• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > GENLIS(Côte d’Or) : Lorsque dictature de l’émotion et bouc (...)

GENLIS(Côte d’Or) : Lorsque dictature de l’émotion et bouc émissaire font bon ménage

On connaît les scandales des accusés à tort par la dictature de l’émotion (Outreau, Loïc Sécher, Christian Iacono entre autres.) Depuis le 19 novembre 2016, Eric P, instituteur de classe maternelle à Genlis fait partie de cette malheureuse compagnie. Mais il y a une nouveauté plus surprenante pour Eric P. : La dictature de l’émotion a trouvé un nouvel allié : le bouc émissaire.

Rappelons l’historique des malheurs qui se sont abattus sur Eric P. depuis novembre 2016.

Le jeudi 17 novembre 2016, Eric P., instituteur de maternelle à Genlis dans la Côte d’Or, est accusé d’un viol sur une petite fille de 4 ans pendant ses heures de classe du lundi 14 novembre. Placé en garde à vue pendant 48 heures, il est jeté en détention provisoire pendant plus de 4 mois (libéré le 24 mars 2017) puis placé sous contrôle judiciaire à plus de 450 Kms de son domicile avec interdiction de se rendre dans la Côte d’Or où sa femme et ses quatre enfants résident (http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/cote-professeur-ecoles-suspendu-titre-conservatoire-genlis-1143579.html).

Or de nombreuses preuves innocentent Eric P. et sont susceptibles de mettre en accusation un membre de la famille de l’enfant.

1 - Le lundi 14 novembre 2016, jour de la prétendue agression par l’instituteur, il y a tout simplement impossibilité matérielle du viol en classe vu le temps de quelques minutes pendant lequel Eric P. est resté seul avec les enfants, en groupe de surcroît au moment du vestiaire avant de quitter l’école. Le témoignage de l’institutrice qui s’occupait des enfants au côté d’Eric P. pendant toute la journée confirme cette impossibilité matérielle au niveau du temps, du lieu et du groupe d’enfants. Il a été confirmé par ailleurs que l’enfant était souriante à la sortie de la classe.

2 - Une expertise des sous-vêtements de l’enfant est ordonnée. Or, surprise ! Cette expertise conclue à l’absence de l’ADN d’Eric P. sur les sous-vêtements de l’enfant. Voilà donc qui innocente l’accusé ! D’autant plus que cette même expertise met en évidence la présence d'une tache de sperme d’un membre de la famille de l'enfant sur la petite culotte avec en son centre une tache de sang de l’enfant. Le résultat de l’expertise est connu en mars 2017.

La preuve de l’innocence d’Eric P. devient flagrante. On se dit que son calvaire va prendre fin et que l’enquête va s’orienter rapidement sur les membres de la famille afin de protéger l’enfant.

Mais bien au contraire, le juge d’instruction laisse Eric P. sous le statut de « Mis en examen » sans que la moindre enquête soit diligentée dans le cadre familial. Il émet l’hypothèse d’une pollution des vêtements de l’enfant dans une corbeille de linge sale. Or, la tache de sperme relevée sur la culotte de l’enfant fait tout de même la taille de 7 cm sur 2,5 cm. C’est à croire que dans cette famille, il y a beaucoup de sperme dans le linge sale pour en arriver à polluer de cette façon un vêtement aussi petit qu’une culotte d’enfant de 4 ans !

3 - Le juge d’instruction a demandé une contre expertise. Les résultats, connus le 12 septembre 2017, confirment l’absence de l’ADN d’Eric P. puisque le juge ne le renvoie pas en prison.

Pour la deuxième fois, le bon sens nous dit que le calvaire d’Eric P. va se terminer là !

Hélas pour lui, le juge maintient sa mise en examen sans qu’on sache si l’enquête s’oriente enfin sur la famille de l’enfant pour la protéger d’un prédateur interne à son cercle familial.

Incompréhensible, direz-vous ?

Pour l’avocat d’Eric P, Claude Llorente « Dans l’histoire de la justice française, je pense qu’il n’y a pas un seul exemple de la révélation d’une pièce scientifique aussi flagrante qui n’a suscité aucune réaction judiciaire.  » Il ajoute « Tout cela est d’une violence folle : il y a une personne qui a fait du mal à une enfant et ce n’est pas mon client. Cette même personne, qui a fait du mal à une enfant, fait porter la faute sur un autre. Je demande que l’enquête sur l’auteur présumé de la tache de sperme se fasse le plus rapidement possible. D’abord, cela protégera la petite. Ensuite, cela innocentera totalement mon client ».

Mais l’on sait aussi que la mère de l’enfant exerce la fonction de gendarme et qu’elle a elle même interrogé sa fille pour déterminer l’agresseur avant de dénoncer celui-ci. Certaines questions peuvent donc être posées sur la parole de l’enfant qui a pu facilement être manipulée. Mais cela n’a probablement pas d’importance pour la dictature de l’émotion !

Alors, pour Eric P., on est en droit de se demander si le statut de bouc émissaire ne s’est pas ajouté à celui d’accusé à tort par un malheureux hasard ou une collusion fortuite ?

Espérons pour Eric P. que l’instruction ouvre grand ses volets et finisse par découvrir un jour le coupable, le vrai !

Pour aider Eric P, et protéger l’enfant de son prédateur, n’hésitez pas à signer et faire signer la pétition : https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-justice-pour-que-la-justice-prot%C3%A8ge-enfin-la-fillette-de-genlis

 

Documents joints à cet article

GENLIS(Côte d'Or) : Lorsque dictature de l'émotion et bouc émissaire font bon ménage

Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 15 septembre 10:30

    une gendarmette est une france d’en haut, sa parole est celle de dieu.


    • Trelawney Trelawney 15 septembre 10:36

      Depuis Cruchot et les gendarmes de Saint Tropez, la gendarmerie n’a pas beaucoup évolué


      • calach calach 15 septembre 12:16

        Il est plutôt triste de constater que pour couvrir une personne ciblée par une preuve irréfutable, on oublie le risque pour l’enfant et on poursuit un bouc émissaire.
        A quoi sert la recherche d’ADN dans ce cas ?
        C’est à se demander s’il n’y pas faute professionnelle de la magistrature !


        • marie-ange marie-ange 15 septembre 12:17

          Cet enseignant est mon fils, ce que nous vivons est l’horreur absolue. Je ne le souhaite pas à mon pire ennemi.
          Je n’arrive pas à comprendre que la justice refuse de mettre en garde à vue l’auteur désigné par l’expertise de l’auteur des spermes avec tout le sang de la petite, qui signe le crime. Je pensais fort naïvement avant ce cataclysme que l’on nous fait vivre, que la justice avait à cœur de protéger les enfants.
          Deux petites sœurs de 4 et 6 ans sont à la merci d’un proche membre de la famille prédateur sexuel et rien n’est fait ,depuis 6 mois qu’on le SAIT à son encontre ! Que la petite ait désigné le maître sous l’influence du violeur est une chose normale. Tous les très jeunes enfants subissent des manipulations dans des choses aussi graves.
          Mon fils était vu par la MÊME psychologue que l’enfant, or c’est une spécialiste des ADULTES, et on c’est bien gardé de lui révéler la grande présence de spermes familial.


          • Trelawney Trelawney 15 septembre 16:42

            @marie-ange
            Ce n’est pas trop précisé dans l’article, mais est-ce que la gendarme mère de l’enfant est dans l’équipe d’enquête. Si c’est le cas, il y a un méga vice de procédure

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires