• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Guerre civile en France ou de l’urgence de réarmer au plus vite (...)

Guerre civile en France ou de l’urgence de réarmer au plus vite l’Etat régalien

 

« Et la démocratie athénienne oublia le kratos »…

Nicole Loraux, « La Tragédie d’Athènes. La politique entre l’ombre et l’utopie », Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2005[i]

« Le destin n'intervient pas aveuglément dans notre vie. Disons plutôt qu'il y pénètre par la porte que nous lui avons ouverte nous-mêmes, en l'invitant poliment à entrer. Car nul être humain ne possède assez de puissance et d'intelligence pour écarter, avec des mots et des actes, le malheur qui résulte de sa nature, de son caractère, suivant des lois impitoyables. »

Sándor Márai, Les Braises (1942), Paris, Buchet-Chastel-Corrêa, coll. « L'Éventail », 1958

 

« Il y a des circonstances où se taire est mentir… »

Miguel de Unamuno, Discours de Salamanque, 12 octobre 1936

 

« Les porteurs de mauvaises nouvelles ».

Ce tableau exposé au salon de 1872 par le peintre Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouÿ (1883-1947) (désormais au Musée d'Orsay, à Paris) illustre un passage du « Roman de la Momie » de Théophile Gautier : « Un second messager roula à côté du premier. Un troisième eut le même sort. Et Pharaon, planant par l’œil de la pensée sur cette ville démesurée, dont il était le maître absolu, réfléchissait tristement aux bornes du pouvoir humain... ». Nul doute que certains décideurs bousculés et dérangés dans leurs certitudes aimeraient probablement voir exécutés les messagers qui leur annoncent des nouvelles contrariantes !

 

 

Il s’agit d’une guerre qui aura lieu simplement parce que l’on ne veut pas empêcher qu’elle ait lieu.

Il s’agit d’une guerre complexe, nouvelle dans son essence comme dans sa conduite et dont tous les éléments constitutifs sont sous nos yeux, à l’image d’une arme démontée dont personne ne veut comprendre qu’une fois les pièces assemblées elle est prête à servir.

Le texte qui suit parle de guerre civile, non pas dans un ailleurs et un futur lointains, mais en France. Non pas bientôt mais déjà maintenant, avec une montée en puissance de ces signaux faibles qui se multiplient et croissent en intensité. Ce texte sera dérangeant pour certains et donc long à lire. Son contenu sera jugé comme difficilement acceptable par d'autres, surtout à un moment où l’opinion et les media sont à la recherche de certitudes rapides.

Mais peu importe que ces certitudes ne soient pas celles que le public accepte d'entendre. Peu importe qu’il en préfère d’autres dont il ne veut pas plus comprendre et admettre qu’elles passent par la prise en compte inévitable de réalités d'autant plus désagréables qu'elles lui font peur, de sorte qu’il n’y porte alors aucun crédit en les rangeant alors par confort psychologique dans la catégorie " complotiste, fausses nouvelles etc.", soit encore qu’il les écarte et les repousse comme une hypothèse sans fondement parce que profondément désagréable et inquiétante.

Le résultat sera le même car si l’ampleur du danger comme sa réalité tangible interdisent pareil déni, le message et l'alerte qu'il contient n'en existent pas moins.

Ceux qui comprennent ce qui est à l’œuvre savent depuis longtemps déjà que le moment est venu d’affronter la réalité, de s’en saisir d’une main ferme et d’y faire face avant qu’elle ne nous saute à la gorge. Quant aux autres, ils finiront par comprendre, sans doute trop tard, hélas !

Il y a l’oubli cultivé des historiens et stratèges et la cécité face à l’événement qui vient. Entre les deux, il y a le réalisme de la prise en compte d’une situation et la mise en œuvre des moyens pour y répondre et activer les palliatifs de ce que René Girard déterminait comme violence mimétique.

Car il ne s’agit bien ici que de violence, non pas dans une « guerre de tous contre tous », mais dans celle de toute une population qui finira par comprendre que la question qui lui est posée sera de se battre et de vaincre pour continuer à vivre ou de capituler et d’être finalement éliminée par un triple ennemi : extérieur, intérieur (le même qui a reçu l'autorisation d'envahir tranquillement le territoire national convoité), aidé des complices, collaborateurs, capitulards, ignares ou naïfs prêts à tout pour se concilier les faveurs du crocodile en espérant être mangé le dernier.

Sous la Cité et le pays, de moins en moins tranquilles et agités de soubresauts et d'actes sanglants, les ressorts non maîtrisés de la violence sont en train de déchirer le voile du pseudo consensus idéologique et politique qui se refuse à voir que la guerre est bien là.

« Et la démocratie athénienne oublia le kratos »…comme l’écrivait la regrettée historienne Nicole Loraux précitée, spécialiste de la guerre civile dans l’Antiquité grecque, en évoquant Κράτος / Krátos) qui est une divinité personnifiant la Puissance, le Pouvoir, la Vigueur ou la Solidité comme son nom l'indique. (Fils du Titan Pallas et de Styx, il est le frère de Nikê (la Victoire), Bia (la Force) et Zélos (l'Ardeur), avec qui il fait partie des proches de Zeus).

Dans ces différents cas d’analyse empirique qui portent sur des objets physiques, des événements, des agents ou des actions, nous comptons toujours sur la puissance et la portée d’outils logiques communs pour ne pas douter que les agents soumis à l’analyse comprendront les faits que nous considérons à peu près de la même façon que nous, quelles que soient leurs singularités culturelles ou contextuelles. Et bien que les contenus de pensée ne soient pas vraiment des « variables indépendantes », nous nous en servons néanmoins comme moyen de spécifier les actions par rapport aux autres faits matériels pertinents et de repérer ainsi leur place dans des enchaînements causaux[ii].

A ceci près que face à des événements inquiétants le processus s’enraye au point qu’il devient même interdit d’en parler, ce qui devient alors catastrophique car nier la réalité, s’enfermer dans le déni est mortel tant il est vrai que casser le thermomètre n’a jamais fait baisser la fièvre.

Voyez le barrage invisible de l’idée même de génocide sanitaire à l’œuvre avec les vaccinations conduites à marche forcée malgré des dangers avérés et constatés.

Voyez ce qu’il en est avec la fragilisation d’une société qui a atteint un tel point de pression que l’on parle de guerre civile dont personne ne veut comprendre qu'elle a déjà commencé.

Les lecteurs sauront retrouver dans les références annexes toutes les analyses subtiles entre stasis et polemos, approches hobbesiennes, lectures données par des penseurs et historiens[iii] remarquables tels que Carl Schmitt, Giorgio Agamben ou encore Nicole Loraux.

Ce que l’on propose ici est une lettre dont personne n’entendra parler si elle n’est pas publiée et diffusée car sans doute encore plus précise et dérangeante que celles des généraux, soigneusement fossoyée par un pouvoir qui ne maîtrise d’autant plus rien qu’il est à l’origine de la pérennisation et de l’aggravation des problèmes qu’il crée.

Mais nous avons affaire à des «  actes de guerre civile  », de la part de ceux qui la suscitent en laissant surgir et s’aggraver les dérives violentes tandis que de l’autre-côté les déstabilisateurs agissent en toute impunité.

Parler d’actes de guerre civile, et pas seulement d’attentats terroristes (ou de toutes revendications violentes), a une vertu éminente, comme l’explique très finement l’essayiste David Djaïz auquel nous nous référons infra (cf. notes et références) et qui explique que cela oblige à déplacer la focale, et à s’interroger sur ce que ces actes disent de nous, du corps civique français, au moins autant que sur ce qu’ils disent des « terroristes » … La société est comme un corps en ce sens qu’elle n’est pas impérissable, car traversée d’affects qui peuvent être bons ou mauvais. Il faut essayer de comprendre quelle est cette maladie de la société qui conduit des « concitoyens », de moins en moins minoritaires, à prendre les armes contre leurs semblables et désormais les forces de l’ordre, ajouterais-je. C’est là qu’intervient l’archéologie philosophique. Une plongée dans l’origine du concept de guerre civile, autant que dans certaines de ses configurations historiques, nous aide à répondre à cette question. Dans la Grèce de Thucydide, ce mal propre de la société s’appelle stasis, et nous le savons depuis cette époque, il hante toute société à la manière d’un spectre. La stasis, qui signifie en Grec aussi bien la guerre civile que la sédition, la rébellion, la division… est en réalité une puissance de fragmentation consubstantielle au corps politique, à la polis. Stasis et Polis, guerre civile et société politique entretiennent en réalité une relation étrange, une parenté aussi intime qu’obscure, et c’est ce que nous enseigne la lecture attentive des Anciens, Thucydide au premier chef, qui fait le récit des guerres civiles qui déchirèrent les Cités grecques dans le sillage de la guerre du Péloponnèse.

2400 ans plus tard et après d'autres guerres intérieures, de l'Espagne au Liban et à la Syrie, c'est aussi ce que nous enseigne M. de Unamuno dans sa poignante lettre du 1er décembre 1936 sur la guerre civile espagnole adressée à son ami Quintín de Torre, ou encore dans son fameux Discours de Salamanque reconstitué, du 12 octobre 1936. https://clio-texte.clionautes.org/unamuno-lettre-guerre-civile-espagnole-l1936.html et Pierre Assouline, « Le discours de Salamanque reconstitué », La république des livres, 6 janvier 2007 [archive]. Cf. aussi https://langloishg.fr/2016/10/12/unamuno-dans-la-guerre-despagne-le-discours-de-salamanque-12-octobre-1936/

 

La constatation est simple : il n’est pas possible d’annihiler les affects de guerre civile et les tentations sécessionnistes qui sont à l’œuvre dans la société. L’unité de la société est le résultat du compromis et de l’assemblage toujours précaire de la multiplicité. A cet égard, la politique n’est pas la réduction au silence des affects de guerre civile, mais bien plutôt leur canalisation et leur aménagement dans des limites acceptables. Autrement dit, un indice de maturité politique tient dans la capacité à convertir les affects de guerre civile en une énergie sociale (mais aussi politique et économique) positive. Le conflit social en est une illustration dans les sociétés démocratiques où si l’on s’affronte autour du partage de la richesse, des conditions de travail, des droits sociaux, le conflit prend désormais une toute autre dimension avec l’introduction de la race, de l’ethnie, de la religion avec des populations allogènes, allochtones, qui importent, exaltent, règlent et confrontent leurs propres problèmes dans leurs pays dit d’accueil.

Comme l’écrit encore David Djaïz, « lorsque vous avez des individus qui mitraillent à la kalachnikov leurs concitoyens simplement parce qu’ils les considèrent comme des mécréants et des croisés dont le seul tort est de participer d’une société «  corrompue » et « satanique  », vous avez allègrement franchi le seuil d’acceptabilité de la conflictualité civile. Il n’y a pas de terrain de négociation ou de compromis possible avec ces individus et ces actes de guerre civile peuvent mener à la décivilisation et à la dislocation du pacte politique à une vitesse inouïe. C’est pour cela que le djihadisme « maison » nous fait si mal depuis 2012 : non seulement parce qu’il vole des vies innocentes, et nous confronte au spectacle d’une barbarie archaïque dont nous sommes déshabitués, mais aussi parce qu’il nous dit quelque chose de nous-mêmes  : une partie, même infime, de la société a fait sécession d’avec les fondamentaux du pacte politique, qui sont d’ordre méta-politique, et qui sont la possibilité de partager un horizon en commun. »

Mais l’erreur est là : fondamentale, en ce sens que vient un moment où une fois franchi le seuil acceptable de conflictualité civile, la submersion démographique et migratoire est telle qu’il n’existe plus d’horizon en commun à partager en ce sens que ceux qui, Français (continentaux ou d'Outre-Mer, devenus pour certains Français avant d'autres, à l'exemple des Antilles en 1625, avant Nice et la Savoie en 1860, par exemple) sont dans un premier temps fermement "invités", avant que d’être condamnés qu’ils le veuillent ou non, à partager cet horizon avec des gens qui leur ont été imposés par des dirigeants félons et faillis, traîtres à la France, vont désormais devoir composer, se soumettre, disparaître, laisser la place à l’envahisseur.

A moins de résister et de réagir en une opération de reconquête et de reconstruction de ce qui a été pris, aliéné, abandonné et détruit.

Il ne s'agit que d'un retour à l'homéostasie,  cette capacité d'un système quelconque à conserver l'équilibre de son milieu intérieur (son équilibre de fonctionnement) en dépit des contraintes externes, ou mieux encore à l'allostasie qui permet aux points d'équilibre de fluctuer harmonieusement selon les demandes de l'environnement.

On s'en convaincra en lisant le scandaleux « Pacte de Marrakech » ou encore en écoutant le discours[iv] halluciné prononcé le 29 mai 2021 par M. Macron en Afrique du Sud, à Pretoria, qui rejoint les inepties relatives au département de la Seine Saint-Denis comparée à une Californie à laquelle il ne "manque que la mer" (!), comme si la France avait vocation à devenir une "nation arc-en-ciel" sur le modèle économique, politique et social désastreux que sont devenus l'Afrique du Sud et l'ex-Rhodésie (Zimbabwe).

Voici comment naît le conflit : en une rupture de l'harmonie sociale, politique, économique.

Il faut donc enrayer ce mouvement mortifère en prenant les devants sans attendre.

Comment désamorcer donc le spectre de la guerre civile ?

En renforçant l’Etat régalien, cet «  extincteur de guerre civile  » qui, selon la formule de Carl Schmitt, a été rudement mis à l’épreuve ces dernières années. Un Etat régalien qui a remarquablement tenu grâce à des milliers de gens (forces de police, services de renseignement, citoyens patriotes qui font chaque jour un travail patient et discret qui empêche l’embrasement).

"Est souverain celui qui peut décider de la situation d'exception" tant il est vrai que c'est toujours celui qui évite la guerre civile ou peut lui faire prendre fin effectivement qui est le souverain.

Mais l’État régalien ne peut plus faire face tout seul à ce péril. Il est temps de l'aider à réactiver les vertus publiques au cœur de la société et de donner à ceux qui veulent le protéger et le défendre les moyens comme la licence de le faire.

 

Trois décisions s'imposent, urgentes, cardinales, régaliennes :

 

-Débarrasser la France des traîtres qui conduisent le pays au désastre.

-Réarmer la France pour lui permettre de se défendre.

-Informer les armées françaises, les forces de l'ordre et toutes leurs chaînes de commandement - des officiers aux hommes de rang-, qu'elles ne sont pas isolées et peuvent compter sur des éléments patriotes et citoyens dans la mission qui est la leur d'accompagner et protéger ceux qui ont décidé de reconstruire le pays en le restaurant avec ses habitants dans ses pleines capacités et prérogatives.

 Voici donc la Lettre.

 

"La guerre civile est inévitable" selon un officier français

T.me/GalliaDailyMay 09, 2021

Il y a quelques jours, un groupe d'une quarantaine de généraux et plus de 20 000 soldats et officiers français ont signé une lettre ouverte qui a fait grand bruit en France.

Dans ce texte alarmiste, ils appellent le gouvernement à réagir face aux périls qui menacent la France, notamment le risque de guerre civile. Cette lettre a fait couler beaucoup d'encre, certains y voient une tentative de coup d'Etat, d'autres une chance de rétablir l'ordre...

Mais la plupart des observateurs sont conscients que, d'une certaine manière, la France est à un tournant de son histoire, tout comme l'Europe. Et cette lettre s'inscrit consciemment ou inconsciemment dans cette dynamique.

C'est pourquoi Gallia Daily a rencontré un officier français pour discuter de ces questions.

Le Commandant François* a commencé sa carrière militaire comme 1 ère Classe dans un régiment parachutiste. Au total, il a effectué 6 OPEX. Après plusieurs années en tant que GCP (Groupement des Commandos Parachutistes) , il a ensuite rejoint l'EMIA (Ecole Militaire Interarmes) en Bretagne pour devenir officier. Il commande aujourd'hui une compagnie d'infanterie d'environ 150 soldats.

Nous l'avons rencontré 3 fois et avons enregistré près de 7 heures de discussion. Nous avons pu lui poser nos questions et aussi les vôtres. Il a accepté de répondre honnêtement et sans filtre. Cet article est une transcription corrigée de ces échanges enregistrés.

  • I) Sur la lettre des généraux
  • II) Sur le "Grand Remplacement
  • III) Sur la guerre civile en France

Avertissement légal : Ces commentaires n'expriment pas le point de vue de Gallia Daily ou de l'armée française.

I) SUR LA LETTRE DES GÉNÉRAUX

Gallia Daily : Mon Commandant, merci de nous recevoir. Pour commencer, pouvez-vous nous dire pourquoi vous pensez que les généraux ont ressenti le besoin d'écrire cette lettre, et pourquoi maintenant en particulier ?

Je crois qu'à certains égards, l'armée a porté le poids du silence pendant trop longtemps. Nous sommes liés par un devoir de réserve, de neutralité. Nous ne sommes pas autorisés à exprimer notre opinion sur la situation, mais cela ne signifie pas que nous n'avons pas d'opinion.

Je dirais même qu'au contraire, un militaire français (et encore plus un officier) a une vision infiniment plus claire et plus réaliste de la situation du pays que beaucoup de civils. Les militaires voient très bien la pente sur laquelle notre pays s'engage. Et la lettre le résume très bien : nous nous dirigeons tout droit vers un éclatement violent du pays. Tout militaire honnête peut le voir, mais aucun militaire n'est autorisé à le dire.

Quand on est le gardien d'un pays et que l'on est chargé de protéger sa tranquillité et son avenir, c'est une véritable torture de ne pas avoir le droit de tirer la sonnette d'alarme. En nous demandant de nous taire, la République nous demande de nous taire comme un père qui verrait ses enfants avaler un poison mortel... Cela faisait quelques années (quelques décennies) que les militaires se taisaient, mais maintenant je pense que c'était trop, "il fallait que ça sorte".

Pourquoi maintenant précisément ? Est-ce à cause d'un changement profond de la société qui nécessiterait de s'exprimer ? Bonne question. Je ne le pense pas. Je crois que c'est précisément parce que tout devrait changer mais que rien ne change qu'il était nécessaire de s'exprimer. Nous sommes au bord de l'abîme et rien ne change.

GD : Le contenu de cette lettre vous semble-t-il trop alarmiste ? Extrémiste ? Exagéré ? Que pensez-vous de la substance de leurs propos ?

En un mot ? Prophétique. Cette lettre est froide et prophétique. Et c'est pourquoi elle est dérangeante. C'est mon analyse personnelle, mais je crois que la partie de la lettre où nos Anciens parlent de la guerre qui vient et des "milliers de victimes" qui vont s'accumuler, est la plus frappante. Et la plus inquiétante.

Car d'une certaine manière, cette lettre nous invite à faire un saut dans le futur, à former cette vision[v] : imaginez la rue de votre village ou de votre ville, avec des voitures brûlées et renversées, une odeur de cadavres, un voisin accroché au lampadaire ou mort sur le trottoir, le visage écrasé. Imaginez la place de votre ville transformée en champ de tentes de l'ONU pour accueillir les réfugiés de guerre. Imaginez la chapelle de votre hameau transformée en cache d'armes, en tour pour un TP [sniper] ou en hôpital de fortune... Imaginez le parc où jouent vos enfants transformé en cantonnement pour une section de combat en transit... Imaginez les larmes dans votre famille, chez vos amis, lorsque chacun devra choisir son camp...

Cette lettre n'est pas seulement une lettre. C'est une image mentale de notre futur proche, une image de notre patrie détruite par la guerre. Et personne ne veut avoir cette vision. Alors certaines personnes jurent de détruire ceux qui, en écrivant cette lettre, ont apporté cette vision dans leur vie.

Cette lettre est-elle extrême ? Je ne le pense pas. Au contraire, je pense qu'elle est très tiède. Avec tout le respect que je dois à nos aînés, il me semble que l'âge les a rendus doux et sages, peut-être trop. La situation est, je crois, infiniment plus grave que ne le laissent entendre nos aînés.

GD : On sait que cette lettre a été écrite et signée pour moitié par des militaires retraités, et pour moitié par des officiers de deuxième section et des réservistes. On peut donc se demander si le contenu de cette lettre représente une vision isolée de quelques vieux soldats, ou si cette vision est partagée au sein de l'armée active ?

Dans l'armée, il y a ceux qui n'ont aucune opinion sur rien, et qui n'ont pas non plus d'opinion sur cette lettre. Et il y a ceux qui ont une opinion sur tout. Parmi ces derniers, je dirais que la grande majorité de l'Institution est d'accord avec la déclaration contenue dans cette lettre. Des soldats, aux sous-officiers, aux officiers, je pense que tout le monde est d'accord.

Il y a forcément des débats sur le fond, certains sont plus radicaux, d'autres moins, d'autres trouvent qu'il était maladroit d'écrire une lettre publique. Mais dans l'ensemble, tous les militaires partagent le constat d'une France qui s'effondre.

Il n'y a pas de sondage, vous devrez donc me croire sur parole. Mais pour vous donner un exemple : nous avons beaucoup discuté de cette lettre avec certains de mes anciens camarades de promo à l'EMIA, et la totalité de mes camarades sont d'accord avec cette lettre. Pas 51%, ou 60%. 100 %. 100%... Même chose à Cyr [ESM de Saint Cyr]. Il en est de même pour la dernière promotion de Saint Maix [école de sous-officiers].

Ce que j'essaie de vous faire comprendre, c'est que presque tous les jeunes cadres de notre armée, les futurs sergents, lieutenants, colonels et généraux, sont conscients que la France est certes en train de s'effondrer. Mais surtout, ils sont conscients qu'elle va vers la guerre. C'est un sujet dont nous parlons très librement entre nous, dont nous parlons très souvent.

Quelques jours avant cet entretien, j'étais dans mon régiment et je suis allé à la popote de ma compagnie. La télévision était allumée et ils parlaient de la lettre. Un jeune caporal de ma compagnie rigolait et disait à son sergent : " Putain, nos familles pensent qu'on va se battre contre Daesh dans le désert, mais en fait on va finir dans un VBCI [blindé] dans les Yvelines, la bataille de nos vies va être la bataille de France... ". C'est anecdotique, mais je pense que cela représente bien le sentiment d'une grande partie des soldats français : la bataille de notre vie, ce sera la bataille de la France....

Vous trouverez forcément des gens, soldats et officiers, qui ne sont pas d'accord avec cette lettre. Dans une armée de 300 000 hommes, c'est statistiquement évident. Mais je répète mon propos : pour l'immense majorité des soldats de nos armées, la question du déclin de la France ne se pose même pas. Le déclin de notre pays est une évidence pour la quasi-totalité d'entre nous.

GD : Les généraux qui ont signé cette lettre sont-ils influents et écoutés ? Ont-ils une emprise ou une influence sur les soldats français ?

Non, absolument pas. La plupart des militaires sont déjà incapables de nommer leur chef de corps ou leur chef BOI... Les militaires ne connaissent pas la plupart des généraux et des officiers qui ont signé cette lettre. C'est logique et c'est très bien comme ça.

Comme je l'ai dit, l'objet de cette lettre n'est certainement pas un appel à l'action dirigé contre les soldats. À l'exception de quelques députés malhonnêtes, je pense que personne ne le croit. Cette lettre est un appel à l'action dirigé vers les politiciens. C'est aussi un appel à la prise de conscience adressé au peuple français.

A partir de là, le statut de ces généraux n'a pas d'importance. Peu importe qu'ils soient respectables, respectés, influents, médiatiques.... De toute façon leur vocation n'est pas d'agir, et je crois qu'elle ne l'a jamais été.

Leur rôle était d'écrire, et ils l'ont fait. Ils étaient les messagers d'un message important et urgent. Aujourd'hui, tout le monde s'en prend au messager. Ils cherchent à les punir, à les faire renvoyer, ils cherchent leurs antécédents... Ou au contraire, certains se mettent à espérer que ces généraux vont agir, qu'ils vont faire quelque chose, ils attendent béatement que l'armée agisse...

Les deux positions sont idiotes. Elles se focalisent sur le messager, dans un cas avec haine et dans l'autre avec espoir. Mais dans les deux cas, ces positions occultent l'essentiel : ce qui compte ici, c'est le message qui nous est adressé. Le reste n'a pas d'importance.

Comme je l'ai dit, personne dans l'armée ne croit une seconde que ces généraux vont faire quelque chose. Personne. Et je ne pense pas que les généraux eux-mêmes aient jamais prévu de faire quoi que ce soit.

Je le dis donc à la fois aux "républicains antimilitaristes inquiets" et aux "césaristes providentialistes enthousiastes" : n'attendez rien de ces généraux, et n'attendez rien de l'armée en général. Il ne se passera rien de ce côté-là. Cette lettre était une alerte, rien de plus, il n'y a pas de complot de militaires patriotes qui, dans l'ombre, préparent un coup d'état pour sauver la France.

J'ai vu dans la liste de questions que vous m'avez envoyée de la part de vos lecteurs américains que beaucoup font référence au mouvement Qanon. Je ne suis pas un expert en politique intérieure américaine, mais d'après ce que je comprends, le mouvement Qanon est un mouvement d'Américains complotistes qui croient que, face à une élite internationale malveillante, il y aurait à la tête de nos pays une élite cachée et positive qui agirait dans l'ombre au nom du peuple, pour ainsi dire.

Que cette théorie soit vraie ou fausse, je considère que toutes les théories qui encouragent la passivité sont néfastes. Si demain une rumeur essaie de vous faire croire qu'il y a des gens de votre côté et qu'ils vont libérer le pays pour vous et changer les choses alors que vous êtes assis sur votre canapé, alors c'est un mensonge.Je le dis pour les Français et pour la plupart des autres peuples : il n'y a pas de groupe dans l'ombre qui travaille pour défendre vos intérêts ; il n'y a pas de conspiration de généraux, de milliardaires ou de politiciens pour changer les choses au nom du peuple. Il n'y a rien de tel.

Si demain des généraux vous disent : "Restez chez vous, nous avons le contrôle, nous nous occupons de tout, le pays sera bientôt libre", ils vous mentent. Faites exactement le contraire de ce qu'ils vous disent, agissez, ne soyez pas passifs. La liberté est nécessairement active, la passivité est un esclavage. L'homme passif est toujours soumis à la volonté des hommes qui agissent.

GD : Donc selon vous, les généraux ou l'armée n'ont aucun rôle à jouer ?

Ce n'est pas exactement ce que je dis. A mon avis, l'armée, les figures charismatiques, se contentent toujours d'accompagner et de structurer les grandes dynamiques anthropologiques.

Il est très probable qu'un jour, pour une raison ou une autre, la population française se mettra à bouger sur des bases plus ou moins claires. Et il est très probable qu'à ce moment-là, une fois la fenêtre d'opportunité ouverte, l'armée en profitera et pèsera de tout son poids d'un côté ou de l'autre.

Mais je doute sincèrement que l'armée puisse avoir un quelconque rôle de leader. Pas plus il y a 100 ans qu'aujourd'hui. L'armée aura un rôle à jouer, peut-être même un rôle décisif. Mais vous ne devez rien attendre de l'armée, vous ne devez rien attendre de ces généraux pour le moment.

Je sais que c'est dur d'attendre, on aimerait penser que quelque part des vieillards sages et paternels veilleraient sur nous. Mais pour l'instant, ces soldats qui ont signé la lettre ont joué leur rôle : ils ont parlé au nom des soldats d'active, ils ont alerté les Français. Leur rôle s'arrête là. La balle est maintenant dans le camp des Français. L'acteur principal du prochain acte ne sera pas l'armée, ce sera le peuple français. Ce sera vous. L'armée la plus puissante de France, c'est vous, une coalition de 67 millions de civils.

 

 

Élèves-Officiers français de l'EMIA à Paris

 

II) SUR LE "GRAND REMPLACEMENT

GD : Dans leur lettre, les généraux évoquent à demi-mot le problème de l'immigration, de l'anarchie, et de l'antiracisme agressif d'une partie de la gauche. Que pensez-vous de cette analyse ?

Leur analyse est à la fois très juste et très fausse, car elle est partielle. Elle est correcte dans le sens où les problèmes cités [islam, immigration, antiracisme] représentent une menace. Mais elle est fausse dans le sens où les généraux n'ont pas identifié ce qui est menacé en fin de compte.

Ce qui est menacé, ce ne sont pas " les valeurs de la République ", ni nos lois, ni notre système parlementaire, ni notre " vivre-ensemble ". Ce qui est menacé, c'est la France. C'est le droit des Français à disposer d'un territoire pour y vivre. Ou pour reformuler en des termes certes polémiques mais plus précis : ce qui est menacé à moyen et long terme, ce sont les Français de souche.

Les menaces dont parlent les généraux sont l'expression très concrète d'une évolution absolument inédite dans l'histoire de notre pays : une nation forte et dominatrice, invaincue et invincible, se lasse de sa surpuissance et décide de s'inventer des problèmes pour s'occuper. Ainsi, elle se retrouve rapidement affaiblie et culpabilisée au point de se suicider démographiquement. La France n'est pas attaquée, elle ne meurt pas tuée par un ennemi plus fort. Elle se suicide.

Mais le caractère suicidaire de notre situation actuelle n'enlève pas la responsabilité des élites ou des populations nouvellement arrivées. Celui qui frappe un homme dans le dos mérite la corde. Celui qui frappe un homme déjà à terre mérite la corde. Les élites et les lobbies sont coupables de trahir et de frapper la France dans le dos ; les populations colonisatrices sont coupables de frapper un pays déjà à terre.

C'est ce débat qui devrait être au centre de la scène publique, et c'est ce débat tabou qui n'est pas évoqué par les généraux : celui de la tension raciale qui commence et qui va atteindre un pic paroxystique.

La question qui se pose au XXIe siècle est celle de savoir si les Français de souche auront encore un pays à la fin du siècle. C'est tout. Tous les autres débats sont des circonlocutions pour parler de ce sujet sans en donner l'impression.

GD : Au Gallia Daily, nous avons essayé de créer une définition simple de la théorie du "Grand Remplacement" revendiquée par l'extrême droite.

 

"Grand remplacement : l'idée que, depuis la fondation de la France, les habitants de la fin d'un siècle ont toujours été les descendants des habitants du début de ce siècle ; un équilibre démographique qui va se modifier au cours du XXIe siècle, les habitants de l'année 2099 n'étant pas, pour beaucoup, les descendants de ceux qui vivaient en France en 2000, 1900, 1800..."

Que pensez-vous de cette théorie selon cette définition ?

Cette définition a le mérite d'être simple et exhaustive. Mais elle est absolument inutile, pardonnez-moi. Ce que vous décrivez est une évidence évidemment évidente. Pas besoin d'une définition de 100 mots pour s'en rendre compte... Qualifier simplement cette observation de "théorie" est un non-sens. Ce n'est pas une théorie, le remplacement démographique est une observation empirique de base.

On peut s'en réjouir, le déplorer, vouloir l'accélérer, le ralentir, l'aménager, le stopper, l'inverser.... Cela n'a finalement aucune importance. Ce fait existe, toutes les statistiques le montrent : Je n'ai plus en tête les chiffres de la drépanocytose [note : 40% de naissances non européennes en 2016], mais ils sont, me semble-t-il, une preuve indéniable que la structure ethnique de notre pays est en train de changer. Les bébés qui peuplent nos maternités ne sont pas les arrière-petits-enfants des Français du XVIe siècle. Celui qui ose dire le contraire est un négationniste.

Mais en réalité, tout le monde est conscient que le remplacement démographique est une réalité. Ceux qui nient l'existence de ce phénomène en sont également conscients ; s'ils le nient, c'est uniquement dans le but de le prolonger. Celui qui dit "le grand remplacement n'existe pas" dit en fait "je sais qu'il existe, je veux qu'il se prolonge, donc pour cela il faut que je nie qu'il existe pour ne pas choquer et réveiller la population".

Vous imaginez bien que si demain les députés de LFI disaient "Nous sommes les candidats du Grand Remplacement, le fait que les Français de souche disparaissent est une chance pour notre pays !", ça ferait mauvais genre. C'est pourtant exactement leur ligne politique. Un député LFI sait très bien que les Français de souche existent, et qu'ils sont en train de disparaître.

Le déni de la réalité est donc toujours un moyen pour eux de protéger le statu quo, c'est-à-dire de prolonger l'extinction de notre peuple.

GD : Donc pour vous le "Grand Remplacement" est une réalité ?

C'est une évidence, quel que soit le nom qu'on lui donne. Le fait est qu'un couple français qui donne naissance à un enfant en 2021 doit être conscient que cet enfant grandira dans un pays où il sera minoritaire, où les tensions raciales seront exacerbées. Je ne dis pas "l'enfant sera minoritaire demain", je dis "nos enfants sont déjà condamnés à être minoritaires chez eux, déjà aujourd'hui". Je le sais d'autant mieux que j'ai 4 enfants.

Un militaire a la chance de pouvoir rentrer chez lui le soir et d'enlever ses Haix et son Felin [uniforme]. Nous pouvons enlever notre uniforme et vivre une vie normale après tout. Nos enfants n'auront pas cette chance, ils porteront leur uniforme toute leur vie : leur peau blanche est leur uniforme dans cette guerre atroce qui leur est déjà faite, une guerre qui va s'intensifier. J'espère que les parents qui lisent ceci en sont conscients : le monde que vous connaissez n'existe plus pour vos enfants. Il n'existe plus. Leur monde, c'est le Brésil mélangé au Liban, ce n'est pas les Trente Glorieuses ou les dessins animés de Gully.

Alors oui, non seulement le phénomène du changement démographique est une réalité. Mais c'est même le principal clivage politique du pays. Au final, consciemment ou non, tout le monde se structure autour de ce sujet ou de ses satellites. La gauche trouve que 400 000 immigrés par an, ce n'est pas assez, que [40 %] des naissances africaines, ce n'est pas assez. La droite trouve que c'est un peu trop, mais que si Mokhtar s'appelait François, se convertissait à l'athéisme LGBT et obtenait sa carte d'identité française, tout irait mieux pour notre pays.

Pour l'instant, ces débats sont puérils et hypocrites. Mais la discussion deviendra plus tendue et plus radicale lorsque les Français comprendront qu'il ne s'agit pas seulement d'un débat théorique, lorsqu'ils comprendront que c'est leur vie, en tant qu'individus et en tant que peuple, qui est en jeu.

GD : Pensez-vous que les Français comprennent la gravité de la situation de leur pays ? Pouvez-vous donner votre vision de la France dans 5 ans ? 10 ans ? 20 ans ? Pensez-vous que les choses vont empirer, ou êtes-vous optimiste ?

Les Français comprennent-ils la gravité de la situation ? Absolument pas. Je le pense vraiment. J'ai beaucoup de respect pour les civils et je sais que certains d'entre eux comprennent très bien ce qui se passe, car ils en souffrent tous les jours. Mais sincèrement, la plupart des Français ne comprennent pas du tout ce qui se joue.

Les Français vivent tranquillement leur vie, ils ne comprennent pas qu'au quotidien, leurs élites négocient leur avenir. Le bloc de gauche tente d'obtenir l'effacement total des Blancs pour satisfaire leur besoin maladif de pardon et leur sentiment d'injustice blessée. Et le bloc de droite essaie de négocier les termes de la capitulation, sur la base de "oui, les Blancs sont une minorité juste parmi d'autres qui doit être protégée dans une certaine mesure, s'il vous plaît, merci, au revoir".

Pour les deux blocs, comme je l'ai dit, les preuves sont déjà là : La France a disparu, les Français de souche sont des vestiges. La seule différence est que d'un côté, on veut raser définitivement les vestiges, et de l'autre, on veut mettre les vestiges dans un musée.

Les différentes forces de l'élite de notre pays ont signé le Pacte Molotov-Ribbentrop 2.0. Si vous vous souvenez, ce pacte était un accord secret entre les Russes et les Allemands pour diviser la Pologne. Malgré le pacte, les Polonais ont continué à mener une vie normale, sans se douter que leur destin était déjà scellé.

C'est exactement la situation actuelle des Français : ils ont encore l'illusion de vivre dans un pays à peu près normal, d'avoir une vie normale. Parce que l'inertie du système précédent et de l'époque précédente permet de maintenir les formes. Pour encore quelques temps. Mais en réalité, le sort des Français de souche est déjà liquidé. Que vous soyez de gauche ou de droite, si vous me lisez, sachez que dans tous les cas le scénario du film est déjà écrit, et vous n'êtes pas au casting.

Et pour filer la métaphore historique, croyez-moi, même si je compatis à la souffrance des Polonais et à leur histoire blessée, j'envie infiniment leur sort par rapport à ce qui attend les Français : les troupes allemandes avaient beaucoup plus de respect pour les Polonais qu'elles occupaient, que les élites françaises n'en ont pour leur pays, celui qu'elles trahissent.

Pour l'instant, la situation en France se maintient de manière assez artificielle. Tout semble très solide. Le système républicain est encore en train de mettre les formes. Mais c'est une République Potemkine, avec des institutions en plâtre, comme un vieux décor de western. C'est un château de cartes. Il suffira d'un rien (et ce rien se produira), pour achever définitivement le basculement vers une France post-française. Une France où les Français de souche seront une majorité-minoritaire, puis une majorité à abattre, puis une minorité à combattre, puis une minorité à abattre, puis une minorité abattue. Puis une minorité disparue.

Je ne parle pas d'un scénario de science-fiction. Je parle de la France de 2050, le pays dans lequel vos enfants vivront lorsqu'ils auront 25 ans. En 2050, c'est l'année où votre fils ou votre fille aura son premier enfant. Cet enfant naîtra dans une France où plus de 65% des autres enfants seront d'origine africaine. C'est une dynamique inéluctable, car la démographie est inéluctable et les instincts tribaux ou raciaux que la démographie réveille sont violents.

Suis-je donc optimiste ? Sur le long terme, oui. A court et moyen terme, non. Les militaires disent "la sueur épargne le sang". C'est-à-dire qu'il faut affronter toutes les situations à l'avance, à l'entraînement, pour pouvoir avancer ensuite sans pertes dans l'avenir.

"La sueur épargne le sang", les Français refusent depuis plusieurs années d'affronter réellement et définitivement le problème, ils auront donc le sang.

GD : Donc, à votre avis, les généraux ont raison de souligner que la situation actuelle va empirer jusqu'à, peut-être, conduire à une guerre ?

La "guerre" dont nous parlons peut prendre des millions de formes différentes. Elle peut durer 4 jours, 4 semaines, 4 décennies ou 4 siècles... Mais elle aura lieu, c'est certain. Et c'est logique. Nous pouvons être émus par cela, mais nous n'avons pas le droit de feindre la surprise.

Comme je l'ai souligné précédemment, la situation de la France peut être résumée facilement : il y a un peuple premier (les Français de souche) qui, sous l'impulsion d'une élite de traîtres, se trouve placée dans un rapport de force démographique avec des populations étrangères pour obtenir le contrôle du territoire et l'initiative politique dans les institutions du pays.

La nature a horreur du vide, mais elle a aussi horreur du trop-plein. Deux rois ne peuvent pas s'asseoir sur un seul trône. Au début, ce rapport de force entre Français et étrangers est resté purement démographique (c'est-à-dire mathématique, passif). Mais au fil du temps, il est devenu culturel, chaque population tentant d'affirmer sa (sous-)culture et/ou sa religion.

Aujourd'hui, cet équilibre des forces se déplace vers l'arène politique, c'est la phase cruciale, l'avant-dernière phase. Lorsque la politique ne parviendra pas à résoudre le problème, nous entrerons dans la phase militaire.

Je dis "Quand la politique échouera à résoudre le problème" au futur, car croyez-moi, la politique échouera. Regardez la Yougoslavie, le Liban, l'Afrique du Sud, la Palestine... La phase politique échouera nécessairement à pacifier la situation, car à la fin de la phase politique, quel que soit l'accord conclu, il y aura inévitablement un camp qui se sentira lésé : soit les minorités-majoritaires, déçues de ne pas avoir obtenu plus de pouvoir, soit la majorité-minoritaire, furieuse d'avoir été dépossédée.

 

Si un camp gagne, l'autre perd, et vice versa. La guerre s'imposera donc naturellement comme la seule possibilité pour le perdant d'obtenir ce qu'il veut. Car la guerre n'est que le prolongement de la politique par d'autres moyens, Clausewitz l'a dit mieux que moi.

GD : Dans la lettre, les généraux appellent à l'action pour éviter cette guerre. Combien de temps pensez-vous que nous ayons avant qu'il ne soit trop tard pour réagir ? Quelle est la fenêtre d'opportunité pour agir ?

La fenêtre temporelle était 1990-2000. Elle est déjà passée. Il est maintenant trop tard. Certains parlent de "remigration", d'autres rêvent d'"inverser les flux migratoires"... La vérité que personne n'ose affirmer est que nous ne pouvons plus traiter le problème de manière pacifique ou politique.

/En réalité, et c'est moi qui parle, il me semble que cette option puisse encore exister avec l’arrivée au pouvoir d’une équipe déterminée à « mettre le marché en main » à toute une population qui n’a plus sa place en France et à qui l’on expliquera qu’il vaut mieux qu’elle plie bagage tranquillement, pacifiquement, en étant au besoin aidée, tout en étant soigneusement et fermement avisée qu’en cas de dérapage ou de résistance de sa part elle s’exposera alors à une processus contraignant.

Il n’y aura donc qu’un camp perdant : celui dont la place n’est plus en France et qui devra comprendre que seule une erreur gravissime dans les prémisses d’une expérience d'accueil, d'intégration et d'assimilation ratés devront conduire à un constat d’échec et à l’obligation d’en tirer les conséquences./

La masse étrangère sur notre sol est trop profondément implantée ; les idées folles de culpabilité sont trop profondément enracinées dans le cerveau de notre peuple abusé. Il est trop tard. Beaucoup trop tard. J'avais 5 ans qu'il était déjà trop tard pour agir en amont. Notre situation actuelle n'est que la suite logique de ces choix (ou non choix). Aujourd'hui, il est trop tard pour faire les choix que nous aurions dû faire il y a 30 ans.

La question n'est donc plus "comment agir pour éviter l'éclatement du pays, la division, la partition, la guerre civile ?" La seule question qui se pose est : "Quand cette rupture arrivera-t-elle et comment en triompherons-nous ?".

Je dois préciser que c'est là mon plus grand désaccord avec les généraux : ils pensent qu'il faut éviter la guerre civile. Ce n'est pas mon cas, pas plus que celui de la grande majorité de mes camarades militaires.

S'il y avait un moyen d'éviter la guerre ET de résoudre le problème pacifiquement sans concessions, je le soutiendrais bien sûr. Mais j'ai expliqué pourquoi, à mes yeux, la solution ne peut plus avoir de solution pacifique [trop nombreux, depuis trop longtemps, avec l'aide de trop de 'traîtres'].

A partir de là, vouloir à tout prix éviter la guerre civile, même s'il n'y a pas de solution pacifique, c'est de facto une capitulation a priori, cela impliquera des concessions insupportables. C'est-à-dire qu'on va demander au peuple français de se soumettre aux exigences de l'autre camp pour essayer de satisfaire nos antagonistes et éviter la guerre...

Les généraux qui ont écrit cette lettre sont utopistes et pensent que les débats au Palais Bourbon [Assemblée Nationale] peuvent nous sortir de l'impasse comme par magie. Ce n'est pas vrai. Et je sais qu'ils le savent, ou qu'ils le comprendront bientôt.

Donc, non seulement nous ne devrions pas essayer d'éviter la guerre civile. Mais ironiquement, il est plutôt vertueux qu'elle se produise. Si elle ne se produisait pas, cela signifierait que les Français ont définitivement abandonné tout idéal et qu'ils ont accepté de capituler pour préserver la paix, quitte à profiter de cette paix en tant qu'esclaves.

Mais il est fou celui qui est prêt à sacrifier sa liberté comme une offrande dans l'espoir d'une paix douce et tranquille. La seule chose qu'il obtiendra est le mépris des yeux qui le regardent, le coup de la main qui le nourrit et le crachat de la bouche qui l'a enjôlé.

La liberté ne se négocie pas, notre génocide ne mérite pas d'être "arrangé" ou "adapté". Les Français ont un droit inaliénable et exclusif sur la terre de leurs ancêtres et tant qu'ils porteront cette certitude comme une flamme dans leur cœur, ils seront invincibles.

 

III) SUR LA GUERRE CIVILE EN FRANCE

GD : Vous êtes donc convaincu qu'il y aura un conflit violent en France. Certains parlent de "guerre civile", d'autres de "guerre raciale". Quelle est votre position ?

Je pense que le terme "guerre civile" est très problématique. Il couvre certes une partie du problème, puisque les Français de souche seront nécessairement opposés à d'autres Français de souche, par exemple la gauche à la droite. Mais ce terme brouille les pistes, car ce conflit, lorsqu'il aura lieu, ne verra pas seulement des Français de souche s'opposer entre eux. Comme je l'ai longuement expliqué, ils combattront aussi et surtout des forces étrangères à notre pays, qu'elles aient ou non la nationalité française. Je pense bien sûr en premier lieu aux communautés originaires d'Afrique et établies sur notre territoire. A ce titre, il est inapproprié de parler de " guerre civile " lorsqu'un peuple se soulève et combat l'envahisseur.

L'expression "guerre raciale" est inappropriée pour les mêmes raisons. D'abord, parce qu'elle se concentre sur l'aspect racial (ou ethnique) du conflit. Ce terme implique que les Blancs seront tous unis contre les Noirs qui seront eux-mêmes tous unis contre les Blancs. Ce terme ignore les dimensions tribales, religieuses et culturelles. Du côté des forces étrangères, les Maliens et les Congolais ne s'entendront probablement pas bien... Pas plus que les Marocains et les Algériens... Et inversement, ce terme implique que tous les "Blancs" seront unis dans la lutte, ce qui est une autre imbécillité : Les populations turques, kabyles ou juives sont parfois considérées comme "blanches", mais ces personnes restent des étrangers en France et en Europe... De même, au sein des Français de souche, on verra des luttes internes, des luttes entre factions, entre Français de souche de gauche et de droite, d'extrême droite et de droite, entre Français religieux et laïcs, etc.

Aucun de ces deux termes ne me convient. La guerre que nous connaîtrons sera à mi-chemin entre ces deux choses. Mais ceci dit, si je pousse la réflexion encore plus loin, je pense que nous ne devrions pas du tout parler de "guerre". J'utilise ce mot par facilité. Mais en soi, nous ne serons pas confrontés à une guerre au sens où nous l'entendons. Nous ne trouverons pas 100 000 soldats avec des tanks et des hélicoptères de chaque côté. Nous serons dans quelque chose d'extrêmement asymétrique, para-étatique, informationnel. Cela ne veut pas dire que le combat physique est exclu. Mais les nouvelles guerres, de 4ème ou 5ème génération comme on dit, laissent beaucoup moins d'importance au contrôle physique du territoire, c'est-à-dire à la guerre au sens traditionnel.

Aujourd'hui, le contrôle physique semble être une condition sine qua non pour sécuriser votre position, mais ce n'est pas ce qui permet de gagner la guerre. La guerre se gagnera ailleurs que sur la ligne de front, même si la supériorité militaire est une nécessité. Pour le dire plus clairement : il me semble évident que les Français de souche contrôleront de facto la grande majorité du territoire, avec une facilité déconcertante. Mais cela ne signifie pas que la guerre sera gagnée... Dans ce genre de guerre, contrôler son territoire est nécessaire, mais la victoire s'obtient d'une autre manière : en mobilisant sa population et l'opinion internationale afin de trouver la légitimité pour enlever définitivement le caillou dans sa chaussure, purger ses institutions et normaliser son nouveau régime en tissant des liens avec l'étranger.

Le grand défi sera celui-ci, et ce n'est pas un défi militaire. Le défi militaire sera gagné en quelques jours. Si l'armée avait les mains libres, le pays entier serait "libéré" en dix jours. Si l'armée avait les mains libres, le pays entier et ses institutions seraient purgés en un mois. Littéralement. Il faut une compagnie d'infanterie pour tenir une 'cité sensible' ; il faut 15 marins pour manœuvrer un porte-conteneurs ; il faut seulement 3 juges pour juger un millier de traîtres. Ce grand nettoyage historique serait très facile à mettre en place, même si l'on est attaché aux formes de la légalité. La difficulté est ailleurs.

La question qui va se poser est en effet la suivante : jusqu'où la population française est-elle prête à aller pour garantir sa survie et l'avenir de ses enfants ? C'est là que le pays sera divisé, entre ceux qui sont prêts à tout, et ceux qui veulent fixer des limites plus ou moins strictes. C'est ce débat qui fera durer le conflit.

GD : Concrètement, si ce conflit devait se dérouler sur le sol français, peut-on essayer d'imaginer ce que cela donnerait, précisément ?

C'est un exercice difficile mais auquel nous nous livrons régulièrement avec certains de mes camarades et subordonnés. Depuis les attentats de 2016, nous avons forgé un petit groupe de prospective amical et informel sur ce sujet. Notre objectif est d'essayer d'utiliser notre bagage militaire et d'adapter nos outils d'analyse à la situation française pour voir quels scénarios seraient réalistes. Je sais que d'autres officiers dans d'autres régiments font la même chose et dès que possible, nous partageons des RETEX [débriefing], nous essayons d'échanger nos conclusions et nos réflexions.

Très honnêtement, il est difficile d'imaginer à quoi ressemblerait ce conflit. Il y a une infinité de possibilités. Il s'agit d'un ensemble de paramètres assez ahurissants à maîtriser, et dans tous les cas il s'agit d'hypothèses.

Mais après plus de 5 ans de réflexion sur ce sujet, nous sommes arrivés au scénario qui nous semble le plus réaliste, du moins de notre point de vue. Nous l'avons expérimenté sous la forme d'un wargame accéléré [simulation théorique] sur une douzaine d'heures, avec une équipe bleue, une équipe rouge et des observateurs. La partie "militaire" de ce scénario (la guerre elle-même) ne présente aucun intérêt puisqu'il s'agit d'une pure spéculation. Mais en revanche, la partie antérieure, le "déclenchement", me semble importante à partager. Je vais essayer de résumer simplement nos pensées. Alors, comment tout cela commence-t-il ?

PHASE 1  : DÉCLENCHEMENT - Émeutes à l'échelle nationale

Dans notre scénario, la France est en pleine période électorale, le débat fait rage et à l'image des récentes élections américaines, les tensions raciales sont à leur comble, le sentiment anti-police également. Un contrôle de police dégénère, les images sont diffusées sur les réseaux sociaux comme SnapChat, plusieurs villes font face à des émeutes, les politiciens de gauche encouragent indirectement les tensions à travers leurs relais médiatiques, en organisant des manifestations, en appelant les lycéens et les étudiants à bloquer leurs écoles.

La situation dégénère en une émeute nationale, les centres-villes sont le théâtre d'émeutes et d'exactions, les infrastructures (bus, métro, tramway, périphériques) sont régulièrement bloquées, réduisant les flux économiques.

Des groupes de civils s'organisent pour se défendre contre les émeutiers.

Note : Vous reconnaîtrez ici un scénario très similaire à ce que les USA ont vécu en 2020-2021.... Pourtant, c'est un scénario qui a été écrit et joué en novembre 2018.... Les lecteurs français pourront aussi reconnaître ici des éléments assez similaires avec ce qui a été imaginé par de nombreux auteurs de fiction.

PHASE 2  : TRANSITION - instabilité politique

Finalement, dans notre scénario, après plusieurs semaines et de nombreux morts, face à la pression internationale, le calme revient. Mais la situation n'est plus jamais la même. La violence a laissé des traces dans le pays, comme un traumatisme à l'échelle de la société, la ligne rouge est définitivement tracée sur le terrain entre les deux camps. Les groupes d'autodéfense formés par les citoyens pendant les troubles continuent d'exister de manière informelle et de se renforcer et de s'organiser, car chacun a le sentiment que ces événements pourraient se reproduire...

À la suite de ces émeutes, la situation politique est extrêmement compliquée, avec au moins trois camps distincts :

  • le "Bloc de gauche" : représentant les minorités raciales, ceux qui veulent que les émeutes ne soient qu'un début pour abattre l'ancien système et aller encore plus loin ; ils utilisent cet argument pour demander des réformes avec un discours qui consiste à dire "vous avez vu ce dont nous sommes capables, si vous ne nous donnez pas ce que nous voulons, ça recommencera".
  • le "Bloc du Centre", représentant le statu quo, dont la ligne politique consiste essentiellement à dire "plus jamais ça", à promouvoir encore plus la doctrine de la diversité du "vivre-ensemble", à parler du renouvellement du "contrat social", à calmer le jeu... L'objectif avoué étant d'éviter un nouveau conflit. C'est le camp de la soumission.
  • le "Bloc de droite" : qui regroupe les Français les plus radicaux, qui appellent à ne pas céder aux émeutiers ou à la gauche, qui tente de récupérer et structurer les groupes d'autodéfense pour peser sur la situation.

Dans le scénario que nous avons étudié, c'est dans cette phase que se jouera l'essentiel de notre avenir. C'est là que les patriotes auront le rôle le plus crucial à jouer, d'abord pour gagner le plus d'influence au sein du bloc de droite lui-même, pour s'assurer que le récit principal est guerrier, militariste et sans concessions. Ensuite, pour s'assurer que dans le jeu politique plus large, le bloc de droite est le plus fort, le plus entreprenant, le mieux préparé.

PHASE 3 : GUERRE OU PAS ? - Trois voies possibles

A ce moment, dans cette phase de transition politique, tout est suspendu, la balle peut tomber des deux côtés. A ce moment du scénario, les avis au sein de notre groupe de travail ont divergé en 3 groupes :

  • PAS DE GUERRE  : Ceux qui pensent que le bloc de droite perd son influence au profit du bloc du centre et que la situation se normalise, sans conflit majeur. La France devient un pays communautaire de fait, où les Français de souche se soumettent et acceptent d'être une communauté parmi d'autres.
  • SÉPARATION DE FACTO  : Ceux qui pensent que le bloc de droite finira par avoir suffisamment de poids pour décider unilatéralement de son propre sort et se séparer des deux autres, au sens politique du terme. C'est-à-dire créer une organisation étatique parallèle de facto, avec ses fonds de solidarité, sa police basée sur des groupes d'autodéfense, ses institutions.... La France existerait toujours en tant qu'état unitaire, mais de facto une partie de la population serait à la fois française ET membre de cette création sui generis.
  • GUERRE TOTALE  : Ceux qui pensent que la situation est insoluble entre les trois camps et qu'elle finira par dégénérer en guerre ouverte, au sens propre du terme, impliquant des combats militaires. L'armée est alors divisée en 3 parties : (a) une partie déserte avec son matériel vers le bloc de gauche ou vers des bandes armées des banlieues. (b) Une partie reste fidèle au bloc du centre, qui représente l'État légal et bénéficie du soutien international. (c) Une partie importante rejoint le bloc de droite et se joint aux groupes d'autodéfense civils. L'issue de cette guerre est impossible à anticiper. Mais l'aspect clé réside dans le choix que fera le bloc du centre : soit il finira par rejoindre le bloc de gauche, soit il finira par rejoindre le bloc de droite. Puisque le Bloc du Centre est celui des légalistes, le ralliement du Bloc du Centre à l'un des deux autres blocs légitimera et "légalisera" la lutte de ce bloc.

_____

Je répète qu'il s'agit d'un scénario parmi d'autres, mille choses différentes peuvent se produire, les résultats sont également incertains. Mais dans tous les scénarios que nous avons étudiés ces 5 dernières années, nous avons toujours retrouvé ces différentes phases et ce modèle particulier : des émeutes ultra-violentes, une phase de transition, une phase finale. C'est la phase de transition qui est la plus cruciale dans ce schéma, car c'est pendant cette phase que tout va se jouer.

GD : Vous semblez donc avoir réfléchi au problème. Vous affirmez également que d'autres militaires mènent une réflexion similaire. Une rumeur circule à l'extrême droite selon laquelle le gouvernement ou l'état-major prépare une "opération RONCES", un plan visant à prendre le contrôle des zones interdites en cas de guerre ou d'émeutes. Savez-vous si un tel plan existe ?

Elle existe. C'est une certitude. Je ne dis pas que le CEMA [l'état-major] a une boîte avec un dossier écrit "opération Ronces". Mais il est évident que l'Etat-major a réfléchi à ces questions, que l'Elysée a réfléchi à ces questions. Nos dirigeants sont peut-être hypocrites mais ils ne sont pas ignorants. Le réseau de renseignement français est très efficace. Les Préfets, les ministres et les présidents successifs sont au courant d'absolument tout ce qui se passe. Ils savent très bien que la situation de guerre dont nous parlons est réaliste. Et ils l'ont nécessairement préparée, quel que soit le nom de ce plan ou la forme qu'il prendra.

Vous pouvez imaginer que si une trentaine d'officiers et de sous-officiers peuvent réfléchir à ces questions, comme mes camarades et moi l'avons fait, alors le commandement le fait aussi. Je pense qu'ils n'y pensent pas seulement de manière informelle, mais qu'ils y réfléchissent de manière formelle et hebdomadaire. C'est également l'avis de la plupart des officiers à qui je parle de ces choses. Il n'y a aucun doute dans leur esprit que nos dirigeants sont beaucoup moins naïfs et candides qu'on pourrait le croire.

GD : Si le conflit dont vous parlez éclate, l'armée sera-t-elle la seule à se battre ? Imaginez-vous que des civils puissent se joindre au combat ? Des bandes errantes, des volontaires civils, des survivalistes isolés ?

Je pense que dans l'imaginaire des gens, une guerre implique nécessairement des centaines de milliers de soldats. A mon avis, nous serons très loin de cela dans le cas français. Le nombre total de combattants réels (soldats professionnels) sera probablement bien inférieur à 100 000. Mais il faut y ajouter les civils armés.

  • D'une part, les bandes criminelles ou politiques, désorganisées, qui représenteront probablement le plus grand nombre de civils armés.
  • Et de l'autre côté, des civils armés isolés. Ou des civils organisés dans les groupes d'autodéfense dont je parlais. Ces groupes seront probablement soutenus directement par l'armée, ou organisés par d'anciens policiers et soldats, peut-être sur le modèle des SAS en Algérie française, c'est-à-dire, par exemple, un soldat professionnel encadrant 7 à 10 "auxiliaires" civils sur un territoire donné. Les civils auront alors la possibilité d'aider l'armée régulière, au moins à tenir le territoire.

Le survivalisme est aussi un sujet compliqué, il y a autant de survivalismes que de survivalistes.... C'est un milieu qui a ses codes, mais où les gens sont assez libres de leurs opinions. Il est difficile d'imaginer quel pourrait être leur rôle en tant que communauté. Mais je ne pense pas qu'il soit exagéré de dire que la plupart des survivalistes ont une forte tendance patriotique et qu'il est probable qu'un petit nombre d'entre eux puisse rejoindre ou créer les groupes dits d'autodéfense. Comme les chasseurs d'ailleurs.

Concernant les volontaires européens ou expatriés, je suis personnellement très favorable à la mise en place d'unités étrangères encadrées par des Français en cas de conflit. C'est un défi logistique, juridique et humain. Mais d'après ce que j'ai vu en étudiant d'autres conflits, l'effort en vaudrait la peine.

GD : En considérant que vous avez raison et qu'une guerre civile est effectivement à prévoir en France, dans quelle fenêtre de temps voyez-vous un tel conflit ? A votre avis, la récente crise autour de COVID-19 peut-elle aggraver la situation ou contribuer à provoquer la guerre ?

La fourchette de temps me semble très difficile à évaluer, je préfère ne pas m'y risquer. Mais disons que ce sera nécessairement de notre vivant. La tension ne me semble pas assez importante pour imaginer un conflit avant 2030. Et si rien ne s'est passé en 2050, il sera probablement trop tard et la situation sera définitivement perdue. Cela nous laisse donc 10 ans pour nous préparer à cette fenêtre de 20 ans.

Concernant la situation sanitaire, il s'agit évidemment d'un événement très significatif qui contribuera certainement à mettre de l'huile sur le feu. Il n'est pas impossible qu'un mouvement national-populiste similaire à celui des Gilets Jaunes apparaisse dès la fin de l'année 2021 ou au cours de l'année 2022. Cela me semble tout à fait réaliste et nos amis de la Police Nationale pourront confirmer que ces scénarios sont pris au sérieux en ce moment.

Néanmoins, je doute qu'un tel mouvement puisse conduire à un changement de la situation. Mais, ces événements restent historiquement importants car ils contribuent au divorce entre les Français et leur élite politique.

GD : Un mot pour conclure ?

Un conseil : ne perdez pas espoir.

Rien n'est encore perdu, tout ne fait que commencer. Soyez actifs, soyez lucides, soyez droits, soyez intransigeants, soyez fiers d'être français, soyez certains de votre légitimité sur cette terre. C'est votre devoir.

Gardez la tête froide, ne tombez pas dans les pièges électoraux ou dans les fausses polémiques des plateaux télé, dans la fausse opposition. Ne succombez pas aux tentations faciles, ne vous laissez pas convaincre que ce sera facile, qu'il suffit d'attendre, que d'autres feront le travail à votre place...

Le peuple français est confronté à un défi héroïque, celui de défier le sens de l'Histoire et de réimposer la souveraineté du peuple au centre de toutes choses. Le défi de rappeler ce qu'est le peuple : une lignée millénaire à protéger comme un trésor, et non une masse d'individus fongibles et corvéables.

C'est un défi absolument colossal, celui de répondre à la question posée depuis 1945, et à laquelle nous avons refusé de répondre jusqu'à présent : "Un peuple a-t-il le droit d'avoir une nation qui soit à son service exclusif  ?".

Les tristes événements de la Seconde Guerre mondiale ont voulu offrir une réponse négative à cette question. Aujourd'hui, tout nous pousse à lui offrir une réponse positive. Quoi qu'il en soit, c'est une question à laquelle il faut répondre. Et la réponse sera définitive, totalement définitive.

Et l'Histoire a décidé que ce serait le peuple français qui serait le premier à répondre à cette question... Parce que nous serons les premiers européens à être confrontés à ce questionnement existentiel, celui de choisir d'être ou de ne pas être en tant que peuple.

Je pense que toute nation tremblerait de peur devant un tel défi. Toute nation tremblerait avant même d'entrer dans l'arène. D'autres nations trembleraient de peur : la peur d'être seul contre tous, d'être mal jugé, mal aimé, mal considéré... Mais la France est différente, nous n'avons pas peur de la solitude, nous n'avons pas peur de nous battre à un contre dix. Toute notre histoire nous a préparés à remplir cette tâche, à accomplir ce rôle, à être ceux par qui les changements de paradigme arrivent.

Alors ne désespérez pas. Comme le disait ce caporal de mon unité : "le combat de notre vie est la bataille de France". Ces mots sont durs et font froid dans le dos, je le sais. Vous avez le droit d'être triste, vous avez le droit d'être en colère, vous avez même le droit d'avoir peur. C'est normal, le temps vous a choisi pour une tâche difficile, vous auriez sans doute aimé une vie plus tranquille... Mais soyez heureux, car vous êtes la génération dans laquelle un cycle va se terminer et un autre va commencer. Ces choses n'arrivent qu'une fois dans l'Histoire. Et non seulement cela se produira de votre vivant, mais vous aurez un rôle à jouer.

Préparez-vous, éduquez-vous, entraînez-vous, endurcissez-vous, apprenez des compétences, mariez vous, éduquez bien vos enfants, prenez soin de vos amis, agissez pour devenir un exemple pour les plus faibles et agissez en suivant l'exemple des plus forts.

Votre sang bouillonne de pouvoir, de génie, de gloire et d'honneur. Et il n'y a pas de plus grand honneur pour un homme ou une femme que de défendre son sang en défendant son territoire. Soyez forts, soyez fiers, soyez français. »

Alors, pilule rouge ou pilule bleue ? https://youtu.be/Cywo2B_CX2I?t=5

D'Enoch Powell à Christopher Caldwell en passant par Jean Raspail et Renaud Camus, les détails du paysage se font de plus en plus précis en même temps que se vérifient leurs propos.

« Il y a des circonstances où se taire est mentir… », déclarait M. de Unamuno.

Sources et références :

 

[i] Nicole Loraux, La tragédie d'Athènes ; la politique entre l'ombre et l'utopie, Seuil La Librairie Du XXIe Siècle 2, Sciences humaines & sociales, Septembre 2005

https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782020217941-la-tragedie-d-athenes-la-politique-entre-l-ombre-et-l-utopie-nicole-loraux/ et https://www.lemonde.fr/livres/article/2005/09/08/penser-la-democratie-athenienne_686836_3260.html

 

[ii] Patrick Pharo, « Le sens objectif des faits sociaux », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XXXVIII-119 | 2000, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 02 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.679, § 28

[iii] David Djaïz, La guerre civile n’aura pas lieu, Ed. du Cerf, Collection Idées 208 pages - févr. 2017

https://www.nonfiction.fr/article-8780-entretien-la-guerre-civile-naura-pas-lieu-avec-david-djaiz.htm

Nicolas Dubos, Le mal extrême. La guerre civile vue par les philosophes des origines à nos jours, CNRS, 2010
Yoann COLIN, Comment penser la guerre civile ? 06 septembre 2010, Fictions, https://www.nonfiction.fr/article-3727-comment_penser_la_guerre_civile_.htm
Giorgio Agamben, La guerre civile : Pour une théorie politique de la Stasis (Homo Sacer, II, 4), Seuil, 2015

Pierre-Henri ORTIZ, Politiques de la guerre civile, Fictions, 17 septembre 2015, https://www.nonfiction.fr/article-7770-politiques_de_la_guerre_civile.htm

"La guerre civile est inévitable" selon un officier français, T.me/GalliaDailyMay 09, 2021 https://telegra.ph/La-guerre-civile-est-in%C3%A9vitable-selon-un-officier-fran%C3%A7ais-05-09

Crédit : Cette interview est libre de droits et gratuite pour toute traduction, merci de seulement mentionner la source : "Gallia Daily - Voix de la France".

[iv] « On va enfin leur dire que l’on va pouvoir bâtir en commun. On va arrêter de leur dire : C’est un problème et vous devez vous intégrer. On va enfin leur dire : Vous êtes une chance pour la France et vous allez nous aider à développer cette histoire commune  », a affirmé le chef de l’Etat.

https://www.lopinion.fr/edition/politique/vous-etes-chance-france-plaidoyer-tres-politique-macron-a-jeunesse-245627 et aussi :

https://www.vie-publique.fr/discours/280131-emmanuel-macron-29052021-france-afrique-du-sud

cf. encore :

https://www.lejdd.fr/Politique/exclusif-immigration-terrorisme-colonisation-les-confidences-de-macron-en-afrique-4048401

[v] Patrick Chauvel, Exposition Peur sur la ville à l’Hôtel de la Monnaie, mars 2011 https://www.lintermede.com/exposition-peurs-sur-la-ville-monnaie-de-paris-photographie.php

  


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 5 juin 15:38

    Bonjour et merci.

    Comme vous le dîtes : « Rien n’est encore perdu, tout ne fait que commencer. »

    Mais je me demande quand mêmesi je serai toujours là pour participer au grand soir.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 18:08

      @Séraphin Lampion
      Bonjour et merci de votre visite.
      Il n’y aura pas de grand soir. Outre qu’il s’agit là d’un concept qui a plus que vieilli, largement obsolète, la réalité est toute autre, qui change très rapidement.

      Parler de guerre ainsi qu’on a pu l’entendre de la part de quelqu’un qui n’a pas la moindre idée de ce qu’est un conflit, des moyens de s’y insérer, d’y faire face, de le conduire et d’en sortir vivant (car c’est quand même là le but recherché), est d’une puérilité absolue, indigne d’un véritable chef de l’État dont la crédibilité en tant que chef constitutionnel des Armées est nulle.

      Imagine-t-on si l’on considère a posteriori le bazar insensé généré en France par les débuts de la pandémie et les réactions erratiques qu’il a suscitées ce qu’auraient été les conséquences immédiates d’une guerre virale (réservons le débat sur cette question) assortie d’une attaque militaire usant de moyens conventionnels, attaque menée contre une population qui ne sait plus et ne veut plus se battre ?La réponse est simple : un pays à genoux, probablement prêt à toute forme de soumission avec, de l’autre côté, une fraction de gens décidés à continuer le combat avec l’idée de le gagner.

      Renaud Bouchard

      Quelques solutions ci-après, déjà exposées :

      Etat d’urgence, le double ennemi intérieur et extérieur ou l’urgence de vider l’eau du bocal


      Barcelone et le terrorisme : militarisation de la paix et élimination de l’ennemi et de ses alliés obscurs par ses propres armes


    • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 19:04

      @Renaud Bouchard

      Nous poursuivrons les terroristes partout. (…) Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les chiottes. »

      V.V. Poutine, déclaration d’Astana, 24 septembre 1999 – Interfax

      Vous comparez des poires et des patates.
      La Russie est un pays souverain, pas une colonie de l’Empire américain.

      C’est justement cette indépendance et cette souveraineté que préserve l’équipe de Poutine et dont les Russes sont si fiers.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 20:11

      @Captain Marlo

      La Russie est un pays souverain.
      La France peut et doit redevenir elle aussi un Etat, un pays souverain.

      Effectivement.
      Il s’agit désormais d’extraire la racine du mal.

      Ce n’est là qu’une question de volonté.
      Je n’ai personnellement aucun etat d’âme à ce propos.

      Veuillez lire ce qui suit :

      Etat d’urgence, le double ennemi intérieur et extérieur ou l’urgence de vider l’eau du bocal

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/etat-d-urgence-le-double-ennemi-174187

      Мы будем преследовать террористов везде. (…) Если мы возьмем их в туалет, ну извините, мы убьем их в туалете. "

      V.V. Poutine, déclaration d’Astana, 24 septembre 1999 – Interfax

      Renaud Bouchard


    • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 20:49

      @Renaud Bouchard
      La Russie est un pays souverain.
      La France peut et doit redevenir elle aussi un Etat, un pays souverain.

      Et pour cela, il faut sortir de l’UE, de l’euro & de l’Otan.
      C’est écrit où dans votre roman fleuve ?


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 21:27

      @Captain Marlo

      "Et pour cela, il faut sortir de l’UE, de l’Euro & de l’OTAN.
      C’est écrit où dans votre roman fleuve ?

      « 

      -Ce n’était pas le sujet.
      -Je n’en parle pas puisque ce n’est pas le sujet.
      -Il ne s’agit pas d’un »roman fleuve« mais d’une commentaire sur un article qui lui-même résulte de 7 heures d’enregistrement.
      -L’article étant »très long", ce dont je prie le lecteurs de bien vouloir m’excuser de manière liminaire, il n’était pas possible d’ouvrir le compas plus que de mesure.
      -La question de l’UEn de l’Euro et de l’OTAN ne m’est pas inconnue, loin s’en faut, mais mérite autre chose que des réactions épidermiques.

      Revenez au sujet de l’article.
      Je vous lirai attentivement.

      Bien à vous,
      Renaud Bouchard



    • samy Levrai samy Levrai 6 juin 07:55

      @Renaud Bouchard
      Pourtant citoyen Bouchard tu sembles désigner des boucs émissaires alors que notre souveraineté n’existe plus à cause de l’UE, de l’euro et de l’OTAN et pas par l’immigration, organisée justement par eux.
      Il me semble que tu te revendiques comme Europeen et qu’en même temps tu dénonce ce qui en résulte, ca frise la schizophrénie .


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 juin 06:59

      @samy Levrai

      Il faut apprendre à lire Tartempion, à lire et à raisonner. Va voir la métaphore de celui qui frappe quelqu’un à terre. Il n’est pas accusé du coup qui à mis à terre, seulement des coups assénés sur sa victime à terre, il est coupable de ce qu’il fait, ni plus, ni moins, ce n’est donc pas un bouc émissaire. CQFD


    • samy Levrai samy Levrai 10 juin 11:55

      @Luc-Laurent Salvador
      Ah bon, tu veux m’apprendre à lire et à raisonner ? en t’appuyant sur les effets et en oubliant les causes ? tu as raison, en même temps, c’est une démonstration très moderne.


    • confiture 5 juin 17:09

      Ouille ! ça dégage


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 18:10

        @confiture

        Bonjour et merci pour votre réflexion.
        On ne dit plus « Ouille ! ça dégage ! » mais « Ouille ! ça pique ! »

        RB


      • arthes, Britney for ever artheslichepèdetologue 5 juin 17:13

        @confiture

        Voui, n’est ce pas ?

        Idem sur le fil de Bouchard, ça rigole plus à grolandvox !!! smiley


        • arthes, Britney for ever artheslichepèdetologue 5 juin 17:15

          @artheslichepèdetologue
          ooops, de Yehonathan (je finis pas confondre)


        • confiture 5 juin 17:45

          @artheslichepèdetologue
          pas grave, il ne viendra pas plus que rakoto


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 17:51

          @artheslichepèdetologue
          Bonjour et merci pour votre visite.
          A lire les commentaires sur Grolandvox il semblerait que l’impression commune de ras-le-bol soit largement affirmée.

          Les filets ramènent des commentaires peu amènes qui traduisent une exaspération certaine par-delà la richesse du vocabulaire de l’ouragan qui suit, cité à titre d’exemple parmi d’autres contributions qui révèlent plus qu’un malaise. Je cite :

          Hurricane 30 mai 10:50

          "Pendant que le peuple continue à se faire égorger , notre macrounet , le pantin de service de l ’ Elysée frou frou plumes au cul , continuer à tortiller du popotin et faire des contorsions abdominales devant tous les rois arabos africains en s ’ excusant de leur avoir fait bobo pendant les temps bénis des colonies .

          Le dernier exploit repentiste-excusiste- aplaventriste de ce paltoquet cul en l ’ air ce sont les félicitations à l’ Afrique du Sud pour avoir élu un président noir . 

          On en a eu des charlots comme président , mais celui là a franchi le mur du çon . 

          Sachez chers présidents africains , que cette lopette qui se met à plat ventre devant vous ne représente plus le peuple français qu ’il humilie en permanence ; il vous bombarde de milliards d ’ euros , c ’ est notre fric qu’ il rackette , on vous demande de nous le rembourser et de virer ce malade à coups de pieds au cul de votre continent , c ’ est un escroc , un mafieux , un pervers . 

          Sachez aussi que nous refusons de nous excuser pour la colonisation , et si vous pouviez reprendre tous vos congénères musulmans islamistes terroristes etc qui ont fait exploser l ’ insécurité chez nous dans des proportions diaboliques , nous vous en serions très reconnaissants . 

          En outre , le peuple blanc de souche en a marre de voir ces migrants clandestins dangereux , piller nos aides et allocs avec la complicité de ces cinglés LREM , La Racaille En Marche et leur justice criminelle en faveur des assassins . 

          On est tombé sur un fou dangereux pour la France qu ’ il détruit , qu’ il déconstruit , qu’ il laisse égorger , il a horreur de ce peuple blanc qu ’ il veut remplacer par des noirs , ses fantasmes sexuels préférés ." (Fin de citation)


          https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/islam-immigration-c-est-quoi-votre-233309?debut_forums=300

          Renaud Bouchard


        • Germain de Colandon Germain de Colandon 7 juin 12:06

          @Renaud Bouchard
          Vous m’enlevez les mots de la bouche.


        • Yann Esteveny 5 juin 17:25

          Message à Monsieur Renaud Bouchard,

          Votre article a enfin passé la « modération » Agoravox. Votre persistance a été récompensée et tant mieux pour les lecteurs.

          Cet article est fondamental pour appréhender les évènements en cours et ceux très prochains. Les références grecques antiques permettent de saisir l’enjeu politique réel bien éloigné du pitoyable spectacle gauche/droite de cette République.

          Je vous fais part de trois remarques générales que votre article m’a inspiré dans la perspective qu’il dégage.

          - Dans la cité grecque, la religion rythme la vie de la population et la cimente. La nouvelle religion imposée par ce Régime contribue à faire éclater le pays.

          - La citation suivante « Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la nation ! » (Edmond Rothschild en 1970) est celle d’un homme dont les intérêts ont placé plusieurs fois sur le « trône » de la République ses hommes de paille. Il est inutile de citer encore une fois une de ses marionnettes indiquant devant une assemblée de diplomates français que personne ne pourra empêcher le futur du Nouvel Ordre Mondial.

          - Les évènements « pandémiques » sont un excellent moyen pour faire accepter la construction à marche forcée d’un Régime global supranational et interdire une solution par l’Etat Régalien.

          Respectueusement


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 18:36

            @Yann Esteveny ainsi qu’à tous les autres Lecteurs.

            Bonjour et merci autant pour votre soutien que pour vos commentaires.

            Pour répondre à ceux de M. Esteveny, je vous invite à lire la dernière livraison de cette belle et intéressante revue trimestrielle qui a fort heureusement réapparu et qui, dans sa dernière livraison de juin 2021, offre un panorama aussi fouillé qu’intéressant sur « les nouveaux Maîtres du Monde » et leurs affidés.
            Il y est question de tous ces « philanthropes », de toutes ces personnalités qui, de l’Open Society au Grand Reset, ont décidé de changer le destin de l’humanité en balayant les nations pour établir un nouvel ordre mondial, favorisant avec des moyens financiers gigantesques les entreprises de réelle subversion destinées à abattre les pays qui résistent ou qui seraient encore attachés à leur civilisation comme à leur identité ainsi qu’à leurs instruments de souveraineté.

            https://www.journaux.fr/le-spectacle-du-monde_news-opinions-politique_actualite_252911.html

            Nous évoquerons très prochainement l’entreprise de démolition menée par un traître à la nation qui, jouant contre les intérêts de la France et ce dans tous les domaines (société, économie, finances, politique, tant sur le plan national qu’international), entreprend désormais -après le cadenassage sanitaro-policier de la population apeurée et conduite à abdiquer toutes les barrières de prudence élémentaire quant à la protection de sa santé et de celle de ses enfants -, de céder la place de la France au Conseil de Sécurité des Nations Unies, de pousser plus avant à l’assujettissement biométrique de la population française tout en se préparant à pousser au plus vite l’abandon pur et simple de la Nouvelle Calédonie aux visées géopolitiques de la Chine après avoir dénigré la France auprès de l’Afrique, le tout en facilitant les conditions de la submersion migratoire et islamiste en France.
            https://www.linternaute.com/actualite/politique/2498313-interview-de-macron-a-zadig-les-confessions-du-president-presque-candidat/

            Renaud Bouchard


          • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 18:43

            @Yann Esteveny
            Les évènements « pandémiques » sont un excellent moyen pour faire accepter la construction à marche forcée d’un Régime global supranational et interdire une solution par l’Etat Régalien.


            Avec la publication des 3000 mails du Dr Fauci, les théories officielles sur la pandémie sont en train de sauter allègrement !

            Elle était effectivement une bénédiction pour les tenants du Grand Reset ,qui attendaient l’effondrement économique des pays occidentaux, pour passer à la 4e révolution industrielle...

            « Le Régime global supranational », ça s’appelle l’Union européenne.
            L’essentiel des compétences de l’Etat régalien ont été transférées aux Institutions européennes. Pourquoi parler encore d’Etat régalien ??

            La France ne contrôle plus sa monnaie ; ses lois qui doivent être conformes au Droit communautaire, ainsi que sa Constitution. Son budget, ses lois sociales et ses choix économiques sont sous tutelle. Sa politique étrangère, sa diplomatie & sa Défense sont sous contrôle de l’Otan, donc de Washington.

            Les Gouvernements des 27 pays ne sont que des gestionnaires des Traités européens. Parler d’un Etat régalien, tout en restant dans l’UE & l’Otan, est une imposture et un mensonge vis à vis des citoyens.


          • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 18:54

            @Renaud Bouchard
            de l’Open Society au Grand Reset, ont décidé de changer le destin de l’humanité en balayant les nations pour établir un nouvel ordre mondial, favorisant avec des moyens financiers gigantesques les entreprises de réelle subversion destinées à abattre les pays qui résistent ou qui seraient encore attachés à leur civilisation comme à leur identité ainsi qu’à leurs instruments de souveraineté.

            C’est le but de l’Union européenne de détruire les Etats Nations. Pourquoi croyez-vous que tous les médias pendant 4 ans ont combattu le Brexit avec la dernière énergie ? Et qu’ils combattent le Frexit ?

            Parce que la dislocation de l’UE se traduirait par le retour des Etats Nations dont l’oligarchie ne veut pas.

            Si les médias donnent la parole au RN, c’est qu’il ne représente aucun danger pour les mondialistes, il ne veut plus sortir de rien du tout ! En Italie, l’Extrême Droite siège avec le banquier Draghi dans un gouvernement d’Union Nationale, avec la Gauche. C’est ce que propose Marine le Pen : un gouvernement d’Union Nationale.


          • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 18:59

            @ZXSpect
             »Hydroxychloroquine, origine du virus, masques : attention aux interprétations erronées des emails d’Anthony Fauci« »

            Et ta soeur ! L’AFP balise, car elle savait au sujet du virus, depuis janvier 2020 !

            "Dans les emails des FauciLeaks récemment dévoilés, une découverte de taille page 3123 : on y apprend que l’AFP était au courant de la fabrication du virus depuis le 31 janvier 2020. A-t-elle enterré l’affaire ?
            Depuis le 31 janvier 2020 : L’AFP, par le biais du journaliste Issam Ahmed, écrivait au Dr Barney Graham du NIH (National Health Institute) au sujet d’une demande assez urgente un vendredi soir. Le journaliste demandait un avis sur une étude scientifique qui venait juste d’être publiée sur le serveur Biorxiv.org. L’article affirmait que le nouveau coronavirus comprenait quatre insertions similaires au VIH-1, et que ce n’est pas une coïncidence.etc


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 19:44

            @Captain Marlo
            Exact.
            MLP n’est qu’un plastron pour amuser la galerie.
            Il s’agit de faire peur aux foules.
            Les nouveaux « Old Young Leaders » sont déjà en lice : M. Barnier, T. Breton, mais nous verrons probablement monter en puissance Miss America (avec l’ombre portée de M. Draghi).
            A moins que...

            Renaud Bouchard


          • Yann Esteveny 5 juin 19:50

            Message à Monsieur Renaud Bouchard,

            Les affidés aux maîtres du monde sont légions. La liste des traîtres est interminable. Sur le dernier lien de votre message, je n’ai pu débuter la vidéo car le personnage m’est insupportable à la simple écoute.

            Respectueusement


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 19:50

            @Captain Marlo

            « Ai-je assez fait comprendre que la Communauté que nous avons créée n’a pas sa fin en elle-même ? (...)
            Les nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent. Et la Communauté elle-même n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain. »

            Jean Monnet (Mémoires)

            Une purge sévère s’impose au sein des zélateurs qui continuent à suivre ces préceptes ineptes.

            Elle viendra.

            Renaud Bouchard


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 19:56

            @Captain Marlo

            "Les Gouvernements des 27 pays ne sont que des gestionnaires des Traités européens. Parler d’un État régalien, tout en restant dans l’UE & l’Otan, est une imposture et un mensonge vis à vis des citoyens.« 

            Qui parle de rester dans l’UE et l’OTAN ?

             »De 1944 à 2019, on compte soixante quinze ans. Le nombre de Français que l’ancrage de leur esprit sur leur patriotisme juge ce temps plus que suffisant, est devenu majoritaire dans notre pays. Et plus que suffisante la certitude que l’occupant ne s’en ira pas de lui-même et par sa seule et généreuse volonté : au contraire, il semble bien qu’une volonté définitive de s’installer à jamais en pays conquis devienne l’expression naturelle des intentions définitives des nouveaux conquérants.

            Dans ces conditions, la seule solution réellement patriotique n’est-elle pas de se décider enfin à prendre les devants et à éveiller un sain réalisme des élites dirigeantes françaises. Attendre une manifestation de générosité de la part de l’occupant s’apparente à une trahison.

            Mais pour cela, l’histoire n’enseigne-t-elle pas que les évidences les plus criantes doivent se trouver soulignées par des sacrifices ? La trahison est un lit douillet, renoncer à ses avantages exige des sacrifices. Si aucun Français ne consentait à un sacrifice patriotique afin d’ouvrir les yeux à ses compatriotes endormis, cette étrange dormition ne finirait-elle pas par s’inscrire dans le capital génétique de ceux qui se baptisaient eux-mêmes non point les Gallis (avec deux l, les coqs) mais les Gaulois, les Vaillants, les Assaillants.

            Pour ma très modeste part, à l’âge de quatre-vingt dix-sept ans, je lance un ultime appel à un sursaut de la jeunesse de France. Plus un peuple vieillit, plus il ressemble au bûcheron « couvert de ramée » de Jean de la Fontaine qui a rappelé que ce dernier préfère « souffrir que mourir » et que telle est la « devise des hommes ».

            A cette devise retirons du moins l’amertume et donnons-lui les couleurs d’un ultime flamboiement et d’une espérance. Dehors le bras armé de l’empire américain, DEHORS l’OTAN ! Tel est l’ultime appel que tout le monde attend aujourd’hui de la France.

            Le 1er janvier 2019"


            Manuel de Dieguez, décédé en Août 2019


            http://www.dieguez-philosophe.com/

            http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024/tstmagic/images_sections/Sisyphe.gif


          • Yann Esteveny 5 juin 19:59

            Message à avatar Captain Marlo,

            Je vous cite : « « Le Régime global supranational », ça s’appelle l’Union européenne. »
            L’Union européenne est une création récente et un instrument mais non le pouvoir lui même.

            La « pandémie » est une fausse pandémie qui va bientôt en devenir une réelle pour les raisons que beaucoup ont compris.

            Je vous cite : « Parler d’un Etat régalien, tout en restant dans l’UE & l’Otan, est une imposture et un mensonge vis à vis des citoyens. »
            C’est exact. Mais le mensonge va encore plus loin. Le Régime fait croire que le pouvoir est entre les mains du peuple !

            Respectueusement


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 20:03

            @Captain Marlo

            "Les Gouvernements des 27 pays ne sont que des gestionnaires des Traités européens. Parler d’un Etat régalien, tout en restant dans l’UE & l’Otan, est une imposture et un mensonge vis à vis des citoyens. « 

            Qui parle de rester dans l’UE et dans l’OTAN ?
            Pas moi.

            Voici ce qu’écrivait le regretté Manuel de Dieguez : http://www.dieguez-philosophe.com/

             »De 1944 à 2019, on compte soixante quinze ans. Le nombre de Français que l’ancrage de leur esprit sur leur patriotisme juge ce temps plus que suffisant, est devenu majoritaire dans notre pays. Et plus que suffisante la certitude que l’occupant ne s’en ira pas de lui-même et par sa seule et généreuse volonté : au contraire, il semble bien qu’une volonté définitive de s’installer à jamais en pays conquis devienne l’expression naturelle des intentions définitives des nouveaux conquérants.

            Dans ces conditions, la seule solution réellement patriotique n’est-elle pas de se décider enfin à prendre les devants et à éveiller un sain réalisme des élites dirigeantes françaises. Attendre une manifestation de générosité de la part de l’occupant s’apparente à une trahison.

            Mais pour cela, l’histoire n’enseigne-t-elle pas que les évidences les plus criantes doivent se trouver soulignées par des sacrifices ? La trahison est un lit douillet, renoncer à ses avantages exige des sacrifices. Si aucun Français ne consentait à un sacrifice patriotique afin d’ouvrir les yeux à ses compatriotes endormis, cette étrange dormition ne finirait-elle pas par s’inscrire dans le capital génétique de ceux qui se baptisaient eux-mêmes non point les Gallis (avec deux l, les coqs) mais les Gaulois, les Vaillants, les Assaillants.

            Pour ma très modeste part, à l’âge de quatre-vingt dix-sept ans, je lance un ultime appel à un sursaut de la jeunesse de France. Plus un peuple vieillit, plus il ressemble au bûcheron « couvert de ramée » de Jean de la Fontaine qui a rappelé que ce dernier préfère « souffrir que mourir » et que telle est la « devise des hommes ».

            A cette devise retirons du moins l’amertume et donnons-lui les couleurs d’un ultime flamboiement et d’une espérance. Dehors le bras armé de l’empire américain, DEHORS l’OTAN ! Tel est l’ultime appel que tout le monde attend aujourd’hui de la France."

            Le 1er janvier 2019


            "Mme  Maria Zakharova, porte-parole du ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, a fait une déclaration retentissante : "La stupidité est pire que le terrorisme". Elle aurait pu ajouter que la stupidité est la clé de la vassalité, donc de la servitude volontaire.

            Nous en avons un exemple ahurissant avec la stupidité qui fait dire subitement aux vassaux groupés sous le sceptre et le joug de l’OTAN, donc des Etats-Unis, que tout bombardement des zones de guerre qui provoquerait la mort de civils serait qualifié de crime de guerre alors que, depuis les origines, on n’a jamais vu aucune armée libérer ou conquérir une ville sans entraîner, hélas, des victimes civiles que, pour leur compte, les Etats-Unis qualifient simplement de « victimes collatérales ».

            Quand Enée emporte son père Anchise sur son dos, il entend le protéger du sort d’une « victime collatérale » dont le vieillard se trouve évidemment menacé. C’est pourquoi les Etats-Unis se gardent bien, pour leur part, de s’appliquer une disposition qu’ils n’entendent appliquer qu’à leurs adversaires.

            La stupidité du genre humain est donc la source d’une gigantesque falsification de l’histoire. Ce n’est pas depuis le bombardement de Paris par la grosse Bertha en 1870, c’est depuis le paléolithique que les "dommages collatéraux" se révèlent, hélas, inévitables, c’est depuis les origines de l’histoire que la sottise, alliée à naïveté, qu’évoque Mme Zakharova, se révèle, hélas, pire que le terrorisme.

            C’est pourquoi la servitude évoquée par Etienne de la Boétie, se montre la clé de l’histoire guerrière du genre humain, puisque la première des servitudes n’est autre que la soumission à une divinité fort guerrière, elle aussi, dont le premier exploit religieux fut de noyer toute l’humanité sous les eaux d’un « Déluge » : on sait que ce premier assassinat collectif des peuples de l’époque n’a laissé survivre, dit la légende sacrée, qu’un certain Noé et que la divinité vengeresse aurait ensuite chargé de construire en toute hâte une arche du salut afin d’y loger un couple de tous les animaux."


            J’aurais tendance à penser que des troupes venues « libérer » l’Europe et qui y stationnent depuis plus de 70 ans sont des troupes d’occupation.

            Renaud Bouchard


          • lisca lisca 7 juin 12:37

            @Renaud Bouchard
            puisque nous sommes dans les fables de La Fontaine, citons celle-ci http://www.lesfables.fr/livre-1/la-genisse-la-chevre-et-la-brebis-en-societe-avec-le-lion
            où la France est tantôt une chèvre, tantôt une génisse, tantôt une brebis !
             smiley
            Elle doit retrouver son côté lion.
            Merci pour cet article.


          • sirocco sirocco 5 juin 17:59

            Pour s’y préparer, tous les ouvrages de Laurent OBERTONE sont à lire d’urgence.


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 19:10

              @sirocco

              Bonjour.
              Effectivement.
              Vous pouvez aussi lire cet ouvrage passionnant de Christopher Caldwell, qui est un journaliste américain, auteur de Une Révolution sous nos yeux, comment l’islam va transformer la France et l’Europe paru aux éditions du Toucan en 2011.

              Bien à vous,
              Renaud Bouchard


            • Captain Marlo Captain Marlo 5 juin 18:24

              "Il n’y a pas de terrain de négociation ou de compromis possible avec ces individus et ces actes de guerre civile peuvent mener à la décivilisation et à la dislocation du pacte politique à une vitesse inouïe. C’est pour cela que le djihadisme « maison » nous fait si mal depuis 2012.

              Article trop long pour dire la même chose que Zemmour : « le grand remplacement ».

              Cette hypothèse qui a le grand mérite pour les européistes comme Marine le Pen, d’éviter de mettre en cause notre appartenance à l’UE & à l’Otan. Les deux sont liées, par l’article 42 du Traité de l’ Union européenne.

              Cette hypothèse permet d’éviter aussi de parler du patronat qui aime beaucoup les sans papiers ! Silence radio, jamais le RN ne parle des intérêts du patronat dans l’arrivée de vagues migratoires. Ni du fait que ça fait baisser le prix du travail...

              On passe aussi sous silence les guerres du Pentagone et de l’ Otan depuis le 11 septembre. Elles ont détruit de nombreux pays au Moyen Orient, en particulier, la Libye, qui accueillait beaucoup d’Africains, et qui combattait les Islamistes. Khadafi avait prévenu, mais personne ne l’a écouté.

              Silence radio aussi du côté de la responsabilité des USA dans la fabrication des Djihadistes. L’auteur semble ignorer que ces djihadistes sont les mercenaires de l’OTAN depuis la guerre en Afghanistan contre l’ URSS.

              — Depuis longtemps les djihadistes coupeurs de têtes « qui font du bon boulot en Syrie », travaillent de concert avec les services de renseignements occidentaux. Et donc ils sont nos mercenaires aussi, ainsi que les Frères Musulmans.

              Conclusion : à partir du moment où l’analyse des causes est foireuse, les bons conseils ne peuvent être que foireux. L’immigration est gérée par des textes européens. Si l’auteur veut résoudre tous ces problèmes, l’urgence est de sortir de l’UE & de l’OTAN. Et pas de blablater sans fin « sur le grand remplacement ».


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 juin 19:07

                @Captain Marlo
                Très bien.
                Tout ceci est exact.
                Vous oubliez de mentionner les 8 Croisades.
                Quant à la réalité des faits, allez donc expliquer votre point de vue aux forces de l’ordre (Police, gendarmerie) et à leurs interlocuteurs.
                Ils vous écouteront avec intérêt.
                L’Auteur (qui est toujours très attentif à recueillir toutes informations intéressantes pour apprendre ce qu’il ne connaît pas) dispose malgré tout d’une vision assez précise de la situation pour éviter de perdre du temps à (je cite) une « analyse des causes foireuse ».
                Si la sortie de l’UE et de l’OTAN est effectivement un point fondamental à mes yeux, les questions relatives à tout ce qui touche au Grand Remplacement (syntagme qui semble vous donner de l’urticaire comme à beaucoup de gens) sont devenues plus qu’une réalité, que cela vous gêne ou non, dans la mesure où elles ont commencé à sérieusement bousculer l’univers dans lequel vous vivez.
                J’ajouterai que vous n’avez encore rien vu.

                Bien à vous,
                Renaud Bouchard


              • Yann Esteveny 5 juin 20:52

                Message à avatar Captain Marlo,

                Votre problème est que vous arrêtez votre vision à l’UE et à l’OTAN et ne remontez pas l’histoire avant la seconde guerre mondiale. Il faut remonter plus loin dans l’Histoire. Le métissage généralisé afin de détruire l’âme des nations est un vieux programme politique.

                Respectueusement


              • ETTORE ETTORE 5 juin 23:56

                Bonsoir Renaud Bouchard !

                Franchement ?

                Je trouve que vous faites la fine bouche ! Si, si !

                Vous ne soyez donc pas si pusillanime, m’enfin....

                Regardez avec un oeil....Neuf, ces « dés— barque— ments ».....

                La « chance pour la France » de « recevoir » « d’inviter à y vivre » « de procréer » à toute cette marée de multi— compétences, qui fait rêver les plus débridés, des docteurs en parthénogenèse, sous acide !

                Vous voulez des pro de la boucherie.....En voilà 16 à la douzaine, experts en lames, et à l’abattage ( et pas que rituel ) multi culturel !

                Vous voulez des queutards .. Suffit de demander, et si ça peut aider à soulager !

                Vous voulez des Phil O Zoph, ....Vous en compterez plus que de bonzes dans votre jardin, mais c’est vous qui serez tondu !

                Vous voulez des moutons faciles à tondre......Il n’y en a pas, avec poil plus long et plus doux ....dans la main. et même des friso teints !

                Vous voulez vous réaliser dans l’assistanat.....No problèmo, ils prennent tout, chèque resto, aides sociales, les plus, mais pas les surplus, et on vous crache à la gueule « sale raciste », mais bon, je pense que c’est un compliment mal traduit, par les fournée de« formateurs aidants » à l’imprégnation....Du Français !

                Vous en trouvez où, vous, de pareils « ALLOCh-TONES » dans notre peuplade Franchouillarde ?

                Hein ? Bon ? Alors !

                Un peu de respect quand même, pour ces gens qui se sont fait tout seuls, et a qui leurs gouvernements respectif leur a dit : « démerdez vous pour aller paître ailleurs, et essayez de tondre le plus possible ! Si ce n’est pas vous qui finirez les restes, ce seront vos frères »


                • lisca lisca 7 juin 12:40

                  @ETTORE
                  Tristement vrai.
                  S’agirait de se réveiller.


                • HELIOS HELIOS 6 juin 00:54

                  Merci Renaud Bouchard pour votre long, tres long document.

                  Tout ceux qui l’ont lu avec serieux peuvent neanmoins ne pas etre d’accord.

                  Si l’ensemble reflete une certaine intelligence pragmatique, il reste neanmoins confiné dans une vision utopique et hélas mecanique des relations humaines dans un contexte national.

                  Moi, je suis basique, et même si nos élites superieurement intelligentes ont déjà tout préparé, ou tout compris, la réalité, comme pour Cesar dans la trilogie de Pagnol, le français est un sanguin capable d’aller beaucoup plus (trop) loin si une cacarinette lui monte à la tête.

                  Evidement rien de tout cela n’est acceptable, certes, mais toujours trop réel.

                  Comme n’importe quel pogrom, il y en a qui feront les frais de ces soulèvements et on peut même se poser la question pour determiner s’il est préférable d’avoir des gouvernants conscients du poblème et armés pour le resoudre ou bien des gouvernants pleutres et inconscients qui laisseraient la cocote minute aller jusqu’a l’explosion. (voyez dans ce commentaire une allusion aux prochaines élections)

                  Quoi qu’il en soit, l’avenir est bien sombre et les evenements quotidiens qu’on attribue une peu trop facilement aux consequences du confinement s’inscrivent bien dans votre scenario... ou dans le mien.

                  Les differents acteurs sont bien identifiés aujourd’hui, on connait déjà ses adversaires, il ne faut plus se tromper... et comme je l’ecris souvent, le medicament est d’autant plus amer que la maladie est grave.

                  J’ai bien peur que de la tolérance aux droits divers des échafaudages administratifs des accords internationaux, traités ou droits de l’homme  soient remisés aux oubliettes de l’histoire pour que reviennent souveraineté et respect des peuples.


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 juin 22:48

                    @HELIOS

                    Bonsoir et merci autant pour votre visite que pour votre observation.

                    Nous avons sous les yeux un mélange instable avec, je vous cite : "des gouvernants pleutres et inconscients qui laisseront la cocotte minute aller jusqu’à l’explosion. "

                    Je suis plutôt pour la mise en place de gouvernants conscients du problème et armés pour le résoudre, comme vous le verrez bientôt.

                    Bien à vous,
                    Renaud Bouchard


                  • zak5 zak5 6 juin 05:45

                    Bravo pour l’article !

                    j’ai comme l’impression que le groupe des auteurs sur Agoravox évolue dans le bon sens : plus de pluralisme. Les professionnels de donneurs de leçons de morale (comprendre les bisounours) sont comme tétanisés

                    continuez comme ça, mieux vaut une guerre des idées qu’une guerre civile (les nihilistes ne seront pas d’accord avec moi, cela s’entend) .

                    j’ajoute mon petit grain de sel : sans allé plus loin, la France est depuis 2012 sous la menace du séparatisme islamiste et donc d’une guerre civile. Face a ce danger mortel (qui a ravagé les pays musulmans), on nous propose des pleurnicheries (genre : ils n’auront pas notre haine mais des fleurs et des cierges pour l’enseignant décapité sur le trottoir) et des mesurettes déclarées avant d’être annulées par l’arsenal juridique du clan du bien (comme cette invraisemblable histoire de ce tchétchène qui appelle au djihad en France, qui l’a accueilli, et que l’on ne pouvait pas expulsé a cause de ces mesurettes) 


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 juin 22:39

                      @zak5
                      Bonjour et merci autant pour votre visite que pour vos observations.

                      "Sans aller plus loin, écrivez-vous, la France est depuis 2012 sous la menace du séparatisme islamiste et donc d’une guerre civile. Face a ce danger mortel (qui a ravagé les pays musulmans), on nous propose des pleurnicheries (genre :« ils n’auront pas notre haine », ainsi que des fleurs et des cierges pour l’enseignant décapité sur le trottoir) et des mesurettes déclarées avant d’être annulées par l’arsenal juridique du clan du bien (comme cette invraisemblable histoire de ce tchétchène qui appelle au djihad en France, qui l’a accueilli, et que l’on ne pouvait pas expulser a cause de ces mesurettes) « 

                      Je vous propose de méditer sur la notion de droit au « pluralisme juridique » que revendiquent les Tchétchènes vivant en France, » en proclamant leur attachement à la loi de la République tout en s’autorisant des pratiques parallèles de justice auto-gérée qui, bien qu’illégales sur le territoire du pays hôte, sont considérées comme légitimes dès lors qu’elles sont régulées et limitées par un « code de l’honneur ». Des pratiques que dans son travail sur le pluralisme juridique en Tchétchénie, Yegor Lazarev analyse comme relevant de la construction d’un ordre légal post-colonial. « 
                      cf. l’article ci-joint : https://theconversation.com/la-diaspora-tchetchene-au-miroir-de-dijon-141838

                      Ma position est très simple : expulsion de toutes communautés venues importer, exalter, régler des différents (justifiés ou non) sur le territoire de la République, même si comme ce fut probablement le cas, c’est la nécessité de se faire justice face à la défaillance de l’État-hôte devant le trafic de drogue qui a causé l’expédition »punitive" menée contre une communauté rivale, que ce soit à Dijon ou à Saint- Dizier :
                      https://www.liberation.fr/france/2020/06/16/reglement-de-comptes-dijon-disjoncte_1791479/
                      https://www.lindependant.fr/2020/08/16/violences-reglements-de-comptes-seize-ressortissants-tchetchenes-arretes-en-haute-marne-9021946.php

                      Renaud Bouchard


                    • pipiou2 6 juin 11:00

                      En fait l’auteur réclame une dictature, sous le prétexte d’une prétendue guerre civile.

                      C’est pas un peu comme ça qu’a émergé le nazisme ?


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 juin 22:25

                        @pipiou2

                        Prétendue guerre civile, écrivez-vous. Comme j’aimerais me tromper.
                        Mais le balancier est effectivement reparti dans l’autre sens et il est tout à fait probable que nous allons assister à une sorte de « reprise en main » de tout ce qui a complètement dérapé et qui conduit à une dislocation difficile à nier.
                        Quant au nazisme et à la guerre civile, je vous propose cette très bonne étude de l’historien M ; Chapoutot :

                        https://www.cairn.info/revue-inflexions-2016-1-page-11.htm

                        (A ce propos, je vous remercie d’avoir point l’erreur du chiffre donné pour le génocide/Ethnocide musulman en Inde, au regard de la population mondiale totale).
                        Au 8ème siècle s’il y avait 400 millions d’indiens qui furent massacrés à très grande échelle sur 800 ans, cela reviendrait à 500 000 personnes massacrés par an soit 1370 par jour pendant 800 ans. Il faut une endurance surhumaine !!

                        - Où sont les charniers des 400 millions de tués ?

                        - Au 8ème siècle il n’y avait que quelques milliers d’arabes qui conquirent l’Inde. 600 millions d’habitants paraît disproportionné vu le nombre d’hommes qu’ils auraient pu mobiliser.

                        De plus d’après l’Institut national d’études démographiques (Ined), pour ce qui est des chiffres :

                        - En l’an 500 après JC il n’y avait que 209 millions d’habitants dans le monde dont 33 millions pour l’Inde (Pakistan et Bangladesh compris), et en l’an 1000 il y avait 257 millions d’habitants dans le monde dont 40 millions pour l’Inde (Pakistan et Bangladesh compris). Mais on nous dit que les indiens étaient 600 millions en l’an 700 !

                        - En l’an 1400 (XVème siecle) il y avait 374 millions d’habitants dans le monde dont 74 millions en Inde mais on nous dit qu’il n’en restait plus que 200 millions en Inde après les 800 ans de massacres !

                        2) 80 millions de tués en 500 ans

                        Un peu plus « sérieux » mais toujours très hasardeux voir loufoque et repris par tous les sites extrémistes, une estimation du nombre de personnes tuées sur la base des chroniques musulmanes et des calculs démographiques réalisée par l’historien indien Kishori Saran Lal dans son livre « L’évolution de la population musulmane dans l’Inde médiévale » affirmant qu’entre le XIe siècle et XVIe siècle, la population indienne a diminué de 80 millions. D’où sa conclusion que les musulmans massacrèrent 80 millions de personnes en 500 ans." (Fin de citation)

                        RB


                      • pipiou2 6 juin 22:39

                        @Renaud Bouchard
                        « Une dislocation difficile à nier » ... difficile à prouver plutôt !

                        Quand vous avez fait une erreur assez basique sur ces 400 millions d’Indiens tués (intox pitoyable qui coure sur plein de sites complotistes), comment croire que vous avez un esprit d’analyse un peu rigoureux ?


                      • cyrus cyrus 6 juin 23:53

                        @pipiou2

                        monsieur bouchard as eu l’ honettée de revoir ses chifre a la baisse ...
                        peut tu avoir celle de les accepter sans faire de negationisme sur les genocide islamiste sachant , que le massacre de 74 million sur 374 Million est encore pire que 400 million sur les 7 milliard actuel ?

                        faut sortir des debat de chiffre truquée pipiou .


                      • pipiou2 6 juin 23:59

                        @cyrus
                        Le chiffre de 400 millions était totalement aberrant.
                        le chiffre de 74 millions n’a pas plus de crédibilité.
                        De toutes façons tu gobes n’importe quelle fadaise.
                        Arrete les intoxs et arrête de me harceler.


                      • pipiou2 7 juin 00:07

                        @cyrus
                        Le chiffre de 400 millions était totalement aberrant.
                        le chiffre de 74 millions n’a pas plus de crédibilité.
                        De toutes façons tu gobes n’importe quelle fadaise.
                        Arrete les intoxs et arrête de me harceler.


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:08

                        @pipiou2

                        c’ est toi qui est deplorable ... un auteur te repond , moi je te laisse calculer le pourcentage pour que tu pige bien ...

                        Tu veut faire du negationisme ? aucun pays n’ as été colonisé sans sang versé . ?

                        Acepte le ou pas peut me chaud


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:11

                        @Renaud Bouchard

                        Au passage je vous met le lien de mon blog , 
                        des texte fondateur refusé en moderation le 9 juin ...
                        https://yamabushishinobi.blogspot.com/2021/05/

                        j’ aurais du tenter le covid c’ est plus porteut smiley 

                        Au plaisir de vous lire .


                      • pipiou2 7 juin 00:15

                        @cyrus
                        Tu ne sais pas compter, tu ne sais pas vérifier une info.
                        Retourne à l’école et n’utilise pas des mots que tu ne comprends pas.


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 00:18

                        @ Pipiou.

                        Cessez de faire l’âne pour recevoir votre ration de foin, voulez-vous ?

                        Écrivez quelque chose que l’on puisse vous lire plutôt que de perdre du temps à ferrailler de manière maladroite. Il existe d’autres pages à explorer sur cette tribune.

                        Sentez-vous libre de les explorer.

                        Dislocation de la France difficile à prouver ?

                        Je vous suggère la lecture de l’ouvrage de de Jérôme Fourquet intitulé L’Archipel Français dont voici une recension effectuée par la revue Esprit.

                        https://esprit.presse.fr/actualite-des-livres/jean-louis-schlegel/l-archipel-francais-de-jerome-fourquet-42100

                        Je vous invite aussi à lire le rapport annuel sur l’état de la France (RAEF)qui porte l’analyse de la société civile organisée sur un spectre large de questions économiques, sociales et environnementales relatives à l’année écoulée, en la resituant dans un temps long et en l’appuyant sur les « dix indicateurs de richesse » complémentaires du PIB. Face au choc des douze derniers mois et alors que les perspectives restent incertaines, le RAEF 2021 revient sur les fragilités croissantes de la société française ces cinq dernières années, met la lumière sur les vulnérabilités que les crises (sanitaire, économique, sociale et environnementale) ont révélé et propose une sortie de crise axée sur trois piliers :

                        • relancer les activités en favorisant une croissance d’un nouveau type : investir dans les capacités humaines (formation, recherche et développement, transition vers les nouveaux métiers,…) ; accompagner les entreprises, en particulier les TPE et PME vers une transition écologique de l’économie et une nouvelle politique industrielle ; transformer le rôle du crédit bancaire ; orienter l’épargne vers une finance responsable et de long terme ; mieux utiliser l’effet levier de la commande publique et, enfin, mieux orienter les aides publiques et conditionner le soutien aux entreprises à des critères environnementaux, sociaux et économiques.
                        • créer de nouvelles solidarités centrées autour de la sécurisation du travail, de l’emploi, des revenus, en privilégiant les investissements matériels et immatériels, les emplois de qualité et l’engagement d’une refondation globale de la fiscalité.
                        • décider ensemble en développant un dialogue de fond à tous les niveaux : développer et moderniser les services publics, renforcer les territoires et préserver la démocratie et les libertés publiques.

                        https://www.vie-publique.fr/rapport/279322-construire-la-france-de-demain-rapport-sur-letat-de-france-raef-2021

                        Lisez ces deux documents et revenez en parler.

                        Je vous écouterai attentivement.

                        00:18 ce 7 juin 2021 : extinction des feux.

                        Renaud Bouchard


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 00:30

                        @cyrus

                        Bonsoir et grand merci pour ce lien qui mène à votre blog que je trouve passionnant, tout comme les trois volets de votre article mis en ligne.

                        Sachez que je l’avais mis en mémoire comme source d’information sur un aspect très particulier du Japon médiéval et des guerriers sorciers.(Il n’est pas interdit de s’intéresser à tout et à plus que tout.)

                        Ci-après un texte que vous connaissez certainement et dont la lecture mérite le détour :

                        https://excerpts.numilog.com/books/9782846172721.pdf

                        Cordialement,
                        Renaud Bouchard


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:30

                        @pipiou2

                        minuit tranquille la garde veille ...

                        va faire de beau reve smiley


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:34

                        @Renaud Bouchard

                        C’ est un plaisir de vous acceuillir ...
                        il reste encore des fautes de traduction , je vais remanier ca un peut .

                        Le texte que vous m’ avez soumis a sa place , je vous demanderais conseil pour contacter les auteur et l’integrer s’ il me le permettent ...

                        gambaremassu renaud bouchard sama .


                      • pipiou2 7 juin 00:37

                        @Renaud Bouchard
                        Vous noyez le poisson par manque d’arguments .
                        Quel rapport entre PIB et dislocation de la société, par exemple ?
                        En fait la complexité du monde vous fait perdre vos repères et vous fantasmez une guerre civile comme vous verriez une nuée de sauterelles ou bien la fin du Monde.


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:45

                        @pipiou2

                        hajime

                        1/Le pib est partageable , sans pib il n’ y as rien a partager ...
                        on ne peut donner que ce que l’ on as .

                        2/ plus le pib est important plus la part a redistribuer l’ est aussi .

                        3/plus un peuple recoit une part de pib importante , et moins il as envie de conquete sanguinaire .

                        4/quand des sauterlle vienne manger le pib , plus le peuple est beliqueux le pib est don bien un facteur antiguerre tout comme la pârt de redistribution au merite .

                        des lors que l’ on vie a credit , on se prepare une guerre civile ou une guerre mondiale et des mort inutile . 


                      • cyrus cyrus 7 juin 00:47

                        @pipiou2

                        Aller sur ceux , cette explication de base etant emise , je te souhainte une bonne nuit smiley

                        dormez tranquile la garde veille ...


                      • pipiou2 7 juin 02:11

                        @cyrus
                        Deja le PIB ne baisse pas, ensuite un problème de redistribution n’entraine pas une guerre civile, ni une guerre mondiale, mais éventuellement une révolution.
                        Tes arguments ne tiennent pas la route.

                        C’est très simple : tu te fais des films, alors tu as besoin d’inventer des complots.
                        C’est pas nouveau.


                      • ZXSpect ZXSpect 7 juin 07:28

                        @cyrus
                        .
                        .

                        «  »cyrus 7 juin 00:08

                        « Acepte le ou pas peut me chaud »«  »

                        .

                        que Cyrus se risque à la pédanterie… peu me chaut smiley


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 09:07

                        @pipiou2

                        Je vous invite à lire, écouter, interroger, échanger.

                        Les argumentaires éculés à base de « noyer le poisson, perte de repères, guerre civile fantasmée etc ». ne me concernent pas.

                        Soyez plus constructif.

                        Vous devriez vous rapprocher de M. Melenchon, décidément de plus en plus tragique dans son naufrage conceptuel et politique.
                        Syndrome Richard III, sans cheval et sans royaume...
                        Son tropisme vers les nuées de sauterelles et les Plaies d’Egypte qui lui servent de carburant politique et intellectuel est en train de le perdre, un peu comme vous.

                        Je vous propose d’en rester là, vous sentant un peu sec sur la suite d’un échange que je sens devenir stérile et dénué d’intérêt.
                        Je vous rappelle le titre de cet article.
                        Évitons le hors-sujet, voulez-vous ?

                        Quant à la question que vous posez, « quel rapport entre PIB et dislocation de la société, par exemple », je vous propose (malgré les limites et imperfections que représente le PIB en tant qu’indicateur) quelques pistes de réflexion et réponses en vous référant aux études et analyse menées par quelques économistes intéressants dont les contributions sont à mon avis (mais je puis me tromper, naturellement) très constructives :

                        -Hélène Rey.
                        -Gaël Giraud
                        -Mariana Mazzucato
                        https://www.nytimes.com/2020/11/19/us/economist-covid-recovery-mariana-mazzucato.html

                        Voyez aussi les axes de recherche suivis par le programme WISE auprès de l’OCDE (https://www.oecd.org/fr/wise/ « Well-being, Inclusion, Sustainability and Equal Opportunity – WISE »

                        .

                        Bien à vous,
                        Renaud Bouchard


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 09:11

                        @cyrus

                        とても光栄です。どうもありがとうございます!

                        Renaud bouchard


                      • pipiou2 7 juin 09:31

                        @Renaud Bouchard
                        Aucun hors-sujet de ma part : attaque peu justifiée, s’ajoutant à d’autres attaques personnelles.

                        Vous ne répondez pas à ma question simple sur votre argument PIB, mais vous me renvoyez à d’autres lectures.

                        Imaginez un débat où un débatteur demande à son interlocuteur d’aller lire 3 livres avant de réponde à la question.

                        Quand on prétend qu’il y a une guerre civile en court, sujet assez grave, on doit quand même être capable d’argumenter un minimum plutôt que de traiter son interlocuteur d’âne et autres joyeusetés.


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 09:52

                        @pipiou2
                        Veuillez lire l’article et son annexe.
                        Tout me semble intelligible.
                        Une autre contribution ci-après sur cette question : https://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2021/06/02/what-frances-civil-war-warning-told-us-about-the-french-military-islam-and-the-far-right/

                        Renaud Bouchard

                        Two open letters warning of a potential civil war have once again put Islam at the centre of the political agenda in France. Joseph Downing argues that instead of viewing French Muslims as a unique threat to the security of the country, politicians and the armed forces would be better served by focusing on France’s secular security problems.

                        Two open letters discussing the possibility of civil war in France have sent shockwaves through Europe. The letters, written first by retired generals and then by anonymous serving soldiers, have raised questions about whether French President Emmanuel Macron is losing control of the country’s military.Despite the furore, there are few reasons to worry about the French military. The rank and file remain apolitical and loyal to their jobs. Indeed, neither letter specified that the military either wanted or would initiate a civil war, but only that it stood ready to intervene to protect the integrity of France should widespread unrest occur.Rather, these remarkable interventions told us more about the historical context of the French armed forces, their difficult relationship with civilian rule, and the dangers of instrumentalising Islam in political discourses at the cost of tackling secular security problems.

                        Joseph Downing is the author of French Muslims in Perspective : Nationalism, Post-Colonialism and Marginalisation under the Republic (Palgrave, 2019)



                      • cyrus cyrus 7 juin 15:35

                        @Renaud Bouchard

                        ろうそくは、他のろうそくに伝わっても光を失いません。
                        (Rōsoku wa, hoka no rōsoku ni tsutawatte mo hikari o ushinaimasen.)
                        助けてくれて本当にありがとうございます
                        (Tasuketekurete hontōni arigatōgozaimasu)
                        ではまた
                        (Dewa mata) .


                      • cyrus cyrus 7 juin 15:43

                        @pipiou2

                        Tu n’as pas de philosophie ni de savoir, 
                        Mais tu tentes quand même de le vendre a ceux qui savent, mais n’en veulent pas.

                        Tu confonds l’absence de preuve et la preuve de l’absence.

                        Ce n’est pas parce que quelque chose t’échappe et que tu ne le comprends pas que tu dois enseigner que cela n’existe pas.

                        Il faudra quand mème que tu demandes si une révolution n’est pas une guerre civile après tout, et si dans un système mondialisé, une révolution mondiale ne pouvais pas être une guerre mondiale agglomérant guerre civile et guerre militaire selon l’alliance passés entre les états économiquement lié ...


                      • pipiou2 7 juin 15:50

                        @cyrus
                        Tu confonds guerre civile , entre deux « camps » du peuple et révolution, du peuple contre le pouvoir.
                        Et tu me parles de « savoir » !?!
                        Pfffffff
                        Arrete de faire des grandes phrases et retourne à l’école !


                      • cyrus cyrus 7 juin 16:21

                        @pipiou2

                        il n’ y as pas que les revolution , le contraire s’ appelle une restauration .
                        Dans tout les cas ce sont bien des guerre interne impliquant des civile et donc des guerre factieuse egalement connus sous le nom de guerre civile .

                        Arrete de faire des grandes phrases et retourne à l’école !

                        Je savais bien que quelque chose te perturbait on va essayer de se mettre a ton niveau ...en faisant des phrase de maternelle smiley

                        Pipiou prendre sa baffe . Pipiou tres faché .

                        Pipiou cervelle qui fuit ... pipious jamais d’ idée dedans 

                        Pipiou se venger ... pipiou chier dans les botte .

                        Pipiou content emmerder les autre . 


                      • nono le simplet nono le simplet 7 juin 16:42

                        @pipiou2
                        tu ne comprends rien ... une guerre civile c’est une guerre entre civils ...
                        un exemple « the civil war » américaine nommée « guerre de sécession » chez nous ne concernait que des civils ... Lee et Grant étaient des civils ... c’est bien connu smiley


                      • cyrus cyrus 7 juin 16:51

                        @nono le simplet

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_civile

                        De rien très cher smiley


                      • pipiou2 7 juin 17:15

                        @cyrus
                        "Pipiou cervelle qui fuit ... pipious jamais d’ idée dedans 

                        Pipiou se venger ... pipiou chier dans les botte .

                        Pipiou content emmerder les autre ."

                        Putain le débat niveau bac-à-sable !!

                        Tu veux te la jouer intelligent en utilisant des mots dont tu ignores la signification : guerre civile, révolution, et maintenant ... restauration, guerre factieuse !  smiley

                        ça donne de la bouillie intellectuelle.

                        Je comprends pourquoi tu te limites à imaginer des complots : l’ignorance est la mère du complotisme ... et de biens d’autres horreurs.


                      • cyrus cyrus 7 juin 18:02

                        @pipiou2

                        Tu veux te la jouer intelligent en utilisant des mots dont tu ignores la signification : guerre civile, révolution, et maintenant ... restauration, guerre factieuse ! 

                        Je suis vraiment désolé que tu n’ai pas le niveau, ni l’envie de l’acquérir pour suivre un débat qui te dépasse.
                        Il y a des gens peut cultiver , qui font preuve d’une redoutable intelligence, de sens pratique, de compassion (intelligence du cœur).

                        Et il y en a d’autre qui ne savent qu’imposer leur point de vue par l’insulte et les contradictions sans argument. Ça dissimule assez mal leur vacuité et en fin de compte leur faiblesse.

                        Tu auras beau le nier de toutes tes forces une guerre civile opposant des factions rivale est déjà en cours, tu en es la démonstration concrète, car la paix ne peut se construire que sur le dialogue et non pas sur un antagonisme sectaire et puéril ... 


                      • pipiou2 7 juin 21:12

                        @cyrus
                        "Tu auras beau le nier de toutes tes forces une guerre civile opposant des factions rivale est déjà en cours, tu en es la démonstration concrète,« 

                        Donc deux personnes qui débattent et qui ne sont pas d’accord c’est une guerre civile ?!

                        Alors ce compte-là c’est la guerre civile tous les jours en France à chaque discussion politique. Bon cette »guerre civile« là c’est pas très grave, hein, c’est un peu la guerre des boutons.

                        D’ailleurs une guerre qui ne fait aucun mort, ni aucun blessé, c’est pas trop grave.

                        Mais si tu utilisais les mots dans leur sens »normal", ce serait quand même mieux !  smiley


                      • cyrus cyrus 7 juin 22:47

                        @pipiou2

                        Non pipiou c’est ton intolérance dans ce que tu appelles « un débat » qui est un des signaux faible de cette guerre civile politique et religieuse.

                        Tu ne viens pas ici pour comprendre pourquoi certain voit se profiler une guerre civile, et en discuter posément, tu viens en tyranneau tenter d’écraser un adversaire politique par l’insulte et le déni ; Ce sont des méthodes goebelienne de propagandiste pas des méthodes démocratiques.

                        Un débat démocratique , serais que tu exposes tes vues sur pourquoi la guerre est impossible :

                        -tolérance mutuelle des communautés comme entre protestant , chrétien et juif 
                        -pouvoir d’achat suffisant des Français les plus pauvres, et soutient des Français les plus pauvres pour créer des emplois et faire vivre la France.
                        -justice équitable pour tous 
                        -Accès de tous ceux qui travaille a des emplois rémunérateur et la propriété privé (logement, voiture, vacance confortable, culture, formation)

                        J’ai exprès retourné les miens pour te montrer que si tu voulais amener des arguments on pourrait débattre.

                        D’ailleurs une guerre qui ne fait aucun mort, ni aucun blessé, c’est pas trop grave.

                        Il y a déjà eu des morts , parmi nos forces de l’ordre face au banditisme des quartiers ... Il y en a eu aussi à cause des attentats radicaux islamiste armé ... il y en a eu chez les gilets jaunes qui ne voulait que redonner un peu de démocratie au peuple par le biais de referendum ordonné et constructif.... il y en a eu dans les affrontements de bande de jeune désœuvré et violent qui s’affronte dans des proto-guerres qui n’ont rien à voir avec la guerre des boutons ... plus récemment on as vu émerger des rambo survivaliste prêt à mourir plutôt que de se taire.

                        On en aura bientôt par des militaires désabusé qui sortiront peut-être un tank pour tirer sur l’élysé ... On en aura peut-être aussi d’employé gréviste qui feront sauter des usines cevezo ... D’autre encore résulteront de l’affrontement entre « pass sanitaire » et citoyen de seconde catégorie privé de ces lieux publique.D’autre encore sur une discussion politique qui tourne mal a la sortit des urnes.

                        ne sous-estime pas les dangers de cette politique du divisé pour mieux régner,la limite as été tellement franchi , que chaque clan est prêt à répondre par la violence a la violence du camp d’en face. 

                        Mais si tu utilisais les mots dans leur sens »normal", ce serait quand même mieux ! 

                        Pipiou n’as pas le niveau pour imposer un sens normal aux mots il ne fait que leur prêter la signification qui l’arrange surtout quand il ne les comprend pas.

                        Maitre cappelo était un modèle, car il prenait soin de toujours donner les différente sémiologie d’un mot pour ne pas le réduire a une seule interprétation toi tu fais exactement le contraire  


                      • pipiou2 8 juin 00:40

                        @cyrus
                        Alors le banditisme c’est un signe de guerre civile ?
                        Je ne crois pas non.

                        "On en aura bientôt par des militaires désabusé qui sortiront peut-être un tank pour tirer sur l’élysé ... On en aura peut-être aussi d’employé gréviste qui feront sauter des usines cevezo

                        "

                        Vraiment ?

                        Mais tu vas prendre ma réponse pour du déni et considérer que je viens de t’insulter.

                        Alors je n’insiste pas .  smiley


                      • Aristide Aristide 8 juin 09:05

                        @cyrus

                        une guerre civile opposant des factions rivale est déjà en cours

                        Pas la tête, c’est juste une petite intervention : quelles factions, quelle guerre ? Je vois simplement une radicalisation du débat, rien à voir avec une guerre, les mots ont un sens. 


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 juin 13:36

                        @cyrus

                        ではまた  !


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 juin 13:46

                        @cyrus

                        L’émergence du nazisme importe peu.
                        Tout a été dit, écrit, vu, filmé et constaté, jusqu’à la fin du processus.
                        Voyez Adam Tooze, The Wages of destruction.
                        Excellent ouvrage.

                        Quant à votre crainte, il me semble qu’il faille désormais en changer la couleur puisque la « Peste brune » a désormais laissé la place à une autre peste...verte.
                        RB


                      • cyrus cyrus 8 juin 16:48

                        @Aristide

                        Pendant l’inquisition, pendant la révolution de 1789, pendant l’ascension de Napoléon puis pendant les guerres mondiales, il y a toujours eux des gens satisfait d’eux même pour faire passer les complotistes/lanceur d’alerte pour des illuminés.

                         Soit parce qu’il avait des intérêts à profiter de la guerre, soit qu’il était de grand benêt pas très éclairé du plafond, mais conservait une très haute opinion d’eux même au point d’être comme pipiou incapable d’envisager un scenario qui ne rentre pas dans leur doctrine religieuse ou politique.


                      • cyrus cyrus 8 juin 17:20

                        @Renaud Bouchard

                        L’émergence du nazisme importe peu.

                        Si vous entendez en cela, que ce système aurais pu naitre sur d’autre base « philosophique » pour arriver exactement au même totalitarisme inhumain on sera parfaitement en accord.
                        Les causes en sont bien connus, même s’il reste encore des tiroirs à ouvrir.

                        Quant à votre crainte, il me semble qu’il faille désormais en changer la couleur puisque la « Peste brune » a désormais laissé la place à une autre peste... verte.

                        En fait il y a deux pestes vertes, la verte pastèque et l’autre plus violente qui fait de l’élevage de lombric sur ses drapeaux.

                        Si on compte également la dictature sanitaire qui as volé l’emblème des hospitaliers ,la cancel culture, et les hétéros-phobes, ou encore des loges maçonniques comme l’athanor qui sont devenu plus mafieuse que la camora elle-même ...

                        On se prépare un bordel multifactieux, a coté du quelle le mélange de Brésil et de Liban que vous décrivez sera soft.



                      • popov 6 juin 13:10

                        @Renaud Bouchard

                        Merci pour l’article.

                        La France est en train de se transformer en une espèce de planète des singes dirigée par des poilus de la face brandissant un grimoire du VIIe siècle et si rien n’est fait, dans quelques années les français de souche auront le statut de gibier survivant dans le maquis.

                        La liberté d’expression dont la France était si fière n’existe déjà plus. Voyez l’affaire Mila. Il suffit de dire quelque chose qui ne plaît pas au futurs tyrans et vous devez vous planquer pour éviter la décapitation.


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 juin 22:08

                          @popov

                          "La France est en train de se transformer en une espèce de planète des singes dirigée par des poilus de la face brandissant un grimoire du VIIe siècle et si rien n’est fait, dans quelques années les français de souche auront le statut de gibier survivant dans le maquis, écrivez-vous.

                          /Sentiment partagé, à ceci près que la survie dans le maquis est très difficile pour des gens qui n’ont aucun entraînement.

                          La liberté d’expression dont la France était si fière n’existe déjà plus. Voyez l’affaire Mila. Il suffit de dire quelque chose qui ne plaît pas au futurs tyrans et vous devez vous planquer pour éviter la décapitation.« 

                          /L’affaire Mila est scandaleuse.

                           »On juge les agresseurs pour ce qu’ils sont, et non pour ce qu’ils font", a osé déclarer Laurent Joffrin avec une mauvaise foi assumée alors qu’il faudrait juger les agresseurs aussi bien pour ce qu’ils font que ce qu’ils sont, l’un procédant de l’autre.

                          Laurent Joffrin, « Ce que révèle l’affaire Mila », Libération.fr,‎ 7 février 2020 (lire en ligne [archive]).

                          Cette détestable affaire de harcèlement numérique devrait normalement se terminer par une condamnation des 13 prévenus. Personne ne peut dire ce que sera le jugement attendu. En janvier 2020, une jeune iséroise, Mila, 16 ans, critique l’islam de façon très virulente sur son compte Instagram. Cette vidéo virale entraîne des injures homophobes et des menaces de mort. Le nom et l’adresse de son lycée sont divulgués sur les réseaux sociaux ce qui oblige la jeune fille à changer d’établissement. Une enquête du procureur de la République de Vienne est ouverte à la suite de cette affaire., mettant en cause 13 prévenus jugés pour harcèlement en ligne et menaces de mort.

                          https://www.lepoint.fr/societe/affaire-mila-le-proces-renvoye-au-21-juin-03-06-2021-2429539_23.php

                          Atmosphère épouvantable pour des faits qui méritent une sanction à la hauteur de leur essence criminelle.

                          RB


                        • popov 7 juin 08:17

                          @Renaud Bouchard

                          Le gouvernement pourrait, s’il le voulait, faire retrouver les auteurs de menaces de mort sur les réseaux sociaux par les services secrets.

                          Mais il préfère suggérer qu’il faudrait peut-être interdire l’anonymat POUR TOUT LE MONDE.

                          Ces auteurs de menaces sont partisans ce la charia, eh bien qu’on leur coupe les mains pour qu’ils ne puissent plus taper de menaces de mort sur leur clavier.


                        • lisca lisca 7 juin 12:48

                          @popov
                          Il faut reconnaître que le plus grave dans l’affaire Mila, c’est la Mila en question : langage pauvre et grossier, aspect physique maquillé faussé, elle ne fait pas honneur à la France, ni à la fraîcheur de la jeunesse, ni à la jouvencelle.
                          Il y a de jeunes rebelles beaucoup plus intéressantes, chez les filles.


                        • popov 8 juin 12:52

                          @lisca

                          Je n’aime pas les LGBTQQ, mais je leur fous la paix tant qu’ils me la foutent.

                          Cette fille a été harcelée sexuellement par des racailles islamiques et elle leur a répondu en frappant où ça fait mal : en envoyant Allah se faire enc. Cela ne viole aucune loi française.

                          Les menaces de mort, par contre, cela viole la loi, et les contrevenants doivent être poursuivis.

                          Donc pour moi, le plus grave, ce n’est pas la Mila en question, ce sont les racailles islamiques qui la harcèlent sexuellement et ceux qui la menacent de mort.


                        • Esprit Critique 6 juin 16:32

                          « Un article indispensable et nécessaire » !!!

                          Problème : Le chef des armées a ce jour, s’appelle Emanuel Macron !

                          Après, on peut discuter, mais faut prendre les Problèmes dans l’ordre !


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 juin 21:52

                            @Esprit Critique

                            Bonsoir et merci pour votre visite.
                            Problème : Le chef des armées a ce jour, s’appelle Emmanuel Macron, écrivez-vous.
                            Certes, mais il n’est que le chef constitutionnel des armées.

                            RB


                          • Charle&Hugues 6 juin 21:55

                            @Esprit Critique
                            Et oui !
                            On élit une fiotte baiseuse de grand mère à la fonction suprème et on s’étonne des conséquences !


                          • zygzornifle zygzornifle 7 juin 11:12

                            @Esprit Critique

                             Macron le chef des armées ou le chef désarmé ? On se le demande ....


                          • ETTORE ETTORE 6 juin 23:15
                            Esprit Critique 6 juin 16:32


                            Problème : Le chef des armées a ce jour, s’appelle Emanuel Macron !


                            Je crois que, comme vous l’avez si fortuitement, nommé, avec un « M » de moins, cette charge de « Chef des Armées » semble visiblement bien disproportionnée pour cet individu.

                            Faire des courbettes à répétition, comme des prières de Mosquée, devant le Mémorial du Général de Gaulle, ne lui donneras jamais, au grand jamais, une once de dignité Républicaine, même si ce dernier le lui aurait légué par testament Démocratique.,

                            Un « M » quand ça vous manque, c’est une M-ajesté qui s’effondre, et ne fait de vous, qu’un présomptueux, joueur de bilboquet en culotte courtes !

                            Je crois que bon nombre de Français, sont désormais lassés, de cette sinécure, pitoyable .

                            Et que beaucoup, se sentent légitimement capable de faire nettement mieux, avec devoir et respect pour leurs compatriotes, que cette parodie de prostitution perpétuelle, de toutes les valeurs de ce pays, et de ses habitants .

                            Oui, on peut dire désormais, qu’on ne l’ « M » pas pour deux sous !

                             


                            • Hurricane Hurricane 7 juin 09:27

                              Chances pour la France ou talents pour la France ?

                              Zemmour a toujours raison et il le prouve tous les jours, les faits divers terribles crimes viols vols agressions squats émeutes incendies trafics de drogue, ont atteint des records impressionnants, la seule cause c’est l’immigration islamiste.
                              Le pouvoir et ses complices, médias, partis traîtres et collabos, ont choisi l’omerta et ciblent le seul grand danger : le RN ! Ça c’est du talent !

                              Les prisons sont pleines de délinquants, de criminels en majorité immigrés et issus de l’immigration.
                              Ceux qui ne sont pas encore en prison exercent leurs talents criminels dans toutes les villes de France.
                              Ceux qui sortent de prison recommencent à exercer leurs talents criminels en toute impunité et complicité du pouvoir et des sectes islamogauchistes.

                              En somme, tous ces délinquants et criminels arabo-africains musulmans islamistes, ont un talent immense reconnu dans toute la France et tous les pays progressistes en admiration pour notre pays leader et prolifique en racailles talentueuses.
                              Il faut en avoir du talent pour envahir un pays sans vergogne ni scrupule, profiter de toutes les aides et allocs les meilleures du monde, cracher sur la France et sa police, réussir à soumettre le pouvoir, ses médias et sa justice aux ordres.

                              Mais ça n’a pas de conséquences sur nos citoyens leurrés cocufiés soumis collabos ; dans le Pas-de-Calais, une ministre de ce gouvernement collabo a battu un élu RN, c’est dire l’état mental lamentable des votants.

                              La chasse au RN s’est amplifiée, la chasse aux islamistes est au point mort, le pouvoir a choisi la solution de facilité la moins dangereuse, savoir se soumettre et courber l’échine c’est une sorte de talent.

                              On ne remerciera jamais assez Zemmour pour son talent unique de dénonciation de cet acharnement macronien pour détruire notre pays et remplacer le peuple blanc de souche par tous ces talents arabo-africains délinquants criminels parasites sociaux profiteurs d’allocs qui au passage nous lardent de coups de couteau en remerciement 🙏.



                              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 09:39

                                @Hurricane


                                "L’excellent nouveau média Livre Noir, qui réalise des formats longs sur YouTube, a reçu Éric Zemmour pour un entretien dense et plein d’enseignements. Le polémiste y affirme notamment sa volonté de « passer à l’action ».

                                « Pourquoi si bien prévoir et pouvoir si médiocrement ? J’ai toujours eu le tort de ne pas viser assez haut, excès de fausse modestie, fausse fierté, méfiance exagérée de soi-même, sentiment d’impuissance ». C’est par cette citation de Jacques Bainville, célèbre historien de l’Action française, que débute le copieux et passionnant entretien d’Éric Zemmour sur Livre Noir, publié ce dimanche sur leur chaîne YouTube.

                                Le choix de cette citation n’est pas anodin, alors que la possibilité d’une candidature de l’éditorialiste de CNews à l’élection présidentielle n’est plus une prédiction fantaisiste. Zemmour l’avait lui-même commentée dans une récente recension d’un ouvrage consacré à Jacques Bainville, qui regrettait de n’être jamais passé à l’action à défaut d’avoir prophétisé dès 1920 dans Les Conséquences politiques de la paix la montée du fascisme, la guerre et la défaite française. Éric Zemmour craint indéniablement de suivre la même voie – « Moi aussi, depuis 20 ans, j’ai annoncé, prophétisé. […] Je ne peux pas ne pas penser à moi dans les mêmes circonstances » – et annonce sa volonté d’agir plus directement : « Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il faut passer à l’action, car même la prévision, la prédiction, la prophétie ne suffisent pas ». Le message est on ne peut plus clair : Zemmour envisage sérieusement de se porter candidat à la prochaine présidentielle. Il se montre par ailleurs tout à fait insatisfait du duel annoncé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen : « Leurs forces sont leurs faiblesses. Ils sont complices, l’un a besoin de l’autre ». Et de préciser : « Ils commencent à parler l’un comme l’autre ». Il va sans dire que sa candidature rebattrait toutes les cartes de l’élection.

                                Zemmour affirme plus loin, contre ceux qui l’accusent d’en rester aux belles paroles, qu’il fait « de plus en plus de propositions » (preuve qu’il prépare un programme de gouvernement ?), bien que le problème de la classe politique française ne soit pas d’après lui l’absence de volonté d’action, mais bien plutôt l’absence de diagnostic sérieux. « Ils font tous des propositions sur la sécurité. Ce n’est pas le sujet. La sécurité est un problème car nous vivons une guerre de civilisations sur notre sol ». À la question de savoir ce qui différencie les politiciens d’hier et ceux d’aujourd’hui, l’éditorialiste pointe du doigt la grande inculture contemporaine : « Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron ont en commun de ne rien connaître de l’histoire, ni dans les livres, ni dans leur chair ». Et d’ajouter que les politiciens d’aujourd’hui « ne comprennent rien à ce qui est en train de se produire ». Pour les rares qui savent : « Pourquoi n’agissent-ils pas ? Par lâcheté ?  » « Oui ».

                                C’était inévitable, l’entretien, dont l’ambition est de montrer de « nouvelles facettes » de l’intéressé, a largement tourné autour de l’islam et de l’immigration, thèmes obligatoires pour penser les problèmes d’aujourd’hui. Différence d’essence entre christianisme et islam, flagrance du Grand remplacement, impossibilité d’assimilation des masses musulmanes et incompatibilité de l’islam avec la République, toutes ses thèses habituelles y sont reprises et déclinées. « Qui veut la paix prépare la guerre » conclut-il.

                                 Y a-t-il des sujets sur lesquels vous avez changé d’avis ? ». Sur un thème qu’il aborde peu souvent, Zemmour explique que sa vision de la Révolution française est devenue bien plus conservatrice qu’auparavant avec la lecture d’Hippolyte Taine, et l’éditorialiste va même jusqu’à évoquer Edmund Burke et Joseph de Maistre. La pique au culte de la Révolution enseigné à l’école est évidente : la Révolution est un bloc, et « la Terreur commence le 14 juillet 1789 ».

                                Contre les accusations de misogynie à son endroit, le journaliste met en cause le féminisme moderne qui « ne défend pas les femmes, mais l’indifférenciation ». Il va jusqu’à le qualifier de « dangereux, criminel et totalitaire », rappelant au passage que la seule chose qui menace les femmes françaises est l’islam. « Je ne vois pas qui est meilleur défenseur des femmes que moi » ajoute-t-il.

                                Autre sujet intéressant qui est abordé : son rapport à la religion. Lorsque l’intervieweur lui demande s’il est pratiquant, le polémiste affirme après une courte hésitation qu’il est « très modérément pratiquant », et poursuit en expliquant que l’assimilation a poussé sa famille à délaisser progressivement la pratique assidue de la Torah. Opposant encore islam et christianisme, il affirme que ce dernier est un judaïsme qui abandonne sa dimension pratique pour « mettre le projecteur sur l’amour et la Foi ».

                                Pour appuyer son propos sur l’assimilation, il mentionne l’exemple de sa propre famille : des pieds-noirs arrivés en France durant la guerre d’Algérie et rapidement assimilés à la culture occidentale. Si son grand-père paternel parlait un français approximatif et avait une « orthographe folklorique », son père maîtrisait parfaitement notre langue, lisait les écrivains français et mettait ses enfants à l’école française. Les Zemmour n’ont jamais regretté ce parcours d’assimilation, bien au contraire : « Mes parents n’étaient absolument pas nostalgiques de l’Algérie ».

                                Concernant les réseaux sociaux, le journaliste voit dans la fermeture du compte Twitter de Donald Trump en janvier 2021 « une date historique ». Jusqu’alors, les réseaux sociaux avaient permis de court-circuiter la bien-pensance : « Nous vécûmes une période où les réseaux sociaux ont permis de briser le monopole médiatique, qui reposait sur une uniformisation idéologique ». Janvier 2021 marque au contraire la volonté des médias de verrouiller internet pour maintenir cette domination. Il compare à ce titre les réseaux sociaux à l’imprimerie, qui avait engendré la diffusion rapide de nouvelles idées – protestantes – et avait donc subi des tentatives nombreuses de contrôle par le clergé. « Les réseaux sociaux, c’est l’imprimerie de notre temps ; les prêtres, ce sont les journalistes ». Zemmour rappelle cependant que ce n’est pas Macron qui contrôle la presse et qui veut maintenant verrouiller internet, mais que c’est la presse qui fut idéologiquement macronienne – donc progressiste – bien avant que Macron ne soit. Des deux, les Français en ont plus qu’assez.

                                Source : https://lincorrect.org/presidentielle-zemmour-confirme-lhypothese-de-sa-candidature-lincorrect/

                                Renaud Bouchard


                              • zygzornifle zygzornifle 7 juin 11:09

                                Guerre civile voire de religion, a force de déposséder de ses droits et de son pognon le citoyen pour engraisser certains on arrivera a ça, il faut assainir le pays de ses parasites les politiques inclus, il est anormal qu’il y ait plus de cartes vitales que d’assurés, que des retraites soient versées a de centenaires dans d’autres pays sans aucuns contrôle alors que nous on nous flique des que l’on sort de chez soi, que certains touchent des allocs pour des dizaines d’enfants, après on s’étonne qu’il y un vent de révolte car aucuns des gouvernements passés ni celui ci rétablira la justice sociale a se demander si la France n’est pas devenue un département du Maghreb ou de l’Afrique ....  


                                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 15:31

                                  On lit ceci.
                                  Lorsque les gens parlent :



                                • microf 7 juin 12:06

                                  J´ai lu ceci quelque part : « Dieu se rit des hommes qui déplorent des effets dont ils chérissent les causes »

                                  Pauvre France réduite á vouloir la guerre civile pour règler ses problèmes dont elle est la cause.

                                  La France va aussi s´habituer á la guerre civile, d´autres pays y sont dejá habitués

                                  Voici au moins deux pays qui commencent á s´habituer aux massacres repétitifs de ses populations, et, oú la France y est avec ses armées pour quoi faire on n´en sait rien.

                                  Lorsque l´ex-Président Jacques Chirac dans un moment de lucidité retrouvée dit ceci :

                                  JACQUES CHIRAC - Une grande partie de l’argent français vient de l’exploitation en Afriquehttps://youtu.be/KIHFgealnYM

                                  « On oublie seulement une chose. C’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petit peu de bon sens. Je ne dis pas de générosité. De bon sens, de justice, pour rendre aux Africains, je dirais, ce qu’on leur a pris. » Aveu du président Chirac

                                  « (…)D’autant que c’est nécessaire, si on veut éviter les pires convulsions ou difficultés, avec les conséquences politiques que ça comporte dans un proche avenir. »

                                  Aveu du président Chirac.

                                  " Et il a demandé qu’on rende aux Africains ce qu’on leur a pris : . » Le journal Le Monde avait rapporté la réponse véhémente de Jacques Chirac, lors d’un entretien improvisé avec quelques journalistes à Yaoundé. Le chef de l’Etat, écrit le journal, se métamorphosa subitement en un avocat de l’Afrique contre l’Eglise donneuse de leçons. « Nous avons saigné l’Afrique pendant quatre siècles et demi, commença-t-il. Ensuite, nous avons pillé ses matières premières ; après, on a dit : ‘Ils (les Africains) ne sont bons à rien.’ Au nom de la religion, on a détruit leur culture et maintenant, comme il faut faire les choses avec plus d’élégance, on leur pique leurs cerveaux grâce aux bourses. Puis, on constate que la malheureuse Afrique n’est pas dans un état brillant, qu’elle ne génère pas d’élites. Après s’être enrichi à ses dépens, on lui donne des leçons » (9)"

                                  Malheureusement, personne ne l´a écouté, personne ne l´a suivit, les résultats sont lá.

                                  Les pires convultions et difficultés, avec les conséquences politiques que ca comportent dans un proche avenir, á savoir la guerre civile par exemple, sont lá.

                                  Pauvre France.


                                  • lisca lisca 7 juin 13:00

                                    Les Gilets Jaunes ont déjà manifesté leurrévolte.

                                    La guerre civile a eu lieu.

                                    « Nous ne sommes pas dans le même camp » a dit Lallement.

                                    Pourquoi vouloir que le peuple, abruti depuis longtemps par la pression fiscale, les amendes, l’EN etc. et la dépression, recommence à se soulever ?

                                    Il n’a pas d’armes ! Excepté les quelques armes intellectuelles fournies par des sites comme agoravox, entre autres.

                                    Mesdames et messieurs de l’armée, la balle n’est que dans votre camp.


                                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 16:13

                                      On lit cela :

                                      https://nouratinbis.wordpress.com/2021/06/06/to-be-or-not-to-be-invaded/

                                      To be or not to be invaded,

                                      "(…) Toutefois, je ne le savais pas mais je viens de m’en rendre compte -on apprend à tout âge, n’est-ce pas- il y a Gauche et Gauche, contrairement à ce qu’un vain peuple pourrait penser, ce n’est pas du tout la même chose.Prenez par exemple celle du Danemark, de Gauche, eh bien figurez vous qu’après ce que je viens de constater j’échangerais sans hésiter tous les Ripoublicons et Rassemblés Nationaux de notre cher pays des droidlom contre une bande de bolchéviks ainsi calibrée ! Le boss, là-bas c’est une nana, qualifiée il y a encore peu « la rouge » par ses compatriotes et qui vient de sortir un de ces plans anti-invasion dont je vais vous dire des nouvelles, suivez moi bien.Leur objectif aux socialos danois se résume à « zéro demandeur d’asile » ! Plus un seul envahisseur dans le royaume du regretté Hamlet, dites donc ! Et comment ils vont s’y prendre, ces braves Scandinaves ? Tout simple, il suffisait d’y penser, ils viennent d’adopter une loi – par environ 80% des députés, excusez du peu- au terme de laquelle tout « réfugié » qui s’aviserait de se pointer sera illico foutu dans un avion pour le Rwanda. Arrivé à destination l’intéressé ne manquera pas de présenter une demande d’asile…au Danemark ! En cas de succès il restera sur place et ne remettra jamais les pieds en pays Viking. En cas de refus les autorités Rwandaises se feront un plaisir de le renvoyer dans son bled d’origine avec un bon coup de tatane dans le fondement. Alors, me direz-vous, pourquoi marcherait-il dans la combine, le Rwanda ? Eh bien c’est tout bête, ils se verront grassement rémunérés pour le service rendu, ça ne se refuse pas ce genre d’aubaine. Le fond de leur idée, aux Danois, relève du simple bon sens : ils ne viendront plus au Danemark, les bien-aimés « migrants » ! Faut comprendre, si c’est pour se retrouver confinés au pays des gorilles et des génocidaires, autant aller directos en France, pas vrai, c’est la solution la plus sûre. Et vraiment, fondamentalement, les sujets de la Reine Marghrete souhaitent à une écrasante majorité se débarrasser de toute immigration. Ils ont vu ce que c’était, pas la peine de leur faire un dessin, ils en finissent hic et nunc, sans état d’âme et avec toute la fermeté nécessaire à ce genre de nettoyage par le vide. N’oublions pas qu’ils se coltinent, eux aussi, le droit du sol, tout individu né au Danemark en reçoit de plein droit la nationalité à l’âge de dix-neuf ans, à condition d’y avoir résidé continument. Commençant à capter les conséquences désastreuses d’une telle disposition conjuguée au raz de marée d’une immigration musulmane en progression constante, ils se réveillent, eux, et leurs dirigeants politiques en prennent acte, eux. D’où la mesure d’assainissement susdite.Prenant acte d’une situation désormais apaisée en Syrie depuis l’élimination de l’État Islamique, ils viennent de décider le rapatriement de leurs réfugiés Syriens, accueillis parce que ces braves gens risquaient leur peau.Le danger est passé, les plaisanteries les plus courtes étant les moins longues on les colle dans un avion direction Damas et on n’en parle plus. Cela semble frappé au coin du bon sens le plus rigoureux, on aimerait voir la même logique s’appliquer chez nous…tiens fume ! Dans notre pays, Monsieur, ça ne marche que dans un sens : l’aller. Pour le retour c’est tellement compliqué qu’on préfère laisser tomber. Et au bout de dix ans comme ça on délivre un bon titre de séjour, quel que soit le niveau de remplissage du casier judiciaire de l’impétrant, c’est, je crois, ce qu’il convient d’appeler l’intégration républicaine.Et puis, aussi, parce que nos chers socialos danois ont réellement décidé de s’attaquer au problème, ils se sont dotés d’une loi dite « anti-ghettos ». Encore un truc de nature à scandaliser nos aimables progressistes, car il y a deux façons de s’attaquer au problème des territoires perdus, la française qui consiste à foutre une amende aux municipalités qui ne construisent pas assez de Hachloums (HLM en langue desdits territoires) et la danoise. Cette dernière consiste désormais à fixer un seuil de tolérance de 30% maximum de populations non occidentales…ben oui quoi, vous avez bien lu, voilà un truc qu’elle ne saurait pas faire, notre chouette Répupu, vu que pour elle nous sommes tous pareils, aucune différence pas vrai, on s’en aperçoit tous les jours… Et donc, selon la méthode Danoise, aussitôt le quota dépassé on va chercher les camions et on vire le trop plein, on les emmène… ailleurs ! On se croit dans un songe délicieux, sauf que nous, si par impossible il nous venait l’idée d’appliquer la même règle il nous faudrait beaucoup de camions, et encore…Mais rassurez-vous cela n’arrivera jamais, même dans l’hypothèse d’une victoire du R.N. à la présidentielle ! Ce qu’on peut constater c’est que ces nordiques qu’on prenait souvent pour des condegôches indécrottables, n’ont aucune envie de se laisser envahir et contaminer par nos amis venus d’Afrique qui confessent la religion de paix et d’amour. Ils expliquent carrément que « trop de non occidentaux augmente le risque de voir grandir une société parallèle, religieuse et culturelle« , tout juste s’ils n’ajoutent pas « comme chez ces pauvres cons de Français » mais le cœur y est, c’est sous-entendu. Ces parpaillots gauchiens nous donnent ainsi une belle leçon de réalisme et d’instinct de survie ; leur intention consiste simplement à rester entre gens de bonne compagnie, chrétiens et autant que possible luthériens ! Ils ont bien le droit, n’est ce pas…nous non, bien sûr, comme droit nous avons celui de fermer nos gueules, étrange mais c’est pourtant ainsi… vive la République et ses valeurs en vertu desquelles nous ne manquerons pas, prochainement, de disparaître !Mais attendez, ce n’est pas tout, vous allez rigoler, je le sens venir, enfin je l’espère, parce qu’ils se sont aussi attaqués au problème de la naturalisation ces Danois.Une pure merveille ! Voilà : pour espérer obtenir la nationalité danoise il faut désormais avoir bossé au moins trois ans et demi au cours des quatre dernières années, n’avoir bénéficié d’aucune aide sociale pendant les deux dernières années, ne jamais avoir été condamné à une peine de prison et satisfaire à un examen dit « d’intégration » avec vérification de la maîtrise de la langue et de l’adéquation aux mœurs locales. Déjà avec tout ça, j’imagine mal Mohamed et Mamadou naturalisés danois, mais attention, resterait encore à subir l’épreuve de la cérémonie de naturalisation, laquelle se conclut obligatoirement par des serrements de mains ! Même en période de covid, on admettra une exception ! Que voulez vous, il faut savoir ce qu’on veut, en l’occurrence un contact physique avec des personnes nécessairement du sexe opposé ! Ils font quoi, là, Rachid et Khadija, hein, je vous le demande ? Vivent les Danois et leur conception rudimentaire des Lumières, ça ne passerait sans doute pas très bien à Saint Germain des Prés, mais à Copenhague ça descend comme du petit lait !Voilà. Dois-je vous dire en complément que la Commission Européenne ne décolère pas ? Les admirables Socialistes du Nord qui deviennent fachos ?! Mais c’est qu’ils ne respectent même plus les principes les plus sacrés, ces cochons là ! Non mais vous vous rendez compte ? Zéro réfugiés ? Le Rwanda ? Une honte quoi, on va leur faire quoi à ces salopards ? Les exclure de l’Europe ? Oui, bonne idée ça, mais on ne peut pas, trop compliqué sans compter que ça la foutrait mal ! Et puis des scandinaves, par dessus le marché ! Déjà qu’on n’y pense même pas pour ces salfachos du groupe de Visegrad, les Hongrois en tête ! Alors les Danois qui refusent de se laisser envahir, le monde à l’envers ! Mais où ça va tout ça, hein ? Le Danemark, les descendants de Hamlet, to be or not to be invaded, sacrebleu ! Des gens civilisés quoi, et qui tiennent à le rester ! Décidément on aura tout vu ! Comme dit Le Monde « il s’agit là d’une régression insensée. L’union Européenne ne saurait laisser se développer en son sein des pratiques qui reviennent à passer par pertes et profit un droit humain sur lequel elle est fondée« .On parie ?Allez, va, nous avons rêvé cinq minutes, je ne vous en dis pas plus, maintenant les infectes réalités de notre joli pays dhimmisé ne manqueront pas de nous retomber à nouveau sur la tronche."

                                      NOURATIN


                                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 20:21

                                        Business as usual...

                                        Où l’on voit de quelle façon, profitant du maquis juridique et des défenses molles fondées sur le non-respect de règles d’urbanisme, le militantisme et le prosélytisme islamique continuent leur pénétration sur le territoire.

                                        Où l’on comprend la nécessité comme l’urgence de mettre un terme définitif à ce dévoiement judiciaire en interdisant purement et simplement la construction et l’usage de lieux de culte, de prosélytisme et d’enseignement qui n’ont pas leur place en France.

                                        À Marseille, un lieu de culte salafiste résiste depuis cinq ans, malgré les injonctions répétées des autorités.

                                        https://www.lejdd.fr/Societe/a-marseille-la-mosquee-salafiste-qui-ne-veut-pas-fermer-4050076

                                        https://www.lejdd.fr/Societe/exclusif-la-note-confidentielle-qui-recense-les-mosquees-separatistes-4040755

                                        Le maire d’Albertville, forcé par ailleurs par par le tribunal administratif de Grenoble d’accorder un permis de construire à la Confédération islamique Millî Görüs (Turquie) pour la construction d’une école sur un terrain de 4 000 m2 accolé à la mosquée turque de la ville.

                                        https://francais.rt.com/france/85531-savoie-maire-oblige-par-justice-ecole-musulmane-association-milli-gorus

                                        RB


                                        • ETTORE ETTORE 7 juin 21:12

                                          Renaud Bouchard

                                          @


                                          Le maire d’Albertville, forcé par ailleurs par par le tribunal administratif de Grenoble d’accorder un permis de construire à la Confédération islamique Millî Görüs (Turquie) pour la construction d’une école sur un terrain de 4 000 m2 accolé à la mosquée turque de la ville.

                                          ,

                                          Pas mieux à Strasbourg ou c’est la MaireSSe verte qui a couru faire un don, à ce même ramassis de prédicateurs turcs.

                                          Ils n’avaient rien demandé, rien sollicité, malgré leur refus de signer la charte des principes pour l’islam de France ......

                                          Ben non ! Les Verts trouvant que c’était parfaitement ingénu de contribuer au financement de la plus grande mosquée turque de France. à hauteur de 2.5 Millions d’euros.

                                          (Sans doute le syndrome « Capitale de l’Europe », puisque suite aux attentats, « Strasbourg capitale de Noël, » son sapin en as pris un coup dans les aiguilles.

                                          Et encore, et encore, la MaraiSSe VERTE, est de descendance ....Arménienne !

                                          Charles Aznavour doit faire le moulin à vent dans sa tombe, je ne vous dis même pas.


                                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 23:16

                                            @ETTORE
                                            Oui.
                                            https://www.semuchka.com/fr/2021/03/25/la-maire-de-strasbourg-reussit-lexploit-rassembler-les-armeniens-contre-elle/

                                            Elle n’avait certainement pas entendu parler de cette série d’atrocités dont il est interdit de prononcer le nom, suite de crimes perpétrés en 1915 à une époque où le mot « génocide » n’existait pas, même si le résultat a été le même.
                                            cf. ci-après un excellent article :

                                            https://www.francetvinfo.fr/monde/armenie/genocide-armenien/genocide-armenien-quatre-questions-pour-comprendre-ce-qui-s-est-passe-il-y-a-cent-ans_870989.html

                                            Renaud Bouchard


                                          • I.A. 7 juin 21:31

                                            Une personne tue :

                                            • un autre homme (passant ? Flic ? Homme d’église ? Athée ?)

                                            • une femme (Belle ? Provocante ? Laide ? Discrète ?)

                                            • un certain nombre de personnes (Communauté, pas communauté ?)

                                            • un très grand nombre de personnes (? !?)

                                            Ce faisant, cette personne meurt aussi :

                                            • parce qu’il se tue en dernier

                                            • parce que les forces de l’ordre le tuent

                                            Cette personne est :

                                            1. Ces personnes tuent essentiellement parce qu’elles sont folles. D’ailleurs beaucoup de fous se tuent en premier, et ça s’appelle suicide.

                                            2. D’autres se cherchent et se trouvent des raisons pour haïr tel individu ou tel autre, telle communauté ou telle autre. Ces raisons, elles les trouvent dans leur passé, ou dans leur présent, ou bien à la télévision, ou encore sur Internet… ou un peu tout ça à la fois.

                                            3. Les personnes qui se cherchent et se trouvent des raisons de tuer sont très susceptibles de se faire manipuler par autrui – en bien comme en mal – par un prêtre, un travailleur social, un ami, un parent, un auteur…

                                            https://www.lepoint.fr/justice/terrorisme-de-plus-en-plus-de-profils-psychiatriques-vont-passer-a-l-acte-23-08-2017-2151747_2386.php


                                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Violences_par_arme_%C3%A0_feu_aux_%C3%89tats-Unis


                                            Y aurait-il une différence que NOUS ne parvenons pas à voir, entre la personne qui tue toute sa famille (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Romand / https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Dupont_de_Ligonn%C3%A8s), et la personne qui tue un instituteur, un curé, un policier, ou deux pratiquants, deux policiers, deux curé ? Ou bien y aurait-il au contraire quelque similitude… ?


                                            Il vous faudra un jour prochain effectuer un séjour parmi les malades psychiatriques, pour vous rendre compte que la folie ne fait pas de différence entre chrétien et musulman, entre blanc et noir, entre homme et femme, pour apprendre qu’une personne reste une personne, quelle que soit sa religion ou sa couleur de peau, son sexe ou sa sexualité, sa maladie ou sa bonne santé.


                                            Un jour prochain, quelqu’un vous mettra vraiment le nez dedans, et vous comprendrez trop tard ce que vous êtes vous-mêmes, par rapport à d’autres… ceci depuis si longtemps et à tel point, que vous n’avez même pas su voir laquelle des deux parties tendait en réalité la main à l’autre.


                                            • Pauline pas Bismutée 7 juin 22:17

                                              @I.A.

                                              Petit rectificatif : le responsable du carnage a Christchurch en Nouvelle Zélande, n’est pas Néo-Zélandais, il est Australien.


                                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 23:07

                                              @I.A.
                                              Bonsoir et merci pour cette petite litanie des horreurs et des dérapages mentaux.



                                              S’agissant de ceux qui n’ont "même pas su voir laquelle des deux parties tendait en réalité la main à l’autre« , le constat est souvent très simple puisqu’il se résume très souvent au fait que celui qui tend la main à l’autre ne peut plus la retirer puisque l’autre vient de la lui couper.

                                              Terrible, n’est-ce pas ? Il y a des gens qui coupent les mains, les bras, les pieds, les langues (rappelez-vous les amputations de membres en Sierra Leone, short sleeves et long sleeves, »manches courtes et manches longues...« )
                                              Je pense malheureusement que votre irénisme risque fort de vous mettre un jour face à face à des branques de l’acabit de cet intéressant personnage , ancien chef du groupe Boko Haram au Nigéria (celui qui avait rapté une centaine d’écolières nubiles, les »bring back our girls« de Mme Taubira) ) et qui a préféré mettre fin à ses jours pour ne pas tomber entre le griffes acérées de ses petits camarades qui commençaient à le juger un peu tiède.https://www.sudouest.fr/international/nigeria-qui-etait-abubakar-shekau-le-leader-de-boko-haram-juge-trop-radical-par-l-ei-3633459.php

                                              Avait-il perdu la Foi, ne croyait-il plus dans la »Cause" ? Avait-il fait preuve de Déviance ? Peu importe. Si vous aviez vraiment lu l’article et son annexe relatif à la guerre civile en France, vous verriez pour résumer que peu importe en réalité que tous ces malades se découpent entre eux à la machete, s’entretuent

                                               لمجد الله الأعظم (li majd’ Allah al a’azam), Ad Majorem Dei Gloriam, pour la plus grande gloire de Dieu ou pour toutes autres raisons criminelles.

                                              La seule chose qui compte est qu’ils le fassent chez eux car pour dire les choses très clairement, le balancier est en train de changer de mouvement et il se pourrait bien que s’ils continuent à nous casser les pompons, des gens finiront par leur rentrer dedans sans préavis et les éjecter sans ménagement.

                                              Voyez la manière dont les dirigeants chinois s’occupent des Ouïghours, les dirigeants birmans des Rohingyas, les dirigeants thaïlandais de ceux qu’ils appellent les khaeks, i.e. les invités, cf. https://books.openedition.org/irasec/1290?lang=fr

                                              Oui, effectivement, et je vous rejoins entièrement sur votre propos :
                                              j’aimerais beaucoup que la folie ne fasse pas de différence entre chrétien et musulman, entre blanc et noir, entre homme et femme, pour apprendre qu’une personne reste une personne, quelle que soit sa religion ou sa couleur de peau, son sexe ou sa sexualité, sa maladie ou sa bonne santé.

                                              Malheureusement, pour beaucoup de gens, quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, ce n’est pas encore exactement le cas.
                                              Beaucoup y travaillent et l’ont même payé de leur vie, et Dieu sait s’ils croyaient à cette fraternité que vous évoquez. Je pense aux martyrs bienheureux de Tibehirine en Agérie, à l’assassinat des sept moines de Tibéhirine, enlevés dans leur monastère dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 alors que le pays était en proie à la guerre civile.

                                              Islamistes, services secrets ? Peu importe, sinon que des hommes de Pais et de miséricordre ont été tués, assassinés, aussi innocents que tous ceux qui meurent ou sont gravement blessés en France, par exemple, par des criminels et des zélateurs d’une religion vécue selon des modalités toujours excessives et souvent sanglantes dont nous n’avons que faire en France.

                                              Bien à vous,
                                              Renaud bouchard
                                              .


                                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 juin 23:08

                                              Rectificatif : des hommes de Paix.


                                              • DACH 8 juin 08:51

                                                RB=Merci pour votre texte, en appoint des réactions manifestées dans « Place d’Armes ». Nous pourrions quitter la pente sur laquelle nous glissons.... ???? Là où s’exprime une volonté s’ouvre un chemin ! Mais la pancarte « chien méchant » ne mord pas !!!!! Et au stade actuel : à quoi sert les génies qui travaillent au laboratoire quand, avec notre consentement, des barbares sont en train d’en enfoncer la porte !


                                                • julius 1ER 8 juin 15:54

                                                  Voyez le barrage invisible de l’idée même de génocide sanitaire à l’œuvre avec les vaccinations conduites à marche forcée malgré des dangers avérés et constatés

                                                  @l’auteur,

                                                  La France au bord de la crise de nerf !!! à force de vouloir forcer le trait M Bouchard comme d’autres sur ce site vous vous discréditez ...

                                                  un bon conseil allez à la pêche, vous vous sentirez mieux et de grâce arrêter de regardez Zemmour sur Cnews , après vous irez beaucoup mieux tout abus est irrémédiablement nocif !!!!!!!!!!!


                                                  • DACH 8 juin 21:22

                                                    @julius 1ER=Faute d’arguments à nous présenter, vous êtes discrédité, car le réel est plus visible que ce que vous aimeriez nous faire croire !!!!! Si vous allez à la pêche, apprenez avant à pêcher !!!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité