• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hier, gardiens de la paix, aujourd’hui, forces de l’ordre

Hier, gardiens de la paix, aujourd’hui, forces de l’ordre

Organisation placée sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, 161 736 (au 1er janvier 2006) fonctionnaires composent la police nationale. Subdivisée en pas moins de douze directions, il reste que la police « quotidienne » est sous le chapeau de la DCSP (Direction centrale de la sécurité publique).

Organisation placée sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, 161 736 (au 1er janvier 2006) fonctionnaires composent la police nationale. Subdivisée en pas moins de douze directions, il reste que la police nationale"quotidienne" est sous le chapeau de la DCSP (Direction centrale de la sécurité publique). Elle a pour principale mission d’assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions, et constitue officiellement un instrument important de la prévention, en étant en première ligne contre les violences urbaines et contre l’insécurité routière.
Chaque fonctionnaire de police reçoit avant d’exercer ses fonctions le Code de déontologie de la police nationale, qui subordonne l’exercice des missions de police au strict respect de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de la Constitution, des conventions internationales et des lois. Alors que pendant longtemps, l’ensemble des acteurs politiques s’accordaient sur la définition du rôle premier des policiers, à savoir la garantie de la sécurité des personnes, des biens et des institutions, alors que la police a longtemps été un corps respectable et respecté, à l’image du corps des pompiers ou des services de secours, voici qu’aujourd’hui l’image perçue par les gens de ce corps de fonctionnaire n’est plus tout à fait aussi reluisante.

En effet, les citoyens ont désormais cette "peur du képi". Trop peu connue, trop peu de transparence, des chiffres de bavures accolés aux chiffres de sanctions disciplinaires qui s’envolent. La police a aujourd’hui pour objectif de faire du chiffre, c’est-à-dire, dans le domaine de la sécurité routière, une production d’amendes avec à la clé des chiffres records de recettes pour l’Etat, et dans le domaine de la sécurité des personnes, une production d’arrestations (sans flagrant délit apparent) autant que possible spectaculaires, au risque de salir au passage la présomption d’innocence (rappelons que l’arrestation de police doit être légitimée par des preuves, ce qui est à ce moment du domaine de la police judiciaire). La police a aussi le sale boulot d’exécuter les expulsions (normalement du domaine de la police des frontières) avec éventuellement des arrestations d’enfants à la sortie d’écoles.

La police ne rigole plus. Elle n’a plus le temps de dialoguer. Désormais la règle de tolérance zéro a été décrétée clairement par N. Sarkozy disproportionnant ainsi gravement les réponses aux transgressions. L’évidence sécuritaire n’est pas tombée du ciel, elle a été construite. L’idée de la continuité entre les petites incivilités et la grande délinquance est rattachée au bon sens, or elle n’a aucun fondement scientifique ; elle permet surtout d’éviter toute interrogation sur la grande criminalité. Inutile de s’interroger sur les causes et les responsabilités, sur la nature de cette insécurité, il suffit de constater qu’elle est là, et de s’interroger sur la manière de la faire disparaître. Pour les partisans de la manière forte, il est clair que seuls des esprits faibles peuvent perdre leur temps à s’interroger sur le pourquoi  ; les réalistes et les efficaces savent bien qu’il faut se concentrer sur le comment ! Pour pouvoir stigmatiser les réactions des pauvres, il faut bien d’abord convaincre qu’il n’y a pas de rapport entre violence et pauvreté. C’est là que la démarche a été habile ; elle a consisté à s’appuyer sur l’affirmation, peu contestée, qu’on ne pouvait pas tout expliquer par la pauvreté, pour inverser la charge de la preuve. En dressant des barrières de protection, la société que l’on construit devient vite invivable.

Aujourd’hui, la Justice est discréditée, la répression est la seule solution entrevue et poursuivie. La criminalisation de catégories de population par la présomption de culpabilité permanente est de plus en plus oppressante, transpire dans les journaux télévisés qui délaissent l’enquête et participent activement à la surenchère de faits divers et à la réaction suivant la gravité. Et les policiers jouent dorénavant le rôle de forces de l’ordre contraintes de jouer dans cette surenchère, pressées par des circulaires et des demandes de résultats, perdant tout leur rôle de prévention auprès de la population.


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • lebaron (---.---.132.72) 10 novembre 2006 11:26

    très bon article, politiquement nous ne sommes pas du même bord puisque je suis legitimiste mais je reconnais que votre constat sur le mauvais emploi de notre police est fin et juste.


    • Marsupilami (---.---.93.165) 10 novembre 2006 11:35

      D’accord à 100 % avec ce commentaire. J’ajoute que le passage du statut de « Gardiens de la paix » à celui de « Forces de l’ordre » n’a rien de choquant : après tout, la paix n’est jamais que l’ordre qui règne entre deux guerres, qui sont des désordres.


    • seb59 (---.---.180.194) 10 novembre 2006 11:31

      Malgré tout ce qu’on leur reproche, ils font quand meme un boulot difficile et necessaire.

      Mal aimés par l’opinion publique, non soutenus par les politiques, critiqués par les journalistes (evidemment, « tout va mal » se vend mieux que « tout va bien »), j’aimerai pas etre a leur place.

      Autrefois le metier de policier avait un certain panache aupres des gens, il ne tient qu’à chacun de leur rendre un peu de celui ci , non ?


      • Artefact (---.---.216.69) 10 novembre 2006 11:45

        Bonjour,

        Merci de votre article, je rejoins tout à fait votre analyse de l’évolution de la perception qu’a le peuple de ses « gardiens de la Paix » (qu’ils nous la fichent demandait Coluche).

        Il me rassure de me rendre compte que je ne suis pas le seul à le ressentir : sans être de mauvais citoyens, on en vient à éviter de croiser la maréchaussée, ne sachant pas quelle nouveau décret ou loi ils risquent de nous sortir, sous quel prétexte nouveau ils vont nous chercher noise : cela crée le sentiment d’insécurité qu’ils sont sensés combattre.

        Je le disais dans un autre commentaire, mais je préfère 1000 fois le traditionnel voir caricatural gendarme, main au Képi « bonjour monsieur, les papiers du véhicule je vous prie », au flic d’aujourd’hui, aux méthodes de cow boy, main sur le soufflant « bouge pas surtout, connard ».

        Suis prêt à respecter le premier, le second me fait fuir. (Ok, je force le trait, et tous ne sont pas comme ça, pour le moment du moins)


        • Zorbec Legras (---.---.71.55) 10 novembre 2006 12:31

          La distinction entre « gardiens de la paix, aujourd’hui forces de l’ordre » n’est pas fortuite, car depuis le 11/09/2002 sous prétexte de « lutte anti-terroriste » on a vu l’arsenal répressif s’étoffer considérablement tant au point de vue législatif (avec les lois Perben 2 introduisant le prélèvement obligatoire d’empruntes ADN pour tout les délits sauf pour les délits financiers) que attitude des policiers sur le terrain. Au point que l’on assiste à une telle régression des libertés publique que l’on assiste à une vraie criminalisation du citoyen, nous sommes tous soupçonné d’être des voleurs, des pédophiles,ou des contestataires dangereux remettant l’état et la police en question. Cet état de fait est imputable à 90% à une seule personne, Nicolas Sarkozy dont le but ultime est bien sûr la prise de pouvoir. Je pense que les policiers eux-mêmes sont les victimes de l’ambition forcenée de leur ministre (le fossé n’a jamais été si grand entre eux et la population).

          Laissez moi vous citer cet extrait d’un rapport d’ « Anmisty International » :

          "Mauvais traitements infligés par des agents de l’État

          Les statistiques publiées en mai par la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), organe de surveillance de la police et des prisons, laissaient apparaître que le nombre de saisines pour actes de violence ou brutalités imputables à la police avait presque doublé en 2003 par rapport à l’année précédente. La CNDS a préconisé des réformes structurelles de grande ampleur. Les organes chargés d’enquêter sur les plaintes déposées contre des policiers à Paris et dans les autres régions ont constaté, pour la sixième année consécutive, une augmentation du nombre de ces plaintes. Elle dépassait les 9 p.cent en 2003 par rapport à l’année précédente. Les policiers continuaient de bénéficier d’une impunité de fait : les plaintes étaient souvent classées sans suite ou n’étaient traitées par la justice qu’avec retard. En revanche, celles déposées par des policiers pour outrage et rébellion étaient généralement examinées sans délai par les tribunaux.

          En octobre, la CNDS a conclu que l’Inspection générale des services (IGS), l’organisme chargé d’enquêter sur les plaintes déposées contre des fonctionnaires de police dans la région parisienne, avait mené une enquête inefficace sur une attaque raciste lancée par des policiers contre des membres de la communauté kabyle qui fêtaient la nouvelle année à Paris. Au mois de décembre, la commission Citoyens-Justice-Police, regroupant des associations de défense des droits humains et des juges, a signalé que 60 p. cent des victimes d’actes de violence imputables à des policiers entre les mois de juillet 2002 et juin 2004 étaient des étrangers. Les 40 p.cent restants étaient des Français dont beaucoup avaient apparemment été pris pour cible parce qu’ils semblaient être d’origine étrangère.

          Dans un rapport publié en mars à la suite de visites effectuées en 2003, le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) a de nouveau déploré que, dans certains cas, les autorités ne permettent aux détenus de rencontrer un avocat que trente-six heures après leur placement en garde à vue. Le CPT a souligné que tout un chacun devait pouvoir consulter un avocat dès le début de la privation de liberté ainsi que durant les interrogatoires, ce qui n’est pas le cas actuellement.

          En avril, Sukwinder Singh, demandeur d’asile, aurait été brutalement frappé par un policier dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris. Le policier aurait cogné la tête de ce vendeur à la sauvette contre une voiture et il lui aurait donné des coups de poing au visage et sur le corps, avant de lui passer des menottes et de l’emmener au commissariat. Sukwinder Singh, qui s’est ensuite évanoui dans la rue, a dû recevoir des soins à l’hôpital. Selon certaines informations, le policier l’avait déjà brutalisé au début de l’année et lui avait réclamé de l’argent. La plainte déposée auprès de l’IGS n’avait, semble-t-il, pas été suivie d’effets à la fin de l’année.

          Au mois de novembre, Abdelkader Ghedir a eu une fracture du crâne après avoir été interrogé par des policiers et des membres de la Surveillance générale (SUGE), le service de sécurité interne de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), qui l’accusaient d’avoir jeté des pierres sur des trains. Ce jeune homme est tombé dans le coma et il a été hospitalisé. Trois membres de la SUGE ont été mis en examen pour violences volontaires ; l’un d’entre eux, qui aurait donné un coup de genou à la tête d’Abdelkader Ghedir, a été placé en détention provisoire. Les autorités ont refusé de confier une enquête à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), alors que des policiers présents sur les lieux avaient, semble-t-il, été témoins des violences alléguées.

          Mise à jour : en décembre, le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné deux policiers du commissariat d’Asnières à huit et quatre mois d’emprisonnement avec sursis pour des violences volontaires exercées en 2001 contre Yacine (pseudonyme), un adolescent de seize ans. Les violences « allaient bien au-delà de l’usage raisonné de la force », a estimé le tribunal. La substitut du procureur avait requis la relaxe. Yacine, qui avait dû recevoir des soins en urgence, a subi l’ablation d’un testicule. Les policiers ont interjeté appel de leur condamnation."


          • Bourricot Zerth 10 novembre 2006 12:39

            « Je pense que les policiers eux-mêmes sont les victimes de l’ambition forcenée de leur ministre »

            Le secrétaire régional d’île de france du syndicat de polie Alliance, syndicat connu pour être pro sarkozy, a appelé la semaine dernière à la démission du ministre de l’Intérieur.

            Malheureusement, cette information est passée aux oubliettes. Seul Dimanche+, l’émission de Laurence Ferrari sur Canal+ l’a relevé, constat relevé par Arrêt sur Images, émission de Daniel Schneidermann dans son dernier numéro.

            Le représentant appelle à la démission en demandant au ministre de se consacrer à sa course présidentielle car dit-il, le travail de ministre de l’Intérieur et l’ambition personnalle ne sont pas conciliables.


          • seb59 (---.---.180.194) 10 novembre 2006 14:32

            @zorbec

            Ne generalisons pas non plus, tous les policiers ne sont pas des « ripoux ». Ils y a des brebis galeuses partout.

            Pour Yacine, il faudrait peut etre voir la raison qui a poussé ces policiers a de tels agissements. (Perso, je n’aime pas qu’on parle mal de ma maman, ou qu’on menace ma femme)


          • (---.---.79.7) 10 novembre 2006 12:50

            Excellent article et analyse perspicace et fine. Merci.

            Il est grand temps que cette cette dérive sécuritaire cesse. Est par ce que leur autorité et leur crédibilité est faible qu’ils deviennent si nerveux et si agressifs ?

            Certaines remises en questions urgentes s’imposent et aucune solution brutale ne règlera les problèmes, bien au contraire..... !!!!


            • Bourricot Zerth 10 novembre 2006 13:04

              Dérive sécuritaire difficile à contenir. A la question posée à une journaliste russe lors de la commémoration de la mort des deux personnes dans le transformateur le 25 octobre dernier : « Pensez-vous que les journalistes attendent de nouvelles émeutes ». La journaliste répond : « Un journaliste est une personne qui attend le plus horrible, pas vous ? »

              La derive sécuritaire n’est pas le seul fait de la police mais le fait de l’ensemble d’une société qui réagit au nom du bon sens et qui est nourrie à l’image choc, loin des réalités. Les banlieus à travers le prisme des médias et des politiques sont véritablement un lieu dangereux où il n’est pas bon d’y mettre les pieds.

              Pourtant, le 9.3. pour prendre un exemple tant décrié est un des département les plus riches par les manifestations culturelles, il s’y passe chaque jour des initiatives toutes plus intéressantes les unes que les autres. Rappelés à l’ordre, les médias font des sujets dits positifs sur la banlieue. Mais en voyant ces sujets construits selon un dispositif, on a l’impression qu’il s’agit de miraculés de la banlieue.

              L’insécurité est un sentiment qui nous a été progressivement imposé comme évident. Et pourtant quelle est aujourd’hui la véritable ampleur de l’insécurité ?

              Les policiers sont fatigués des discours. Sans vouloir en core l’avouer mais le laissant deviner dans certains discours, ils condamnent la politique sécuritaire de N.Sarkozy, car les premiers à recevoir l’effet du boomerang c’est eux. Coincée entre les circulaires d’état, et une conscience qui leur crie que tout cela ne tourne pas rond, la force de police se délite et perd peu à peu de son crédit auprès de la population.


            • c florian (---.---.162.39) 10 novembre 2006 15:11

              un département riche ne veut pas dire que les habitants le soient, et ils peuvent créer de la richesse sans en profiter.


            • Jade Jade 10 novembre 2006 15:49

              @ IP:xxx.x75.37.70 qui n’a pas le courage de laisser son nom :
              « Le 93 est même le second plus riche département français, en € ! » <— avant d’énoncer des chiffres c’est bien de se renseigner correctement... d’après le classement qui suit le 93 (seinte saint denis) n’apparait qu’a la 7eme position
              « Les départements les plus riches au regard de cet indice sont : les Hauts-de-Seine (450 €/hab), les Yvelines (160 €/hab), la Savoie (147 €/hab), le Val-de-Marne (144 €/hab), la Haute-Savoie (118 €/hab), le Haut-Rhin (114 €/hab) et la Seine-Saint-Denis (106 €/hab). »
              Personnellement j’ai une personne de ma famille qui y vit et ca me fait rire quand je lis ce que tu écrits.. de quel droit juger des personnes sur le fait qu’elles n’aient pas de sang francais ? et comment on juge qui est de sang français apres tous les mouvements migratoires que notre planete a connu depuis l’existence de l’homme ?
              Moi personnellement je suis bien moins chagrin que toi et je me réjouis de voir une population métissée dans le 9.3 qui apporte a mon sens une fraicheur certaine dans les quartiers. En tout cas bien plus que des français nationnaliste grincheux de ton genre !
              Et pour en revenir aux flics.. Ben ceux du 9.3, s’ils étaient moins cow boy et moins hargneux on aurait tres certainement évité les émeutes de l’année derniere.. Meme moi qui suit français (de « sang francais » pour reprendre tes termes) et me sui fait controlé dernierement je me suis retrouvé menacé par le flic d’aller en garde a vue pendant 5 heures parce que j’avais oublié mes papiers qui étaient chez moi a 200 m du point de controle ! Je parlais gentilment et il m’aboyait a la figure en se vantant d’avoir tous les droits !
              Avec un comportement quotidien de ce style la je comprends que des personnes en situation sociale difficile finissent par péter les plombs !


            • (---.---.37.70) 10 novembre 2006 16:23

              « un département riche ne veut pas dire que les habitants le soient, et ils peuvent créer de la richesse sans en profiter. »

              Bein, non, c’est du fait des redistributions massives. Et par exemple du taux d’équipement collectif, largement supérieur à celui des quartier dit riche de certaines villes..


            • Sam (---.---.129.10) 12 novembre 2006 13:44

              Zerth

              les forces de police se délite et perd peu à peu de son crédit auprès de la population.

              Après Vichy, elles avaient mis quarante ans pour reconquérir sinon l’estime, du moins la légitimité auprès de la population.

              Elles vont devoir repartir à zéro.


            • Le péripate Le péripate 10 novembre 2006 13:27

              Je propose d’interdire les cranes rasés dans la police.


              • Jade Jade 10 novembre 2006 15:50

                je propose d’expulser les gens ayant des propos xénophobes !


              • Bill (---.---.76.11) 10 novembre 2006 13:45

                Tout à fait d’accord sur le fait que la police est mal utilisée ! Eux-même sont dépités du manque de considération de leurs concitoyens et sont bien conscients que le rôle qu’on leur fait jouer les déssert. Pour ce qui est des bavures cela va être de pire en pire pour une raison bien précise : qui veut être policier aujourd’hui ? C’est la raison pour laquelle on prend à présent n’importe qui. Enfin l’argument va dans les deux sens : beaucoup de bléssés dans la police pendant les émeutes, aucun chez les émeutiers. On leur demande de se laisser taper sur la gueule et de se retenir ou tout comme... !

                Pour la police spectacle, espérons que Sarkozy s’arrêtera avant de faire suivre les poursuites en hélicoptère comme aux Etats-Unis !!!


                • seb59 (---.---.180.194) 10 novembre 2006 14:34

                  @bill

                  « faire suivre les poursuites en hélicoptère comme aux Etats-Unis !!! »

                  heu.... moi je suis pour, ca nous changerait de la star-ac. smiley


                • Jade Jade 10 novembre 2006 15:56

                  @ bill :
                  « Pour la police spectacle, espérons que Sarkozy s’arrêtera avant de faire suivre les poursuites en hélicoptère comme aux Etats-Unis !!! »
                  je vais etre un peu hors sujet par rapport au sujet de cet article mais je suis assez pessimiste sur le fait qu’il s’arrete en si bon chemin le sarkozy.. tout son programme électoral et ses projets pour arriver au pouvoir sont basés sur le programme de la peur (insécurité) et du show médiatique ! un peu comme son ami bush qui a réussit a se faire réélire en 2004 sur ce theme la « le monde est dangereux mais avec moi ne vous inquiétez pas je vous protège »...
                  Personnellement je ne pense pas que l’insécurité mérite de figurer seul au premier plan.. D’accord a mettre le doigt sur d’éventuels casseurs ou bruleurs de bus mais qu’est ce qu’il fait de l’injustice (controle de flic ou on te juge coupable avant meme d’avoir les preuves en bafouant la présomption d’innocence), l’économie du pays, le lien social entre les gens ? smiley
                  Oups j’ai dit social pour sarko y’a rien de social c’est vrai smiley


                • Bill (---.---.76.11) 10 novembre 2006 17:05

                  Mon cher Jade, je suis d’accord et pas d’accord avec toi. Comment veux tu que l’état s’occupe de lien social ? L’état est un monstre froid ! Nous ne sommes pas dans une monarchie dans laquelle le lien social est personnifié, le prince se rendant dans les maisons de retraite ou dans les écoles. Je redis ce que je pense ici : les flics ne sont pas des assistantes sociales mais on ne doit pas non plus leur demander de s’acharner sur telle ou telle population, je suis bien d’accord !

                  Le lien social se fera naturellement quand les quartiers seront tranquilles, et il se fera naturellement. Moi je fréquente le moins possible mes voisins parce que le lien social de se raconter des conneries sur le quartier et ses voisins ou sur les chats et les chiens du coin ça me gonfle ! Je vais pas au réunion entre voisins qui ont lieu chaque année, je suis sur que je m’y emmerderai à mourir ! Par contre si je peux aider quelqu’un à coté de chez moi je le fais volontiers !

                  Je te salut bien !

                  Mon Seb tu as bien raison, les poursuites en voiture au final ça aurait plus ge « gueule » que d’entendre des conneries à la télé !


                • Jade Jade 10 novembre 2006 17:45

                  @ bill : alors la sur le coté voisinage/potin je suis tout a fait d’accord avec toi ! mais ca peut etre sympa de garder un minimum de contact ne serait ce que pour se rendre des petits services mutuellement.. Mais le débat n’était pas la et ce n’était pas de ce lien social dont je voulais parler.

                  Contrairement à toi je pense que l’état peut intervenir dans certaines situations mais peut-etre que de ce coté la on n’a pas le meme point de vue et je le conçois. Si tout le monde avait la meme opinion sur tout on n’aurait jamais de débat pour faire progresser les choses, d’autant plus qu’il n’y a pas qu’une seule solution pour résoudre tous les problemes de société c’est beaucoup trop complexe pour avoir besoin d’une solution unique.
                  Moi en fait je pensais plus aux maisons de quartiers et aide éducateur. Je pense que tu vis plutot correctement comme moi et tu n’es peut-etre pas concerné par ce probleme la mais force est de constater que si en banlieue ca pète c’est qu’on a un réel probleme social.. S’attaquer a des forces de police n’est pas anodin, quand on en arrive la d’apres moi c’est qu’on est vraiment désespéré.

                  Une des solutions adaptée quand on voit vraiment le fond du problème serait des maisons de quartiers et des aides éducateurs comme il en existe ici dans ma ville. En fait des gens qui sont la pour orienter les gens qui cherchent un travail, des aides aussi pour les immigrés afin qu’ils maitrisent bien la langue française et puis des activités pour les plus défavorisé (mon cousin est aide éducateur dans le 9.3, c’est l’état qui le rémunère et les collectivités qui permettent à son organisme de payer pour moitié des activités de plein air pour les enfants de parents vivant difficilement)... Mais il n’y a pas que ce genre de solution, la police de proximité (n’en déplaise a Monsieur Sarkozy) apportait énormément notamment sur Toulouse. Meme si elle n’était la qu’en journée et pas de nuit elle apportait aux populations qui risquait de basculer dans la délinquence. Le seul vrai probleme de la police de proximité en fait était surtout qu’elle biaisait les statistiques de dépot de plainte et trouble a l’ordre public et Monsieur Sarkozy avait besoin de chiffre pour montrer qu’il a une action efficace sur l’insécurité

                  Maintenant je ne dis pas non plus « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil et on fait que du social en veux tu en voila ! ».. Meme si tu fais du social il reste toujours des irréductibles incorrigible et la il faut aussi la solution de la répression et prendre des mesures fermes.

                  Maintenant ce qui cloche actuellement et c’est ce que l’auteur souligne c’est qu’on est dans un système unique du tout répressif ! Comme je le disais tout a l’heure tu ne peux pas résoudre un probleme complexe uniquement avec une seule solution mais avec un panel de plusieurs solutions (je pourrai te parler aussi d’économie ou ma réponse pourrait etre la meme.. ne faire que du libéral ou que du social c’est stupide il faut un mixage des deux)
                  Dans le sujet actuel d’après moi la vrai solution de fond qu’il faudrait mettre en place c’est un mixage entre social (pour traiter le probleme de fond) et répressif (pour traiter le probleme de forme)..


                • Bill Bill 10 novembre 2006 18:13

                  Mon cher Jade, je vois que tu n’as pas lu mes petits discours sur la police de proximité, j’y suis tout à fait opposé pour la simple raison que je considère que ce n’est pas leur rôle ! Mais comme toi en effet je veux bien que nous inventions une autre sorte d’institution de proximité, pourquoi pas, mais que ce soit moins naïvement que ce que nous avons fait jusqu’ici ! Par ailleurs tout cela existe déjà, les maisons de quartier et les endroits pour chercher du boulot aussi.

                  Tu me dis que je dois vivre dans un certain confort, j’ai eu des hauts et des bas (comme tout le monde surement).

                  Mais je vais surtout te dire le fond de ma pensée : je trouve anormal que l’état prenne du pognon d’un coté pour le distribuer lui-même. L’entraide doit se faire des citoyens vers les citoyens. On vient prendre ton pognon avant même que tu l’ai reçu sur ta feuille de paye et on le distribue dans ton dos ! Au fond nous sommes des généreux qui s’ignorent... Et après on va se plaindre en disant qu’il n’y a pas de lien social, les autres écrivent dans la rubrique opinion du journal métro que les français ne sont pas généreux.


                • Bill Bill 10 novembre 2006 18:21

                  Bien sur il serait difficile de faire en sorte qu’une véritable solidarité existe entre les citoyens, j’en suis conscient, cependant nous laissons tout à l’état qui par ses subventions nous dicte presque nos choix culturels, ici je pense au mécénat. Nous ralons pour que l’état agisse en tout, pour les SDF par exemple mais nous ne les approchons pas pour autant, pour les « défavorisés » (encore un mot-slogan bidon). C’est Rome, la vieille République qui nous l’a enseignée, il faut donner du pain et des jeux au peuple ! Et quand l’état le fait ça n’a rien d’anodin.Lis à ce propos ce qu’en dit La Boëtie (le discours de la servitude volontaire) disponible dans Wickipédia.


                • Jade Jade 10 novembre 2006 19:00

                  @ bill : si si j’avais bien lu ton avis sur la police de proximité et je sais que tu es contre... je donnais juste mon avis en argumentant sur le fait que le probleme de fond est bien de faire diminuer la délinquence et ca ne peut pas se faire que par du répressif et je vois qu’on est bien d’accord sur ce point la..
                  Maintenant je ne pense pas que ça puisse se faire par un acte citoyen et pour plusieurs raisons.
                  La première raison est qu’on est de plus en plus dans un monde qui se cloisonne et les gens se recentrent sur eux-memes (c’est ce qui est logique j’arrive a le concevoir) alors je ne sais pas vraiment comment on peut leur demander d’aller dans les quartiers difficile d’eux meme. D’ailleurs il existe deja des actions de ce type la avec du bénévolat et où un adulte parainne un enfant de son quartier.
                  Mais tout cela ne suffit pas car ca reste des cas isolés qui ne traitent pas les problemes de la majorité des cas en difficulté..
                  La deuxième raison c’est qu’il faut des personnes qualifiées pour savoir parler et traiter les problemes. Comme je te disais mon cousin est aide éducateur et ils reçu toute une formation de départ pour s’insérer dans les quartiers difficiles. Il y a un truc tout bete par exemple les personnes des quartiers se retrouvent en bande et accepte aussi très mal les gens extérieurs a leur quartier. Ils ont des techniques pour savoir leur parler et intégrer leur groupe afin de créer un lien humain.
                  Enfin ces mesures existent actuellement oui mais elles méritent d’etre renforcées a mon avis en plus du fait que derriere certains policiers se calment et arrete d’agresser haineusement pour n’importe quel pretexte comme montrer « qui c’est qui a le baton du pouvoir ».. J’ai parlé de ma rencontre tres désagréable avec ce style de policier mais moi c’est arrivé une fois par hasard... les banlieusards ils supportent ça au quotidien (« file moi tes papiers ou je t’amene a un concentrateur »)
                  En bref et pour résumé je continues a penser pour toutes ces raisons qu’un acte citoyen ne peut suffir a renouer les liens sociaux, une aide de l’état est bien plus adéquate car avec des professionnels qui connaissent leur travail..
                  Maintenant ca a un coût je te l’accorde et le pays est surchargé d’impot deja mais je pense que comparé aux dégats de l’année derniere dans les cités (200 millions d’euros) sans compter la qualité de vie du citoyen lambda on s’y retrouverait largement.. D’autant plus si l’état s’engageait a mieux dépenser et mieux organiser l’administration pour fournir plus de service de proximité mais la c’est un autre débat qui nous fait sortir du sujet principal smiley


                • Bill (---.---.76.11) 13 novembre 2006 09:55

                  ... Pardon, je fais juste un petit essai pour voir en quelle couleur va apparaitre mon post, votez contre !


                • Bill Bill 13 novembre 2006 10:41

                  @ jade

                  Mon cher Jade, je réponds un peu tard à ton post, je n’ai pas encore internet à la maison !!!

                  Je suis en partie d’accord avec toi, j’y ajouterai quelques nuances toutefois. Je pense en effet qu’il est anormal que les intervenants dans les cités soient obligés de se plier à leurs codes, c’est à dire façon de parler, façon de s’habiller ? C’est à eux de se plier à la société, pas l’inverse ! Le fait que la police soit considéré comme étant trop présente est sans doute oppressant, cependant si elle intervenait de façon précise et avec fermeté, si la justice faisait son travail, si les mineurs sentaient une véritable autorité, les choses s’aplaniraient sans doute bien mieux ! Comprends moi, tu es peut-être père de famille comme moi, un père qui n’a aucune autorité élève mal ses enfants, un père qui en abuse aussi mais s’il ne se fait pas respecter il ne saura pas les éléver correctement. Je suis confondu du discours que j’entends souvent et qui consiste à excuser les petits malfrats, y compris pour les choses les plus ignoble ! Hier dans un reportage des femmes parlaient de ces jeunes gens de l’affaire du bus de Marseille et disaient que les pauvres s’ennuient et qu’il faut les comprendre ! En effet, je crois aussi qu’ils n’ont pas brulé cette jeune femme intentionnellement, mais si l’état était plus ferme, ces jeunes imbéciles n’iraient pas bruler des bus au risque de se faire prendre.


                • Bill Bill 13 novembre 2006 10:54

                  J’ajouterai qu’il est criminel de la part de l’état d’avoir créé le système des « grands frêres », qui consiste à fragmenter le pays en créant des « ilots » dans l’état. C’est une vision ethnique des choses qui nous conduira tout droit à la guerre civile.

                  Bien à toi !


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 novembre 2006 13:46

                  « Chaque fonctionnaire de police reçoit avant d’exercer ses fonctions le Code de déontologie de la police nationale, »

                  Pour info ce code a été demandé par les syndicats de police , qui ont obtenus satisfaction, je crois en 1985, et ce une dizaine d’années après leur première demande !

                  Pour terminer, ce n’est pas la police qui part à volo, mais l’ensemble de notre société !

                  @+ P@py


                  • (---.---.91.253) 10 novembre 2006 13:51

                    Quel dommage finalement que tous les policiers n’aient pas le cerveau de Robocop !


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 novembre 2006 14:59

                      Comment voulez vous que notre société fonctionne harmonieusement quant on rosse pandore, et que l’ont relâchent des gros trafiquants de drogue au motif qu’il manque une virgule sur leurs procédures. ;

                      Pendant ce temps, on emprisonne un citoyen en état de légitime défense là est le scandale, car je pense que l’incarcération préventive de ce commerçant qui a abattu le cabrioleur qui s’était introduit chez lui avec un 357 magnum n’était pas nécessaire, car la justice pouvait bien suivre son cours sans ce passage en prison !

                      @+ P@py


                      • c florian (---.---.162.39) 10 novembre 2006 15:19

                        la justice a des failles, mais les juges ne peuvent qu’appliquer la loi issue du peuple et de ses représentants. beaucoup de choses sont à revoir mais on ne s’interesse qu’au laxisme des juges sans vraiment savoir pourquoi des délinquants ne sont pas condamnés. les avocats connaissent mieux les lois que les flics, quand la forme n’est pas bonne, le fond n’est même pas étudié.

                        en ce qui concerne le commerçant, personne ne connait toute l’histoire. ce n’est pas en regardant la télé que l’on doit porter un jugement, la justice n’est pas la star academie. les juges font leur travail, faisons leur confiance. on a de nombreux exemples ou l’emballement médiatique a déformé la réalité.


                      • Bourricot Zerth 10 novembre 2006 15:41

                        @ c florian

                        Un seul média s’est intéressé à ce qui s’est passé réellement concernant le salon de thé à Grigny : Libération. Fait très bien relevé par Arrêt sur Images.

                        Le journaliste a été le seul a mené une enquête de fond et révèle notamment qu’un climat délétère régner sur la cité depuis la veille au soir.

                        [url=http://simon.lerat.free.fr/Quartiers.doc/]Voir l’article de Libération[/url]

                        Une fois de plus ca pose la question du travail des médias. Les sujets sensibles tels que la banlieue doivent être traités en profondeur

                        Sur le même sujet, Arrêt sur Images a fait un beau travail :

                        [urlhttp://www.france5.fr/asi/008182/9/138593.cfm/]Arrêt sur Images : l’émission[/url]


                      • Deltarho (---.---.197.6) 10 novembre 2006 15:24

                        @ l’auteur

                        Article pertinent et « équilibré ». D’autant que deux « principes » intangibles de la république, repris dans chaque constitution, précisent :

                        /1- Que la police est là pour défendre la population et ne peut servir pour l’usage de ceux à qui elle est confiée.

                        /2- Que des « services » militarisés ne peuvent ni rendre la justice ni faire la police. Or depuis quarante ans la police a été militarisée à outrance, sous tous ses aspects.


                        • (---.---.55.209) 10 novembre 2006 15:26

                          « Il faut prévenir le crime avant qu’il n’ai eut le temps de se consommer. Il faut donc des études pour connaitre les groupes à risque, et les mettre hors d’état de nuir le plus tôt possible. »

                          Bienvenue dans le monde de minority report... mais rappelez-moi... y’avait pas un bug dans l’histoire ?


                          • (---.---.37.70) 10 novembre 2006 16:27

                            Aucun bug. La prévention est une idée que beaucoup de français aprouvent. Une prophylaxie sociale effective se doit certes d’être scientifique. Mais enfin, on connait les groupe à risque. Arretons l’hypocrisie.


                          • Artefact (---.---.248.105) 10 novembre 2006 16:45

                            Oui, oui, on peut les reconnaître dès la maternelle parraît-il...

                            J’ai revu le film « the Wall » des Pink Floyds y’a pas longtemps, et le genre de commentaire ci-dessus me fait penser à ces files de gosses qui partent à l’abattoir, victimes des gens qui savent ce qui est bon pour eux, ou qui pensent qu’il n’y a rien de préférable à la ligne droite.

                            Froid dans le dos tout ça. Ben désolé, mais je pense que les déviants sont source de renouvellement pour une société, d’embellissement.


                          • (---.---.37.70) 10 novembre 2006 16:59

                            Oui, le repérage est facile, car bien sur la génétique est trés importante dans l’affaire. N’oublions jamais que l’intelligence est génétique, et que si l’instruction peut la renforcer, elle ne la crée jamais. Les Lois de la Nature sont implacables. D’ailleur la gauche est d’accord avec cela, qu’elle dissimule sous le nom de « social », en fait « génétique ». On ne peut rien pour ces gens, sauf les éliminer de la Société pour la protéger. Donc acte.


                          • c florian (---.---.200.77) 10 novembre 2006 18:31

                            comme quoi des gens croient encore dans la théorie des races inférieures, ça doit être génétique également. malheureusement ce géne prend la place de celui de la réflexion.


                          • (---.---.37.70) 10 novembre 2006 18:39

                            Tsss, vous déformez à desein mais propos : je n’ai JAMAIS parlé de races supérieurs ou inférieurs, uniquement d’individu. Il est pur moi évident qu’un noir, un jaune ou un arabe peut parfaitement naitre avec un énorme QI. Le reste est aprés affaire de Culture (une culture inférieure étant peu favorable), donc d’éducation (l’éducation nationale égalitariste étant peu favorable). Personne ne nie que certain chinois, etc furent des génies : inutile de me faire passer pour un nazi, c’est petit et indigne de vous.


                          • (---.---.161.114) 10 novembre 2006 20:46

                            Oui tu as sans doute raison...c’est sur que les « individus » de mauvaise couleur, c’est facilement repérable. Pas besoin d’être nazi pour etre un raciste suffisant smiley

                            et alors tu proposes quoi, Mr le juge des « individus inférieurs » ? On les tue à la LePen Fantasy ou on les place preventivement a guantanamo a la Sarko-Bush ? Ca va tout régler en France d’un coup, c’est evident.

                            La race superieure des cons est pas pret de s’éteindre, j en ai peur... smiley Personne ne me louerait sa cabanne au Canada ?


                          • Artefact (---.---.130.164) 11 novembre 2006 10:28

                            dis moi camarade (IP:xxx.x75.37.70), je pensais que tu jouais 2ème degré, mais la lecture de tes re commentaires me fait craindre, pour toi comme pour ton entourage, que non. On passe de « froid dans le dos » à « attérant »...

                            Deux trois réflexions : Tu mets la science au dessus de tout, admettons pour les besoins du débat, mais je subodore chez toi des bases mal étayées : saches

                            - que le débat inné / acquis n’est pas nouveau, qu’il est fort loin d’être tranché, que à l’instar de nombre de débats virulent, la vérité est probablement sise entre les deux extrèmes, et qu’il recèle souvent une bonne part de subjectivité eugénique dont il convient de se méfier comme de la peste.

                            - que j’ai rencontré chez les blouses blanches, en la présente occurrence chez les psychologues sociaux, autant de gens absolument passionnants et débordants d’empathie, que de crétins finis, arqués sur des certitudes. L’étiquette « scientifique » ne me semble donc pas remplacer un peu de hauteur de vue, qui plus est sur des sujets complexes

                            - que si le mot de biodiversité te dit quelque chose, tu dois avoir entendu que si nous n’avons plus pour une espèce qu’un seul génotype à notre disposition, la lignée est appelée à disparaitre. Après, c’est peut être ce qui peut arriver de mieux à la planète, que d’être débarassée du cancer hominien qui la ronge, mais nous nous éloignons du sujet « dérive de la perception des forces de l’ordre ».

                            - que l’ennui est né un jour de l’uniformité.


                          • jlhd (---.---.231.118) 15 novembre 2006 08:10

                            le titre meme de l’article démontre notre changement de société et de l’axe du mal peut on imaginer aujourdhui dans nos sympathiques banlieues quelques hirondelles comme on disait dans le temps avec leur pelerine circuler a velo quand a y mettre comme le disent les nanards une police de proximité les puvres seraient tres vite connus leurs enfants maltraités eux meme n’en parlons pas quand aux filles et aux femmes ?? malheuresuesement j’ai bien peur comme il etait ecrit il y a 30 ans par des chercheurs dans «  »la gnose de princeton«  » que cela aille en empirant alors gardien des la paix oui pour les casques bleus aux liban dans nos banlieuez se sera encore pur longtemps les forces de l’ordre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès