• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hommes battus : Amnesty reconnaît enfin la gravité du problème

Hommes battus : Amnesty reconnaît enfin la gravité du problème

Un article d’Amnesty Suisse pose enfin crûment la réalité. Sa branche belge, et dans une mesure sa branche française sont absorbées par des féministes misandres. L’article que je mentionne ci-dessous montre à quoi ressemble la réalité quand elle n’est plus contaminée par le féminisme.

L’article est paru en février dernier. Il commence par un constat : en Suisse un quart des plaintes pour violences conjugales sont déposées par des hommes. 25%, qui ne représenteraient qu’une proportion infime car les analyses et extrapolations basées sur de nombreuses études montrent que les hommes n’osent pas ou ne veulent pas se plaindre. Je cite ci-après quelques extraits de cet article.

« Parce qu’ils sont quatre fois moins nombreux que les femmes à la dénoncer et parce qu’ils sont souvent stigmatisés comme étant les uniques auteurs de violence, le millier d’hommes victimes de violence conjugale est ignoré. Et ce chiffre pourrait bien être en dessous de la réalité. »
 

Les hommes ne se plaignent pas

« L’image du mâle dominant, ancrée dans les esprits, rend son statut de victime impensable. Qu’ils soient victimes de coups, d’humiliation ou de chantage, les hommes s’expriment rarement, par honte ou par convenance sociale. Pire, ils peinent à se définir eux-mêmes comme étant des victimes, selon Olivier Hunziker, président de l’association Pères et mères pour une éducation responsable (VeV). « Pour la plupart d’entre eux, ce n’est pas grave d’avoir une blessure. Beaucoup me disent qu’ils ont vécu pire à l’école. C’est la violence psychologique qui les détruit. »

Olivier Hunziker a ouvert en 2009 en Suisse alémanique un foyer pour les hommes battus, « Zwüschehalt ». Il connaît de près la violence faite aux hommes :

« Cette violence se manifeste notamment sous forme d’une emprise sociale – jalousie extrême, interdiction de certains contacts, contrôle systématique des communications téléphoniques ou du courrier électronique – ou psychologique – insultes, menaces, rabaissement, dénigrement du père auprès des enfants, calomnies, intimidation. »


Violence psychologique et physique

Dans son étude « L’homme battu » Sophie Torrent citait déjà des témoignages hommes battus,violence conjugale,canada,violence psychologique,Amnesty,victime,femmes,hommes,féminisme,domination masculine,bouleversants d’hommes détruits par leur conjointe :

« J’ai l’impression d’avoir été rabaissé jusqu’à n’être plus qu’une espèce de chien. […] J’ai été harcelé pendant des années dans tous les aspects de mon quotidien. Au point où, au fil du temps, je ne savais même plus comment je m’appelais. Je ne savais plus ce que j’aimais, ce que je voulais. »

Mais contrairement au tabou, la violence physique n’est pas moindre ni exceptionnelle de la part de certaines épouses ou compagnes :

« Si la femme frappe avant tout psychologiquement, la violence physique n’est pas en reste. A Genève, l’association Face à Face, créée en 2001 par Claudine Gachet, travaille sur la prévention et l’éducation des femmes et adolescentes ayant des comportements violents. « Les femmes sont capables des mêmes violences que les hommes », affirme Véronique Gaby. La psychologue de l’association vient ainsi bousculer un deuxième tabou : celui de la femme au comportement violent. Comment une « petite chose fragile » peut-elle assujettir un homme, physiquement plus fort ? « Beaucoup d’hommes n’ont pas envie de surenchérir, répond Véronique Gaby. Et il ne faut pas minimiser la force décuplée par la colère. »


Les hommes encaissent longtemps

D’après Serge Guinot, psychothérapeute qui reçoit des hommes violentés, « ... il faut en moyenne sept à dix ans pour qu’un homme décide d’en parler. »

« Comment quitter une femme au comportement violent, en laissant ses enfants avec elle ? » Là encore, l’inégalité de traitement face à la violence conjugale penche en faveur des femmes. Ces dernières peuvent se réfugier avec leurs enfants dans un foyer, laissant les pères sans nouvelles. (...) Le président de VeV raconte que, dernièrement, l’office des tutelles l’a contacté pour l’accueil d’un père avec sa fille de huit ans à Zwüschehalt, son épouse étant alcoolique et violente. Finalement, l’homme est venu seul. La police, alertée par la mère, l’a interpellé et ramené l’enfant auprès d’elle. »


hommes battus,violence conjugale,canada,violence psychologique,Amnesty,victime,femmes,hommes,féminisme,domination masculine,Violence économique

Le contrôle économique de l’homme sur la femme ? Là encore il faut sortir des clichés :

« La violence économique (...) se manifeste de manière différente en sens inverse. « Lorsque la femme interdit ou force à travailler, lorsqu’elle s’approprie l’argent, ou encore lorsqu’elle s’empare du contrôle des dépenses, énumère Serge Guinot. Sans oublier que lorsqu’il se sépare de sa femme, l’homme y laisse la moitié de son salaire… »

L’article mentionne enfin l’étude canadienne réalisée tous les cinq ans sur 23’000 personnes des deux sexes :

« Résultat étonnant : hommes et femmes sont à égalité dans le recours à la violence physique. »

Contrairement à la mythologie misandre de la supposée domination masculine, la psychologue Véronique Gaby affirme :

« La violence n’est pas une histoire de sexe. Hommes, femmes, couples hétéro- ou homosexuels y ont recours. Et ce n’est pas la taille du préjudice qui compte, mais le traumatisme ressenti. Quel que soit le type de violence, elle fait souffrir et empêche l’autre de s’épanouir. »


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • unandeja 22 août 2013 12:57

    la première violence st bien souvent morale....et là dessus, qu’on soit homme ou femme, il n’y a pas de différence.....l’Homme est naturellement cruel....peu importe son sexe.


    • cathy30 cathy30 22 août 2013 12:57

      homme libre

      Le chapitre « les hommes encaissent beaucoup », est incohérent, je pense qu’il manque une partie du texte, ça ne colle pas.

      A part ça, oui certaines femmes sont aussi violentes que certains hommes dans le domaine conjugal et aussi du travail dans les sociétés matriarcales auxquelles nous appartenons aussi. Mais il y a tout de même plus de meurtres commis par des hommes que des femmes. Faire un tour dans les foyers de femmes battues n’est pas triste au niveau violence.

      En temps de guerre ou des Etats de non droit, les plus grandes cruautés sont tout de même générées par des hommes, où les plus faible, enfants, vieillards, femmes, handicapés, malades en prennent plein la tête. Mais vous avez raison ce n’est pas une raison pour continuer à faire circuler le mythe de la femme douce en toutes circonstances. Les enfants doivent être protégés.


      • hommelibre hommelibre 22 août 2013 14:27

        Cathy, je vois ce que vous trouvez incohérent. L’extrait que j’ai mi ne souligne pas directement le paragraphe mais illustre des raisons pour lesquelles les hommes mettent très longtemps à réagir, Il ne manquait pas de texte, mais j’aurais pu le rendre plus explicite. Dont acte.


      • jymb 22 août 2013 12:59

        On ne peut que vous féliciter de s’attaquer tout à la fois à un tabou majeur, et à briser une des barrières du nauséabond politiquement correct.
        Les violences conjugales ne sont pas que les violences faites aux femmes, c’est une réalité.


        • Loatse Loatse 22 août 2013 13:23

          Si l’on tient compte également dans la définition de violence des rapports de forces entre êtres humains, il ne doit pas y avoir énormément de couples qui sont indemnes de ce que cela induit...

          Cela dit, on progresse... en plus cette reconnaissance vous tenait beaucoup à coeur, homme libre...et quasi officialisée comme elle l’est ça va être dur de la nier et de ne pas en tenir compte juridiquement parlant...

          Un poids en moins ?


          • hommelibre hommelibre 22 août 2013 14:29

            Loatse :

            Une satisfaction en tous cas. Mais je reste un veilleur et un lanceur d’alerte, le travail n’est pas fini.

            Je n’imagine pas encore qu’il y ait des campagnes communes hommes-femmes sur la violence conjugale, pourtant ce serait une manière de lui donner beaucoup plus d’impact.


          • 1984 22 août 2013 14:53

            Un lanceur d’alerte !
            C’est à crever de rire !
            Va te faire soigner, il doit y avoir quelque chose à faire pour ton cas, il reste toujours un espoir !


          • S2ndreal 23 août 2013 10:00

            1984, vous faites preuve de violence morale.


          • Rensk Rensk 22 août 2013 13:43

            Et personne n’est choqué par :

            - Finalement, l’homme est venu seul. La police, alertée par la mère, l’a interpellé et ramené l’enfant auprès d’elle.


            • hommelibre hommelibre 22 août 2013 14:31

              Rensk, c’est tout le problème du biais actuel : cela ne choque pas alors que l’inverse choquerait. Cela montre le pli qui est pris. Il y a encore du boulot pour déplier cela.


            • jpm jpm 22 août 2013 15:10

              Comme le souligne une pub d´orange où l´on voit une femme donner une claque à un homme, « les mots peuvent recouvrir plusieurs réalités ». Que n´aurait -on pas dit si la claque avait été donnée par l´homme smiley

              http://www.google.fr/#fp=4aedf97c620c729&q=publicit%C3%A9+orange+une+claque


              • kergen 22 août 2013 16:05

                Toujours aussi répugnant ce bonhomme. Répugnant.


                • nemotyrannus nemotyrannus 22 août 2013 20:25

                  Ouais d’ailleurs les femmes ne battent ni ne font du mal , elles donnent la vie et sont donc la création.

                  Le mâle seul est destructeur. 

                  On ne peut donc pas dire qu’elles font preuve de violence , elles ne font que se défendre. 
                  Ou alors c’est dans les couples homosexuels mâles que la violence touche les hommes car leur soif de domination est naturelle et ne peut cesser de s’exprimer même dans une relation mono-genré
                  Elle assujettit ces semblables au même titre que toutes les femmes de la planète , dans toutes les civilisations et depuis toujours car elles sont testicullo-centrées.

                  Ceci est une analyse de BinKa Dworkin.
                  Je la publie sur Sisyphe dés demain.

                • hommelibre hommelibre 23 août 2013 08:02

                  @ Nemotyrannus :

                  Dworkin ne parle pas de la violence des couples lesbiennes, pourtant connue et répandue.

                  Dans le genre misandrie bien frappée (si j’ose dire), un petit blog comme il y en a beaucoup, dans la ligne du mur des lamentation :

                  « Ah, que ça fait du bien, de trouver des sites des videos où l’on prend la nuit sans reproduire l’oppression, sans nous réapproprier les armes de l’agresseur. » Et qui est l’agresseur, unique, universel ? ...

                  Lu sur A dire d’elles, un blog qui entre autres veut l’abolition de la prostitution - mais pas de la location des ventres de femmes pauvres dans la GPA...


                • Agafia Agafia 22 août 2013 22:58

                  « Ils encaissent beaucoup »

                  Et c’est là qu’ils ont tort. Qu’on soit homme ou femme, faut pas encaisser. C’est dès la première claque ou la première humiliation qu’il faut réagir.
                  On ne doit jamais perdre l’estime de soi même.


                  • Magma des cendres rouges rené descendre 22 août 2013 23:25

                    bon ben homme libre, allez porter plainte maintenant...


                    • Parrison Parrison 23 août 2013 11:32

                      Bonjour Homme Libre,


                      Extrait de votre texte :

                      "Cette violence se manifeste notamment sous forme d’une emprise sociale – jalousie extrême, interdiction de certains contacts, contrôle systématique des communications téléphoniques ou du courrier électronique – ou psychologique – insultes, menaces, rabaissement, dénigrement du père auprès des enfants, calomnies, intimidation. »

                      Comportement typique des pervers narcissiques... très difficile de faire front en présence de tels personnages car tout se passe à huis clos et les plaignants risquent gros à vouloir se défendre. Les PN sont des maîtres dans l’art de la victimisation.
                      On peut essayer d’accumuler les preuves mais ce sera un combat mortel...

                      Ce sont des gens à fuir, question de survie... ! 

                      Autre remarque, c’est une maladie mentale qui affecte sans distinction hommes et femmes.
                      La justice est souvent démunie devant de tels drames surtout quand il y a des enfants...

                      Ne mettons pas sur le même registre les disputes ponctuelles dans le couple qui peuvent parfois être violentes mais qui n’ont rien à voir avec cette violence insidieuse et surtout indétectable par les gens extérieurs au couple.
                      Ici vous parlez des couples, mais au sein même des familles la violence, larvée, non exprimée fait des ravages.. qui osera se plaindre de comportements abusifs d’une mère, d’un père, de toute une famille liguée contre soi car manipulée au seul profit d’une ou deux personnes avides de contrôle, de pouvoir. Les conséquences dévastatrices sur la qualité de vie et les relations de couple... Là aussi la justice devrait se pencher sur ces agissements destructeurs...

                      Merci pour votre article.

                      Salutations .





                      • smilodon smilodon 23 août 2013 14:18

                        Faut abolir vite fait les femmes de plus de 70 kilos !!....Trop dangereux !!...


                        • nemotyrannus nemotyrannus 23 août 2013 20:45

                          Messages aux trolls moisseurs.


                          Pas mal de vos dogmes remis en question , hein ?!
                          Oui , c’est dur mais vous vous y ferez.

                          Serez vous les réacs’ de demain , vous qui vous enorgueillez de parler au nom de l’égalité .

                          Il y a deux solutions .
                          Ou vous êtes contre et vous criez alors après une décision juste et normale.
                          Ou vous êtes pour et vous applaudissez.

                          Vu les réactions , je dirai que vous êtes contre en faisant SEMBLANT d’être pour.
                          Et vous êtes minables. Et lâches. Et malhonnêtes aussi . Et un peu abr... manipulés , il faut bien le dire.
                          Car ça vous arrangeait que l’on ne parle pas de l’autre côté de la chose. Vous voulez du simpliste comme toutes ces campagnes vous en ont fait bouffer. Un méchant , des gentils , comme à Hollywood.
                          Vous répétez en choeur leur slogan sans jamais supposer qu’ils ne disaient peut-être pas la vérité.
                          Car vous croyez que le nom dispense de remise en cause. 
                          Vous voulez de l’émotion aussi , des trucs à plaindre et des machins à Haïr mais facile , pas du qui fasse mal au crâne , et là encore rien ne vaut le manichéisme primaire dans lequel vous barbotez.
                          Bon en fait vous êtes surtout manipulés , le reste c’est pour les gens qui se font un devoir de vous présenter le monde ainsi et qui y croient peut-être.

                          JE vise personne en particulier , si vous vous sentez visé remettez vous en cause.




                          • juliette 27 février 2014 17:05

                            Bonjour, 


                            Je cherche des témoignages d’hommes battus, femmes violentes envers leur conjoint, enfants ayant été témoins de la violence de leur mère envers leur père.

                            N’hésitez pas à m’envoyer un email pour plus d’informations : juliette.lafemis@gmail.com

                            Cordialement 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès