• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets jaunes : la colère des travailleurs pauvres

Gilets jaunes : la colère des travailleurs pauvres

JPEG

Refusant le jeu de la représentation par des syndicats ou des formations politiques, les gilets jaunes, mouvement protéiforme et non structuré, appelle à la démission d’Emmanuel Macron et de l’Assemblée nationale pourtant démocratiquement élus. Pour mettre qui à leur place, pour faire quoi ? Mystère d'autant qu'en coulisses les partis d'opposition sont aux aguets. C’est bien là toute la faiblesse d’un mouvement reposant uniquement sur la colère, sans projet ni autre revendication que la baisse de la fiscalité. A priori du moins. Car au fond ce qui semble ressortir, c’est le ras-le-bol d’une France populaire et moyenne qui, bien qu’insérée par un travail, boucle difficilement ses fins de mois et vit dans l’angoisse de basculer dans la pauvreté au moindre incident. Une France acculée entre un travail mal rémunéré et une fiscalité qui laisse de moins en moins de reste à vivre malgré des trains de vie modestes.

La colère pourtant est souvent mauvaise conseillère et ne sert à rien si elle ne prend pas une tournure constructive. Il faudrait a minima qu’elle permette de comprendre comment la société française a pu en arriver là. La France, ce n’est pas la Grèce mais depuis des décennies notre pays vit au-dessus de ses moyens comme en attestent plus de quarante années de déficits budgétaires ininterrompus. Faute d’une richesse à redistribuer en raison d’une économie qui a perdu en compétitivité et qui s’est désindustrialisée (la comparaison avec l’Allemagne est cruelle), le choix a été fait de niveler par le bas en multipliant les emplois mal payés et en tirant toujours plus sur la corde des prélèvements. La fonction publique en est une belle illustration avec une paupérisation sans précédent liée à un trop grand nombre de fonctionnaires dont on est incapable d’augmenter la rémunération, c’est le fameux gel du point d’indice, faute d’argent dans les caisses.

Et maintenant, que faire ? Pour les gilets jaunes, ce serait de passer du stade de l’exaspération stérile à celui de l’engagement dans les syndicats et les formations politiques pour peser de l’intérieur dans la construction d’un modèle de société qui intègre une frange de la société devenue invisible au fil du temps.

Il y a peu de chance que le conseil soit entendu mais une phrase prononcée par John Fitzgerald Kennedy lors de sa prestation de serment en 1961 a aujourd’hui tout son sens : « ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays ». C'est d'autant plus vrai que ceux qui dénoncent la fiscalité sont également ceux qui demandent plus de services publics dans les territoires et le maintien d'un haut niveau de protection sociale à commencer par une quasi-gratuité des soins. Peut-on avoir le beurre et l'argent du beurre, évidement non. Mais le consentement à l'impôt nécessite que toutes additions faites, on ait le sentiment d'un équilibre entre ce qu'on donne et ce qu'on reçoit.

Nous sommes arrivés aujourd'hui à un point de rupture. Il conviendrait dès lors de redonner du sens et de la cohésion à une société où les intérêts particuliers ou catégoriels ont pris le pas sur le collectif et où le consumérisme est devenue la seule boussole.

Alors que la situation actuelle est préoccupante, deux choix se dessinent. Celui du délitement, de la dérive vers les mouvements factieux ou, à l'inverse, celui d’un nouveau contrat social à inventer. Dans la seconde hypothèse, cela necessitera un pleu plus d'engagement et de reflexion que de crier "Macron démission".

 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • math math 19 novembre 09:05

    Bloquez les élites, pas le peuple..

    P’tain y comprennent rien !


    • Arogavox 19 novembre 10:18

      « pourtant démocratiquement élus. Pour mettre qui à leur place, pour faire quoi ? »

      >>> faux ou très mal analysé ! :
      1°) Rien n’a encore jamais démontré que le système de scrutin en vigueur soit un gage de démocratie !
      ... dans le sens consensuel de « pouvoir du peuple, par le peuple, et pour le peuple » !

      2°) Le plus légitime, le moins prétentieux, le plus responsable et le plus pertinent,
      avant que de se permettre de proposer ses propres vues,
      c’est bel et bien de dénoncer et œuvrer à faire cesser ce qui est inadmissible  !
      (Si le conducteur de votre bus est bourré, l’urgence est d’abord de lui faire stopper le véhicule
      et de le virer de sa place,
      avant que de lui trouver un remplaçant !)

       De plus, (premier élément de réponse au ’pour faire quoi ?’) c’est nécessaire pour rendre crédible ce qui doit dissuader les malhonnêtes des dérives qu’ils font subir au pays !

      3° ) Pour faire quoi ?
      Dans une vraie démocratie, chacune et chacun devrait avoir droit à son élément de réponse.
      Voici une modeste contribution au débat nécessaire :
      suggestion : https://mind42.com/mindmap/b4c7b420-9669-4b79-8212-4a28006c2c26


    • JulietFox 19 novembre 12:27

      @math

      Un grand pas est fait : Berger le gusse de la Confédération Française Des Trouillards, veut être reçu par Micron 1er
      Ca va c...er Colonel Trautmann !


    • Alren Alren 19 novembre 13:34

      @math

      Bloquez les élites, pas le peuple..

      Vous avez raison ! Mais impossible de bloquer les aéroports, par exemple !

      L’auteur, macronien pro-capitaliste, semble ignorer ou feint d’ignorer que si la Banque de France pouvait prêter directement à l’État avec un taux d’intérêt nul, ou à la rigueur la Banque Centrale Européenne dans les même conditions (conditions qu’elle consent aux banque privées), si on combattaient la fraude fiscale des grandes fortunes (100 milliards par an), si on supprimait les niches fiscales ménagées pour les riches et si on investissait pour la réindustrialisation du pays en créant de l’emploi, en taxant les produits venus de trop loin, non seulement il n’y aurait plus de dette mais la France connaîtrait, avec l’abandon de l’euro et des interdits économiques de l’UE, une prospérité insolente même au regard de l’Allemagne.


    • Laulau Laulau 19 novembre 13:57

      @JulietFox
      Brrr Jupiter tremble, il va falloir lui réserver un poste encore plus juteux qu’aux derniers chefs de la Confédération Française des Trouillards.


    • sokom 19 novembre 15:45

      @Alren
      Vous avez tout dit !


    • Jeekes Jeekes 19 novembre 15:59

      @Alren
       
      ’’Mais impossible de bloquer les aéroports, par exemple !’’

       
      Oh que si !
      C’est même extrêmement facile.
       
      Et vous savez pourquoi ?
      Les accès aux aéroports sont très peu nombreux, ils sont aussi facilement engorgés et quelques dizaines de personnes qui se ’’promènent’’ sur les voies d’accès suffisent à tout bloquer.
       
      Je sais de quoi je parle, j’ai participé à ce genre de blocage un grand nombre de fois. Bon faut aussi jouer au chat et à la souris avec les suppôts du pouvoir, mais c’est vraiment pas très difficile...
       


    • Le421 Le421 19 novembre 16:23

      @JulietFox
      Berger, le « gugusse » plus exactement.
      Quand le patronat rétablira l’esclavage, la CFDT négociera... Sur le poids des chaînes !!


    • aimable 19 novembre 20:47

      @Le421
      Excellent , je vois que vous suivez ce syndicat de près, parce que c’est exactement ce qu’il fait en courtisant le MEDEF .


    • Paul Leleu 19 novembre 21:36

      @math

      « Bloquez les élites, pas le peuple... »

      c’est tout à fait le problème des gilets-jaunes... concrètement, leur seule action consiste à fliquer leurs concitoyens aux ronds-points... il n’y a aucune action contre les entreprises capitalistes ni contre l’état bourgeois... ce point passe complètement sous les radars...

      dans les actions habituelles, les usagers peuvent être des victimes collatérales des blocages. Mais chez les gilets-jaunes, les usagers deviennent la CIBLE de l’action... c’est une réelle dérive.

      et sur les barrages, l’ambiance peut vite monter... les mecs se prennent pour des justiciers et jouent au flic amateur... le nombre d’incidents ne me surprend pas du tout. Va falloir que ça change, et dare-dare.

      (je précise que je suis depuis le début pour la baisse des carburants qui m’affecte personnellement).


    • #Shawford #Shawford 19 novembre 21:40

      @Paul Leleu

      Moi je suis surtout pour la baise des « carburant » ... à plein de choses, mais je ne l’aurais pas dit si j’étais complétement moi ! ^^


    • #Shawford #Shawford 19 novembre 21:40

      @#Shawford

      ... pas dit ici... mais au #B52 du jour !


    • Kapimo Kapimo 20 novembre 05:50

      @Alren

      Tout bon


    • lala rhetorique lala rhetorique 19 novembre 09:21

      Ca suffit je pense de prendre les peuples pour des imbéciles ; c’est quoi la dette au juste ? qui en a le détail ? personne ! on nous bassine avec la dette, comme un huissier de justice entrerait chez vous pour vous demander de l’argent, sans pouvoir justifier ce qui compose la dette. Ce que semblent enfin comprendre les peuples, et pas qu’en france, c’est que les gouvernants sont payés à leur tirer dessus à bout portant en obéissant à Bruxelles, sans avoir au final de réel pouvoir ! Donc on paye des gens qui nous crachent à la figure pire que les voyous des cités ! Le matraquage médiatique, ainsi que la peur entretenue par ceux là de l’extrême droite, a fait que le discernement n’a pas pu se mettre en place, car si un politique peut manipuler un peuple, un peuple peut manipuler la politique. En votant pour quelqu’un qui ne veut pas adhérer à l’europe, au moins l’élu ne peut pas se retrancher derrière Bruxelles et l’élu risque donc sa peau. Ca change donc tout. De plus, en supposant que nos dirigeants soient honnêtes, avant de balancer des taxes à droite gauche devant derrière, on met en place des alternatives, et donc on ne supprime pas des liaisons ferroviaires, on ne fait pas fermer des hôpitaux de proximité ni les tribunaux, etc.... Donc nos politiques sont malhonnêtes, j’irais même jusqu’à dire que ce sont des félons et maffieux !


      • Arogavox 19 novembre 09:59

        @lala rhetorique
        C’est à peu de choses près exactement ce à quoi je suis confronté !!
        (facture d’eau malhonnête, sans justification, et pire : les malhonnêtes qui abusent des huissiers présentant dans leur courrier des graphiques qui contredisent leur estimation de la consommation !) ...
          Juste un petit aperçu de l’état d’incohérence et d’indignité dans les ’services’ produits par notre ’République’ actuelle !

        cf « un huissier de justice entrerait chez vous pour vous demander de l’argent, sans pouvoir justifier ce qui compose la dette. »
        (seule différence : l’huissier n’est as encore entré chez moi ...
         sera-t-il bloqué par les gilets jaunes ? ...
        )


      • Alren Alren 19 novembre 13:22

        @Arogavox

        Qui vous fournit l’eau courante ? Une compagnie privée ou un office communal ?

        Si c’est une compagnie privée, ce n’est pas un « service de la république » et si vous avez des difficultés avec celle-ci, c’est le fait de la rapacité capitaliste !
        Vive le vrai service public, à bas les privatisations qui coûtent plus cher (cf. le gaz) et marchent moins bien parce que l’investissement est minimal pour maximiser le profit !.

        À l’appui de ce point de vue, j’apprends ainsi que les terribles incendies en Californie qui ont tué des dizaines de personnes et fait des dégâts pour 30 milliards de dollar (! !!) avaient été causés par la chute de lignes à haute tension en forêt.
        La compagnie a préféré distribuer des dividendes plutôt que d’entretenir les lignes.


      • Arogavox 19 novembre 13:43

        @Alren
        Croyez—vous que ce soient leurs clients qui ’choisissent’ ces entreprises ’privées’ par la décision d’élus ... non cautionnés par une proportion grandissante de gens responsables qui refusent justement ces veautes qui cautionnent n’importe quoi ? 
         !!!


      • Arogavox 19 novembre 13:49

        @Alten 
         ... et puis là, ce n’est même pas la question soulevée ! :
         le service de la ’République’ incriminé est plutôt celui que sont sensés assurer les huissiers de justice :
         est-il juste, honnête de leur part de relayer une injonction à payer, sans avoir auparavant fait seulement semblant de vérifier si cette injonction est justifiée ?!


      • Oscar Ollo Oscar Ollo 19 novembre 14:06

        @Alren

        Il manque un morceau à votre intervention : celui qui commence par « Si c’est un office communal ».

        En gros, on a le « choix » entre engraisser des capitalistes rapaces ou des politiciens pourris. Bref, la peste ou le choléra.


      • papat 19 novembre 18:25

        @lala rhetorique
        vous ne savez donc pas d’ou viens la dette ??


      • Paul Leleu 19 novembre 21:40

        @lala rhetorique

        « Ca suffit je pense de prendre les peuples pour des imbéciles... nos politiques sont malhonnêtes, j’irais même jusqu’à dire que ce sont des félons et maffieux ! »

        oui... le seul problème c’est que les gilets-jaunes s’en prennent à leurs concitoyens et nullement à l’état bourgeois ni aux entreprises capitalistes... Et ça c’est une vraie dérive... Leur seule action consiste à fliquer leurs concitoyens au rond-point... et parfois de manière fort malpolie.

        Dans les actions habituelles, les usagers sont des victimes collatérales de l’action. Chez les gilets-jaunes, les usagers sont la cible même de l’action. C’est grave.


      • #Shawford #Shawford 19 novembre 21:43

        @Paul Leleu

        Tu connais les gilets Rasta, p’itit Smartie ?


      • Le421 Le421 20 novembre 15:16

        @lala rhetorique
        La dette a été créé pour enchaîner les peuples* et les tenir par les couilles. Un ouvrier libre, c’est un ouvrier sans crédit. Sinon, il est bloqué par les mensualités à payer et ira au boulot, de gré ou de force !!
        *Loi Giscard-Pompidou Rothschild de 1973, pour la France...


      • lala rhetorique lala rhetorique 19 novembre 09:23

        Donc pas de nouveau contrat social, ça sert à rien et ça ne se fera pas, vu que c’est Bruxelles qui commande et que la france n’existe plus, les français sont devenus des européens. C’est bien sortir de Bruxelles qui est la seule voie possible et tout à fait réalisable ! Car penser que Bruxelles va demander que TOTAL et autres filoux payent leurs impôts en France, là c’est pas du rêve, c’est de la folie !


        • NEMO NEMO 19 novembre 09:37

          @lala rhetorique

          Dire que A (sortie de l’U.E.) est une condition nécessaire pour B (changement de paradigme) signifie que pour que B soit réalisée, il faut que A le soit.

          Mais une condition A nécessaire pour B peut ne pas être suffisante, c’est-à-dire que A peut être réalisée sans que B le soit, mais si B est réalisée, c’est « nécessairement » que A l’est aussi.

          Par exemple une condition nécessaire pour qu’il pleuve est qu’il y ait des nuages ; cette condition n’est pas suffisante. Quand une condition nécessaire est aussi suffisante on parle de condition nécessaire et suffisante, et la sortie de l’U.E. n’est pas une condition suffisante pour remédier aux maux que vous évoquez.


        • Le421 Le421 19 novembre 16:25

          @lala rhetorique
          Un peu trop facile... Les règles de Bruxelles sont établies en loucedé par nos dirigeants, et les français sont à la manœuvre aussi bien que l’Allemagne.


        • cettegrenouilleci 19 novembre 10:05

          à l’auteur

          Bonjour et merci pour cet article intéressant qui appelle à la réflexion sur les moyens de redresser la situation dans notre pays.

          Malheureusement, votre article est muet sur deux réalités affligeantes.

          Vous n’évoquez que le côté face de l’évolution édifiante de la répartition de la richesse créée par le travail de nos concitoyens tout au long des dernières décennies : de moins en moins pour ceux qui produisent cette richesse et qui basculent de ce fait par millions dans la pauvreté , année après année, tandis que les grandes sociétés capitalistes et les détenteurs de capitaux accroissent considérablement leurs profits par le renforcement de l’exploitation des travailleurs et par les multiples dégrèvements fiscaux qui leur sont généreusement accordés par les gouvernements de droite et de gauche sous des prétextes fallacieux (mondialisation, compétitivité...). C’est le côté pile dont vous ne dites rien.

          L’aggravation de la fiscalité imposée aux salariés et aux couches populaires (qui, eux, contrairement à ce que prétendent les défenseurs du système, payent énormément d’impôts proportionnellement à leurs revenus notamment à travers le paiement de la TVA et la liquidation par le pouvoir des droits sociaux et des services publics dont ils bénéficiaient depuis la libération) est telle que la situation est devenue insupportable pour le pays tout entier et que la colère gronde...

          Deuxième réalité affligeante occultée :

          Si des millions de salariés se retrouvent sans travail du jour au lendemain, si la population est sans cesse harcelée au quotidien par de nouvelles contraintes qui lui empoisonnent la vie et s’additionnent sans merci les unes après les autres (obsolescence programmée des marchandises, détérioration ou suppression totale des services publics, coût des transports et de l’énergie, compteurs Linky, télévision aux ordres et propagande en lieu et guise d’information, globish imposé dans tous les espaces de la vie publique et privée et liquidation de notre langue nationale, conditions de vie indignes imposées aux plus faibles, aux plus agés, aux personnes affectées d’un handicap, système de soins défaillant, vaccinations obligatoires délirantes, pollutions agricoles jusque dans les cours de récréation des écoles, des crèches, médicaments toujours plus chers, liquidation des institutions de la république, mise en place autoritaire du tout-internet et suppression de toute interface humaine dans les rapports que les citoyens entretiennent avec l’administration et les services de la « république ».....), c’est au nom des dogmes mortifères et diaboliques imposés par l’Union Européenne : concurrence libre et non faussée, libre circulation des capitaux, règlementations kafkaïennes dans tous les domaines de la vie, ponction annuelle de 9 milliards d’euros sur le Budget de la nation pour financer les désordres orchestrés par la Commission Européenne et organiser le sabotage de notre économie en finançant nos concurrents....que tout cela est imposé aux Français.



          Il y a effectivement un nouveau contrat social à inventer.

          Mais ce sera peine perdue si n’est pas organisée d’abord, avec le soutien le plus large de nos compatriotes, comme le propose l’UPR, la sortie de la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, et le rétablissement de notre indépendance nationale dans tous les domaines.


          • Le421 Le421 19 novembre 16:35

            @cettegrenouilleci
            Ou, comment aborder une explication de la bonne façon et la finir en jus de boudin.
            On quitte l’UE et demain on rase gratis.
            Le mantra UPR...


          • cettegrenouilleci 19 novembre 20:35

            Salut, le 421.

            A l’UPR, on est responsable. On ne ment pas, on ne fait pas de démagogie ; on ne fait pas de promesses qu’on ne pourrait pas tenir, contrairement à beaucoup d’autres.

            C’est pourquoi nous expliquons à nos concitoyens comment fonctionne l’Union Européenne qui décide de tous les aspects de la politique menée en France aujourd’hui, pourquoi il faut absolument en sortir, comment on peut faire pour en sortir dignement.

            Vous, avec la FI, vous dites : Restons-y ! Restons-y ! Restons-y !

            Nous, à l’UPR, nous disons aux Français : Résistons ! Résistons ! Résistons !

            Nous, à l’UPR, nous disons aux Français de toutes conditions, quelles qu’aient été leurs convictions antérieures et leurs votes exprimés à l’occasion des différents scrutins auxquels ils ont été conviés :

            Rassemblons-nous pour libérer la nation, pour la sortir des griffes de l’Union Européenne, pour défendre nos services publics, nos entreprises, nos droits sociaux, nos libertés, notre patrimoine, notre environnement, notre langue nationale, toutes choses saccagées au seul bénéfice de l’oligarchie euro-atlantique et de ses valets grassement rétribués pour prix de leur trahison.

            Rassemblons-nous pour retrouver le chemin de la dignité et de l’honneur, pour faire tonner la voix de la France qui exige le retour de son indépendance, pour sortir de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan parce que c’est la condition préalable incontournable à la mise en oeuvre d’une politique de redressement économique, de sauvegarde de nos entreprises , de nos emplois, de nos services publics , de rétablissement des droits des salariés.

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, pas de remise en cause possible de la concurrence libre et non faussée ni des fermetures d’entreprises et des délocalisations pour cause de course aux superprofits.

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, pas de maîtrise par la France de la création monétaire, zéro possibilité de contrôle des mouvements de capitaux, pas de lutte possible contre les spéculations en touts genres.

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan ; pas de reprise en main des secteurs vitaux de l’économie par l’état (énergies, transports, santé ).

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, pas de mise en place possible d’une politique d’aménagement de nos territoires !

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, pas de sauvegarde possible de nos communes et des institutions de la république.

            Sans un grand rassemblement populaire majoritaire pour faire respecter les intérêts de la nation , de ses travailleurs, de sa population, pas de sortie de l’UE, ni de l’euro, ni de l’Otan.

            Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, aucune chance de réengager la France sur « le chemin des jours heureux » dans le sillon tracé par nos aînés du Conseil National de la Résistance.


          • Balkanicus 19 novembre 20:43

            @cettegrenouilleci

            Bonjour petite grenouille

            Nous a l UFO nous ne sommes pas comme l UPR et LFI

            Nous nous proposons de sortir de l union douaniere extraterrestre Nous nous ne voulons pas etre contraint a respecter le traite de liberalisation des petits services entre planete Nous nous ne voulons pas que le gouvernement federal d oxo ici la terre nous impose sa politique discriminatoire a l encontre de nos petit artisans

            Nous l UFO proposons de sortir de cette union galactique en invoquant l article 50 et ainsi revenir a notre dignite planetaire !

            Un peu d humour..... d espieglerie.... c est la vie de.....bibi.....


          • cettegrenouilleci 19 novembre 21:06

            @Balkanicus

            Bonjour Balkanicus

            l’UFO,c’est un sigle bien étrange qui évoque les objets volants non identifiés. Il y en a beaucoup dans le paysage politique national.

            De là-haut, sans doute avez-vous suffisamment de recul pour proposer aux lecteurs d’Agoravox des clés utiles pour une bonne compréhension de la trajectoire prise actuellement par les affaires de notre pays, ainsi que des suggestions pertinentes sur la façon d’infléchir cette fâcheuse trajectoire...

            Merci pour votre commentaire.

            Bonne soirée intergalactique.


          • Balkanicus 19 novembre 21:17

            @cettegrenouilleci

            Cher grenouille, je plaisante bien sur

            Pour inflechir cette trajectoire

            Une idee bete je sais, le simple fait de creer une scoop multinationnale financer par chaque francais et qui racheterais les actions de toute entreprise strategique pour la france et qui ne pourrait etre par le fait ceder par aucun gouvernement et permettrait avec les dividende le financement de tout projet en accord avec les actionnaires

            Le peuple

            Un pied de nez a ce qui devrait etre fait par nos gouvernant

            Bonne soiree de ma galaxie


          • Le421 Le421 20 novembre 15:23

            @cettegrenouilleci

            A l’UPR, on est responsable. On ne ment pas, on ne fait pas de démagogie ; on ne fait pas de promesses qu’on ne pourrait pas tenir, contrairement à beaucoup d’autres.

            Bien sûr, c’est évident.
            C’est pour cela que je schématise en expliquant que vous répétez à l’envi que « tout est la faute de »... Pour le FN, ce sont les immigrés, pour vous, c’est l’UE.
            Chacun son défouloir.
            A LFI, on ne simplifie pas de cette façon, on a une vision globale.
            Vous nous le reprochez tout le temps, d’ailleurs.
            C’est normal, on est de bords politiques opposés, donc, in fine, je ne vous en veux pas...


          • cettegrenouilleci 20 novembre 19:08

            @Le421

            Nous ne faisons pas la même lecture de la situation.

            A l’UPR, nous ne proposons pas aux Français de se défouler avec nous aux dépens de l’Union Européenne et de ses apôtres pour se consoler des tuiles qui leur tombent sur la tête les unes après les autres.

            Al’UPR, nous ne sommes pas des aventuriers. Nous sommes des gens raisonnables, issus de toutes les catégories de la population, venant de tous les horizons politiques, décidés à travailler ensemble pour libérer la nation des pillards qui la ravagent et la détruisent avec la complicité de la classe politique indigne qui les sert.

            Ce que l’UPR propose à nos concitoyens, c’est de sortir le paquebot France de la zone des tempêtes, donc de l’Union Européenne de l’euro et de l’Otan, de se saisir des outils de navigation et de reprendre la maîtrise du cap , de réorganiser le travail sur le navire pour mener ce dernier à bon port en évitant les écueils et les chausses-trappes.

            Ramener le paquebot France au port dans les plus brefs délais, c’est mettre en application les dispositions prévues par l’article 50 du TFUE pour sortir dignement de l’Union Européenne en respectant la volonté des pays qui projettent d’y rester.

            Sortir de l’UE, n’est ni un gadget ni une fantaisie de l’UPR. C’est la condition sine qua non du rejet du dogme de la concurrence libre et non faussée, c’est le seul moyen de se défaire du dogme de la liberté absolue de circulation des capitaux et donc du libre cours laissé aux spéculations en tous genres.

            Sans sortie de l’UE, aucune possibilité pour notre pays de défendre ses services publics dans le cadre d’une politique nationale d’aménagement du territoire. C’est la loi du profit et les privatisations imposées à travers les GOPE qui prévalent obligatoirement.

            Sans sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan, aucune possibilité pour la France de reprendre le contrôle de sa monnaie et d’assurer le bon fonctionnement des échanges en défendant les intérêts de nos entreprises.

            Sans sortie de l’Union européenne, aucune chance d’engager la reprise par l’état du contrôle des secteurs industriels stratégiques (énergies, transports, santé....) , contrôle indispensable à la mise en application d’une politique de développement industriel et de progrès social. C’est interdit.

            Alors, oui, à l’UPR, on répète encore et encore qu’il faut sortir de l’Union Européenne pour que la France redevienne la France et pour que les Français aient de nouveau le droit et les moyens de décider eux-mêmes de la politique qu’il convient de mener dans notre pays.

            Si la France Insoumise veut vraiment, sincèrement, appliquer le programme social que Jean Luc Mélenchon a demandé aux Français de soutenir lors du dernier scrutin présidentiel, la France Insoumise devra nécessairement, elle aussi, rejoindre le grand rassemblement populaire majoritaire auquel travaille l’UPR pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan et redonner à la nation les moyens de conduire une politique nouvelle conforme aux intérêts de l’immense majorité des Français.

            Il n’y a pas d’autre solution et les Français sont de plus en plus nombreux à en avoir la conviction.

            Prétendre qu’on peut faire autrement, c’est mentir effrontément ou se bercer d’illusions. Dans les deux cas, le résultat assuré, c’est l’échec et l’enfoncement de la France dans un cauchemar sans fin, c’est le désastre programmé, c’est l’aggravation du chômage, de l’austérité, de la casse des services publics, des difficultés des salariés, de la population laborieuse et des petites gens dans tous les domaines.

            La sortie de la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan n’est pas une lubie de l’UPR ni de François Asselineau. C’est la balise qui permet de reconnaître ou pas la fiabilité des programmes, des discours et des promesses des politiciens qui disent vouloir conduire les affaires du pays, changer les choses dans le bon sens et dans l’intérêt du plus grand nombre en lieu et place de la soumission aux diktats de la Commission Européenne et aux intérêts de l’oligarchie euro atlantique.

            Cette boussole là sera bien utile à nos concitoyens pour savoir de quel côté se tourner dans l’isoloir à l’occasion des prochains scrutins électoraux, notamment lors du renouvellement des élus du parlement de l’UE au printemps prochain.

            Cordiales salutations


          • zygzornifle zygzornifle 19 novembre 12:56

            Macron et son Édouard veulent transformer les pauvres en gueux ....


            • Cadoudal Cadoudal 19 novembre 18:43

              @zygzornifle
              C’est un choix budgétaire qui devrait faire bondir les écologistes et énerver davantage le mouvement des gilets jaunes. Dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2018, examiné aujourd’hui au Sénat, le gouvernement transfère 577 millions d’euros de recettes de la taxe sur les carburants (TICPE), censée financer la transition écologique, pour les affecter au budget général.

              « Ces 600 millions d’euros de la TICPE vont aller au budget général. Dans le budget 2018, on consacre moins à la transition énergétique. Le gouvernement voit dans la fiscalité écologique un moyen de se faire des recettes qui ont bon dos »,

              http://www.fdesouche.com/1108813-taxe-sur-les-carburants-le-gouvernement-transfere-577-millions-deuros-du-budget-de-lecologie-vers-le-budget-general

              Augmentation budget colons clandestins mineurs isolés, plus 600 millions

              Bizarre, vous avez dit bizarre...


            • Le421 Le421 20 novembre 15:25

              @Cadoudal

              Augmentation budget colons clandestins mineurs isolés, plus 600 millions

              Un lien ??


            • zygzornifle zygzornifle 19 novembre 13:01

              Quand on est pauvre c’est qu’il y reste encore un peu a racler et il va encore racler notre trader de chez Rothschild .

              Avec Macron vous avez l’inverse de l’abée Pierre , au lieu de faire ouvrir les bouches du métro l’hiver il aurait fait arroser les pauvres avec de la flotte glacée pour les faire crever plus vite ....


              • seken 19 novembre 13:12

                « Les syndicat déguisé en gilet jaune poursuivent le mouvement »

                Mais personne d’autre ne vous le dira aussi peu hypocritement.


                • julius 1ER 19 novembre 14:31

                  Alors que la situation actuelle est préoccupante, deux choix se dessinent. Celui du délitement, de la dérive vers les mouvements factieux ou, à l’inverse, celui d’un nouveau contrat social à inventer. Dans la seconde hypothèse, cela necessitera un pleu plus d’engagement et de reflexion que de crier « Macron démission ».

                  @l’auteur, 

                  c’est tout à fait çà .... partir d’un soit-disant apolitisme , pour aller vers des revendications politiques, le chemin sera long surtout avec des revendications aussi hétéroclites que celles aperçues jusqu’à aujourdhui .....

                  les syndicats ont mis un siècle pour se structurer.... alors l’espérance fait vivre !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès