• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets Jaunes de l’essoufflement à la prise de conscience (...)

Gilets Jaunes de l’essoufflement à la prise de conscience ?

JPEG

Personne n’aurait pensé en octobre 2018 que les Gilets Jaunes continueraient leurs manifestations en mars 2019. Comme nous l’avons déjà écrit, la détresse de ces derniers et leur grande motivation ne doivent jamais nous faire oublier le sérieux dramatique et désillusionné du constat politique. Il était naïf de croire que les Gilets Jaunes pourraient changer le rapport de force entre les dominants et les dominés. En réponse, Macron leur a accordé le « Grand Débat National », qualifié par Mélenchon de « grand bavardage macronien ». Le GDN a montré les deux faces de la comédie républicaine : « la dictature, c’est ‘ta gueule’ ; la démocratie, c’est ‘cause toujours’ ». Pour être clair, nous n’obtenons jamais le droit à la parole, et si les responsables politiques, pour calmer l’ire populaire, semblent l’accorder, ils s’en moquent en réalité éperdument. 

D’une manière générale, nous constatons que ni les revendications des Gilets Jaunes, ni bien sûr les thèmes imposés par l’exécutif pour le GDN, n’abordent les vrais sujets : Dieu, la France, la légitimité politique, les questions institutionnelles, la morale et les mœurs - en particulier les attaques continuelles contre la famille - la souveraineté de notre pays, l’immigration légale et clandestine, la crise identitaire, la propriété privée face à la confiscation d’état, etc. Est-ce là l’explication principale de l’insuccès de cette « révolte citoyenne » et du GDN ? Nous le pensons fortement. Posons le sujet clairement et reprenons les trois tamis du grand Socrate : vérité, bonté, utilité. Les sujets évoqués esquivent la vérité : pour beaucoup, ils expriment un ressenti personnel ou sentimental. La bonté est quant à elle mise à mal par des violences que le pouvoir sait sinon susciter, du moins laisser faire, et instrumentaliser pour manipuler l’opinion. Quant à l’utilité… : à quoi cela sert-il de contester un système si, en définitive, les « contestataires » ne le remettent pas en cause dans ses fondements ? 

Alors que notre pays traverse une crise religieuse, (géo)politique, sociale, philosophique et morale sans précédent, les préoccupations de beaucoup de Français se concentrent sur les taxes, les vacances estivales, la météo pour pouvoir déjeuner dehors, l’élimination des clubs français de football des compétitions européennes, leur future coupe de cheveux ou le prochain tatouage maori sur l’épaule… Toute proportion gardée, nous vivons la chute de Rome. Nous sommes très peu à nous en rendre compte. A quand une prise de conscience massive ?

Rappelons tout de même que les Gilets Jaunes n’ont, selon leurs propres chiffres, jamais réuni plus de 300 000 manifestants dans la rue (1). Alors oui, chacun sait que pour le comptage il existe souvent un décalage entre les données fournies par les organisateurs et le gouvernement. C’est encore le cas dans notre affaire. Néanmoins, nous remarquons que la tendance relevée par les Gilets Jaunes et le Ministère de l’Intérieur montre clairement une baisse de la mobilisation depuis l’Acte IX du 12 décembre 2019 : l’écart porte sur le niveau de mobilisation, non sur l’évolution de fond. Tout indique clairement une courbe descendante, et il n’y a rien d’étonnant à cela… Nous l’avons répété maintes fois depuis des mois : les Gilets Jaunes ne perçoivent pas l’enjeu civilisationnel de notre époque. 

Sisyphe fut condamné par les dieux - pour les avoir défiés - à essayer éternellement de faire rouler jusqu'en haut d'une colline du Tartare un rocher, qui, avant d’atteindre le sommet, redégringolait chaque fois tout en bas. Il y a un peu de cela chez les Gilets Jaunes. En effet, ils continuent leurs actions pour… les continuer. Le sens de leur combat semble s’être évaporé au fil du temps, car il s’est heurté à la fois au mutisme du gouvernement et à l’indifférence de la majorité des Français. Finalement, la dynamique n’a jamais penché en leur faveur. La première journée de mobilisation fut la plus forte et ensuite celle-ci s’est distendue, puis étiolée. Nous sommes loin de l’effet boule de neige. Pour ne pas se déjuger et perdre la face, ils appellent encore à défiler dans la rue les samedis. Mais c’est fini : les Gilets Jaunes ne renverseront pas le régime macronien. Ce dernier ne prendra pas réellement en considération la majorité des revendications. Ne serait-il pas enfin venu le temps d’une réelle prise de conscience politique ?

Effectivement, depuis leur lancement, les Gilets Jaunes se sont trompés dans leurs idées et dans l’expression de celles-ci. Un seul exemple pour illustrer notre propos : au lieu de bloquer les Français aux péages ou aux ronds-points, il aurait fallu tenter de bloquer les institutions : l’Elysée, Matignon, le Sénat et l’Assemblée ? ou tout simplement les Impôts, Mairies, Préfectures. Nous sommes, nous Français, épris de liberté. France vient du peuple Franc qui signifie « homme libre ». Entraver notre liberté fut une véritable erreur tactique qui découle d’une très mauvaise analyse politique. Certains l’oublient d’ailleurs trop souvent, mais en République il faut demander le droit de manifester… En 1789 ou en 1917, je ne suis pas certain que les révolutionnaires aient supplié Louis XVI ou Nicolas II pour se réunir sur la place publique et mener leurs exactions. Autres époques, autres mœurs !

Selon les chiffres de l’AFP, 400 à 500 000 personnes auraient participé à la grande farce de la consultation démocratique. Ajoutons à ce chiffre les Gilets Jaunes, et nous arrivons en tout et pour tout à moins d’un million de personnes qui ont concouru à ces deux exercices ‘démocratiques’, dans un pays où nous sommes 67 millions. L’exécutif déploie même toute son énergie pour trouver des participants en vue de clôturer les travaux du GDN. Cela en dit long sur le succès de cette entreprise… Quand est-ce qu’ils comprendront tous que la démocratie ne correspond pas à l’expression du génie de notre peuple ?

Tocqueville ne figure pas dans notre panthéon intellectuel, mais nous reconnaissons qu’il a développées certaines analyses remarquables. Les institutions et les pratiques démocratiques, écrivait-il, « réveillent et flattent la passion de l’égalité sans jamais la satisfaire pleinement ». Les Gilets Jaunes et le « Grand Débat » illustrent parfaitement ce constat. A bien y regarder, le « grand bavardage » ressemble étrangement au RIC (2) réclamé par… les Gilets Jaunes. Les participants aux deux événements, souvent les mêmes d’ailleurs, oscillent entre l’espoir vain d’être entendus et la crainte réelle d’être trompés. Voilà la réalité démocratique que nous ne cesserons jamais de dénoncer. Elle s’érige d’elle-même en véritable imposture. Vouloir rester dans ce cadre institutionnel indique clairement qu’on ne mesure pas la nocivité d’un tel système. Et dire que des partis dits de droite, de droite dure, et de droite extrême soutiennent le RIC et la démocratie populaire. Pas étonnant qu’ils échouent depuis des années à conquérir le pouvoir ! (3)

Macron a beaucoup de défauts, les plus importants étant ses idées politiques, mais ne faisons pas l’erreur de le considérer comme un stupide. Les Gilets Jaunes veulent le RIC. Il leur accorde un hochet auquel personne ou presque ne participe. Cependant, le Président pourra toujours expliquer qu’il a entendu les aspirations profondes des Gilets Jaunes en ayant organisé le GDN. Entendre n’est pas écouter ! Il faudrait être un véritable idiot ou une personne très cynique pour considérer que les inquiétudes, les révoltes, les crises dans lesquelles nous sommes plongés depuis des lustres, seront réglées par des logorrhées verbales sentencieuses…

Dans un système sain, comprendre une monarchie catholique de droit divin, l’opinion publique (abreuvée par les mass médias), les sondages (réels ou truqués), les organisations financières nationales ou transnationales ne gouvernent ni n’exercent une pression négative sur l’Etat. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Roi ne tire pas sa légitimité du peuple, de l’élection, ni de l’onction cathodique. Le pouvoir royal est absolu. Ce mot tire son origine du latin « ab-solutus », sans lien. Il faut comprendre cela comme être indépendant vis-à-vis des puissances terrestres, ce qui ne signifie pas sans entraves ni sans limite aucune. De plus, le Roi a pour lui la dimension du temps et l’expérience des siècles. Etant donné que sa place ne se joue pas à la compétition du tous contre tous, il dispose des marges de manœuvre nécessaires pour travailler, non pas à l’intérêt général, mais au bien commun. Louis XIII le Juste avait écrit : « La France a bien fait voir qu'étant unie elle est invincible, et que de son union dépend sa grandeur, comme sa ruine de sa division. » Ne l’oublions jamais, et commençons par être tous unis derrière la bannière fleurdelisée… 

Franck ABED

(1) Le Nombre Jaune sur Facebook

(2) Référendum d’Initiative Citoyenne

(3) Lire «  Panorama critique de la droite nationale » de l’auteur


Moyenne des avis sur cet article :  1.35/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • lala rhetorique lala rhetorique 20 mars 11:10

    Le mouvement se durcit ; beaucoup de gilets jaunes ne défilent plus, car peur des représailles policières traumatisantes. Ces représailles ont accouché d’un mouvement dur, la violence entraînant la violence. La véritable demande des gilets jaunes et de ceux qui y adhèrent, c’est que le peuple reprenne ses droits. Les tentatives de noyer ce fondamental par des débats et autres ne sert à rien. Les français ont pris conscience qu’ils ont beaucoup à récupérer côté argent en reprenant le pouvoir et en vérifiant TOUT ! Et ce qui est intéressant et réconfortant, c’est que si le nombre des participants baisse, il y a une solidarité qui se forme entre gilets jaunes de plusieurs pays européens. J’ai toujours dit et ça ne date pas d’aujourd’hui, qu’une révolte, si elle se fait et aboutit, sera européenne ! Les élections européennes ne concernent pas les gilets jaunes, mais les partis politiques, donc ce n’est pas un atout potentiel pour les gilets jaunes. Si cela avait été le cas, Macron aurait fait en sorte que le débat national finisse rapidement et aboutisse illico à des solutions « calmantes ». Les gilets jaunes savent très bien que ces élections ne servent et serviront à rien et n’iront jamais dans le sens du bien être du peuple.


    • izarn izarn 20 mars 13:43

      @lala rhetorique
      Mais les élections européennes servent de sondages en réel depuis toujours, et donc de pronunciamento du pouvoir si celui-ci arrive en tête !
      Il serait stupide pour les GJ de ne pas aller voter...Contre !
      Effectivement, député européen, ça sert à rien...Sinon, si les « populistes »ont la majorité, à fiche le bordel nécessaire à l’écroulement du machin.
      Faire comme UKIP...
      Mais si les GJ, n’ont pas compris que tous leurs malheurs viennent de l’UE...
       smiley
      Y a plus rien à faire ; c’est mort.
      Encephalogramme plat.


    • Konyl Konyl 20 mars 14:03

      @lala rhetorique

      « Les Français » non mais 0,04% de la population c’est pas « Les Français ».
      Evidemment le Français est devenu faignant, alors proposez lui d’aller manifester pour lui pendant qu’il peut jouer a Candy Crush devant la télé, il répondra qu’il vous soutient pour un sondage, les yeux fermés.


    • lala rhetorique lala rhetorique 20 mars 14:27

      @izarn
      Si les élections servaient à quelque chose, elles seraient interdites (Coluche)


    • lala rhetorique lala rhetorique 20 mars 14:33

      @Konyl
      Il suffit d’une seule personne pour tout changer, historiquement on le sait déjà. Puis le mâle a toujours accepté d’aller à la guerre tandis que c’étaient les femmes qui descendaient dans la rue pour lancer les révolutions.... Par ailleurs, le pire pour moi c’est de baisser les bras et de courber la tête, car tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir !


    • Le421 Le421 21 mars 08:00

      @izarn

      Mais si les GJ, n’ont pas compris que tous leurs malheurs viennent de l’UE...

      Ramener tout à l’UE, c’est oublier un peu vite l’attitude des dirigeants français successifs vis à vis de CETTE UE. Et notamment, pour commencer, Sarkozy qui a chié sur le référendum de 2005...
      Non. L’UE n’est pas l’alpha et l’oméga de nos problèmes. Nos politiques sont complices. Et faire croire le contraire comme le fait si bien l’UPR est un marché de dupe.


    • Armelle Armelle 21 mars 10:18

      @Le421 Bonjour,
      Sur ce point nous sommes d’accord. Une fois n’est pas coutume smiley
      Sinon, heu... la duperie nationaliste de l’UPR risque fort de prendre fin définitivement dans quelques jours !!! Son fond de commerce disparaîtra le 29 mars avec le naufrage des rosbeef... l’article 50 dont on nous rabâche ici les louanges risque de se révéler saignant !!! Article 50 article 50 article 50, oui mais à quel prix. Dans le même principe, nous pourrions dire que boire un verre d’eau de javel, et bien C’EST POSSIBLE !!! 
      J’ai infiniment plus de respect pour Mélanchon que pour Asselineau, ce ressuscité du 18ème siècle qui avait la prétention de prendre le pouvoir avec un miroir aux alouettes...C’est dire !!! Les Izarn, Fifi et autres petites mains de propagande ne sont que les victimes de ce gourous napoléonien...
      Mais quand vous parlez du nabot avec le référendum, certes il est responsable mais certainement pas autant que nous (c’est trop facile), le peuple, qui n’avons pas bronché !!! Et si les gilets jaunes n’ont pas « vraiment » réussi à fédérer, le mouvement étant tjrs groupusculaire , je pense en revanche qu’en 2007, si un mouvement contestataire était né, l’issue aurait sans doute été différente.
      Bonne journée


    • Armelle Armelle 21 mars 10:34

      @izarn
      Si vous souhaitez expliquer aux GJ que tous leurs malheurs viennent de l’UE, vous en profiterez pour expliquer aussi aux milliers d’anglais pourquoi ils vont perdre leur boulot, notamment les salariés de la boite qui produit les ailes d’avions Airbus, les salariés de BMW, qui déjà a décidé de délocaliser, pareil pour Toyota...
      Et toutes les conséquences qu’il est aujourd’hui impossible de jauger, du style coûts engendrés par les nouvelles dispositions douanières qui pèseront lourdement sur la balance extérieure !!! Mais peut être avez vous la naïveté de penser que vivre en autonomie totale et brutale est possible, c’est votre droit mais cessez votre propagande mensongère, c’est lassant !!! 
      L’idéologie, c’est bien mais quand celle-ci prend l’ascendant sur la raison, ce n’est plus de la persévérance c’est de l’entêtement


    • lala rhetorique lala rhetorique 20 mars 11:13

      Quant aux différents partis politiques, qu’ils se remettent en question, car si le peuple a été obligé de descendre dans la rue, c’est bien parce qu’ils ne représentaient plus du tout une opposition ni une ouverture démocratique. Ces partis politiques sont comme les religions, il faut ne pas se poser de questions pour y adhérer et y croire !


      • Le421 Le421 21 mars 08:07

        @lala rhetorique
        Permettez-moi tout de même, en tant que militant LFI, de constater que beaucoup, je dis bien beaucoup, de points sont communs entre les demandes des gilets jaunes et le programme de l’avenir en commun.
        Faire croire que le RN a des points communs avec le mouvement n’est pas faux, mais il s’agit de récupération politique.
        Demandez-donc à ces gens si ils veulent augmenter le SMIC (pouvoir d’achat) ou rétablir l’ISF (justice fiscale).
        Vous aurez la réponse...

        Quand à s’exonérer de tout parti politique, on est encore dans l’illusion. A partir du moment où les êtres humains se réunissent et discutent de ce qui serait bon pour la collectivité, ils font de la politique. Et penser que tous les chefs sont pourris, c’est la solution de facilité idiote et stérile qui mène à « je vote RN rien que pour faire chier ».


      • ZenZoe ZenZoe 21 mars 09:49

        @Le421
        Faire croire que le RN a des points communs avec le mouvement n’est pas faux, mais il s’agit de récupération politique.

        Et vous, en tant que militant LFI, vous faites quoi là ? smiley


      • Taverne Taverne 20 mars 12:33

        Je lis : "D’une manière générale, nous constatons que ni les revendications des Gilets Jaunes, ni bien sûr les thèmes imposés par l’exécutif pour le GDN, n’abordent les vrais sujets : Dieu,...« 

        C’est peut-être pour cela que l’on place des philosophes comme têtes de listes aux Européennes ? C’est peut-être aussi pour cela aussi que le président a fait venir à lui 60 intellectuels (ou assimilés) l’autre jour ? Mais, les philosophes ne vont pas sauver le monde ! Ce sont des philosophes qui font juste leur travail de philosophes, tout comme les professeurs ou les artisans font leur travail de professeur ou d’artisan.

        Aide-toi, le »ciel" t’aidera.


        • izarn izarn 20 mars 13:47

          @Taverne
          C’est de la com, du spectacle....
          Macron=Spectacle.
          Derrière c’est l’UE et Washington.
          Macron est le capo du Système.
          Aucune philosophie la dedans...


        • Taverne Taverne 20 mars 14:23

          @izarn

          Je ne suis pas dupe de la chose ; je sais qu’il joue les Shéhérazade : il raconte mille et un contes pour différer l’heure de sa condamnation à mort... smiley


        • ZenZoe ZenZoe 21 mars 10:02

          @Taverne
          Oui, mais à la fin, le sultan ne tombe-t-il pas fou amoureux de Shéhérazade ?


        • Taverne Taverne 21 mars 10:23

          @ZenZoe

          L’état amoureux ne peut pas se produire deux fois. Il a joué pour la campagne électorale, qui est désormais d’un autre temps, oubliée. Loin derrière sont les promesses dont celle du maintien de l’âge de la retraite à 62 ans.


        • Attilax Attilax 20 mars 14:21

          Les GJ "n’abordent (pas) les vrais sujets : Dieu, la France, la légitimité politique, les questions institutionnelles, la morale et les mœurs« 

          N’importe quoi.

          Les GJ abordent justement frontalement les questions de la France (Identité assumée, drapeau tricolore et Marseillaise à gogo), de la légitimité politique ( »Macron démission") et les questions institutionnelles (avec le RIC et une nouvelle constitution par exemple) !

          Quand à Dieu et la Morale, redescendez sur terre, ils veulent pouvoir croûter tous les jours sans être à découvert dès le 15 du mois, alors dieu le père, vu ce qu’il fait pour eux ces derniers temps, franchement, je pense pas que ce soit une priorité.


          • Le421 Le421 21 mars 08:10

            @Attilax
            Votre constat est trop simple pour certaines « têtes d’ampoules » !!
            Il est pourtant vrai.


          • tiers_inclus 20 mars 20:00

            « Il était naïf de croire que les Gilets Jaunes pourraient changer le rapport de force entre les dominants et les dominés »

            Votre idéologie royaliste vous conduirait elle psychologiquement à un transfert ?

            Pulsion inconsciente de voir les mouvements populaires avorter ?

            Ce qui expliquerait ce défaitisme que vous posez comme un fait acquis avec aplomb sans le motiver.


            Sur le fond, je vous rejoins lorsque vous évoquez la nécessité d’une introspection profonde, spirituelle et philosophique de la civilisation occidentale.

            Toutefois, vous avez certainement observé que la plupart des occidentaux s’en tiennent au stade esthétique (Kierkegaard) pour l’essentiel. Alors il n’y a pas de mystère, car statistiquement incontournable, au fait qu’une revendication populaire se déploie sur des valeurs esthétiques. Enfin Maslow vous aurait confirmer que les besoins sont hiérarchisés.

            Votre questionnement est tout sauf pragmatique.


            La plupart voire tous les mouvements populaires naissent d’une longue série de petites mesures subies, le politique appliquant la méthode des petits pas, minus 1er ayant développé quelques enjambées.


            Lorsque le vase déborde, il n’y arien d’étonnant à ce qu’une grande remise en question soit produite. C’est typique car le peuple fait preuve d’endurance ... jusqu’à la limite de rupture. Rupture que le pouvoir a feint de ne pas entrevoir d’où ce débat grotesque et opportuniste. Mais la situation de rupture est présente, et on ne soigne pas un malade sévère avec des pansements.


            Ce n’est donc pas la fin de l’histoire.





             


            • lee oswald lee oswald 20 mars 20:52

              Bonjour , Macron n ’existe plus ; il a été débranché (comme l ’avait été Hollande dans la deuxième partie de son quinquennat ) par l ’état profond qui a pris les commandes directes ; cet état profond veut se maintenir au pouvoir par marionnettes politiques interposées et continuer à mettre la France au service de l’oligarchie financière et les intérêts américano -sionistes .

              Cet état profond qui a d ’autres noms tient d ’une main ferme le ministère de      l ’intérieur et l ’ état major de l ’armée .


              • Pierre29 Pierre29 21 mars 04:13

                Encore un article qui fleure bon l’arrogance et le mépris.

                Si c’est pour tirer les autres vers le bas et la désespérance, il eut été préférable de vous abstenir.

                Celui qui n’est pas capable tout ce que ce mouvement a dores et déjà apporté a sans doute déjà perdu toute crédibilité. Ne pas percevoir que ce mouvement est constamment évolutif et le réduire à la répétition de manifestations le samedi est tout simplement une démonstration d’ignorance et/ou de mauvaise foi.


                • Le421 Le421 21 mars 08:12

                  @Pierre29
                  Et la diminution du nombre de manifestants n’est pas du au manque de sympathisants. Beaucoup restent à la maison et n’en pensent pas moins. Une bonne petite raclée aux élections sera la meilleure réponse.
                  Mon bulletin de vote est prêt. Les procurations aussi...


                • Réferendum

                  Initiative

                  Citoyenne.

                  Reprendre l’Initiative et le Contrôle.


                  • sweach 22 mars 11:35

                    *les vrais sujets : Dieu, la France, la légitimité politique, les questions institutionnelles, la morale et les mœurs - en particulier les attaques continuelles contre la famille - la souveraineté de notre pays, l’immigration légale et clandestine, la crise identitaire, la propriété privée face à la confiscation d’état, etc.*

                    Moé ?

                    Apprenez d’abord ce qu’est un vrai sujet.

                    Alors la religion, la morale et les mœurs, je dois vous avouer que ce sont presque des préoccupations de luxe quand les problèmes sont les loisirs, le logement, la nourriture, la maladie, le vivre ensemble et surtout les revenues qui y contribue.

                    Les vrais problèmes tournent plutôt autour de l’argent et de la justice sociale.

                    Le mariage pour tous, les immigrés ou encore pire Bénalla, on s’en bat l’oeil quand on n’a pas de vie de famille, un logement pourri, le chômage, aucun loisir, une nourriture de mauvaise qualité, bref qu’on a une VDM.

                    *Est-ce là l’explication principale de l’insuccès de cette « révolte citoyenne » et du GDN ?*

                    Alors pour la révolte citoyenne vous avez tout faux, des Milliard de dégât sur l’économie pendant les fêtes de noel, il y a le feu sur le gouvernement par le patronna.

                    Le GDN est une blague pourquoi vous en parlez ?

                    *Les Gilets Jaunes veulent le RIC*

                    NON !!! les médias veulent le RIC, quoi de mieux qu’un outil direct pour mettre en place des lois par le peuple dont l’opinion est manipulé par les médias.

                    Au départ ce RIC n’existait pas, les gilets jeunes veulent juste un meilleur niveau de vie, point barre.


                    • Yann Esteveny 23 mars 07:45

                      Message à Mr Franck Abed,

                      Bon article. Merci. Pour faire simple, la majorité des Gilets Jaunes effleurent les problèmes par les difficultés qu’ils croisent, ne débattent pas sur le sujet de fond, et cherchent l’espoir où il n’y en a pas.

                      Respectueusement


                      • sylviadandrieux 23 mars 15:15

                        Dieu a regardé Louis XVI sans rien faire sans bouger, pendant 15 ans.Puis n’y tenant plus, Il a levé les yeux au ciel et s’est dit : "bon sang de bonsoir, je lui donne la couronne alors qu’il n’était même pas censé l’avoir et c’est tout ce qu’il fait, il arrive à tout faire capoter, le peuple se révolte, fait la révolution.

                        En 2019 les Français devraient penser au roi ??? les rois pensaient t-il aux Français à la cour de Versailles (ou ailleurs) ?

                        Il y a d’excellents livres sur le site Gallica, concernant la vie de ces excellents rois !!

                        La royauté fait partie du passé et ce qui est passé est fini.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès