• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Guerre en Ukraine : pourquoi l’Occident a-t-il été pris au (...)

Guerre en Ukraine : pourquoi l’Occident a-t-il été pris au dépourvu  ?

JPEG

Pourquoi la guerre en Ukraine est-elle si chaude en ce moment  ? Une question à laquelle il peut y avoir plus d’une réponse, selon la façon dont chaque partie considère cette dangereuse évolution mondiale, et qui sont autant de réponses et de réactions qui touchent à la vérité de près ou de loin.

Plus important encore, la guerre crée un nouvel ordre mondial et accélère la formation des fondements de ce système. Les théories qui limitent la rivalité polaire entre les États-Unis et la Chine sont remises en question, la Russie étant prête à avoir son mot à dire dans le calcul de l’influence mondiale au XXIe siècle.

Le président Poutine, qui, selon plusieurs médias russes et occidentaux, a déclaré à son homologue américain George W. Bush en 2008 que l’Ukraine n’était pas un pays, ne se soucie pas des réactions de l’Occident. Il estime qu’il mène une guerre de libération en Ukraine et qu’il ne fait que rétablir le cours normal des événements après que la Russie se soit réveillée et soit sortie de la faiblesse de l’Union soviétique.

Ce qui se passe en Ukraine fait partie des heures les plus sombres en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Josep Borrell, coordinateur des relations extérieures de l’UE. C’est une véritable surprise pour l’Occident, bien qu’il ait lui-même parlé et mis en garde contre le danger d’une invasion russe en Ukraine. D’autre part, il semblait y avoir une tendance à exclure ce scénario.

Il était généralement admis que la Russie finirait par céder. Jusqu’à il y a quelques jours, les Occidentaux n’étaient pas d’accord sur l’évolution de la crise. La ministre allemande des Affaires étrangères, Analina Berbock, a mis en garde contre toute spéculation sur les intentions de la Russie dans la crise ukrainienne.

Le président américain Joe Biden était sûr de la décision de son homologue russe Vladimir Poutine d’envahir l’ancienne république soviétique. Lorsqu’on lui a demandé si elle partageait l’évaluation de la crise faite par Joe Biden, Mme Berbock a répondu que la pire chose à faire était de spéculer ou de supposer les décisions de l’autre partie.

La propagande et les manœuvres politiques russes ont sans aucun doute joué un rôle important dans la création de doutes en Occident sur la possibilité du scénario d’invasion, surtout lorsqu’il s’agit de remettre en question les tactiques américaines et de rappeler au monde que l’ancien secrétaire d’État Colin Powell a préparé l’ONU à envahir l’Irak en 2003, où Powell a ensuite présenté des «  preuves  » de la tromperie des inspecteurs internationaux et de la dissimulation d’armes de destruction massive.

Plus tard, après avoir quitté ses fonctions en 2005, Powell a qualifié son discours à l’ONU de tache qui resterait à jamais sur son dossier, puis a exprimé des regrets dans une interview télévisée en 2010. Sa déclaration n’était tout simplement pas vraie.

Cet incident a été bien utilisé par la propagande russe pour torpiller toute déclaration américaine sur une possible invasion russe de l’Ukraine, qu’elle croyait être un scénario sorti de l’imagination des agences de renseignement américaines. Ironiquement, la guerre a éclaté quelques jours seulement après la conférence de Munich sur la sécurité.

Les États-Unis y ont assisté et ont rassuré les Alliés. La vice-présidente Kamala Harris et le secrétaire d’État Anthony Blinken y étaient aussi. Malgré tous les avertissements et les menaces de sanctions, la Russie a pris sa décision et a apparemment attendu.

La Russie, soutenue par la Chine, exige le retrait de toutes les troupes et armes américaines stationnées en Europe centrale et orientale, en Europe du Sud-Est et dans les pays baltes, et le renoncement à toute nouvelle expansion de l’OTAN.

Cela explique pourquoi le président Poutine insiste pour modifier les réalités géostratégiques sur le terrain afin de pouvoir négocier plus tard avec l’Occident et imposer ses exigences ou forcer l’OTAN à modifier le plan d’élargissement de facto, notamment en cas de chute de l’Ukraine, que son président Volodymyr Zelensky a décrite comme le bouclier de l’Europe contre la Russie.

Le soutien militaire atlantique, a-t-il dit, n’est pas une contribution charitable que son pays demande, mais une contribution au maintien de la sécurité en Europe et dans le monde.

Les évaluations stratégiques qui limitent les actions de la Russie à la désignation de coupables et à la politique de la corde raide sont erronées, a-t-il dit, et montrent clairement que tant la Russie que l’Occident veulent gagner sans confrontation militaire, ce qui montre clairement que beaucoup n’ont pas encore compris les pensées, les orientations, les croyances et même les leçons tirées du comportement du président russe Vladimir Poutine dans un passé récent.

L’effet de surprise de cette opération militaire, dont les développements et les détails ont été suivis de près par le monde entier, ne peut être nié. Il est presque absurde de parler de surprise. Mais c’est arrivé.

La plupart des capitales occidentales l’ont exclu et étaient sceptiques quant à la possibilité de réaliser le scénario de l’invasion. Beaucoup ont vécu dans l’espoir que le Président Poutine cède, d’autres ont cru aux démentis répétés de Moscou sur son intention d’attaquer l’Ukraine. Il s’agissait d’obtenir des garanties de sécurité de la part de l’Atlantique.

Certains pensaient qu’il s’agissait d’une manœuvre pour obtenir des concessions de l’OTAN. Mais ceux qui ont regardé les événements d’un point de vue historique et idéologique plus profond savaient très bien que Poutine ne reculerait pas.

Cela est apparu clairement dans les discussions de la conférence de Munich, qui était une occasion idéale pour le Kremlin d’apprendre ce que les milieux occidentaux pensaient de la crise ukrainienne.


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • chapoutier 14 mars 14:32

    je rigole, la censure bat son plein, il est devenu impossible pour beaucoup de passer le moindre article sur ago, les insultes fussent, y compris les menaces, et toutes une série d’article pro OTAN passe sans etre passé au préalable par la modération, deux poids, deux mesures, le plus drole étant que les troll pro OTAN se déchainent et qu’ils se font passer pour des victimes.


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 15 mars 01:46

      @chapoutier

      Un bon résumé, à retenir pour vos futurs commentaires, toujours appréciés.
      otan-suspends-ton-vol-nouvelles-damerique-latine-par-maurice-lemoine


    • Xenozoid Xenozoid 14 mars 17:18

      @Fergus

      ....sans la plus petite justification crédible !!....

      pour les sourds et autres aveugles


    • Louis Louis 14 mars 14:57

      L’augmentation du gaz et du pétrole c’est une bonne affaire pour vous hein dottore emirati

       smiley


      • Lynwec 14 mars 16:28

        L’Occident a tout fait pour que cette situation arrive et s’y attendait forcément, mais espérait peut-être une attitude à la Eltsine de la part des autorités russes qui ne pouvant pas reculer plus ont fini par mordre.

        Les jérémiades sur la pauvre Ukraine que l’Occident a sacrifié pour créer un camp des gentils et un camp des méchants ne fonctionne que sur les gobeurs dans l’ordre ou non de ...9/11... vilain Saddam...Charlie...vilain Bachar...vilain covid...gentils vaccinateurs...

        Les autres immunisés à la tromperie à force de la subir regardent ça d’un œil légèrement amusé à voir les merdias s’empêtrer un peu plus à chaque mensonge destiné à couvrir le précédent qui fait flop...


        • microf 14 mars 23:09

          https://youtu.be/WA67pvbgDK4

          If there is a country that has commited unspeakable atrocities in the world it is the United States of America.

          They don´t care for human beings. Fifty seven years ago, when Japan was reteating on all fronts, they decided to drop an atom bomb on Hiroshima and Nagasaky, killed a lot fo innocent people, who are still suffering from the effects of those bombs.

          Those bombs were not aimed against the Japanese, they aimed against Soviet Union to say, look, this is the power that we have, if you dare oppose what we we do, this is what is going to happen to you.

          Because they are so atrrogant, the decided to kill innocent people in Japan who are still suffering from that. Who are they now to pretend that they are the policemen of the world ?

          Traduction version francaise :

          S’il y a un pays qui a commis des atrocités innommables dans le monde, ce sont les États-Unis d’Amérique. Ils ne se soucient pas des êtres humains.  Il y a cinquante-sept ans, alors que le Japon reculait sur tous les fronts, ils ont décidé de larguer une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaky, tuant beaucoup d’innocents, qui souffrent encore des effets de ces bombes. Ces bombes n’étaient pas dirigées contre les Japonais, elles visaient l’Union soviétique pour dire, regardez, c’est le pouvoir que nous avons, si vous osez vous opposer à ce que nous faisons, c’est ce qui va vous arriver. Parce qu’ils sont si atrrogants, ils ont décidé de tuer des innocents au Japon qui souffrent encore de cela. Qui sont-ils aujourd’hui pour prétendre qu’ils sont les gendarmes du monde ?

          • microf 14 mars 23:09

            https://youtu.be/WA67pvbgDK4

            If there is a country that has commited unspeakable atrocities in the world it is the United States of America.

            They don´t care for human beings. Fifty seven years ago, when Japan was reteating on all fronts, they decided to drop an atom bomb on Hiroshima and Nagasaky, killed a lot fo innocent people, who are still suffering from the effects of those bombs.

            Those bombs were not aimed against the Japanese, they aimed against Soviet Union to say, look, this is the power that we have, if you dare oppose what we we do, this is what is going to happen to you.

            Because they are so atrrogant, the decided to kill innocent people in Japan who are still suffering from that. Who are they now to pretend that they are the policemen of the world ?

            Traduction version francaise :

            S’il y a un pays qui a commis des atrocités innommables dans le monde, ce sont les États-Unis d’Amérique. Ils ne se soucient pas des êtres humains.  Il y a cinquante-sept ans, alors que le Japon reculait sur tous les fronts, ils ont décidé de larguer une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaky, tuant beaucoup d’innocents, qui souffrent encore des effets de ces bombes. Ces bombes n’étaient pas dirigées contre les Japonais, elles visaient l’Union soviétique pour dire, regardez, c’est le pouvoir que nous avons, si vous osez vous opposer à ce que nous faisons, c’est ce qui va vous arriver. Parce qu’ils sont si atrrogants, ils ont décidé de tuer des innocents au Japon qui souffrent encore de cela. Qui sont-ils aujourd’hui pour prétendre qu’ils sont les gendarmes du monde ?

            • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 15 mars 01:39

              @ POUR TOUS

              un article de Maurice Lemoine, pour tous les illettrés dont FERGUS, qui est absolument incapable de faire un raisonnement sans y mettre des sophismes, clichés éculés et surtout des tautologies. 

              Ce triste personnage qui croie que son « bonjour » systématique masquera ses saloperies hypocrites.

              OTAN, suspends ton vol


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 15 mars 09:21

                Si l’Occident a été pris au dépourvu c’est qu’il s’est pris les pieds dans le tapis.

                Pris à son propre piège, il fait aujourd’hui figure d’arroseur arrosé.

                 

                Nos politichiens par définition corrompus, sont d’une bêtise aussi affligeante que redoutable.


                • VDob 15 mars 10:42

                  M’est avis que Poutine a parié sur l’importance de la menace chinoise pour les Etats-Unis. Il avance ses pions parce qu’il sait que si les US ouvrent un « front russe », ils se mettront à découvert sur leur « front chinois ». Or, ce dernier est de loin le plus dangereux. Poutine le sait et il en profite...


                  • Attila Attila 15 mars 11:19

                    @VDob
                    D’autant plus que la Russie s’est assurée du soutient de la Chine avant d’attaquer l’Ukraine :

                    « Les parties -russes et chinoises- s’opposent à un nouvel élargissement de l’OTAN et demandent à l’Alliance de l’Atlantique Nord d’abandonner ses approches idéologisées de la guerre froide, de respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays »

                    La déclaration conjointe russo-chinoise sur les relations internationales

                    .


                  • mmbbb 15 mars 12:17

                    on a pas été pris au dépourvu , nous sommes dirigés par des branques . Il suufit de reprendre un peu le cours de l histoire notamment depuis la chute du mur pour comprendre que cette guerre etait inévitable 

                    L occident a sa charge a ete arrogante 

                    L Europe dont Fergus un européen convaincu n a pas su faire respecter les accords de Minsk

                    Et c est G Bush qui a imprimé la politique en europe en précipitant certains pays dans l Otan en complete contradiction avec l accord tacite passe lors de la chute .

                    Ceci a eté verse dans les rapports des délagations , R Dumas le dit et c est un hebdomadaire allemand a ressort cette information 


                    • racbel 15 mars 18:19

                      Le wahhabite de service dont le pays a exécuté 81 personne récemment en une seule journée se pose la question

                      pourquoi l’Occident a-t-il été pris au dépourvu  ?Quel cynisme !

                      • phan 15 mars 19:33
                        Allo, les OTANolâtres, le martyre du Yémen, ça vous parle ?

                        • yvesduc 16 mars 06:58

                          « La Russie, soutenue par la Chine, exige le retrait de toutes les troupes et armes américaines stationnées en Europe centrale et orientale, en Europe du Sud-Est et dans les pays baltes, et le renoncement à toute nouvelle expansion de l’OTAN. » : avez-vous une source ? Ou est-ce votre propre supposition ?

                          « L’effet de surprise de cette opération militaire (…) ne peut être nié. » : Poutine a tenté de négocier en décembre. Il a cessé d’être vendeur de gaz sur les contrats spot, depuis octobre. -25 % sur les livraisons de gaz russe à l’Europe au quatrième trimestre 2021, et -37 % en 2022. Non, les chancelleries n’ont pas été surprises. Elles provoquent les Russes depuis longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité