• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Halte au sabotage thérapeutique : ouvrons le portefeuille vaccinal à (...)

Halte au sabotage thérapeutique : ouvrons le portefeuille vaccinal à Spoutnik V !

La Vie est belle ! Protégeons-là et vivons-là !

Sachant que d’un côté Spoutnik V est efficace alors que de l’autre côté de très sérieuses questions se posent quant aux vaccins « agréés », pourquoi ne pas ouvrir le portefeuille en accueillant le vaccin russe, diffusé dans le monde entier ?

Pourquoi nous prive-t-on d'une chance de préserver nos vies ?

JPEG

Qui se rappelle de cette date du 12 avril 1955 lorsque le Dr Jonas Salk[i] publiait les résultats de ce qui allait devenir le premier vaccin contre la poliomyélite, confirmant alors l’efficacité de son traitement. ?

Qui se rappelle qu’afin d’en faire profiter l’humanité, et de le diffuser largement pour le plus grand bien commun, ce chercheur américain refusa de faire breveter son vaccin, se privant volontairement de ce qui lui aurait apporté une fortune, sinon la fortune financière en plus de la célébrité méritée ?

Que voyons-nous aujourd’hui sinon une lamentable et criminelle discussion sur la possibilité ou l’interdiction de permettre à des pays pauvres de bénéficier des brevets de spécialité vaccinales, même si l’on peut comprendre les réticences de certains industriels[ii] ?

Si la poliomyélite est aujourd’hui quasi-éradiquée, la maladie fait toujours peur. Et pour cause puisqu’elle frappe principalement les enfants de moins de 5 ans, envahit le système nerveux, entraîne une paralysie dans un cas sur 200, et provoque la mort par arrêt des fonctions respiratoires chez 5 à 10 % des personnes paralysées. S’il est possible aujourd’hui de se faire vacciner contre la poliomyélite, une fois déclarée la maladie est incurable et son évolution ne prend que quelques heures.

Imagine-t-on (mais la question est à mes yeux valable pour n’importe quelle autre maladie aussi épouvantable), qu’un Etat, des « autorités de santé », des « comités scientifiques », bref, tout ce qui dispose d’un pouvoir décisionnel, pourraient dire à une population menacée et déjà gravement touchée : « Désolés, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, les circonstances géopolitiques et nos engagements industriels et financiers sont tels - même si les détails demeurent secrets et ne vous regardent en aucun cas -, que non seulement vous serez fortement incités à vous faire vacciner sinon vos libertés de vie, d’aller et venir seront restreintes sinon interdites à l’aide de passeports spécifiques (alors qu’il existe déjà des carnets de vaccination) , mais encore vous ne disposerez que d’un choix vaccinal limité, effectué par nos soins, imposé que cela vous plaise ou non, et cela peu importe qu’il puisse exister ailleurs un autre vaccin qui se révèlerait lui aussi efficace, sinon plus que les nôtres, sans danger, puisque c’est celui de « l’Ennemi ? »

Nous y sommes en plein avec la foire aux vaccins anti-Covid-19 avec leurs déclinaisons déjà prévues pour les années à venir sous forme d'un formidable marché de nouvelles spécialités améliorées en même temps que des immanquables rappels à effectuer de manière fortement suggérée, sur fond de tiroir-caisse.

Comment ne plus voir, sauf à être cynique, la monstruosité de ce monde qui se met insidieusement en place alors que tout pourrait s'effectuer sous le sceau de la simple honnêteté politique, médicale, respectueuse de l'être humain et de la santé publique, au nom du bien-être commun ?

Réalise-t-on bien - pour prendre une image frappante dans sa simplicité monstrueuse -,ce que représentent comme source de deuil et d'affliction les 300 décès du COVID-19 qui frappent quotidiennement notre pays ? Comme si nous apprenions la chute quotidienne de deux avions commerciaux Airbus A-320, dont la capacité d'emport passagers est de 174 sièges...

On se souvient que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait pourtant salué l'annonce de l’entrée de la Russie dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

"La Fédération de Russie a déjà prouvé qu'elle pouvait développer des vaccins robustes et fiables", avait souligné le Belge Hans Kluge, directeur Europe de l'Organisation. "Nous avons besoin d'élargir notre portefeuille de vaccins", avait-t-il ajouté, la Russie indiquant de son côté pouvoir fournir de quoi vacciner 50 millions d'Européens.

Une étude publiée le 2 février 2021 dans la revue médicale The Lancet[iii] avait évalué l'efficacité[iv] du Spoutnik V contre les formes symptomatiques du Covid à 91,6%, un résultat exceptionnel, pour un vaccin qui de surcroît est plus facile à conserver et à transporter que ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna, pouvait-on lire.

 

I- Ce n'est pas prévu dans le portefeuille européen ? Hé bien, puisque nous sommes en France, ouvrons-nous même le portefeuille et l'éventail en faisant notre propre choix !

 

La Commission européenne ayant déclaré qu'il n'y avait pas de négociation en cours en vue d'acheter des doses du vaccin russe et que son approbation éventuelle n’aurait pas d'impact sur cet état de fait, le porte-parole de la Commission, Éric Mamer, avait renchéri en faisant valoir que : "Le seul fait qu'un vaccin soit approuvé au niveau européen (...) ne signifie pas qu'il y aurait quelque obligation que ce soit pour la Commission de l'inclure à notre portefeuille".

Question : pour quelle raison ?

Question : qu’avons-nous à faire des états d’âme, des intérêts et des choix de la Commission, laquelle est en réalité parfaitement étrangère aux préoccupations de chacun en France ?

Question : allons-nous longtemps encore subir les interdictions et prises de position d’un commissaire européen « chargé du Marché intérieur » qui adopte une position de parti pris et de refus d’ouverture à la concurrence, précisément (!), laissant l’impression que l’agence européenne d’évaluation du médicament avance avec le pied sur le frein dans l’évaluation du vaccin Sputnik V ? Pourquoi ne pas tenir compte du fait que ce vaccin pourra être livré en Europe dès son approbation par l’Agence européenne du médicament ?

https://fr.sputniknews.com/europe/202104201045498628-le-spoutnik-v-pourra-etre-livre-en-europe-le-jour-de-son-approbation-par-lema-assurent-ses/

Question : le vaccin Sputnik V contiendrait-il un stock de particules soviétiques résiduelles présentant un danger tel que son AMM et son utilisation puissent être interdites, proscrites en Europe et surtout en France auprès d’une population abrutie et apeurée par une propagande anti-Russe telle qu’elle serait prête à prendre le risque de se limiter dans des choix thérapeutiques pour surtout éviter de prêter le flanc à « la propagande de la géopolitique du vaccin du très vilain M. Poutine » ?

Soyons sérieux.

Fin mars 2021, les concepteurs du Spoutnik V du célèbre et très sérieux Institut Gamaleya, avaient appelé M.Emmanuel Macron à ne pas faire des vaccins une affaire politique. Ce dernier avait évoqué une « guerre mondiale d’un nouveau genre » face aux « velléités russes et chinoises d’influence par le vaccin ». Dans un même temps, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait qualifié le Spoutnik V de « moyen de propagande ».

Tristes et pitoyables personnages confrontés à un événement qui les dépasse complètement.

Un mois plus tôt, le chef de l’État avait pourtant déclaré sur le plateau de TF1 qu’il ne s’opposait pas à l’utilisation du vaccin russe en France. Il avait même envoyé, fin novembre, une délégation scientifique au Centre Gamaleïa (développeur du Spoutnik V) de Moscou afin de l’évaluer. « Le vaccin Spoutnik V vaut la peine d'être considéré », en avait conclu la cheffe de la mission, Marie-Paule Kieny.

Et depuis, qu’en est-il ? Silence radio ?

Pourquoi nous prive-t-on d'une chance de préserver nos vies ?

Nous n'avons que faire d'instances de l'UE qui dictent nos choix de vie et de préservation de nos existences au nom des intérêts financiers d'une industrie pharmaceutique trop heureuse d'expérimenter ses spécialités sur une population cobaye livrée par des dirigeants qui n'ont que faire du bien commun, de la santé publique et de l'intangibilité du respect de la vie humaine.

 

II- Interdiction d'exportation ? Au nom de quoi ?

 

À ce jour, les seuls vaccins dont on entend parler au niveau européen sont ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Novavax et CureVac.

Quid de Sputnik V ?

Allons-nous nous longtemps encore nous priver d’un avantage alors qu’une étude très sérieuse telle que celle publiée par un analyste remarquable sur le site Les Crises, montre ce qu’il en est de la situation exacte de l’épidémie en Europe et en France ?

https://www.les-crises.fr/covid-19-la-politique-non-raisonnable-de-macron-par-olivier-berruyer/

Allons-nous longtemps encore accepter les décisions d’une Institution composée d’inconnus pour le grand public, non élue, non représentative et qui se permettrait de décider, orienteret imposer des choix de santé publique en France-même ?

Comment se fait-il qu’un pays comme la France ne réagisse pas face à des vaccins dont on connaît les dangers réels au point que certains pays comme le Danemak avec le produit Johnson &Johnson en ont suspendu ou restreint l’usage, et l’on continuerait à les utiliser pour « liquider » les doses d’Astra Zeneca qui n’ont pas trouvé preneur en ouvrant les vaccinations à des classes d’âge de plus en plus jeunes, ou en poussant plus loin la couverture, tel Pfizer qui commence à tester son vaccin sur des enfants de 6 mois à un an[v] ?

 

III- Inanité du « principe de précaution » devenu principe de convenance selon les intérêts qui sont étrangers à la santé publique.

 

On rappellera aici les propos de la présidente du conseil de direction de l'EMA ( Agence Médicale Européenne, en Français) , Christa Wirthumer-Hoche,qui avait "déconseillé" aux pays membres de l'UE d'autoriser en urgence le Spoutnik V, invoquant (défense de rire !) des "données insuffisantes à ce stade sur les effets secondaires"...oubliant ce qu'il en est des données et effets secondaires des vaccins Astra Zeneca et autres :

"C'est un peu comparable à la roulette russe", avait-t-elle déclaré, interrogée sur la chaîne de télévision autrichienne ORF.

"Pour le moment, nous n'avons pas de données sur les effets secondaires concernant les personnes vaccinées", a-t-elle souligné, invitant les pays à attendre le feu vert du régulateur européen.

Christa Wirthumer-Hocheqqui a dit "regretter" que sa déclaration ait été comprise "de manière erronée", dans un communiqué transmis par l'Agence autrichienne pour la Santé et la Sécurité alimentaire, dont dépend la responsable.

"La déclaration du Dr. Christa Wirthumer-Hoche en rapport avec l'expression "roulette russe" (...) faisait référence au fait qu'utiliser un vaccin à grande échelle sans connaître suffisamment les données sur la sécurité, la qualité et l'efficacité relèverait de la négligence", indique le communiqué.

"Nous tenons à souligner que la déclaration ne faisait pas référence à la sécurité, à la qualité et à l'efficacité du vaccin "Spoutnik V", a-t-il souligné.

Dont acte. Mais alors à quoi faisait-elle référence ? Et où en est-on précisément ?

Surtout, que fait-on du supposé « principe de précaution » lorsqu’un public restreint (et pour cause) découvre les réticences développées avec une précision scientifique qui mériterait un véritable débat par un centre indépendant d’évaluation des médicaments ?

Sachant que d’un côté Sputnik V est efficace alors que de l’autres de très sérieuses questions se posent quant aux vaccins « agréés » (cf. supra "le fait qu'utiliser un vaccin à grande échelle sans connaître suffisamment les données sur la sécurité, la qualité et l'efficacité relèverait de la négligence") , pourquoi ne pas dès lors ouvrir le portefeuille en accueillant le vaccin russe, diffusé dans le monde entier ?

Pourquoi ne pas prendre exemple sur l'Italie qui a su accueillir le fonds souverain russe (RDIF) à l'origine du succès du vaccin pour en assurer la fabrication sur le territoire français et produire nous aussi dix millions de doses ?

https://www.latribune.fr/economie/international/avec-le-vaccin-spoutnik-v-certains-pays-europeens-jouent-a-la-roulette-russe-selon-l-ema-879558.html

 

IV- Pourquoi ne pas agir de la sorte en tenant compte du fait qu'il est probable, sinon possible, que le principe de précaution pourrait bien s'avérer n'être qu'une sinistre et mortelle plaisanterie au vu de ce qui suit ?

 

Le Centre français d’évaluation des médicaments demande le retrait des quatre vaccins COVID largement utilisés

Selon le CTIAP, tous les vaccins ont été mis sur le marché et utilisés activement sur des êtres humains avant que la « preuve de qualité de la substance active et du produit fini » ne soit produite.

Par Jeanne Smits

Global Research, 26 avril 2021

LifeSiteNews 22 avril 2021

 

Un centre régional indépendant d’évaluation des médicaments, le CTIAP (Centre territorial d’Information indépendante et d’Avis pharmaceutiques) , qui est lié à l’hôpital public de Cholet dans l’ouest de la France, a récemment publié un rapport[vi] montrant que les vaccins utilisés contre le COVID n’étaient pas soumis uniquement à des essais cliniques insuffisants, mais que la qualité des substances actives, leurs « excipients, dont certains sont nouveaux », et les procédés de fabrication posent problème. « Ces nouveaux excipients doivent être considérés comme de nouvelles substances actives », a déclaré l’équipe de l’hôpital de Cholet, dans une étude qui, selon eux, soulève des questions qui n’ont pas été commentées à ce jour.

L’équipe dirigée par le Dr Catherine Frade, pharmacienne, a travaillé sur des données publiques publiées par l’EMA concernant les injections de Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson), et sa première mise en garde était que tous ces produits ne sont que temporaires autorisations de mise sur le marché. Ils font tous l’objet d’études complémentaires allant jusqu’en 2024 et même au-delà, et il sera presque impossible de les terminer en raison de la manière dont les vaccins sont actuellement distribués, indique le rapport CTIAP.

Ces études incluent même la stabilité et la comparabilité des lots de vaccins mis sur le marché ainsi que la qualité et la sécurité des excipients – substances formulées avec l’ingrédient actif d’un médicament pour faciliter ou améliorer leur absorption.

Selon le CTIAP, tous les vaccins ont été mis sur le marché et utilisés activement sur l’être humain avant que la « preuve de qualité de la substance active et du produit fini » ne soit produite : tous les laboratoires de fabrication ont obtenu des échéances futures pour soumettre leurs études dans ce ce qui concerne.

Les auteurs du rapport considèrent que les « variabilités, qui affectent le cœur même du produit, pourraient même invalider les essais cliniques menés » dans les mois et années à venir.

Ils vont jusqu’à déclarer :

« La prudence imposerait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre le COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » doivent être retirés immédiatement ; et que ces AMM qui ont été accordées devraient être suspendues, voire annulées, de toute urgence jusqu’à nouvel ordre. »

Voici ci-dessous la traduction de travail complète de LifeSite du rapport du 2 avril du CTIAP :

Peut-on imaginer lancer une ligne de fabrication automobile et mettre des véhicules sur la route, malgré les incertitudes relevées dans les documents officiels publiés ? Ces incertitudes sont liées à la qualité des pièces composant le moteur et les différentes autres pièces, y compris celles liées à la sécurité, au processus de fabrication, à la reproductibilité des lots commercialisés, etc.

Dans le domaine des médicaments (y compris les vaccins), l’acte pharmaceutique de « libération » du produit fini (un produit autorisé destiné à la vente) constitue la dernière étape de contrôle qui précède la mise en circulation de ces produits à la population. Cette étape clé de « libération » est sous la responsabilité pharmaceutique des fabricants.

Suite à ses précédentes analyses, le CTIAP du Centre Hospitalier de Cholet a une nouvelle fois révélé au public, et probablement de manière inédite et exclusive, de nouvelles informations vitales concernant les quatre vaccins suivants contre le COVID-19 : celui du laboratoire BioNTech / Pfizer ; celui du laboratoire Moderna ; celui du laboratoire Astra Zeneca ; celui du laboratoire Janssen.

Ce travail a été rendu possible grâce à la précieuse contribution du Dr Catherine Frade, pharmacienne et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique. Elle nous a gracieusement fourni une alerte écrite et documentée.

Dans ce document , elle met en lumière des données extraites, le 22 mars 2021, de l’ AMM elle-même ; une MA qualifiée de « conditionnelle ». Elle a extrait « des données sources difficiles à identifier par quelqu’un qui ne travaille pas sur le terrain ». Ces données sont donc publiques et vérifiables. Tout d’abord, il faut noter que l’auteur de ce document ne travaille plus dans l’industrie pharmaceutique ; elle déclare : « Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai aucun conflit d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. » C’est donc avec son accord que le CTIAP entend mettre à disposition du public, des professionnels de santé, des décideurs… une analyse de certaines de ces données que tous doivent lire attentivement.

Cette réflexion présente d’abord ce qu’est une MA « conditionnelle » (I). Ensuite, il rappelle que les études de ces vaccins ne sont pas complètes, puisqu’elles vont de « 2021 à au moins 2024 » (II). Ensuite, il révèle, de manière inédite et exclusive, que les documents officiels, publiés par l’Agence européenne des médicaments (EMA), soulignent l’insuffisance des preuves concernant également la « qualité » de la « substance active » et des « excipients , »Du« procédé de fabrication », de la« reproductibilité des lots »commercialisés, etc. (III). Enfin, cette analyse propose une conclusion.

I – Tout d’abord, il est important de comprendre ce qu’est une AMM « conditionnelle »

Une AMM est à un médicament ce qu’un document d’immatriculation automobile est à une voiture. L’AMM est accordée lorsqu’un médicament a prouvé sa qualité, son efficacité et son innocuité ; avec un rapport bénéfice / risque positif : c’est-à-dire qu’il présente plus de bénéfices que de risques. L’obtention de cette AMM est la condition essentielle pour qu’un laboratoire pharmaceutique puisse vendre tout médicament, y compris les vaccins.

Ici, dans le cas de ces vaccins contre le COVID-19, les quatre AMM délivrées sont des AMM dites « conditionnelles ». Ils sont temporaires. Ils ne sont valables que pendant un an, car ils ont été obtenus sur la base de « données incomplètes ». Pour obtenir une AMM standard de 5 ans, les laboratoires concernés doivent fournir des dossiers complétés par « des études en cours et des études prévues pour les années à venir ». Tout au long de « ce développement », un suivi rapproché et coordonné entre les laboratoires de fabrication et les autorités sanitaires est organisé à travers des échanges réguliers. L’EM « conditionnelle » est « réévaluée chaque année » en fonction de la contribution et de l’analyse critique des données complémentaires fournies et collectées pendant une année complète.

Cette AMM « conditionnelle » est une AMM européenne. Il a été obtenu grâce à la procédure accélérée centralisée. Il permet une commercialisation simultanée dans les 30 pays suivants (Union européenne et Association européenne de libre-échange) : Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède.

Les études concernant ces quatre vaccins sont donc toujours en cours.

II – Deuxièmement, les études prévues sont toujours en cours et s’échelonnent sur une période allant de « 2021 à au moins 2024 »

Toutes les études soumises lors de la demande d’AMM sont résumées dans l’EPAR (rapport européen public d’évaluation). Ce rapport est publié sur le site Internet de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Les études prévues, non encore achevées, sont également incluses.

Irlande : objectif vaccinal hebdomadaire réduit de 30000 doses en raison d’une pause de précaution dans l’utilisation d’AstraZeneca

Ce calendrier, qui « s’étend de 2021 à au moins 2024 », selon le vaccin COVID-19 concerné, est défini dans les « annexes » de l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle et dans les EPAR publiés.

A titre d’exemple, le vaccin BioNTech / Pfizer a reçu cette AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Et la date limite de dépôt de la « confirmation » de l’efficacité, de l’innocuité et de la tolérabilité de ce vaccin est « décembre 2023 ».

Le vaccin Moderna a obtenu l’autorisation de mise sur le marché le 6 janvier 2021. La date limite de dépôt de la « confirmation » de l’efficacité, de l’innocuité et de la tolérabilité du vaccin est « décembre 2022 » au plus tôt.

Le vaccin d’AstraZeneca a obtenu l’autorisation de mise sur le marché le 29 janvier 2021. La date limite de dépôt de la « confirmation » de l’efficacité, de l’innocuité et de la tolérabilité du vaccin est « mars 2024 ».

Le vaccin Janssen a obtenu une autorisation de mise sur le marché européenne conditionnelle le 11 mars 2021. La date limite de soumission de la « confirmation » de l’efficacité, de l’innocuité et de la tolérance du vaccin est le « décembre 2023 ».

Cependant, à ce jour – et c’est sans aucun doute là que réside la révélation sans précédent et exclusive de cette étude – une autre échéance a été fixée pour ces quatre vaccins. Cette échéance ne concerne plus uniquement les essais cliniques en cours, mais aussi la « preuve de qualité de la substance active et du produit fini » elle-même : c’est-à-dire la qualité intrinsèque (le cœur) du produit vendu et administré à des millions de personnes.

III – Troisièmement, et cela semble inédit, les documents officiels publiés soulignent également le caractère incomplet des preuves concernant la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », le « procédé de fabrication », la « reproductibilité des lots ”Commercialisé, etc.

La date limite pour soumettre des preuves supplémentaires sur la « qualité » de la « substance active » et du « produit fini » (c’est-à-dire le vaccin autorisé et vendu) est fixée pour :

  1. « Juillet 2021 » pour BioNTech / Pfizer ;
  2. « Juin 2021 » pour Moderna ;
  3. « Juin 2022 » pour Astra Zeneca ;
  4. « Août 2021 » pour Janssen.

En effet, pour ces 4 vaccins, le paragraphe E, « Obligation spécifique concernant les mesures post-autorisation pour l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », tiré de l’annexe II de l’AMM, indique clairement ce qui suit :

Pour le vaccin BioNTech / Pfizer (pages 18-19)

D’ici « mars 2021 », le laboratoire doit fournir des « données de validation supplémentaires » pour « confirmer la reproductibilité du processus de fabrication du produit fini ».

D’ici « juillet 2021 », le laboratoire doit fournir les informations manquantes à :

  1. « Achever la caractérisation de la substance active et du produit fini ; »
  2. « Renforcer la stratégie de contrôle, y compris les spécifications de la substance active et du produit fini » afin « d’assurer la qualité constante du produit ; »
  3. « Fournir des informations supplémentaires concernant son processus de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0315 » et « d’assurer le contrôle de la qualité et la reproductibilité d’un lot à l’autre tout au long du cycle de vie du produit fini ; »
  4. et avant le « décembre 2023 » et « afin de confirmer l’efficacité et l’innocuité » de ce vaccin, la société « soumettra le rapport final de l’étude clinique pour l’étude randomisée, contrôlée par placebo et à l’aveugle (étude C4591001).

Pour le vaccin Moderna (page 15)

Le laboratoire doit fournir les informations manquantes à :

  1. « Compléter la caractérisation des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (date limite « janvier 2021 ») ;
  2. Confirmer la reproductibilité du processus de fabrication de la substance active et du produit fini (tailles initiale et finale des lots) (date limite « avril 2021 ») ;
  3. « Fournir des informations supplémentaires sur la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications de la substance active et du produit fini après une pratique industrielle plus longue » dans le but de « garantir une qualité constante du produit » (date limite « juin 2021 ») ;
  4. « Soumettez le rapport d’étude final pour l’essai clinique randomisé, contrôlé par placebo et en aveugle pour l’observateur de l’ARNm-1273-P301 » pour « confirmer l’efficacité et l’innocuité du vaccin COVID-19 Moderna » (d’ici décembre 2022).

Pour le vaccin Astra Zeneca (pages 14-15)

Le laboratoire doit soumettre les informations manquantes afin de :

  1. « Fournir des données de validation et de comparabilité supplémentaires et lancer des essais supplémentaires » dans le but de « confirmer la reproductibilité des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (d’ici « décembre 2021 ») ;
  2. « Fournir l’analyse principale (basée sur le seuil des données du 7 décembre (après le verrouillage de la base de données) et l’analyse finale des études pivots combinées » pour « confirmer l’efficacité et l’innocuité du vaccin COVID-19 AstraZeneca » (date limite « 5 mars, 2021 »(pour l’analyse principale) et« 31 mai 2022 »(pour l’analyse combinée) ;
  3. « Soumettre les rapports finaux des études cliniques contrôlées randomisées COV001, COV002, COV003 et COV005 » pour « confirmer l’efficacité et l’innocuité du vaccin COVID-19 AstraZeneca » (échéance le « 31 mai 2022 ») ;
  4. « Fournir des données supplémentaires concernant la stabilité de la substance active et du produit fini et réviser les spécifications du produit fini après une pratique industrielle intensive » afin de « garantir une qualité constante du produit » (date limite « juin 2022 ») ;
  5. « Soumettre la synthèse et les résumés de l’analyse primaire et le rapport final de l’étude clinique pour l’étude D8110C00001 » pour « confirmer l’efficacité et l’innocuité du vaccin COVID-19 AstraZeneca chez les personnes âgées et chez les sujets atteints d’une maladie sous-jacente » – attendu le « 30 avril 2021 »(Pour l’analyse primaire) et« 31 mars 2024 »(pour le rapport d’étude final).

Pour le vaccin Janssen (page 18)

Le laboratoire doit soumettre les informations manquantes à :

  1. « Fournir des données supplémentaires de comparabilité et de validation » pour « confirmer la reproductibilité du processus de fabrication du produit fini » (date limite « 15 août 2021 ») ;
  2. Soumettre le rapport final de l’étude clinique randomisée, contrôlée par placebo et en simple aveugle VAC31518COV3001 pour « confirmer l’efficacité et l’innocuité du vaccin COVID-19 Ad26.COV2.S » d’ici le 31 décembre 2023.

Ces faits nous permettent de proposer une conclusion.

Conclusion

Pour ces raisons, qui ne sont pas exhaustives, il s’est avéré utile de rechercher et de lire le contenu du paragraphe E : « Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, correspondant à chacun de ces 4 vaccins contre le COVID-19.

L’insuffisance de l’évaluation ne concerne pas seulement les essais cliniques (études menées chez l’homme (femmes et hommes)), mais aussi la qualité de la substance active, les excipients, dont certains sont nouveaux, le procédé de fabrication et les lots libérés et administré aux humains dans plusieurs pays du monde.

Par ailleurs, ces nouveaux excipients doivent être considérés comme de nouveaux principes actifs, et ainsi faire l’objet d’un dossier d’évaluation complet similaire à celui requis pour un nouveau principe actif.

Changer le nom commercial de l’un de ces vaccins, comme cela a été récemment annoncé pour le vaccin AstraZeneca en particulier, ne peut être considéré que comme un agencement cosmétique de l’image du produit à des fins marketing (gagner une nouvelle confiance du public, relancer les ventes). Il ne répondrait pas aux questions soulevées concernant la qualité, l’efficacité et la sécurité du produit. C’est l’une des techniques usuelles utilisées pour maquiller (dissimuler) certaines caractéristiques indésirables du produit concerné. C’est une technique qui a été utilisée pour présenter d’autres médicaments sous le meilleur jour possible.

Comme déjà évoqué, dans le domaine des médicaments (y compris les vaccins), la « libération » du produit fini (destiné à la vente) est la dernière étape du contrôle (de qualité et donc de sécurité) avant de mettre ces produits à la disposition de la population.

Cette étape clé de « libération » des lots relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants. Cependant, la responsabilité des utilisateurs (institutions et professionnels de santé notamment) peut également être engagée.

À notre avis, ces études cliniques n’auraient jamais dû commencer avant que la qualité intrinsèque du produit fini et son processus de fabrication aient été pleinement maîtrisés ; avant que les formules de ces vaccins aient été stabilisées.

Comment comparer les résultats de ces essais cliniques, menés à l’échelle mondiale, si le vaccin administré peut varier d’une fabrication à l’autre, d’un lot à l’autre, d’une région à l’autre ?

Ces variabilités, qui affectent le cœur même du produit, pourraient même invalider les essais cliniques menés.

Même en cas d’urgence sanitaire, il nous est donc difficile de comprendre la base de l’AMM (AMM) qui a été accordée à ces vaccins COVID-19.

Outre les incertitudes liées au COVID-19, il y a aussi les approximations liées à l’utilisation et à la qualité intrinsèque de ces vaccins. Désormais, deux problèmes devront être gérés au lieu d’un.

La manœuvre semble subtile. Les informations utiles sont disponibles dans les documents officiels publiés dans le cadre de l’AMM ; mais ces données ne sont pas rendues visibles par le discours officiel. Il semble que ce dernier ait seulement essayé de présenter ces produits comme étant efficaces et sûrs, sans réserve ; même si les formules et les procédés de fabrication de ces vaccins ne semblent même pas encore totalement stabilisés.

Ces nouvelles révélations, sans doute inédites et exclusives, jettent encore plus le doute sur la validité du consentement (une liberté fondamentale) qui est censé être libre et éclairé, et qui aurait été donné par les personnes désormais déjà vaccinées.

Toute personne a le droit à une information claire, juste et appropriée. Cette information est également pérenne : si de nouvelles données sont révélées, les personnes déjà vaccinées doivent en être informées a posteriori (après l’administration de tel ou tel vaccin).

Il en résulte que « l’obligation » de vacciner ne peut donc être maintenue, même sous une forme déguisée, notamment par le biais d’un « passeport vaccinal ».

Cette nouvelle analyse confirme encore nos réflexions précédentes comme celle intitulée « Le vaccin Covid-19 (Tozinameran ; COMIRNATY °) pourrait-il être qualifié de« défectueux »par un juge ? » ou celles exprimées dans les deux lettres ouvertes déjà adressées au ministre de la Solidarité et de la Santé et aux sept Ordres des professionnels de la santé .

La vulnérabilité ne découle pas seulement de l’âge et de l’état de santé des individus. Le fait de ne pas pouvoir accéder à des informations indépendantes sur les médicaments (y compris les vaccins) est la première forme de pauvreté et d’inégalité.

Par ailleurs, concernant les incertitudes sur l’efficacité de ces vaccins, le Conseil d’État a relevé, le 3 mars 2021, notamment l’admission du ministère des Solidarités et de la Santé lui-même, et les contradictions de « l’administration » française. Dans cette décision, et contre l’avis de ce ministère, le Conseil d’État avait produit une décision qui semblait tendre vers la reconnaissance de cette efficacité. Mais, quelques jours plus tard, dans une nouvelle décision (n ° 450413) du 11 mars 2021, le Conseil d’État a changé de position et admis « l’incertitude qui subsiste quant à l’efficacité réelle du vaccin en termes de virus. » Il convient également de rappeler que, le 18 février 2021, le ministre de la Solidarité et de la Santé a également reconnu, et que publiquement, voir conférence de presse, à partir de 34min 44s ).

Dans son dernier « Point sur la surveillance des vaccins COVID-19 – Période du 12/03/2021 au 18/03/2021 » publié le 26 mars 2021 et mis à jour le 29 mars 2021, l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) rapporte notamment le nombre de décès survenus en France après l’administration de ces vaccins. Décès notifiés (rapportés) en pharmacovigilance (quelle que soit la certitude du « lien causal » entre ces vaccins et ces décès) : « 311 décès » après administration du vaccin BioNTech / Pfizer ; « 4 décès » après l’administration du vaccin Moderna ; « 20 décès » après l’administration du vaccin Astra Zeneca ; (aucune donnée n’est disponible pour le moment concernant le dernier vaccin (Janssen) à être homologué). En général, pour tous les médicaments,

Par conséquent, la prudence imposerait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre le COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » soient immédiatement retirés ; et que ces AMM qui ont été accordées devraient être suspendues, voire annulées, de toute urgence jusqu’à nouvel ordre. C’est en tout cas le sens des recommandations que nous pourrions proposer aux autorités ad hoc , et en particulier aux autorités françaises. Et, à tout le moins, ces informations doivent être communiquées à tous de manière claire, juste et appropriée.

D’autant plus qu’en cas d’effets indésirables graves, y compris des décès, et afin d’établir avec certitude ledit « lien de causalité », les victimes et leurs familles sont souvent impuissantes face à l’exigence de la « probatio diabolica » (une obligation légale impossible à remplir).

Sachant que d’un côté Sputnik V est efficace alors que de l’autres de très sérieuses questions se posent quant aux vaccins « agréés », pourquoi ne pas ouvrir le portefeuille en accueillant le vaccin russe, diffusé dans le monde entier ?

Devons-nous comprendre qu’au nom d’intérêts financiers nationaux, européens, internationaux, le choix est définitivement arrêté de laisser à une population « otage-cobaye » le soin de remplir les objectifs thérapeutico-financiers d’entités industrielles relayées par des valets politiques ?

Si tel est le cas – comme je le pense -, l’addition finale risque d’être plutôt « salée ».

Ouvrons le portefeuille vaccinal.

 

[iii] https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00234-8/fulltext

Articles| Volume 397, ISSUE 10275, P671-681, February 20, 2021

Safety and efficacy of an rAd26 and rAd5 vector-based heterologous prime-boost COVID-19 vaccine : an interim analysis of a randomised controlled phase 3 trial in Russia

 Denis Y Logunov, DSc *

 Inna V Dolzhikova, PhD *

 Dmitry V Shcheblyakov, PhD

 Amir I Tukhvatulin, PhD

 Olga V Zubkova, PhD

 Alina S Dzharullaeva, MSc

 et al.

 Show all authors

 Show footnotes

Published:February 02, 2021DOI :https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00234-8

[vi] Centre Territorial d'Information Indépendante et d'Avis Pharmaceutiques - CENTRE HOSPITALIER DE CHOLET - Docteur Amine UMLIL, vendredi 2 avril 2021

Inédit. Exclusif. Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes même sur la qualité intrinsèque des produits, sur leurs procédés de fabrication, sur les lots commercialisés… selon les documents officiels publiés par l’Agence européenne du médicament (EMA)

https://ctiapchcholet.blogspot.com/2021/04/inedit-exclusif-vaccins-contre-la-covid.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

393 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 7 mai 17:17

    Ah je suis bien content que cet article soit passé. Vous avez eu raison de pousser un coup de gueule 

     smiley


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mai 17:46

      @Bendidon

      « Ah je suis bien content que cet article soit passé. Vous avez eu raison de pousser un coup de gueule. »

      Satisfaction partagée en souhaitant que ces informations puissent circuler, être diffusées, débattues, commentées, critiquées, en bref, nourries des précisions et corrigées des imprécisions 

      qu’elles appellent.

      La situation est très grave et je prends l’engagement ici de reconnaître très simplement mes erreurs, mes interprétations erronées de la réalité s’il advenait que les événements me donnassent tort.

      Pour autant, est-il possible que nous nous méprenions tous, à l’instar de tous ceux qui, sur Agoravox ( ils se reconnaîtront), livrent des analyses et des articles scientifiques de haute tenue qui en remontreraient à des papiers que je vois parfois passer dans des revues dites « à comité de lecture » ?

      J’espère vivement que les autres articles d’autres contributeurs qui sont encore au « Purgatoire » seront enfin publiés eux aussi tout comme mon autre papier consacré à l’analyse du Comité de Réflexion Interarmées et que vous pouvez lire en « modération » :Guerre hybride. Face à l’alarme : cécité, déni ou réaction de la France ?

      ).

      Cordialement,
      Renaud Bouchard


    • lisca lisca 9 mai 10:37

      @Renaud Bouchard
      et puisque selon l’institut Salk mon dernier commentaire  le sars covid n’est pas une grippe mais une maladie du sang, pourquoi diable se vacciner  ?
      Pas de vaccin car à quoi bon. A moins que les vaccinés ne transmettent des spike envahisseurs à tout le monde. En ce cas, une vaccination contre les dommages dus aux vaccinés est-elle possible ? Les spike ne sont pas des virus mais des morceaux de trucs, des poussières de mort.
      Nous allons peut-être vers la ségrégation entre lépreux artificiels et pas encore lépreux.


    • Le Panda Le Panda 10 mai 09:00

      @Bendidon bonjour

      Merci de me contacter sur mon adresse courriel en privée, ayant changé de P.C. je ne peux le faire, courage et reste telle que tu es. A bientôt je l’espère, merci.

      Le Panda

      Patrick Juan


    • The White Rabbit The White Rabbit 7 mai 17:21

      Le vaccin Sputnik V est d’ancienne génération car vous n’aurez qu’une puce 3G en cadeau.

      Préférez la puce 5G des vaccins Pfizer et Moderna smiley


      • samy Levrai samy Levrai 7 mai 17:34

        @The White Rabbit
        Avec l’adénovirus de chimpanzé modifié d’Astrazeneca , tu as des chances de pouvoir te gratter les pieds allongés à plat sur le dos si tes gènes primaires sont identifiés et reconnus... ne te trompe pas de vaccin !


      • cyrus cyrus 7 mai 17:52

        @samy Levrai

        depuis le temps que lapinou reve de se tailler une pipe tout seul , sont reve est enfin exaucer smiley Au moins il dira moins de connerie pendant qu’ il suce sa « doudou » 


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mai 18:07

        @The White Rabbit

        « Le vaccin Sputnik V est d’ancienne génération car vous n’aurez qu’une puce 3G en cadeau.Préférez la puce 5G des vaccins Pfizer et Moderna », écrivez-vous.

        Je préfèrerais mon vieux Nokia 3310 bi-bande GSM 900/1800 avec les reptations du « snake ».


        Ci-après un article anti-complotiste qui, soucieux de traquer le déni, vient tout simplement donner crédit à ce dont personne ne veut entendre parler.

        "Plusieurs théories circulent autour de Bill Gates, particulièrement en ces temps de pandémie. En avril, une rumeur émergeait selon laquelle celui-ci voulait se servir d’un vaccin pour implanter une micropuce, afin de suivre et de contrôler les foules. Plusieurs reportages ont expliqué que Bill Gates n’avait pas vraiment dit cela. Le Détecteur de rumeurs pour sa part, s’est demandé si la chose était technologiquement réaliste.

        Implanter une technologie informatique ? Oui

        Le corps humain peut tolérer des objets étrangers à des fins médicales, comme le montrent les stimulateurs cardiaques (pacemakers) depuis des dizaines d’années. Alors que ceux-ci faisaient traditionnellement la taille d’une pièce de un dollar, des versions miniatures sont de plus en plus développées. Par ailleurs, tout corps étranger, pour éviter d’être rejeté par le corps humain, devra être biocompatible (acier inoxydable, titane, céramique) ou « encapsulé avec une couche mince de silicone médical pour une meilleure acceptation par les tissus », explique Mohamad Sawan, professeur en génie électrique à Polytechnique Montréal.

        Un implant minuscule ? Oui

        Est-ce qu’une « micropuce » pourrait être assez petite pour être implantée par une seringue  ? Certains amateurs ont adopté les implants sous-cutanés, qui utilisent la même technologie que les puces qu’on injecte aux animaux de compagnie à l’aide de grosses seringues (des seringues plus grosses que celles auxquelles nous sommes habitués lors d’un vaccin ou d’une prise de sang, par contre). De la taille d’un grain de riz, ces « dispositifs électroniques passifs de radio-identification » (RFID) sont souvent insérés dans les tissus sous-cutanés de la main ou, plus rarement, dans le muscle du triceps. C’est la même technologie qu’on trouve dans les cartes de crédit sans contact, les traceurs antivols dans les boutiques, ou les serrures de portes sans contact.

        Suivre à la trace ? Non

        Toutefois, pour pouvoir lire l’information sur une puce RFID, le lecteur doit être placé à proximité. L’onde électromagnétique générée par le lecteur active alors le circuit de la puce et émet un signal radio par la même antenne. Impossible, donc, de suivre quelqu’un « à la trace » en temps réel. On peut tout au plus, avec cette technologie du lecteur et de la puce, suivre les déplacements d’une personne avec un certain délai, en analysant par exemple les transactions effectuées avec des cartes à puce, à condition que cette personne les utilise.

        La technologie des nanoparticules injectables décrite dans une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) réalisée avec l’aide financière de la Fondation Bill et Melinda Gates, à l’origine de certaines des rumeurs, ne permet pas non plus de suivre quelqu’un.

        Cette technologie, testée pour l’instant sur les rats, est semblable à un tatouage invisible, soit une technologie passive, qui indiquerait si quelqu’un a reçu un vaccin.

        /C’est précisément ce dont il s’agit.

        Ces nanoparticules injectables sous la peau émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu, mais détectable par un téléphone intelligent.


        / On approche. Resserrez la focale, voulez-vous ?


        Ici encore, «  il est essentiel que le sujet soit très près du lecteur, comme pour les lecteurs de code-barre [ou de puces RFID] », précise Pierre Savard, professeur émérite au Département de génie électrique à Polytechnique Montréal.

        / N’ayez crainte, le lecteur se rapprochera du porteur de cod-barre, puce RFID ou autre.

        Suivre avec un GPS ? Non

        Pour suivre quelqu’un à la trace en temps réel, on doit alors se tourner vers les GPS (Global Positioning System). «  Le GPS n’émet pas d’ondes, il reçoit des ondes venant de satellites  », explique le professeur Jean-Jacques Laurin, de Polytechnique. Pour qu’un GPS fonctionne, «  les ondes reçues doivent donc être captées par une antenne de taille suffisante ». 

        Or, cela signifie que l’antenne doit minimalement avoir une taille de 2 cm x 2 cm, ce qui est beaucoup trop gros pour pouvoir être injecté (discrètement) par une seringue. Sans compter la nécessité d’une alimentation électrique pour la puce. De plus, les ondes venant des satellites seraient réfléchies ou absorbées par la peau, ce qui rendrait le signal encore moins détectable. «  On est très loin d’un implant injectable  », ajoute Pierre Savard.

        Ceux qui voudraient suivre les foules par GPS disposent par ailleurs déjà d’un moyen beaucoup moins compliqué qu’un vaccin et qui se retrouve dans les poches d’une vaste partie de la planète : les téléphones.


        On trouvera autre chose, n’ayez crainte.

        PS. S’agissant de l’étude précitée intitulée Research Article Bioengineering Biocompatible near-infrared quantum dots delivered to the skin by microneedle patches record vaccination Science Translational Medicine  18 Dec 2019:Vol. 11, Issue 523, eaay7162 DOI : 10.1126/scitranslmed.aay7162

        L’article est encore disponible.

        Il n’est pas interdit de le lire.

        Il est aisé de constater que nous sommes fort éloignés de la pommade adoucissante et des gouttes tranquillisantes administrées par les « décodeurs » et « chasseur de fake-news »...

        Lire ci-après ;

        https://stm.sciencemag.org/content/11/523/eaay7162


        Cordialement,

        Renaud Bouchard




      • samy Levrai samy Levrai 7 mai 18:27

        @cyrus
        Deux types sont dans un bar et un d’eux voit le chien du bar se lécher les parties genitales et dit J’aimerais tellement pouvoir le faire !
        l’autre lui repond que s’il lui donne le reste de son paquet de chips il est sur que le chien le laissera faire...


      • cyrus cyrus 7 mai 18:46

        @Renaud Bouchard

        Pour suivre quelqu’un à la trace en temps réel, on doit alors se tourner vers les GPS (Global Positioning System). «  Le GPS n’émet pas d’ondes, il reçoit des ondes venant de satellites  », explique le professeur Jean-Jacques Laurin, de Polytechnique. Pour qu’un GPS fonctionne, «  les ondes reçues doivent donc être captées par une antenne de taille suffisante ». 

        Or, cela signifie que l’antenne doit minimalement avoir une taille de 2 cm x 2 cm, ce qui est beaucoup trop gros pour pouvoir être injecté (discrètement) par une seringue.

        Bonjours monsieur bouchard .
        je vous signale que les GPS se sont bien miniaturisé y compris l’ antenne .
        https://www.acalbfi.com/fr/articles/articlesContentPage/OriginGPS-launch-world-s-smallest-GPS-module/NA-000539 

        De meme , l’ alimentation peut se faire de la meme maniere qu’ une puce RFID en captant l’ énergie d’ induction ... on est la sur des v/A ridiculement facile a obtenir dans une ville moderne ou prêt d’ un objet électrique .

        Pour le reste , vous avez totalement raison , utilisez nos objet connecté ( telephone , montre , etc ) est le meilleur moyen de nous fliquez sans que les gens s’ en ofusque .

        Mieux encore il le reclame d’ eux meme smiley


      • Iris Iris 8 mai 11:41

        @Renaud Boucherd

        Bonjour,
        C’est un bon résumé de l’état de l’art, j’espère qu’il sera lu et compris.
        La technique ne permet pas de réaliser tous ce qu’on peut lire ou entendre, mais il faut veiller au grain de riz, et ne pas favoriser le financement de ce genre de technos.

        Certains répondront que les implants miniatures délivrant des médicaments ces magnifique, d’autres parlent de drones permettant d’intervenir directement dans la plomberie... Tout cela est sans doute passionnant, mais il y a beaucoup plus efficace pour la santé public, notamment dans les domaines de la prévention, la nutrition, la supplémentation...

        Désolé pour la digression.


      • pemile pemile 8 mai 12:15

        @Renaud Bouchard « Suivre avec un GPS  ? Non »

        Pour « suivre », il faut un équipement équipé à la fois d’un récepteur GPS ET d’un émetteur radio pour envoyer périodiquement la position GPS, c’est la somme de ces deux équipements qui nécessite une batterie non miniaturisable.


      • pemile pemile 8 mai 12:17

        @pemile « un équipement équipé »

        mieux dit : un dispositif équipé !


      • Panoramix Panoramix 9 mai 19:05

        @The White Rabbit
        Le vaccin russe n’est pas d’ancienne génération, c’est un vaccin à vecteur viral, de type OGM.


      • The White Rabbit The White Rabbit 9 mai 19:15

        @Panoramix

        Oui c’était de l’humour ...

        Le vaccin Spoutnik V est un vaccin à vecteur viral, comme le vaccin AstraZeneca, qui est différent de ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna ( qui sont des vaccins à ARNm).


      • cyrus cyrus 9 mai 19:29

        @The White Rabbit

        la c’ est mieux tu est dans le theme , preuve que les ecroulement de fil serve a quelquechose ...

        il faudra encore 3 a 4 ans , pour pouvoir faire un vaccin BIO, au C19 inactivé ,

        ca on ne sait pas faire et ca justifie le recours a une technique intermediaire OGM +adjuvant ...

        mais pas de tester l’ ARNm ... sur des cobaye ...


      • Panoramix Panoramix 11 mai 09:43

        @cyrus
        « il faudra encore 3 a 4 ans , pour pouvoir faire un vaccin BIO, au C19 inactivé »
        Les chinois ont déjà élaboré des vaccins anti-covid au SARS COV2 inactivé dès fin 2020


      • samy Levrai samy Levrai 7 mai 17:25

        Bon article, citoyen Bouchard mais y a t il lieu de vacciner la population générale ( sans parler des expérimentations génétiques ) pour une maladie qui n’est pas très létale et ne laisse pas de séquelles si soignée ?

        Pourquoi avoir interdit de soigner d’ailleurs si ce n’est pour placer leurs OGMs onéreux comme unique et ultime rempart ?

        Le vaccin chinois sinon semble le plus traditionnel mais qu’importe puisque je ne ferai pas vacciner contre ce rhume. 


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mai 18:19

          @samy Levrai

          Citoyen Levrai, Salut et Fraternité, et merci de ta visite.
          Je ne suis ni biologiste, ni médecin, ni chamane, ni vendeur d’Huile de serpent etc.

           "Imaginez un vaccin tellement sûr que vous devez être menacé pour le prendre, contre une maladie si mortelle que vous devez être testé pour savoir que vous l’avez".

          Bien à vous,

          RB


        • Jeekes Jeekes 7 mai 18:57

          @Renaud Bouchard
           
          "Imaginez un vaccin tellement sûr que vous devez être menacé pour le prendre, contre une maladie si mortelle que vous devez être testé pour savoir que vous l’avez".
           
           
          Ben voila.
          Encore que pour les tests, oh putain, y’en a des choses à dire !
           
          Alors, OK pour dénoncer les magouilles de nos pourriticards corrompus concernant le Spoutnik 5.
           
          Mais comme dit juste au-dessus, ça m’est vaguement indifférent puisque de toutes façons je ne me ferais pas plus vacciner pour cette mascarade que je ne l’ai jamais fait pour la précédente (la grippe annuelle) !
           


        • sirocco sirocco 7 mai 19:29

          @samy Levrai

          Bien sûr. Quand on est anti-vaccin, il n’est pas question de se laisser piquouser par un produit russe ou chinois plus que par un autre.


        • samy Levrai samy Levrai 8 mai 11:57

          @Renaud Bouchard
          Pourtant l’interdiction de soigner va de paire avec l’interdiction du Sputnick 5 ... puisqu’il n’y a que les solutions obligatoires casher/hallal qui sont beaux comme Crésus.


        • lisca lisca 9 mai 10:47

          @samy Levrai
          et il n’y a pas de raison de faire confiance à la Chine !
          Nous aime-t-elle ?
          N’a-t-elle pas vécu une révolution culturelle sans pitié pour les Chinois, et surtout les classes éduquées ?
          Pourquoi nous enverrait-elle de bons vaccins maternels ?
          Est-ce son intérêt ?
          J’ai lu quelque par que le vaccin chinois a été utilisé aux Seychelles, où les morts après vaccin ont beaucoup augmenté. Info à vérifier.


        • zygzornifle zygzornifle 8 mai 07:53

          Beaucoup de « chance pour la France » disent maintenant 

          Spoutnik ta mère .....

          • anna anna 8 mai 08:41

            « Qui se rappelle de cette date du 12 avril 1955 lorsque le Dr Jonas Salk[i] publiait les résultats de ce qui allait devenir le premier vaccin contre la poliomyélite, confirmant alors l’efficacité de son traitement. ? »

            Qui se rappelle d’un fait, qu’ils étaient DEUX scientifiques et deux amis, un américain et un soviétique (Michail Tchoumakov) qui ont travaillés ensemble pour trouver ce vaccin contre la polio ? Depuis l’institut de viruso-logie en Russie porte le nom de Tchoumakov. Son fils, aussi un virologue émérite, Konstantin Tchoumakov vit et travaille actuellement aux USA 


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 mai 09:08

              @anna

              Bonjour et surtout un grand merci pour votre visite ainsi que pour votre commentaire qui complète fort justement l’histoire extraordinaire de la virologie.

              L’apport de Mikhail Tchoumakov est d’autant plus important que si l’on se plonge dans l’histoire les recherches de J. Salk ont rencontré de très sérieux incidents.

              "En 1955 : 200 000 enfants ont reçu le vaccin Salk contre la polio, fabriqué par Cutter Laboratories, basé en Californie, contenant un virus vivant non inactivé. Cela a déclenché quelque 40 000 cas de polio, causant 200 enfants paralysés et 10 morts."

              Nous ne saurions non plus oublier Albert Sabin, venu de ce qui était alors l’Empire russe, avant d’émigrer aux Etats-Unis.

              Albert Sabin a également joué un rôle essentiel dans l’éradication de la polio en laissant son nom au fameux vaccin antipoliomyélitique.

              "Sabin, qui était né à Bialystok (alors partie de l’Empire russe) et avait émigré aux États-Unis avec ses parents juifs polonais en 1921, a adopté une approche différente en fabrisuant son vaccin à partir du virus de la polio « vivant ». Son principal avantage était qu’il pouvait être administré par voie orale. Le scientifique éminent a réussi à séquestrer une forme mutante du virus de la polio incapable de produire la maladie, et donc sans danger en cas d’introduction dans le corps humain. Ce virus « avirulent » a fait des merveilles."

              Je vous propose, ainsi qu’à tous les lecteurs, de lire ci-après cet article passionnant qui montre en détail les apports et les percées scientifiques de ce trio remarquable dont émergent effectivement Tchoumakov, mais aussi son épouse Marina Vorochilova et un autre remarquable collègue moins connu en la personne de d’Anatoly Smorodintsev.

              Ne nous retenons surtout pas de rendre hommage à la Science en général mais aussi et surtout (ce qui est valable dans de multiples domaines) à la Science soviétique et russe.

              Voyez ci-après :

              Comment les scientifiques américains et soviétiques ont coopéré pour vaincre la polio
              07 févr 2021

              Valeria Païkova

              https://fr.rbth.com/tech/86074-vaccin-polio-urss-usa

              Cordialement,

              Renaud Bouchard


            • McGurk McGurk 8 mai 09:10

              J’en ai ras-le-bol de ce thème, de la médecine, de la toute-puissance de la science qui ne sait rien en affirmant le contraire, de la politique et des gens qui ne réfléchissent pas.

              Si vous souhaitez vous injecter du poison dans les veines et crever à petit feu pour pouvoir être autorisé à vivre, faites-le. Mais en silence.

              De même pour le choix de votre poison. cyanure ou curar, vaccin a ou b, je m’en moque. Du moment qu’on ne nous emmerde pas avec ça, à nous le chanter 24h/24 dans tous les médias.

              Si vous préférez vendre votre âme et indépendance pour porter des chaînes, n’obligez pas les autres à vous suivre. Un an esclavage et cinq d’humiliation, c’est non.

              C’est dire si la société est influençable au plus haut point car on lui donne le choix de ses propres chaînes, à lui dire qu’un collier n’est, après tout, pas si mal si on dessine un chat dessus. Bande de fous...


              • Yann Esteveny 8 mai 09:45

                Message à avatar McGurk,

                D’accord avec votre commentaire.
                L’acharnement à nous vendre du faux-vaccin complète l’interdiction de nous soigner. Les français ont tort de croire que suivre un Régime criminel est sans conséquence.

                Respectueusement


              • McGurk McGurk 8 mai 10:24

                @Yann Esteveny

                Effectivement, nous confondons actuellement soins, prévention et expérimentation.

                La dernière fois qu’on a vu ça à grande échelle, c’était chez les nazis. Mais eux sont critiquables à loisir mais les serial-seringueurs/colporteurs de faux remèdes paradent sur les plateaux télé et dans les journaux. On leur remet même la légion d’honneur pour sacraliser cette inversion de valeurs.

                Comme disait le Dr. Cohen sur une immonde chaîne TV (le personnage est aussi odieux), « vaccins et ensuite on verra ». Traduction :« La fin justifie les moyens » ou « on s’en fout des effets secondaires du moment que nous soulageons notre propre égoïsme à dicter la vérité et la réalité à cette plèbe ignorante et geignarde ».

                Ce qui me rend furieux, c’est que tous ces criminels, surtout le gouvernement, ne seront jamais arrêtés ni jugés.


              • Iris Iris 8 mai 10:40

                @McGurk

                Effectivement, nous confondons actuellement soins, prévention et expérimentation.

                Tout à fait d’accord

                 

                La dernière fois qu’on a vu ça à grande échelle, c’était chez les nazis

                C’est juste de la provocation. Le vaccin serait donc à Macron ce que la CAG était à AH ?

                 

                Ce qui me rend furieux, c’est que tous ces criminels, surtout le gouvernement, ne seront jamais arrêtés ni jugés.

                Il y a effectivement peu de chance si la législation ne change pas. Cet aspect là a d’ailleurs pesé beaucoup dans leurs décisions, ce qui explique en grande partie l’incohérence et le manque de courage.


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 mai 10:53

                @McGurk
                Bonjour et merci pour votre commentaire.

                La plupart des gens auxquels je communique l’étude qui figure en deuxième partie de mon article ne la lisent pas.

                Ce qui est infiniment regrettable, car le texte est plus qu’instructif et montre que nous avons des dirigeants qui, en collusion avec des laboratoires de biologie médicale, n’hésitent pas à commercialiser des produits dont la mise au point n’est pas achevée.

                Accepteriez-vous de prendre place dans un avion dont le constructeur vous dirait ou omettrait de vous dire que la structure de l’aéronef, sa conception, la fatigue du métal font que la résistance à la pressurisation sont défectueuses et mortelles ?

                cf. le cas du De Havilland Comet : https://youtu.be/_BZnn5OYcBc?t=26

                « Trop compliqué ».« Trop long, je n’ai pas de temps à perdre ».« Résumez-moi, que je comprenne ».« Quelles sont les sources ?Mmmouais, ’faut voir ! C’est peut-être une faikeniouze, un truc de complotiste ».

                Ne perdons pas de temps à expliquer ce que les gens ne veulent pas entendre.

                Extrait d’une conversation récente : « Nous sommes vaccinés ! Enfin ! On se voit toujours samedi prochain ? Naturellement ! Hmmm...Juste une petite question : vous êtes vacciné ? Non, pas encore, mais cela ne pose aucun problème puisque vous l’êtes déjà. Oui, mais, bon, voilà, on ne sait jamais, par prudence. Enfin, on peut remettre ça à plus tard, non ? »

                Bref, ce Covid rend fou.

                Comme vous le dites : « un collier n’est, après tout, pas si mal si on dessine un chat dessus. » C’est mignon, dira-t-on avant de recevoir l’impulsion électrique qui vous remettra les idées en place en vous intimant d’obéir en silence.

                Gzzzttt !
                https://youtu.be/jNjbWHk9jXA?t=92
                http://www.educador.fr/dressage-video.php?frm=youtube&laq=2

                On rappellera aussi (par gourmandise) le (très efficace) matériel utilisé dans le film Battle Royale.

                https://youtu.be/FaiL_OEIxJQ?t=93

                Bien à vous,
                Renaud Bouchard




              • Yann Esteveny 8 mai 11:23

                Message à avatar McGurk,

                Je vous cite : « La dernière fois qu’on a vu ça à grande échelle, c’était chez les nazis. ».
                Je n’ai pas connaissance de vaccination de masse chez les nazis afin d’éliminer leur population mais je ne permettrai pas de remettre en cause vos propos afin d’éviter l’emprisonnement.

                Je ne suis pas furieux que les criminels ne soient jamais arrêtés ni jugés dans ce Régime. C’est dans l’ordre des choses.

                Respectueusement 


              • McGurk McGurk 8 mai 12:24

                @Iris

                Excuses-moi, je ne sais pas ce que signifient ces acronymes.

                Il y a effectivement peu de chance si la législation ne change pas.

                Ils sont intouchables même si ils balançaient une tête nucléaire sur Paris. A moins de le destituer (par manque de couilles des politiques), le président est intouchable et le gouvernement aussi.

                Une bonne loi rétroactive remettrait de l’ordre et permettrait largement de condamner tous les présidents et autres criminels en col blanc de ce milieu...sans compter les industriels, les banquiers et la finance.

                Une solution plaisante mais impossible à appliquer chez nous, la soi-disante « démocratie » et « pays des DDH ».

                Ironique, n’est-ce pas ?


              • McGurk McGurk 8 mai 12:27

                @Yann Esteveny

                Je parlais des expérimentations sur les juifs, tziganes, slaves et autres populations qui ont pâti de leur folie sous le couvert de « la science ».

                C’est exactement ce qu’on fait ici. Sauf qu’on le fait sur toutes les populations.

                Je viens de voir d’ailleurs que l’Allemagne permet maintenant des « privilèges » (les libertés perdues) à « ceux ayant été vaccinés ». Comme quoi l’histoire se répète plus souvent qu’on ne le croit.

                C’est dans l’ordre des choses.

                C’est en laissant faire n’importe quoi à ces dingues qu’on pourrit notre pays et détruit notre avenir. Baisser les bras revient à abandonner tout ce pour quoi nos ancêtres se sont battus et son morts.


              • McGurk McGurk 8 mai 12:40

                @Renaud Bouchard

                Bonjour,

                J’ai naturellement apprécié votre article et je vous en remercie.

                Je ne suis pas surpris, l’instantanéité est maintenant la seule chose qui compte. Plus de patience ni de concentration, l’émotivité pour seule réponse.

                Lorsque je vois des médecins comme le Dr. Cohen (qui n’a de docteur que le titre), je ne comprends plus le sens des choses. D’une agressivité et subjectivité qui contredisent l’esprit scientifique et celui de médecin. Hippocrate lui-même aurait honte.

                Le virus n’est pas plus méchant qu’un autre, il ne l’a jamais été. C’est cette réponse politico-médiatique qui fait tourner les gens en bourrique, surtout lorsque plus rien n’a de sens et va à rebours du cours normal du réel.

                Ils vont quand même réussir à créer deux classes de citoyens, ceux vaccinés et les autres laissés pour compte. Une division de plus dans une société larvée par les conflits, allumés généralement par la politique et le laisser-faire.

                En fait, c’est la même chose pour les caricatures. Personne ou presque pour comprendre ce qu’elles représentent et signifient.


              • Iris Iris 8 mai 13:34

                @McGurk

                Excuses-moi, je ne sais pas ce que signifient ces acronymes.

                Ha ha !

                 

                Je parlais des expérimentations sur les juifs, tziganes, slaves et autres populations qui ont pâti de leur folie sous le couvert de « la science ».

                Certes, ils nous font prendre des risques pour un résultat final hypothétique et beaucoup de pognon pour des gens qui ne le méritent pas, mais comparer ça aux expérimentations des nazis, c’est du délire ou de la provocation.

                Vous allez finir par me rendre Macron sympathique.


              • @Iris

                On se souviendra quand même des 19.000 doses de Rivotril sorties des pharmacies centrales suite à la directive du même nom.

                C’était pour soigner, aussi ?


              • cyrus cyrus 8 mai 13:46

                @Iris

                dachau : 

                • Essai de vaccination contre le paludisme, février 1942 à avril 1945, 1100 cobayes humains et nombre inconnu de victimes.
                nazviler
                Expériences sur le typhus[modifier | modifier le code]

                Menées par Eugen Haagen, les recherches visent à trouver le meilleur vaccin contre le typhus. Cette maladie (transmise par les poux) était endémique en Europe de l’Est, pour l’armée nazie, elle était aussi dangereuse que le froid sur le front russe14. Aujourd’hui encore, il n’existe pas de vaccin suffisamment sûr et efficace contre le typhus, entre autres parce que la maladie est difficile à reproduire chez l’animal

                buckenvald

                • Contrôle du vaccin de la fièvre jaune (485 cobayes humains)
                • Immunisation avec des vaccins de Frankel (gangrène gazeuse) (15 victimes)

                cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rimentation_m%C3%A9dicale_nazie


              • cyrus cyrus 8 mai 13:50

                @Iris

                Le parallèle est très simple IRIS , 

                -quand le consentement du patient est donné il s’ agit de medecine 
                -quand le consentement ne l’ est pas , il s’ agit de torture 

                Toute vaccination obligatoire meme par des moyen detourné s’ aparente donc a la deuxieme categorie .Dans le meilleur des cas c’ est une torture morale , dans le pire ca devient une torture physique qui peut meme s’ averer mortel dans certain cas ...


              • Adèle Coupechoux 8 mai 14:06

                @cyrus

                Pas qu’à Dachau malheureusement , à Mathausen aussi, enfin un peu partout dans le monde ou les médecins nazis sévissaient.

                • expériences médicales :
                  • Aribert Heim, surnommé « docteur la Mort » par les prisonniers, resta sept semaines à Mauthausen, ce qui lui suffit pour mener ses « expérimentations »
                  • Karl Gross, autre médecin nazi, infecta des centaines de prisonniers avec le choléra et le typhus pour tester ses vaccins. Entre février 1942 et avril 1944, plus de 1 500 prisonniers moururent des suites de ces expériences

                Sans compter les autres innombrables tortures.

                L’enfermement en est une. L’interdiction de circuler librement aussi.

                Il existe différents degrés dans la saloperie, cela reste de la saloperie.


              • Attila Attila 8 mai 14:12

                @cyrus
                Je ne peux pas répondre à ton message : je suis bloqué.
                J’ai déjà eu ça : quand on arrête un site web, le nom de domaine est disponible et est souvent racheté pour faire de la pub : des chaussures de sport de contrefaçon ou des vêtements. Là, le site de Hamed a été racheté par un site porno. Mon message est destiné à le prévenir afin qu’il corrige, il ne l’a toujours pas fait.

                .


              • Adèle Coupechoux 8 mai 14:21

                @McGurk

                Il y a eu plus récemment dans l’histoire, l’affaire du sang contaminé qui a touché plusieurs pays sur la durée.

                « Le 25 avril 1991 dans l’hebdomadaire L’Evènement du jeudi, la journaliste Anne-Marie Casteret rend public le rapport de la réunion confidentielle du 29 mai 1985 du CNTS. Sa lecture déclenche l’indignation de la population qui constate que les médecins chargés des produits sanguins ont sciemment laissé contaminer des patients avec des produits sanguins frauduleux en ayant considéré prioritairement des considérations économiques sur les impératifs éthiques de protection sanitaire de la population. Elle est bientôt relayée par LibérationLe Canard enchaînéLe FigaroOuest-France, l’émission Le Droit de savoir sur TF1 »


              • McGurk McGurk 8 mai 16:37

                @Iris

                Vous acceptez donc, de fait, de perdre le contrôle de votre propre corps, l’ensemble des lois qui le protège ainsi que le choix concernant votre santé.

                De même, vous acceptez également qu’un Etat ou une société puisse faire des expérimentations sur vous sous couvert de la loi.

                En d’autres termes, vous consentez à l’esclavage moderne. Bravo...


              • @McGurk

                En d’autres termes, vous consentez à l’esclavage moderne. Bravo...


                Elle consent à en faire la prop pour le compte de LAREM, disons. C ’est une propagandiste professionnelle, et rien de plus.


              • cyrus cyrus 8 mai 16:55

                @Adèle Coupechoux

                Salut adele , 

                Effectivement ma liste n’ était pas exhaustive ....
                Je voulais surtout metre IRIS sur son negationisme quand elle affirmais 
                que la vaccination n’ avait rien avoir avec la pensé eugeniste totalitaire nazi .

                c’ est pour cela que je me suis contenter du plus factuel et en rapport direct avec les vaccin betement tirer des source de wikipedia pour qu’ il n’ y ias pas de debat idiot sur la validité des sources ...

                le fait est que l’ on nous refuse certain traitement experientaux comme l’ HCQ ou meme le vaccin quand on est volontaire , mais qu’ on l’ impose a d’ autre qui ne sont pas volontaire ...

                Et ca c’ est une infraction direct du protocole de nuremberg qui interdit d’ imposer des soin ...

                Si on imposait la contraception ou l’ avortement tout le monde geulerai , 
                mais la la peur du virus , permet de passer la frontiere ...

                tot ou tard on imposera l’ euthanazie ...


              • cyrus cyrus 8 mai 17:00

                @Attila

                Salut attila , 

                J’ ais relayer ton com intégralement .
                A lui de voir .



              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:02

                @cyrus
                on nous refuse certain traitement experientaux comme l’ HCQ

                ça fait bien un an que c’est plus expérimental ... même Raoul n’en parle plus .. pudiquement ... smiley


              • Ben Schott 8 mai 17:05

                @nono le simplet
                 
                « même Raoul n’en parle plus »
                 
                Disons que tu ne l’entends pas en parler sur BFM, nuance.  smiley
                 


              • @nono le simplet

                même Raoul n’en parle plus .. pudiquement

                Et ta soeur ? Non seulement il en parle mais il continue de traiter les patients avec, andouille.

                Et comme il a su contourner les médias à la botte pour sa communication, impossible de lui fermer sa gueule, ce qui rend les grands défenseurs de la démocrature dans ton genre un peu tristounes.



              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:29

                @Ben Schott
                ils invitent ce ringard sur BFM ? et tu regardes la télé ?
                bè, j’en apprends des choses smiley


              • Ben Schott 8 mai 17:34

                @nono le simplet
                 
                « ils invitent ce ringard sur BFM ? et tu regardes la télé ? »
                 
                Ben non justement, abruti hypocondriaque. Relis mon post.
                 
                Ce ringard, il te met à poil en trente secondes, tu réalises ou tu continues à vivre dans ton monde imaginaire ?...  smiley
                 


              • Adèle Coupechoux 8 mai 17:34

                @cyrus

                J’ai bien compris et vous avez raison d’insister sur ce parallèle.

                En fait, l’HCQ n’est pas un traitement expérimental puisque Raoult l’a prescrit avec succès dès les premiers symptômes et, après des études non randomisées mais non moins valables. Il est quand même sur le terrain la plupart du temps, contrairement à des Véran et autres défraîchis cacochymes.
                De nombreux articles très bien documents par Dover63 sont dispo sur Agora.
                https://www.agoravox.fr/auteur/dover63

                A l’AH-HP, ils n’ont pas suivi le protocole de Raoult, ils ont surdosé, d’où les décès.
                Comme pour la réa, les médecins l’ont reconnu, c’est la réa qui a tué les patients à cause de cette technique inflammatoire. C’est très invasif et cause des lésions.

                En fait, il n’y a pas de règle, chaque patient et chaque prescripteur est différent.
                L’Ivermectine fait partie aussi des traitements qui fonctionne, elle a été prescrite en Inde.

                Cette vaccination avec AMM conditionnelle quasi obligatoire par le chantage organisé est une totale atteinte à l’intégrité physique : eh oui le pass sanitaire malgré le veto de l’OMS, alors qu’il ne devait pas être obligatoire commence à le devenir, voir le festival d’Avignon.


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:37

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                Non seulement il en parle mais il continue de traiter les patients avec,

                ah !!! et c’est pour ça que les Bouches du Rhône ont une des plus fortes mortalités en France ?


              • @nono le simplet

                c’est pour ça que les Bouches du Rhône ont une des plus fortes mortalités en France


                La mortalité à Marseille a été infiniment moindre que celle à Paris et d’autres régions de France, mauvaise pioche.


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:40

                @nono le simplet
                par contre il a eu tort d’arrêter de stimuler les indiens de continuer à l’utiliser ... on voit où ça les mène ... sacré raoul ... smiley


              • Iris Iris 8 mai 17:40

                @McGurk

                Je ne vois pas le rapport, je vous ai reproché cette comparaison avec les expérimentations des nazis.

                De plus, je suis contre la vaccination obligatoire, et étant peu convaincu de l’efficacité à terme je ne suis toujours pas vacciné.

                Pour vous répondre cependant :

                Vous acceptez donc, de fait, de perdre le contrôle de votre propre corps, l’ensemble des lois qui le protège ainsi que le choix concernant votre santé.

                D’une manière général non, mais si je ne l’avais pas accepté en quelques occasions je serai mort jeune. Certaines lois nous protègent, d’autres entravent nos libertés. Bien que le nombre de ces dernières ait augmenté avec cette affaire de COVID, et je le regrette comme vous, comparer la situation à l’horreur nazi est délirant.

                De même, vous acceptez également qu’un Etat ou une société puisse faire des expérimentations sur vous sous couvert de la loi.

                D’une manière générale non, mais si je poursuis votre raisonnement binaire tout nouveau traitement comportant des risques devrait être abandonné. Je suis conscient que les vaccins COVID n’ont pas bénéficié d’autant d’essais préliminaires qu’il aurait fallu.

                En d’autres termes, vous consentez à l’esclavage moderne. Bravo..

                Rien à voir, c’est vous qui êtes esclave de vos raisonnements binaires.


              • Ben Schott 8 mai 17:41

                @nono le simplet
                 

                 
                Raoult ne soigne pas toutes les Bouches-du-Rhône, hein.

                Mais si tu regardes les résultats de l’IHU, ton front il est rouge avec la honte, andouille.
                 


              • Ben Schott 8 mai 17:43

                @nono le simplet
                 
                « par contre il a eu tort d’arrêter de stimuler les indiens de continuer à l’utiliser »
                 
                Moi je pense qu’on a raison de te stimuler à arrêter de boire...
                 


              • @nono le simplet

                par contre il a eu tort d’arrêter de stimuler les indiens de continuer à l’utiliser ... on voit où ça les mène


                Les Indiens n’ont pas arrêté de soigner à l’Ivermictine c’est juste que dans certaines métropoles ils ont voulu vaxxiner : mauvaise idée !

                Ils reviendront au traitement standard bien vite, ils ne sont pas cons.

                D’ailleurs entre nous, la courbe indienne monte nettement moins vite que celle de la France : pt’êt que vous devriez soigner à l’Ivermictine, nan ?


              • @Iris

                c’est vous qui êtes esclave de vos raisonnements binaires


                Hi hi hi, à chaque fois c’est pareil, tu la joues chochotte ni trop pour ni vraiment contre et en cinq seconde t’es logée comme propagandiste tapineuse LREM.

                C’est vraiment trop inzuste smiley


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:50

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                La mortalité à Marseille a été infiniment moindre que celle à Paris

                infiniment ? tu rigoles ? avec 1712 dc/M hab à l’hôpital pour le 13 ? ... c’est moins pire que Paris mais c’est très très mauvais ...
                escroc aux chiffres au doigt mouillé !


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 17:53

                @nono le simplet
                PACA 1514 dc/M
                IDF 1585 dc/M
                Grand Est 1776 dc/M


              • @nono le simplet

                Euh oui, donc moins en PACA, merci de confirmer ce qu’on disait, nono.

                Mékilékon smiley


              • @nono le simplet

                Pour Marseille, nono, tu sais cette ville portuaire où se trouve l’IHU smiley


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 18:10

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                donc moins en PACA, merci de confirmer ce qu’on disait

                eh oui « à peine moins » c’est pareil que « infiniment moins » ... escroc smiley


              • @nono le simplet

                eh oui « à peine moins » c’est pareil que « infiniment moins »

                Infiniment moins c’est Marseille, pourquoi tu fais toujours semblant de ne rien comprendre, nonosse ?

                Oui je sais, les chiffres tu n’aimes pas ça quand ils ne vont pas dans ton sens, mais tu sais, ton avis, ils s’en moquent.


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 18:20

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                Infiniment moins c’est Marseille, pourquoi tu fais toujours semblant de ne rien comprendre, nonosse ?

                c’est aussi archi faux ... et logique ... si tu réfléchissais deux secondes ... pas de grosse différence entre le 13 et le 75 ... le 75 c’est Paris et Marseille réunit l’essentiel de la population du département ... et des morts ... la mortalité est fatalement plus forte à Marseille que dans le 13 ...
                escroc et très con smiley


              • @nono le simplet

                c’est aussi archi faux

                Euh, je suppose que tu as les chiffres officiels pour nous démontrer ça, hein ? Comment ça, « non » ?

                Mékilékon... smiley


              • cyrus cyrus 8 mai 18:23

                @IRIS

                Bien que le nombre de ces dernières ait augmenté avec cette affaire de COVID, et je le regrette comme vous, comparer la situation à l’horreur nazi est délirant.

                c’ est la que tu as du mal dans ta tete smiley
                tu compare la fin du regime nazi avec le debut d’ un autre ...

                Si tu compare , le debut du regime nazi , et le debut de la dictature sanitaire 
                tu va avoir de gros frisson dans le dos , et ca sera pas du plaisir anticipé ...

                Tu est dresser a refuser toute comparaison des infamie nazie ,
                avec un autre regime , faut que tu demande pourquoi ...

                le point godwin , il est dans ta tete , pas dans nos comparaison limité des experience vacinale a ces deux epoques ...

                 


              • nono le simplet nono le simplet 8 mai 18:43

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                les chiffres officiels ? ceux sur lesquels tu t’assoies quand ils ne conviennent pas ?
                l’ARS 13 ne les communique pas ... seulement le département ... et ils sont très mauvais ... sauf à Marseille ? tu prends les gens pour des cons ?
                abruti ! escroc ! smiley


              • Hamed 8 mai 18:45

                @Attila

                Merci Attila, je n’ai pas compris. J’ai cru que c’était vous qui avez ajouter ce site pornographique. (mon site) Je ne sais pas comment faire pour vous débloquer. Je vais lire la charte et voir s’il existe un moyen, sinon je vais écrire à agoravox et leur dire qu’il y a maldonne.

                Merci encore de m’avoir prévenu. J’ai corrigé ce (mon site) qui était attaché sur mon nom. On n’a pas idée, celui qui l’a fait n’est même pas un con, ni un idiot, tout au plus un animal agissant à l’instinct bestial, et dire qu’il existe des gens de ce type, des malades mentaux. Cordialement.


              • @nono le simplet

                et ils sont très mauvais ... sauf à Marseille ?


                Donc en gros tu affirmes des trucs sans avoir le début du commencement d’une preuve à l’appui et c’est moi que tu traites d’escroc...

                Mais bien sûr, tu es très crédible, nono smiley


              • Ben Schott 8 mai 18:45

                @nono le simplet
                 
                Tu peux toujours insulter, nono, mais tu es incapable de prouver tes allégations !
                 
                T’énerves pas... et cherche encore !  smiley
                 


              • cyrus cyrus 8 mai 18:47

                @Philippe Huysmans, Complotologue

                Philippe la liste de déblocage est dans l’ espace de modération non ?
                si tu peut aider hamed a la trouver , merci d’ avance .


              • @cyrus

                C’est quoi une liste de déblocage ?


              • @cyrus

                S’il s’agit de débloquer un intervenant, alors le lien c’est ça :

                https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=blocage_auteurs


              • cyrus cyrus 8 mai 18:50

                @Philippe Huysmans, Complotologue

                pour les bannis d’ un article ....


              • cyrus cyrus 8 mai 18:52

                @Philippe Huysmans, Complotologue
                merci 


              • ZXSpect ZXSpect 8 mai 18:55

                @cyrus
                .
                mais il t’en prie petit scarabée smiley


              • McGurk McGurk 9 mai 00:10

                @Iris

                Tout votre raisonnement serait juste si...la vaccination était nécessaire. Mais elle n’a qu’une origine politique et économique (les deux ne font plus qu’un).



              • Iris Iris 9 mai 09:14

                @McGurk
                Le sujet de notre désaccord était votre comparaison entre vaccination et expérimentation des nazis. Je suis soulagé que vous vous rendiez compte que ce n’est pas approprié. 

                Pour le reste, nous ne sommes pas très éloignés je pense :
                Je suis contre la vaccination obligatoire, j’ai de gros doutes sur sa capacité à éradiquer le COVID, et ne suis toujours pas vacciné.
                Je crois que certains décideurs sont corrompus, et qu’on aurait dû faire beaucoup plus en faveur des traitements.


              • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 11 mai 09:51

                @McGurk

                Salut, beau coup de gueule, vrai ...ça fait du bien, merci...


              • Bendidon Bendidon 8 mai 10:18

                Le commisaire Moulin est décédé !

                Yves rénier, à 78 ans, se sentait en pleine forme, il a été se faire vacciner, il a pris ses deux doses, puis il a fait une crise cardiaque.

                Extrait de sa dernière interview à France Dimanche a diffusé le 30 avril  : Je vais bien, j’ai eu mes deux piqures de vaccin anti-covid et tout va bien. En février il a été à Meribel respirer le bon air de la montagne blablabla ...

                 smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité