• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Google : un ami qui nous veut du bien ?

Google : un ami qui nous veut du bien ?

Google se fait tellement de soucis pour notre santé qu’il veut savoir où nous sommes en permanence et enregistre nos déplacements, même si, par inadvertance, nous oubliions de l'en informer par un courrier électronique circonstancié.

Les nombreux gadgets et applications de Google emmagasinent nos données de localisation, même si nous avons l’idée perverse de cocher le paramètre de confidentialité que le système n’a aucun mal à contourner puisqu’il est intégré à son algorithme et transparent pour lui.

Dans la plupart des cas, par politesse, Google affiche un message semblant nous demander l’autorisation d’utiliser nos informations de géo localisation. Si nous utilisons Google Maps comme GPS, il respecte la procédure sans broncher et nous demande de confirmer notre accord pour se permettre de nous indiquer notre position qu’il connait mais ne livre à personne, vous pensez bien ! En plus, si nous acceptons, il aura la gentillesse de nous communiquer l’historique de nos pérégrinations qu’il a enregistrées en respectant une chronologie dont nous ne nous souvenons pas toujours nous-mêmes.

Pour notre plus grand bonheur, la police peut aujourd’hui utiliser ces informations pour pister des suspects, et si la fonction « historique » de leur portable est désactivée, la position de l’appareil (tant que sa batterie a un peu de courant), n’est pas confidentielle pour tout le monde, même si le le tuto de Google à ce propos mentionne : "Vous pouvez désactiver l'historique des lieux à tout moment. Quand l'historique de localisation est désactivé, les coordonnées de vos itinéraires ne sont plus stockées. "

Ce n'est pas vrai. Même si l'historique des localisations est en pause, certaines applications Google enregistrent automatiquement les données de localisation horodatées sans rien demander à personne.

Par exemple, Google enregistre notre position dès que nous ouvrons « Maps », tout simplement. Des mises à jour quotidiennes automatiques sur les téléphones Android permettent un suivi précis de nos déplacements, et les cookies dont le rôle affiché n’a rien à voir avec la localisation indiquent nos coordonnées géographiques précises au mètre carré près, et bien sûr les enregistrent sur notre compte Google, pour "nous aider ultérieurement dans nos recherches et nous guider dans nos choix", qu'ils disent.

La question de la confidentialité touche environ deux milliards d’utilisateurs d’appareils qui utilisent le logiciel d’exploitation Android de Google et des centaines de millions d’utilisateurs d’iPhone à travers le monde qui utilisent Google pour consulter une carte ou effectuer des recherches.

Dans un communiqué répondant aux objections de certains grincheux qui n’évaluent pas correctement sa capacité d’altruisme, Google a d’ailleurs clairement expliqué que c’était pour notre bien : « Google peut utiliser l’emplacement pour améliorer l’efficacité des utilisateurs de différentes manières, et notamment : l’historique des sites, les navigations sur le Web et les services de localisation au niveau des terminaux. Nous fournissons des descriptions claires de ces outils et des contrôles solides pour que les utilisateurs puissent les activer ou les désactiver et supprimer leurs historiques à tout moment."

Pour empêcher Google d’enregistrer ces marqueurs de position, il parait que les utilisateurs peuvent désactiver un autre paramètre, qui ne fait pas spécifiquement référence aux informations de localisation, intitulé "Activité Web et App" et activé par défaut, qui enregistre diverses informations sur les applications et sites Web que nous fréquentons ou même recherchons. Désactiver cette fonction empêcherait Big Brother d’enregistrer toute activité sur tout appareil.

Ces marqueurs d'emplacement apparaissent sur une page des comptes Google à l'adresse "myactivity.google.com", mais ils sont aussi épinglés sous plusieurs onglets différents, dont beaucoup n’ont rien à voir' apparemment du moins, avec la localisation.

De nouvelles règles de confidentialité des données ont été récemment adoptées par l’Union Européenne, et les grands opérateurs seraient de plus en plus surveillés en ce qui concerne leurs pratiques en matière de données, notamment à la suite d’une série de scandales sur la protection de la vie privée sur Facebook. Or, les techniques utilisées sont sophistiquées et difficiles à dépister : le site d’informations commerciales Quartz a constaté que Google obtenait un suivi des utilisateurs d’Android en collectant les adresses enregistrées par les antennes-relais de téléphones portables de proximité, même si tous les fonctions de localisation étaient désactivés

Pour les tenants du renard libre dans le poulailler libre appelé économie de marché, l’insistance de Google à suivre les déplacements de ses utilisateurs découlerait de sa volonté d’augmenter ses revenus publicitaires. Il est vrai que Google permet aux annonceurs de mesurer l’impact des annonces en ligne grâce à une fonction qui dépend des historiques de localisation des utilisateurs. Un nouvel outil baptisé "campagnes locales" utilise les annonces pour stimuler les visites en magasin et peut mesurer l’augmentation du trafic piéton dans la zone commerciale grâce aux données extraites des historiques de localisation des utilisateurs de Google.

Les enregistrements stockés dans « Mon activité » sont utilisés pour cibler les publicités sur des sites spécifiques, par exemple à un kilomètre près d’un point de repère particulier, et doivent payer plus pour atteindre ce public plus restreint.

Mais les cris d’orfraie poussés par les associations prétendant veiller à la confidentialité et protéger les consommateurs ne doivent pas couvrir le chuchotement des mauvais esprits comme l’auteur de ce billet qui tentent parfois de rappeler aux citoyens du poulailler libre que Google n’a été que la première d’une pléthore de start-ups du secteur privé cooptée par le renseignement US pour conserver la « supériorité du renseignement », et financé indirectement par la NSA et la CIA.

Comme Harry, cet « ami qui vous veut du bien », Google se fait passer pour une entreprise amicale, branchée, facile d’utilisation qui s’est élevée vers l’excellence grâce à une combinaison de talent, de chance, et de véritable innovation. C'est vrai, d'ailleurs. Mais cet aspect n’est que la partie émergée de l’iceberg. En réalité, Google est un écran de fumée derrière lequel se tapit le complexe militaro-industriel des USA. L’ironie de la situation est qu’il suffit de taper « google CIA » dans ce moteur de recherche pour avoir accès à des informations très révélatrices.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • zzz'z zzz’z 14 août 10:47

    Si c’est gratuit, c’est vous le produit.


    • Enabomber Enabomber 14 août 17:34

      @zzz’z
      ... Jusqu’au jour où vous ne vaudrez même plus la peine d’être un produit.


    • zzz'z zzz’z 14 août 18:33

      @Enabomber

      Si la RGPD arrive à augmenter le coût de chaque « produit », ce business-model sera abandonné. Parce qu’il ne faut pas rêver ; ceux qui ont mis les doigts dans la prise — même avec le Linky — ne risquent pas de prendre conscience de leur état de marchandises.

    • Enabomber Enabomber 15 août 21:41

      @zzz’z
      Assurément. Tant qu’il ne bouge pas dans sa cage, le singe peut se sentir libre comme l’air.



      • L'enfoiré L’enfoiré 14 août 14:01
        Tout cela est vrai...
        Pourtant la géolocalisation peut vous sauver la vie.
        Dernièrement on parlait sur cette antenne de la jeune Pauline Lafont....
        Si elle avait été géolocalisée, elle aurait pu être sauvée.
        Il n’y a aucune entreprise humaine qui n’a que des effets positifs ou négatifs.

        • Duke77 Duke77 14 août 22:36

          @L’enfoiré

          N’importe quoi, Pauline Laffont a fait une chute de 10 mètres, et d’après l’autopsie, est morte sur le coup ! Pourquoi raconter des conneries pareilles... si ce n’est pour vendre votre idéologie laxiste en terme de vigilance « anti- big brother ». Donc pour le moment, la geolocalisation qui sauve des vies, c’est un fantasme pour nous faire passer la pillule du « tous fliqués », pas une réalité.


        • Yaurrick Yaurrick 14 août 14:55
          Un simple téléphone mobile permet d’être localisé, l’opérateur téléphonique ayant accès au positionnement par triangulation et éventuellement connait l’identité du possesseur (via l’IMEI).

          Et on rappellera une fois de plus que personne ne vous force à utiliser un smartphone, ni à utiliser les services de google.

          • NEMO Dr Faustroll 14 août 16:50

            @Yaurrick

            .. ni même à avoir l’électricité ou une voiture !

          • NEMO Dr Faustroll 15 août 07:53

            @Dr Faustroll

            dans la série « personne ne vous force à... », je peux vous aider à compléter votre argumentaire :
            - personne ne vous force à acheter en grande surface (mais il n’y a plus grand chose d’autre comme commerces dans mon coin)
            - personne ne vous force à consommer des légumes traités, de la viande hormonée ou des œufs frelatés (mais je n’ai ni potager, ni clapier, ni basse-cour)
            - personne ne vous force à utiliser internet pour vos démarches administratives (mais certains services ne sont plus accessibles autrement)
            - personne ne vous force à marcher sur les pieds (mais je ne sais pas marcher sur les mains)

          • ceddec 16 août 09:15

            @Dr Faustroll

            Sinon il reste la télépathie, mais cette technologie n’est pas encore très au point. 
            Blague à part, les défenseurs du ’quand on a rien à se reprocher, on a rien à cacher’ et leurs arguments ridicules, c’est qu’ils n’arrivent pas à comprendre que pour le moment, pour avoir une communication entre deux postes, il faut bien que les machines communiquent entre elles. Cela ne se fait pas par la présence du Saint Esprit. C’est physique ! 
            Or, mon opérateur téléphonique n’écoute pas mes conversations, ni les enregistre à l’exception de la demande d’un juge, dans le cas ou cela me viendra à l’esprit de devenir terroriste / escroc / dealer, etc... Si mon opérateur ne le fait pas, alors pourquoi d’autres entreprises privées s’octroient le droit de le faire de façon vicieuse sous prétexte que c’est écrit dans leur CGU ? Seulement ici se pose un autre problème, celui du monopole. On n’a pas le choix dans les systèmes d’exploitation des smartphones, c’est soit Apple, soit Android. Et leur CGU, ne nous laisse pas vraiment le choix : accepter d’être « traqué » en permanence. Si seulement c’était clair avec une fonction « foutez moi la paix »et « mêles toi de tes fesses » Mais non, c’est leur buisenes model. Oui, bah c’est ma vie aussi. 

          • ZXSpect ZXSpect 14 août 16:49

            Ne boudons pas notre plaisir, tous ces outils communicants sont diablement utiles et nous offrent des assistants dont nous n’imaginions pas bénéficier il y a seulement quelques dizaines d’années. 


            L’auteur fait oeuvre utile en rappelant l’impact de leur usage sur notre vie privée, comme zzz’z a raison de souligner que lorsque nous utilisons un service ou un logiciel gratuit... nous « sommes le produit » et la monnaie d’échange est notre ciblage comme consommateur.

            Merci à l’auteur de l’avoir rappelé à tous

            • zzz'z zzz’z 14 août 19:03

              @ZXSpect
              « nous « sommes le produit » et la monnaie d’échange est notre ciblage comme consommateur. »


              Mais pas que :
              L’affaire EU DisinfoLab, celle de Cambridge Analytica montrent que nos opinions, à cause du big-data, sont connues, analysées ,et, ainsi nous rendre susceptibles d’être carrément hackés par exploitation des biais cognitifs recensés.
              C’est déjà le cas dans le cookie magique de GOOGLE qui, « trackant » vos centres d’intérêts, vous expose au biais de confirmation.

            • foufouille foufouille 14 août 16:53
              le plus simple est que tu te payes un satellite mais la police pourra toujours avoir accès à tes informations


              • NEMO Dr Faustroll 14 août 17:45

                @foufouille

                Pourquoi existe-t-il des associations de consommateurs ? 
                Pour exercer une veille sur les dérives, les excès et les arnaques des réseaux de distribution, pas pour se payer un réseau « clean ».
                Signaler que certaines fonctions sont des leurres alors que les utilisateurs croient avoir réglé la question de la confidentialité a pour seul but d’éclairer les utilisateurs sur les précautions à prendre si on veut éviter les pièges. 
                J’ai renoncé à changer le monde ou à en fabriquer un qui soit idéal et où je serais tout seul, mais j’ai décidé un jour de ne pas mourir idiot. Si d’autres ont le même projet, ça m’intéresse d’échanger des infos avec eux. C’est tout.

              • foufouille foufouille 14 août 18:20

                @Dr Faustroll

                c’est soit tu payes soit tu donnes des informations, à toi de voir ce que tu veux donner.
                c’est toujours écrit dans les CGU et ça a toujours été comme ça en informatique même en payant un logiciel, d’ailleurs.
                un minimum de sécurité est nécessaire pour contourner le système, ps de mail poubelle avec ton vrai nom = pas de phising. pareil pour facebook. ou tu n’étale pas ta vie privée que n’importe quel hacker va pouvoir trouver. de même, éviter le pseudo unique sur tous les sites est utile.
                google ne me connait pas le moins du monde et m’est utile. c’est google qui a fait que je suis encore en vie.
                sinon, il faut jouer le jeu avec ses règles comme amaury.


              • Enabomber Enabomber 14 août 17:31
                Bienvenue dans la société panoptique. Google is watching you.
                Restez dans les clous et il ne vous arrivera rien. Mais où mènent ces clous, et qui les pose ?

                • zzz'z zzz’z 14 août 18:42

                  @Enabomber
                  Vous avez bien choisi votre pseudo.


                • sls0 sls0 15 août 02:15

                  Je sais que ce n’est pas suffisant mais j’ai supprimé toutes les autorisations à google.

                  Pour mes recherches c’est duckduckgo ou qwant.
                  Je me sert quand même de google scholar et d’autres googles spécifiques, l’espionnage de google m’est parfois utile.

                  • zygzornifle zygzornifle 15 août 08:27

                    Google est comme Macron alors .....


                    • L'Astronome L’Astronome 15 août 09:12
                       
                      J’en arrive à regretter le bon vieux « Quid », disparu à cause de Google.
                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès