• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gaspard Proust ou l’apologie du « politiquement-incorrect » très très (...)

Gaspard Proust ou l’apologie du « politiquement-incorrect » très très correct

          Contrairement à ce qui nous est donné à penser, à propos de ce qu’il est convenu d’appeler « l’humour politiquement-incorrect », Gaspard Proust occupe sans aucun doute la place de l’humoriste le plus correct qui soit  ; provocateur sans profondeur à l’humour transgressif sans suite dans les idées et sans conséquence, petit blanc-bec blasé… très certainement de lui-même au premier chef, revenu de tout, en particulier de là où il ne s’est jamais risqué à mettre les pieds, Gaspard Proust demeure l’humoriste le plus sur-évalué qui soit.

Ne nous y trompons pas : Gaspard Proust ne dit pas tout haut ce que son public pense tout bas ; Gaspard Proust ne pense pas et c’est bien ça qui le rend si bavard. En effet, épater le bourgeois - qu’il est par ailleurs - semble être sa seule ambition ; sans doute cherche-t-il désespérément à se faire peur sans oser vraiment aller la chercher cette peur, la provoquer et lui faire face, bien en face, toutes conséquences assumées car, manifestement, n’est pas Dieudonné qui veut ! 

De plus, l’humour caustique, froid de Gaspard Proust n’est la mauvaise conscience de personne ; bien au contraire, il est la bonne conscience de son public qui sait, qui a compris, que « tout ça, c’est fait pour rire ! » Le pire des jugements sur un humoriste car, même Coluche a fini par comprendre qu’il était temps de se décider à proposer un autre rire ou mieux encore : de ne plus rire du tout.

        La transgression est foncièrement a-politique ; d’où l’erreur à propos d’un soi-disant « politiquement-incorrect » qui concernerait cet humoriste décidément très, trop propre sur lui ; c’est la raison pour laquelle la transgression ne sera jamais subversive ; elle ne crée aucun désordre ; et pour cette raison, elle ne menace aucun ordre. Les médias… aux ordres justement ! la quasi-totalité d’entre eux, d’habitude si prompts à crucifier les artistes qui refusent de se soumettre et d’obéir, surtout s’ils sont issus de la diversité ( comprenez : arabes ou noirs - les exemples ne manquent pas !) ne s’y sont pas trompés : ils l’autorisent à couler des jours paisibles ; ils lui accordent une paix royale ! Rien de surprenant à cela : l’humour transgressif de Gaspard Proust, c’est un humour sans mystère car c’est encore et toujours l’humour de l’ado qui a refusé de grandir - ado issu d’une bonne famille le plus souvent ; c’est aussi l’humour du cancre de la classe qui, pour exister, ou plus simplement…pour se faire remarquer, n’a de cesse de gâcher la sérénité de ceux qui ont compris très tôt ceci : sans travail et sans courage, rien de sérieux, d’important et de durable, ne peut être accompli. 

        En conclusion… même provisoire, risquons ce parallèle : Gaspard Proust est à l’humour subversif ce que son complice… Frédérique Beigbeder est à la littérature (dans ce domaine, on remarquera chez lui une cohérence jusque dans le choix de ses fréquentations mondaines) : une très mauvaise idée ; et puis aussi, une mauvaise nouvelle de plus aux yeux de ceux qui placent le talent et le courage au-dessus de tout ; or, sans talent ni courage rien n’est possible comme on a pu le voir. 

        Tout bien considéré, Gaspart Proust, c’est... prétention littéraire en moins, Desproges (1) une génération plus tard ; autre humoriste sans histoire, à la vie facile entre deux saillies drolatiques ; et là encore, on pourra objecter : « Gaspard Proust ? Vous avez dit Gaspard Proust ? ………… Psst ! Même pas peur ! »

 

1 - Un coup sur la gauche, un coup sur la droite ; un coup sur le populo, un coup sur la bourgeoisie, puis les Juifs… histoire de s’encanailler et de se faire peur. Dans son « en même temps » humoristique sur-écrit et laborieux, Desproges, c’était déjà Macron. 

Ce qui manquait à Desproges, c'est le courage. Or, sans courage et sans sacrifice (carrière, argent, reconnaissance médiatique) rien d'important ne peut être accompli. Coluche dans sa dernière période sera plus près du courage et de la prise de risque ; Dieudonné sautera à pieds joints dedans : prise de risque total.

__________________

Pour prolonger, cliquez : Humour, rire et justice


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Gatling Gatling 24 février 21:48

    Gaspard Proust..... il existe encore ? il n’a toujours pas trouvé de boulot !

    et le fils de Bedos ? Non plus !  smiley  Putain de récession !!


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 09:14
      @Gatling

      Rassurons-nous : Gaspard Proust, ça ne durera pas. Sans doute finira-t-il animateur de télé... le cinéma pourrait être une roue de secours.... Beigbeder lui trouvera toujours un rôle...

    •  Arcane Arcane 25 février 14:59

      @Serge ULESKI

      Ça dure tellement pas qu’il remplit l’Olympia à partir du 11 décembre après le théâtre Antoine  smiley
      M’enfin les gouts et les couleurs ça ne se discute pas. Quand on voit ce que vous écrivez sur Desproges, on comprend que vous avez perdu toute crédibilité.
      Votre papier a eu néanmoins le mérite de me faire rire tellement il est excessif donc insignifiant.
      Allez un peu de pub

      Figaro Magazine – 08/12/17

      Entre deux rafales de formules drôles, cruelles, hilarantes, embarrassantes, il développe une vision du monde aussi noire que son humour.
      Il est le plus cultivé, le plus littéraire et sans doute le plus intelligent de ceux qui font office de divertir.

      Le Parisien – 23/10/17

      Un spectacle toujours plus cynique, toujours plus provoc, au texte ciselé.

      Lire l’article ici.

      Les Inrocks – 18/10/17

      L’humoriste dézingue toujours autant à tout-va.

      Lire l’article en entier ici.

      Le Point – 02/10/2017

      Toujours aussi cruel, original, drôle et efficace.

      Lire l’article ici.

      Europe 1 – 02/10/2017

      Un spectacle aussi drôle que sombre, sans limite, sans tabou ni complexe. On est saisi par tant de justesse et de culot .

      Vous voyez, je ne partage pas ses orientations politiques, pas plus qu’un Desproges mais tous deux font rire et sourire pas mal de gens malgré un côté intellectuel qui n’est peut-être pas accessible à tous, vous en convenez smiley


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 18:29
      @Arcane

      « Les médias… aux ordres justement ! la quasi-totalité d’entre eux, d’habitude si prompts à crucifier les artistes qui refusent de se soumettre et d’obéir, surtout s’ils sont issus de la diversité ( comprenez : arabes ou noirs - les exemples ne manquent pas !) ne s’y sont pas trompés : ils l’autorisent à couler des jours paisibles ; ils lui accordent une paix royale ! »

    • mmbbb 25 février 20:12

      @Serge ULESKI ha bon Debouze n occupe pas les medias Il fut partout Quant a Proust « Il est le plus cultivé, le plus littéraire et sans doute le plus intelligent de ceux qui font office de divertir. » il est vrai que le gars n est pas une buze et il ne sombre pas ha la salope ha la pute ca va


    • keiser keiser 26 février 11:20

      @Serge ULESKI

      C’est déjà fait, ils sont tout les deux dans un film tellement génial que j’en ai oublié le titre.


    • François Vesin François Vesin 26 février 11:47

      @Serge ULESKI
      « ... épater le bourgeois - qu’il est par ailleurs - 

      semble être sa seule ambition. »

      En quittant un poste douillet de spéculateur
      financier au sein d’une banque suisse, G. Proust
      n’a pas vraiment épaté le bourgeois !
      Avant de vouloir faire rire, il avait envisagé la 
      prêtrise mais, de son propre aveux, il n’aimait
      « pas assez les petits garçons »...



    • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 17:39
      @mmbbb

      L’Etat, les médias et les Institutions ne tolèrent que les « collabeurs » ( Malek Bouthi et Jamel Debbouze en tête ou la « nounou noire » des films américains des années 50) : ceux qui feront tout pour faire oublier qu’ils sont aussi arabes et/ou musulmans ou africains ; il est là le vrai racisme de l’Etat, des médias et des institutions : dans la condamnation et l’ostracisme du fils et de la fille des « colonisés » d’hier qui refusent aujourd’hui de se soumettre ; c’est à dire : acceptation des discriminations, acceptation d’un Zemmour présent dans tous les médias, des caricatures insultantes  de Charlie Hebdo qui essentialisent l’Arabe et le Musulman semaine après semaine, d’un Finkielkraut sans retenue sur France Culture, de la caricature permanente de la religion musulmane, de l’absence de débats autour de la question "immigration et colonisation"... etc... la liste est longue ; aussi longue que le mépris qui touche des populations sans voix, et ce dans l’indifférence la plus totale.



    • bob14 bob14 25 février 07:19

      Proust à du talent (ce qui vous agace) alors que Dieudonné est un sale raciste condamné maintes fois par la justice !.. smiley


      • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 09:10
        @bob14

        Oui mais.... Dieudonné a du talent aussi ... non ? 

        Donc la question est ailleurs...

      • bluerage 25 février 07:43

        Allez au moins une fois dans votre vie soyez honête, ce qui vous emmerde chez Gaspard Proust ou chez Pierre Desproges, c’est qu’ils soient ou aient été de droite...

        On a bien compris que vous êtes plutôt fan de Guy Bedos, l’antiraciste de pacotille à l’humour facile du donneur de leçons hypocrite.

        Quant à dire que Desproges n’avait aucun courage, alors là, je vois que vous ne doutez de rien, quand ceux à qui je pense voleront, vous serez chef d’escadrille.


        • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 09:11
          @bluerage

          « On a bien compris que vous êtes plutôt fan de Guy Bedos »

          Etes-vous sûr d’avoir bien compris ?
          J’ai comme un doute là.

        • Jean Roque Jean Roque 25 février 11:36

          S’il était politiquement incorrect il ne serait chez Bolloré, à coté de l’autre bonniche pour services rendus, Garrido.
          Mais ostracisé et au tribunal.


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 11:49
            @Jean Roque
            C’est pas faux !

          • OMAR 25 février 17:56

            Omar9
            .
            @S. Uleski
            .
            J’ai suivi les spectacles de G. Proust, et, sincèrement, je me suis éclaté...
            Bien sûr, ça sentait le Désproges dans tout ce que ce regretté et génial humoriste avait créé, la gestuelle, le mimique, et bien sûr, la dérision du politiquement correcte...
            .
            Du courage ? Desproges en avait jusqu’à se foutre de son cancer qui le rongeait :
            « Plus cancéreux que moi, tumeur  ! »
            http://www.desproges.fr/citations?tag=cancer
            .
            Par contre, malgré son talent, oui, G. Proust manque un chouia de courage.
            Mais ce n’est pas de sa faute : un certain Gayssot est toujours présent dans ses spectacles....


            • mmbbb 25 février 20:13

              @OMAR Desproges s etait foutu de la gueule de BHL il eut aussi cette maxime « Noel au scanner paque au cimetiere »


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 18:31
              « Du courage ? Desproges en avait jusqu’à se foutre de son cancer qui le rongeait :
              « Plus cancéreux que moi, tumeur  ! »
              http://www.desproges.fr/citations?tag=cancer »

              C’est pas du courage c« est racoleur et démago... très impudique.... Desproges hurle à son publiec : »Aimez-moi, je vais mourir !« ...
              Rien de glorieux.


              .

              • Serge ULESKI Serge ULESKI 25 février 18:32

                Le courage, c’est dire la vérité ; Desproges n’a jamais dit la vérité sur quoi que ce soit ni qui que ce soit.... il s’est contenté de contenter tous les publics...


                • goc goc 26 février 10:47

                  Bonjour Serge ULESKI

                  Concernant prou(s)t, vous avez mille fois raisons, la preuve il sévit chez ardisson, ça veut tout dire.

                  pour info : ardisson, c’est dans son émission qu’un prétendu humoriste avait traité de nazis les électeurs de Béziers, parce que ces derniers avaient choisi quelqu’un qui ne lui plaisait pas et au nom d’une prétendue défense de la démocratie, alors que visiblement, il n’en avait même pas un échantillon sur lui (quand on est démocrate, on respecte le choix du peuple)

                  Par contre concernant Desproges, permettez-moi de ne pas être trop d’accord. J’irais même jusqu’à dire, qu’il avait le courage de son époque, car il ne faut pas oublier que de son temps, il était quand même plus facile de rire de tout, la preuve Dieudonné jouait avec Semoun. C’était au temps ou charlie était drôle et pas raciste. C’était au temps ou les guignoles nous faisaient découvrir la World Compagnie, et ou on pouvait avoir un passeport de Groland

                  Bref c’était au temps ou on apprenait l’humour. Dommage qu’on ait tout oublié !


                  • libert_pensée 26 février 13:12

                    @goc
                    Charlie raciste est une affirmation délirante, diffamatoire ! Drôle quand cet hebdomadaire bouffait du curé catholique, raciste quand il bouffe du curé intégriste se réclamant de l’Islam, c’est ça ?
                    Vous avez certainement oublié, j’espère pas toléré, l’assassinat d’une grande partie de la rédaction.


                  • goc goc 26 février 20:15

                    @libert_pensée
                    je vous rappelle les dessins anti-musulmans (sous couvert d’anti-islamisme) allant jusqu’à la représentation volontairement « blasphématoire » d’un symbole religieux fort (le dessin du dieu musulman est interdit par leur religion).
                    Ne pas respecter la « libre-pensée » des autres et surtout leurs croyances fondamentales, c’est de l’intolérance et quand en plus, cette intolérance prend prétexte d’une foi religieuse différente, alors oui on peut parler de racisme.
                    Ce n’est pas moi qui fait de la diffamation, c’est bien charlie avec sa violence facile et unilatérale et son amalgame « musulman=terroriste ».

                    J’attends toujours une « Une » de charlie dessinant un dieu juif qui montre des colons en train de tabasser une vielle femme palestinienne, et qui déclare : « c’est dur d’être aimé par des cons »
                    Ce jour-là je reconnaitrais que ce journal n’est pas raciste (enfin si, par la suite, il n’est pas interdit pour antisémitisme)

                    quand aux morts de charlie, je suis désolé pour leurs familles, mais il y a aussi une part de responsabilité de la part d’un patron de presse sensé protéger ses collaborateurs (le journal avait déjà été la cible de fanatiques), mais préférant pour des raisons mercantiles de tirage (et pour obeir à son patron Val), continuer sa guerre antireligieuse. Il a voulu la guerre, il l’a eut, mais il l’a payé au prix fort !. Et qu(on ne me parle pas de « liberté de la presse ». On voit aujourd’hui à quoi elle sert cette liberté, à nous endormir et à nous préparer à la prochaine guerre à la seule fin de faire plaisir aux ricains. Et ce jeu-là, charlie nous a démontré qu’il est bien dans le même système.


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 20:15
                    @libert_pensée

                     

                    Avec Charlie Hebdo et la complicité des médias, où finit la liberté d’expression, où commence le harcèlement et le lynchage monomaniaque : l’Arabe derrière le Musulman ? A chacun de s’interroger.

                     

                    Toutes les Unes de Charlie Hebdo de ces dernières années qui prennent pour cibles les Musulmans et les Arabes, si elles devaient être transposées auprès de la communauté juive, homosexuelle ou les femmes, toutes auraient été condamnées pour antisémitisme, homophobie et incitation à la haine.

                    Minute, journal d’extrême droite dans les années 70, n’aurait pas fait pire.

                     

                    C’est Philippe Val, un temps leur patron à tous chez Charlie, qui a conduit le virage idéologique de cet hebdo ; virage qui rapprochera l’hebdomadaire d’une idéologie mondialiste, atlantiste, sioniste et islamophobe : un cocktail meurtrier.


                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 20:16
                    @goc

                    Desproges était un illusionniste. 

                  • Mister hyde 26 février 11:30

                    A partir du moment ou le mainstream déclare de quelqu’un qui l’est politiquement incorrect, nous pouvons être sur que ce n’est pas le cas, n’est t’il pas ? : )


                    Comme quand j’ai vu sur bfm, qu’il avait fait un reportage en parlant de la FI comme « les rebelles de la république », bien que j’ai voté pour ce parti, j’ai commencé à me demander si nous n’avions pas affaire à une sorte d’opposition contrôlée, des cadres et dirigeants bien sur , pas des adhérents, et effectivement mélenchon réponds tout à fait à cette accusation de n’être qu’une vulgaire opposition contrôlée, un larbin à élite qui fait semblant d’agir pour le peuple, mais est bien sur silencieux sur plein de choses et remplies de contradictions internes, un peu à la mitterrand je trouve..

                    • Trelawney Trelawney 26 février 12:21

                      Un des tout premier sketchs de Coluche était « l’histoire d’un mec ». celui qui ne comprenait pas la blague mais qui , pour se faire mousser, la sortait à qui voulez l’entendre.

                      - « J’ai vu le couvreur et il m’a parlé de toit »
                      - « De moi ? »
                      - « Non de toit »
                      Et ce type voyant son boss
                      - « J’ai vu le couvreur et il m’a parlé de vous »
                      - « De moi ? »
                      - « Non de vous »
                      L’auteur en est encore là. Il ne peut donc pas trop comprendre les humoristes comme Desproges, Proust voir même Devos ou Ferrari.Pour ne parler que de Proust qui se défini lui même en « Cartésien désabusé ». « je pense donc je suis, mais je m’en fou », toute le teneur de son discourt est là. Lorsqu’il parle de l’éducation nationale et de la théorie du genre, c’est pour se foutre de la gueule de l’éducation nationale, de LGBT et aussi des cathos.
                      La pensée de Proust pourrait se résumer à : « On est tous des abrutis, moi compris, On se dirige tout droit vers la fin de l’humanité et il existe encore des cons pour soit ne pas s’en rendre compte, soit conserver l’espoir qu’on peut encore changer les choses ».

                      On est trés loi de l’abruti syndiqué de Dieudonné qui pense encore que « si on est dans cette situation, c’est la faute à l’autre (pour lui le juif) et qu’il suffit de le dézinguer pour que tout s’arrange ». De plus Dieudonné n’a pas d’humour, parce qu’il pense ce qu’il dit et ne sait même pas mettre de la distance entre sa pensée et ce qu’il dit. 
                      J’entends déjà le gros cons nous dire « Au moins Diendonné est sincère ». Ou avez vous vu que la sincérité était une qualité. L’abruti est sincère dans sa connerie, Le terroriste est sincère dans son engagement à tuer son prochain etc etc.

                      Et comme Proust se veut humoriste, s’il arrive à nous faire rire, il fait bien son métier. Il en faut pour tous les gout

                      Et moi j’aime bien quand Desproges nous dit : « Tous les docteurs sont juifs, sauf peut être Petiot qui lui a démontré scientifiquement que le juif était soluble dans l’acide sulfurique »

                      • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 17:37
                        @Trelawney

                        A chacun son humour et ses humoristes. Vous avez les vôtres, j’ai les miens.

                        Gaspard Proust aurait tort de se gêner. Le sujet de mon billet est le suivant : Contrairement à ce qui nous est donné à penser, à propos de ce qu’il est convenu d’appeler « l’humour politiquement-incorrect », Gaspard Proust occupe sans aucun doute la place de l’humoriste le plus correct qui soit. 

                      • Serge ULESKI Serge ULESKI 27 février 12:22

                        @Serge ULESKI

                        Ce sont les médias que je remets en cause dans ce billet ; ces médias qui voudraient nous faire croire que Proust c’est bien subversif et courageux.

                      • Armelle Armelle 26 février 13:55

                        Bof, encore un papier sans intérêt, comme il en est pondu chaque jour sur ce site. Une critique sans consistance significative, et écrit sans aucun doute par un auteur haineux, à mille lieux du talent de l’individu
                        Quand l’auteur aura autant de lecteurs que Proust lui a de spectateurs, il sera peut être temps de donner une once de crédit à ce genre de papier. Mais pour l’heure...


                        • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 17:34
                          @Armelle

                          Commentaire de groupie ; aucune argumentation. 

                          « Quand l’auteur aura autant de lecteurs que Proust lui a de spectateurs »

                          Le nombre sanctifie. Vous êtes bien de votre époque ! C’est à dire : déjà dépassée.

                          Pour votre info : mon lectorat s’élève à 30 000 - mensuel.


                        • Konyl Konyl 27 février 13:54

                          @Serge ULESKI
                          Mais votre article ne contient aucun argumentaire, vous écrivez à charge parce que vous n’aimez pas cet humoriste, c’est tout. Vous essayez probablement de flirté avec l’âme d’un critique mais pardon, non.

                          De plus vous utilisez le « nous », qui laisse penser que tout le monde est plus ou moins d’accord avec vous. Et bien non, moi GP me fait bien rire, parce que justement il en distribue un peu pour tout le monde, et il tape aussi sur la caricature du gauchot de base qui lit Télérama (que j’aime bien par ailleurs) c’est peut être ça qui vous a vexé en fait.

                          Et alors le summum c’est d’annoncer le volume de votre lectorat.


                        • wasp SEDORRHOIDE 26 février 14:58


                          Vous parlez bien de Gaspart PROUT ?

                          Ou je me trompe ?

                          Ah oui, donc... C’est pas faux !!



                          • eddofr eddofr 26 février 15:48

                            Vous commettez une erreur fondamentale !


                            C’est de partir du principe que l’humour doit être « utile ».

                            Ne confondez pas l’humour en tant qu’activité en soi et l’humour en tant que technique rhétorique.

                            L’humour, en tant que tel, sert uniquement à amuser.
                            Et s’il fait rire, ne serait-ce que son auteur, alors il est aussi utile qu’il a besoin de l’être.

                            La peau de banane sur le trottoir est, en matière d’humour, aussi noble qu’un bon mot visant à ridiculiser un pensée ou un adversaire politique.

                            Gaspard PROUST fait rire. C’est tout ce qu’on lui demande et c’est tout ce qu’il cherche.

                            N’allons pas chercher plus loin.

                            Quand à DESPROGES, je crains que vous n’ayez rien compris au personnage et à son humour.

                            En même temps, ce n’est pas grave, Poust et Desproges se passent très bien de votre adoubement.

                            • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 17:32
                              @eddofr

                              « 

                              Vous commettez une erreur fondamentale !


                              C’est de partir du principe que l’humour doit être « utile ».« 

                              Ce n’est pas une erreur ; c’est simplement mon opinion.

                              Mais alors que l’on ne nous parle pas de » politiquement incorrect" à son sujet puisque Proust ne fait pas de politique. 



                            • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 février 22:05
                              @eddofr

                              A propos de ce qu’est le rire, merci de vous reporter à ce billet : « Humour, rire et justice » http://litteratureetecriture.20minutes-blogs.fr/archive/2014/01/02/humour-rire-et-justice-889147.html


                            • Montdragon Montdragon 27 février 10:00

                              Parmi les jeunes stand uppers c’est le seul avec La Bajon qui me font rire, on a cité plus haut Ferrari qui ne fais rire que les cons, et pourquoi pas Tsamère le merdique.
                              Le meilleur au delà de la stratosphère, sur scène, reste Dieudo, quelques soient ses sketchs.
                              Je vous invite à vous pencher sur ses imitations de profs...
                              Proust a osé, chez Ardisson, qu’il a quitté il y a deux ans pour les retardataires de l’ehpad, un sketch sur le petit Kader qui voulait écrire de droite à gauche...à mourir de rire et très très offline.


                              • Konyl Konyl 27 février 14:03

                                @Montdragon

                                Personnellement j’aime bien Ferrari parce qu’il ne prend pas de pincette sur les religions. Je comprends qu’on puisse ne pas aimer sans souci mais dire « qui ne fait rire que les cons » est une bien belle preuve d’ouverture d’esprit...


                              • Montdragon Montdragon 27 février 18:37

                                @Konyl
                                L’ouverture d’esprit se situe ailleurs, merci.
                                Sinon nous ne sommes rien que des tv-adds.


                              • Konyl Konyl 27 février 21:08

                                @Montdragon
                                Non hélas, l’ouverture d’esprit est bien ici, laisser à l’autre le droit de penser différemment sans l’insulter, vous êtes, vous le confirmez par votre réponse, totalement égocentré, certain d’avoir raison. Bonne nuit Narcisse :)


                              • Agafia Agafia 27 février 19:02

                                Quand on crache sur Desproges et qu’on encense Dieudonné... Bref... 

                                No comment ! C’est préférable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès