• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Génies, marketing et carabistouilles

Génies, marketing et carabistouilles

Florilège des prévisions des grands esprits de leur époque :

« Le cinéma parlant est une invention intéressante mais je doute qu'il reste à la mode bien longtemps. » Louis Lumière 1929

« Il n'y a pas la moindre possibilité que nous puissions utiliser un jour l'énergie nucléaire. » Albert Einstein 1932

« La télévision ne tiendra pas plus de six mois, les gens en auront vite assez de regarder tous les soirs une boîte en contreplaqué. » Darryl Zanuck 1946

« L'idée d'un outil de communication dans la poche de chacun est une chimère. » Andy Grove, cofondateur et PDG d'Intel 1982

« On est sûrs que d'ici 30 ans, les îles Kiribati auront été englouties par la montée du niveau des océans. » Le GIEC 1990

 

La culture de la consommation façonne notre mode de vie à coup d'innovations en rafales. Parce qu'il faut créer en permanence de nouveaux besoins, de nouvelles addictions. Pourtant les bides spectaculaires ne manquent pas en dépit des analyses péremptoires du marketing et du matraquage écrasant de la publicité. Le phénomène n'est pas récent. Parfois des inventions passent inaperçues et leurs fabricants sont poussés à la ruine, parce que ce n'était pas le moment... Et puis bien plus tard elles sont redécouvertes.

 

Le fax de Napoléon III

Appelé alors pantélégraphe, cet appareil a été inventé par l'italien Giovani Caselli. Comme son nom l'indique l'appareil utilise les lignes télégraphiques à défaut de lignes téléphoniques. À part ça, il a tout d'un grand : analyse de l'envoi par balayage alternatif, transmission de texte ou de dessins par impulsions électriques, réception sur papier spécial électrosensible. La machine fonctionnera en France de 1863 à 1869. La société qui en commercialise l'usage cessera ses activités faute de clients. Pour l'Académie des Sciences (qui démontrera scientifiquement l'impossibilité de diriger le vol d'engins plus lourds que l'air) le pantélégraphe est à ranger au musée des curiosités inutiles.

On peut continuer avec l'avion à réaction. L'histoire crédite les nazis de cette invention avec le messerschmitt ME 262 en 1942. On a oublié le stratoréacteur du Français René Lorin en 1913, idée piquée par l'Anglais Frank Whittle qui dépose un brevet en 1930. Jusqu'au milieu de WW2, les généraux alliés tiennent cette nouvelle technologie pour hasardeuse, mettant en doute les descriptions des appareils ennemis faites par des pilotes de la RAF.

Le lave-linge qui peut aussi faire lave-vaisselle moyennant un kit d'adaptation (!) est proposé à la Commission des Inventions en 1925 sous le nom de moto-laveur par l'ingénieur français Jules-Louis Breton. On le prend pour un original aux idées farfelues, d'autant que cette même année, il présente aussi un modèle révolutionnaire de char d'assaut rapide et maniable. Seul un certain capitaine De Gaulle s'y intéresse, ce qui lui vaudra les foudres de ses supérieurs à l'école de guerre. Comment peut-il croire qu'on peut gagner une bataille avec une offensive de chars ?

Parmi les grands méconnus, il y a aussi le téléphone portatif destiné à prolonger par ondes radio le réseau téléphonique, mis au point par le Français Gassmann en 1938. « Un objet destiné au concours Lépine » titre le plus grand journal de l'époque. Mais ne jetons pas la pierre au manque de perspicacité du reporter. Au début des années 1980, AT&T le principal opérateur téléphonique américain demanda au cabinet Mc Kinsey, fameux consultant en matière d'évaluation stratégique, si le téléphone portable avait un avenir aux USA. Réponse des crânes d'œuf payés à prix d'or : « 900.000 personnes au maximum auront un portable en l'an 2000. Sortez de ce marché de niche. » Un bon conseil qui fit perdre des milliards de dollars à AT&T puisque plus de 100 millions de personnes avaient un mobile aux USA en 1999, et ce chiffre n'a fait que croître depuis.

 

L'informatique ça sert à quoi ?

Pour ce qui est du micro ordinateur l'histoire a retenu pour pionnier l'Apple II sorti en 1977. Sa puissance est limitée mais il associe un clavier, un écran, une unité de calcul arithmétique et logique, un système de mémoire et des interfaces pour périphériques. Surtout il est autonome, à la différence des terminaux écran-clavier commercialisés depuis 1971. « Ces machines n'ont aucun avenir » sera la conclusion d'une étude interne d'IBM, qui attendra 4 ans avant de changer d'avis.

De son côté, la souris d'ordinateur, conçue par Douglas Engelbart en 1973, est tenue alors pour un gadget amusant (sic) On peut excuser ce déficit de clairvoyance à une époque où l'on devait pianoter toutes les requêtes sur un écran monochrome et où la souris ne servait que pour accéder à la ligne où ajouter ou corriger du code.

Le visiophone, objet culte des séries de SF, a été finalisé en France en 1970 par le CNET. Il a connu divers déboires dans ses tentatives de commercialisation jusqu'en 1998. Abandonné parce qu'on n'y croyait plus, Skype l'a rendu obsolète.

On peut poursuivre avec Internet : le web qui s'appelle alors Arpanet fonctionne de façon artisanale dès 1969. Mais seuls des universitaires et des militaires voient l'intérêt d'utiliser un réseau multipolaire sans centre névralgique, doté de passerelles interactives et de voies de contournement. En 1971 Ray Tomlinson invente l'email pour permettre à des ordinateurs distants de communiquer entre eux. Pour séparer le nom de la personne de celui du serveur, il exhume un symbole utilisé en comptabilité médiévale : l'arobase. Il faudra attendre près de 20 ans avant que les utilisateurs du web saisissent l'intérêt de l'email.

En 1989 les principaux protocoles d'unification du WWW sont fixés : HTML, URL, HTTP. Universels, on les utilise encore aujourd'hui. « C'est un dispositif trop compliqué réservé aux ingénieurs » dira en 1990 un ministre français (énarque of course) ajoutant : « Nous garderons le Minitel, c'est le système d'avenir que le monde entier nous envie ! »

Et qui se souvient qu'en 1995 Bill Gates n'avait pas jugé utile d'adjoindre un navigateur à sa mouture historique de Windows ? Il ne croyait pas à l'avenir d'Internet. Tout simplement.

Quant au minidisc qui anticipait les CD et DVD il aurait pu remplacer les disquettes.

Inventé en 1986, affecté à des lecteurs de musique, il intéressa les Japonais mais n'eut guère eu de succès en Occident, concurrencé par les K7 puis le MP3 plus populaires et bien moins chers. Handicapé de surcroît par un logiciel propriétaire fermé, au moment où les outils de traitement et de stockage de données s'ouvaient à l'interactivité. Sony ne communique pas sur ce sujet mais on dit que la firme, après s'être obstinée pendant 15 ans, aurait tout juste réussi un retour sur investissement de ses budgets de recherche, de mise au point et de publicité.

 

En voiture Messieurs Dames !

La Dodge « La Femme » (en français !) arrive sur le marché en 1955 à grand renfort de publicité. Voiture de luxe innovante, elle anticipe les exigences de sécurité passive que Ralph Nader imposera plus tard : structure déformable en cas de choc, vitres de sécurité, freins puissants avec une ébauche de système anti-blocage. Sa fabrication sera arrêtée au bout d'un an faute d'acheteurs. Ce véhicule haut de gamme de couleur rose pastel a le mauvais goût d'être lancé au moment où le féminisme prend de l'ampleur aux USA. Autant dire que furent considérés comme une provocation incongrue des accessoires standard tels qu'un poudrier rose, un porte rouge à lèvres, un parapluie rose, une pélerine rose, un sac à main rose, un briquet en vinyle rose... Cette voiture ne répondait pas aux attentes des femmes mais à l'image que les hommes s'en faisaient... Mais ne pouvaient acheter eux mêmes sous peine de passer pour des efféminés.

Le Cessna 172 est l'avion de tourisme le plus vendu au monde depuis 1955. Facile à piloter, disposant d'un moteur Lycoming increvable, son seuil de décrochage à 48 kts full flaps et son aptitude à planer pardonnent bien des erreurs. C'est la 2 CV du ciel. Pourtant, malgré un succès ininterrompu pendant 30 ans, l'avionneur ferme sa chaîne de production en 1986 pour valoriser de nouveaux modèles. Les acheteurs ne se laissent pas convaincre, les ventes chutent et la production du 172 est reprise en 1996. Bon réflexe bien que tardif. La firme gagne à nouveau beaucoup d'argent avec cet avion démodé toujours au catalogue (proposant des options d'avionique avancée) vendu à 44.000 exemplaires dans le monde dont la moitié aux USA.

Dans le même genre de produits lancés en méconnaissance des goûts et attentes des futurs utilisateurs, les petits pots Gerber pour adultes en 1974. Ce leader des nourritures prêtes à l'emploi pour les bébés et enfants en bas âge décide d'élargir son cœur de cible. Désormais les adultes célibataires, divorcés ou veufs l'intéressent. Les vieux un peu gateux aussi probablement. Utilisant la même approche qu'avec ses clients du premier âge, la société lance des pots d'une portion, adaptés aux goûts présumés des adultes qui leur trouvent des saveurs bizarres, et se ramasse une gamelle magistrale. Les personnes seules n'apprécient guère qu'on insiste lourdement sur leur condition et aiment encore moins qu'on les traite comme des nourrissons, incapables de s'assumer et de faire un brin de cuisine.

On peut ajouter à cette rubrique le shampooing au beurre fermier de 1976 et celui au yoghourt en 1979 après un échec total du premier. Pressentant l'appétence des foules pour le bio, la firme Clairol spécialiste en cosmétiques décide de fabriquer ces produits jugés prometteurs. Le public les boude parce que l'image qu'ils véhiculent, et leur odeur de cuisine, rappellent trop les produits alimentaires. Les acheteurs potentiels n'en voient pas l'intérêt, les plus critiques se disent dégoûtés par des odeurs aigres et les testeurs se déclarent non convaincus. Plus grave, des enfants tombent malades après en avoir ingéré ! Car dans le monde anglo-saxon on trouve du beurre et du fromage en conserve, en flacons ou en tubes, ce qui favorise la confusion.

« Les profits doivent être à la hauteur des risques encourus » Telle fut la règle d'or du capitalisme depuis le milieu du XVIII ème siècle (première révolution industrielle) avant la financiarisation de l'économie qui spécule au lieu de produire et ne connaît du risque que le frisson du joueur compulsif. Cela incitait à inventer des produits innovants pour un futur proche et à ouvrir de nouveaux marchés, les innovations d'aujourd'hui ringardisant celles d'hier. À condition de ne pas oublier que la loi de la destruction créatrice théorisée par Schumpeter souffre de nombreuses exceptions.

 

À boire et à manger

La sagesse populaire dit : « Plus ça change et plus c'est la même chose ! » ou encore : « Plus c'est mieux et moins c'est bien ! »

Le nouveau Coca en 1985 entre dans la catégorie des nouveautés qu'il faut désavouer pour ne pas chagriner le consommateur. Inquiets de la progression de Pepsi aux USA, les dirigeants de Coca décident d'un gros coup marketing. L'expression « faire le buzz » n'existe pas encore, dommage... L'idée est de lancer un produit qui a la couleur du coca, le goût du coca mais n'est pas vraiment du coca.

Pour la pub', on engage des stars comme Michael Jackson et Bill Crosby qui vont chanter les louanges du nouveau produit. Et on organise des dégustations comme pour des grands crus, en oubliant que les béotiens achètent d'abord l'étiquette quel que soit le contenu. Les tests télévisés sont dévastateurs, les goûteurs trouvent la nouvelle formule imbuvable tandis que les ventes s'effondrent avec le risque de couler la boîte car les dirigeants de Coca, trop sûrs de leur coup, ont arrêté de fabriquer leur breuvage ancienne formule.

Mais leur réaction est rapide, ils stoppent les chaînes du nouveau soda au bout de quelques semaines et l'ancien coca est relancé sous le nom de « classic coke » avec un succès colossal qui donne à penser que le marketing avait tout prévu pour s'offrir une campagne de publicité atypique... Qui aurait pu inspirer le rival historique lorsque, quelques années plus tard il lança le Pepsi crystal, transparent, et disent les mauvaises langues incolore, inodore et sans saveur, lui aussi retiré du marché en catastrophe. Ces péripéties burlesques aboutissant à Aquafina ® de l'eau du robinet en bouteilles en 1994. Et là, c'est un succès immédiat qui ne s'est pas démenti. Comme disait le regretté Professeur Choron : « La publicité nous prend pour des cons, la publicité nous rend cons. »

À la même époque que le nouveau coca apparaît la cigarette sans fumée. La multinationale Reynolds (Camel) investit plus de 300 millions de dollars pour sortir en 1988 une cigarette sans fumée. C'est, croit-on, la réponse adéquate aux détracteurs du tabac qui commencent à se montrer de plus en plus virulents en Amérique. Cette clope ne fume pas mais elle pue et des études sanitaires démontrent des effets nocifs à court terme, peut-être pires que ceux du tabac, alors que la publicité s'évertue à convaincre de son innocuité. Les critiques pleuvent de toutes parts. Les gens des médias jettent de l'huile sur le feu parce que les polémiques musclées font grimper l'audimat. Et des démagogues s'en mêlent, croyant trouver dans ce filon contestataire un brevet de civisme. Comme les ventes ne décollent pas, après un bref succès de curiosité au départ, le produit est finalement abandonné après trois mois de tohu bohu.

Le burger de luxe inventé par Mac Do en 1990 eut, lui aussi, une triste destinée. Comme chez Reynolds, 300 millions de dollars de pub partent en fumée. Soucieux de monter en gamme, les dirigeants de la marque décident ce créer un produit un peu plus sophistiqué que leurs sandwichs habituels. Une étude de marché ayant détecté un segment porteur dans la clientèle des jeunes urbains actifs aux revenus supérieurs, dont on connaît les préoccupations écolo (du moins de façade) on invente un « arch burger » qui leur est destiné. Plus cher bien sûr, mais n'utilisant que des ingrédients de qualité comme du pain spécial pétri à la main, des pomme de terre à l'ancienne, de la viande d'animaux élevés à la campagne et des grains de poivre et de moutarde écrasés par une meule de pierre ! On embauche même des grands chefs de la cuisine traditionnelle pour crédibiliser le concept. Et au bout, c'est le bide total parce que la clientèle des Mac Do cherche d'abord à se nourrir pour pas cher, sans trop se soucier de la diététique et de la gastronomie.

Le ketchup qui va vous en faire voir de toutes les couleurs est de la même veine. Heinz a l'idée bizarre en 2000 de fabriquer des ketchups mauves et verts, un peu plus tard bleus, pour plaire à la jeunesse. Dans un premier temps, les enfants conditionnés par des publicités télé amusantes poussent leurs parents à acheter ces produits... Mais les enfants grandissent vite, la génération suivante trouve ringardes les pubs colorées et les ventes dégringolent. On prétend que des concurrents auraient torpillé ces ketchups particuliers en les mélangeant pour obtenir la forme et la couleur brune d'étrons, et l'auraient fait savoir en diffusant des vidéos relayées par les premiers influenceurs du web.

 

Au XXIème siècle, l'imagination au pouvoir ?

Avec les voitures volantes, celles sans chauffeur, la télé en relief, le tourisme spatial, l'ordinateur quantique et le transhumanisme qui, entre IA et cyborgs, devrait changer le cours de l'histoire.

Il y a des angles de recherche intéressants, parfois des réalisations prometteuses, mais faute de recul, je me garderai bien de faire des pronostics parce qu'en matière de prospective, la seule chose dont on soit certain c'est d'avoir presque toujours tout faux. N'est pas Jules Verne qui veut.

Le meilleur moyen de s'en convaincre est d'évoquer les élucubrations, annoncées d'un ton docte et assuré par les prophètes futurologues des années 1950 et relayées par la littérature d'anticipation et les films de science fiction. Les humains de l'an 2000 maîtriseraient la télépathie et la télékinésie, iraient en vacances sur Mars et vivraient au moins jusqu'à 150 ans sur une terre unifiée, dirigée par un gouvernement mondial vertueux... Après tout de même deux ou trois guerres atomiques contre des communazis et/ou des extraterrestres.

Bien sûr, ces gens du futur fumaient sans vergogne dans tous les lieux publics, se déplaçaient sur des trottoirs roulants (inventés en 1892 !) et se nourrissaient de pilules vitaminées, dansaient sur des airs de jazz et disposaient de robots domestiques anthropomorphes pour les servir. Bien qu'ils regardent des télés holographiques, allez savoir pourquoi les news et le courrier personnel étaient imprimés sur des fiches plastifiées diffusées par tubes pneumatiques... La cerise sur le gâteau était l'arrivée imminente d'une nouvelle ère glacière vers 2050, qui obligeait tout le monde à déménager fissa vers une autre planète, heureusement qu'on avait des astronefs supraluminiques.

Les vaisseaux spatiaux de l'an 2050 se déplaçaient plus vite que la lumière (on se demande bien comment ?) et étaient armés de rayons de la mort-qui-tue... Mais rien n'avait remplacé les téléphones filaires (avec visiophone quand même !) et leurs super-ordinateurs qui géraient les translations dans le subespace ressemblaient à des caisses-enregistreuses de supermarchés raccordées à des packs de bandes magnétiques.

Trève d'ironie, reconnaissons à leur actif que certains futurologues des années 1950 avaient intégré dans leurs projections des artéfacts ressemblant aux cartes de paiement, aux code-barres, aux panneaux solaires, aux transplantations d'organes, à la pilule anticonceptionnelle, aux OGM, aux drones et aux nanotechnologies, parce que ces découvertes étaient "dans l'air" et que des protocoles expérimentaux ou des prototypes existaient déjà.

Par contre aucun n'avait vu venir l'ordi perso, internet, l'analyse de l'ADN, le four à micro ondes, l'air bag, les smartphones, le skateboard, le deltaplane, la planche à voile, la minijupe, les collants et le wonderbra, la malbouffe, le sida, les taux d'intérêt négatifs, les conflits dissymétriques, l'accroissement exponentiel de la population et ses corollaires : le chômage de masse, les déferlements migratoires et le retour des guerres de religions.


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Attila Attila 16 septembre 11:54

    Pour le minidisc, Sony a commis une autre erreur grave : il n’y a pas de micro ni même de possibilité d’en brancher un, il n’y a pas de prise micro.

    Un enregistreur audio avec lequel on ne peut pas faire d’enregistrement soi-même, quelle erreur !

    .


    • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 12:15

      @Attila
      On peut penser que Sony inventeur du walkman quelques années plus tôt a voulu surclasser ses imitateurs en proposant un lecteur de qualité, amélioré ensuite avec des lecteurs-enregistreurs de MD et des ports USB mais c’était trop tard.
      Amha le MD aurait pu être un succès s’il avait été pensé comme un périphérique input output pouvant aussi enregistrer et lire de la musique comme les CD.
      Mais on ne refait pas l’histoire.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 septembre 14:05

      @CLOJAC

      sony les collectionne avec le Betamax, utilisé par les professionnels, meilleur que le VHS, mais sans applications quotidiennes parce que le format VHS avait déjà pris le marché pour la diffusion des cassttes pornos et l’enregistrement des matchs de foot, les deux mamelles du magnétoscope à une époque où le replay et internet n’existaient pas
      le plantage des stratèges marketing de Sony tenait en une phrase : « on ne stocke pas des seaux d’eau dans ses toilettes quand on a l’eau courante »
      ils avaient parié dur la multiplication de chaines de télé plutôt que sur la constitution d’une médiathèque personnelle
      mêmes errement avec la photo numérique où ils n’ont jamais pu supplanter Canon
      ça ne les a pas empêché de se développer


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 14:17

      @Séraphin Lampion

      Faut bloquer les magnétoscopes a Poitiers. Épicétout.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 septembre 15:39

      @Aita Pea Pea

      et acheter un smartphone Thomson, un ordinateur Panhard et une De Dion Bouton comme bagnole, parce que le captal de PSA et Renault, c’est fonds de pensions américains et groupes japonais !

      au fait, a-t-on des nouvelles de Monsieur Ghosn ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 15:46

      @Séraphin Lampion

      Une Panhard 24 gratos car has been suis preneur .


    • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 18:10

      @Séraphin Lampion
      C’est intéressant de comparer le procès fait à Sony pour le beta max parce qu’il permettait d’enregistrer des œuvres (hum !) sans payer de droits d’auteur... Et les procès faits aux CD et DVD plus tard sous les mêmes prétextes, pour intégrer une taxe à l’achat de ces supports.
      Le streaming.a mis tout le monde d’accord.


    • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 19:16

      @Séraphin Lampion
      Ghosn est assigné à résidence en attendant son procès.
      Si l’on a quelques raisons de croire que cet individu a abusé de ses fonctions, son affaire a révélé que le Japon était resté en profondeur une société féodale et xénophobe, reposant sur des hiérarchies archaïques et des pratiques arbitraires.
      La réaction du procureur de Tokyo est significative : « J’ai fait incarcérer sa femme parce qu’elle avait osé parler aux médias étrangers ! »


    • JL JL 16 septembre 12:00

      ’’ « On est sûrs que d’ici 30 ans, les îles Kiribati auront été englouties par la montée du niveau des océans. » Le GIEC 1990

      ’’

       

       Gare ! il reste encore un an !

       

       Jolie compilation.


      • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 12:17

        @JL
        Une façon aussi de dire à certains jeunes gens que la terre n’a pas commencé à tourner le jour de leur naissance. smiley


      • gaijin gaijin 17 septembre 19:42

        @JL
        on voit pas pourquoi ils se plaignent vu qu’ils ont de moins en moins loin aller pour se baigner :
        https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/110-000-habitants-des-kiribati-pourraient-etre-deplaces-a-cause-de-la-monte-des-eaux_72481.html


      • CLOJAC CLOJAC 17 septembre 20:35

        @gaijin
        Cet article alarmiste date de 2012 et la source est le très objectif France Info.
        Quatre choses que ne disent pas les réchauffistes :

        1. Les micro états du Pacifique (sauf la PF et Hawaï parce qu’ils sont sous la tutelle bienveillante de grandes nations) font quasiment partie du quart monde. Quand c’était possible (double nationalité ou états associés) la moitié sinon les 2/3 des populations ont déjà émigré en Australie ou en NZ. Il s’agit donc d’exilés économiques, pas de migrants climatiques.
        2. Pour le cas du Kiribati, des études récentes ont montré que l’affaissement de certains rivages était lié à l’exploitation excessive des « lentilles » ces poches d’eau de pluie retenues dans le sous-sol corallien. Pour préserver cette ressource, sans nuire au développement touristique, on a installé des petites unités de dessalement de l’eau de mer. Depuis le rivage s’est stabilisé.
        3. Il y a un phénomène naturel d’érosion de tous les atolls qui existe depuis toujours : les motus exposés aux vents dominants sont rongés par les houles, les traits de côte reculent lentement tandis qu’un phénomène inverse lié à la pousse des coraux se produit au profit des motus sous le vent. L’archéologie au carbone 14 a montré que des villages entiers avaient déménagé pour cette raison il y a plusieurs siècles... 
        4.  La cerise sur la noix de coco : les mesures satellites montrent que certains atolls (en particulier aux Tuamotu dont les réchauffistes avaient annoncé la submersion d’ici à 2100) sont dans une phase de très lent mais constant rehaussement, du fait de mouvements magmatiques et du développement naturel des madrépores. Quant aux Kiribati précisément : l’ancien atoll de Banaba (écrit aussi Panapa) culmine à 80 m au dessus de l’océan. Pas près d’être englouti celui-là...

      • foufouille foufouille 16 septembre 13:20

        Je n’ai pas lu tous les livres de SF des années 50 mais certains ne sont pas tous archi nul.

        Pour plus vite que la lumière, il y a toujours une explication vaseuse pour nos connaissances actuelles.


        • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 18:25

          @foufouille
          Aujourd’hui on imagine le passage par des trous de vers qui seraient des raccourcis entre 2 espaces-temps, mais c’est une pure théorie, tout comme la métrique d’Alcubierre qui propose de tordre l’espace temps autour de l’astronef en utilisant l’énergie négative.
          Mais au moins ça a le mérite d’un minimum de cohérence scientifique.
          Dans les années 50, les futurologues étaient moins subtils, on accélérait jusqu’à ce qu’on atteigne [ c ] et puis on passait dans une autre dimension sans préciser comment ralentir ensuite pour en sortir.


        • foufouille foufouille 16 septembre 18:43

          @CLOJAC

          si tu avais toujours, où j’ai pas trouver ce roman pur enfants, une explication du warp.

          c’est vrai pour les armes.

          il est impossible de dépasser C dans un espace normal mais on peut courber l’espace avec une quantité infinie d’énergie ou des particules inconnues.


        • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 19:26

          @foufouille
          Warp le jeu vidéo ? Je ne suis pas vraiment branché là dessus.
          Quant à courber l’espace, on dit que l’attraction d’un trou noir y parviendrait, d’où cette idée : faisons-nous aspirer et allons voir dedans comment c’est.


        • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 16 septembre 19:35

          @CLOJAC

          non c’ est plutot le warp comme dans startrek ....

          No propulsion actuelle sont qualifier « impulse » ou d’ impulsion ..
          Des mathematicien , dont alcubierque , ont postuler qu’ on pouvait utiliser des moteur « warp », c’ est a dire des moteur capable de courber l’ espace et donc minimiser la distance entre deux point .

          l’ idee serait que tu grimpe dans ta voiture pour te rendre au supermarché distant de 300 km , tu programme ton ordinateur de bord , tu appui sur le bouton warp de titine , le supermarché se raproche de toi , tu fait trois metre , tu reapuis sur le bouton et tu y est ...

          c’ est purement theorique .


        • oncle archibald 16 septembre 13:20

          J’aime beaucoup cet article et je repense à ma mère qui a connu deux guerres mondiales, une foultitude de guerres coloniales, les premières autos, et les premiers avions, pardon aéroplanes, qu’elle était allait voir voler à Narbonne.

          Voir voler un avion consistait à se coucher à plat ventre dans l’herbe au bord du champ bien plat et bien fauché servant de piste et de surveiller les roues de l’engin ... Tout à coup miracle ! Elles ne touchent plus le sol et la foule en délire hurle « il vole, il vole ! » puis l’engin se reposait au bout du même terrain. La guerre, une fois encore moteur de nombreuses innovations, a fait progresser l’aviation à la vitesse V mais elle l’a également privée de père, c’est moins drôle.

          Ma mère a vu aussi son mari mobilisé en 1939, son frère prisonnier 5 ans en Allemagne, les premières bombes atomiques, un engin bizarre qui se pose sur la lune et un mec qui en descend pour faire un tour à pied manière de se dégourdir les jambes puis qui reviens vers son taxi et ordonne « Jammes, nous rentrons à la maison s’il vous plait », etc etc .... Qui aurait pu prédire tout cela l’année de sa naissance ?

          Et en conséquence je me marre quand j’entends quelque docte savant qui me dit sans rire qu’en telle année le niveau des mers aura monté de 17,6 cm, que la population mondiale sera de n+1 milliard de bipèdes, et que et que .... etc etc ...

          L’évolution des sciences n’a fait que s’accélérer et nous sommes bien incapables d’imaginer à quoi ressemblera notre planète dans 50 ans .... si on ne l’a pas détruite d’ici là !

          N’oublions pas Theillard de Chardin, mort en 1954, qui s’inquiétait de la course folle au sur-armement atomique des deux grandes puissances de l’époque et constatait avec effarement le fait que pour la première fois de son histoire l’homme disposait des moyens techniques suffisants pour réduire à néant toute vie humaine sur l’ensemble de la terre.

          Nos enfants et nos petits enfants n’ont jamais connu de guerre sur le territoire, ils sont pour la plupart totalement insouciants de ce risque majeur. Pour eux la guerre ça se fait avec un joystick devant un écran et on peut faire « reset » à tout instant. Grossière erreur !


          • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 18:58

            @oncle archibald
            Merci d’avoir apprécié ma prose qui ridiculise la prétention de ceux qui détiennent une audience ou un pouvoir à se prendre pour des prophètes.
            Pour ce qui est du niveau des mers, les imprécateurs et les faiseurs d’opinion ont affolé tout le monde en Polynésie avec leurs prévisions apocalyptiques. Du coup on a affecté des sommes importantes (qui auraient pu être mieux utilisées ailleurs) pour acheter des appareils de mesure sophistiqués et payer des « savants » afin de savoir quand les Tuamotu allaient disparaître.
            Résultat après 20 ans d’études (mesures par satellites) : la plupart des atolls ne bougent pas, d’autres se surélèvent légèrement parce que le magma se dilate en profondeur et que les coraux extérieurs continuent à pousser.
            Conclusion d’un géologue vite rappelé en métropole et placardisé : l’évolution normale d’un atoll est de devenir sur une très longue période un atoll surélevé comme Makatéa en PF, Mangaia aux Cook, et Banaba aux Kiribati !


          • oncle archibald 17 septembre 15:57

            @CLOJAC

            Nostradamus a encre frappé !

            http://www.leparisien.fr/environnement/le-rechauffement-climatique-sera-beaucoup-plus-fort-que-prevu-17-09-2019-8153628.php

            Et encore, je pense que tous ces braves gens n’ont pas pris en compte dans leurs calculs du monstrueux nuage de poussière soulevé par la guerre atomique mondiale qui va survenir 2022 et qui va obscurcir durablement l’atmosphère pour plusieurs années .....


          • CLOJAC CLOJAC 17 septembre 19:37

            @oncle archibald
            En fait, ce sont des extraterrestres anthropophages qui ont détourné les rayons du soleil pour nous faire griller car ils n’aiment pas la viande crue. 


          • foufouille foufouille 16 septembre 13:57

            Je me souviens de vieux science et vie avec des facteurs volant sur un vélo sous un mini dirigeable ........

            Personne n’a vu leur fameux transporteur hypersonique en haute altitude plus récent comme délire.


            • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 18:35

              @foufouille
              Techniquement on aurait la capacité de fabriquer un transporteur hypersonique. 
              Mais les écolos mettraient un tel souk qu’aucun gouvernement ne laisserait faire, pas même les Chinois qui craindraient un boycott général.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 19:11

              Y’en a même qui disent au Fenua que le poisson cru à la chinoise remplacera le poisson cru au lait de coco ... Lol . Par contre faire gaffe au poisson cru à la grecque qui se vendait au snack près du siège de la Socredo ...une tuerie.


              • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 19:40

                @Aita Pea Pea
                Tu parles du siège rue Dumont d’Urville ? Je verrais ça plutôt du côté du port, mais il y en a peut-être plusieurs.
                Sinon le maa tinito a remplacé en partie le maa ma’ohi, et les roulottes à pizzas et les Mac Do ont une clientèle de plus en plus importante.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 19:58

                @CLOJAC

                Oui ...le snack en face des impôts . Tous les jeudi c’était poisson cru a la grecque...complet a chaque fois .Sinon mon Pater m’a dit que le Mandarin a fermé...putain de cuisine chinoise...sniff


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 20:20

                @CLOJAC

                Sinon en allant au marché toujours moyen de bien bouffer pour pas trop cher. Mes deux neveux adorent.


              • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 20:36

                @Aita Pea Pea
                Le marché de Papeete est un peu loin de chez moi, je me fournis chez des pécheurs cultivateurs de la presqu’île qui sont devenus des amis.


              • Désintox Désintox 16 septembre 19:28

                Ce genre de rappel est toujours drôle.


                • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 20:30

                  @Désintox
                  La crédulité humaine est sans limites. Au siècle dernier, j’avais démarré un canular sur AOL en affirmant qu’on allait bientôt faire passer Internet par les tuyaux du gaz. Des amis étaient intervenus pour appuyer mes dires, en usurpant des titres scientifiques prestigieux. Il a fallu ensuite des semaines pour debunker tous les jobards qui avaient marché à fond dans ce délire. smiley 


                • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 21:31

                  @Livide666
                  J’en pense la même chose que des OVNI, de la Zone 51 et du pucelage de Marie.
                  Un esprit scientifique ne doit écarter aucune hypothèse, mais il ne doit adhérer qu’à des conclusions reposant sur des preuves formelles et des analyses effectuées par des gens hautement qualifiés dans leur domaine d’expertise.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 21:47

                  @CLOJAC

                  Pareil que pour les géants de Taputapuhatea . Des échasses !


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 20:42

                  Sinon le grand delir actuel n’est il pas la voiture électrique ? Je me marre pour pas mal de raisons quant à cette éventualité sous peu ...ou a moyen terme...ou ...bref voir .


                  • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 21:43

                    @Aita Pea Pea
                    C’est pas vraiment nouveau, en 1899 la première voiture à dépasser 100 Km/h était électrique. Il est possible que ces véhicules se vendent mieux lorsqu’on aura résolu le problème du stockage et de la recharge d’énergie, à moins qu’on utilise l’hydrogène dans des piles à combustible, ou carrément dans un moteur spécial.
                    Mais tout ça coûte très cher. Wait and see...


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 21:53

                    @CLOJAC

                    Me rappelle les poupées russes l’ énergie...bref on est pas prêt d’avoir sorti le cul des ronces .


                  • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 22:04

                    @Aita Pea Pea
                    Et puis il y a un truc terrifiant : le silence de ces véhicules !
                    Il y a quelques années, j’ai failli me faire renverser par un tramway électrique que je n’avais pas entendu venir. Le conducteur n’avait klaxonné qu’au dernier moment pour ne pas contribuer à la pollution sonore.


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 22:15

                    @CLOJAC

                    Pour la Secure des pietons rien ne vaut une vespa avec le tane , la vahiné et un fii en plus . Sinon les bons vieux trucks avec la sono ça le faisait.


                  • CLOJAC CLOJAC 16 septembre 22:41

                    @Aita Pea Pea
                    Les trucks ont pratiquement disparu à Tahiti, remplacés par des bus ordinaires dont les horaires sont tout aussi fantaisistes. 
                    À Huahiné et à Raiatea, les trucks roulent toujours, concurrencés par les taxis collectifs au black, sans licence, sans assurance et parfois sans permis de conduire ! smiley


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 septembre 22:49

                    @CLOJAC

                    Pas croire...je connais même si ça fait huit ans que je suis revenu en métropole. Sinon une grande partie de ma famille est toujours au Fenua ...je me fais plaisir à discute avec toi ...maururu .


                  • Garibaldi2 17 septembre 05:01

                    L’un des premiers ordinateurs personnels serait plutôt le Programma 101 d’Olivetti (1965), mais il n’avait pas de monitor.

                    https://www.wikizero.com/fr/Programma_101

                    L’IBM 5100, sorti en 1975, avant l’Apple II, avait un petit écran monochrome : https://www.wikizero.com/fr/IBM_5100_et_5110

                    En 1986, c’est le Kenbak-1 : https://www.wikizero.com/fr/Kenbak-1#cite_note-2

                    qui fut considéré comme étant ’’le premier ordinateur personnel ’’lors du premier concours organisé par le Computer Museum de Boston, devenu depuis le Musée de l’histoire de l’ordinateur, dirigé par un panel d’experts dont Steve Wozniak, qui fut un co-fondateur de Apple et le concepteur des Apple I, II et III.

                    Le vrai grand boom du micro ordi ce fut le Macintosh (128 k puis 512 k) qui était doté d’une souris (avec 1 seul bouton). Il était portable (7,5 kilo quand même !), il était présenté comme l’ordi de l’étudiant (riche), mais il avait un gros défaut : son prix !

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Macintosh_512K


                    • CLOJAC CLOJAC 17 septembre 07:47

                      @Garibaldi2
                      Le programma 101 était une machine à calculer améliorée sans écran.
                      L’IBM 5100 se rapproche un peu du micro avec son écran minuscule et ses 3 programmes sur cassettes. Mais 20.000 $ pièce est-ce « perso » ou d’entreprise ?
                      Le Kenbak est une UC sans clavier ni écran.
                      Les machines grand public associant écran clavier UAL mémoire et interfaces sont en 1977 le commodore PET mais son mini clavier est un handicap, le TRS 80 peu diffusé en Europe et donc the winner is Apple II smiley


                    • eau-pression eau-pression 17 septembre 09:35

                      @CLOJAC
                      Le microordinateur aurait été dopé par l’arrivée du tableur. Tous les chefs voulaient cet outil « magique ».
                      Les bienfaits de la mode ...


                    • jymb 17 septembre 13:44

                      Heathkit dés 1977...pour ceux qui, comme moi, bavaient devant leur catalogues de kits ....

                      http://oldcomputers.net/heathkit-h8.html


                      • CLOJAC CLOJAC 17 septembre 20:02

                        @jymb
                        Une petite recherche m’a montré que le H8 ne semble pas répondre aux critère d’évolutivité et d’interconnectivité requis (si tant est que le hard conditionne le soft) car son constructeur précise : « The Heathkit-designed H8 hardware is not compatible with any other computer system »

                        Son petit frère le H 89 sorti en 1979 me semble plus proche d’un ordi perso.
                        Mais répondait-il aux critères d’autonomie qu’on attend d’une telle machine ou était-il seulement un terminal intelligent raccordé à un gros ordi ?
                        Son constructeur écrit : « The H89 is both a general-purpose terminal and a high-quality computer »

                        Ceci dit, bien évidemment, chacun peut avoir sa propre défintion du micro.
                        S’il s’agit d’une UC miniaturisée, alors le premier serait le Micral de Phi Truong (Français comme son nom ne l’indique pas) inventé en 1971, sans écran ni clavier, et fonctionnant à l’aide de switchs.


                      • fcpgismo fcpgismo 18 septembre 19:12

                        Énorme erreur de l’auteur qui n’a probablement pas fait d’études de droit car il serait plus prudent. Je reprends : Par contre aucun n’avait vu venir l’ordi perso, internet, l’analyse de l’ADN, le four à micro ondes, l’air bag, les smartphones, le skateboard, le deltaplane, la planche à voile, la minijupe, les collants et le wonderbra, la malbouffe, le sida, les taux d’intérêt négatifs, les conflits dissymétriques, l’accroissement exponentiel de la population et ses corollaires : le chômage de masse, les déferlements migratoires et le retour des guerres de religions. Comme pour une décision judiciaire si elle n’est pas publiée elle peut tomber dans l’oubli. Idem pour toutes ces affirmations beaucoup d’individus ont parfaitement pu prévoir leur développement sans jamais le faire savoir... Malgré tout allez visiter le Clos Lucé... C’est l’héliocentrisme appliqué au quotidien ?


                        • CLOJAC CLOJAC 18 septembre 22:32

                          @fcpgismo
                          Je croyais que les juristes disposaient de livres, maintenant de bases de données, contenant les arrêts faisant jurisprudence ainsi que les décisions sujettes à polémique et celles susceptibles d’un revirement. Un jugement qui tombe dans l’oubli est une décision qui n’apporte rien sauf à la partie qui a gagné le procès.

                          À part ça vous avez tout à fait raison : les grands esprits se gardent bien de faire partager leurs idées à la populace, la preuve j’ai inventé la formule magique de la translation instantanée permettant de naviguer entre les étoiles mais je la garde pour moi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès