• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets Jaunes : Moscou rejette les accusations d’ingérence de (...)
#64 des Tendances

Gilets Jaunes : Moscou rejette les accusations d’ingérence de Paris

JPEG

Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Moscou, 7 mars 2019.

Source : Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie

Video : sayed7asan.blogspot.fr

 

 
Activer les sous-titres français dans le menu en haut à droite

 

Transcription :

Nous avons pris note de la publication par Le Parisien d'une interview du porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux, dans laquelle il critique de nouveau la chaîne Russia Today et l'agence Sputnik. Outre les accusations d'ingérence des médias russes dans les processus électoraux et de propagation de fakes news, devenues habituelles pour l'establishment politique français, il parle des événements politiques intérieurs. Nous avons relevé des choses absolument inacceptables. Premièrement, si vous luttez contre les fakes – et nous savons que la France donne le la dans ce processus –, présentez au moins une seule preuve que Russia Today, Sputnik ou un autre média de Russie ou d'un autre pays n'a pas correctement couvert un sujet, a publié des désinformations ou des informations non vérifiées, a reçu un démenti mais n'a pas jugé utile d'y apporter des corrections. Y a-t-il trace de tels faits ? Ou allons-nous seulement entendre des déclarations sans fin des représentants du palais de l’Élysée ?

A la question « Des ingérences étrangères sont-elles à craindre pour les élections européennes ? », le porte-parole du gouvernement français a comparé de facto Russia Today et Sputnik à la « fachosphère » et à la « patriosphère » : « Tout dépend de ce qu’on appelle ingérence. Ce que nous avons observé dans la campagne présidentielle de 2017, c’est le rôle influent sur les réseaux sociaux de deux « familles », la patriosphère et la fachosphère. Toutes deux sont très proches des médias Sputnik et RT, financés à 100 % par le Kremlin, qui ont émergé en bonne part grâce au soutien de cette fachosphère. »

Je rappelle que cela fait plus d'un mois que nous attendons la réaction des autorités françaises à la note diplomatique russe demandant de confirmer ou de démentir la déclaration du Président français Emmanuel Macron dans l'hebdomadaire Le Point, par laquelle le président de la République, qualifiant l'agence Sputnik et Russia Today France de médias « pro-Kremlin », les a placés sur le même rang que les représentants de courants politiques radicaux, notamment ultranationalistes. Ce genre de déclarations du porte-parole du gouvernement français nous laisse peu d'options pour compter sur une imprécision ou un lapsus du Président dans l'interview au Point. Il s'agit manifestement d'une persécution systématique des médias russes en France. Il est impossible, d'une part, de lutter contre les fake news et la désinformation, et, de l'autre, de persécuter les médias. Cela n'a aucun sens.

Mais les responsables français ne se limitent pas aux accusations. Il a été annoncé que le régulateur médiatique français, le CSA, cherchait à faire cesser la coopération entre la station radio parisienne indépendante Aligre FM et la radio Sputnik France. Le CSA a appelé la radio à accélérer le processus de rupture de l'accord avec Sputnik, prévue pour fin 2019. C'est là un contrôle direct exercé sur les médias, suite à un ordre du gouvernement français qui a été exécuté par des structures soi-disant indépendantes. En l'absence de telles interviews et déclarations, de récits concernant des rencontres à huis clos, nous aurions encore pu nous demander s'il s'agissait effectivement d'une volonté de médias indépendants de ne pas coopérer avec des partenaires russes. A présent, il n'y a plus de doutes. C'est un ordre politique qui a été appliqué.

Une nouvelle fois, nous assistons à une tentative des autorités françaises de limiter par tous les moyens l'activité des médias russes dans le pays, en exerçant une pression directe sur leurs partenaires français et en créant autour de notre presse une atmosphère de toxicité et de méfiance.

Nous voudrions entendre à ce sujet les commentaires des structures internationales compétentes et des ONG défendant les droits de l'homme. Nous transmettrons ces informations à l'OSCE. Nous attendons des appréciations pour savoir dans quelle mesure il est légal d'exercer une pression directe sur une radio parisienne indépendante pour la forcer à rompre plus rapidement ses liens de partenariat avec des médias russes, si l'on peut parler de respect des principes de liberté d'expression et de l'indépendance de la presse.

Nous soulignons que nous enregistrons minutieusement tous les actes de discrimination de ce genre pour les transmettre aux structures internationales compétentes. Comme nous l'avons déclaré à plusieurs reprises, nous ne voudrions pas avoir à recourir à des contremesures forcées contre les médias français qui continuent d'exercer leur activité professionnelle en Russie sans éprouver la moindre difficulté, malgré ce qu'affirment certains articles absurdes contenant notamment des éléments manifestes de fake news et de désinformation. Nous avons toujours préféré agir différemment : ne pas utiliser de leviers administratifs, ne pas recourir aux interdictions, mais répondre dans l'espace public, publier des démentis, envoyer des réponses appropriées, publier des articles, donner des interviews. On se demande vraiment pourquoi la France ne veut pas en faire de même. Craint-elle quelque chose ?

J'ai apprécié un reportage d'Euronews indiquant que mercredi, le Haut Commissaire aux droits de l'homme avait appelé les autorités françaises à mener une enquête rigoureuse sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force par les forces de l'ordre. Il est question de la violence envers les Gilets jaunes. Michelle Bachelet a ajouté que les manifestants défendaient leurs droits économiques et leur droit à participer aux affaires de l’État.

Le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux a déclaré que ce n'est qu'à l'issue d'une enquête qu'il sera possible de dire s'il existe des écarts à la norme, et s'il faut changer des éléments dans le mécanisme.

Je me demande pourquoi dans un cas, il faut mener des enquêtes et attendre leurs résultats, alors que dans d'autres cas, notamment concernant Russia Today et Sputnik, il n'y a nul besoin d'enquête, de résultats ni même de la moindre information à ce sujet avant de prendre une décision.

Soutenez ce travail en faisant un don, même modeste, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Julien S 15 mars 20:13

    Les larmes me montent aux yeux. 


    • math 16 mars 08:33

      2 décérébrés à Poutine le dictateur, faisant les cons un samedi...mais que fait la police ? 


      • zygzornifle zygzornifle 16 mars 11:15

        Une interview du porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux, dans laquelle il critique de nouveau la chaîne Russia Today et l’agence Sputnik

        Il a rien d’autre a foutre ce glandu ?

        Regarder la paille dans l’œil russe au lieu de regarder la poutre dans son trou du c** ....


        • V_Parlier V_Parlier 16 mars 11:23

          Après s’être pris dans la tronche le boomerang de leur propre propagande subversive à destination de l’étranger (les révolutions, les printemps etc...), les leaders du « monde libre » se trouvent si embarrassés qu’une seule explication peut leur convenir : Ce sont forcément les Russes qui ont fait comme eux, car dans le « monde libre » la contestation ne peut naître par elle-même. Quand on comprend comment leur cerveau fonctionne on n’est plus surpris.


          • Michel Maugis Michel Maugis 16 mars 15:53

            Devant les mensonges du FUKUS, il est évident que la Russie s’ingère facilement en disant tout simplement les vérités.

            Tous les faux-culs d’Agoravox en sont dépités. ( Math et Julien S le montrent)

            Ils sont absolument incapables de présenter un seul article ou des commentaires intelligents pour défendre ces accusations calomnieuses contre RT et Sputnik

            FUKUS= France, United Kingdom, USrael

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès