• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Il faut moins d’Etat providentiel pour plus d’Etat régalien (...)

Il faut moins d’Etat providentiel pour plus d’Etat régalien !

L’analyse du concept de souveraineté fait généralement émerger quatre « fonctions régaliennes » :
1. Assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ;
2. Assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public avec, notamment, des forces de police ;
3. Définir le droit et rendre la justice ;
4. Définir la souveraineté économique et financière, notamment en émettant de la monnaie.

 La notion de "sécurité" est au centre des prérogatives régaliennes, la fonction première de l’État étant de garantir les conditions de la vie en société. Cette notion a connu une extension récente en France du fait de l’introduction du "principe de précaution" dans la Constitution. On considère donc maintenant que relèvent de la sécurité : la protection contre les risques majeurs, la sécurité environnementale, la sécurité sanitaire et même la protection sociale (minimas sociaux).

Aujourd’hui l’Etat est partout en France sauf là où Il devrait être. La faute à qui ? A nous, aux Français. Pas une corporation professionnelle ou sociale qui ne réclame l’intervention de l’Etat pour résoudre leur difficulté.

Les résultats sont simples :
1. La multiplication des lois et règlements entraîne une déresponsabilisation des Citoyens et l’accroissement des incivilités ;
2. L’augmentation des dépenses publiques dont les corollaires se traduisent par une hausse de la dette et du déficit public et à l’augmentation de la pression fiscale ;
3. La régulation toujours plus accrue des relations économiques contraint la liberté d’entreprendre et sa conséquence principale, le chômage ;
4. La socialisation des individus (allocations et indemnités de toutes sortes) et l’égalitarisme dogmatique (mixité sociale, quotas) ont engendré une société d’assistés.

Cette nouvelle conception de l’Etat providentiel, hérité des désastres de la seconde Guerre Mondiale et du gaullisme d’une part, et par l’incapacité des dirigeants politiques des ces quarante dernières années à mener une politique courageuse de réformes (face à l’hostilité imbécile notamment des syndicats) d’autre part, a créé toujours plus de droits et de moins en moins de devoirs le tout aux dépends des libertés individuelles et collectives.

L’Etat doit se recentrer et de renforcer ses actions autour des fonctions régaliennes : diplomatie, défense nationale, police et gendarmerie, politique pénale et justice, protection de l’environnement et aménagement des territoires.

Il est nécessaire de :
1. Libérer l’économie et le travail (Libérer ce n’est pas « déréglementer »), privatiser les entreprises publiques, défendre au niveau européen une politique sociale commune pour lutter contre le dumping salarial ;
2. Définir les programmes de l’enseignement secondaire des besoins des entreprises privées et décentraliser au niveau des régions, la gestion des personnels et des moyens de l’enseignement public ;
3. Aplanir les avantages sociaux des Français : un seul régime de retraite, un seul régime de sécurité sociale, un seul mode d’indemnisation du chômage, un régime d’allocations familiales privilégiant l’indemnisation en nature (création de bons d’achats pour les nourrissons, création de coopératives scolaires à la place des primes de rentrée scolaires…), un régime l’allocations de minima sociaux couplé à une obligation de formation de retour à l’emploi ;
4. Les restrictions de la vie privée doivent se limiter à l’atteinte à la sécurité publique et celles de la liberté d’expression à la diffamation, à l’injure public et à toute forme de ségrégations.
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 22 mars 13:07

    La dette dans laquelle on s’enfonce fait suite aux cadeaux fait aux plus riches.

    Votre solution c’est d’amplifier le système si j’ai bien compris.
    Je ferai partie de la caste des ultras riches ça m’irait très bien. Mais comme je ne fais partie de la classe aisée et que je sais faire une règle de trois elle ne me va pas cette solution.
    Tout comme elle risque de ne pas plaire à 99% de la population.

    Avoir un discours de la caste des 1% les plus riches ne vous fait pas entrer dans cette caste, vous en êtes que le stupide et brave soldat sans plus.

    • Zolko Zolko 22 mars 14:08

      @ l’auteur : j’aime beaucoup l’idée de base de votre article, malheureusement il fait une ENORME erreur :
       
      "La faute à qui ? A nous, aux Français. Pas une corporation professionnelle ou sociale qui ne réclame l’intervention de l’Etat pour résoudre leur difficulté "
       
      l’état aide explicitement les banquiers et les avocats dans leur affaires. Les banquiers bien-sûr avec le sauvetage des banques en 2008, mais aussi les avocats en obligeant la présence des avocats à tous les stades de toutes procédures judiciaire et en multipliant les possibilités d’appels et de recours, qui enlèvent tout pouvoir aux décisions judiciaires – publiques – et donne tout pouvoir aux riches qui peuvent interjecter – par leurs avocats – des procédures sans fin.
       
      Ces 2 corporations – banquiers et avocats – sont les manipulateurs du fonctionnement de l’état français. Et, curieusement aussi, les dilapidateurs et ennemis de la souveraineté populaire.


      • Zolko Zolko 22 mars 14:16

        "1) [...] défendre au niveau européen une politique sociale commune pour lutter contre le dumping salarial"
         
        non, ce n’est pas le dumping salarial qu’il faut combattre, mais le dumping fiscal : que des états Européens réclament des niveaux d’impôts et de taxes différents est incompatible avec un marché et une monnaie unique. Les salaires s’équilibrent en fonction des activités et coûts de la vie locales.


        • Zolko Zolko 22 mars 14:19

          "3) Aplanir les avantages sociaux des Français : un seul régime de retraite, un seul régime de sécurité sociale, un seul mode d’indemnisation du chômage"
           
          oui, je ne comprends pas comment on peut prétendre afficher Egalité comme devise nationale et avoir des régimes privilégiés. Ça devrait carrément être anticonstitutionnel


          • bob14 bob14 22 mars 14:50

            Faudrait surtout qu’un de vos présidents s’occupent enfin des Français pour leur bien et non pour en faire des chômeurs ou des pauvres smiley


            • foufouille foufouille 22 mars 15:23

              « Assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public avec, notamment, des forces de police ; »

              certainement pas, tu te démerdes sale porc libéraliste.


              • Rmanal 22 mars 15:53

                J’ai l’impression de lire un article d’un journal Américains réactionnaires à l’époque de Keynes lors de son apogée dans les années 20/30.
                Soit l’auteur à 80 ans et est resté figé dans le passé, soit ça sent la vie de merde.


                • Pere Plexe Pere Plexe 22 mars 18:43

                  Le degré zéro de la réflexion.

                  Partout les fonctions régaliennes, mais aussi la politique, ont été détournées de leurs buts par l’oligarchie financière et leurs relais politiques.

                  Vous confondez la source du mal et la solution pour en sortir !

                  • Xenozoid Xenozoid 22 mars 18:47

                    @Pere Plexe

                    Partout les fonctions régaliennes, mais aussi la politique, ont été l’outil du pouvoir de leurs buts par l’ignorance de ce même et ces relais politiques.l’état nation est aussi corompu que les corporations,en fait, il en est la cause


                  • rogal 22 mars 19:22

                    Méchant Réac ? Plutôt bon réac.


                    • McGurk McGurk 22 mars 21:36

                      La première partie est juste et je suis bien d’accord, la perte de souveraineté est une catastrophe pour notre pays, que ce soit en terme de défense ou l’économie.

                      La désindustrialisation amorcée depuis les années 70 et la politique de continuation de ce idéaux détruit littéralement la France. On ne peut pas être maître de son destin si on a plus les « armes économiques » nécessaires et, celles qui découlent de la santé du pays, l’armement militaire et civil pour sa sécurité.

                      On ne peut pas à la fois être « la France », suivre des directives grotesques libérales de l’UE et voir son identité être dissoute au sein d’une confédération d’Etats traités comme de pauvres régions sans importance. Une UE qui devient de plus en plus rigide et directrice - dictatoriale parfois.

                      Cependant, la suite de l’article n’a aucun sens :

                      * « La multiplication des lois et règlements entraîne une déresponsabilisation des Citoyens et l’accroissement des incivilités »

                      Ce n’est pas du tout la multiplication des lois qu’il faut viser.

                      C’est, tout d’abord, le laxisme des autorités françaises qui ne les font pas appliquer - au travers des forces de police qui préfèrent se planquer dans un virage pour chopper les chauffards que de sanctionner un type en ville avec son téléphone portable lorsqu’il conduit.

                      Mais également le désengagement progressif de l’Etat dans toutes les sphères possibles : les retraites c’est « has been » , le chômage est la faute des « méchants glandeurs », les travaux publics sont faits...par le privé, on vend toutes les entreprise d’Etat, on privatise les transports, ignore les syndicats « emmerdants », etc.

                      On crée une société dans laquelle l’Etat a coupé tout lien avec les citoyens ou presque, à part pour leur demander de voter et payer leurs impôts pour permettre à la machine de fonctionner. En résumé, on passe d’un pays capitaliste à composante sociale à un pays purement capitaliste dans lequel l’Etat n’intervient quasiment jamais à part assurer ses fonctions élémentaires, soit le fonctionnement des USA.

                      Accroissement des incivilités ? C’est logique, le parlement vote toujours les mauvaises lois et ensuite Macron se paye le luxe de dire que les Français gueulent toujours lorsqu’il « faut faire des réformes ». Lorsqu’on est con au point de se fracasser le crâne à foncer cent fois dans le même mur, il ne faut pas s’étonner de se retrouver à l’hôpital.

                      * "Libérer l’économie et le travail (Libérer ce n’est pas « déréglementer »), privatiser les entreprises publiques, défendre au niveau européen une politique sociale commune pour lutter contre le dumping salarial« 

                       »libérer le travail« , ça c’est un argument à la con. Les entreprises payent moins d’impôts depuis qu’on les a baissé de moitié.

                      On s’étonne de voir des TPE/PME couler parce qu’elles se prennent des impôts dans la gueule bien que, simultanément, le gouvernement fait un pont d’or aux grosses multinationales en leur faisant des cadeaux fiscaux...

                      Qu’on t-elles fait de cet argent ? Elles ont simplement reconstitué leurs marges et le reste est allé soit dans les poches de l’entreprise, soit des actionnaires. Le salarié, lui ne comptait absolument pas bien sûr. C’était un infecte rat d’égout qu’on essaye d’exterminer avec la loi »Travail« ou bien via les plans organisés de »restructuration« .

                      Tant que les salariés et les entreprises ne seront pas sur un pied d’égalité, que la rentabilité sera le maître-mot, que les travailleurs ne seront pas dans un environnement où ils peuvent travailler sans crainte de sanctions, on ne pourra pas »libérer le travail« .

                      Rien à voir avec les impôts ou la concurrence, notre productivité est l’une des meilleures d’Europe (contrairement aux idées reçues) et notre savoir-faire est mondialement reconnu.

                      C’est une connerie de »privatiser les entreprises publiques« , cela ne fera que faire gonfler artificiellement la facture et les services seront encore plus mauvais. L’exemple typique est le système de transport de Grande Bretagne : le TGV coûte une fortune, les tarifs du réseau ferré de Londres sont exorbitants en plus de prestations de merde (et le chaos provoqué par les différentes compagnies pour un même réseau).

                      * »Définir les programmes de l’enseignement secondaire des besoins des entreprises privées et décentraliser au niveau des régions, la gestion des personnels et des moyens de l’enseignement public« 

                      Non ! Nous ne devons pas nous caler essentiellement sur leurs besoins, sinon les autres matières enseignées risquent de totalement disparaître. Il faut certes en tenir compte mais avec prudence, donner une spécialité aux jeunes qui leur permettre d’obtenir des postes d’avenir.

                      La décentralisation à la française a toujours été catastrophique, alors le faire avec le personnel enseignant...Pas convaincant votre argument.

                      * »un seul régime de sécurité sociale« 

                      ’tain c’est l’URSS votre projet ou quoi ? smiley

                      * »Les restrictions de la vie privée doivent se limiter à l’atteinte à la sécurité publique« 

                      Sauf qu’avec cet argument, on peut parfaitement légitimer l’état d’urgence permanent, le fichage des citoyens lambda (effectif depuis Hollande suite aux attentats, tout le monde est maintenant fiché), le 49-3 pour outrepasser les pouvoirs du parlement, etc. Une dictature en somme.

                      Et puis ce n’est pas en mettant des patrouilles partout dans les cités qu’on va résoudre le problème de sécurité des gens - ou leur mettant une matraque dans le cul.

                      Honnêtement, je suis effrayé de voir tous ces militaires tourner en rond avec leur sulfateuse à bout de bras. Qu’est-ce qui se passera si un radicalisé prend leur arme ou fait partie de l’armée et fait feu sur les gens ? On sera bien cons après hein...

                      Notons également que les lois sur la liberté d’expressions relatives »à la diffamation et à la discrimination" sont à double tranchant. Elles suppriment de fait une partie non négligeable de cette liberté, à savoir qu’elles remettent en question par exemple la caricature.


                      • Attila Attila 22 mars 22:49

                        L’État régalien c’est l’État qui régale.
                        J’ai bon, là ?

                        .


                        • babadjinew babadjinew 23 mars 09:30

                          Coment peut on écrire de telles inepties quand on sait que le ratio (en occident) entre riches et pauvres était de l’odre de 40 dans les années 60 et qu’il est de l’odre de 600 aujoud’hui !!!!!!

                          Faudrait peut être envisager une mise à jour et passer de FORTRAN à un kernel linux 2.6 !!!

                          Wake Up 


                          • banban 23 mars 09:49

                            Le déni des fais, ou comment on rentre dans les tètes vide des dogmes absurde. l’auteur semble préférer un passeport érythréen a a un passeport danois. grand bien lui face. j’attend avec impatience le prochaine article de l’auteur ventant les bienfaits du féodalisme sur la democatie.


                            • zelectron zelectron 23 mars 22:35

                              A l’heure actuelle c’est plutôt : « Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État ! » Mussolini

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Méchant Réac

Méchant Réac
Voir ses articles







Palmarès