• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Immigration, chômage et rentabilité du capital

Immigration, chômage et rentabilité du capital

Le grand patronat français est le principal bénéficiaire de l’immigration ! C’est lui qui a demandé l’ouverture du robinet de l’immigration de peuplement.

Bouygues géant du BTP l'avait réclamé en direct à la TV, contre le PCF d’alors qui y était opposé ;

et les Présidents Pompidou et Giscard ont exécuté l’ordre.

Le président Pompidou avoua peu avant sa mort qu’il avait ouvert les vannes de l’immigration en France à la demande des grands patrons, désireux de pouvoir bénéficier d’une main d’oeuvre nombreuse, docile et bon marché, d’une réserve quasi inépuisable à même de réduire les ardeurs revendicatrices des travailleurs français souvent organisés.

 

Analyse du rapport entre chômage et profit des entreprise, l’exemple des USA
par Patrick Artus chef économiste de la recherche chez Natixis :

« Karl Marx is back » (La documentation française, Janvier 2002)

« L’accumulation de capital productif aux Etats-Unis entre 1992 et 2000 a provoqué, à partir de 1997, une baisse forte de la rentabilité du capital, due sans doute aux rendements décroissants. Elle n’aurait pu être évitée que par le maintien d’un chômage élevé, permettant de réduire les hausses de salaires, conformément aux thèses de K. Marx.

Rappelons ces thèses en simplifiant :

• les entreprises accumulent du capital et accroissent l’intensité capitalistique (rapport stock de capital/production) ;

• pour maintenir la rentabilité du capital, il faut que la part des profits dans le revenu national (dans la valeur ajoutée) s’accroisse au même rythme que l’intensité capitalistique ; si ce n’est pas le cas, il y a « baisse tendancielle du taux de profit » ;

• la hausse de la part des profits implique que les salaires réels croissent moins vite que la productivité du travail, donc que les salariés soient en situation de faiblesse dans les négociations. Ceci impose en régime de croisière un taux de chômage élevé (c’est « l’armée de réserve des travailleurs »).

Solution capitaliste : avoir recours périodiquement à une récession pour faire remonter le chômage et redresser la rentabilité du capital. »

 

La situation n'a pas changé aujourd’hui.

Le président du Parlement allemand Schäuble a qualifié la crise du corona d'une aubaine, une grande chance pour l'Europe. « La crise [et le chômage induit NDR ] réduit les résistances au changement. Nous pouvons faire aboutir l'Union économique et financière, que nous n'avions pas réussi à mettre sur pied politiquement jusqu'ici. »

C’est pourquoi le patronat milite pour le maintien des flux migratoires, allié aux « libéraux-libertaires, FI, PCF, gauchistes » qui considèrent les migrants (issus du sous prolétariat étranger, le "lumpenproletariat" en Allemand) comme les nouveaux « damnés de la terre » !

Les candidats ne dénoncent jamais le patronat, parce qu’ils appliqueront la feuille de route qu’il dresse pour tout président, élu avec son appui (dont ses medias), indispensable !


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • binary 9 octobre 17:52

    Le grand patronat français est le principal bénéficiaire de l’immigration !

    Qu est ce que la destruction de l’économie française a apporté au grand patronat français ? La faillite assurée ? C est les multinationales qui encaissent l absurdité économique. Et elles ne sont pas françaises. Cherchez donc la part de l économie française dans le CAC40, lequel est de plus moribond comme le reste.


    • devphil30 devphil30 9 octobre 18:08

      @binary

      Vision court termiste d’un patronat avide de dividende par la réduction des couts de production et les licenciements au lieu de pratiquer l’investissement à long terme.

      Résultat de ce suicide industriel , la production en France diminue depuis des années par manque de pouvoir d’achat des Français qui ont de plus en plus de difficulté à trouver du travail et à gagner correctement leur vie.


    • Sozenz 10 octobre 15:42

      @binary
      sauf que tout est « mondialisé » et les biens et services circilent obligatoirement par les personnes d un pays . . si les gens doivent tout depenser , ne plus pouvoir investir pour devenir autonome , il sera obligé de s’ en remettre aux biens et services de ceux qui auront tout raflé ;
      donc ceux qui ont tout auront dejà les biens matériels dans leur generalité mais aussi le pouvoir sur les personnes .
      ce n est pas qu ’ une question française , mais mondiale .


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 9 octobre 18:22

      En plus de mettre à disposition une main d’oeuvre abondante et docile, de créer du chômage, donc une menace sociale et une concurrence entre travailleurs, il faut noter aussi que l’immigration permet de briser l’unité du prolétariat, en autant de communautés, réels ou fantasmés. Et cerise sur le gâteau, grâce à Mitterrand et ses potes, le vote populaire, jadis communiste est allé en pure perte à Le Pen.


      • Attila Attila 9 octobre 18:35

        @Opposition contrôlée
        Exactement, c’est l’abandon des classes populaires et des thèmes auxquelles elles tenaient qui a ouvert un boulevard à Le Pen dans sa stratégie de dédiabolisation, en récupérant ces thèmes tels que la nation et le contrôle de l’immigration.
        « Jusque là, il est vrai, l’État a été le persécuteur de la classe ouvrière. Mais maintenant, avec la mondialisation, c’est l’État-nation qui est le meilleur protecteur des classes populaires. »
        Michel Clouscard, philosophe marxiste.

        .


      • L'apostilleur L’apostilleur 9 octobre 23:51

        @Attila

        « ...l’abandon des classes populaires et des thèmes auxquelles elles tenaient qui a ouvert un boulevard à Le Pen »

        Ce glissement gauche-droite des « classes populaires » a été rendu possible par les effets de l’immigration, préoccupations populaires absentes des discours à gauche. La gauche allemande de Sarah Wagenknecht n’a pas fait cette erreur (*).

        La politique (comme l’esprit et la nature...) a horreur du vide.

        (*)https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/suffit-il-d-incantations-207540


      • Sozenz 10 octobre 15:50

        @Opposition contrôlée
        oui quand il n y a plus de cohesion sociale ; quand tout le monde se tire dans les pattes ; il est plu facile de prendre et de garder le pouvoir surtout quand on le pognopn pour acheter les gens qui sont corveables mais aussi soumis a l autorité meme s il cela est injuste voir et revoir milgram.

        ils savent que leur pouvoir est fragile . car déjà les personnes de pouvoir se tirent dans les pattes . il n y a ps plusieurs place pour un chef . donc ceux qui veulent le pouvoir tentent de mettre le chaos pour ne pas se faire mettre en peril eux meme ; il jouent fonc sur la terreur eux face aux autres , mais au sein d un même noyau .
        la devise diviser pour mieux régner...

        comme il suffit d un electron vraiment libre pour montrer la voie (un acte ftrès fort ) pour potentiellement tout faire basculer .

        l equilibre qui est cherché par les personnes de pouvoir dans le chaos est impossible . car le « chaos » cherchera toujours à s organiser et à retrouver l ordre des choses .


      • pallas 9 octobre 18:22
        politzer

        Bonsoir,

        La france n’existe plus,

        Le PSG a un nouveau maillot, purement Qatari, de type islamique.

        Voila votre monde

        C’est magnifique non ?

        Salut


        • Octave Lebel Octave Lebel 9 octobre 19:01

           Que l’immigration de personnes assez peu qualifiées en difficulté économique dans leur pays d’origine soit utilisée par les classes dirigeantes afin de combler des situations de déficit de main-d’œuvre et permet aussi de peser négativement sur l’évolution des conditions de travail par le chantage à l’emploi en raison du volume de chômage entretenue est connue de tous depuis des générations. Que cela soit le non-dit permanent des médias en lesquels 24% de nos concitoyens disent encore faire confiance est une réalité aussi.

          Que depuis l’emprise progressive du néolibéralisme sur notre économie, l’aménagement de nos territoires et la gestion des problèmes sociaux, des ghettos ont été développés et une confusion méthodiquement entretenue entre l’origine géographique récente ou ancienne des personnes et l’ensemble des problèmes sociaux. Confusion comme par hasard systématiquement instrumentalisée par ceux qui en sont responsables et par leurs cousins qui se distinguent par la surenchère en promesses calibrées à l’égard des salariés et petits ou moyens indépendants que l’on abreuve de ce qu’ils ont besoin d’entendre pour ne pas désespérer tout en faisant le grand écart avec le capitalisme financier à leur écoute mais sachant se faire discret.

          Que ce serait bien de distinguer méthodiquement l’immigration légale, les réfugiés qui relèvent du droit d’asile et les clandestins. Que nous puissions avoir un observatoire indépendant de l’immigration avec un rapport annuel, des projections démographiques pour ne pas laisser le sujet aux apprentis-sorciers, un débat démocratique public comme en principe une république sait le faire sur qui fait, a fait quoi, quels sont les objectifs  et quelles sont les mesures à prendre.

          C’est un sujet structurant puisque chacun peut voir que la composition démographique de notre société du point de vue des origines géographiques et culturelles évolue et que ne pas y réfléchir et en débattre tranquillement c’est laisser le terrain aux démagogues et aux aventuriers.

          C’est structurant aussi parce que les grandes déplorations médiatiques associées aux petits arrangements locaux plus discrets ont abouti lentement mais sûrement à des ghettos dont personne ne revendique la responsabilité maintenant. Beaucoup pourraient se donner la main.

          C’est structurant parce qu’il y a évidemment un travail à faire entre autres sur la politique de la ville et plus largement sur l’aménagement du territoire (transports, logements, présence des services publics, implantations des établissements scolaires et carte scolaire etc).Cela a été écarté d’un revers de main il y a quelques mois.

          Parce que pour le moment, c’est typiquement la supercherie électorale avec laquelle jonglent quand c’est utile nos politiciens pêcheurs d’électeurs en joutant entre eux et avec les leaders identitaires trop contents de l’aubaine de conforter leur emprise, leur petite carrière et leurs petits chantages locaux et nationaux . Autrement dit, gueule de bois garantie pour nos concitoyens après les élections.

          Vous ne croyez pas qu’avec votre amalgame vous participez à la confusion organisée ce qui au final profitera à qui selon vous. Si on regarde bien qui n’est pas cité, que pensez, que vous êtes un faux-nez ? A l’insu de votre plein gré ou de votre plein gré ?


          • L'apostilleur L’apostilleur 10 octobre 00:00

            @Octave Lebel

            « ...depuis l’emprise progressive du néolibéralisme sur notre économie, »

            Régis Debray à Emmanuel Walls :

            « L’économie est une condition nécessaire mais certainement pas suffisante... Le travail n’est plus un moyen de développement de l’individu mais un manque à gagner pour les actionnaires »


          • Sozenz 10 octobre 20:29

            Le travail n’est plus un moyen de développement de l’individu

            ce qui est totalement faux .

            le travail est un moyen comme un autre de développement ; chaque expérience de la vie est un moyen de développement .

            a chacun de tirer les leçons de ce qu’ il vit et de ce qu ’ il apprend sur lui même en réalisation comme en réaction et en pensée à chaque instant et en toute circonstance , dont ,donc, au travail .


          • L'apostilleur L’apostilleur 11 octobre 14:58

            @Sozenz

            « Le travail n’est plus un moyen de développement de l’individu... ce qui est totalement faux »

            En réalité vous êtes d’accord avec Régis Debray, car disant cela il le regrette comme vous.

            Je rebondis sur votre avis qui me semble trop général pour être partagé. À l’évidence certains vous donneront raison par expérience ou conviction. Pour que ce soit vrai il faudrait admettre que le contraire est faux. Hors par exemple, pensez-vous que Le Caravage considérait qu’il travaillait ayant peint toute sa vie et vécu des commandes qu’il recevait ?


          • Sozenz 12 octobre 15:12

            @L’apostilleur
            pensez-vous que Le Caravage considérait qu’il travaillait

            oui c est un travail ; car le fait de peindre demande beaucoup plus de concentration , de travail de la pensée , d entrainement etc que vous pensez .
            s’ il peut y avoir plaisir a faire ce que l on aime ou ce a quoi nous sommes predestiné ( je ne crois pas au hasard )
            et bien il y aura toujours cette part d effort de comprendre et de se comprendre dans toute action ;
            qu’ il soit ou non commandé par l extérieur .

            je me permets de generaliser .
            la seule difference c est de la conscience que nous en avons .
            quand on en a conscience , tout ce que l on vit prend une totale autre dimension .
            il y a meme la rencontre et prise de conscience du non hasard ...


          • Clocel Clocel 9 octobre 19:18

            Nous étions dans une situation qui nécessitait de renverser la table, nous n’avons pas voulu le faire, les 1% l’ont fait.

            Et vous êtes sur de vieux schémas, l’essentiel du chiffre d’affaire du CAC40 se fait hors du « pays », ce qui ne veut plus rien dire lorsque nous n’avons plus de frontières, plus de monnaie, ni de capacité à produire nos lois.

            Le patronat ne reçoit plus que sa rente en France, il récolte les fruits de ses partenariats public/privé et pourquoi se génerait-il puisque nous renouvelons les mandats de la racaille qui les a fait gras.

            L’immigration n’est plus économique mais beaucoup plus perverse, un mahométan est plus facile à cornaquer qu’un gaulois réfractaire et la bourgeoisie, quoi qu’elle en dise, préférera toujours l’ébène à la bretonne plus trop motivée pour venir récurer la merde de la noblesse.


            • troletbuse troletbuse 10 octobre 09:35

              Quand il n’y aura plus d’industrie en France grâce à la fausse pandémie, quand le chômage aura atteint des sommets et que l’argent sera rare à quoi pourra servir tous ces chances pour la France ?

              L’europe et nos dirigeants ont décidé que la France serait le pays des services et du tourisme. Le tourisme s’est effondré et quels services peut-on créer quand il n’y a plus d’industrie et surtout plus d"argent ?


              • Sozenz 12 octobre 15:28

                @troletbuse
                il y a un truc que vous ne voyez pas . c est que les gens vont devoir manger

                reprensentez vous la grande crise de 1930 . qui s et fait du pognon et qui en a chié ?
                durant la crise du cirana . qui s est fait du pognon et qui en a chié ?
                les faits ont justes là .
                combien est payé certaines mains d oeuvre en allemagne ... 1

                ce n est pas l argent qui est veritablement important . ce sont les biens . la terre . l immobilier ... ce qui fait que que vous ayez ou non de l argent vous puissiez vivre .


              • Sozenz 12 octobre 15:30

                Rends a Cesar ce qui est à Cear et à dieu ce qui est à Dieu !
                comprenez vous cette phrase ?
                l humanité est tout simplement en train de se faire dépouiller par des cesars et leur monnaie de singe .


              • Sozenz 12 octobre 15:33

                les cesars achetent les armés , les lois etc avec leur monnaie de singe


              • troletbuse troletbuse 12 octobre 15:58

                @Sozenz

                Mais je sais tout cela. Mais sur un tel le week-end je peux pas trop m’épancher. OK


              • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 10:08

                Quand le continent Africain sera vidé on pourra y aller pour s’installer le temps que les migrants s’en aperçoivent et fassent demi tour ....


                • Jonas 10 octobre 18:20

                  Je pense , qu’il ne faut pas confondre les époques, des « Trente Glorieuse » et celle d’aujourd’hui , entre un capitaliste industriel et un capitaliste numérique et financier. 

                  La construction de la France lors des « Trente Glorieuse » avait besoin de main-d’oeuvre , pour ses hauts -fourneaux , ses mines de charbon et d’acier , ses usines automobiles , comme Billancourt , ses constructions navales , bref d’immenses cathédrales , qui n’avaient pas besoin , de personnel, qualifié et formé. Grâce a cela, il faut le reconnaître , la France a la sortie de la Seconde Guerre mondiale avait triplé son niveau de vie, les salaires de classe ouvrière et leur pouvoir d’achat.

                  Aujourd’hui , la France , n’ a presque plus de grandes industries et donc n’a plus besoin de la main d’oeuvre , immigrée non qualifiée. Pourquoi nos gouvernements s’entêtent-ils à laisser rentrer de plus en plus de d’immigrés , qui ne pourront pas trouver de travail et livrés a eux-mêmes , ils sont la proie facile des dealers et des fanatiques islamiques , qui les accueillent dans les banlieues islamisées en chassant les autochtones. 

                  Ce n’est pas une question de racisme ni de xénophobie c’est une question de bon sens , la France ne peut pas devenir une immense« Emmaüs »ou un grand resto-du coeur , elle bat  déjà le record du monde de l’assistanat avec plus de 33% du PIB . et un prélèvement de 56% , avec une classe moyenne qui devient de plus en plus pauvre. Même si l’on taxe les grandes fortunes de 10 à 20 % , ce qui ne se fera pas , cela ne résoudra en rien nos problèmes. 


                  • Franchounet 10 octobre 19:33

                    Si Bouygues était vivant, tiendrait-il le même discours : 

                     Viennent ils pour travailler ? Certains, pas tous

                     Sont-ils courageux ? Non, Certains, pas tous.

                     Parlent-ils notre langue ? Bof.

                     Sont-ils qualifiés ? Non

                     Ont-ils la même idée en tête (repartir au pays) ? Sûrement pas, au contraire, ile veulent rester. Mais ils ne sont pas tous repartis, sinon nous n’en serions pas dans cette situation avec les descendants d’immigrés. Ils sont aujourd’hui en situation de conquête.

                     Peut-on parler de main d’œuvre ? Une partie ne vient pas pour travailler.

                     A-t-on besoin d’autant de main d’œuvre aujourd’hui ? Sûrement pas, pas celle-là, non qualifiée.

                     Aujourd’hui, et ce depuis 1974, et surtout depuis 1981, le contexte a changé : le pays est complètement reconstruit, les industries ont disparu, le chômage ne descend jamais au dessous de 7%, et l’immigration est toujours aussi forte depuis : 276 000 titres de séjour accordés en 2019, 130 000 soi-disant demandes d’asile en 2019, 295 000 dits-mineurs soit 20% de la population des moins de18 ans pris en charge par la protection de l’enfance, un stock de clandestins estimé entre 300 000 et 400 000,... et ce sera tout !

                     L’omniprésence de la religion dans leur quotidien d’aujourd’hui.

                    NB : Le Conseil d’Etat a empêché VGE de mettre fin au regroupement familial 


                    • Franchounet 10 octobre 23:21

                      correction  : 40 000 mineurs isolés étrangers


                      • Olivier 12 octobre 17:19

                        La stupidité avide du patronat n’a rien de surprenant : ces gens vendraient père, mère et patrie pour quelques % en plus. Ce sont ces gens qui se font tailler des croupières par l’industrie chinoise...

                        Cela dit les principaux responsables sont les instances du mondialisme messianique à la Attali, dont l’ambition est la liquidation ethnique des européens de souche par submersion migratoire. Cela fait longtemps que l’immigration n’a plus d’intérêt économique, bien au contraire car elle est ruineuse pour le pays  mais c’était fait pour ça.

                        Le discours actuel sur le « séparatisme », que Macron condamne du bout des lèvres tout en faisant tout pour l’encourager dans les faits, montre que l’unité du pays n’est plus garantie. Il est clair que dans 20 ou 30 ans se formeront des enclaves ethniques et religieuses extra-territoriales.

                        Mais après tout c’est bien ce que veulent les français, puisqu’ils votent à chaque élection pour ceux qui organisent l’immigration.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité