• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hier les EPAHDs étaient en grève, pourtant Anaïs est venue !

Hier les EPAHDs étaient en grève, pourtant Anaïs est venue !

Hier matin, Anaïs est arrivée chez nous alors que le jour n’était pas encore levé. Anaïs est une personne formidable comme le sont toutes ses collègues : aide-soignante dans un EPAHD. Chaque matin, hors ouiquinde, l’une d’elles vient assister ma belle compagne sur laquelle est tombée une terrible malédiction : Alzeimer. C’est ce qu’on appelle les soins à domicile.

Anaïs était en grève. Elle est pourtant venue travailler, avec le même sourire, la même générosité, la même compassion, la même efficacité, la même compétence, le même enthousiasme communicatif. Elle a seulement collé sur son sac une feuille blanche avec écrit « EN GRÈVE ». Anaïs fait partie de ces personnels des Epahds dont la mission est d’accompagner nos Vieux, nos Handicapés dans les difficultés de leurs dernières années.

Il n’y a pas de fric pour Anaïs et ses collègues. Mais il y en a pour exonérer d’impôts les pleins de thunes…

Il n’y a pas de fric pour les Epahds, mais il y en a pour subventionner Arnaud, Bolloré ou Bettencourt.

Il n’y a pas de fric pour la dignité des Vieux, mais il y en a pour financer des Jeux Olympiques, amalgame de drogués et de magouilles financières.

Je me souviens d’Alain Minc dégueulant son fiel ultralibéral il y a quelques années : « La collectivité nationale doit-elle payer les soins à de vieilles personnes qui ne travaillent plus, ne produisent plus, et dont l’espérance de vie est réduite ? ». Le problème, c’est de définir l’âge auquel on est vieux ; pour les entreprises c’est à l’approche de la cinquantaine, mais pour les sénateurs, à 80 ans on est toujours jeune !

Notre société est égoïste et la solidarité intergénérationnelle a de la peine à exister. La mode est au « jeunisme », pas à « l’âgisme ». Faut-il portant oublier que c’est grâce aux vieux que nous avons les congés payés, la Sécurité sociale, grâce à eux et à leurs luttes que nous bénéficions de tous ces « acquis » qui jour après jour, années après années nous sont enlevés.

On ne respecte plus les « anciens », parce que dans notre société basée sur l’apparence et le mythe de l’éternelle jeunesse, les vieux font peur, la vieillesse fait peur, c’est le dernier stade avant le néant, la mort que l’on s’applique à ignorer. Bientôt on va piquer les « vieux » !

C’est la chasse aux vieux ! Salauds de vieux ! Ça pue les vieux, ça se pisse dessus, ça renverse sa gamelle, et en plus ça gueule, c’est jamais content ! Et puis ça bouffe les vieux ! Et ça dure longtemps ! Ça refuse « d’optimiser la vie » les vieux, c’est-à-dire de crever lorsque la société de la « concurrence libre et non faussée » les trouve trop vétuste !

Pourtant ils ne l’ont pas volé leur retraite les vieux ! La retraite n’est qu’un salaire différé que je sache. Ils les méritent les soins des Epahds. Mais ce n’est pas de la saine gestion ça ! Faut réduire la sacro-sainte Dette ! Chasser les dépenses non rentables donc inutiles. Alors en loucedé, dans les coulisses des gouvernements, dans les « think tanks » ultralibéraux, il y en a qui travaillent sérieusement sur l’avenir de ces parasites de vieux. Et pas que des vieux, aussi des comateux, des handicapés, des trop malades. Bientôt pourquoi pas des trop moches, des trop récalcitrants à l’idéologie dominante, « pour abréger leurs souffrances », bien sûr. À la discrétion des autorités médicales ou à la demande des familles des « impétrants » à l’euthanasie. Euthanasie, tiens, en voilà un joli mot ! Ça fait savant, propre sur soi, pas.

Ces lois sociétales soi-disant modernistes « d’optimisation de la vie » (euthanasie, suicide assisté, procréation médicalement assistée, gestation pour autrui) sont en passe d’être imposées à la masse populaire par les puissants lobbies de bobos influents. Eux-mêmes manipulés par le culte du pognon de la société ultralibérale : élimination des gens qui ne seront plus productifs, économies conséquentes sur les retraites, remise à flot de la Sécu. Une journée d’hôpital coûte cher à la collectivité donc, en ces temps d’austérité, abréger la vie ou suggérer aux patients que ce serait mieux qu’ils cessent de vivre parce que leur vie est devenue indigne va faire faire à la société de substantielles éconocroques ! C’est choquant ? Eh… Ouvrez les yeux. En Belgique, les vieux ont une peur panique d’aller à l’hosto. Aux Pays-Bas la question du vieillissement de la population et de son coût pour la société a été clairement posée puis lâchée tant elle choquait la population…

Heureusement il y a encore des Anaïs, des Nina, des Nouria, des Patricia, des Carole…

Lorsque ma compagne, mon amour, ma belle maîtresse est tombée – encore jeune - dans le gouffre de cette calamité nommée Alzheimer, le ciel (auquel je ne crois pas) m’est tombé sur la tête. Une horreur. Vous voyez régresser jour après jour celle que vous aimez. Vous la voyez descendre irrémédiablement. Vous la voyez s’étioler physiquement, s’évaporer mentalement. Vous subissez les conseils de personnes qui pensent que vous devriez « la mettre dans une maison spécialisée ». Moi je m’y refuse et j’ai choisi de m’en occuper tant que je serai là. Mais ce tête à tête permanent avec la déchéance de la personne que vous aimez est très éprouvant. D’abord les dialogues qui s’étiolent, qui perdent toute pertinence, puis vient le coup de barre : lorsque, pour la première fois, vous êtes confronté à l’incontinence. Vous découvrez alors ce que vous avez tant adoré sous des horizons nouveaux si je puis dire… À partir de là, en parfait accord avec le fils de ma chérie, nous avons fait appel à de l’aide extérieure. Sous forme de la venue à domicile, chaque matin hors ouiquinde, d’une aide-soignante se chargeant de la toilette de ma compagne. Puis, deux fois par semaine par la venue d’une aide à domicile venant tenir la maison un peu mieux que ne le fait un homme ! Et par l'accueil de jour permettant, plusieurs fois par semaine, de socialiser la ou le malade et à « l'aidant » de respirer un peu.

Et j’ai découvert deux choses : d’abord que notre pays, notre république, même imparfaite – et je suis le premier à gueuler ! - ne laisse pas tomber ses citoyens. J’ai trouvé des fonctionnaires territoriaux dévoués, compréhensifs, compétents qui se sont « décarcassés » comme on dit chez nous pour nous venir en aide. Ensuite, j’ai découvert des personnes merveilleuses, ces aides-soignantes, ces auxiliaires de vie qui apportent non seulement leur savoir-faire, mais aussi et surtout leur sourire, leurs paroles, leur présence, leurs conseils éclairés, leur gentillesse. Elles sont comme des rayons de soleil.

Eh ! Ci-devant président Jupitounet, si tu veux un peu atténuer ton image peu flatteuse de « président de riches », pense à la dignité de ceux sans lesquels tu se serais pas ce que tu es. Et lâche généreusement des thunes pour toutes les Anaïs des Epahds.

 

Illustration : merci à Faujour


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 31 janvier 12:13

    La mafia des maisons de retraites...les enfants ne veulent plus s’occuper de leurs parents...peuvent pas acheter à crédit une bagnole et garder les parents à la maison faut faire un choix !


    • bob14 bob14 31 janvier 14:49

      @bob14....en plus c’est vrai..lapreuve ils votent Macron Hollande ou Sarkozy...les grands enfumeurs !


    • lloreen 31 janvier 12:31

      « Et lâche généreusement des thunes pour toutes les Anaïs des Epahds. »

      L’argent n’existe pas...Il n’y a que de la monnaie-dette (=monnaie de singe) qui établit entre les différents récipiendaires une relation de maître à esclave. Tant que ceci n’est pas compris, des hystériques psychopathes puissance « n » du même calibre que celui dont vous citez le propos et qui sévissent à la tête des états continueront à pourrir l’existence de ceux qui ne le comprennent pas .

      La dictature mondiale de la haute finance a transformé la planète en immense champ de ruines et les habitants en esclaves.
      Dans les cultures traditionnelles où les relations humaines sont encore davantage centrées sur les valeurs familiales nul besoin de structures où les « inutiles » sont expédiés pour que ceux qui peuvent encore servir soient usés jusqu’à la corde.
      En Afrique, ce sont les jeunes qui s’occupent des anciens.


      • frugeky 31 janvier 12:36

        Et c’est encore bien pire...
        Sous prétexte d’économies, on externalise tout.
        La lingerie, par exemple. Les fringues neuves sont volées, la livraison du linge est aléatoire nous obligeant à vêtir les patients de bric et de broc. Une honte totale pour les patients, les familles, pour nous...

        Et c’est encore pire dans le privé.


        • Ruut Ruut 1er février 07:17

          @frugeky
          Le privé c’est moins cher la première année et * 10 tous le reste du temps une fois que les compétences internes sont parties en pensions et que le sous traitant deviens indispensable et sans contrôle interne faute de compétences.


        • Blé 31 janvier 12:51

          Si ma mère n’avait pas été handicapée je l’aurai gardée à la maison mais malheureusement vu son état c’était impossible. Je l’ai donc mise en maison de retraite en 2000 et j’en ai un triste souvenir. Il y a toujours eu des sous effectifs en personnels résultat, en deux ans ma mère n’a jamais eu un bain bien que l’établissement en était équipé, une douche de temps en temps et si je voulais que ma mère ait les oreilles propres, je le faisais moi même.

          La vieillesse dans notre pays n’est pas vu comme une richesse (des savoirs et des expériences) mais comme une source de revenu. Combien sont payés les personnels qui dirigent ces établissement.

           53 € d’hostellerie par jour alors que beaucoup ne peuvent pratiquement plus manger et la nourriture industrielle des sociétés spécialisées (s’engraissent sans complexe) parfois est franchement pas mangeable et je que je ne suis pas difficile.


          • bibou1324 bibou1324 31 janvier 14:25

            Je vais sûrement poser une question stupide, mais tant pis ...


            Si l’on élimine le personnel administratif et la gestion de l’hébergement, on se rend compte qu’il y a en moyenne une aide soignante dans chaque ehpad pour 4 patients (taux d’encadrement moyen autour de 0.5, et approximativement la moitié du personnel seulement aide soignant). Soit, en faisant les 3 huit, une aide soignante pour 12 patients à chaque instant.

            Plutôt que les enfants paient 2000€ par mois pour faire garder ses vieux, pourquoi quelques familles ne se cotiseraient pas pour engager des aides soignantes à plein temps, en regroupant ses anciens chez les uns ou les autres ?

            Dit autrement, si demain je monte une maison de retraite pouvant accueillir 12 pensionnaire, employant 3 - disons 4 aides soignantes, que je me paye au smic pour faire à manger et le linge, le sol et les animations, ça va me coûter 7500€ par mois de frais de personnel (incluant mon salaire), et on va dire 1000€ par mois pour la nourriture. En remboursant 800€ par mois sur un crédit de 130 000€ sur 20 ans, plus que largement suffisant pour acheter et rénover une vieille bâtisse dans la Creuse, incluant l’achat de lits médicalisés.

            Ben vous savez quoi ? J’arrive pas à dépasser 800€ par mois par hébergé. Avec des vraies aides soignantes, en achetant une bâtisse, en payant les taxes qui vont bien à l’état. Bon j’ai pas tenu compte des tarifs de nuits, mais c’est l’ordre d’idée, mettons même 1000€ pour être large.

            Alors si des familles ont la place (prêt en moins à payer), qu’il y a des aides soignantes dans la famille (comment ça le black c’est mal ?), pourquoi des « ehpad communautaires » ne se mettent pas en place ? Non seulement les anciens seraient avec des vrais gens (lien intergénérationnel), mais en plus ça diviserait les frais pour les familles.

            Non ?

            • pemile pemile 31 janvier 14:29

              @bibou1324 « pourquoi des « ehpad communautaires » ne se mettent pas en place ? »

              Ca commence à se développer de plus en plus.


            • foufouille foufouille 31 janvier 16:07

              @bibou1324

              c’est pas autorisé et bien moins payé en vrai. tu as oublié les infirmières, le ménage, les fournitures comme les draps, etc.


            • pemile pemile 31 janvier 23:08

              @foufouille « c’est pas autorisé »

              Mais si, et en domicile partagé les personnes en perte d’autonomie sont considérées dans leur résidence principale et peuvent bénéficier de l’A.P.A et de l’A.P.L.


            • pemile pemile 31 janvier 23:58

              @bibou1324

              PS : par contre en relisant votre post, vous vous plantez sur votre calcul de personnels, en domicile partagé pour 8 locataires, c’est 2 assistants de vie pour la journée et 1 pour la nuit et cela revient à 1800€ par locataire smiley


            • Gasty Gasty 1er février 09:10

              @bibou1324

              Vos salaires sont exonérés des charges sociales ?


            • gaijin gaijin 1er février 10:54

              @bibou1324
              non .....
              dans la creuse il faut aussi faire venir un médecin , vous ne ferez pas non plus tout seul les repas le linge la compta le secrétariat etc et il faut prévoir 100 000 euros tous les 5 ans pour mettre votre établissement aux normes etc ..............


            • foufouille foufouille 1er février 11:06

              @pemile

              c’est pas une maison de retraite médicalisé et hors de prix.

              http://assap-clarpa.fr/fonctionnement/les-domiciles-partages


            • pemile pemile 1er février 11:14

              @foufouille « hors de prix. »

              C’est juste le prix d’une surveillance 24/24, non ?

              Deux assistants le jour pour 8 personnes en perte d’autonomie et 1 pour la nuit, c’est le minima, non ?


            • lloreen 31 janvier 14:56

              Pour info.
              http://www.dailymotion.com/video/x5gq4mo

              La solution est un monde sans argent (le jardin d’Eden) et le contributionisme permet de mettre fin à la relation maître-esclave née de l’illusion de la valeur d’une monnaie.
              Les besoins fondamentaux sont assurés et le temps gagné permet de s’instruire au contact des autres, de voyager, bref de mener une vie pleine et heureuse.


              • Rincevent Rincevent 31 janvier 15:36

                ...c’est grâce aux vieux que nous avons les congés payés, la Sécurité sociale, grâce à eux et à leurs luttes que nous bénéficions de tous ces « acquis ». Mais non, Victor ! Vous n’avez accès à aucun média, ou quoi ? Sinon, vous sauriez que ces générations sont responsables de tout ce qui nous arrive maintenant, voyons ! Si ’’tout le monde’’ le dit c’est que ça doit être vrai, non ? Même sur AGV, on peut lire ça, empaqueté avec les habituels gaucho, bobo, etc…

                Quant aux vieux pas rentables, à voir : dans les milieux financiers ça s’appelle ‘’l’or gris’’ et ça intéresse aussi les fonds de pension ‘’vautours’’, à condition qu’ils en retirent 15 % de bénef, c’est leur tarif. Comment y arriver ? C’est assez simple, on joue sur les ‘’variables d’ajustement’’, dont la principale est le personnel. Votre Anaïs est donc ‘’ajustée’’ par son salaire, ses horaires, ses conditions de travail. Après, si ça ne suffit pas, on l’ajustera un peu plus…

                La manière dont on traite les vieux est significative des priorités d’une société. Prenons deux jeunes avec leurs projet professionnel après le Bac. L’un fera un BTS banque sur deux ans et gagnera, en début de carrière, 1800 € environ. Horaires de bureau, jours fériés larges, primes, etc. L’autre, infirmier (ère) en service public, formation sur trois ans, 1500 €. Horaires en 3X8, fériés parfois, prime annuelle équivalente à moins d’un mois de salaire et quant à une vie de famille, autant oublier.

                Tant que s’occuper du fric sera plus valorisé que s’occuper des gens, les Anaïs n’ont pas fini de ramer…


                • Pere Plexe Pere Plexe 31 janvier 17:57

                  Pourtant, comme le dit Brigitte, c’est injuste de soupçonner Manu le magnifique de ne pas aimer les personnes âgées...


                  • CHALOT CHALOT 31 janvier 18:40

                    Ce texte m’a intéressé et m’a touché
                    Puis-je le reproduire avec ta signature sur le blog de familles laïques de Melun ?
                    Merci


                    • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 31 janvier 21:17

                      @CHALOT
                      Pas de problème.
                      Amitiés.


                    • mimi45140 31 janvier 23:10

                      Un peu de correction Monsieur,dans ce monde c’est simple, pour les banquiers l’argent,pour les aides soignantes,la merde.Monde merveilleux ou l’argent n’a pas d’odeur, pour les aides soignantes les masques sont fournis ( à condition de ne pas exagérer). Lorsque je repense à mes quinze ans ou le film Soleil vert me faisait frémir,aujourd’hui on fait pire.


                      • Ruut Ruut 1er février 07:21

                        @mimi45140
                        ça s’appelle le progrès de Gauche.


                      • zygzornifle zygzornifle 1er février 09:16

                        Franchement c’est de la torture , les vieux n’ont meme pas le dernier Iphone ..... 


                        En plus de leur fin de vie ignoble MACRON n’a pas hésité a leur mettre l’augmentation de la CGS en pleine poire , il déteste les vieux sauf sa femme ..... 

                        • zygzornifle zygzornifle 1er février 09:20
                          Hier les EPAHDs étaient en grève, pourtant Anaïs est venue !

                          Il y avait du rab de compote .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->