• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gilets Jaunes. Que peut faire Macron ?

Gilets Jaunes. Que peut faire Macron ?

Disons le franchement, Macron a décidé de "maintenir le cap" et de poursuivre les "réformes" anti sociales qui sont en train de ruiner notre pays. Il n'a pas l'intention de céder devant le mouvement des gilets jaunes.

Au début du mouvement des "gilets jaunes" Macron n'a pas réalisé qu'il s'agissait d'un mouvement de masse. 

Après son discours raté du 27 novembre et la manifestation du 1er décembre, Macron a constaté que le mouvement n'a pas diminué et surtout qu'il est devenu massivement populaire.

Or quand 84% des citoyens désavouent le gouvernement cela devient une crise politique !

Dans l'urgence Macron a fait des concessions mineures et ridicules, la suspension puis la suppression des surtaxes sur le pétrole et la suspension du contrôle technique détaillé.

Et même un authentique "foutage de gueule" avec le gel des tarifs du gaz et de l'électricité. Puisque ces baisses de tarifs devront être remboursées quand les compagnies les contesteront en justice.

En même temps, après le 1er décembre, Macron a organisé une riposte méthodique et impitoyable. Et mieux vaut s'y préparer activement.

Macron a appelé à l'aide toutes les institutions politiques et syndicales traditionnelles pour l'aider à écraser le mouvement des gilets jaunes.

Les dirigeants politiques et syndicaux sont venus négocier avec Macron en début de semaine.
Et les négociations se poursuivent en ce moment.

Autant qu'on puisse le savoir, le plan de bataille de Macron comprendra au moins 4 volets.

1 - Sur le plan politique.

Macron a déjà obtenu le soutien des partis de droite (PS LR RN) qui, au début, avaient tenté de récupérer le mouvement en affichant leur soutien aux gilets jaunes.

Désormais la droite ou la gauche ne soutiennent plus que du bout des lèvres et appellent au calme et à la modération. Ce qui en langage politique signifie une condamnation ferme.

Le PCF et LFI font semblant de soutenir le mouvement mais il ne s'agit pas d'un engagement concret mais d'une posture politique.

La seule activité concrète de tous ces partis politiques sera le vote d'une motion de censure dont ils savent par avance qu'elle ne peut pas faire tomber le gouvernement !

En politique on qualifie cela de "gesticulation".

Toutefois une mention particulière pour LFI et le RN. Leurs électeurs approuvent ou même font déjà partie des gilets jaunes !

Quelque soit l'opinion que l'on peut avoir de ces partis, leurs adhérents ont les mêmes aspirations que les gilets jaunes. 

Autant il faut rejeter les dirigeants de ces mouvements, autant il faut faire un effort pour attirer leurs adhérents !

Enfin il faut signaler que le parti LREM semble divisé. Macron va devoir rassembler ses troupes avant l'attaque. 

Ce que l'on peut contrecarrer en augmentant la pression sur les députés et notables LREM !

2 - Sur le plan syndical.

Les principales organisations syndicales ont publié le jeudi 6 décembre un communiqué qui se contente d'appeler au calme et qui condamne les soit disant violences des gilets jaunes.

Deux remarques sur la position des syndicats.

- Le syndicat SUD a refusé de signer le communiqué de "non soutien" aux gilets jaunes !

- Ce communiqué était tellement honteux que finalement la CGT, divisée, a retiré sa signature.

On peut en conclure que le syndicat SUD est une base solide pour obtenir éventuellement du soutien et d'autre part que la CGT est divisée entre les pros et les antis gilets jaunes.

Donc sur le plan local il faut s'attendre à trouver des soutiens syndicaux auprès des militants de base SUD et souvent CGT. Ce qui peut être particulièrement utile car ils ont des ressources !

3 - Une répression de grande ampleur.

Les images des lycéens à genoux et des autres violences policières ont fait le tour du monde. 

Après Notre Dame des Landes le gouvernement confirme son choix de réprimer par la violence toutes les formes de contestation.

Les manifestations du 8 décembre ont été l'occasion de violences policières inouies. Avec l'utilisation intensive d'armes soit disant "non létales" qui blessent ou mutilent gravement.

Plus de mille arrestations, la plupart arbitraires et opérées avant le début des manifestations.

La lutte contre la répression des mouvements sociaux implique désormais d'engager deux types d'activités.

D'abord une lutte juridique pour contester les arrestations arbitraires et les condamnations sommaires. 
La constitution de "legal team" c'est à dire des groupements d'avocats ou de juristes sympathisants est une nécessité.

Ensuite à moyen terme si la violence du gouvernement perdure il faudra se poser la question de l'auto défense.
Se donner les moyens de ne pas se faire massacrer va devenir une obligation.

4 - Des tentatives de division du mouvement.

Il y a une tentative désespérée du gouvernement pour recruter des "bons gilets jaunes" afin d'ouvrir de pseudo négociations dans le but d'isoler les "mauvais gilets jaunes".

Pour le moment c'est un échec. Malgré la création, par quelques personnes très à droite, d'un mouvement gilets jaunes "citron" et la médiatisation de leur entretien avec le premier ministre.

Néanmoins le gouvernement essayera toutes les manoeuvres possibles pour diviser et donc affaiblir le mouvement dont la principale force est son unité.

Il y a deux voies qu'il peut utiliser et qu'il utilisera sans doute :

- La question des délégués ou autres représentants pour provoquer la formation de plusieurs "camps" à l'intérieur des gilets jaunes. Ne pas avoir de représentants est une force à ce stade de la lutte sociale.

- La question du programme revendicatif puisque les membres des gilets jaunes ayant des sensibilités différentes, il serait possible de fragmenter le mouvement.

Ainsi au début du mouvement, et encore maintenant, on voit "apparaître" des revendications libérales (moins d'Etat !) ou patronales (baisse des charge) au milieu des revendications sociales légitimes !

Il faut également signaler l'apparition de la revendication du RIC (reférendum d'initiative citoyenne), qui par ailleurs est une idée intéressante. Seulement les gros malins qui proposent cela précisent que le RIC doit être la revendication unique !!

Ils demandent donc d'abandonner TOUTES les revendications si Macron nous promet, juré, craché, qu'il mettra en place le RIC ce qui va demander au moins 6 mois !

Bref il faudrait accepter de cesser le mouvement contre la PROMESSE d'un RIC dans 6 mois !! 

Il ne fait pas de doute que Macron accepterait volontiers ce deal débile afin de calmer les gens et de gagner du temps pour écraser la révolte !

Je crois qu'il est plus prudent de s'en tenir à la démarche actuelle, élaborer des cahiers de revendications sociales, et si c'est possible constituer une liste minimale qui soit accepté par tout le monde.

Sinon la balle est dans le camp de Macron, il connaît nos revendications, à lui de trouver moyen de nous donner satisfaction ... ou bien de partir.

Conclusion.

Cette semaine Macron nous présentera un ensemble de mesures afin de calmer les gens et aussi de tenter de diviser le mouvement social.

Il peut agir dans plusieurs directions :

- Accorder quelques miettes sociales, qu'il reprendra ultérieurement

- Augmenter le pouvoir d'achat en diminuant les cotisations sociales, ce qu'il a déjà commencé

- Sortir des revendications structurelles, comme un RIC bidon ou la grande concertation bidon

- Il peut demander au patronat de faire un geste - temporaire - sur les salaires

- Proposer des exonérations ou baisses d'impôts, qu'il pourra annuler ensuite

(...)

Mais le budget de l'Etat est obéré par les plus de 100 milliards de cadeaux au patronat. (CICE etc.)

Il ne faut pas s'attendre à des gros avantages sociaux mais seulement à des mesures symboliques pour se donner une image "sociale" !

Au final le gouvernement n'est pas du tout assuré de gagner la guerre contre le mouvement social.

Car tous les gens se rendent compte que la société capitaliste nous au conduit au désastre, dans tous les domaines et pas seulement sur le plan écologique !

Il nous est possible de changer les choses si l'on reste uni et surtout en étendant le mouvement.

Les manifestants lycéens et étudiants rejoignent déjà les gilets jaunes.

Mais il faut aller plus loin et préparer la grève générale, ce qui concrètement signifie qu'il faut aussi aller aux portes des usines et des bureaux demander de l'aide ...

Tous ensemble !! 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • nono le simplet nono le simplet 10 décembre 2018 09:08

    bon ! on sait dèjà que le coup de pouce au SMIC c’est niet !

    reste des primes exceptionnelles pour calmer tout le monde, des commissions théodule ... du vent ... des promesses auxquelles plus personne ne croit ...

    la baisse de impôts locaux ou sur le revenu, ça fait une belle jambe à ceux qui n’en payent pas

    ce sont les taxes, les impôts les plus injustement repartis qui doivent baisser !


    • JL JL 10 décembre 2018 09:18

      ’’ quand 84% des citoyens désavouent le gouvernement cela devient une crise politique !’’

       

      Si 84% des citoyens désavouent Macron, c’est parce que Macron a désavoué 84% des citoyens ; au moins !

       

      « Les hommes naissent tous égaux en droits et en dignité  » (Préambule de la DUDH

       

      Macron a violé cette DUDH quand il a encensé les « premiers de cordée » et méprisé « ces gens qui ne sont rien ».

       

      Ce président a fait preuve d’un mépris envers les classes laborieuses et d’un narcissisme qu’il ne serait pas exagéré de qualifier de pervers. En outre, il est aujourd’hui discrédité sur la scène internationale. Il faut impérativement que son discours de ce soir soit à la hauteur de la gravité des faits qui lui sont reprochés.


      • devphil30 devphil30 10 décembre 2018 09:24

        Ce qu’il doit dire est simple

         _ ISF sur la totalité la fortune ( tableaux , actiosn , immobiliers , voitures , assurance vie etc ) => il ne le fera pas

        _ augmentation du smic de 200 € = il ne le fera pas

        _ Dissolution de l’assemblée nationale => il ne le fera pas 

        _ Mise en place de réferendum d’initiative citoyenne => il ne le fera pas 

        _ meilleure représentation à l’assemblée des petits partis => il ne le fera pas

        Donc que va t’il faire ?

         Rien ça va être du vent et samedi prochain les manifestations reprendront

        Après plus aucune cartouche pour la sortie de crise puisqu’il sera définitivement désavoué donc il ne lui restera quoi à faire ?

        Franchement à part partir ce que je ne crois pas , je ne vois pas comment il va sortir d’un tel mécontentement général et profond


        • Alren Alren 10 décembre 2018 18:54

          @devphil30
          « ... il ne le fera pas »

          Je suis de votre avis : l’oligarchie ne veut pas lâcher un sou.
          Un mode scrutin à la proportionnelle comme c’est le cas pour les européennes, priverait le parti oligarchiste d’une majorité.

          Macron est dans une impasse totale. Je n’aimerais pas être à sa place !
          Rétablir le vitesse à 90 sur les nationales feraient perdre des milliards en PV « d’excès de vitesse ».

          Les forces du désordre sont lasses d’effectuer une répression qui piétine la démocratie et le droit à manifester (c’est du vol pur et simple de confisquer définitivement les lunettes de natation destinées à protéger les yeux des séquelles, pouvant être graves chez certains, de l’exposition aux gaz lacrymogènes très puissants utilisés).

          Un certain nombre de CRS et de gardes mobiles sont frères ou pères de lycéens qui sont réprimés avec une violence qui rappelle celle des étudiants de 1968. Les femmes âgées que l’on ne peut soupçonner de jets de pierres sont atteintes par des flashballs. Dans leurs familles cela doit beaucoup discuter ...

          Macron a oublié que le peuple français n’est ni l’allemand, ni l’anglais, ni l’italien, ni l’étatsunien ! Et j’en suis fier !


        • Christian Labrune Christian Labrune 10 décembre 2018 10:30

          Curieux article, qui paraît prendre au sérieux la possibilité, pour Macron, de refaire surface. Mais c’est prendre les Français pour des cons.

          La prise de conscience est telle, dans l’opinion, que le discours de Macron ne pourra être qu’un coup d’épée dans l’eau.

          J’ai horreur des révolutions et je ne souhaite évidemment pas que le grand bordel de ces dernières semaines s’étende encore, mais le gouvernement a perdu la main, il est définitivement discrédité aux yeux mêmes de ceux qui le soutiennent et qui ne trouvent même plus les mots pour le défendre. L’armée de godillots qui le soutenait à l’Assemblée n’a désormais plus aucune cohésion, les rats vont quitter le navire. C’est une défaite en rase campagne, ce sera Waterloo.


          • touriste 10 décembre 2018 13:38

            @Christian Labrune J’ai essayé de faire le point sur la situation actuelle.

            Si on est optimiste on dira qu’avec un soutien populaire de 75% au moins, le mouvement social des gilets jaunes ne peut que gagner.

            Si on est moins optimiste on soulignera les faiblesses du mouvement :

            Moins de 500000 personnes sont mobilisés sur un total de 20 millions de salariés. C’est un « mouvement par procuration », les gens observent, approuvent, mais ne bougent pas. Et donc il faut appeler à l’aide la masse des salariés.

            Sur le plan politique, les motivations des gilets jaunes se divisent entre les revendications sociales et des revendications capitalistes, probablement portée par des « infiltrés » de l’extrême droite libérale qui pullule sur les réseaux.

            Donc une clarification des objectifs devra être faite rapidement en évitant le piège de la scission.

            Enfin le gouvernement dispose d’une force de frappe policière et judiciaire qui fonctionne encore parfaitement et du revirement des médias qui débutent une guerre médiatique contre les gilets jaunes.

            Avec ces éléments chacun se fera son opinion.

            Personnellement je n’ai pas de boule de cristal. Je me contente de signaler les points critiques sur lesquels nous pouvons agir pour faire tomber Macron.


          • À rebours 10 décembre 2018 10:40

            Macron : « Je promets de rétablir la banque de France dans son privilège d’émission de la monnaie et d’arrêter d’endetter la France auprès de rentiers internationaux qui saignent la France avec l’intérêt.
            Je promets de rétablir Gaz de France dans son monopole public et d’en arracher la banque d’affaires qui y a été accouplée et qui saigne les Français.
            Je promets de rétablir Electricité de France dans son monopole public et de dissoudre les opérateurs privés, organisés en une fausse concurrence, qui saignent les Français.
            Je promets de ne pas vendre la Française des Jeux à mes amis, de renationaliser les aéroports vendus, les autoroutes, d’arrêter de laisser crever l’Hopital public pour avoir une raison de le privatiser. Je promets d’arrêter de vendre la France come si on était en train de la liquider.
            Je promets de sauvegarder le système de sécurité sociale français, de ne pas basculer vers un système de fausses mutuelles qui saignent les Français et les empêchent de se soigner.

            Je promets d’arrêter de tuer le peuple français rétif à coup de flux de migrants destinés à devenir le nouveau prolétariat docile, corvéable à merci. »

            Etc. etc.

            Le Peuple : « Hurrah, vive Macron !! Noël !! Noël !! »


            • robert robert 10 décembre 2018 11:18

              au sujet de l’ impôt sur le revenu, pour ceux qui en paie et qui joignent difficilement les deux bouts : mensualisation dès janvier pour le paiement de l’impôt 2019

              mais n’oubliez pas le paiement de l’impôt 2018 


              • aimable 11 décembre 2018 14:52

                @robert
                pour 2018 si j’ai bien compris la manip , les impôts sur le revenu passerons par pertes et profits , en janvier 2019 il ne sera prélevé que l’impôt sur le revenu de ce mois et il en sera ainsi tous les mois .


              • seken 10 décembre 2018 12:57

                Un article lucide et pas trop éparpillé.

                LFI RN « Autant il faut rejeter les dirigeants de ces mouvements, autant il faut faire un effort pour attirer leurs adhérents ! »


                Tout le monde est prêt a des concession sur des visions complexes et lointaines pour des arrangements concret sur quoi faire en premier.

                Rouges, Bruns, Jaunes, Noirs, Bleus, Verts, Unissez vous pour obtenir le droit de voter sur tout le reste, Unissez vous pour revendiquer le Référendum d’incitative Citoyenne*/Populaire**/Collective***, rayez la mention inutile.


                *avec tout un bordel censitaire pour désigner-contrôler des « chargés-de ».

                **formulations « populistes », pleines de difficultés d’application, de mise au réel.

                ***avec une « navette parlementaire’ », entre le peuple et le parlement.


                Affiner ce concept, trouvons un texte du RIP/RIC commun a pétitionner et regrouper a l’échelle nationale. Des pétions de démission cumulés on en as a 2.5-3M nominatif. Avec le référendum bien formulé, on pétera les 5M samedi soir prochain.


                Donc sur le plan local il faut s’attendre à trouver des soutiens syndicaux auprès des militants de base SUD et souvent CGT. Ce qui peut être particulièrement utile car ils ont des ressources !


                Tout a fait ! Les syndicalistes déposent les préavis que vous méprisez, bande d’anarchistes, mais que le préfet apprécie. Il vous nourrisse, il vous déplacent en bus, vous débarquent de palettes, tout ca au frais de la princesse... Ils ont des numéro de téléphone de gars sur les autres point de « blocage routiers ».

                Mention spéciales aux gents de la croix rouge qui sont aussi présent, sur nos petits champs de bataille urbains. Aux gents de la sécurité privés, habitués de manifs, qui se mettent en jaune pour encadrer les débordement et limiter la casse.


                 Ainsi au début du mouvement, et encore maintenant, on voit « apparaître » des revendications libérales (moins d’Etat !) ou patronales (baisse des charge) au milieu des revendications sociales légitimes !

                Ici, dans le sud, la plupart des revendications sont libérales/patronales, comme tu le dit, de base, on as PAS DE SERVICE PUBLICS. On as un service social, un tissus associatif, débordé par les syrien au point que les clochards te tienne des discourt d’extrême droite.

                Ici, on veux du pognon, sous la forme « moins de taxe », « moins cher les produit de base », par ce qu’on as du travail, on as du tourisme, des client du monde entier, des activités agricoles de luxe rentable et des milliers de riches pas si riche avec pleins de serviteurs hebdomadaires, mensuels, annuels.

                On as pas prioritairement besoin d’allocation ou de primes ou de crédits, on as besoin de pouvoir vivre avec nos salaires, nos revenus. On dois pouvoir couvrir du terrain avec des véhicules, car on dois accepter les client a 50-60km sinon le marché et trop petit, il n’y a pas de transport en commun. J’ai 300kg d’outils !

                Nous rendre nos écoles et nos hôpitaux ca nous ferais pas de mal, par ce qu’aller a Fréjus ou a Draguignan quant t’est en train de mourir, ou les aller-retour au collège (et aux activité de la vie privé bordel...), aux administrations et para-administrations. Mais ce n’est pas la revendication principale. On veux la démocratie.

                Mais il faut aller plus loin et préparer la grève générale, ce qui concrètement signifie qu’il faut aussi aller aux portes des usines et des bureaux demander de l’aide ...

                Non, cette semaine je dois travailler si le téléphone sonne, votre serviteur fera ce qu’il s’est engagé a faire. Il faut poursuivre toute cette semaine le travail ’constitutionnel’, il faut continuer de rédiger jusqu’à avoir l’unanimité de votre groupe, puis il faut aller voir les autres manifestation et fédérer vos listes.

                D’ici samedi soir prochain on peut étre 5.000.000 a avoir signé un projet de loi constitutionnel pour la fin des haricot, du peuple par le peuple pour le peuple dans la plus pure tradition républicaine, et la il n’aurons plus rien a faire pour nous désamorcer.

                RIP/RIC (exemple)

                ++





                • touriste 10 décembre 2018 13:48

                  @seken

                  Le mouvement des gilets jaunes ne fait aucune exclusive saufs ceux qui viennent s’afficher avec une carte syndicale ou politique.

                  Tous ceux qui ont les mêmes problèmes en face de Macron doivent s’unir.

                  Mais les revendications patronales n’ont rien à faire dans un mouvement social.

                  Le MEDEF nous propose moins d’Etat, donc moins de services publics.
                  Le MEDEF nous propose moins de cotisations sociales, donc moins de sécurité sociale, de retraites.
                  Le MEDEF et son larbin Macron sont contre toutes les revendications de justice sociale et fiscale.

                  A vous de choisir votre camp, chacun est libre.

                  Par contre si vous décidez de lutter contre Macron c’est seulement un mouvement massif qui pourra le renverser, et donc la grève générale !


                • capobianco 12 décembre 2018 09:52

                  @touriste
                  «  Le PCF et LFI font semblant de soutenir le mouvement mais il ne s’agit pas d’un engagement concret mais d’une posture politique »
                  Mais vous donnez la réponse ici
                   :«  Le mouvement des gilets jaunes ne fait aucune exclusive saufs ceux qui viennent s’afficher avec une carte syndicale ou politique »
                  Ne pas respecter les choix des GJ serait à la fois suicidaire pour les partis et créerait une situation de division et de diversion du mouvement. Sans oublier que les médias auraient sauter sur la « récupération », déjà que le moindre écart de langage devient « LA preuve ». 
                  Pour le reste totalement d’accord que chacun devrait mettre entre parenthèse sa sensibilité politique et venir renforcer ce mouvement. Les liens qui se nouent dans ces actions permettent d’ailleurs d’élargir l’horizon de chacun grâce aux discutions qui s’engagent autour des ronds points sur les moyens et les solutions pour sortir gagnants de cette lutte. La politique reste forcément présente face au pouvoir. 


                • Mandrin Mandrin 10 décembre 2018 16:52

                  Oui tous ensemble ! On peut se demander pourquoi les dockers, les ouvriers des usines, les routiers, les agriculteurs.etc..etc.. ne sont pas encore rentrés dans ce mouvement de masse qui risque fort de s’éteindre si TOUT le peuple ne vient pas l’aider. 


                  • Jelena Jelena 10 décembre 2018 18:04

                    @Mandrin >> On peut se demander pourquoi les dockers, les ouvriers des usines, les routiers (...)

                    Un début de réponse : Macron démission ? Mais pour mettre qui ? FI et FN font 20%, ne reste que Wauquiez... Autant dire que la fête sera de courte durée.


                  • Shaw-Shaw #Shawford 10 décembre 2018 18:07

                    @#U42

                    J’adore ces Smarties qu’ont tous les atours, par exemple ici, de vraie Déesse des Balkans Adrianatiques, ça va vous pourrir la vie, les zami.e.s, vous pouvez pas -encore- savoir... comme la NÉANT tins ! smiley smiley smiley


                  • touriste 10 décembre 2018 23:33

                    @Jelena

                    C’est une crise politique, et si Macron en réchappe par miracle il est mort politiquement. Ce qui signifie que les prochaines élections verront un Salvini prendre le pouvoir !

                    Ceux qui ne se mobilisent pas maintenant perdent toute chance de tenter d’échapper à ce cauchemar !!

                    La dynamique révolutionnaire actuelle permettrait au moins d’essayer de donner un coup de barre à gauche.

                    Ceux qui ne luttent pas sont sur de perdre, dit-on !


                  • Jelena Jelena 11 décembre 2018 08:47

                    @touriste >> d’essayer de donner un coup de barre à gauche.

                    C’est fait, ceux qui touchent maximum 125% du smic de base auront droit à une prime de 100€. Ce qui veut dire que samedi, il y aura encore moins de monde que le samedi précédent (déjà qu’il n’y avait pas grand monde...).


                  • zygzornifle zygzornifle 10 décembre 2018 18:21

                    Créer une prison pour des millions d’opposants , ha ça existe déjà c’est la France ....


                    • Le421 Le421 11 décembre 2018 13:23

                      Quelque soit l’opinion que l’on peut avoir de ces partis, leurs adhérents ont les mêmes aspirations que les gilets jaunes. 

                      Enfin, joker !!

                      Si vous pensez, ne serait-ce qu’une seule seconde, que le RN veut rétablir l’ISF, je crois que vous avez un gros problème de compréhension...

                      PS, LR ou RN, voire LREM, sur ce sujet, ils sont d’accords. Sauf, peut-être, la pointe de l’aile gauche du PS...  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès