• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Grande « panne » SNCF 2 : le retour de la revanche

Grande « panne » SNCF 2 : le retour de la revanche

Les suites des meilleurs films sont rarement des chefs d'oeuvre. En l'occurence, celle du feuilleton des "pannes" du réseau de la gare Montparnasse n'échappe pas à la règle...

Une semaine après l'embrouille du panneau de signalisation saboté par les sous-traitants de l'entreprise publique, une nouvelle mésaventure allait frapper les usagers de la ligne Paris-Chartres, dont votre narrateur.

Cette fois, l'aller fut calme. Le samedi après-midi, train ponctuel, avec beaucoup moins de passagers que l'an passé à la même époque, chacun comprendra pourquoi ; mieux vaut polluer avec sa bagnole que risquer de rester bloquer tout le week-end dans la capitale sans espoir de retour comme l'autre dimanche. Refusant la sinistrose, j'ai pourtant décidé de gagner la capitale par le chemin de fer...

Mais le lendemain (en fait, hier dimanche 10 décembre 2017), arrivé vers 13h00 à la gare la malédiction du Paris-Chartres allait de nouveau frapper. Tous les trains étaient "retardés" du fait d'un arbre tombé sur la voie à hauteur de Jouy (commune d'Eure-et-Loir). Mon train de 13h06 allait donc partir avec 45 minutes de retard... 

Trajet convenable jusqu'à Maintenon (28), puis début du désastre. 1h30 d'attente avant de pouvoir repartir, passer sur une autre voie, dépasser le train en détresse touché par l'arbre, s'arrêter sur une voie pour "transborder" des passagers qui se sont barrés vers Chartres par leurs propres moyens (c'était à quelques kilomètres de l'arrivée...). 

Aucun car possible le jour du seigneur pour dépanner le peuple des passagers. Des gens qui finissent leur trajet à pied le long des voies. Un train immobilisé en pleine voie, non secouru à 16h00, pour lequel il faut des heures et des heures pour le tracter jusqu'à une voie de garage... 

Mais le meilleur de l'après-midi fut cette discussion citoyenne en gare de Maintenon. Las d'attendre, je suis descendu sur le quai où un de mes compagnons d'infortune dialoguait avec le chauffeur de la rame. Un brave type, aussi dégoûté que nous, qui nous expliquait qu'il y a vingt ans, il y avait encore 130000 agents SNCF en France. Combien en reste-t-il après les vagues de suppressions d'effectifs et la "modernisation" ? Y-a-t-il encore quelqu'un pour entretenir les voies et secourir les trains en panne, le week-end notamment ?

L'autre passager parle de ses déboires, son TGV détourné à Lyon, la nuit qu'il a dû passer à Paris du fait de ce retard, sa galère pour rentrer à Nogent le Rotrou, ses potes qui bossaient à Paname et qui ont démissionné du fait des retards quotidiens sur la ligne... 

A l'intérieur du train, des nanas écoeurées me demandent des nouvelles. Le dialogue s'engage. Comme disait l'historien Jacques Marseille, mon prof de fac il y a vingt ans, le train est l'endroit idéal pour les rencontres ; c'est d'ailleurs dans un train qu'il avait rencontré sa future femme... Merci donc à la SNCF pour ces moments de convivialité.

Plus sérieusement, l'arrivée du train vers 16h20 fut aussi un moment d'anthologie. Des nuées d'agents d'accueil, mais aucun ouvrier d'entretien à l'horizon. Autrement dit, l'entreprise publique recrute encore du personnel pour les infos, mais confirme le sous-traitement de l'entretien au privé, qui n'est pas d'astreinte le dimanche !

Il faut noter que cette fois, personne n'a mentionné cet énième incident, sur l'une des pires lignes TER de France. Pas un mot dans l'écho républicain. Il parait que le conseil général d'Eure-et-Loir a retiré sa subvention à cette ligne, à cause du barouf quotidien conséquence du désengagement de l'état en matière de transport... 

Cerise sur le gateau (ne riez pas !), on apprend ce lundi 11 décembre que le réseau Montparnasse est à nouveau bloqué par une panne électrique (!) Ce n'est donc pas demain qu'on se passera de la bagnole pour circuler : bonjour le développement durable...

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 11 décembre 2017 14:11
    Réponse ce jour d’un haut responsable de la SNCF..« Nous devons remettre une installation vieille de 100 ans au goût du jour ».. ?
    Le TGV sur une installation vieille de 100 ans ?
    Plus CON tu meurs !

    • Le421 Le421 12 décembre 2017 10:16

      @bob14
      Le monde moderne veut se mettre à la technologie 2.0 avec des conditions sociales et humaines 0.0...
      Et là, ça coince.
      Il y a encore beaucoup à faire avant que la machine remplace totalement l’homme.
      Pour les connaisseurs, j’ai eu un METAR AUTO avec un RFR M05/M06, un VV/// et en même temps un magnifique CAVOK !! *
      Un brouillard à couper au couteau ce jour-là.
      *Météo aviation... La machine donne une bonne visibilité (CAVOK) avec un brouillard 5/6 mêtres sur la piste.


    • Decouz 11 décembre 2017 14:59

      Ca me rappelle une anecdote en gare de Clermont Ferrand, un train régional, nous sommes assez peu nombreux dans le train à attendre, il y a sur les quais une quantité de personnels divers non techniques, peut-être non cheminots, plus nombreux que les passagers du train.

      Nous attendons longtemps le départ du train, puis au bout d’environ 30 mn, le conducteur nous dit que le train va pouvoir partir, il y avait des travaux qui bloquaient et il n’était pas au courant.
      Cette ligne régionale ne fonctionne plus d’ailleurs que sur une partie du trajet, car l’état des rails la rend dangereuse sur une grande portion, il faut donc faire un détour ou prendre le car, plus long, voire rédhibitoire, sans compter que pour toutes les petites gares intermédiaires il n’y a plus rien, le car empruntant uniquement les autoroutes entre les grandes villes.

      • Trelawney Trelawney 12 décembre 2017 08:04

        Un brave type, aussi dégoûté que nous, qui nous expliquait qu’il y a vingt ans, il y avait encore 130000 agents SNCF en France. Combien en reste-t-il après les vagues de suppressions d’effectifs et la « modernisation » ? Y-a-t-il encore quelqu’un pour entretenir les voies et secourir les trains en panne, le week-end notamment ?


        S’ils partaient en retraite à 62 ans comme la majorité des français, ils seraient un petit peu plus nombreux. mais comme c’est le « service public » ......

        Je me permet de dire à l’auteur de cet article qu’il existe des lignes de bus qui partent de Rennes ou du Mans, qui passent par Chartres et qui vous emmènent à l’heure à Paris. Comme c’est des compagnies privées, elles se doivent pour rester en vie de respecter leur clientèle

        • Le421 Le421 12 décembre 2017 10:17

          @Trelawney
          On en est où des cars Macron ??
          Comme pour les notaires ?

          Ah... Déjà oublié !!


        • Trelawney Trelawney 12 décembre 2017 15:31

          @Le421
          Ca marche pas mal en fait. 

          Lille Paris entre 5 euro et 19 euro
          Chartres Paris 15 euro en moyenne
          Rennes Paris entre 5 et 20 euro

          La différence de prix, c’est en fonction des périodes. par contre pour les trains Ouigo tu peux te gratter. ils viennent entre autre de fermer la ligne Lille Rennes. Il faut passer par Paris et payer un bras.

          Il y a des bus quasiment toutes les heures et c’est rempli.

          Je n’ai plus les moyens de voyager en train alors je fais comme les jeunes, en avion ou en bus, c’est beaucoup moins cher et ça tombe moins souvent en panne

        • jacques jacques 12 décembre 2017 10:30

          Il est un peu facile de tirer sur les restes de la SNCF.
          Celle ci a subit les conséquences de politiques libérales mener contre elle avec la complicités de ses dirigeants.
          Dans les années 60 la SNCF se portait plutôt bien et l’on lui demandait de financer le trafic voyageur avec les gains du trafic marchandise.Mais dans les années 70 on a demandé à la SNCF d’être moderne et de développer le trafic routier seul transport du futur, le rail étant le transport du 19eme siècle.
           Ce quelle a fait avec brio en devenant le 1er transporteur routier de France et ce faisant ruinant son propre trafic fret. Et de Charybde en Scylla le trafic fret a presque complétement disparu de France .
          Aujourd’hui il n’y a plus de conducteurs de train fret,plus de locomotives fret qui auraient pu porter secours à votre train en panne .Il n’y a plus d’argent pour rénover les voies.Et pour ceux qui trouvent que le train est trop cher les voyageurs sont les seuls a payer pour l’entretien des voies qu’ils utilisent.
          Laisser la SNCF mourir en paix aucun responsables politiques ne souhaitent la sauver.


          • Armelle Armelle 12 décembre 2017 11:44

            @jacques
            « Laisser la SNCF mourir en paix aucun responsables politiques ne souhaitent la sauver »

            Et bien vu la piètre qualité et le prix exorbitant du service (un smic pour un aller retour Rennes Valence à 4 seulement), je crois plutôt qu’il est temps de penser à l’euthanasie !!!
            ...Le fleuron du 19ème siècle est devenu notre boulet du 21ème...


          • Armelle Armelle 12 décembre 2017 12:08

            ...Même le citoyen qui ne prend pas le train paie quand même son billet !!!
            Chaque citoyen ( jusqu’aux nouveaux nés) auront en 2015, payé un billet à 180 euros, pour un voyage imaginaire...mais c’est génial, il peut choisir sa destination(pour le même prix), le voyage est rapide et surtout sans retard, c’est lui même le conducteur...Elle est pô belle la vie ?
            En tout cas ce ne sont pas les malheureux 560 millions de bénéfice en 2016 qui ramèneront les retraites de 50 à 45 ans dans ce foutoir immonde qu’est la senecefeu...Pffff
            ...Attendons le bilan 2017.
            https://www.contrepoints.org/2017/08/01/285766-sncf-derriere-resultats-quasi-faillite


          • McGurk McGurk 12 décembre 2017 14:55

            @Armelle

            C’est parce que cette société est traitée de la même manière qu’une boîte ordinaire, la rentabilité étant le maître mot et l’information/service à la clientèle est méprisé.

            Le mépris du client est d’ailleurs l’un de leurs échecs les plus monumentaux : on est jamais informés ou au dernier moment, les affichages sont toujours faux ou on les change lorsqu’on a le dos tourné, ils ont déplacé les services clients en province là où ça ne coûte rien (et sûrement licencié un bon paquet de personnes au passage).

            Mais aussi le maintien des lignes. C’est bien plus rentable de faire de nouvelles lignes que de rénover les anciennes afin de respecter les anciens usagers - parce que c’est ce que nous sommes, des nids à fric. Rappelons-nous des personnes ayant perdu la vie sur un quai dans le sud de l’IDF parce que l’entretien était tellement négligé qu’on pouvait dévisser les boulons des wagons à la main !

            Honnêtement sur ma ligne ils font depuis deux ans d’énormes travaux, ça fait chier tout le monde et ça n’en finit jamais. Alors déjà qu’ils sont habitués des retards ou trains en avance, là on nous met des bus parce qu’ils « rénovent la voie » - le truc qui met 2h pour arriver à Paris en prenant les routes les moins directes pour nous faire craquer. Et ça peut être un weekend entier ou bien une saison, rien à cirer !

            Et c’est vrai, vu les prestations dégueulasses, le prix est totalement grotesque et exubérant. Rien que le « pass global » aurait dû exister depuis bien vingt ans pour simplifier la vie à tout le monde et ce à moindre coût - si ils avaient fait correctement leur travail de gestion et d’entretien.


          • baldis30 12 décembre 2017 11:14

            bonjour,

            je ne vais pas me répéter ... je viens de faire une réponse sur le sujet de Lactalis à un gaulois bien connu . PARCE QUE LE PROBLEME EST STRICTEMENT LE MEME !

            Mutatis mutandis vous pouvez trouver la même réponse pour que qui est de la sureté de fonctionnement. Et je pense qu’elle vous conviendra aussi !


            • baldis30 12 décembre 2017 12:31

              @baldis30
              je comprends que quelqu’un ne soit pas d’accord mais sur un sujet aussi important que la sûreté de fonctionnement je serais heureux qu’il s’exprimât .... en expliquant car làèdessus nous sommes beaucoup à avoir tant à apprendre ...


            • Trelawney Trelawney 12 décembre 2017 16:12

              Comme je voyage pas mal, je vais faire pour vous le tour du monde des réseaux ferrés.

              Numéro 1 toute catégorie.
              les USA avec un réseau ferré de 224000 km qui marche bien, ne tombe jamais en panne a une service plutôt luxe, mais cher (beaucoup plus cher que l’avion et le bus)
              Ensuite viennent des pays comme :
              Japon génial rapide confortable pas cher mais faut aimer la promiscuité les heures de pointes
              Danemark, Pays Bas Belgique aussi confortable qu’en France mais plus propre et plus régulier.
              Allemagne réseau ferré deux fois plus important en km que la France, pas cher et régulier. Dans ce pays le fret est transporté par le train.
              Angleterre hyper régulier et moins cher qu’en France mais cher quand même.
              Ensuite les pays où prendre le train c’est la grande aventure.
              Inde pas cher pas régulier mais à dix sur une banquettes de 4 places faut pas être gros
              La Chine ils ont des TGV (trés grandes vibrations) des fois on s’arrêtent on fait un bout de route à pieds car la voie a disparu et on remonte dans un nouveau train. C’est comme dans Tintin. J’ai pris le train pour Lhassa au Tibet expérience à faire. On met un masque à oxygène pour passer les 5000 m d’altitude
              Amérique latine bien mais assez dangereux si on est seul.

              Par ses incidents à répétitions (grève panne etc) la France devient un pays où prendre le train à Paris (en banlieue ) devient une aventure. Dans les livres touristiques sur Paris ils conseillent tous d’éviter de prendre le train ou pire le RER.

              J’ai le souvenir d’un jeune couple étranger qui visitait Paris et dormait sur un bateaux à Mantes la Jolie. Ils avaient pris le RER à 16h30 pour Paris car ils avaient un diner sur un bateau mouche à Paris à 19H00. Normalement ils sont dans les temps. mais voilà c’st RER et un dimanche. Voilà que le train est arrêté sur la voix sans explication (spécialité de la SNCF) 17H 17H30 et le jeune couple commence à angoisser d’autant plus qu’ils ont payé le repas d’avance. La SNCF nous fait monter dans des bus (pas assez nombreux) et là c’est pire que de monter dans un canot sur le Titanic. Et voilà le chauffeurs qui ne connait pas la route, qui se dirige avec son smartphone et qui manque de s’empaler sous un pont. Et on n’est qu’à Saint germain en Laye. J’appelle un copain pour qui vienne me prendre en voiture. On embarque les tourtereaux et on laisse les autres voyageurs à leur galère. On allume sur la route mais il est 19H15 quand on arrive à la Tour Eiffel. La bateau est parti. Le couple ne connait pas trop le français aussi avec mon copain on négocie pour eux en leur expliquant tout le sketch car c’est du grand guignol. Ils décident de rajouter une petite table sur le bateau de 20H archi complet et nos touristes on pus admirer la seine en mangeant.
              Il y a encore des gens sympas en France
              Pour le reste des voyageurs, je ne sais pas à quelle heure ils sont arrivés à Paris et si même ils sont arrivés un jour

              • Jean 12 décembre 2017 17:40

                @Trelawney
                ah ah ah , la Belgique ! c’est une véritable catastrophe aujourd’hui, je ne prends plus le train même pour ce courts trajets, sans parler des tarifs....


              • McGurk McGurk 12 décembre 2017 18:53

                @Trelawney

                J’ai eu une expérience similaires avec leurs bus de remplacement. Ils engageaient des intérimaires ne connaissant pas la région, sans moyen de repère, sans bus équipé d’un gps. Juste un bout de papier grossier avec des instructions (super lorsqu’on conduit dans des endroits étriqués, on doit en même temps un troisième œil pour lire...).

                Le type, au lieu de tourner vers la gare, a foncé tout droit comme un boulet et on a failli se retrouver...dans la forêt. Il a fait demi-tour, bloquant toute la circulation et obligeant les automobilistes à faire marche arrière dans des rues en pente et sinueuses, durant bien 10 minutes. Je n’ai fait que la moitié du trajet jusqu’à Paris et j’en ai eu au moins pour 40 mn...heureusement sinon j’aurais vraiment craqué...


              • baldis30 13 décembre 2017 10:18

                bonjour,

                j’ai abordé ci-dessus un problème qui est commun avec celui évoqué par notre gaulois Ayoli : faute de temps je n’avais pas donné suffisamment d’indication plus générale sur le type de risques, dont il s’agit : c’est assez vicieux car on appelle cela LE RISQUE EN ORGANISATION et c’est bien plus fréquent qu’on ne le croit.

                 Je recopie ( c’est vilain de copier et encore plus vilain de recopier) cet extrait d’un rapport interministériel publié à la Documentation Française - donc public- et ayant pour auteurs des hauts fonctionnaires du Ministère des finances, du Conseil Général des Ponts et Chaussées et de l’Inspection Générale de l’Environnement ( datant de 2006) et vous avez l’exemple parfait du risque en organisation concernant un problème très grave :

                « D’une manière générale, la ville de Nîmes n’a pas désigné une personne physique de haut niveau en charge de représenter le maître d’ouvrage sous la responsabilité du maire, tant auprès de ses services que de l’extérieur sur tous les aspects techniques, administratifs et financiers du PPCI.

                De même l’Etat n’a pas désigné un responsable unique sous la responsabilité du Préfet, de tous ces mêmes aspects »

                « Il est vraisemblable que personne n’a eu, et sans doute n’a encore, une vision globale de la réalisation du PPCI sous tous ses aspects »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires