, mais en aucune façon de la mondialisation, qui n’est que le reflet de l’état du monde dans lequel on vit. Autrement dit, que la conscience évolue, que la finalité politique ne soit plus la même et la mondialisation n’aura plus rien à voir avec ce qu’elle est aujourd’hui.

              Le crétinisme est si grand, que ces mêmes opposants, les pires idiots utiles du systèmes qu’ils prétendent combattre, ne voient pas que si d’un coté, l’économie est mondialisée depuis quelques siècles, qu’une culture et conscience mondiale existe déjà, par contre, tout est fait pour maintenir la violence et la haine entre les peuples, tout en affirmant vouloir le contraire (provoquer et attiser la haine du monde musulman, tout en affirmant son amitié, mettre en place et pousser à l’immigration, tout en affirmant vouloir la limiter et en même temps, prétendre son respect de la charte des droits humains dans le droit à immigrer ; etc). C’est ce qu’on appelle la politique du pompier pyromane. Car, le système actuel est un système fondamentalement mafieux, qui a besoin de maintenir l’état d’urgence permanent pour justifier la domination de chefs et la soumission de tous les autres et leur faire accepter de payer un impôt toujours plus grand. Etc...

              La farce étant quasiment à son comble avec la mascarade entre Trump et Kim Jong-un, ayant réussit à faire croire en une menace de guerre nucléaire totalement absurde, mais qui nourrit la peur d’une idéologie dont le chefs suprême coréen à pour rôle de maintenir la diabolisation dans le cogito des citoyens.

              Misère humaine....


              • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 13:13

                @Hervé Hum

                y a t’il un seul de ceux qui dénigrent l’article à venir porter la contradiction ou sur ce commentaire, autrement qu’en faisant bêêêê, tel le mouton ? C’est à dire en utilisant le peu de cerveau qu’il lui reste ?

                Je crains que non...


              • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 14:23

                @Hervé Hum
                Peut etre que tu ne sais pas bien lire et n’es pas capable d’apprécier les argument que j’ai pu donner plus haut, les collabos et les ânes m’ont toujours été désagréables.


              • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 15:36

                J’ai lu tes arguments ; saur que les miens les invalides, mais les as tu lu toi même ?

                Par exemple, tu écris que la nation protège les faibles, sauf que si tu avait été un peu à l’école et ce, malgré les mensonges, tu saurais que le cadre national ne protège pas les faibles contre les forts, tout simplement, parce que depuis que la nation existe, ce sont les forts qui dirigent les nations pour exploiter les faibles à l’intérieur de leur frontière et au delà s’ils en ont les moyens.

                Tiens, trouve moi donc un seul pays occidental qui dans son histoire à toujours eut pour vocation à protéger les faibles, sinon de manière anecdotique. Evidemment, si ta connaissance de l’histoire commence avec la fin de la 2ème guerre mondiale, tu pourra toujours le dire pour la France, mais surtout, ne remonte pas plus loin, tu va être déçu !

                Et au fait, sait tu comment la France en est arrivé à accorder des droits sociaux aux faibles ? Ben, parce que ces derniers menaçaient de faire la révolution et il fallut deux guerres mondiales pour les dompter en leur faisant passer des vessies pour des lanternes. ce qui a très bien fonctionné pour ton cas, bêêêêêê

                Au fait, sait tu que les gouvernements successifs de la France, ont toujours eut à coeur de défendre les intérêts des forts et de soumettre les faibles et que la politique actuelle ne fait que remettre les chose à l’endroit, les droits sociaux des faibles étant, du point de vue capitaliste, une hérésie, seulement dû à des circonstances exceptionnelles du mouvement ouvrier.

                Au fait, sait tu que la mondialisation n’est pas une idéologie, sauf pour les idiots comme toi (je ne te traiterai pas d’âne, ce serait faire injure à l’intelligence de cet animal), mais une réalité physique, car au cas où tu n’aurait rien étudié à l’école, nous vivons tous sur la même planète, sauf pour les idiots sans doute.

                Le reste de tes arguments sont ainsi, absurdes

                Tu aime surtout répéter les bêtises, l’intelligence t’étant inconnu. Par exemple, reprendre la fumeuse phrase disant « le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme, le communisme, c’est l’inverse », prouve ton indigence car cette phrase est avant tout une tautologie qui veut tout et rien dire du tout.

                Pourquoi ? Je ne vais pas l’écrire pour toi, tu n’a pas le niveau intellectuel suffisant, je l’écrirai pour d’autres lecteurs éventuels.

                Que ce soit le système communiste ou capitaliste ou n’importe lequel, s’agissant d’exploiter les ressources naturelles au seul usage humain, et ce dernier étant le seul capable de transformer ces ressources en marchandises, il ne peut donc que s’exploiter lui même. Bref, voilà une phrase faites pour les idiots comme toi, consistant à leur faire croire qu’ils sont intelligent, alors que c’est une phrase stupide !

                Bref, la société humaine, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme, mais elle ne dit pas dans quel sens fonctionne cette exploitation. Dans le système capitaliste, c’est l’exploitation d’une majorité au profit exclusif de la minorité propriétaire de l’immobilier, où l’intérêt particulier domine l’intérêt général. Le communisme, c’est l’exploitation de soi même et l’interdiction d’exploiter autrui à son profit. Où, l’intérêt particulier est dans son utilité particulière à accomplir la volonté générale.

                Je sais, c’est déjà trop complexe pour toi.... ;


              • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 16:19

                @Hervé Hum
                Tu es très doué pour le blabla, dis donc, est ce que tu as des érections quand tu t’écoutes ? Tes arguments qui melangent nationalisme et nation n’invalident rien du tout tu te trompes simplement de cibles comme tous les cretins nourris par la television.
                Alors explique moi donc comment tu peux avoir des services publics en dehors de la nation, comment tu peux avoir des lois en dehors de la nation, comment tu peux avoir une democratie en dehors de la nation, comment une non nation pourrait être souveraine, etc.
                Ton niveau intellectuel me fait doucement rigoler, une nation est un peuple c’est même un synonyme , je me demande comment tu pourrais batir quelque chose sans comprendre les mots que tu utilises... alors refait ton developement de mouise en remplacant nation par peuple et constate le ridicule.


              • Hervé Hum Hervé Hum 9 juillet 18:13

                @samy Levrai

                Ah bon, parce que pour toi, affirmer que je mélange nationalisme et nation sans faire aucune démonstration, seulement user de l’argument d’autorité est une preuve d’intelligence et non du babla ? Je te traite en fonction de ce que tu écris et non en fonction de ce que tu peux faire avec ta main !

                Comment peut on avoir des services publics en dehors de la nation, avoir des lois en dehors d’elle et avoir une démocratie ? mais déjà, poser se genre de question est une preuve d’ignorance du sujet traité :

                Le cadre national n’a rien à voir avec la notion de service public ou des lois ou même de la démocratie, mais le faire croire participe à faire passer des vessies pour des lanternes.

                La seule condition pour avoir des services publics, c’est que des gens vivent au sein d’une même communauté, mais rien ne dit qu’elle doit être limité à un cadre, elle peut très bien contenir toute l’humanité ou seulement quelques dizaines d’individus. Idem pour les lois, qui consiste seulement à régir les règles de vies en communauté. Et c’est encore plus vrai pour la démocratie, qui par définition s’appuie sur la citoyenneté où on peut définir toute l’humanité comme faisant partie d’un même peuple, celui d’appartenir à la même espèce, partageant la même planète et la même destiné.

                Car, si les nations, à commencer par la France, se sont constituées à partir de petites communautés, formant des peuples, eux mêmes intégrés dans la nation française, alors, la limite spatiale à cette structuration par agrégation trouve sa limite ultime au niveau de la planète. Cet argument, était d’ailleurs écrit dans mon premier commentaire, mais tu ne l’a pas réfuté. Pourquoi dis donc ? 

                Explique moi pourquoi il faudrait arrêter cette unification des communautés au cadre national et non pas l’étendre jusqu’à la planète entière ? Alors même que l’économie est globalisé et ce, depuis quelques siècles, qu’il existe un socle commun aux lois appelé charte universelle des droits humains (auquel il manque les devoirs). Peut être crois tu que les allemands sont des extra terrestres ? Que toutes les nations vivent sur des planètes différentes ? Ce ne sont pas des humains comme toi ? Ils ne respirent pas le même air, n’ont pas les mêmes besoins pour vivre ? Dis moi, toi qui n’est pas ridicule, pourquoi donc le peuple breton, corse, occitan et autres qui peuplent le royaume de France, sont t’ils français ? Selon ce que tu affirme, il ne devrait pas en être ainsi. Comment explique tu qu’ils aient pu avoir des lois, discuter de l’organisation politique et sociale, développer des infrastructures publique avant la France ?

                A ton avis donc, toi qui n’a pas peur du ridicule, comment la France à pu se forger à partir de peuples ou nations, si ce que tu affirme est vrai ?

                Je t’écoute, au grand intellectuel !!!


              • Legestr glaz Legestr glaz 9 juillet 18:37

                @Hervé Hum
                Il faudrait, peut être, tenir compte du fait que les Nations, les unifications des communautés, se sont réalisées à coups de hache et de désolation. On pourrait être tenté « d’unifier » toute l’humanité, comme vous l’écrivez, mais, pour ceci, il faudra bien des maux et des pleurs, des morts et des larmes, bien davantage que tout ce que la planète terre a déjà supporté pour en arriver à la situation actuelle. 


              • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 18:39

                Hervé Hum

                Je dis et je répète ( car ce sont des faits ) que nation est un synonyme de peuple, qu’il ne peut y avoir de démocratie sans peuple, qu’il n’existe et n’a jamais existé de services publics en dehors des nations, que partout où les frontières sont tombées , c’est le moins disant social qui a fixé les nouvelles normes.

                Que ceux qui veulent supprimer les frontières sont soit vraiment idiots, soit détestent leur peuple au point de l’offrir en pâture à toutes les exploitations les plus moyenâgeuses... qu’il suffit de voir ce que l’UE a apporté à a France, en terme de democratie, de richesse, de paix, d’éthique,... pour comprendre que chaque frontiere levée provoque un recul à presque tous les niveaux.


              • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 18:41

                @Legestr glaz
                Il se plaint pour les bretons, les corses, etc... et veut le faire à tous les peuples...


              • Hervé Hum Hervé Hum 10 juillet 08:59

                @Legestr glaz et Samy Levrai

                Il faut surtout comprendre la raison de ces unifications de petites communautés en ensembles plus grand, jusqu’aux empires ; pourquoi elles se sont forgées à coups de hache et de désolation.

                Je vous propose une autre lecture que celle apprise à l’école en lisant ces deux articles, vous pourrez y apporter la contradiction.

                de la relation entre compétition et coopération

                et

                de la prédation humaine

                Toutefois, si vous voulez une réponse détaillé au sujet de la mondialisation, vous pouvez .aller directement à cet article et laisser les deux précédents de coté.

                de l’antimondialisme

                Vous pouvez aussi ne rien vouloir lire, mais je ne vais par réécrire ce que j’ai par ailleurs bien écrit sur les raisons de ma position.

                Vous pouvez et j’en serai ravi, y apporter votre réfutation aux arguments avancés.


              • Legestr glaz Legestr glaz 10 juillet 17:53

                @Hervé Hum

                Je lirai vos textes durant mes vacances, à tête reposée. Leur intitulé ne m’inspire pas. Je vois arriver des théories impraticables. Pour résumer ma pensée, l’humanité ne pourra se sauver elle même, dans un avenir plus ou moins proche, qu’en procédant à du commerce en circuits courts, voire très courts, et en mettant en place la permaculture, seule agriculture susceptible de nourrir la planète aujourd’hui lorsque la production très et trop onéreuse d’azote sera rendue impossible. Hervé Hum, vous êtes vous intéressé à la production d’azote au delà de Louise Michel, de Voltaire ou de Robespierre ? Etes vous un type avec les pieds sur terre ? 

                De toute manière, c’est toujours la soif de puissance qui a été à l’origine des conquêtes.

                Par ailleurs nos sociétés ne vivent pas de coopération et le modèle qu’elles proposent est toujours « la compétition », les sports sont là pour nous le prouver : il s’agit toujours de « battre » l’adversaire. Il existe quelques jeux de société « collaboratifs » qui cherchent à mettre en avant la « coopération », ils sont rares, très rares. Nous sommes tous tournés vers la compétition et non la collaboration, c’est l’une des valeurs que l’on nous enseigne constamment : être complétif, être le meilleur, meilleur que les autres.

                La nature humaine n’est plus faite pour la « collaboration », on lui enseigne qu’il est bien mieux d’être compétitif. 

                Il y a peut être l’exemple de la Suisse, pays qui s’est construit par des collaborations successives, les cantons attachant leur devenir et leur indépendance à ceux des autres, par collaboration. 

                 


              • Hervé Hum Hervé Hum 10 juillet 18:22

                @Legestr glaz

                Lisez mes articles, vous y trouverez des réponses à votre commentaire. Essentiellement sur la relation entre coopération et compétition, l’une ne pouvant exister sans l’autre.

                Le tout étant alors de comprendre le sens de cette relation et ce qui en décide. Vous y verrez l’explication et vous pourrez constater qu’elle est appliquée partout !

                Prenez le sport que vous citez ici, eh bien, si vous regardez attentivement, vous verrez que les deux sont en action et non seulement la compétition, car s’il n’y avait qu’elle, il n’y aurait pas de compétition de sport collectif possible !

                Mais pour voir l’évidence et la simplicité de cette relation, il faut sortir du mode de pensée dominant et s’ouvrir à un autre mode que je n’ai pas encore explicité, je le reconnais.

                Et, contrairement à ce que vous écrivez, nos sociétés fonctionnent tout autant avec la coopération que la compétition, car l’une et l’autre sont impossible à supprimer, sauf par la destruction de la société. Ce qui nous pend au nez, je suis d’accord avec vous. Mais l’erreur, dû à la manipulation des cogito, c’est de vouloir choisir entre l’une et l’autre, alors que, formant une dualité, elles ne peuvent êtres séparés dans la réalité physique, uniquement dans notre imaginaire et lui seul.

                Tenez, amusez vous à identifier une dualité et vous verrez qu’elle est vrai si et seulement si vous ne pouvez pas séparer ses deux parties sans détruire la dualité et les deux parties. Principe d’intrication quantique dirons nous pour faire savant !

                En tous les cas, content d’avoir un interlocuteur ouvert à la discussion !


              • Hervé Hum Hervé Hum 10 juillet 18:30

                @Legestr glaz

                j’oubliai, ce que vous écrivez sur l’agriculture est une évidence, à une exception près, c’est à dire, le principe de solidarité qui veut que l’exception au circuit court, soit le principe de mutualisation du risque qui veut que si la production est abondante ici et défaillante ailleurs pour raison climatique ou autre catastrophe naturelle, c’est la partie épargné qui doit assistance à l’autre.

                Mais pour cela, il faut évidemment inverser le sens de la relation entre compétition et coopération, car une dualité est une polarité, donc, avec un sens définit qui ne peut pas être statique. Ce sens n’étant non pas le fait de l’humain, mais des conditions de son environnement, dû à l’évolution. Etc...


              • Legestr glaz Legestr glaz 10 juillet 19:05

                @Hervé Hum
                Je ne peux pas être d’accord avec votre phrase : « Prenez le sport que vous citez ici, eh bien, si vous regardez attentivement, vous verrez que les deux sont en action et non seulement la compétition, car s’il n’y avait qu’elle, il n’y aurait pas de compétition de sport collectif possible ». Parce que même en sport collectif, les joueurs tirent la couverture à eux. Celui qui marque un but tout fait au football, alors qu’il n’a que la balle à pousser au fond des buts, ne congratule même pas son partenaire qui lui a fait la passe. Même en sport collectif, les joueurs jouent leur propre partition. Mais de toute manière, même en sport collectif il s’agit de « battre » l’adversaire. C’est le but du jeu, jeu inventé par l’homme. Il ne s’agit donc pas d’un jeu « collaboratif » !

                Tiens donc, nos sociétés fonctionnent sur le mode coopératif (votre phrase : Et, contrairement à ce que vous écrivez, nos sociétés fonctionnent tout autant avec la coopération que la compétition) ? Je n’habite pas sur la même planète que vous. Si 1% de la population rassemble 90% de la richesse mondiale je ne sais pas comment vous parvenez à y voir de la collaboration ! Vous faites dans le cliché ou dans l’utopie. Et la production d’azote alors, vous passez ce « tout petit problème » par pertes et profits ? Vous avez songé à vous y intéresser ? Parce que, entre nous, tout le monde fait semblant de ne pas voir cette monstruosité ! Et vous ? 


              • Hervé Hum Hervé Hum 11 juillet 08:36

                @Legestr glaz

                Je comprend ce que vous écrivez, mais pour autant, la règle est en général que les joueurs se congratules entre eux ! Il peut certes y avoir des rivalités internes, mais elles doivent impérativement s’effacer devant le collectif. Sans cela, je vous garantie qu’une équipe, même composé des meilleurs joueurs du monde ne peut pas gagner si chacun ne fait que tirer la couverture à lui, parce qu’aucun joueur ne fera la dernière passe et tout simplement, n’auront aucune cohésion de jeu. En entreprise, c’est pareil et est la hantise des dirigeants, car une compétition intérieure peut carrément couler une entreprise si elle prédomine sur le collectif. Ici, vous niez la réalité pour affirmer votre position.

                Je n’écris pas qu’il ne s’agit pas d’un jeu de compétition, je dis qu’elle met en présence deux équipes dont les joueurs ont tous intérêts à collaborer le mieux possible sous peine d’avoir aucune chance de gagner contre une équipe qui peut être moins forte en qualité de jeu individuel, mais plus forte en solidarité et donc cohésion. Or, si le but de la compétition est de gagner, alors, la collaboration entre joueurs d’une même équipe n’est pas une option, mais une condition de réussite, et ce, quel que soit le domaine observé.

                De plus, je vous ait écrit que les deux forment une dualité dynamique, où ni l’un ni l’autre peut être supprimé. Prenez les soldats d’une armé, l’esprit de collaboration en est le socle pour pouvoir vaincre l’ennemie.

                La relation est simple, en interne, la coopération s’impose toujours sur la compétition, c’est à dire, que les rivalités peuvent exister, elles doivent se taire face au collectif. En externe, c’est l’inverse !

                Appliqué aux nations, c’est la même chose. Extérieures les unes aux autres, c’est toujours la compétition qui domine la coopération et l’histoire ne fait que le démontrer. Par contre, en interne, comme un empire, ce doit être l’inverse, sans cela, l’empire s’effondre sur lui même. Si vous montez encore d’un cran et allez jusqu’à considérer la planète entière, tant que les nations se considères de manière extérieures, c’est à dire, ne considérant pas faire partie de la même planète, restant dans l’idée d’une planète infinie et agissant comme si les autres ne partageaient pas la même Terre, alors, aucune politique commune ne peut émerger, pour cela, il faut nécessairement, impérativement, obligatoirement, accepter de faire partie d’un même ensemble qu’est la planète Terre et dès lors, poser la coopération, la collaboration devant la compétition. Mais cela oblige de manière ABSOLUE, car ce n’est pas une option sur le plan de la logique causale, abandonner le système actuel, et comme il s’agit d’un paradigme, abandonner le dogme de la propriété comme socle de la société humaine, pour la remplacer par la responsabilité. Sans cela, la seule issue est celle que vous avez mentionné, la destruction partielle ou totale de la société humaine.

                Pour finir, cela ne contredit pas ce que vous écrivez sur la disparité de la répartition de la richesse produite et de l’exploitation d’une majorité par une minorité, mais il faut alors comprendre comment cette minorité arrive à persuader cette majorité de collaborer en acceptant sa soumission.

                L’explication se trouve dans les trois articles mis en lien.... Nous sommes d’accord qu’il s’agit de manipulation, de perversité, mais celle ci consiste bel et bien à obtenir la collaboration et non la compétition, car alors, il ne pourrait pas y avoir de développement économique et de société en tant que telle, mais un état de guerre civile permanente, qui ruine toute société.

                Je vous invite à ne plus raisonner par réaction à la politique de ceux que vous détestez, car elle interdit la raison et ne laisse place qu’à la passion. Il faut raisonner sur la seule base de la réalité physique, c’est à dire, la logique causale, car là, personne ne peut alors plus vous manipuler, c’est impossible, sauf si vous vous laissez emporter par la passion.


              • Legestr glaz Legestr glaz 11 juillet 17:49

                @Hervé Hum

                La réalité physique, cher Hervé, c’est la population mondiale de 8 milliards d’individus. La réalité physique est que cette population est nourrie par l’azote produit à partir des ressources naturelles : charbon, gaz, pétrole. 

                https://www.planetoscope.com/agriculture-alimentation/1488-production-mondiale-d-azote.html

                La réalité physique c’est que notre « modèle » de production des végétaux est totalement dingue. Je m’intéresse spécialement à ce sujet et à la nutrition aujourd’hui. Seule la permaculture, et la permaculture seulement, sera en mesure de subvenir aux besoins alimentaires de la population de la planète terre.
                Non, je ne raisonne pas à l’échelon politique. Je raisonne, tout simplement. 

                Je pense que vous êtes loin de ce problème de production d’’azote et de ce qu’il entraine comme conséquences désastreuses. Mais c’est bien aussi de proposer des théories et de parler, en même temps, de « réalités physiques ». 

                Notre alimentation est la source de toutes les maladies métaboliques, des cancers, du diabète, de l’obésité, des maladies dégénératives comme Alzheimer, pour faire court. Ce sont des « réalités » physiques mais la « Santé », qui devrait être au coeur des réflexions, qui devrait être une cause nationale, est laissée à l’abandon et c’est l’industrie pharmaceutique et la chimie qui se frottent les mains. Tous les mensonges sont bons pour nous faire avaler la nourriture industrielle. Et j’inclus le « bio » industriel !

                Et vous voudriez « appliquer » certains concepts aux Nations ? Bon courage ! De mon côté, je prépare un livre sur l’alimentation et les maladies qui y sont liées. Retour à la « réalité physique » pour moi. 


              • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 9 juillet 21:04

                et les banques ??


                • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 21:24

                  @Florian LeBaroudeur
                  Elles détestent les frontières !


                • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 9 juillet 22:47

                  @samy Levrai

                  Sans compter qu’elles ont prient le dessus sur les nations depuis Novembre 1914 et qu’elles sont à la source des drames qui ont suivies.
                  Mais aucune d’entre elle n’a jamais été poursuivie et démanteler pour leurs contributions financières envers le trident maléfique ( Communisme-Fascisme-Capitalisme )

                  Toutes les idéologies sont sœur et filles d’une même main, elles ont toutes la même finalité même si elles se chamaillent sur les modalités.

                  Pour les banksters initiés, peu importe la couleur et la manière, Que ça soit avec ou sans nations, que ça soit plutôt tendance progressiste, libéral ou conservateur, que ça soit par adhésion ou par conquête...pourvu que ça les rapproche de l’objectif suprême.

                  Moi personnellement, je ne me fis plus à une quelconque idolâtrie présentablement servie, seulement à ma lucidité et à mon instinct de survie.


                • ddacoudre ddacoudre 10 juillet 20:55

                  @Florian LeBaroudeur

                  Bonjour désoler d’interférer dans une conversation qui ne mettais pas destiné. Si tu ne fais pas un choix tu devra citer les pompes de toutes les dictature. Ce sera le prix de ce que tu trouve être ton moyen de survivre, ta liberté. https://ddacoudrev2.blogspot.com/2019/07/un-defie-d-jeter-10-ooo-ans-de.html?m=1 Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès