• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Idées à droite, vide et censure à gauche
#43 des Tendances

Idées à droite, vide et censure à gauche

Pourquoi, en assumant enfin ce qu’elle est, la droite ne peut que s’engager sur la voie d’une reconquête fière

Par S.P. le 16 mai 2019

JPEG

Si vous avez un voisin sympathique, il vous donnera l’exemplaire de Valeurs actuelles qu’il a en double ; et me voici en possession du numéro du 2 mai 2019. En le parcourant, j’ai redécouvert ce que signifie le vocable de presse indépendante, j’ai lu des idées, du bon français, et me suis dis qu’au fond, c’est cela la droite.

Car oui, modestie à part, la droite, c’est une écrasante supériorité intellectuelle sur la gauche. A droite les idées, le débat, la conviction d’abord de l’existence de la vérité, et celle qu’on peut s’en rapprocher en confrontant les points de vue. A gauche la censure, l’ostracisme, la stigmatisation, la victimisation, les procès en –phobies.

 

Pourquoi chercher la vérité s’il n’y a en pas

Lors d’une conférence épinglée par Libération, en 2014, François-Xavier Bellamy déclarait : « Nous ne devons pas défendre notre culture pour l’Histoire qu’elle représente, pour le passé qui l’a formée, mais cette culture nous devons la défendre parce qu’elle est puissance de vie et de vérité. »

Le postulat de l’existence de la vérité fonde le débat à droite, et lui donne un sens. Pourquoi débattre, si tout se vaut, si, en fin de compte, rien d’ultimement vrai ne peut émerger de la discussion ? C’est pourtant dans cette aporie du relativisme, cette plaie intellectuelle selon laquelle la vérité se dilue, et s’autodétruit, dans la diversité des vérités, que la gauche s’est condamnée. Et, non contente de s’y enfermer elle-même, elle veut encore y pousser le reste du monde. 

Quand elle pense, la droite fait appel aux intellectuels qui lui permettent aujourd’hui de structurer son socle d’idées. Nicolas Baverez, Jean-François Colosimo, François-Xavier Bellamy, Eugénie Bastié, Eric Zemmour, Pierre Manent, Marcel Gauchet, Jérôme Fourquet, et bientôt Laurent Alexandre, font partie des invités du Rendez-vous des idées des Républicains. La droite fait appel aux intellectuels qui structurent aujourd’hui la pensée de droite, mais pas seulement : elle écoute tous ceux qui sont susceptibles de construire sa pensée, à la fois par l’exemple et le contre-exemple ; c’est-à-dire qu’elle veut confronter les penseurs qui appuient ses convictions, et leurs détracteurs. L’autosatisfaction de prendre le dessus sur son interlocuteur, le plaisir de se conforter ne sont pas à la base de cette démarche, parce qu’elle suppose l’exercice difficile, exigeant et risqué de la confrontation. Et dans un contexte de bien-pensance, de politiquement correct, d’ostracisme permanent, le débat relève, effectivement, de l’exploit.

 

Le numéro de Valeurs du 2 mai 2019 se fait l’écho de la soirée organisée par l’honorable journal et par les Eveilleurs d’espérance au Cirque d’hiver de Paris, le 25 avril dernier. Pendant ce temps, bousculé par la catastrophe de Notre-Dame, Emmanuel Macron monologuait seul à l’Elysée pour tirer les conclusions du Grand entre-soi national, et, après un long silence révélateur, regretter les qualités d’Alexandre Benalla. Il devait être question d’Europe lors de cette soirée. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et Jacques Attali, sorte de pierre angulaire de la Vème République, font partie des intervenants. Il convient, à leur égard, de saluer un certain courage, quand Marlène Schiappa, pourfendeuse de toutes les injustices de ce monde, et Ségolène Royal, relique vivante du Parti socialiste, ont toutes deux refusé de se plier à l’exercice. Dans son edito, François d’Orcival, de l’Institut (il est membre de la prestigieuse Académie des Sciences politiques et morales de l’Institut de France), nous rapporte les mots suivants de Jacques Attali : « Je suis dans la situation du lapin à un déjeuner de chasseurs ». De fait, venant d’un homme de gauche, ce ressenti n’étonne guère, la gauche s’étant fait une spécialité de fusiller ses contradicteurs. Mais, est-il précisé, c’était avant de « découvrir la courtoisie du public et l’élégance de son vis-à-vis. »

 

Et à gauche ?

A gauche, outre l’impasse du relativisme qui stérilise par avance toute discussion, nous avons Nathalie Loiseau, tête de liste En Marche, qui, par trois fois, refuse de débattre avec François-Xavier Bellamy ; ou plutôt, la troisième fois, elle a daigné croiser le fer avec lui au Cercle Interallié (on s’arrache ma divine présence, mais je n’ai pas le don d’ubiquité pour concéder à chacun l’opportunité de me rencontrer, lance-t-elle en substance) … tout en exigeant que l’entretien ne soit ni filmé, ni diffusé. Etrange !

Comme sait si bien le montrer la gauche, le débat n’en est jamais un. L’arrogance, première posture possible, permet de prendre le contradicteur de haut, pour le disqualifier d’office. Il s’agit alors de le faire passer pour ringard, nostalgique de l’ancien monde, rétrograde, réactionnaire ou de l’affubler d’un de ces qualificatifs passibles de la peine capitale. L’étape suivante, si l’adversaire bouge encore, consiste à finir de l’achever en le livrant, sinon au seul tribunal médiatique, aux juridictions chargées de faire régner l’ordre relativitiste. Il suffit de cocher, de près ou de loin, l’une des cases suivantes : homophobe, transphobe, xénophobe, islamophobe, raciste, conspirationniste, sexiste ou mysogine. Suivra ensuite le réquisitoire habituel : discrimination voire stigmatisation d’une minorité opprimée, incitation à la haine. Le renversement de situation est également un grand classique. Par exemple, si un gauchiste est attaqué sur un de ses torts, il contre-attaque en portant plainte pour diffamation ou dénonciation calomnieuse. Et il a de fortes chances d’avoir le système mainstream avec lui, et donc l’opinion publique. Le cas de Patrick Jardin, qui, après avoir perdu sa fille au Bataclan, s’est retrouvé fiché S pour s’être insurgé contre l’islamisme, est révélateur de ce monde à l’envers. Voilà.

La gauche, c’est ainsi Hapsatou Sy qui demande à tous les médias de France de cesser d’inviter Eric Zemmour, parce qu’il s’assume, comme il l’a fait face à Daniel Cohn-Bendit, un penchant franchouillard. Quelle outrecuidance, quand les seuls penchants autorisés sont, au choix, le salafisme, le militantisme LGBT, ou encore la nostalgie du communisme qui a dû faire entre 80 et 100 millions de morts, et que tout le reste n’est que délire de petits fachos blancs ! La gauche, ce sont ces réunions, à l’Education nationale, en non-mixité raciale : exit les Blancs, responsable du racisme d’Etat, race d’oppresseurs et de menteurs par définition. C’est ce lubie de l’intersectionnalité, qui fait des non-White non-cis non-male non-rich people les opprimés par excellence. C’est cette haine du riche et de la réussite, quand à droite, plutôt que de diminuer le nombre de millionnaires on préfère diminuer le nombre de pauvres. Ce sont ces universités progressistes américaines, qui ont instauré un droit à ne pas être choqué (the right not to be offended), lequel permet d’aseptiser toute prise de parole, de restreindre la liberté d’expression et même, parce qu’elle peut offenser les bonnes âmes, d’interdire la distribution d’exemplaires de la Constitution des Etats-Unis.

 

C’est encore Claire Nouvian, candidate sur la liste du Parti socialiste, folle de rage, face à la contradiction apportée par Pascal Praud et Elisabeth Lévy sur le changement climatique. Ce sont les excès de Greta Thunberg, ou plutôt de ceux qui l’instrumentalisent, au point de la faire pleurer au Parlement européen, et qui préfèrent voir les élèves « défiler pour le climat » plutôt qu’aller s’instruire à l’école. Ce sont ces écologistes extrémistes qui ont initié le Mouvement d’extinction volontaire de l’espèce humaine pour « sauver la planète ».

Ce sont ces commentateurs qui, face à deux parents attachés à la vie de leur enfant handicapé (Vincent Lambert), n’ont rien d’autre à dire que de faire remarquer que ce sont de fervents catholiques – la belle affaire, vite les renseignements intérieurs pour suivre une potentielle radicalisation … mais ils ont déjà à ficher les Gilets jaunes à l’hôpital, et à suivre Patrick Jardin. C’est aussi ce « délit d’entrave numérique à l’IVG », qui rejoint les divagations de Marlène Schiappa et Nicole Belloubet, ministres d’Emmanuel Macron, lesquelles voient de possibles connexions entre La Manif Pour Tous et le terrorisme islamique. C’est cette officine estudiantine de l’Université Jean Jaurès de Toulouse, qui a fait annuler un cours de préparation à l’agrégation de philosophie de Philippe Soual, parce qu’il avait été de La Manif Pour Tous. C’est ce groupuscule LGBT hollywoodien, qui tente de faire passer Alain Delon pour homophobe.

Et c’est indéniablement, Emmanuel Macron, dont le seul message est de nous dire, à l’approche du scrutin européen le 26 mai prochain : « Moi, ou le chaos. Moi, ou les populistes. Moi, ou les nationalistes. » Etrange conception de la pluralité démocratique, et reflet, il est vrai, du besoin impérieux de vacuité qui fonde le macronisme.

 

La dictature de la pensée, ou le terrorisme intellectuel

Ainsi à gauche, tout se vaut, toutes les vérités sont de valeur égale. En théorie, car cette position est intenable. A droite, nous disons : nous ne sommes pas d’accord, mais nous croyons pouvoir accéder au vrai, ou du moins, à plus de vrai, en discutant, alors asseyons-nous et discutons. Réponse à gauche : je suis tolérant, tu ne l’es pas, tu ne veux pas tolérer ma tolérance ? Alors je vais t’écraser toi et ton intolérance. Si tu m’affirmes que ta vérité est supérieure, je te dénigre, je t’ostracise, je te fusille.

Paradoxe sans issue de la gauche, subterfuge contradictoire recyclé à l’infini pour empêcher toute dissidence.

Schématiquement, quelle image peut-on donner pour illustrer la comparaison entre le débat à droite, et le « débat » à gauche ? Je dirais que d’un côté, nous avons les chroniqueurs venus faire entendre un autre son de cloche, Gilles-William Goldnadel, Natacha Polony, Pierre Liscia ou encore Franz-Olivier Guisbert, sur le plateau de Thierry Ardisson. De l’autre, des extraterrestres, compulsivement secoués de haut en bas par la seule idée d’être offended, les mains tremblant au-dessus du bouton « signalement au CSA » (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), prêts à bondir comme dans une expérience de Pavlov.

François Fillon, qui a cristallisé autour de lui cette fameuse droite-Trocadéro, affirmait, le 17 avril 2017 à Montpellier : « Depuis 1981, la gauche a placé ses pions sur le front de la culture et elle a verrouillé la pensée au point de rendre le débat impossible sur tous ces problèmes qui sont pourtant essentiels. La liberté, l’autorité, l’identité, la souveraineté sont devenues des idées honteuses. Les gardiens du politiquement correct ont entrepris de les faire taire par tous les moyens. Cette situation atteint aujourd’hui son paroxysme. »

 

« Désormais tout se joue à droite »

C’est ainsi que François d’Orcival intitulait son edito du 2 mai dernier. Les idées sont là, il faut le faire savoir, et faire savoir qu’à gauche il n’y a que du vide et de la violence, qui est l’arme du faible. Il nous faut affirmer notre incontestable supériorité intellectuelle sur la gauche et son relativisme autosuicidaire et autodestructeur. Pour citer encore Valeurs (car chaque numéro est une mine, un « souffle d’air frais » pour paraphraser Dreuz.info), ou plutôt le sociologue Mathieu Bock-Côté, « la gauche a été si longtemps dominante qu’il lui suffit aujourd’hui d’être critiquée pour se sentir assiégée, tandis que la droite a été si longtemps dominée qu’il lui suffit d’être entendue pour se croire dominante. »

Bruno Retailleau, le président du groupe Les Républicains au Sénat, et François-Xavier Bellamy aiment citer le philosophe américain Francis Fukuyama, qui croyait, après la chute de l’URSS, à la fin de l’Histoire. La résurgence du marxisme, notamment recyclé dans l’écologisme anticapitaliste, l’expansion du totalitarisme islamique, lui ont donné tort. La gauche, et surtout la gauche-Macron, a elle cru à la fin de la droite. Eh bien c’est la fin de la fin de la droite, pour reprendre l’expression du sénateur de Vendée.

Alors il faut percuter plus fort. Et avant toutes choses, il faut se mobiliser le 26 mai prochain, pour montrer que, oui, désormais, tout se joue à droite.

 

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • pemile pemile 16 mai 17:38

    @Espey 81 « Car oui, modestie à part, la droite, c’est une écrasante supériorité intellectuelle sur la gauche. »

     smiley

    Et cerise sur le gâteau, le « modestie à part » !


    • Cadoudal Cadoudal 16 mai 18:01

      @pemile

      Faut dire qu’après la fuite des Serbes de l’asile de fou mélenchonien, après le racisme de l’UNEF, après la lamentable récupération des gilets jaunes, il lui reste quoi à la gauche pour se vautrer encore un peu plus dans la collaboration Sorossienne ?

      Glucksmann, Bilal Hamon et la CGT ? Lol...

      La liberté de la presse est-elle désormais à la merci de la commission de censure de la CGT  ?

      Le Point ne sera donc pas disponible aujourd’hui dans les villes suivantes : Lyon, Clermont-FerrandNantes, Le Mans, La Rochelle, Vannes, Rennes, Tours, Marseille, Toulon, Avignon, Bordeaux, Bayonne, Périgueux, Toulouse, Albi, Castres et Montauban. Nous en sommes navrés pour nos lecteurs.

      https://www.lepoint.fr/editos-du-point/etienne-gernelle/gernelle-quand-la-cgt-censure-16-05-2019-2313015_782.php


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 mai 21:02

      @Cadoudal

      Kotorac n’est pas le premier à quitter la France Soumise, ancien Front de Gauche, pour le Front national devenu RN.

      Je n’écrirai même pas qu’il a, comme on dit, « retourné sa veste », parce que ce qu’il y a de commun entre ces deux formations politiques, c’est un même fanatisme imbécile. Certes, il peut s’appliquer à des objets de haine quelque peu différents, mais la seule chose qui compte pour ces sortes d’individus, c’est de pouvoir cultiver tranquillement leurs passion tristes. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !


    • Cadoudal Cadoudal 16 mai 21:38

      @Cadoudal
      Chacun son trip et ses passions, certains en sont encore resté au Karcher à guimauve, à l’identité heureuse et à l’invasion de la Lybie pour protéger les Français au sang pourri...

      1990

      Ça ne cesse de m’intriguer, cette concomitance des dates et le revirement simultané de la droiche et du PCF concernant le programme Sorossien...

      Y a du avoir une réunion au sommet ou un truc du style, en tout cas j’ai du mal a me l’expliquer.

      Si vous êtes dans le secret des Dieux et au fait des raisons de la trahison de la droiche, votre explication serait la bienvenue...

      Chez les cocos, c’est motus et bouche cousue.

      https://www.francetvinfo.fr/politique/alain-juppe/immigration-1990-quand-les-propositions-de-la-droite-ressemblaient-a-celles-du-fn_709923.html

      http://www.reveilcommuniste.fr/2015/04/en-1991-avant-la-boboisation-du-pcf.html


    • sls0 sls0 16 mai 17:51

      En marche à gauche. Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ou plutôt lire.


      • leypanou 16 mai 18:02

        @sls0
        l’auteur est en CPGE scientifique donc sa confusion est compréhensible.


      • Le421 Le421 18 mai 09:26

        @sls0
        Bof !! Si on était aveugles, on ne pourrait pas lire de telles conneries...
        Donc.
        LREM à gauche... C’est grave docteur ??  smiley


      • Désintox Désintox 16 mai 20:36

        C’est sûr qu’avec une presse aussi brillante (valeurs actuelles...) et une telle brassée de grands intellectuels (Zemmour...), la droite a un fantastique avenir devant elle.


        • Cadoudal Cadoudal 16 mai 20:52

          @Désintox
          Heureusement qu’il y a des résistants authentiques comme toi et les « journalistes » du Nouvel Obs, sinon on vivrait dans un pays de nazis mangeurs de p’tits n’enfants...

          Des millions d’Européens sont aujourd’hui gouvernés par des leaders nationaux-populistes. Certains s’en accommodent, d’autres résistent à ce nouveau modèle autoritaire.

          https://www.nouvelobs.com/monde/20190516.OBS13005/hongrie-pologne-autriche-italie-ils-vivent-sous-le-populisme.html


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 09:32

          @Cadoudal
          Des millions d’Européens sont aujourd’hui gouvernés par des leaders nationaux-populistes.

          Et « grâce » au Front national, c’est pas près d’être le cas en France


        • Le421 Le421 18 mai 09:29

          @Cadoudal
          Vos petits copains du RN, ce sont les indemnités ou l’immunité qu’ils vont chercher à Bruxelles ?
          Parce qu’avec le nombre de casseroles, on dirait une équipe de représentants de chez Sitram...
          C’est vrai que dans ces partis, l’honnêteté est tout à fait secondaire, j’oubliais.


        • Aristide Aristide 18 mai 11:37

          @Le421

          C’est vrai que dans ces partis, l’honnêteté est tout à fait secondaire, j’oubliais.

          Est-ce que cela vaut aussi pour un député auto-entrepreneur communication et spécialiste immobilier de LFi et sa compagne télévisuelle qui ont osé demander une aide sociale pour rénover le chauffage d’une maison achetée à Bagnolet ?


        • Christian Labrune Christian Labrune 16 mai 20:42

          Pourquoi débattre, si tout se vaut, si, en fin de compte, rien d’ultimement vrai ne peut émerger de la discussion ? C’est pourtant dans cette aporie du relativisme, cette plaie intellectuelle selon laquelle la vérité se dilue, et s’autodétruit, dans la diversité des vérités, que la gauche s’est condamnée. Et, non contente de s’y enfermer elle-même, elle veut encore y pousser le reste du monde. 

          ...................................................................... .......

          à l’auteur,

          Cette remarque est extrêmement pertinente, et j’aurais pu en relever bien d’autres. Cependant, bien que Bellamy soit un type extrêmement intelligent et fort estimable, je ne voterai probablement pas aux européennes.

          Dans la connerie générale de la classe politique française actuelle, LR émerge, pour toutes les raisons que vous soulignez, mais n’émerge pas encore suffisamment

          La politique du gouvernement actuel, collaborant activement, pour notre plus grande honte, avec l’islamo-nazisme iranien, par ailleurs anti-américaine en diable et anti-isréalienne jusqu’à l’antisémitisme, je n’ai pas remarqué que LR, pourtant dans l’opposition, l’ait encore bien clairement dénoncée. Ca veut dire quoi ? LR à la place de Macron ferait la même chose ?

          L’Europe, je n’en ai rien à foutre. Aller à Bruxelles, c’est comme aller acheter des cordes pour se faire ligoter et un fouet pour se faire battre. Démarche fondamentalement masochiste avec laquelle il serait urgent de rompre.

          Peut-être qu’on commence à réfléchir un peu à LR, mais il s’en faut bien qu’on y ait encore vraiment les yeux en face des trous.


          • Christian Labrune Christian Labrune 16 mai 21:15

            ADDENDUM

            La petite image au bas de l’article, qui m’a fait prendre conscience, douloureusement, de beaucoup de choses, m’induit à donner les précisions suivantes :

            Je me suis exprimé ci-dessus en tant que Berrichon racisé de sexe mâle (je viens de vérifier), de la minorité française fumant cigare, et pour cette raison salement persécutée par le fisc et les écolos. Je dois préciser aussi : d’origine humaine, et c’est important, parce que je condamne avec la plus extrême vigueur le racisme atroce des Limousins qui prétendent que 99 Berrichon et un mouton, ça ferait cent bêtes. C’est faux, archi-faux.


          • Espey 81 17 mai 09:46

            @Christian Labrune Merci pour votre remarque. Certes il reste énormément de chemin à faire. D’aucuns chez LR pourraient d’ailleurs me reprocher ce ton catégorique et tranché. Mais la gauche, elle, n’a jamais fait dans la nuance.

            Songez malgré tout que nous sommes partis d’une primaire en 2016 où participaient Bruno Le Maire et Alain Juppé et de l’élection volée de 2017 pour arriver, en 2019, à FXB. Il reste beaucoup de chemin, mais déjà, un cap est donné.

            Remarquez qu’un certain Pascal Durand, proche du terrorisme palestinien notamment financé par l’Iran, figure sur la liste LaREM. Si vous votiez, vous priveriez toujours cette officine gangrénée par l’islamisme d’une voix : ce n’est jamais négligeable.

            Excellente journée


          • Jean De Songy Jean De Songy 17 mai 08:01

            Que les collabobos de droite censurent... la seule arme des niais. smiley

             

            COLLABOBOS, VOS PETITS-ENFANTS VOUS VOMIRONT :
             
            Archipel boobalandais :
            800000 naissances / an dont 45% d’origine africaine (test drépanocytose)
            420000 envahisseurs / an
            (110 pseudos-réfugiés, 50 pseudos mineurs, 260 « légaux »)
            =>
            Glands remplacement de 2 colons pour 1 souchiot
            =>
            UE terre d’Islam et banlieue de l’Afrique avant 2 générations.

             


            • zygzornifle zygzornifle 17 mai 09:16

              Droite , gauche , on ne trie pas son caca avant de tirer la chasse ....


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 09:29

                Mort de rire l’apologie de la droite la plus bête du monde.

                On n’est jamais si bien servi que par soi-même, c’est entendu.

                Macron à gauche, avec Philippe, Darmanin, Le Maire, il fallait oser smiley

                Pour ce qui est « des idées » de la droite, c’est assez simple :

                rien de neuf depuis Chirac, cuvée 2002. Insécurité, délinquance, adaptés en terrorisme, islamisme, immigration.

                Eric Zemmour répète ses mantras depuis maintenant 20 ans, et constate que « tout va toujours de mal en pis », c’est à dire qu’il reconnaît lui-même qu’il ne sert à rien.

                En réalité la droite a complètement perdu le match, elle n’est plus capable depuis Sarkozy d’avoir un discours fédérateur, et se contente de chroniquer à l’infini « le fractionnement de la société », « la guerre civile rampante », etc...

                Elle a perdu son meilleur ennemi, le PS, qui est complètement mort.

                Et à la fin c’est Mélenchon qui a toutes les chances de l’emporter :

                à la différence de LR, lui est vraiment hégémonique à gauche.

                La messe est pratiquement déjà dite.


                • fabrice68 fabrice68 17 mai 10:13

                  on peut ne pas etre d’accord sur le diagnostic fait sur la droite, mais il est certain que celui fait sur la gauche, est tout à fait exact ! c’est factuel ! et au passage Macron et les macronistes, peuvent etre classés à gauche..


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 13:24

                    @fabrice68
                    et au passage Macron et les macronistes, peuvent etre classés à gauche..

                    Quel sujet vraiment essentiel....

                    C’est à ça qu’on reconnait la droite la plus bête du monde : les sujets vraiment importants, tels la couleur du sexe des anges.


                  • Albert123 17 mai 14:16

                    @fabrice68

                    « on peut ne pas être d’accord sur le diagnostic fait sur la droite, mais il est certain que celui fait sur la gauche, est tout à fait exact »

                    tout à fait

                    « au passage Macron et les macronistes, peuvent etre classés à gauche. »

                    comme l’ensemble des formations politiques républicaines formant l’arc républicain et donc autorisées par la république (donc RN inclus mais aussi les Zemmour et Bellamy cités par l’auteur).

                    la république par essence étant un bidule de bourgeois donc de gauchistes, tous partis politiques qui en émanent ne peuvent être que de gauche.

                    l’action française dans son refus de participer au système des partis républicains, et surtout, son royalisme contre révolutionnaire qui s’oppose de fait à la république reste certainement une des seules formations de droite actuellement en France.


                  • Pere Plexe Pere Plexe 17 mai 20:10

                    @fabrice68
                    C’est moins la gauche qui aurait disparu que l’antinomie droite gauche qui a trépassé.
                    Des clivages existent mais pas en deux camps.
                    C’est une multitude de camps qui existent désormais.
                    Séparés par des notions plus complexes et plus nombreuses 


                  • zygzornifle zygzornifle 17 mai 12:48

                    Macron est comme une pie , tout ce qui brille et le fait briller est bon pour ....


                    • foufouille foufouille 17 mai 15:03

                      fillon a montré ce qu’est ta droite : des ripoux.


                      • Albert123 17 mai 16:07

                        @foufouille

                        costumes de Fillon => 15.000 €

                        costumes de jack Lang => 200.000 €

                        Fillon annonce 120.000 fonctionnaires en moins durant sa campagne, sa chute liée à cette histoire grotesque de costards sera ainsi saluée par tous les veaux pas foutus de comprendre qu’en sacrifiant Fillon ils voteraient Macron, 2 mois plus tard, en bons cocus qu’ils sont.

                        Macron ne l’annonce pas, mais le mettra bientôt à exécution durant son mandant.
                        Car la victoire aux Européennes lui est assurée, non pas à cause des abstentionnistes (qui serviront encore une fois de bouc émissaire à un électorat de veaux) mais parce que les cocus , plutôt que de se rallier au seul parti pouvant vaincre mathématiquement le candidat de Macron, préféreront s’éparpiller au sein de la nébuleuse des partis d’opposition contrôlée.

                        Fillon c’était surtout un perdreau de l’année, le paillasson de Sarkozy, le faire valoir de Macron, pas très courageux et surtout pas un grand stratège. Avec Fillon, les GJ auraient eu gain de cause en 2 semaines au passage.


                      • foufouille foufouille 17 mai 16:29

                        @Albert123
                        lang est considéré comme un mannequin jusqu’à preuve du contraire.
                        fillon a fourni plusieurs emplois totalement fictif à sa famille, plus d’autres cadeaux des pourris.
                        fillon voulait gouverner avec le 49-3 et aurait habiter versailles donc c’est peanuts le macron.


                      • ddacoudre ddacoudre 19 mai 19:58

                        Bonjour

                        J’avoue que c’était plaisant de te lire. Je ne partage absolument pas ton analyse, non sur ce que tu en dis, mais j’ai absolument entendu dire la même chose des gens de gauche. C’est un classique bien connu suivant qui est au pouvoir. La gauche ou la droite ne se définissent par ignorance de ceux qui se servent de ce qualificatif pour leurrer les citoyens analphabètes en économie ou en histoire sociale qui ne font pas partie de enseignement général obligatoire ou si peu pour le bac. Ce qui caractérise la gauche c’est la lutte de l’exploitation de homme par l’homme, dans ce cadre ils ont réclamé aux gouvernants démocrates de différentes mesures sociales, c’est par là répression de l’armée qu’il a été répondu à ce besoin Social. L’on a appelé ces travailleur des socialistes. Les démocrates répondaient aux besoins sociaux par la charité Les travailleurs sont devenus anticapitalistes et les démocrates capitalistes. L’histoire à tranché en faveur du capitalisme. Le PS n’est plus socialiste depuis 1983/4 il a modifié des statuts en 2008. Le PC à abandonner le communisme avec R Hue. Le PS et le PC pratiquent comme les LR , le LREM, le FN/RN, le CDI, UPR, le Modem, la Social Démocratie, c’est n’a dire la redistribution des capitaux des riches, essayer de rendre le capital social est une gageure. De 1804 à aujourd’hui compte moi le nombre d’avancée sociale que l’on doit aux sociaux démocrates qui n’est pas été imposé par les syndicats. Les sociaux démocrates ont tenu la majorité au conseil européen toutes les demandes de conventions collectives, de protection sociale, de salaires minimum européen ont été refusés. Et tu crois vraiment que vous aller changer cela, que vous aller changer l’essence du capitalisme qui repose sur l’exploitation de ceux que l’entreprise emploi. Je mais ma main à couper que tu ne connais même pas le processus. Si c’est le cas ce n’est pas grave que tu te trompes, mais si tu connais et que tu soutiens aider ce que vous laissez exploiter je te laisse le qualificatif Cordialement ddacoudre ovreblog

                        .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès