• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Génie civil : la construction d’immeubles de grande hauteur

Génie civil : la construction d’immeubles de grande hauteur

 

Lundi 24 décembre 2018, trois mille occupants de l'Opal Tower ont dû être évacués après un « fort craquement au niveau 10 et l'apparition d'une fissure de 2 millimètres  » dans cette tour de 38 étages située dans l'ouest de Sydney (Australie). Selon la chaîne de télévision ABC, la tour qui comprend 392 appartements avait été livrée cette année...

JPEG

Le premier « gratte-ciel » apparaît à Chicago après l'incendie de 1871 qui a ravagé une partie de la ville. Le mythique Empire State Bulding construit en 1931 en seulement 18 mois grâce à des éléments standardisés ; hauteur de 387 m (102 étages) rehaussé à 449 m par l'ajout d'une tour de télévision le 1 mai 1951, fut longtemps le plus haut du monde. Il perdra ce titre qu'il récupérera après le destruction du World Trade Center le 11 septembre 2001. La ville de Hong Kong totalise plus de 6.000 gratte-ciels d'une hauteur supérieure à 152 mètres, la Bionic Tower, à Shanghaï (capacité d'accueil de 100.000 personnes, 300 étages et 368 ascenseurs) devrait atteindre mille mètres !

Ces immeubles ont été érigés au XIX° siècle pour répondre aux besoins d'une population sans cesse croissante, d'une activité commerciale et professionnelle en plein essor, compenser la raréfaction des terrains disponibles en centre ville et la répartition du foncier. Les immeubles de grande hauteur peuvent proposer des centaines d'appartements, des bureaux, des commerces sur un terrain de superficie relativement réduite. L'arrivée de l'ascenseur sécurisé (Elisha Otis 1854) et les progrès du BTP sont venus amplifier le phénomène avec des tours toujours de plus en plus hautes faisant d'elles un élément symbolique de puissance et du dynamisme d'une ville.

Avant le 19° siècle, les immeubles ne comptaient qu'une demi-douzaine d'étages, leur poids reposait exclusivement sur d'épais murs porteurs, les planchers/plafonds de grandes portées (cinémas, auditorium, hall, etc.) sur des colonnes en fonte prenant appui sur les murs. Un immeuble en brique d'une soixantaine d'étages devrait avoir une épaisseur (élancement) telle, qu'il ne resterait quasiment plus de place à l'intérieur de ses niveaux inférieurs ! L'apparition des charpentes métalliques et du béton a permis l'édification d'immeubles de grande hauteur ; c'est l'ossature en acier ou en béton qui supporte le poids de la construction, les murs n'ayant qu'un rôle de protection contre les intempéries, leur épaisseur reste identique sur toute la hauteur de la tour. Vers la fin du XIX° siècle, les immeubles à armature d'acier comportent une vingtaine de niveaux et apparait le vocable sky-scraper.

Le choix du projet, de l'architecte et du maitre d'œuvre revêt un aspect important : l'intégration dans l'environnement, l'urbanisme environnant, rationalisation de l'espace intérieur pour la circulation et une rentabilité optimum, les nombreuses règles de sécurité draconiennes et se singulariser sur le plan esthétique. Les ingénieurs calculent la masse de chacune des parties, murs, planchers, piliers, toiture, installations etc., dont l'addition donne le poids mort (charges permanentes) du bâtiment auquel vient s'ajouter le poids vif (charges d'exploitation) couche de neige , nombre d'occupants, machines, végétalisation, et les forces dues au vent. La face exposée au vent peut recevoir une pression frontale de 30 à 100 kg (300 à 1000 N/m2), et la face sous le vent une « aspiration » de 15 à 50 kg/m2.

La répartition des charges et l'assise de l'édifice reposent sur ses fondations. Toute couche de terrain n'est pas nécessairement bonne pour y établir des fondations robustes. La portance du sol est définie par la charge sous laquelle le tassement des matériaux cesse d'augmenter ; l'inégalité du tassement peut entraîner la rupture de la semelle. Lorsqu'il est impossible d'atteindre le bed roc, les constructions reposent sur des pieux ou des profilés métalliques battus dans le sous-sol et qui transmettent les charges de l'ouvrage sur le sol résistant. L'assise peut se trouver à une profondeur d'une centaine de mètres. Autre difficulté, prévenir l'énorme poussée que les bâtiments environnants transmettent aux fondations de la nouvelle construction qui peut comprendre plusieurs niveaux en sous-sol. Une ossature métallique formant un « grillage » est placée dans l'excavation afin de maintenir les parois et contenir l'énorme masse (millions de tonnes) de la tour. Les forces en présence sont énormes. Le creusement des fondations de la Hong Kong & Shanghai Bank, un bâtiment de 47 étages situé à une dizaine de mètres de deux immeubles de 20 étages, entraina un affaissement de treize millimètres de ces deux derniers et leur inclination vers l'excavation malgré les précautions prises !

Les fondations achevées, les colonnes de soutènement de l'édifice formant son ossature sont dressées. Chaque section standardisée d'une longueur d'environ 8 mètres, protégée de la corrosion et du feu (revêtement en fibres de céramique), assemblée à la section suivante, est pourvue de goussets d'assemblage à leurs extrémités et au milieu. Un grutier dirige chaque pièce de charpente afin de permettre aux charpentiers de l'assembler à l'extrémité de la précédente (arbre de Noël). La paire de goussets servira à l'assemblage des membrures horizontales des étages. Le déplacement du chantier va se poursuivre en hauteur avec l'assemblage de pièces dont certaines peuvent peser plusieurs dizaines de tonnes ! Les poutrelles métalliques serviront de coffrage pour le béton des planchers dans lesquels on place des gaines qui permettront le passage des canalisations et des câblages électriques (alimentation électrique, téléphonie, alarmes, etc.). Des panneaux préfabriqués en béton, en verre, maintenus en place par des pièces métalliques constitueront le revêtement extérieur

Le béton (2.5 t/m3) plus léger que l'acier (7.9 t/m3) et moins onéreux, allait permettre la conception de la structure avec un noyau central. Au centre de l'édifice se trouve : les escaliers et les ascenseurs groupés par batteries, chacun étant affecté à la desserte d'un certain nombre d'étages (s'ils tous s'arrêtaient à tous les étages, la course durerait trop longtemps), les gaines techniques, les conduites, etc., qui desservent les locaux disposés tout autour de manière à ce que tous bénéficient de fenêtres. Sur les édifices de très grande hauteur, les fenêtres ne s'ouvrent pas, cela risquerait de nuire au bon fonctionnement de la climatisation. Dans certaines régions, la façade exposée au soleil peut nécessiter la climatisation, tandis que la façade à l'ombre le chauffage ! Les bâtiments de très grande hauteur ne possèdent pas de noyau central, le béton armé manque d'« élasticité » (se reporter à l'article sur les ponts) et ne permet pas à la structure d'absorber les vibrations sismiques.

Le japon qui érige des bâtiments parasismiques depuis bientôt six décennies, a acquis une expertise internationale. La tour Roppongi Hills haute de 250 mètres située à 480 kilomètres de l'épicentre du séisme de magnitude 9 qui a touché le Japon et la centrale de Fukushima le 11 mars 2011 (18.000 morts et disparus), n'a subi que peu de dégâts. Le bâtiment monté sur des vérins à huile couplés à des amortisseurs en silicone (isolateurs parasismiques) a été étudié pour se fissurer afin de libérer l'énergie sans effondrement.

Les prochains défis du génie civil ? des villes souterraines, villages sous-marins et villes flottantes.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Raymond75 4 avril 18:36

    Très intéressant, merci.

    Est il vrai que les immeubles de très grande hauteur subissent une torsion du fait de la rotation de la Terre ?


    • sophie 4 avril 18:41

      @Raymond75
      évidement


    • Paul Leleu 5 avril 03:08

      @sophie

      c’est fou !


    • Raymond75 7 avril 08:10

      @Raymond75

      J’aurai souhaité une explication un peu technique de la part de l’auteur ...


    • Jeekes Jeekes 4 avril 18:39

      ’’et les progrès du BTP’’

       

      Hé ! Ho ! Faudrait pas exagérer quand même.

       

      Quand on voit qu’un simple feu de corbeille à papier arrive à faire s’effondrer sur lui-même le WTC7 de 47 étages ’’seulement’’ on se pose des questions sur les compétences du BTP amère-loque !

       


      • Duke77 Duke77 4 avril 23:15

        @Jeekes Je plussoie car comment faire part de sa passion pour les gratte-ciels, qui implique de s’être informé un peu plus que les autres qui pourtant défendent la thèse officiel, sans en profiter pour appuyer en tant qu’expert, ou du moins amateur confirmé, qu’un building ne peut s’éffondrer dans les circonstances décrites le 11/09/2001 sans que ce soit contrôlé ?...


      • Eric F Eric F 5 avril 13:49

        @Jeekes
        Il faut lire l’ensemble de l’article, notamment ce passage « ...l’énorme poussée que les bâtiments environnants transmettent aux fondations... »
        Il peut donc y avoir des répercussions d’ébranlements de la chute d’un immeuble sur des immeubles voisins en fonction de la structure du sous-sol, à quoi s’ajoutent le chocs de débris et des incendies multiples dans la cadre des tours new yorkaises. Espérons en effet que les nouvelles constructions tiennent compte de l’expérience acquise.


      • machin 5 avril 01:55

        J’ai appris plein de trucs...

        merci beaucoup...

        Même si je trouve complétement débile et infantile cette course à l’altitude.


        • Fergus Fergus 5 avril 13:02

          Bonjour, machin

          « je trouve complétement débile et infantile cette course à l’altitude »

          On peut aimer ou pas les IGH, mais le fait est qu’ils sont la seule véritable solution pour faire face aux besoins de logements dans des villes en pleine expansion du fait de l’accroissement de la population.

          Le temps de l’expansionnisme sans limite des lotissements de maisons individuelles est en effet quasiment terminé, eu égard notamment aux contraintes écologiques de plus en plus prégnantes : fin de la destruction des sols boisés ou cultivés et, en même temps, mutualisation dans l’habitat collectif de différents types de ressources énergétiques, sans compter la limitation de la longueur des déplacements dans l’univers urbain.


        • Nycolas 5 avril 13:24

          @Fergus

          Ceci est la plus parfaite des idées reçues. Les tours se justifient surtout pour centraliser les bureaux, mais dans le domaine de l’habitation, et sauf dans le cas d’une tour isolée, la place gagnée est quantité négligeable par rapport à ce qu’on pourrait faire avec des agencements plus astucieux qui, en sus, permettraient aussi plus d’espaces verts et des habitations plus agréables à vivre... J’ai étudié ça il y a pas mal d’années quand je m’intéressais aux questions d’urbanisme de part ma formation de l’époque dans le domaine de l’environnement et du patrimoine, aussi j’ai du mal à retrouver des sources, mais je suis sûr de ce que je dis. Sauf que depuis plusieurs décennies, l’audace n’est pas le fort des pouvoirs publics et on forme davantage d’architectes conventionnels, sous couvert d’une formation au design (je suis bien placé pour le savoir, j’ai habité plus de 20 ans dans « la ville du design », juste à côté de l’école d’architecture et il était difficile d’ignorer ce microcosme) qui continueront la construction de blocs hideux en y ajoutant un design pathétique qui envahit désormais cette même ville année après année.

          La laideur justifie la « fonctionnalité » qui nie totalement les aspects d’environnement urbain, qui jouent un rôle dans le moral des populations humaines contraintes de vivre dans une hideur grandissante que l’on ne justifie qu’avec la paresse intellectuelle habituelle. Dictature des normes et de la fonctionnalité nous préparent des villes invivables.


        • McGurk McGurk 5 avril 13:24

          @Fergus

          Je ne suis pas d’accord.

          J’ai visité pas mal de coins en difficulté en France où un expansion urbaine est parfaitement possible (souhaitable même), sans pour autant détruire l’identité des lieux ou même la campagne.

          Il suffirait d’en finir avec cette politique économique grotesque consistant à concentrer le pouvoir économique au même endroit (grosso-modo Paris, Lyon, Marseille). Cela permettrait une renaissance (du moins partielle pour les moins optimistes) de pans entiers de régions où le patrimoine (matériel ou non) est en voie de disparition.

          Sans parler de la survie-même de petites communes qui ne demanderait qu’une meilleure répartition de la population et des richesses pour continuer à exister.


        • Eric F Eric F 5 avril 13:59

          @Fergus
          Des immeubles d’habitation d’une vingtaine d’étages sont peut-être nécessaires en périphérie des métropoles pour éviter d’étaler les banlieues sur des centaines de kilomètres, mais les tours de plus de 100 étages relèvent d’une course effrénée relevant d’opérations de prestige, à qui aura la plus haute, comme jadis les monarques voulaient le plus grand palais. C’est aussi un indicateur comme quoi l’Asie a désormais la suprématie.


        • Eric F Eric F 5 avril 14:05

          je viens de vérifier, aucun édifice européen parmi les 200 plus hauts immeubles du monde, le plus haut en projet en Europe se trouve en ...Pologne, haut d’un peu plus de 300m https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_plus_hauts_gratte-ciels_du_monde


        • Fergus Fergus 5 avril 15:14

          Bonjour, Eric F

          « les tours de plus de 100 étages relèvent d’une course effrénée relevant d’opérations de prestige »

          Je suis d’accord, et c’est pourquoi j’ai mentionné dans ce fil des IGH, autrement dit des tours de 15 à 30 étages.


        • Fergus Fergus 5 avril 15:25

          Bonjour, Nycolas

          « la place gagnée est quantité négligeable par rapport à ce qu’on pourrait faire avec des agencements plus astucieux »

          J’ai habité dans l’une des trois tours dites « égyptiennes » de Paris 13e. Au total : plus de 2500 habitants là où des maisons individuelles n’en logeraient que 200 sur la même emprise !

          Quels « agencements plus astucieux » pourraient permettre la même concentration sur un espace équivalent ?

          J’ajoute que tous les immeubles de grande hauteur ne sont pas voués à la laideur !


        • Citoyen de base 5 avril 22:02

          @Fergus

          Je suis étonné que vous qui êtes si cultivé puissiez énoncer une telle contre-vérité. Ce n’est peut-être pas assez connu mais c’est bien l’habitat haussmannien qui fait de Paris une des villes les plus denses au MONDE avec 25 000 habitants au km2.
          Une tour génère beaucoup de vide autour d’elle et ne permet une telle densité.
          De toutes façons il y a des limites à la croissance et je ne crois pas qu’aucun parisien n’ait envie que sa ville se densifie encore un tant soit peu.
          Et le 54e étage en panne d’ascenseur, je vous le laisse.  smiley
          J’ai habité une tour il fut un temps et je n’en garde pas un souvenir si fantastique ; je crois qu’on est fait pour vivre près de la terre.  smiley


        • mmbbb 6 avril 09:14

          @Nycolas «  l’audace n’est pas le fort des pouvoirs publics et on forme davantage d’architectes conventionnels,  » Le quartier de la Part Dieu est en complète rénovation notamment la gare Celle ci n a pas surcevu plus de 30 ans tant le vieillissement l a rattrapee Quant au nouveau projet , en l occurence l interieur de cette gare , les architectes ont pondu un projet qui ne retiendra pas l attention des passagers Je suis alle faire un stage a Noisy le Grand , ville moderne et recente , c est sans ame  J acquiesce 


        • mmbbb 6 avril 09:24

          @Fergus En Chine les autorites construisent ex nihilo des villes . C ’est fonctionnel , mais il faut être Chinois pour habiter ces immeubles . Quant a la mutualisation , ( garage , buanderie , jardins atelier etc ) nous sommes en France, donc ces lieux communs sont saccages ou le seraient .En Allemagne cela se fait mais les allemands ont un certain civisme qui permet une vie collective . C ’est la différence . J ai assez connu cette mixite , et j observe Pres d Auchan a Caluire , un effort de la par des offices d HLM Immeuble en ilot et parking . Le parking est un depotoir 


        • Fergus Fergus 6 avril 09:35

          Bonjour, Citoyen de base

          Je n’ai jamais opposé l’habitat haussmannien aux tours, mais les IGH à l’habitat individuel dispersé !

          « le 54e étage en panne d’ascenseur »
          A ce détail près que, plus une tour est haute, plus les ascenseurs fonctionnent de manière individuelle en termes de source d’énergie afin d’éviter tout blocage total. 

          « J’ai habité une tour il fut un temps et je n’en garde pas un souvenir si fantastique »
          Personnellement, je n’en garde pas un mauvais souvenir, d’autant plus que les appartements étaient très bien isolés les uns des autres au plan phonique.

          « je crois qu’on est fait pour vivre près de la terre »
          C’est ce que je ressens également, et cela d’autant plus que je suis d’origine paysanne, avec plusieurs de mes cousins encore en activité en Auvergne. Mais force est de reconnaître que les écolos n’ont pas tort lorsqu’ils soutiennent l’urbanisme vertical.


        • Croa Croa 6 avril 09:57

          À Fergus,
          Je ne suis pas d’accord. La solution du gratte-ciel c’est trop ! L’alternative à l’étalement (la maison individuelle) c’est bien l’immeuble, mais l’immeuble raisonnable dans lequel l’usage de l’escalier est encore possible (en plus de celui de l’ascenseur, certes.)


        • Croa Croa 6 avril 10:13

          À McGurk,
          L’expansion urbaine est une catastrophe. Ce, pas seulement à cause de la maison individuelle mais aussi à cause de celles des zones d’activités et commerciales ayant tendance à l’étalement elles aussi. Les « coins en difficultés » résulte de mauvaises politiques économiques, pas de contraintes réglementaires. D’ailleurs cela détruit plus d’activités que ça n’en crée, notamment dans les centre-villes qui, eux, tendent à se vider.


        • Croa Croa 6 avril 10:23

          À Citoyen de base,
          Oui l’habitat haussmanien est un bon compromis cependant aux XXIe siècle je pense qu’on laisserait un peu plus de place aux jardins publics et terrains de jeux quitte à faire des immeubles un peu plus hauts (mais tout de même pas des grattes-ciels !)
          Au XIXe on se préoccupait peu de nature et de qualité de vie. Il y a bien quelques jardins dans Paris intra-muros mais vraiment trop peux !


        • acab2 5 avril 02:35

          Ils savent faire tout cela,

          Et, ils vont re re re re re re re re re re défoncer et refaire la route pour changer un tuyau, au lieu d’aménager une tranchée couverte.

          Chaque fois qu’on vois du moyen-age, ce n’est pas par ce qu’il sont incompétents, ou que les normes sont mauvaises.

          C’est par ce qu’il sont corrompus. Presque tout le btp, disons, l’immense part du premier et du second oeuvre, est inventée, fictive, immaginaire.

          Vous le savez. C’est juste dur a admettre par ce que c’est tellement gros que ca vous envoie dans le tobogan. Et oui, plusieurs autres marchés aussi.

          Le marché du travail est une fiction. Un parc d’attraction. Et oui, vous avez passé toute ces années, a être cons. Bienvenu dans la réalité.

          Les idots allez picorer plus loin.


          • Croa Croa 6 avril 10:38

            À acab2,
            À Paris ils défoncent rarement les rues car les réseaux sont dans des tunnels (communs à divers usages.) Dans nos villes moyennes c’est le chantier permanent ce qui est une véritable plaie !
            *
            Savez-vous à quoi on reconnaît que la ville est gérée par des édiles corrompus ?
            — Au goudron entre les pavés !
            (Dans les villes bien gérées les entreprises font gaffe à bien remettre la rue comme ils l’ont trouvée. Dans les autres non parce que les boîtes y font la loi. Les pavés ça se revend au bon coin à 90€/m2.)


          • julius 1ER 5 avril 09:06

             ! Les bâtiments de très grande hauteur ne possèdent pas de noyau central, le béton armé manque d’« élasticité » (se reporter à l’article sur les ponts) et ne permet pas à la structure d’absorber les vibrations sismiques.

            @l ’auteur, 

            si c’est le cas ...par quoi est remplacé ce « fameux » noyau central ????

            toujours intéressant de comprendre comment fonctionne toute cette ingénierie !!!


            • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 avril 16:05

              @julius 1ER

              Il faut pourtant qu’il y ait un noyau central en acier, seul moyen d’éviter que la partie supérieure de l’immeuble soit sectionné comme un vulgaire speculoos par grand vent (ou suite à un séisme). C’est ça, le béton : résiste bien à l’écrasement mais pas à la torsion ou au cisaillement (il casse net et sans préavis).

              C’est l’acier qui plie (déformation élastique) pour revenir ensuite à sa position initiale. Si la contrainte est trop forte, il pliera mais ne reviendra plus en position (déformation plastique). 


            • Attila Attila 6 avril 06:04

              @Philippe Huysmans
              « C’est ça, le béton : résiste bien à l’écrasement mais pas à la torsion ou au cisaillement »
              Et encore moins à la traction. Les ferrailles du béton sont placées là où se trouvent les contraintes de traction.

              .


            • zygzornifle zygzornifle 5 avril 11:04

              Plus les gens sont pauvres plus les immeubles sont hauts .....


              • Trelawney Trelawney 5 avril 11:16

                @zygzornifle
                et plus les voiture sont rapides


              • zygzornifle zygzornifle 5 avril 12:23

                @Trelawney
                 et plus il y a de radars ....


              • Fergus Fergus 5 avril 13:09

                Bonjour, zygzornifle

                Ce n’est pas exact ; il existe sur la planète de très nombreux immeubles de grande hauteur destinés aux personnes très aisées, voire aux riches ! C’est notamment vrai à Hong Kong et Singapour, où les surfaces foncières disponibles sont très peu nombreuses, mais également dans les émirats.


              • Surya Surya 5 avril 14:12

                Bonjour Fergus,

                Tout à fait, et ce sera notamment le cas des tours Hermitage à La Défense, si toutefois elles finissent par être construites (j’espère que non, mais je n’ose malgré tout plus croire à la possibilité de stopper ce projet), depuis le temps que la saga dure...

                Ces tours abriteront un grand nombre d’appartements de luxe, mais aussi une résidence étudiante et je suppose qu’il faudra caresser ses gestionnaires dans le sens du poil pour y obtenir une chambre...

                D’habitude je suis la première à m’extasier sur des beautés architecturales comme celles là (car ces tours seront belles, c’est vrai) mais là, il a fallu d’une part expulser des Damiers (construits en 76) des gens parfois modestes et qui parfois y vivaient depuis des décennies je crois, et y avaient tous leurs souvenirs. Toute leur vie était dans ces beaux immeubles (qui certes avaient besoin d’un bon coup de peinture). Dégagez de là qu’on s’y mette...

                Je n’ai jamais vécu aux Damiers donc je ne parle pas en connaissance de cause, mais j’imagine très bien l’effet que ça a dû faire de devoir partir, l’arrachement que ça a dû être. 

                Pour ma part, je regretterai la vue de ces deux beaux immeubles à l’architecture tellement typique de leur époque (il restera tout de même les autres Damiers, tous les immeubles de ce groupe ne seront pas détruits) quand on arrive à La Def par la ligne 1 du métro parisien. Voir ces deux monstres que seront l’Hermitage risque d’être franchement choquant. 

                Et d’autre part, donc, bien que je reconnaisse que ces deux tours seront très belles, elles ne s’intègreront tout simplement pas à leur environnement. Jugez vous même :

                https://www.france24.com/fr/20180731-france-paris-courbevoie-tours-hermitage-defense-russie-hauteur-architecture

                Elles sont trop hautes, elles écrasent complètement la perspective, elles cachent même la belle tour First, bref, ça ne va pas du tout ce truc.

                Quand je pense que dans le passé ça a été tout un foin pour construire La Défense, il ne fallait pas que les tours soient plus hautes que ceci cela, les Parisiens étaient scandalisés par le projet... Même la Grande Arche a fait polémique. 

                Et là, on se demande pourquoi, la construction de ces deux magnifiques horreurs qui vont écraser tout le reste passe comme une lettre à la poste !! Enfin, pas vraiment, mais en tout cas la population parisienne n’a pas l’air de s’émouvoir de ça.

                Il n’y aurait pas une personnalité politique qui aurait le courage d’arrêter ce projet ? (Vladimir s’en remettra...)


              • Fergus Fergus 5 avril 15:36

                Bonjour, Surya

                Une de mes ex-collègues vivait aux Damiers et en était très satisfaite, d’autant plus qu’elle disposait de l’un des nombreux appartements disposant d’une terrasse. J’imagine, si elle y vit encore  elle est retraitée  et qu’elle réside dans l’un des bâtiments préservés qu’elle doit être effrayée par la possible émergence des tours de l’Hermitage, effectivement trop hautes et trop écrasantes pour leur environnement.

                Même un ensemble de grande hauteur doit être pensé de manière à créer une harmonie !


              • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 avril 16:07

                @zygzornifle

                Bon disons que ce sont des immeubles bâtis (et loués) par des ultra-riches à des ultra-pauvres. C’était déjà comme ça à Rome.

                On a fait beaucoup de progrès depuis : plus de 200 mètres...


              • Surya Surya 5 avril 17:32

                @Fergus

                Fergus, l’harmonie tout le monde s’en fiche de nos jours, surtout quand il y a du fric à se faire.

                Ce qui m’énerve vraiment, c’est que la population du Grand Paris (Paris intra muros, Courbevoie, Puteaux etc) ne réagit absolument pas, en tout cas je n’ai pas eu beaucoup d’échos, et quand les tours seronbt construites, défigurant atrocement l’entrée de La Défense, et et qu’ils comprendront qu’elles sont en plus réservées aux plus fortunés (qui bien entendu n’auront pas la moindre petite pensée compatissante pour tous les anciens résidents des Damiers, parfois des retraités, qui auront été expulsés manu militari de leurs logements pour que Leurs Divines Majestés viennent prendre leur place -j’ai lu des articles en 2011 qui disaient que certains résidents de longue date avaient sombré dans le désespoir...) ils vont tous geindre parce que c’est moche et écrasant, et qu’on aurait jamais dû laisser construire ces trucs là. 

                Mais tant que ce n’est pas encore fait, ils restent apathiques.

                Je ne sais pas si cela pourrait être du ressort d’un président de la République, mais si seulement Emmanuel Macron pouvait prendre la décision d’arrêter le projet ! Ca doit bien être possible, parce que si de son temps François Mitterrand n’avait pas voulu d’un projet, il n’aurait jamais dépassé le stade de la planche à dessin.


              • Croa Croa 6 avril 10:45

                À Fergus,
                C’est parce que les riches ont plusieurs résidences. Au moins deux, l’appartement parisien et la maison de campagne.


              • Trelawney Trelawney 5 avril 11:22

                L’apparition des charpentes métalliques et du béton a permis l’édification d’immeubles de grande hauteur 

                Pas seulement. L’ingéniosité des architectes a fait qu’en 1365, un simple appareillage de pierres de tailles judicieusement positionnées s’est transformé en tour la plus haute du monde (142 mètres) qui n’a été détrônée que par la tour Eiffel plus de 500 ans après.

                A votre avis de quel monument je parle ?


                • Fergus Fergus 5 avril 13:22

                  Bonjour, Trelawney

                  Sauf erreur de ma part, il s’agit de la flèche de la cathédrale de Strasbourg. Facile à mémoriser : il s’agit d’un anagramme chiffré (si je puis dire) du jeu 421  !  smiley 


                • Croa Croa 6 avril 10:55

                  À Trelawney,
                  Oui la cathédrales du Moyen-âge ont été de sacré prouesses techniques. Les italiens ont aussi construit des tours en pierres étonnamment hautes et qui tiennent... Quoique à Pise ce soit un peu par l’amour du Saint-Esprit. smiley 


                • McGurk McGurk 5 avril 12:28

                  Il faut préciser que l’invention des gratte-ciels a sauvé la ville de New York et permis sa croissance. Avant, c’était une petite ville où les gens pataugeaient littéralement dans leur merde l’espérance de vie était, en conséquence, très faible à cause des maladies qui y sont liées. La combinaison de mesures drastiques d’hygiène et de la technologie (grands immeubles, tout à l’égout, etc.) a été salvateur.

                  Il y a beaucoup de grandes villes qui sont construites sur des terrains « impropres » : Berlin, Chicago, Saint Pétersbourgeoise, Pékin et sa périphérie...même Rome a été construite sur des terrains marécageux.

                  Le vrai « défi » serait plutôt des constructions 100% bio et renouvelables qui puissent respecter l’environnement. Bonne chance pour les inventer...


                  • Eric F Eric F 5 avril 14:08

                    @McGurk
                    construction 100% bio ?


                  • McGurk McGurk 5 avril 14:21

                    @Eric F

                    Des bâtiments construits totalement avec des matériaux renouvelables.


                  • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 avril 15:53

                    @McGurk

                    MMh, les gratte-ciel ne sont pourtant pas contemporains de l’invention des réseaux d’égoûts, et des voieries, dont certaines parties datant de l’époque romaine sont toujours en usage aujourd’hui (citernes et égoûts).

                    Nan, c’est juste que c’étaient des bouseux, et qu’ils n’avaient pas la moindre intention de rendre la ville salubre avant que cela ne vire littéralement à la catastrophe sanitaire.


                  • McGurk McGurk 5 avril 16:08

                    @Philippe Huysmans

                    Cette invention des égouts est certes ancienne mais je parlais surtout dans ce cas d’installations modernes qui ont sauvé la ville.

                    Elle était composée d’une majorité de gens pauvres et ce n’est certainement pas une « question d’intention », chacun veut le meilleur et si ils avaient pu l’obtenir ils l’auraient sans doute fait. Chaque époque a ses problèmes et ses catastrophes selon le « rang » auquel on appartient.

                    Je vous rappelle qu’avant, même sous Louis XVI, les villes de France ressemblaient plutôt à une décharge publique qu’à des villes proprement dites. Les gens jetaient les déjections par la fenêtre, on balançait les restes par terre lors des repas, les paysans (soit 99% de la population) se lavaient deux fois par an faute de moyens (et aussi à cause de la rumeur persistante que l’eau était la source des maladies).


                  • Fergus Fergus 6 avril 09:43

                    Bonjour, McGurk

                    A toutes fins utiles :
                    Le bonheur d’être parisien avant les égouts (octobre 2018).


                  • Croa Croa 6 avril 11:01

                    À McGurk,
                    En bois par exemple ?


                  • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 5 avril 15:50

                    Euh, c’est quoi ces fables sur l’Empire State qui « redevient » la plus haute tour du monde après le 11 septembre ?

                    En 1974 déjà, le WTC n’était plus la plus haute tour des USA...

                    Bref, la précision n’est pas au rendez-vous, la vérification non plus.


                    • Gloubi 5 avril 18:16

                      @Philippe Huysmans
                      Oui en 2001 il me semble que c’étaient les tours Petronas à Kuala Lumpur les plus hautes du monde.


                    • Kapimo Kapimo 5 avril 18:09

                      Les immeubles de grande hauteur sont devenus, dans le contexte de la course à la mondialisation menée par des esprits étriqués, un moyen pour montrer qu’on a la plus grosse. Ca reste mieux que faire la guerre.

                      Au moins avec la tour Eiffel, il y avait une véritable élégance et la pureté du geste, de surcroit sans intention de profit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès