• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Geena Rowlands, la muse

Geena Rowlands, la muse

Née en 1930 dans le Wisconsin, Geena Rowlands commenca dès ladolescence à prendre des cours de théatre avant de sinscrire puis detre diplomée de lAmerican Academy of Dramatic Arts à New York en 1952. Puis se lança sur les planches dans de nombreuses adaptations de classiques, dans des oeuvres davant garde, jusqua un spectacle à Broadway, lequel, compte tenu de son succès, fera une tournee nationale et lui permettra de se faire repérer.

Ce qui laidera à intégrer de nombreuses séries TV renommées dans les années 50, dont Alfred Hitchcock présente. Puis de faire partie de la distribution de quelques films.

Mais ce sera la rencontre en 1954 avec John Cassavetes, quelle épousera quelques mois plus tard et avec qui elle vivra jusquà la mort de ce dernier en 1989 qui offrira à celle qui aurait pu devenir une petite actrice hollywoodienne de plus une place de choix dans lhistoire du cinéma.

Passionné, fougueux et cinéphile jusquau bout des ongles, Cassavetes révolutionna lart de la mise en scène du cinéma des Etats Unis et devint comme un pendant américain de Jean-Luc Godard, cest-à-dire une nouvelle vague à lui tout seul. Caméra à lépaule, tournage à la maison avec des acteurs amis – Peter Falk -, cinéma au plus près de la vérité où la caméra capte voire vole les images de scènes parfois improvisées sur le vif et donnant lieu à un sentiment dassister comme malgré soi à une scène ayant lieu chez des gens comme le ferait un voyeur – le cinéma selon Cassavetes propose une manière unique de traduire le réel et les sentiments en les exacerbant avec le moins de manipulation possible. Cassavetes, cest lart de faire le moins de cut possible, de laisser le vif, linattendu, pénétrer la séquence.

Geena tourna donc dix films, dix chefs doeuvre, dans les films et parfois en tant que partenaire de son époux, acteur lui aussi. Elle fut sa muse, son interprète et le diamant de ces films, tous ou presque mythiques. Faces, Une femme sous influence, Opening night, Gloria, Love streams… La force vibratoire et lintensité de son jeu, ce regard profond et puissant, cette voix parfois caressante parfois brusque, ce corps qui se contracte, ce visage qui soudain sillumine ou se déchire – sous la caméra de son homme, Geena donna tout jusquau vertige.

Lhéroine actrice dOpening night, terrassée par le trac et qui vomit davoir trop bu avant que dentrer en scène. Gloria, lex maitresse dun ponte de la mafia, et qui défend telle une lionne un gosse portoricain de six ans dans les rues de NYC et sort un flingue pour tirer à tout va. Cette femme borderline sous influence qui craque dans la rue. Cette soeur qui recréée une arche de Noé à demeure et fait entrer un à un tous les animaux chez elle. Combien de roles et de scènes inoubliables Geena Rolands, une des plus grandes actrices que le cinéma américain ait jamais eues, a t-elle interprété. Jusque chez Woody Allen avec Une autre femme, en 1988, un an avant la mort de Cassavetes.

Le décès prématuré de John ninterrompit pas la carrière de Geena, qui se fit plus discrète mais continua à incarner avec cette classe absolument insensée de magnifiques personnages. Films souvent confidentiels, films dauteur, jamais ou très rarement dans le système, underground. Malgré cela, malgré le peu de recettes, une aura internationale intacte et un respect de tous. Le milieu le sait, elle fait partie des plus grandes, égale de Bette Davis quelle admirait tant.


Moyenne des avis sur cet article :  1.22/5   (18 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès