• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Histoire du Japon par Gérard Siary

Histoire du Japon par Gérard Siary

Gérard Siary, docteur d’Etat et professeur de littérature comparée à l’université de Montpellier, travaille sur l’histoire des images croisées du Japon et de l’Occident. Avec cet ouvrage intitulé Histoire du Japon et sous-titré « Des origines à nos jours », il retrace avec un véritable talent «  le mouvement d’ouverture et de fermeture à l’ailleurs et à l’étranger qui a toujours rythmé l’évolution de l’archipel ».

Il commence son livre par rappeler qu’« aux yeux de l’Occident, le Japon a toujours été une sorte de mystère herméneutique, un indéchiffrable empire des signes, à l’apparence changeante, jamais ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, une sorte de kaléidoscope glaçant ou amusant, rebutant ou alliciant selon le goût, mais jamais univoque  ». En définitive, le Japon est un dans sa diversité. Cependant, comment un Occidental se représente-t-il le Japon ? Est-il possible de le définir ?

L’auteur écrit : « Cipango aux murs couverts d’or, nouvelle dont parle Marco Polo et qui oriente Christophe Colomb autant qu’elle fait rêver plus tard Léopold II de Belgique ; la terre exemplaire de mission selon François Xavier, mais qui martyrise bientôt les chrétiens et les expulse ; l’empire soudain clos sur lui-même ou presque, mais qui importe en Europe, via le commerce hollandais, un artisanat raffiné, avec laques et porcelaines , la victime des premières bombes atomiques ; la sobriété du zen, de l’ikebana ou des calligraphies ; le colossal adversaire technologique et commercial ». Cette rapide évocation du pays au soleil levant montre toute la difficulté de saisir l’essence même du Japon, au moment même où de nouvelles images remplacent « ces images datées des années 1980. Près de quarante après, d’autres s‘ajoutent : les calamités naturelles comme Fukushima, les nouvelles empiricités du soft power ou Cool Japan (manga, anime, etc.), les rencontres internationales (G20, JO, etc.). »

Des légendes dorées ou noires persistent dans l’imaginaire collectif. Quand une personne veut étudier une civilisation, il demeure fondamental d’écarter les représentations toutes faites qui nuisent à sa bonne compréhension. Siary nous en propose quelques-unes : « Le Japon est une île aux antipodes, une terre exiguë sans ressources, que son insularité protège de l’étranger ; le Japonais fait tout avec frénésie, la guerre comme l’amour ; Le Japon est la Mecque de la haute technologie, des robots, des mangas , le Japonais vit en harmonie avec une nature inhospitalière ; le Japonais copie tout en lieux, mais n’y perd jamais son âme ; le Japonais se suicide plus qu’ailleurs ; le Japon est un outsider inquiétant ». Non sans ironie, l’auteur ajoute : « Liste ouverte… ». Concrètement, je constate à regret que le regard occidental est souvent biaisé quand il s’agit d’appréhender et d’étudier les mondes extra-européens. 

Ce livre permet de tordre le cou à certaines faussetés ou approximations historiques et sociologiques. L’auteur ne cache nullement son ambition : « Ce livre s’adresse à l’honnête homme, qui a le plus souvent une image théorique et lointaine de l’Asie orientale en général et du Japon en particulier  ». Il précise également « qu’au fil des ans, au gré des recherches, au rythme des contacts avec le Japon, sans doute plus par incursion prolongée que par exposition permanente, je me suis fait de l’histoire du Japon une certaine idée, souvent émaillée de littérature et d’histoire des représentations ». 

Il ajoute avec sobriété : « Pour exposer cette matière, j’ai eu à cœur de dire l’origine de mes informations, d’où les références, plus fournies que dans les histoire complètes du Japon éditées à ce jour en France  ». L’orientation bibliographique se montre conséquente et ravira tous ceux qui désirent creuser les nombreux sujets évoqués dans ce passionnant ouvrage, car les références proposées sont multiples, foisonnantes et intéressantes. 

Contrairement à l’image d’Epinal toujours véhiculée ici ou là, son insularité n’a point protégé le Japon de la Chine qui l’a envahi et dominé de nombreuses années. Les rapports avec l’Empire du Milieu furent et sont encore compliqués, pour ne pas dire conflictuels. Dans le même ordre d’idées, les samouraïs - terme signifiant servir - renvoient inévitablement à nos chevaliers en armure, de par leur fonction, leur statut et leur implication dans la société. Le Japon a aussi connu des guerres entre l’Empereur et certains puissants chefs provinciaux. Par conséquent, les échanges souvent armés entre les nobles et l’Empereur nous rappellent, sans le moindre doute, les incessants conflits en Europe entre les Rois et leurs féodaux. Que ce soit au Japon ou en France, il est arrivé plusieurs fois que le chef d’Etat légitime subisse la loi de séides bien plus puissants que lui. 

Dans le même ordre d’idées, le poids de la religion bouddhiste ne doit pas être sous-estimé. Les puissants s’en servirent comme un outil d’encadrement et de domination du peuple, même si certains pratiquèrent sincèrement. Le bouddhisme servit donc à affermir l’autorité du chef. Et comme en Europe, les rapports entre le pouvoir gouvernemental et les religieux ne rimèrent pas toujours avec bienveillance et sympathie, même si en 592, après des luttes d'influence avec le shintō, le bouddhisme fut déclaré religion d’Etat…

Il serait difficile de résumer le Japon en quelques lignes. Toutefois, la présente citation me paraît bien définir ce pays fascinant que j’aimerais visiter un jour : «  La geste du Japon est d’abord celle d’un peuple épris de nouveauté, d’hétérogène origine, qui s’est civilisé au contact d’autres mondes pour se muer en Etat-nation impérial, puis industriel ». Siary explique que le Japon suivit « un parcours entre ouverture et fermeture, stabilité et rupture, résilience et fatalisme, qui a toujours su puiser dans ses ressources internes pour affronter l’altérité du monde extérieur et lui opposer la sienne propre  ».

De fait, il me paraît important de relever que ce pays a connu des évolutions similaires à celles vécues par les pays européens. En effet, le Japon est passé d’une société esclavagiste à une société féodale, puis d’une société féodale à une société absolutiste, et enfin d’une société absolutiste à une société démocratique et libérale. La démographie japonaise et le vieillissement de sa population restent deux problèmes majeurs pour lesquels le gouvernement japonais devra vite trouver des solutions, sous peine de connaître un déclin peut-être inéluctable. Ce livre permet de bien comprendre ce qu’est réellement le Japon, et ce d’autant plus que des thèmes souvent peu évoqués sont ici traités avec sérieux et pédagogie : image du Japon en France et à l’étranger, mythes et mythologie, racisme et minorités, diaspora, etc. 

Toutefois, à l’instar des pays européens, la société japonaise semble à bout de souffle, en fin de cycle. Siary écrit même : « Peut-être que le Japon entame-t-il aujourd’hui une nouvelle étape de sa trajectoire historique, pris cette fois en étau entre la Chine et les Etats-Unis, dans un espace-temps mondialisé où, après une trentaine d’années de récession, ce pays toujours classé au troisième rang économique mondial doit retrouver un second souffle sous peine de disparaître  »…

 

Franck ABED


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Étirév 25 septembre 11:30

    « La connaissance que l’homme a du principe universel, dépend de l’état de son esprit. L’esprit habituellement libre de passions, connaît sa mystérieuse essence. L’esprit habituellement passionné, ne connaîtra que ses effets. »
    (Tao-Te-King)
    Chine et Japon


    • binary 25 septembre 12:01

      Ce livre permet de tordre le cou à certaines faussetés ou approximations historiques et sociologiques.


      Comment peut on savoir si ce qu il y a d’écrit dans un livre d histoire est vrai ?

      Voila un historien qui dit avoir raison, en disant autre chose que son prédécesseur qui disait aussi avoir raison. Où sont les preuves ?


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 septembre 14:00

        Mishima...toute la complexité du Japon. Dans sa vie et son oeuvre. Un pays fascinant pour moi .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité