• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Haïssons-nous la psychanalyse ?

Haïssons-nous la psychanalyse ?

Pourquoi hait-on la psychanalyse ? Pourquoi hait-on en général les attitudes dites « primitives » et « superstitieuses » ... ? D'abord, parce que ces comportements-ci vont à l'encontre de nos idiosyncrasies. Or, si nous y réflechissons, nous découvrons que toutes les attitudes sont superstitieuses. Et puis que le scepticisme est dangereux quand il a dans l'idée d'extraire l'irrationnel de nos existences.

De toute évidence, l'ère actuelle est plus ou moins anti-religions. De deux façons : soit d'une manière militante, active voire violente ; soit de manière plus légère (néanmoins autant voire plus destructrice) par l'indifférence généralisée à l'égard du fait religieux...

Partant, si l'époque est aux athées, l'interrogation (scientifique) au nom de laquelle les athées justifient leur détachement de la religion est également étendue, volontairement ou involontairement, aux doctrines de toutes les espèces. 

En l'état sont visées : l'homéopathie, les phytothérapies, les thérapies énergétiques and so on, puis la psychanalyse. 

Cet acharnement s'explique par la motivation scientiste : en guise d'ersatz de religion qui voudrait s'élever au rang de grande religion véritable, sous prétexte de vérité et de justice, le scientisme voit des concurrents dans ces thérapies magiques. D'où la chasse aux sorcières... 

Le scientisme n'a pas rigoureusement tort sur certains points. Or, ce n'est pas la question.

Le scientisme s'oppose aux médecines non-conventionnelles parce qu'elles enclenchent, chez ceux qui y adhèrent, des idiosyncrasies inadéquates pour les scientifiques. En d'autres termes : les médecines non-conventionnelles réclament des attitudes, des dogmes, des rites. Si bien qu'il faut comprendre ceci : l'opposition scientifique aux pseudo-sciences n'est pas (seulement) due au caractère pseudo-scientifique de ces pratiques bizarres, mais parce qu'elles sont d'abord les représentantes, sans le savoir, de comportementalités... Et toutes les comportementalités exigeant des actes de foi, engagent par conséquent ses adeptes à vivre d'une telle façon que le pouvoir va à quelques-uns. Or, le scientisme – qui est une idéologie – veut aussi donner le pouvoir à une autre élite. 

De sorte qu'au fond, l'opposition nette et franche aux pseudo-sciences, auxquelles (selon certains) la psychanalyse fait partie, n'est pas d'ordre scientifique, mais d'ordre social ou politique. 

Ensuite, il faut comprendre que cette opposition prend sa racine dans une attitude, dirait-on, « anti-cosmisante », c'est-à-dire qui veut saper des rites (autrement dit les étais d'un groupe) au prétexte de belles idées et d'arguments forts. 

C'est généralement le cas de tous les progressismes. Quelquefois, les idéologues progressistes veulent saborder les constructions d'une société au regard d'une autre société, utopique, qu'ils veulent faire naître. Volonté dangereuse : car la modification d'une société doit toujours se faire en vue de celles qui ont préexisté ou par comparaison avec celles qui existent, et non pas vis-à-vis de celles qui doivent venir au monde. Et, surtout, il faut se mettre dans l'idée que le changement réclame toujours une bonne raison. 

Néanmoins, il n'est pas question de nier le caractère « juste » des récriminations scientifiques quant aux pseudo-sciences. C'est vrai : les pseudo-sciences peuvent être dommageables. 

Plutôt, il est ici question de dénoncer une mentalité au nom de laquelle, beaucoup de fois dans l'Histoire, quelques-uns se sont permis des crimes. Car nombreuses sont déjà les personnes, positivistes, progressistes ou scientistes, voulant légiférer sur ceci ou cela, et priver, en conséquence, de ses droits censément inaliénables une partie de la population.

Blanchis sous le harnais d'une telle mise en garde, nous saurons qu'à y regarder l'opposition aux pseudo-sciences est d'abord une opposition politique du moment qu'elle veut « faire taire » les adeptes de ces pratiques-là. En cela, l'opposition des scientifiques à l'homéopathie ne diffère pas de leur haine pour les religions et les attitudes « superstitieuses » en général. 

Une fois encore, précisons-le : l'opposition à la psychanalyse relève de l'anthropologie, c'est-à-dire des rapports humains, et non pas de la vérité de la science « en elle-même » et des avantages qu'elle procure. 

Cela dit, l'opposition des scientistes n'est pas sans mauvais effets.

Premièrement, des gens sont heureux de pouvoir pratiquer des rites infondés. Ces rites-ci ne sont pas dépourvus d'importance, car ils composent d'ordinaire toutes les vies – lesquelles ne sauraient se passer de ces petits gestes à l'abord irrationnels grâce qui fondent notre Cosmos. Les scientistes eux aussi sont pleins de ces habitudes quasi religieuses. On le voit par exemple dans les gestes du quotidien ; gestes dont le but est de « s'y retrouver ». Mettre son lait avant ou après les céréales est un rite religieux ! Ce qu'on nomme généralement « habitudes » sont les égales des prières, c'est-à-dire des mouvements apparemment absurdes du corps et de la pensée. 

Si par ailleurs on observe les causes de la pullulation des pseudo-sciences, on peut aisément rattacher celle-ci à la perte des « rites structurants » par lesquels, à notre insu, on constitue notre « monde » (donc tout ce qui est ordonné, qui devient notre « chez nous »). 

Ces rites-là, donc, ne sont pas sans importance : ils sont nos rites. Et procéder à une modification drastique des habitudes en place – à moins d'avoir une très bonne raison – est inutile.

Ainsi, si nous haïssons la psychanalyse (et les autres sciences non-conventionnelles) c'est bien parce qu'elles dictent, en tant que reliquats – systèmes de valeurs – des anciennes religions dominantes, des modalités d'existence qui vont à rebours du mode de vie scientiste. 

Or, pour ceux qui vivent d'actes de foi, quel est l'intérêt de modifier ce mode de vie ? Et quel l'intérêt d'exister « rationnellement » ? Les rites possèdent leur propre cohérence interne. La psychanalyse n'est que la réactualisation de ces vieilles croyances sous le vernis de la complexité scientifique. Peu importe au fond le caractère « vrai » de ses assertions, car elles ne relèvent pas des sciences dures. 

Ce qu'on reproche à la psychanalyse, c'est de dire qu'il y a des « Forces » (du subconscient) qu'on ne maîtrise ni ne connait entièrement. L'opposition anthropologique des sciences positives à la psychanalyse abhorre surtout les notions de forces internes, de devoir, de responsabilité et d'équilibre que valorise la psychologie des profondeurs. 

Comme il a été dit, c'est une opposition purement politique ; la nouvelle façade du combat idéologique entre les pensées matérialiste et spiritualiste. 

De là, la « question de la science », de la scientifité, est presque incongrue.


Moyenne des avis sur cet article :  1.38/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • jalin 4 septembre 2018 14:25

    Le problème concernant l’homéopathie, c’est qu’elle prétend soigner des troubles bien précis sans avoir jamais démontré d’efficacité pour aucun trouble médical. Résultat, certains délaissent des médicaments non homéopathiques pour n’utiliser que l’homéopathie, et leurs troubles s’aggravent, c’est tout de même un peu plus grave que de se prosterner devant un totem ou une croix.


    • Paul Leleu 5 septembre 2018 02:46

      @jalin


      sincèrement, j’ai jamais vu quelqu’un abandonner un traitement allopathique à la légère... votre argumentation (on l’entend répétée partout ad nauseam) tient plus des éléments de langages que de la vérité qu’on peut constater autour de soi. Les gens font largement la part des choses. 

      Par contre, les scandales sanitaires du système officiel sont largement mis sous le boisseau. Ce qui contribue à la défiance. 

      Plutôt que d’accuser sans cesse d’éphémères (et très marginaux) gourous homéopathes, le système médical officiel devrait se purger de sa corruption révoltante et dangeureuse... mais, là, c’est une autre paire de manches. 

    • jalin 5 septembre 2018 12:45

      @Paul Leleu
      «  j’ai jamais vu quelqu’un abandonner un traitement allopathique à la légère »


      Et vous n’avez jamais vu quelqu’un ne prendre que des « remèdes » homéopathiques sans avoir jamais utilisé de remède allopathique ? Eh ben ça existe !

    • JL JL 4 septembre 2018 14:28
      Scientifique et scientiste, ce n’est pas la même chose. 
       
      Le scientisme est à la science ce que l’économisme est à l’économie (1).
       
      Qu’est-ce qui est rationnel ? Ce que l’homme sait expliquer. Qu’est-ce qui est réel ? ce que l’homme cherche à savoir. L’affirmation que « tout le réel est rationnel » est par conséquent une affirmation scientiste. Le scientisme est un point de vue apparu au XVIIIe siècle selon lequel la connaissance scientifique permettrait d’échapper à l’ignorance dans tous les domaines et donc, selon la formule d’Ernest Renan d’« organiser scientifiquement l’humanité ». On peut être rationnel en parlant de dieu, une chose irréelle ; tout comme on peut être irrationnel en parlant des vaccins, du 11/9 ou du nucléaire, des choses très réelles. La religion dépossède l’homme de la morale, de ce qu’ils a de meilleur en lui (2). Pareillement, la vaccination nie les performances naturelles du système immunitaire sain, et ce faisant, elle dépossède l’être humain de ce que son corps a de meilleur et qui le distingue des machines. La vaccination généralisée et obligatoire est un scientisme.
       
       
      (1) l’économisme est une tendance à interpréter tous les faits sociaux comme économiques : le néolibéralisme est un économisme.
       
       (2) Le libre arbitre : « Dieu avait accordé à Adam son libre arbitre et en conséquence, Adam était en mesure de faire des choses que Dieu Lui-même ne pouvait prévoir. » (in « Après le déluge » de Margaret Atwood. A fortiori, les hommes ont leur libre arbitre, si dieu n’existe pas, ce que nient les dogmes créationnistes.
       

      • jalin 4 septembre 2018 15:15

        @JL
        « la vaccination nie les performances naturelles du système immunitaire sain, et ce faisant, elle dépossède l’être humain de ce que son corps a de meilleur et qui le distingue des machines. La vaccination généralisée et obligatoire est un scientisme. »


        Vous êtes un dangereux irrationnel en proférant de telles conneries, c’est vraiment n’importe quoi ! La vaccination ne nie pas les performances du système immunitaire, c’est même là dessus qu’elle se fonde. Et c’est quoi un système immunitaire sain ?

        Ceux qui meurent d’Ebola, c’est bien fait pour leur gueule, ils avaient qu’à avoir un système immunitaire sain ?

        Vous êtes un vrai con.

      • JL JL 4 septembre 2018 18:51

        @jalin

         
         je m’incline devant votre dernier argument : imparable, sauf à se laisser aller à être comme vous.

      • JL JL 4 septembre 2018 19:00
        @jalin,
         
        me serais-je laisser influencer par les experts spécialises du sujet qui affirment que c’est une aberration de vacciner les bébés ?

      • JL JL 4 septembre 2018 22:45

        @JL

         
         ’ laissé ’’, bien sûr !

      • jalin 5 septembre 2018 00:48

        @JL

        Lesquels ? Vous préférez un gamin mort plutôt que vacciné ? Vous demeurez un demeuré !

      • Paul Leleu 5 septembre 2018 02:54

        @jalin @ JL 


        les experts ne nient pas l’utilité des vaccins... ils mettent en cause la politique actuelle de certains vaccins pour différentes raisons. Age des enfants, choix judicieux des maladies à prévenir, et composition des supports de vaccin... 

        tout traitement médical propose un rapport bénéfices-risques qu’il faut mesurer avec pondération. Aujourd’hui, de plus en plus d’experts dénoncent de mauvais choix, de ce point de vu là. Il faut les entendre il me semble. Surtout quand on sait le taux de corruption des instances médicales officielles. 

        Par ailleurs, il est effectivement paradoxal de multiplier les vaccins obligatoires et coûteux, alors que dans le même temps, nous n’avons pas de politique de santé publique globale (nourriture, pollutions, culture physique et intellectuelle, bien être social et affectif, etc.). Les mêmes industriels qui nous vendent des médicaments, dans le même temps passent leur temps à rendre la société invivable et pathogène. 

      • JL JL 5 septembre 2018 07:52

        @Paul Leleu

         
        «  il est (effectivement) paradoxal de multiplier les vaccins obligatoires et coûteux, alors que dans le même temps, nous n’avons pas de politique de santé publique globale (nourriture, pollutions, culture physique et intellectuelle, bien être social et affectif, etc.). Les mêmes industriels qui nous vendent des médicaments, dans le même temps passent leur temps à rendre la société invivable et pathogène. »
         
        C’est exactement ce que je pense. Mais j’ignorais qu’il me fallait préciser tout ça dans mon post de 14:28 pour ne pas vous provoquer un coup de sang, ou pire. Désolé.
         
        Le vrai con vous salue bien bas.
         

      • JL JL 5 septembre 2018 07:58
        @Paul Leleu,
         
        rectificatif : je croyais m’adresser à jalin.
         
        salutations cordiales.

      • jalin 5 septembre 2018 12:49
        @Paul Leleu
        « il est effectivement paradoxal de multiplier les vaccins obligatoires et coûteux, alors que dans le même temps, nous n’avons pas de politique de santé publique globale »

        Dites pas n’importe quoi, il y a la sécurité sociale, des hôpitaux et des centres de recherche dont les gens comme vous nient les conclusions.

        « nourriture, pollutions, culture physique et intellectuelle, bien être social et affectif, etc. »

        Et en quoi tout ceci évite la polio, la rage, la peste... si il n’y a pas de vaccin ?

      • JC_Lavau JC_Lavau 4 septembre 2018 14:46

        Celui qui s’oppose aux fraudes et aux impostures, vous allez le traiter de quoi, cette fois-ci ?


        • Arthur S Joker 4 septembre 2018 14:50

          « Ce qu’on reproche à la psychanalyse, c’est de dire qu’il y a des « Forces » (du subconscient) qu’on ne maîtrise ni ne connait entièrement. »


          Pour les puristes, le mot « subconscient » ne fait pas partite du vocabulaire de la psychanalyse.
          Freud a bien utilisé ce terme dans les Études sur l’hystérie (1895), mais il l’a ensuite récusé et en a condamné l’usage pour ne plus utiliser que le mot « inconscient » qui n’a pas le même sens dans la méthodologie ni dans la conception de la structure de la personnalité.

          D’autres courants psychanalytiques (Jungiens, Reich…) utilisent parfois les termes « subconscient » ou « subconscience » au lieu d’« inconscient », ce qui est perçu comme un manque de rigueur par les gardiens du temple.

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 14:56

            A la science dite progressiste je donnerai TOUJOURS ma préférence à la psychanalyste ou l’approche hermétiste. Le diktat de la première à mon sens est la mort derrière la vie : LA VIE à tous prix (la mort est un échec,...). L’approche phylosico-métaphysique-psychanalytique et hermétique nous offre un champ bien plus large de créativité. Le bonheur, la santé à tous prix,... NON merci,.... plongée actuellement dans Luc Bossi : MANHATTAN FREUD.,... 


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 14:58

              Approche phylosophico,...


              • Passante Passante 4 septembre 2018 15:09
                la théorie de la psycha engendre bien du blabla assourdissant
                la technique fort subtile de la psycha engendre bien des ratages
                car bien des maladroits (cf. blabla above),
                un psy sur dix est un excellent psy

                mais la cause principale du rejet de la psycha est la tendance fortement policière de la société actuelle : la psycha est très littéraire, son travail se joue dans la métaphore,
                ça oblige à s’entendre, à trouver de l’épaisseur, ça croit pas à l’écran,
                ça n’est pas assez cinéphile pour le coup de l’Oeuf Primordial...

                mais le refoulement de la psychanalyse, qui ne sera que provisoire,
                est une très bonne nouvelle d’un point de vue psycha :
                tu résistes ? donc tu travailles...

                • Paul Leleu 5 septembre 2018 03:01

                  @Passante

                  « la cause principale du rejet de la psycha est la tendance fortement policière de la société actuelle : la psycha est très littéraire, son travail se joue dans la métaphore,
                  ça oblige à s’entendre, à trouver de l’épaisseur, ça croit pas à l’écran,
                  ça n’est pas assez cinéphile »... très bien dit ! 

                  Mais par ailleurs, à mon sens, la psychanalyse est souvent elle-même instrumentalisée (tout comme la littérature d’ailleurs) par des simplificateurs, des systématiques et des généralisations. Il me semble (à l’instar de la littérature) que la psychanalyse est un parcours éminemment personnel et intime, difficile à théoriser et à massifier. Même en psychanalyse, il est difficile d’accepter la parole pour ce qu’elle est. Mais on peut y parvenir. 

                • gaijin gaijin 4 septembre 2018 15:23
                  ce qu’on reproche a la psychanalyse c’est surtout son peu d’efficacité .....
                  et son attitude de disqualification systématique de toute critique comme étant la marque d’un problème inconscient .....a preuve le titre : haïssons nous la psychanalyse ? ce qui revient d’emblée a déclarer que toute attitude critique est le fruit d’un mouvement émotionnel ......

                  • Paul Leleu 5 septembre 2018 03:19

                    @gaijin


                    « efficacité » ... motif de performance typiquement américain... pourquoi cherchez-vous de « l’efficacité » ? Posez vous cette question ? Surtout, en matière psychologique et de parcours de vie ? C’est carrément fascisant comme manière de se traiter soi-même ! 

                    « L’efficacité » , ce n’est pas le patient ou l’analysant qui la cherche. L’efficacité, c’est la société (policière) qui la demande et l’exige.

                    Vous voulez de « l’efficacité » dans chaque domaine de votre vie ? Chérie, je veux que tu sois « efficace » quand on fait l’amour... c’est tout un programme... tout un horizon intérieur... l’horizon intérieur américain... Si t’es pas « efficace », tu dégages ? Compris ? ... one, two, three... strike ! You’re fired ! 

                    Une des grandes victoires de la psychanalyse, est justement d’avoir rendu au mal psychique sa dignité de signifiant... et à l’individu, la dignité d’un « parcours de vie » et non d’une « maladie ». Il me semble que c’est comme cela que l’on s’en sort. Et pas à coups de matraque. ...à coup de matraque, on obéit, mais on ne guérit nullement. 

                  • JL JL 5 septembre 2018 08:05

                    @gaijin

                     
                     reprocher à la psychanalyse son inefficacité et son coté discriminatoire, c’est un peu comme reprocher à la fonction publique son peu d’efficacité et aux concours d’entrée leur fonction de disqualification : on hait la psychanalyse pour les mêmes mauvaises raisons que l’on hait l’administration.

                  • gaijin gaijin 5 septembre 2018 09:44

                    @Paul Leleu
                    « Une des grandes victoires de la psychanalyse, est justement d’avoir rendu au mal psychique sa dignité de signifiant. »

                    j’adore ....vous êtes lacanien je présume ....... ?
                    " et à l’individu, la dignité d’un « parcours de vie » et non d’une « maladie ». 
                    et la marmotte elle fait payer l’individu combien ?

                    escroc ...................



                  • gaijin gaijin 5 septembre 2018 09:45

                    @JL
                    que vient faire la haine la dedans ?


                  • JL JL 5 septembre 2018 10:13

                    @gaijin

                     
                     en effet, je vous le demande !

                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 16:03

                    Quarante années de comportementalisme scientifique explique non pas l’échec de la psychanalyse, mais bien l’ECHEC TOTAL du rationalisme scientifique. Transformant l’humain en zombie pornographique et robotisé. Pas de diagnostic pour ce résultant. L’échelle de valeur étant celle de Jacob. Pas celle de la grenouille dans son bocal,...


                    • arthes arthes 4 septembre 2018 16:28

                      Ah, la psychanalyse...Dans le fond, les psy, c’est un peu comme les curés : ils ont plein de croyances qu’ils érigent en postulats , mais ils sont eux même prisonniers d’une camisole, et ils le voient pas (le diable est toujours ailleurs)


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 19:42

                        @arthes


                        excepte le mot cure, aucune similitude. Dans le CON FESSE SION ANAL il est dit : confessez vos péchés. Contrairement au psychanalyste qui vous dit de raconter tout ce qui vous vient par l’esprit, même les détails anodins et absurde. Une pensée n’est jamais mauvaise. C’est sa mise en acte qui peut l’être. En en parlant vous éviterez justement d’être poussé au passage à l’acte. Par contre le curé vous bénira : sous-entendu, à la prochaine....

                      • Paul Leleu 5 septembre 2018 03:09

                        @arthes


                        c’est vous qui voulez voir les choses par le petit bout de la lorgnette... et résumer votre connaissance de la psychanalyse aux caricatures qu’en font ses adversaires... tant pis pour vous... (pareil pour la spiritualité d’ailleurs). 

                        Vous me faites penser à ces gens qui disent : « la France a torturé en Algérie et collaboré sous Pétain. Donc la France c’est de la merde. Donc je m’y intéresse pas. Et voilà tout »Et après, (comme par hasard) on finit tous chez l’Oncle Sam. 

                        Là c’est un peu pareil. Profitez des richesses de la psychanalyse, sans vous emmerder avec ses défauts. 

                      • JL JL 5 septembre 2018 08:12

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                         
                        ’’Une pensée n’est jamais mauvaise. C’est sa mise en acte qui peut l’être. En en parlant vous éviterez justement d’être poussé au passage à l’acte. Par contre le curé vous bénira : sous-entendu, à la prochaine....’’
                         
                         Hum ... mes souvenirs d’enfance font état de « péchés » par omission". Pas sûr que la confession soit comparable à la psychanalyse, comparaison qui ferait apparaître la confession une anti-analyse, à de nombreux points de vue
                         
                         Faut-il y voir un motif de plus pour certaines personnes, de haïr la psychanalyse ? Suivez mon regard ...

                      • arthes arthes 5 septembre 2018 09:16

                        @Paul Leleu

                        Justement, je trouve que la psychanalyse est un appauvrissement de la psychée  : L analyse des contes de fées en est un exemple édifiant, de même que l interpretation de l Oedipe de Sophocle ramene a une histoire de sexe et d inceste, er qui est  postulat populaire sur lequel s édifie un système de culpabilisation ou le diable est le désir sexuel.

                        Perversion de la vie de l âme , une science abstraite et faillible qui se fonde sur l étude empirique systémique (donc d après ce qui est observable aux sens) pour expliquer le mecanisme de ce qui ne lui est ni observable , ni sensible (le monde des pulsion) qu elle qualifie de sexuel.

                        La psychanalyse, comme l Eglise, comme la neuro biologie darwiniste, se caricature elle meme pour se démocratiser, atteindre toutes les couches .

                        Mais, je suis d accord avec votre conclusion, car ouverte d esprit : prendre le meilleurs et laisser le mauvais (pour les curés aussi)
                        Sauf que il faut avoir en face de soi des personnes capables de la même ouverture, d une manière sincère, et pas engluees dans leurs croyances, enfermées dans leurs certitudes et postures.

                        Bien sûr tout cela est un résumé...Pour le dire vite.

                        Hors cela, il est toujours intéressant et possible de se renseigner , d observer soi même ce qui se dit, s ecrit, l expérience des uns et des autres, la sienne « en soi » et faire sa propre éducation , ses recoupements, avec la rigueur du scientifique, par soi meme.


                      • arthes arthes 5 septembre 2018 09:35

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                        Je ne pensais pas à la confession en faisant le parralele.

                        Mais souligner que la fonction de chacun des deux est de se poser comme le « sachant » légitime et désigne par les hommes (humains) , de la mecanique de la psychée humaine er des forces invisibles qui sous tendent cette mecanique, pour le premier et du mystère de la création ainsi que des forces invisibles contenues dans ce mystère qui nous tentent.

                        Dans les deux cas, en découle un système de pouvoir de juge, basé sur la culpabilité.et le Pêcher Originel.



                         

                      • Passante Passante 5 septembre 2018 09:38
                        @arthes

                        non c’est le pécho originel ..

                      • arthes arthes 5 septembre 2018 10:01

                        @Passante

                        Abstraction perverse.

                        Mais le ver était déjà dans la pomme.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 2018 12:09

                        @arthes


                        Et comme d’hab, vous sautez le socle de la psychanalyse : l’angoisse de castration. Qui différencie l’humain de l’animal.

                      • arthes arthes 5 septembre 2018 16:51

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        L’angoisse de la castration (lol) 
                        C’est un montage cérébral des psy ça, ya que eux qui y croient pour le placer dans l’arsenal de leur fond de commerce, ou parce qu’ils se masturbent le cerveau avec.



                      • arthes arthes 5 septembre 2018 23:24

                        @Self con troll
                        Et t as vu comme je réponds avec gentillesse alors que dans le fond il me traite de conne.


                        Quelle engeance smiley

                        Pfff, p’tit joueur.

                      • Morologue 4 septembre 2018 17:07

                        Excellent article, du meilleur scepticisme original (antique, pyrrhonien, sextus-empiricien, etc.). Bravo ^^


                        • Morologue 4 septembre 2018 17:07

                          Sans parler de sa scientificité ethologique/antrhopologique ^^


                        • jalin 4 septembre 2018 17:27

                          @Morologue

                          Le mec qui compare la psychanalyse à l’homéopathie tout en faisant l’apologie de toutes sortes de superstitions, autant dire qu’il ne comprend ni la psychanalyse qui est l’analyse du transfert, ni l’homéopathie qui est des sucreries arrosées d’effet placebo.

                          De plus, il ne comprend pas vraiment l’air du temps où glyphosates, vaccins ou OGM sont mis au pilori de la populace sans aucunes études sérieuses de toxicité, par simple effet nocebo médiatique. Ce qui ne relève ni du scientisme, ni de la science, mais tout au contraire relève des psychoses collectives.



                        • Le Vautre Oméga Vertagus 4 septembre 2018 21:37

                          @Morologue Merci. ^^


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 17:30

                          L’amor, c’est la vie. Le vit, c’est la mort ;


                          • Arthur S Joker 4 septembre 2018 17:51

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                            ce n’est pas ce que pensent les femmes à Beaumont le Vicomte

                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 18:07

                            @Joker

                            Lire : organisation-du-vivant-henri-atlan/9782020052771www.seuil.com/ouvrage/entre-le-cristal-et-la-fumee-essai-sur-l’organisation du vivant. 

                            « Hasard et nécessité », la vie n’a pas fini de nous surprendre. Réduite à des interactions moléculaires mais étendue à des lois d’organisation inattendues, elle est aujourd’hui observée dans des systèmesvivants dont la logique interpelle et renouvelle la pensée rationnelle. Qu’est-ce que l’organisé ? L’auto-organisé ? Pourquoi et comment percevons-nous des ordres dans la nature, d’où viennent les significations que nous leur attribuons ? En quoi le temps des systèmes vivants présente-t-il des propriétés étonnantes ?

                            Notre psychisme, nos sociétés, objets des sciences humaines au statut toujours aussi mal assuré, nous font penser l’organisation comme une création ininterrompue de nouveau, de sens, de vivant, entre et à partir de deux formes de morts, entre le cristal et la fumée.

                            Contextes d’une méditation sur un vivant qui déborde la biologie : les sciences de la nature, l’expérience de l’identité et de la pensée juives, la vie et la mort : biologie ou éthique ?


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 17:54

                            Freud n’a pas choisi l’heure de sa mort par hasard : un 23 septembre. LA GRANDE TRIBULATION.https://www.messagescelestes-archives.ca/grand-signe-de-saint-jean-23-septembre-2017/. Cela fera bientôt 40 ans,.... 


                            • Jean Nébavet 4 septembre 2018 18:50
                              La psychanalyse est fondée sur des cas cliniques , il y a eu exactement 61 cas observés par Freud .

                              Une étude postérieure a été faite sur les 61 cas répertoriés par Freud , aucun d’entre eux n’a eu de guérison , même les cas ont empirés avec suicide .

                              Résultat aucun pays au monde n’utilise plus la psychanalyse , sauf la France et l’Argentine .

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 18:58

                                Je remercie la varicelle, la rougeole et le oreillons qui m’ont sauvé la vie. J’avais enfin le droit de lire, ma passion : PILOTE, La bibliothèque verte,....et rêver en transformant mon lit en théâtre avec des marionnettes,...


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 septembre 2018 19:00

                                  Et puis, la fièvre, c’est très agréable. On fait des rêves étranges, inhabituels. Lire la « MONTAGNE MAGIQUE » de Thomas Mann,...


                                  • tiers_inclus tiers_inclus 4 septembre 2018 19:09

                                    La ficelle est grosse.
                                    Décrier le scientisme ne rendra pas la psychanalyse acceptable Scientifiquement.

                                    C’est seulement un déplacement de la controverse. Pas de chance mais c’est la Science qui rejette la psychanalyse au nom d’un principe épistémologique popperien, mais aussi par le refus de la psychanalyse de se soumettre à l’évaluation objective, et lorsqu’on dispose de données on ne trouve rien de convaincant.

                                    D’où le renforcement des thérapies comportementales, plus crédibles, plus efficientes, lorsque la substitution est envisageable.

                                    Et puis l’éternelle manipulation autour de l’inconscient. Plus personne ne doute de processus inconscients, la Science les a mêmes objectivés. Ce qui est plus contestable, c’est l’aptitude de nos gourous psychanalystes à les pénétrer. Ici aussi vous faîtes un déplacement celui du doute vers le déni.

                                    Enfin s’associer parmi les prétendus persécutés avec l’homéopathie, la phytothérapie, les thérapies énergétiques n’a qu’un but : agréger des soutiens implicites alors que les motifs de rejet controversables selon les cas sont pourtant distincts.

                                    De l’amalgame pour un front commun qui n’a pas lieu d’être si ce n’est de s’attirer démagogiquement des faveurs.


                                    • Le Vautre Oméga Vertagus 4 septembre 2018 21:39

                                      @tiers_inclus Si vous aviez lu mon article, je ne dis pas que les scientistes ont « tort ». Je dis que les scientistes s’opposent à la psychanalyse pour une question de pouvoir – la (non-)scientificité de la psychanalyse est un élément secondaire au débat.


                                    • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 2018 12:37

                                      @Vertagus. Les incroyants ont tort. L’église freudienne a raison...
                                      Je n’ai consacré que deux entrées aux impostures de cette église dans le Musée des impostures.

                                      Seulement deux, parce que la vie est brève.

                                    • tiers_inclus tiers_inclus 5 septembre 2018 12:41

                                      @Vertagus

                                      Je vous ai bien lu et je crois bien compris.
                                      Vous opposez scientisme et psychanalyse, deux « religions » (pour faire vite, et je suis d’accord pour considérer le scientisme comme une religion), dans une confrontation de pouvoir ce qui n’a rien de particulier si l’on examine l’histoire des luttes religieuses. On pourrait retourner la question et chercher quel pouvoir la psychanalyse a voulu s’approprier. Croyance contre croyance.
                                      Mais vous concluez :

                                      "Comme il a été dit, c’est une opposition purement politique ; la nouvelle façade du combat idéologique entre les pensées matérialiste et spiritualiste. 

                                      De là, la « question de la science », de la scientifité, est presque incongrue."

                                      Et ce n’est pas neutre. Car la scientificité (non scientiste) ne se fourvoie pas dans l’antagonisme matérialisme vs spiritualité. Seuls les scientistes se fanatisent sur l’explication matérialiste.
                                      C’est confondre condition nécessaire et suffisante.
                                      La Science peut rejeter une croyance, sans pour autant remplacer le vide laissé par ce rejet.
                                      C’est un progrès, un petit pas sur un long chemin.
                                      Donc la scientificité n’est pas incongrue, bien au dessus des querelles entre fidèles.


                                    • Le Vautre Oméga Vertagus 5 septembre 2018 18:47

                                      @tiers_inclus Vous n’avez pas compris. La question de la scientificité est incongrue, non pas parce que les scientifiques ont tort en critiquant la psychanalyse, mais parce que le premier motif d’opposition à cette dernière est le pouvoir.


                                    • tiers_inclus tiers_inclus 6 septembre 2018 00:16

                                      @Vertagus

                                      Le rejet de l’inefficacité a-t-il besoin d’un autre motif que l’inefficacité ? Ce motif du pouvoir que vous posez à priori (en récupérant le scientisme) inverse le processus causal car ce sont les impostures comme la psychanalyse qui ont nourri le scientisme. Vous avez subtilement inversé conséquence et cause en bon disciple.


                                    • Alcastor 5 septembre 2018 08:11

                                      Le problème qui me paraît le plus crucial, c’est que les scientifiques les plus rationnels, les plus exigents que vous « critiquez » sont ceux auxquels on doit tout. Les progrès techniques, ceux de la médecine, ceux du bien-être...
                                      On peut évidemment croire aux salades que sont l’homéopathie et la psychanalyse, mais qu’ont-elles produit ces pseudo-sciences mis à part du verbiage et de l’inconsistance ?
                                      Je trouve que les scientistoméopsychanalogues devraient avoir l’élégance de renoncer à communiquer par le biais du numérique et du web que l’on doit à une chaîne immense de matérialistes rationnels et continuer à communiquer leurs idées au monde avec les instruments que les spiritualistes sont en mesure de fabriquer : le parchemin, la plume d’oie, l’encre de seiche et le sable....

                                      Alain Colignon
                                      Chirurgie


                                      • Le Vautre Oméga Vertagus 5 septembre 2018 18:48

                                        @Alcastor Il ne faut pas être superficiel. Les bienfaits de la psychanalyse sont de l’ordre psychique.


                                      • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 2018 09:38

                                        Touche pas mon cerveau ....


                                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 2018 18:56

                                          Il faut accepter que la psychanalyse ne convient pas à tout le monde. Impossible de généraliser. Mais pas non plus une raison pour écarter une dimension différente de l’approche thérapeutique. Certains si sentent comme des poisson dans l’eau (et c’est le cas de le dire, il faut beaucoup d’eau dans son thème astral) et d’autre complètement out.... Mais l’éliminer serait la plus grande preuve que nous sommes en dictature ;


                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 2018 19:53

                                            La réussite d’une psychanalyse dépend uniquement de l’envie du patient de guérir. Il n’y a pas de bon ou de mauvais psys. Simplement de mauvaises rencontres,... 


                                            • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 2018 19:56

                                              @Mélusine etc. Combien faut-il de psykas pour change une ampoule ?

                                              Un seul suffit, à condition que l’ampoule soit extrêmement désireuse de se changer toute seule.

                                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 2018 20:29

                                              @JC_Lavau


                                              De toute façon en ce qui vous concerne, c’est assez clair. Les autres sont responsables de tous vos problèmes. Moi, parfait. Le médecin (actuel, pas à l’ancienne) est juste un bon ou mauvais garagiste. L’important étant que la voiture fonctionne. Ce qui vu de l’extérieur est déclaré être une guérison. 

                                            • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 2018 20:35

                                              @Mélusine etc. A en juger par le résultat, ton garagiste est très très très mauvais.


                                            • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 2018 22:26

                                              Mélusine etc,. en perverse accomplie, naturellement complice des autres pervers, ruse pour dénier l’existence de la perversité, des tortionnaires et des pervers.

                                               
                                              « Ma Dalton », alias ma petite soeur, avait déjà multiplié ce genre de ruses perverses, aussi l’avantage de la surprise est un peu éventé.
                                               
                                              En 1998, Ma Dalton trouvait extrêmement profitable mon drame conjugal, donc drame familial intégral. Elle voyait là l’occasion à exploiter, pour reprendre le contrôle idéologique de son frangin. Puis faire valoir auprès de Madame Mère qu’une telle reprise de contrôle méritait de nouvelles récompenses matérielles pour elle, à mes dépens. J’ai donc été soumis à un martèlement idéologique :
                                               
                                              « Et puis d’abord, tu n’as pas le droit d’ouvrir la bouche, car tu n’as même pas été psychanalysé ! ». 
                                               
                                              « C’est bien fait pour ta gueule, non ? T’avais qu’à pas la choisir, cette Gazonbleu là !
                                              - Hé mais pardon, ce n’est pas moi qui l’ai choisie. J’ai au contraire protesté que nous ne nous convenions pas du tout.
                                              - C’est bien ce que je disais ! C’est bien ta faute, car tu l’as acceptée sans qu’elle te mette un pistolet dans la nuque ! Donc c’est entièrement de ta faute ! 
                                               ». 
                                               
                                              « M’enfin Jacques ! Kestatan pour avouer que l’inconscient est omniscient ? Kestatan pour avouer que tout escroqué était en profonde complicité avec l’escroc, que tout volé était en profonde complicité avec le voleur (ou la voleuse), et est donc le véritable coupable du vol qu’il a subi ? » 

                                              On ne s’étonnera donc pas, que Ma Dalton ait été si violemment irritée d’apprendre que votre serviteur ait osé expérimenter, et ait eu la « traitrise » de tendre à Gazonbleu une expérience neutre et ambiguë, où elle pourrait donner libre cours à ses procès d’intentions. Hé oui, expérimenter pour en avoir le coeur net, c’est ne plus avoir 100% confiance dans les accusations et les insultes de sa chère épouse...
                                               
                                              Retenez cet enseignement : Toute expérimentation soigneuse et honnête risquerait de mettre tel ou tel dogme en péril. Donc l’expérimentation dont on ne puisse truander le résultat à l’avance, est un acte de persécution intolérable envers le Dogme.
                                               
                                              Gardes ! Saisissez-moi ce Jacques, ce mécréant, cet infidèle ! Coupez lui la langue, et hop ! Sur le bûcher !

                                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 2018 20:34

                                              Il faut au moins savoir trois choses : un psychanalyste ne vous trouvera, ni un emploi, ni l’homme ou la femme de votre vie, ni la manière de gagner au loto. Le médecin d’ailleurs, non plus. La guérison commence d’ailleurs quand vous prenez conscience que le problème vient de votre propre histoire. La moitié du travail est alors entamé.


                                              • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 2018 20:48

                                                @Mélusine etc. Telle que la mythologie de l’Affreux Do est pratiquée dans cette église, elle est une forte assistance au revenu du grand prêtre, une collection de ruses pour entourlouper le confiant naïf, et une imposture sanglante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès