• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hoist Finance, les prêts non performants, et l’Europe

Hoist Finance, les prêts non performants, et l’Europe

Les prêts non performants sont des prêts occtroyés par des organismes bancaires et susceptibles d'être impayés. Dans cette article, le business model basé autour de ces prêts et la lutte des banques européennes contre leur prolifération trop importante.

En 2008, la crise a été provoquée par le fait que les banques avaient un pourcentage trop important de créances qui allaient souffrir d’impayés. Afin d’éviter une seconde crise, des lois ont été votées afin d’éviter que des crédits ne soient octroyés sans garantie. On pense notamment au Housing and economy recovery act de 2008 pour les États-Unis ou au passage du taux de réserve légale des banques d’un à deux pourcents de 2008 à 2012 pour les pays européens. Cependant, les prêts à faible probabilité de remboursement, ou « prêts non performants » (NPL ou non performing loans en anglais) continuent d’exister : ils représentent en 2016, 6% des prêts des banques européennes, et sont au centre du modèle économique des entreprises de rachat de crédits, comme Hoist Finance, Intrum Justitia ou encore EOS.

 

Le modèle économique d'Hoist Finance et d'Intrum Justitia basé autour des prêts non performants

Les NPL représentent pour les banques de l’argent qu’elles ne vont pas récupérer, le plus souvent en raison d’un changement de situation économique de l’emprunteur. Il s’agit donc d’une perte pécuniaire à laquelle les établissements bancaires doivent pallier. Leur objectif devient donc de transformer cette créance, qui n’est plus récupérable en l’état en raison de la situation économique de l’emprunteur, en somme d’argent d’une quelconque manière.

Ils se tournent donc vers des entreprises comme Hoist Finance ou Intrum Justitia qui vont racheter ces NPL à un moindre prix. La banque est ravie d’obtenir une somme d’argent sur un prêt sur lequel elle pensait ne rien récupérer, et l’établissement de rachat de crédit devient créancier de la dette. Cependant, puisque la dette est acquise à un prix plus bas que le remboursement final, ces entreprises de rachat de crédit ont une forte marge, utilisée pour payer des conseillers, qui recherchent avec les débiteurs des solutions d’épargne et de paiement qui vont permettre une solution de remboursement échelonnée et adaptée à leurs moyens. C'est ce qui s'est passé notamment avec la crise économique en Grèce en 2018.

 

Une volonté européenne de diminuer le nombre de prêts non performants détenus par les banques

La volonté de la banque centrale européenne est de diminuer la quantité de prêts non performants, comme en témoigne la lettre de Danièle Nouy, présidente du conseil de surveillance prudentielle, à Marco Zanni, député européen :

“ECB Banking Supervision has published guidance aimed at supporting banks in effectively addressing non-performing loans (NPLs). Despite this progress, a considerable amount of work remains to be done with regard to NPLs, and in the area of credit risk as a whole.”
 
Traduction :
“La supervision bancaire de la banque centrale européenne a publié des lignes directrices pour gérer les prêts non performants (NPL). Malgré ces progrès, une quantité considérable de travail reste à faire vis-à-vis des NPL, et dans le domaine des crédits à risque dans son ensemble »

Depuis 2017, les progrès mentionnés par Madame Nouy ont continué, et le taux de NPL, selon le site de la banque centrale européenne, est passé globalement de 5,43% à 4,4%. À l’aune de ces avancées, sont les changements de législation et l’évolution des acteurs économiques.

C’est le cas, en Grèce, de la NPL law, de 2016, qui vient réguler le transfert des crédits non performants, en limitant les acteurs qui peuvent acheter lesdits prêts. En limitant les options de ventes à certaines institutions spécialisées, la Grèce limite donc la capacité des banques à obtenir des financements en échange des prêts non performants, et dissuade les banques de contracter des prêts qui pourraient devenir à risque.

Source de l'image : https://pxhere.com/fr/photo/1439097 par mohamed hassan : https://pxhere.com/fr/photographer/767067

Plus récemment, l’institution financière suédoise Finansinspektionen a annoncé un changement dans la manière dont les risques seront pondérés dans l’évaluation des crédits et dans leur valeur, faisant ainsi chuter la valeur des établissements de crédit cotés en bourse, notamment Hoist Finance et Intrum Justitia.

 

Les conséquences de ces progrès

La première conséquence est la plus grande prudence des banques dans l’octroi de prêts. Outre la chute boursière de certains acteurs économiques, cette prudence rend également l’obtention de prêts plus difficile. 
Cette difficulté supplémentaire pour l’accession au prêt ne se manifeste pas sur l’ensemble des prêts : par exemple, le nombre de crédits à la consommation continue d’augmenter depuis 2015. Malgré l’augmentation du nombre de crédit à la consommation depuis 2015, le taux de surendettement a fortement diminué, et le nombre de dossiers de surendettement soumis à la commission de surendettement des particuliers a baissé de 20%.

La politique européenne a donc un réel impact sur la prudence des banques, et se manifeste notamment par des initiatives locales, telles qu’en France la loi Lagarde, de 2010, qui renforce les obligations d’information et de prudence autour des prêts à la consommation.

 

Les prêts non performants continuent cependant d'exister, puisqu'en 2018, ils représentaient encore plus de 40% des prêts détenus par les banques grecques, ce qui a permis une intervention d'Hoist Finance (source en anglais).

 

Sources :

Housing and economy recovery act : https://www.govinfo.gov/content/pkg/PLAW-110publ289/pdf/PLAW-110publ289.pdf

Les banques européennes face aux prêts non performants : http://finance.sia-partners.com/20180403/les-prets-non-performants-le-defi-europeen

Lettre de Danièle Nouy, présidente du conseil de surveillance prudentielle, à Marco Zanni, député européen : https://www.bankingsupervision.europa.eu/ecb/pub/pdf/170322letter_zanni.en.pdf?1ff426961b654fca1fe22f12d28cbcb2

Rachat de créance auprès des banques grecques en 2018 : https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-03-20/greek-banks-preparing-to-dump-bad-loans-find-a-buyer-in-sweden

Évolution des crédits à la consommations et du surendettement en France, par lesfurets.com : https://www.lesfurets.com/credit-conso/actualites/credit-conso-surendettement-progresser-francais-modestes

Bilan de l'activité de la commission des surendettements jusqu'en 2018 : https://particuliers.banque-france.fr/sites/default/files/media/2018/07/20/bilan_national_surendettement_2017.pdf

Source de l'image : https://pxhere.com/fr/photo/1439097 par mohamed hassan : https://pxhere.com/fr/photographer/767067


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 février 11:24

    Quel magnifique article. Cela a dû demander un effort sophistique considérable pour transformer l’UE de coupable en sauveur.

    Traduction en français d’en bas :

    40% des crédits des crédits en Grèce ne sont plus payés. La raison est mécaniquement simple, exemple avec l’immobilier :

    Avec l’austérité imposée, les taxes et les baisses de revenu ont rendu le remboursement de crédits impossible par certains propriétaires économiquement fragiles.

    Avec la mise sur le marché conséquente d’appartements et de maisons que les gens ne pouvaient plus payer, les prix ont baissé. Néanmoins il n’y avait plus aucun acheteur car les banques « prudentes » comme vous le dites ont arrêter de prêter à tout le monde, solvable ou pas.

    — Avec la baisse des prix, les entreprises de BTP ont commencé a faire faillite, avec la baisse de transactions, le marché de la rénovation s’est aussi effondré. Cela a bien évidement entraîné des pertes d’emploi et donc encore plus de personnes incapables de rembourser leur crédits.

    Avec 40% de perte de valeur, les emprunteurs solvables ont décidé à leur tour de ne plus rembourser leur crédit de 300.000 euros pour leur appartement qui n’en valait plus que 150.000.

    Avec ce bordel, les banques françaises on refilé les crédits douteux au contribuable français et Matthieu Pigasse s’en vente au 20 heures.

    Alors vous me trouvez le rôle glorieux de l’UE et de ses banques là dedans, Un rapport de PWC a estimé que le marché de l’immobilier en Grèce devrait retourner à la normale en... 2074 ! Alors au lieu de faire faillite et de mettre en taule les responsables, on fait avancer le bouzin dans la souffrance des innocents. Merci qui ?


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 février 11:45

      Un exemple en vidéo de « résolution notariale d’un prêt non performant suite à l’action avisée d’un établissement de crédit ». Traduction : d’une vente aux enchère chez le notaire d’un appartement de pauvre à expulser avec ses trois gosses

      L’UE c’est la paix (des rentiers et des coupables)


    • Cédric Mercier 14 février 15:38

      @La Voix De Ton Maître
      Bonjour.
      Merci de votre contribution

      Je suis désolé si la lecture de cet article vous a laissé entrevoir une opinion de ma part. J’essaie, même lorsque j’évoque des sujets polémiques (comme récemment les gilets jaunes), de conserver un ton neutre et de n’évoquer que des faits, pour laisser les internautes se faire leur propre opinion et débattre en commentaire.

      Mon seul objectif était d’exposer une situation donnée et les solutions proposés :
      Diminution globale des prêts non performants au sein des banques européennes
       Opérations de refinancement avec les rachats des crédits non performants restants

      À aucun moment mon intention n’a été de minimiser l’impact de la crise Grecque sur ses habitants, ou de dire que les solutions appliquées étaient idéales : l’arrêt des prêts avait pour but de faire cesser l’hémorragie avec 40% de NPL, mais a eu, comme vous le mentionnez, d’autres conséquences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Cédric Mercier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès