• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Geoffroy Roux de Bézieux frappe encore : « On doit mettre fin au (...)

Geoffroy Roux de Bézieux frappe encore : « On doit mettre fin au “quoi qu’il en coûte” »

On ne peut pas être plus clair : il faut retourner au travail malgré les risques encourus à cause de la pandémie du covid et surtout, il faut arrêter les aides, notamment le chômage partiel.

Dans un entretien au Figaro[1], le patron du Medef dézingue la politique du gouvernement appelée « quoi qu’il en coûte », grâce à une tournure macronienne, propre à l’ENA, tournure de communication, devenue slogan politique de la macronie, dans la tentitive d’aacrocher la gauche au wagon.

Geoffroy Roux de quelque chose, avec un an de retard par rapport à l’autre grand humaniste allemand, Wolfgang Schäuble, repris par plusieurs autres « personnalités » autoproclamées « experts » en expertise, notamment par Emmanuel Todd[2].

En effet, le président du Bundestag, dans une interview au Tagesspiegel, intitulée « Réévaluer l’équilibre entre santé et économie  », au cours du week-end des 25 et 26 avril 2020, plaidait pour un calcul plus équilibré entre la santé publique et les conséquences économiques et sociales d’un arrêt prolongé, craignant que les capacités de l’État ne se trouvent surchargées. Cet arrêt était dû bien évidemment au coronavirus et au confinement qu’il a provoqué.

Wolfgang Schäuble, se posait, comme à son habitude, en défenseur du capital et de la doctrine de l’ordolibéralisme allemand.

Ensuite, Emmanuel Todd reprenant ce thème déclarait : « Le choix d’arrêter l’économie pour une pandémie qui a surtout tué des personnes de plus de 65 ans a été une apothéose du système ancien gérontocentré ». Ces déclarations de Todd ont été publiées dans Marianne du 18 septembre 2020. 

J’avais déjà écrit sur cette question, mais j’estime qu’il faut continuer à mettre en lumière la façon de penser d’une partie de ceux qui se sont autoproclamés « l’élite intellectuelle du pays » et qui prétendent faire évoluer les idées et les postures dans ce pays.

Car, réduire la vie humaine à un calcul économique et financier est insultant pour tout être humain normalement constitué.

Afin d’être le plus clair possible, je mets ci-après la question de Marianne et la réponse de Todd sur ce point :

Q : Et le sort réservé aux personnes âgées ? Diriez-vous comme certains qu'on les a trop protégées ?

R : Tous les choix économiques des dernières décennies ont été faits en faveur des personnes âgées. Je précise que j’en fais partie. Le niveau de vie moyen des retraités avait même dépassé celui des actifs, même si le mouvement était en train de s’inverser avant le Covid. On s’acheminait vers une scission dans le groupe âgé, les âgés riches le restant, mais l’âgé tout-venant, si l’on peut dire, devant se retrouver au-dessous des actifs vers 2030. Mais, en 2020, le choix d’arrêter l’économie pour une épidémie qui, essentiellement, a tué des personnes au-delà de 65 ans a été une réaffirmation, une apothéose du système ancien gérontocentré.

Q : Mais c'est une forme d'humanisme, aussi.

R : Oui, bien sûr, il faut sauver tout le monde, c’est certain. Mais la question posée est : est-ce qu’on peut vivre comme ça indéfiniment ?

Mais, je m’égare… Revenons donc à ce bon Geoffroy Roux de quelque chose…

Répondant à une question du Figaro il déclare :

Question  : Comment l’État doit-il mettre fin au « quoi qu’il en coûte » ?

Réponse  : Parce qu’il n’y a pas d’argent magique, on doit mettre fin progressivement au quoi qu’il en coûte. Regardons les choses dans le détail. Les aides de trésorerie (PGE, délais de paiement…) n’ont pas de raison d’être arrêtées, car les entreprises doivent quoi qu’il advienne les rembourser. En revanche, il faudra arrêter les subventions (à l’emploi via le chômage partiel, à la perte d’exploitation via le fonds de solidarité), quand les restrictions sanitaires seront levées. Il faudra le faire secteur par secteur, progressivement et dans le dialogue. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut rouvrir dès que possible les restaurants, les théâtres, les cinémas, les salles de sport…avec une jauge et une compensation financière adaptée. Il ne faut pas essayer de construire le « monde d’après », mais il faut vivre dans « le monde d’avec ». Il faut mettre un QR Code à l’entrée des restaurants et une forme de pass sanitaire pour les voyages et les déplacements professionnels. Utiliser la technologie pour se protéger et protéger les autres, ce n’est pas une atteinte à la liberté. Mais l’objectif numéro un doit être la vaccination, c’est la condition de la reprise. (…)

Il me semble qu’il n’est pas nécessaire d’aller plus loin dans les citations. En gros, Geoffroy Roux de quelque chose dit : « donner aux entreprises pour qu’elles embauchent à prix cassés des ouvriers et des salariés afin de sauver l’économie du pays ».

Cela me rappelle l’autre patron du Medef, son prédécesseur Gattaz qui promettait 1 million d’emplois contre des exonérations fiscales aux entreprises. Hollande, qui a détricoté le droit du travail, réalisant le rêve que la droite n’osait même pas aborder, y a mis les milliards produits du travail des Français ; on n’a jamais vu le million d’emplois ; on a vu que le pins sur la veste de Gattaz. En outre, ce dernier préconisait l’instauration d’un « smic jeunes », ce qui revenait à de l’esclavagisme.

Que dire de plus ?

J’ai mal à ma France et à son histoire et à son particularisme, noyé aujourd’hui dans idéologie néolibérale anglo-saxonne…

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 17 mars 14:45

    ’’J’ai mal à ma France et à son histoire et à son particularisme, noyé aujourd’hui dans idéologie néolibérale anglo-saxonne…’’

     

    Je pense que nous sommes nombreux à avoir mal.

     

    « Nos plaies ouvertes saignent parce que les gens voient qu’un tas de connards à qui ils ne confieraient même pas un stand de hot-dogs dirigent leurs vies. » (Tim Willocks)


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 mars 16:13

      Ca aura mis du temps pour qu’un certain nombre de personnes s’aperçoive que le débarquement US n’était pas une libération mais un opération colonialiste. La différence avec les méthodes du XIXème siècle, c’est qu’ils ont remplacé les cantiques par le jazz, les missionnaires par les young leaders et la messe par Hollywood.

      Beaucoup commencent à ouvrir les yeux, mais il reste du chemin à faire. 


      • Xenozoid Xenozoid 17 mars 16:20

        @Séraphin Lampion

        j’imagine les gaulois faire pareil et 1000 ans + tard attaquer/défendre le latin a jérusalem et sur le chemin cartonnant constantinople,.l’Histoire....


      • LeMerou 18 mars 05:24

        @Séraphin Lampion
        Pas trop d’accord, sont arrivés d’abords parce que leurs intérêts allaient être menacés à long terme, puis réalisé de l’importation définitive, et c’est vrai qu’ensuite, une fois sur place.
        Bah, si ont aidait tout ce petit monde à vivre ......Mieux.......Enfin comme nous en fait..


      • Albert123 17 mars 16:18

         « il faut retourner au travail malgré les risques encourus à cause de la pandémie du covid et surtout, il faut arrêter les aides, notamment le chômage partiel. »


        en échange si on arrête le confinement, le couvre feu, les masques, la vaccination et l’apartheid sanitaire qui va avec et qu’on récupère toutes les libertés perdues depuis 52 semaines, je suis totalement d’accord.


        avec une létalité à 0.003 % pour les population de  de 65 ans (chiffres officiels santé publique france), on peut tout à fait reprendre une vie normale,


        on laisse le choix aux boomers égoïstes et apeurés de finir leur vie sous cloche si cela leur chante.


        • waymel bernard waymel bernard 17 mars 18:29

          @Albert123 Entièrement d’accord aussi, surtout si les médecins généralistes se mettent enfin à traiter les malades avec autre chose que du doliprane.


        • L'apostilleur L’apostilleur 18 mars 09:39

          @Albert123

          Vous devez avoir coupé les liens avec vos parents âgés et vous résonnez en bel égoïste ! Sous une cloche ?


        • Albert123 18 mars 09:55

          @L’apostilleur

          je vois ma mère tous les jours pour la soutenir quand à mon père il est décédé des conséquences du confinement pauvre taré dégénéré.


        • L'apostilleur L’apostilleur 19 mars 08:32

          @Albert123

          Vous n’êtes pas très respectueux envers votre père dont vous avez hérité quelques traits semble-t-il 


        • Taverne Taverne 17 mars 18:39

          Tout ce qui est rare est cher.

          La vie est rare (elle est fragile, courte, et chacun n’en a qu’une).

          Donc la vie est chère.

          Tout ce qui va dans le sens de la préservation de la valeur de la vie en temps de grande menace est bon. C’est en ce sens que je comprends le « quoi qu’il en coûte ». La priorité était de protéger les plus vulnérables (les vieux, les acteurs économiques fragilisés). Mais toute aide ne relève pas de cet impératif essentiel (on ne sauvera pas tout). Le quoi qu’il en coûte ne doit pas virer au « quoi qu’il encroûte ». Les situations ne doivent pas s’encroûter.


          • L'apostilleur L’apostilleur 18 mars 08:34

            « ... «  quoi qu’il en coûte »... slogan politique de la macronie, dans la tentitive d’aacrocher la gauche au wagon... »


            Slogan ou réalité ?


            Allez jusqu’au bout et dites-nous qu’il ne fallait pas. 


            Quand Macron voit une décision critiquée par ceux dont c’est le seul moyen d’expression et le patronat il doit se dire qu’il est sur le bon chemin. 


            • ETTORE ETTORE 18 mars 12:10

              Le MEDEF..... La page de punitions, contrecollée du gouverneMENT !

              On pourrait presque lire au travers, la politique MAC(t)RONNALE.

              Vu que chacun de ces deux tirailleurs, veulent dégraisser chacun de leur côté pour se retrouver au centre des bénéfices....,

              Dites nous contre qui, nous devons entrer en résistance, pour en faire tomber...Un !


              • yvesduc 18 mars 21:34

                Je suis ahuri par ce discours tenu par certains intellectuels et éditorialistes consistant à jouer les vieux contre les jeunes, alors que l’éradication non-pharmaceutique est écartée soit disant pour des raisons éthiques. Quitte à recourir à des procédés non-éthiques (ce que n’est pas l’éradication non pharmaceutique !), autant choisir ceux qui mènent au zéro Covid !!! smiley 

                Nous virons décidément une ère de ralentissement intellectuel, et c’est un euphémisme… smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité