• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hygiénisme et contrôle sanitaire : une manisfestation concrète de notre (...)

Hygiénisme et contrôle sanitaire : une manisfestation concrète de notre peur de la mort ?

Devant notre perte de repère spirituel incarné par un matérialisme débridé, notre peur ancestrale de la mort devient le moteur d’une idéologie hygiéniste de contrôle sanitaire et sécuritaire aux accents eschatologiques dont la finalité nous échappe encore.

Si le désir de sécurité fait partie de la pyramide des besoins développée par Maslow, celui-ci se positionne désormais en haut de cette pyramide de telle sorte que la prise de risque devient impensable. Pourtant, n’est-ce pas en ayant pris des risques que les grands hommes de ce monde ont fait de grandes découvertes ? Vaincu les injustices ? Et gagné un semblant de liberté ?

Force est de constater que le mouvement inverse est en train de se produire actuellement par le biais d’une ingénierie sociale d’échelle mondiale.

Le Général De Gaulle disait « Les Français sont des veaux ». En fait, nous ressemblons plus à des poissons rouges. Notre mémoire ayant tendance à se réinitialiser au bout d’un certain temps.

Rappelons-nous il y a quelques mois, en plein pic de l’épidémie, les masques étaient inutiles.

Aujourd’hui, alors que l’épidémie a disparu, quoi qu’en disent les médias subventionnés, ils deviennent indispensables... Et ce même en extérieur ! On marche sur la tête.

Bien sûr, on va nous sortir telle ou telle « étude scientifique » pour justifier cette absurdité et on laissera de côté celles qui disent le contraire (le fameux biais de confirmation).

Ingénierie sociale, je vous disais...

Le biais de confirmation que j’ai évoqué est l’une des armes de « mind control » favorite de nos gouvernements.
Construire, déconstruire les croyances au gré d’un agenda que nous ne connaissons pas.

Pour autant, faut-il crier au complot mondial ?

Pas si sûr... Du moins, pas de la manière dont cela est présenté par les grands médias de l’oligarchie (qui ne tentent en réalité que de discréditer le doute légitime). Technique de manipulation vieille comme le monde.

Certes, l’histoire est jalonnée de complots mais personnellement, je ne crois pas à une coordination à l’échelle mondiale de forces obscures agissantes à travers une secte d’illuminés occultistes...

Attention, je ne dis pas que l’occultisme n’existe pas. J’ai passé de nombreuses années de ma vie à en déceler les arcanes. Je dis en substance que les secrets les mieux gardés de l’occultisme sont connus par une poignée de d’initiés mais pour le reste de « l’élite », c’est bien plus de préoccupations matérielles dont il s’agit.

Ces préoccupations, vous les connaissez : Elles s’appellent argent, sexe et pouvoir. En un mot : Le culte de l’ego ou devrais-je dire la dictature de l’ego.

Il s’agit précisément du point commun entre nos dirigeants politiques, les dirigeants des grands conglomérats et les « stars » ou autres célébrités... Et qui malheureusement infuse aussi notre société à tous les niveaux.

Mais quel est le rapport avec cette épidémie ?

Et bien, nous n’êtes pas sans savoir que les grands médias sont détenus par une poignée de milliardaires.
Vous vous doutez aussi probablement des liens de collusions irréfutables qu’il existe entre les politiques et ces mêmes milliardaires.

On pourrait aussi citer les multiples déviances sexuelles de nos élites toutes liées entre eux de près ou de loin. Exemples : La video X de Benjamin Griveaux, Weinstein, Epstein et vraisemblablement Clinton [1] pour n’en citer que quelques-un. La partie émergée de l’iceberg en somme...

Cela nous donne alors une sorte d’échiquier mondial ou personne n’a intérêt à moufeter.

On peut dès lors très bien imaginer que l’information soit orientée de telle sorte que celui qui a le plus de billets, comme au Monopoly, impose sa volonté.

On pourrait légitimement opposer l’argument suivant : un tel secret ne pourrait être gardé bien longtemps. Mais si vous avez des casseroles et qu’on vous fait chanter, vous seriez prêt à lâcher le morceau ? Certains l’ont fait, leur carrière a été ruinée et ils ont été tournés en ridicule.

Maintenant, si vous voulez connaître l’envers du décor, allez jeter un oeil à la dernière cérémonie des Golden Globes. Un discours cinglant de Ricky Gervais, qui à l’évidence, connaît bien les pratiques perverses de cette intelligentsia...

Mais alors qui est le « maître du jeu » ?
Les GAFAM, bras armés de l’État profond ?
Les Francs-Maçons, qui pour 99% ne comprennent absolument rien à la symbolique occulte qui leur est présentée ?

A ce stade, je ne peux que spéculer.

Par contre, il y a des indices qui ne trompent pas.

Je parlais d’ingénierie sociale : Voyez comment Bill Gates est acclamé comme le plus grand Philanthrope de notre siècle, mais saviez-vous que la richesse de cet homme ne s’est jamais autant accrue depuis la création de sa fameuse fondation ?

De plus, pensez-vous qu’un homme qui a enfreint toutes les règles de la concurrence à l’époque où il était le « boss » de Microsoft, collaborant par ailleurs avec le renseignement américain via l’introduction de programmes espions dans son OS Windows (Taper microsoft sur le site de wikileaks pour vous en convaincre) serait devenu un personnage se souciant du bien de l’humanité ?

Peut-être avez-vous une vue optimiste et pensez qu’un homme cupide peut devenir un modèle d’humilité et de générosité...

Personnellement, je ne le crois pas. Malgré mes 37 ans, mes expériences et mon chemin spirituel m’ont permis d’acquérir un minimum de discernement.

Bref, je m’écarte de mon sujet : Cette épidémie de Corona Virus, qui vient-elle « couronner » ?

Sans aucun doute l’industrie pharmaceutique.

Il faut généralement entre 5 et 10 ans pour développer, tester, produire un vaccin mais aujourd’hui, comme par magie, on nous parle d’un ou de plusieurs vaccins opérationnels d’ici moins d’1 an. Bah oui, le temps, c’est de l’argent. On parle quand même de 7 milliards d’humains à vacciner.

Bien sûr, ces vaccins seront sans risques dixit les scientifiques. Les mêmes qui prétendaient que les masques étaient inutiles il y a quelques mois... D’ailleurs, émettre le moindre doute quant à l’utilité d’un tel vaccin et vous êtes déjà rangé chez les complotistes.

C’est l’inversion accusatoire : Le doute légitime s’appelle du complotisme. L’approbation de la pensée unique (le fameux « consensus »), s’appelle du « zététisme ». On est en plein 1984.

Bref, les moutons versus les vilains petits canards.

Ceux qui ont tiré à boulet rouge sur le Professeur Raoult et la chloroquine. Les mêmes qui ont pondu une méta-analyse bidon censée prouver incontestablement l’inefficacité de la chloroquine en la publiant dans la référence « The Lancet ». En clair, ceux qu’on appellent « scientifiques » n’ont de scientifique que le nom.

Leur credo ? La fameuse « based evidence medecine » ou médecine par les preuves.
L’étude randomisée en double aveugle étant leur cheval de bataille.

Le postulat est simple : Si le hasard existe, alors une étude randomisée en double aveugle sur un échantillon suffisamment grand devrait produire les mêmes résultats quelle soit le fruit d’un labo X ou Y. Vous l’avez constaté avec la chloroquine, il n’en est rien pour le peu que l’on soit un minimum objectif. Les meta-analyses ne font d’ailleurs pas mieux.

Par exemple à ce jour, on ne sait toujours pas si les antidépresseurs de seconde génération, les antipsychotiques atypiques, les statines, les nouveaux betabloquants sont vraiment efficaces. D’une étude à l’autre, on a des résultats qui vont du « pas mieux qu’un placebo » à « légèrement mieux » au prix d’effets secondaires considérables et eux bien réels. La haute autorité santé n’hésite pourtant pas, la plupart du temps, à donner la mention « service médical rendu important ». Mais non, Big Pharma, ca n’existe pas. Pas plus que les conflits ou liens d’intérêts. C’est le royaume de la transparence...

A ce sujet, ma conviction est que le concept même de « hasard » sera remis en cause au 21e siècle. On prend les paris ?

Bon, je m’écarte du sujet...

Donc résumons, pour le bien de l’humanité, les hommes les plus cupides se seraient associés pour sauver riches comme pauvres du terrible fléau qui s’abat sur nous ?

Voyons voir, procédons par déduction :

Une pandémie d’origine incertaine. Des discours scientifiques qui se contredisent sans cesse. Le nouveau point Godwin « complotiste » pour qui émettrait un doute sur le narratif médiatique.

Nos libertés individuelles de plus en plus attaquées. Un vaccin produit en un temps record. Des technologies de tracking subtilement présentées comme des armes efficaces contre la propagation de l’épidémie. Des tests massifs dont l’inefficacité (environ 30% de faux positifs) n’est jamais remise en cause par la doxa médiatique et dont le recours est au contraire encouragé.

« Je teste donc je suis » vient de me souffler Corona.

Tout porte à croire que les puissants n’ont pas intérêts à ce que cette épidémie se termine, bien au contraire !

Mon opinion sur cette psyops, c’est qu’il s’agit en fait de soumettre et modeler encore et encore la conscience des peuples afin d’arriver à toujours plus de contrôle et de peur (les deux vont de paire) dans le but d’imposer une nouvelle religion (qui n’a rien de spirituel). Appelons donc la idéologie. A cet égard, le transhumanisme en est l’un des aspects qui par ailleurs n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme de capitalisme technologique. Celui-ci impliquant à terme la fusion de l’homme et de la machine : « Deux Ex Machina ».

Sur le concept même de fusion homme-machine, je n’ai pas d’avis tranché sur le sujet. Comme je l’avais déjà évoqué lors d’un précédent article, il s’agit peut-être du prochain stade de notre évolution.

Là où ca devient gênant, c’est que cette idéologie nie complètement la nature spirituelle de l’homme.

Et c’est ainsi depuis l’époque des Lumières. Le progrès technologique a été immense alors que dans le même temps, il y a eu une régression spirituelle sans précédent dont les corollaires sont le culte de l’égo, la jouissance immédiate et la déconstruction de tout ce qui fait de nous des humains, à savoir des êtres spirituels incarnés dans des corps de chair.

Très bientôt alors, nous serons emmenés de gré ou de force dans ce monde dystopique parfaitement décrit dans 1984. Quoiqu’en fait, nous y sommes déjà.
 

[1] https://www.valeursactuelles.com/monde/pedocriminalite-bill-clinton-sest-rendu-sur-lile-depstein-avec-deux-jeunes-filles-revele-un-temoin-122295


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 3 août 10:54

    Tout le taf des Lumières a été de hisser la « science » au niveau de la religion, on y est.

    La mort de Dieu n’a pas soldé nos comptes avec le diable...


    • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 3 août 11:09

      @Clocel
      En effet, la mort de Dieu n’est autre que l’homme fait Dieu.
      Ce qui rappelle un certain Lucifer... 


    • charlyposte charlyposte 3 août 20:51

      @Clocel

      Cette citation est tirée de l’oeuvre Also Sprach Zarathoustra (Ainsi parlait Zarathoustra), qui se présente comme un Antéchrist, c’est-à-dire une Bible à l’envers. Le livre raconte l’épopée de Zarathoustra, lequel a la mission d’annoncer aux hommes la venue du Surhomme et de les libérer des préceptes divins, faux et illusoires.

      Lorsque je vins pour la première fois parmi les hommes, je fis la folie du solitaire, la grande folie : je me mis sur la place publique. Et comme je parlais à tous, je ne parlais à personne. Mais le soir des danseurs de corde et des cadavres étaient mes compagnons ; et j’étais moi−même presque un cadavre. Mais, avec le nouveau matin, une nouvelle vérité vint vers moi : alors j’appris à dire : “Que m’importe la place publique et la populace, le bruit de la populace et les longues oreilles de la populace !”Hommes supérieurs, apprenez de moi ceci : sur la place publique personne ne croit à l’homme supérieur. Et si vous voulez parler sur la place publique, à votre guise ! Mais la populace cligne de l’oeil : “Nous sommes tous égaux.” “Hommes supérieurs,—ainsi cligne de l’oeil la populace,—il n’y pas d’hommes supérieurs, nous sommes tous égaux, un homme vaut un homme, devant Dieu—nous sommes tous égaux !”Devant Dieu !—Mais maintenant ce Dieu est mort. Devant la populace, cependant, nous ne voulons pas être égaux. Hommes supérieurs, éloignez−vous de la place publique ! […] Hommes supérieurs ! Maintenant seulement la montagne de l’avenir humain va enfanter. Dieu est mort : maintenant nous voulons—que le Surhumain vive


    • Clocel Clocel 3 août 21:10

      @charlyposte

      J’ai du mal avec Nietzsche, malgré des efforts, je n’ai jamais véritablement accroché, je me suis arrêté au Gai savoir.


    • BA 3 août 11:37

      Coronavirus : les Etats-Unis ont désormais une mortalité plus élevée que la France.


      Saint-Marin : 125,23 morts pour 100 000 habitants

      Belgique : 85,59 morts pour 100 000 habitants

      Royaume-Uni : 71,09 morts pour 100 000 habitants

      Andorre : 60,68 morts

      Pérou : 60,63 morts

      Espagne : 58,1 morts

      Suède : 57,53 morts

      Italie : 56,53 morts

      Chili : 54,01 morts

      Etats-Unis : 46,14 morts

      Brésil : 45,38 morts

      France : 45,04 morts

      Panama : 39,19 morts

      Mexique : 38,33 morts

      Pays-Bas : 36,11 morts

      Equateur : 35,3 morts


      Avec seulement 42 morts enregistrés, Saint-Marin, au nord-est de l’Italie, et ses 33.000 habitants se retrouvent logiquement les plus frappés. Comme le montre la carte ci-dessous, réalisée par Esri France, Saint-Marin enregistre un ratio de 125,23 décès pour 100.000 habitants.


      Il devance la Belgique, avec 85,59 décès pour 100.000 habitants. Depuis le début de la pandémie, le « Plat Pays » compte 9836 morts pour 11,4 millions d’habitants.

      Derrière la Belgique, on retrouve le Royaume-Uni (71,09 morts pour 100.000 habitants), puis la principauté d’Andorre, avec 60,68 morts pour 100.000 habitants. Suivent le Pérou (60,63), l’Espagne (58,09), la Suède (57,53), dont la gestion de crise, basée sur l’immunité collective, a soulevé des questions, au point de dépasser l’Italie, pays initialement le plus meurtri par l’épidémie et qui présente aujourd’hui une mortalité à 56,53 décès pour 100.000 habitants.


      Particulièrement touchés depuis plusieurs mois, les États-Unis, qui comptent 150.713 morts au total, présentent une mortalité de 46,14 décès pour 100.000 habitants, ce qui les fait devancer la France, 45,04.


      En comparaison, l’Allemagne, dont la gestion de la crise du Covid-19 a été saluée par de nombreux observateurs, déplore seulement 11,33 décès pour 100.000 habitants.


      https://www.lci.fr/international/carte-coronavirus-covid-19-pandemie-mortalite-les-pays-les-plus-touches-belgique-france-espagne-etats-unis-allemagne-2154174.html


      • Ouallonsnous ? 3 août 19:09

        @BA

        Tu as fini ta « pub » pro intoxication au corona ?


      • caillou14 rita 3 août 11:38

        La peur de la mort ?..inculquer par les sectes religieuses pour contrôler les peuples ?

        Les politiciens utilisent ces peurs à leur tour !

        L’humain est incapable de vivre par lui même sans le soutien de la mafia politique !


        • charlyposte charlyposte 3 août 20:45

          @rita
          Sauf que : cette mafia a pignon sur rue et elle tire toutes les ficelles... ou est la sortie et avec qui comme porte drapeau !


        • caillou14 rita 4 août 06:40

          @charlyposte...La sortie est dans sa tête..prendre le temps de la réflexion..nous avons un cerveau faut s’en servir ?


        • caillou14 rita 4 août 08:34

          @rita...Pas pour mettre des moins, mais pour être moins con !
          C’est pas gagné sur agoravox ?


        • Ouallonsnous ? 22 août 21:55

          @rita

          .nous avons un cerveau faut s’en servir ?

          Tu ne t’en sert pas souvent, il ne doit pas être fatigué !


        • Septime Sévère 3 août 12:07

          Votre présentation montre que vous embrassez l’universel, bravo. Un seul « n » à rationalisme. 


          • jocelyne 3 août 12:10

            @Septime Sévère
            il embrasse surtout valeurs actuelles et sera très bientôt modérateur.


          • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 3 août 20:27

            @jocelyne

            A vrai dire, j’ai pris le 1er article que m’a renvoyé google ;)
            Ça aurait pu être Le Point, Libération, etc

            C’est du pareil au même de toute façon (y compris Valeurs Actuelles)


          • Texte trouve sur La libre que je trouve génial. Comme quoi, il ne faut pas désespérer de l’humain. Ils en restent d’intéressants, de moins en moins hélas....Vouloir diriger la vie, n’est-ce pas la tuer ?

            En cette période, je ressens profondément le besoin de dire - de rappeler ? - que la Vie ne nous appartient pas, que nous en sommes seulement des porteurs temporaires, des transmetteurs. Plus nous nous y accrochons, moins nous y participons… Comme êtres vivants, notre mission est de transmettre la Vie, pas de la garder. Nous avons « reçu la Vie » pour un moment, variable pour chacun. Une fois qu’on en est porteur, l’important, c’est de transmettre, donc à un moment, d’accepter de lâcher - de « mourir » - et non de nous soucier de la tenir la plus longue possible. La Vie est « surprise », imprévisibilité. Vouloir l’encadrer, la canaliser, vouloir la diriger, la conduire, n’est-ce pas la tuer ? Notre société est obsédée par la protection, la prolongation des vies individuelles de nos proches. Cette démarche est déjà contraire au principe de la Vie, mais elle se fait aussi au détriment des autres porteurs de Vie. La Vie, nous la partageons avec tous les autres transmetteurs, avec nos frères moins proches, bien sûr, mais aussi avec les animaux, les plantes et sans doute au-delà. Quand nous nous barricadons, pour défendre nos vies individuelles, ne réduisons-nous pas immanquablement les vies autour de nous, ne portons-nous pas atteinte à La Vie ? Bien sûr, dans les mécanismes de la Vie, se trouve la lutte contre les autres porteurs. Les êtres vivants se nourrissent les uns des autres. Ou, n’est-ce pas mieux d’écrire, les uns les autres ? Mais les humains se sont dotés d’outils si puissants qu’ils bouleversent tous les équilibres du monde vivant. Ils soumettent tout leur environnement à de nouvelles démarches en rupture profonde avec la Vie. Qu’est-ce que j’entends par là ? On parle de nous confiner, de nous mettre en boîtes de conserve, enfermés, protégés, stérilisés. Il n’y a plus de Vie dans une boîte de conserve, il n’y a plus que son support. On range les boîtes de conserve au fond des placards et… on les oublie. Et quelle date de péremption allons-nous mettre ? P. de M. transmetteur de vie


            • binary 3 août 13:33

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Qu est ce que vous appelez la vie, et qui ne vous appartient pas tout en vous concernant quand même ?


            • @binary La vie me fut donnée par mes parents. Il s’agit d’un long point de vue philosophique, métaphysique et spirituel que l’auteur a assez bien développé. Ma vie n’est importante qu’en fonction de ce qu’elle apporte aux autres. Que serait la rose sans le regard qui est posé sur elle ? Notre vie est liée à l’univers. 


            • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 3 août 13:41

              @binary
              Si je peux me permettre de répondre : Nous ne sommes pas propriétaire de la vie.
              Nous en sommes dépositaire pour une durée limitée. Quant au libre arbitre qu’on nous rabâche à longueur de temps, il n’est que pure illusion. 
              Si vous aviez un libre arbitre, accepteriez-vous de souffrir ?
              Non et c’est pourtant ce que vous endurez plus ou moins fréquemment, que vous le vouliez ou non. 


            • binary 3 août 20:00

              @Julien Hi Energy
              Vous n avez pas répondu à la question !
              Vous utilisez donc de mots que vous ne pouvez définir pour en tirer des raisonnements. ex falso quodlibet. C est de la logique élémentaire.


            • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 3 août 20:30

              @binary

              La réponse est-elle forcément binaire « Binary » ?


            • Ausir 3 août 20:34

              @Julien Hi Energy
              si nous n’avions pas de libre arbitre nosu serions comme des animaux , or nous avons un esprit en plus , donc la possibilité de l’utiliser , certains le font d’autre pas , ceux qui ne le font pas n’usent pas de leur libre arbitre , mais ca ne signifie pas qu’ils ne le possède pas en potentiel , 
              la responsabilité humaine existe , nous avons toujours le choix 


            • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 3 août 20:49

              @Ausir

              Je suis d’accord avec vous. Nous l’avons en potentiel.
              Mais dans les faits, nous en usons que très rarement. Nos décisions étant principalement gérées par notre inconscient.
              Et encore, faudrait-il définir ce qu’est l’inconscient. La définition de Freud par exemple est incomplète à mon avis.
              Les mystères de l’esprit sont encore loin d’être percés quoiqu’en disent les « matérialistes ».


            • Ausir 3 août 20:59

              @Julien Hi 
              Bien sur que tout a été decrit , la connaissance est à portée de main , il suffit de chercher et pas dans les sentiers battus , 
              nous sommes conditionnés mais supérieurs aux animaux et capable de nous libérer de notre inconscient , c’est une question choix , l’homme est responsable de ses actes c’est ce qui nous rend supérieur aux animaux , 


            • J’ai déjà dit à mon médecin : vous m’avez donné la vie, c’est sympa. Mais il faudra aussi me la rendre quand celle-ci n’en sera plus une. 


              • charlyposte charlyposte 3 août 20:53

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                La vie au delà de la mort... smiley


              • GATES signifie « portail », grille". En fer forgé c’est très beau, mais cela symbolise aussi l’enferment, la séparation,...


                • Faedriva 3 août 14:52

                  Je ne vois pas de baisse de la spiritualité.
                  Par contre je vois une baisse de la nécessité de se réunir en spiritualité qui convergent vers. Genre, comme aller dans un batiment pour idolatrer un tupperware rose sur un autel.


                  • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 3 août 16:28

                    L’idée-concept de cet article est parfaite.


                    • charlyposte charlyposte 3 août 21:02

                      Dieu est mort… il fallait oser. Et pourtant, Nietzsche l’a fait.

                      Nietzsche, c’est l’histoire d’un allemand pas content. Et s’il n’est pas content, c’est parce qu’il n’est pas d’accord avec les gens et le monde du XIXe siècle.

                      À son époque, il trouve déjà que le monde ne tourne pas rond. Alors, pour essayer de comprendre ce qui cloche, Nietzsche a étudié la “philologie classique”. Ça a l’air très pompeux, mais il s’agit en fait de l’étude des civilisations antiques. Car, pour saisir toute la perplexité du monde, il faut d’abord comprendre ce qu’il s’est passé avant.

                      Dans son domaine, Nietzsche est très brillant. Il devient à 25 ans prof de philologie à l’université, et tout semble rouler pour lui. Mais en fait, non. Il pète un peu un câble, il s’ennuie, alors il se tourne vers la philosophie pour essayer de répondre à ses questions.

                      Nietzsche devient alors un homme inquiet : ses préoccupations concernent le sens et l’avenir de notre civilisation. Il trouve les gens trop soumis aux institutions (la religion, la politique, l’éducation). Et cette soumission est nuisible car elle empêche les hommes de penser par eux-mêmes. 

                      Alors, il analyse ces institutions — plus particulièrement la religion (le christianisme), pour essayer de comprendre pourquoi les hommes en sont devenus esclaves, et en quoi ça devient dangereux.

                      Il a réfléchi, il a réfléchi…
                      Et un beau jour Nietzsche a dit “Dieu est mort”, et tout s’est éclairé…


                      • Clocel Clocel 3 août 21:37

                        @charlyposte

                        L’homme libéré de Dieu devrait être « libre » au contraire.

                        Frison Roche avait écrit un bouquin « esclave de Dieu » si je me souviens bien.
                        L’Islam, c’est la soumission à Dieu.

                        Henry de Monfreid, converti à l’islam, avait choisi comme nom musulman, « esclave du vivant », (Abd el Haï), j’aimais beaucoup.

                        Les hommes ressentent à la fois le besoin de s’agenouiller et d’implorer les cieux, c’est observable dans bien des cultures et des civilisations, partant de là, les exploiteurs de crédulité trouvent table mise.


                      • charlyposte charlyposte 3 août 22:41

                        @Clocel
                        En effet Clocel avec un autre point de vue ici.
                        .........................................

                        On peut être athée, on peut ne pas croire en Dieu, on peut le nier. Sartre, par exemple, niait l’existence de Dieu. Selon lui, Dieu est en quelque sorte un verrou qui nous empêche d’être libre. Selon Sartre [1], il vaut mieux nier Dieu que d’accepter l’idée du regard d’un Dieu sans cesse posé sur moi, autrement dit, mieux vaut choisir l’athéisme plutôt que la croyance en un Dieu insupportablement voyeur, croyance qui nie la liberté humaine. En effet, si Dieu est cet être inquisiteur, scrutant sans cesse nos pensées et nos actes, comment peut-on, dans ces conditions, penser la liberté humaine. Dieu, omniscient, omniprésent et omnipotent pèse sur ses sujets. En niant Dieu, on libère l’homme du joug divin, de ce regard sur lui en permanence cesse présent et pressant, de ce poids qui l’entrave. Ainsi, si Dieu n’existe pas ou si nous ne croyons pas en Dieu, l’assujettissement de l’homme à la toute-puissance divine n’a plus de sens. Donc, nier Dieu serait donc ainsi affirmer la liberté de l’homme. D’ailleurs, Dieu ne dépend-il pas en quelque sorte de la liberté humaine d’affirmer ou de nier son existence ? L’existence ou la non-existence de Dieu ne dépend-t-elle pas de la conscience qui l’affirme ou qui l’a nie ? Que devient Dieu si l’on décide en conscience de pas y croire ? Ainsi, peut-on dire que l’absence de Dieu correspond à la liberté humaine, e d’autres termes si « Dieu n’existe pas alors tout est permis » [2]. Une remarque cependant ; nier revient-il à faire ce que l’on veut comme on veut quand on veut ? Pour le philosophe existentialiste, l’idée de considérer que Dieu n’existe pas ne doit pas pour autant conduire à affirmer l’irresponsabilité de l’homme, la liberté du faire n’importe quoi. Tout n’est pas permis, seulement il conviendra d’assumer pleinement ses choix et ses actes. Telle est donc l’objection qu’il est possible de poser à l’idée affirmant la tout-puissance transcendante de Dieu sur l’homme. Mais cette objection tient-elle vraiment ? S’affirmer comme sujet libre niant Dieu suffit-il pour s’affranchir de tout asservissement ?

                        L’athéisme rend-il l’homme libre ?

                        Déjà, il ne suffit pas de dire que Dieu n’existe pas pour qu’il n’existe pas. Ensuite, cette négation de Dieu ne rend pas l’homme plus libre. Ce n’est pas en mettant en doute la toute-puissance de Dieu, ou en la niant que l’on affirme pour autant la toute-puissance de l’homme. En effet, on ne devient pas plus fort et on reste cet être fragile, décrit par le philosophe Pascal [3]. On ne devient pas moins sujet aux maladies, au vieillissement, moins mortel etc. Donc, finalement croire ou non en Dieu et à sa toute-puissance importe peu quant à la sujétion de l’homme. Donc, l’athéisme change-t-il vraiment, quelque chose à propos de la condition humaine ? De sa condition d’être misérable ? L’homme n’est-il pas soumis à la nature ? Quand bien même, on pourrait révoquer en doute la toute-puissance divine, pourrait-on en faire de même en ce qui concerne la faiblesse et la petitesse de l’homme, écrasé sous le poids des déterminismes de la nature ?


                        .....................


                        PhiloBlog


                      • zygzornifle zygzornifle 4 août 08:54

                        Devant notre perte de repère spirituel incarné par un matérialisme débridé

                        Il n’y a pas que le matérialisme , entre les curés qui sodomisent les gosses et les barbus égorgeurs pour il y a de quoi devenir athée ...


                        • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 4 août 11:01

                          @zygzornifle

                          Religion et spiritualité sont 2 choses différentes.


                        • zygzornifle zygzornifle 4 août 13:39

                          @Julien Hi Energy
                           La religion sans spiritualité ne peut exister


                        • Julien Hi Energy Julien Hi Energy 4 août 14:58

                          @zygzornifle

                          C’est pourtant bien ce qu’il se passe aujourd’hui. Lorsqu’un Djihadiste se fait exploser, il pratique sa religion pourtant y a t-il une moindre once de spiritualité ?...


                        • eau-pression eau-pression 5 août 21:58

                          Très bon article, qui fait le lien entre la conception majoritaire de la réalité (darwinisme) et les évènements en cours.

                          Pour ce qui est de Bilou (ma génération), il faut savoir qu’il est l’héritier des techniques de vente résumées en « FUD » : les gens achèteront votre produit s’il a la propriété de calmer l’angoisse que vous aurez su générer auparavant.

                          Vous voici donc sur les traces de Mallarmé. Bon courage.

                          Pour le peu que je connais de mécanique quantique, je crois qu’elle maintient le suspens sur l’existence du hasard, en proposant un « vrai » générateur aléatoire en même temps qu’elle fait douter de l’existence d’évènements indépendants par la mise en évidence de l’intrication.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité