• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Immobilier crac boum hue

Immobilier crac boum hue

Une sourde angoisse obsidionale gagne le cœur des grandes cités archi-prospères du monde occidental car, tout autour, à la périphérie, l'espace s'est soudain peuplé d'une nuée de nouveaux arrivés, pauvres hères, rednecks, desdichados, nécessiteux et miséreux échappés de tous horizons, qui apparaissent au gentil petit animal domestiqué et si bien soigné, au joli petit oiseau en cage, mais encore bien protégé, comme une menaçante armées de raccoons, de criquets, de taons, de loups assoiffés, d'ânes décharnés. Le bon La Fontaine, qui nous inspire cette image, se serait fendu de bien d'autres fables sur le sujet eût-il vécu à nos côtés. Ses châteaux en Espagne nous ont déjà servi de référence. Selon que vous serez riches et puissant est toujours un excellent guide-line pour comprendre notre temps. Jean François Buet lui-même, président de la très réputée FNAIM en France, n'hésite pas lui aussi à convoquer au secours de ses thèses un rien alarmistes la sagesse des anciens : « Vulnerant omnes, ultima necat » écrit-il. "Immobilier : cessez de tirer sur les propriétaires !" titre-t-il encore. Ces appels au secours sont d'autant plus justifiés que le Roi Lion, qui bon an mal an faisait régner l’ordre auparavant, a depuis belle lurette fait défection et trahi sans vergogne ses sujets. Tout se conjugue en ce moment pour que ça aille bien mal dans l'immobilier des grandes villes occidentales.

Que vaudra l'immobilier des beaux quartiers ?

Citons Valeurs Actuelles (presse archi-collabo lâcheront certains, soit, vous corrigerez) : Lâchée par ses pouvoirs publics, muselée par le politiquement correct, la France subit une invasion de “gens du voyage” majoritairement issus de Roumanie et de Bulgarie.

"Une dizaine de fillettes roms a fondu sur ces deux touristes venues visiter la capitale, ce 26 juillet. La plus âgée des voleuses doit avoir 14 ans. Nous sommes sur le quai de la station de métro Opéra, dans la chaleur suffocante des horaires de pointe."

Ce genre d'information n'a rien de nouveau, il constitue simplement un rappel factuel, qui montre combien il convient de se méfier des petites donzelles preneuses de citadelles, il décrit des phénomènes dont l'ampleur ne cessera pas d'augmenter, pour notre plus grand amusement devant si belle illustration du "changement, c'est maintenant".

Il faudra bien s'y faire. Dans ces conditions, aussi peu objective soit la vue qu'on y porte, aussi exagéré soit le ressenti - sinon le ressentiment - et si l'on y ajoute l'augmentation irrépressible de la pollution, du bruit, de la pression exercée par l'administration pour remplir d'argent sonnant et trébuchant ses innombrables tonneaux des Danaïdes, comme le dénonce Buet, de l'insécurité et de l'inconfort croissant, que vaudra l'immobilier des beaux quartiers, que vaudront dans quelques temps les beaux appartements des beaux arrondissements, les orgueilleuses maisons auxquelles la bourgeoisie et le show-biz et les investisseurs tiennent comme à la prunelle de leur yeux, comme au battement de leur cœur ?

Dont le prix à Paris ou à Strasbourg ou à Lyon permettrait de s'acheter un château en Meuse ou dans la Creuse avec tout le personnel qui va avec, avec, en sus, l'hélicoptère pour navetter vers la défense.

Inévitable. Mais, dans ces conditions, comment continuer à nicher tranquillement, comment fonder une famille, élever cinq où six enfants, payer sans accrocs pendant 20 ans, intérêt, taxes, frais, redevances et capital, femme au foyer et non rond-de-cuir ou serveuse comme l'exige l'économie du moment, comment ?

Il n'est pas certain qu'ils ne fuiront pas cette fois, si devait se renouveler à fréquence élevée les évènements de la place Bellecour où ceux de Paris, les "émeutes de 2005", ou plus près encore, celles du printemps, à mettre au compte des gros Quataris. "

« A Marseille les banlieues sont dans la ville » déclare le sociologue Laurent Mucchielli.

Citons le Figaro ("autre presse collabo" hurleront d'autres, soit, vous tempérerez)  : Paris serait-il en train de devenir le nouveau terrain de jeu des bandes de banlieue jusqu'alors épargnée par ces épisodes de violence qui enfièvrent épisodiquement les départements voisins, la capitale est désormais en proie à des situations en tout point identiques...

Et même la presse humaniste, s’y met, Libération, qui le 20 août en rajoute : candidate à la primaire PS pour les municipales, Samia Ghali appelle l’Etat à « éradiquer la délinquance ». Celle-là même qui demandait l’intervention de l’armée.

Je ne donne pas 20 ans pour que les moutons pâturent au Champ-de-Mars et sur les pentes de Ménil-Motant

Charme de la mondialisation argumenteront d'autres, l'immobilier à Paris ou à Strasbourg ne s'est jamais si bien porté en raison principale de la demande des étrangers affirmeront d'aucuns.

Il est vrai que louer la suite la plus vaste du Crillon et la faire tapisser de sable pour y monter ses tentes en poil de chameau et ainsi retrouver la joie des ancêtres affranchis des contraintes ridicules qui pèsent sur les modes de vie de nos contemporains, obligés par exemple, pour se soulager les basses tripes, de s'enfermer dans d’ exigües aisances ergastulaires malodorantes, n'est pas sans forcer l'admiration.

Tout comme installer ses tentes de la même fabrique, mais encore plus grandes, plus mirifiques, arborant fièrement les armes du Raïs suprême et de la République Islamique dans les jardins de l'Elysée n'est pas s'en évoquer d'une certaine façon l’élégante mutation de l'habitat en France sous la poussée de la mondialisation éclairée.

Avez-vous remarqué le nombre de Yourtes aussi, dans nos campagnes ? Admettons, il y a encore de la marge. Le « péril jaune » de Peyrefitte n’est pour autant pas parvenu à Perros-Guirec.

Et que je sache, le bel hôtel Jean-Sébastien Bach à Strasbourg, tout près du parlement, où je vais prendre un thé de temps en temps avec Maman, et le joli parc y attenant ne se sont pas vus encore envahis de campements de gueux errants ayant traversé le Rhin.

Il n'empêche, la mondialisation nous ramène à la Tour de Babel, version nouvelle, encore plus universelle puisque les hommes lui donnent la terre entière comme fondations cette fois-ci. Les gentils criquets, les joyeuses sauterelles, toute la gent trote-menu, palmistes, chinchillass et autres Zygogeomys trichopus venus innombrables renforcer les efforts des petits cochons - dont l'histoire est bien connue quant on parle de maisons - des hirondelles, fourmis et cigales indigènes tout dévoués à l'édification du progrès et des tours qui vont avec ne parlent pas tous le français.

Et même, tant leurs variétés, leurs espèces, leurs genres sont multiples et grands, c'est plus de cent langues qu'on peut compter, ce qui fait qu'eux mêmes, entre eux, ont encore plus de mal à se comprendre. Dans ces conditions, comment faire avancer le chantier, comment conserver la valeur et la croissance du "patrimoine" immobilier ?

Pour les nouveaux arrivants, la Tour Eiffel n'est qu'une tour de ferraille et les abords du périphérique une zone de camping bien pratique. Et le Polygone à Strasbourg une étape vers d'autres terres promises. Peuvent-ils, ces démunis, envisager de se loger à Neuilly ? Parmi ceux-là même qui, si l’on en croit le Nouvel Obs et Libération, les aiment tant. Enfin, très platoniquement.

Comment, en matière d'immobilier, de logement, de pas évoquer la chronique des miséreux, s’inquiéter de la prolifération endémique de leur sort ?

Mais le roi des animaux lui, le nouveau faut-il préciser, qui n'est plus le lion du temps de la Fontaine comme chacun sait, mais l'hippopotame gastralgique et prognate nouvellement installé à Saint-Tropez, à la cour duquel on retrouvera avec plaisir Trimalcion et Fortunata, et qui brasse de haut et de loin avec entrain les eaux troubles de la finance et de l'immobilier abstrait, symbolique et virtuel n'a rien à faire de ces misérables considérations de petites gens n'ayant à ronger que grains, paille, rogatons et tapis mités.

La Tour de Babel, jusqu'où ?

La Tour de Babel, Migdal Bavel, Burj Baabel, tower of Babel fait rêver, comme le Burj Dubaï, 3000 pieds, bientôt dépassé, comme la Tour Eiffel, comme les Tours Jumelles, là n'est pas la moindre de ses qualités. On sait que les escapades oniriques se terminent parfois par un réveil brutal, retour cruel à la réalité et à ses lois immuables éternelles, voyez la triste fin de la Tour de Babel.

Pour les institutionnels faut-il le préciser, le réveil est encore loin. L'Hippopotames ne craint encore rien.

Pour les zinzins tout va bien, ça monte, ça monte, en route avec assurance vers le ciel. Tout le monde est à la pelle, à la truelle, à la manivelle, sous les hourras et les encouragements de Sieur - Monseigneur - banquier, notaire, agent immobilier, promoteur, investisseur, administrateur fiscale, de Messire bailleur des collectivités territoriales et de Lord All Share du Grand Capital (le frère de Lord Dow Jones).

A propos de Capital, pas plus tard qu'hier, dans la revue éponyme : "Home Depot a revu à la hausse ses objectifs annuels mardi après avoir fait état de résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, la première chaîne mondiale de magasins de bricolage ayant tiré parti de la bonne tenue du marché immobilier américain." Vous voyez bien que tout va bien.

C'est sous la plume légère de Constance de Cambiaire. Non ! non ! je n'invente pas. La bonne tenue du marché immobilier est bien là.

Tout va donc très bien, même si quelques esprits grincheux et quelques voix dissonantes se font remarquer par-ci par-là sans pour autant troubler les clameurs de la standing ovation qui accompagne l’irrésistible ascension de nos actions et de nos rentes .

"...les marchés n'ont plus confiance en la capacité des Etats à rembourser leurs dettes. C'est très clair, la crise née de la dette est loin d'être terminée. Qu'il s'agisse des Etats-Unis ou de l'Europe, la confiance n'est pas de mise pour 2013 — d'autant que la croissance n'est pas au rendez-vous. Un krach des marchés n'est pas à exclure avant la fin de l'année." dit la Chronique Agora qui voit d'où viendra le danger, des Etats-Unis à l'Europe en passant par la Chine, et qui recense pour nous les points de rupture possibles... Mais qui avoue cependant « distraire et passionner ses lecteurs » depuis 2002.

D'un autre côté, l'actualité de l'immobilier nous invite à goûter les délices d'un investissement à Maurice.

Qui veut aller à Maurice me direz vous ? Si, si, il y en a, qui ne se laisseront pas rebuter par les analyses alarmistes sur ces contrées et la suffocante chaleur des tropiques qui vous obligera à garder le fauteuil sous la clim..

Il n'aura fallu à l'humanité qu'un peu moins de huit mois, 232 jours exactement, pour consommer toutes les ressources naturelles qu'elle peut produire en un an. Ce mardi 20 août correspond au "Global Overshoot Day" ou "jour du dépassement planétaire".

Cette orgie dépensière ne sera pas non plus sans effets sur nos affaires immobilières.

La "dette écologique" viendrait-elle s'ajouter aux abyssales dettes tout-court et en empirer les effets ? Il y a fort à parier.

"Nous ne pouvons plus continuer à creuser cette dette écologique" prévient l'ONG qui préconise plusieurs solutions : nouvelles technologies, aménagement urbain, réforme fiscale écologique ou encore des régimes alimentaires moins riches en viande. "Sinon, le dépassement des limites écologiques finira par liquider la planète."

Alors la tour de Babel, un de ces jours, balayée cul par dessus tête ? Dieu va-t-il réitérer ses tentatives d’extermination ? Il y a fort à parier aussi que cette fois-ci, il va réussir.

Foin de La Fontaine et des images pour enfants. Que disent les experts et les chiffres ?

Redevenons sérieuse, l'immobilier est chose justement trop sérieuse pour qu'on l'abandonne, fussent-elles expertes, aux mains des rêveuses.

Les économistes de Project Syndicate vous le diront, eux en qui on peut placer toute notre confiance et nos économies, Kenneth Rogoff, Jeffrey D. Sachs, Joseph E. Stiglitz, J. Bradford delong, Nouriel Roudini, Dominique MoÏsi, Romain Pichot, sans oublier Sganarelle, très érudit expert ès matières immobilières qui écrit dans Valeurs Actuelles.

On pourra également se reporter avec profit aux analyses chiffrées et substanciées de "La Bulle Immobilière", belle association elle aussi friandes de chiffres, d'analyse et de cotations, mais pas forcément à l'unisson avec les experts cités supra.

"La Bulle" nous apprend que :

La courbe des revenus, en monnaie actualisée, est presque une droite sur les 12 dernières années. Mais les prix de l'immo ont doublé, plus que doublé. Pour les ménages, l'écart entre le disponible pour payer et le prix à payer ne cesse d'augmenter. Cela pénalise de façon évidente les "primmoaccédants" (comme il y a des primo-infections, lorsque les douleurs mettent un peu de temps avant d’arriver) mais pas les banquiers, qui eux n'ont pas de pb de revenu, vu que c'est eux qui font la monnaie, c’est eux qui ne sont pas touchés.

Donc le marché de l'immobilier, celui qui représente le système d'échange de biens entre les financiers et les Institutionnels se porte à merveille.

Vous voyez bien que tout va bien. Je vous le concède, je burine un brin, c’est le métier qui le veux. Cela dépend des points de vue, des angles d’observation. Les Banquiers, ils n'ont d'ailleurs même plus besoin de s'encombrer avec des biens immobiliers, de besogner laborieusement, comme le fait la classe laborieuse. Ils vont directement aux bénéfices. Virtuoses, Ils titritisent l'immobilier à tour de bras, ils le virtualisent, l'échangent, l’électronisent, l'achètent et le vendent directement sous forme de papier, de courriers, de mail, fabriquant directement de l'argent, sonnant et electroniquant.

Vous allez penser cher lecteur, que je vous fais danser, que je joue avec vous - Ah ! ces obsessions !

Que vous n'y pouvez comprendre rien à mon papier sur l'immobilier, un pas à gauche, un pas à droite, on tourne la tête à gauche, puis on la tourne à droite, on lève les bras, puis on frappe dans ses mains. Un deux trois. Abracadabra. Un coup ça va, un coup ça va pas, un coup c'est moche, un coup c'est bien. Un coup l'immobilier s'écroule, un coup il se porte bien.

Voyez-vous, je ne suis en générale pas confuse, mais le sujet est ici très aporique, complètement dialectique, tissé de contradictions. Si vous êtes en haut de la Tour, encore mieux si vous en êtes l'heureux commanditaire, Maître d'ouvrage élu de l'Eternel lui-même, vous voyez votre immobilier se très-bien porter, monter avec allant, se gonfler, se gonfler, s'enfler en s’élevant. Excusez-moi de retomber aux fables, Regardez bien, investisseurs, Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?

Mais moi, je peux vous le confirmer sans risque de me tromper, moi qui suis en architecture, encore étudiante certes, mais en dernière année : ça n'est pas du tout rassurant ces structures désaccordées, branlantes, déséquilibrées, de guingois, qui n'en finissent pas de se convulser, de s'enfler, de tendre à l’infinie turgescence.

L'Univers entier ne semble pas être un assez vaste tonneau pour ses drôles de Diogène gonflés d'orgueil et idolâtres, dont la philosophie est à l'opposé absolu de celle du vrai Diogène, le fils d'Icésios, au passage, autre banquier, le père, autre faux-monnayeur. Cette évocation nous enseigne qu'il nous faudra peut-être attendre un changement de génération pour revenir à la raison.

L’immobilier est pour l’heure la façon la moins illicite de faire de la fausse monnaie et du beurre.

Mais, surtout, ne soyez pas en bas à trimer, porter la pierre et l'assembler, ajuster cent milles abacules, sculpter la dentelle des feuilles d’acanthe, monter les claveaux, purger vos 20 ans de captivité, croulant sous la rançon. La performance immobilière que constitue la construction de la plus gigantesque Tour jamais conçue ne vous emplirait pas d'allégresse. Il faut être en haut, au naos, juste à coté des Dieux, à ne rien faire que compter la plus-value journalière pour accéder, sans risques, à l'extase.

"La crise touche l'immobilier de luxe entend-on dire en Suisse. depuis dix mois, l'immobilier de prestige est en crise, informe « le Matin ». Les prix des propriétés sont donc à la baisse. « La crise frappe fort..."

Essayons de laisser à leurs sombres et stupides oracles ces atrabilaires rabat-joies.

Nous ne pouvons cependant pas nous abstenir, pour terminer cette riche étude, de faire simple mention d'une courbe qui affecte tout particulièrement la santé des affaires immobilières et qui risque de modifier tout ce qu'on sait jusqu'à présent de l'immobilier tant auparavant elle n'était pas motif d'inquiétude. 

Les experts nous affirment que le chômage est un frein à la stabilité de l'immobilier.

Et bien, ça tombe mal. Ce chômage ! Il se refuse toujours à régresser sous nos climats. Et même que les administrations et les états s'y mettent allègrement, qui procèdent en leurs rangs à coupes sombres, aussi sombres que les heures au nom éponyme : Army Races to Cut HQ Staff by 25 Percent ! a-t-on lu tout récemment. Un quart réformé !

Mais où va-t-on si même l'armée américaine, après celle de la France, se met à alimenter le chômage avec désinvolture et sans rechigner ?

Alors l’Immobilier crac boum hue ?

A la hausse ? jusqu'à quand ? l'effondrement ? qui dira ? Suivez en tout cas, ça va bouger ! Ça va rocker !

Il y en a bien d'autres encore, des facteurs à l'œuvre en ce moment, pour mettre à mal l'antique croyance selon laquelle "la pierre ne perd jamais d'argent" !

Ne parlons pas de la perte de confiance généralisée, des grenouilles, des moustiques, des ulcères, de la poussière, de la prochaine épidémie de déprimes à la rentrée, du sinistre faisceau de contrariétés qui fait écho à milles autres sombres menaces et qui, pour être recensées, prendraient la place d'un traité bien plus volumineux que le mince mais brillant rapport qui nous a dessiné la France de 2025, quand, parait-il, chacun disposera d'un toit et d'un environnement de qualité, et quand les logements vacants seront devenus très rares et que trouver un logement sera une étape plaisante de la vie nous a assuré Madame la Ministre du logis.

Nous n'en dormirions plus. Aie ! Encore le Bon La Fontaine, son financier et son savetier.

Ma génération serait-elle la dernière à s’être abreuvée à la source d’intelligence des fables du plus grand sociologue de France ? Il nous faudra vérifier auprès des experts.

 

NB : les moralistes du XVIIème ont tous combattu l'ambition sociale 

NB2 : la première illustration est une publicité vue sur les bus. Elle était publique. Elle n’a pas été modifiée. Elle a déclenché la ire de maintes institutions. Mais là n’est pas le sujet.

http://www.valeursactuelles.com/roms-l%E2%80%99overdose20130821.html

http://www.publications-agora.fr/landings/lca/krach-marches-boursiers/

http://www.partenaire-europeen.fr/Espace-Acheteur/Nous-cherchons-pour-vous-entre-particuliers

http://www.bulle-immobiliere.org/drupal/content/informations-l%C3%A9gales

http://www.cimm-immobilier.fr/franchise/creer-agence-immobiliere-franchise-art-36.html

http://actualite.lefigaro.fr/paris-bandes-banlieue-violence.html

http://www.immogo.com 

http://www.jean-francois-buet.fr/

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/societe/droit/221178360/devoir-diligence-dirigeant-structure-projet-immobilier

http://lecercle.lesechos.fr/search/apachesolr_search/immobilier?solrsort=created%3Adesc&filters=type%3Aarticle

http://www.capital.fr/bourse/actualites/home-depot-stimule-par-la-reprise-de-l-immobilier-aux-etats-unis-866010

http://www.dinosoria.com/rat.htm

http://www.liberation.fr/societe/2013/08/20/la-situation-ne-s-est-pas-amelioree-depuis-un-an_925967

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/08/20/mardi-20-aout-l-humanite-entre-en-periode-de-dette-ecologique_3463559_3244.html#

www.20 minutes.ch-Aug 19, 2013

Illustrations - citations graphiques

http://cguy.org/blog/2012/11/01/les-animaux-malades-de-la-peste/ Montreal

Maarten van Heemskerck /

http://www.dejonckheere-gallery.com/fr/Heemskerck_Maarten-5.html?m=1&id=158

http://dubaiw.net/wp-content/uploads/2012/01/dubai-burj-dubai-tower.jpg

Wiki commons by Roman Bonnefoy : la Tour eiffel, qui a servi à la composition originale pour l'article

http://realtybiznews.com/wp-content/uploads/2011/11/real-estate-agent.jpg

Plus une photo personnel (la pub sur le bus)

Trois repères supplémentaires pour la compréhension du sujet

http://www.youtube.com/embed/WfGMYdalClU 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=l8b80dXMgME#at=32

http://www.ina.fr/video/CPB86013331 INA / Crac Boum Hue


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • nenecologue nenecologue 26 août 2013 11:13

    Oui l’immobilier est un vrai problème pour les gens fortunés.


    D’un coté l’afflux des migrants qui fait augmenter mathématiquement le prix de l’immobilier.
    De l’autre la qualité des migrants qui tend à faire baisser la valeur de la zone globale...
    Ces deux effets antinomiques augmentent encore la différence entre le privé et le public.

    Et tout ça s’écroulera le jour ou le gouvernement ne pourra plus payer des HLM aux nouveaux migrants.

    • viva 26 août 2013 11:18

      Il n’y a oas un secteur immobilier mais des secteurs immobiliers, celui qui interresse les français de base est surévalué de 40%. 


      Pour avoir voulu contenter des rentiers spéculateurs nos chères élites pleine de frics ont plombé notre compétitivitée en faisant grimper le coût du logement.

      Les voilà bien désoeuvrés maintenant que de nombreuses entreprises ont coulé ou ont déménagé ailleurs. Le mal est fait, ceux qui achètent aujourd’hui ne peuvent ignorer que la valeur de leur bien ne peut que baisser ......

      • Foncky 26 août 2013 14:01

        Le souci c’est que comme justement il y a des tas de secteurs immobiliers il est très difficile de savoir si ça monte ou ça descend dans son secteur puisque les tendances peuvent parfois être opposées à quelques kilomètres de distance (zones touristiques, pôles économiques rares, etc..)... Et vu qu’en plus on nous bidonne en permanence avec des chiffres « officiels » qui représentent tout sauf la réalité de terrain..

        Actuellement, à part installer castorus pour suivre et apprécier la réelle tendance de son marché local, y’ pas vraiment la possibilité de savoir si ca « crac boum hue » dans son secteur de recherche.

      • reveil 26 août 2013 11:28

        Pour parler du marché immobilier de La Rochelle et de ses environs que je connais très bien, les biens immobiliers sont surévalués à trois fois leur valeur réelle, voire plus.
        Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les agents immobiliers qui fixent les prix mais les acheteurs, la loi de l’offre et de la demande.
        Il est clair que le marché, quand il va se retourner, va faire très mal.


        • Razzara Razzara 26 août 2013 11:46

          Quelques informations susceptibles d’éclairer l’état très mauvais du secteur immobilier.

          Tout près de chez moi, en campagne proche d’une ville importante (env. 20 km), des parcelles sont à vendre dans le cadre d’un lotissement en cours de réalisation :
          - premières parcelles d’environ 800 m², prix : 74 000 euro !!!
          - maisons 100 - 120 m², (avec 6 m d’une façade à celle de la suivante), 3 chambres, un ridicule bout de gazon tout autour, prix 175 000 euro !!!

          Franchement, il faut vraiment être cintré pour s’endetter sur 25 ans ou plus pour une bouse pareille. Il vaut mille fois mieux racheter un truc à retaper dans un coin tranquille. Enfin, vu les prix c’est mon point de vue ...

          A coté de ça justement, un paquet de maisons à vendre de partout (rien que 5 dans le village ou se construit le lotissement évoqué précédemment), certaines depuis bien plus d’un an, à des prix surcotés ... 

          Enfin, les commentaires d’un agent immobilier que je connais : ’’c’était déjà pas très facile ces dernières années, mais on s’en sortait malgré tout. Par contre depuis quelques mois ça devient très mauvais. Il est très difficile d’écouler les biens, le marché étant saturé de maisons acquises avant 2008, à des prix élevés, et mise en vente encore plus chères par des propriétaires comptant malgré tout faire une plus-value ... Très mauvaise période."

          Comme il est curieux de constater que partout se reproduisent les mêmes mécanismes, encore et encore ... Enfin hein, ce que j’en dis ...

          Razzara


          • nenecologue nenecologue 26 août 2013 14:34

            Tant que la population augmentera , l’immobilier augmentera , car la surface de la France n’augmente pas.

            C’est juste mathématique ...

          • sleeping-zombie 1er septembre 2013 15:15

            @nenecologue
            Tu veux dire que l’immobilier en France n’a pris que 20% depuis 1980 ? Parce que c’est ça l’augmentation de la population. C’est ça que disent les maths...


          • Eusèbe 1er septembre 2013 19:32

            La France a le plus grand nombre de résidences par habitant en Europe (juste derrière l’Espagne). Ça invalide un peu l’argument de la démographie...


          • ETTORE ETTORE 26 août 2013 12:11

            Strasbourg.... ville heureuse d’avoir crée une nouvelle ville LOL

            Tout simplement hideux, des meurtrières à la place des fenêtres, sous prétexte de BBC
            des décos de façade de ouf et des vis à vis si proches qu’on peut se serrer la main d’un immeuble à un autre.
            des cages à pigeons aux nouvelles normes ou les panneaux publicitaires vantent un environnement enchanteur, sauf que ne figure pas en photoshop la proximité du prochain blokaus qui va s’élever tout à côté.
            L’étroite collusion entre les investisseurs et les banquiers, c’est uniquement ça qu’exprime ces ensembles bétonnés.
            A voir dans les temps futurs, effectivement les habitants du Polygone auront tout loisir d’y habiter à moindre prix, sans électricité, mais avec de beaux tags culturels à la bombe.

            • HELIOS HELIOS 26 août 2013 12:11

              Bonjour, bonjour...

              J’adoooore, les analyse simple et surtout ceux qui disent que l’immobilier est cher et que les proprietaires-rentiers sont des salauds.

              J’aime encore plus ceux qui nous font miroiter des catastrophes, comme l’arrivée de sauterelles dans nos villes, comme les criquets fondent sur un champs de mais.

              Alors, dans l’ordre, les prix de l’immobilier ( a l’achat ou a la location) ne sont pas trop elevés, ils seraient d’ailleurs même bon marché en France par rapport a d’autres contrées.
              Ce qui ne va pas, c’est le pouvoir d’achat qui n’a pas suivi, releguant une majorité de citoyens au smic avec reste a depenser nul et souvent negatif, alors que d’autres se gavent... et je ne parle pas des chomeurs !
              Une richesse de notre pays de plus en plus mal repartie. Mais c’est l’objet de la suite de mon commentaire. Un pouvoir d’achat « normal » permet a tout citoyen de se loger aux conditions du marché.

              ...continuons, outre le probleme de l’immigration de plus en plus problematique, en quantité comme en qualité, la croissance demographique n’est pas en accord avec la disponibilité ADAPTEE des logements, trop nombreux par-ci, deficitaires, par là et de plus soumis a la reglementite aigue securitaire ou non et l’opprobe voire la pression verte de plus en plus autoritaire. Cela crée des non-homogeneités dans les tissus urbains et par voie de consequence des anomalies economiques.

              Le vilain proprietaire lui, fait les frais de ces analyses rapides, car il est souvent confondu avec l’entreprise financiere qui a choisi d’appliquer sa predation sur le logement.

              A la difference de ces societés qui construisent et qui louent des logements et dont la rentabilité financiere doit etre superieure a 15%, le proprietaire, lui, a profité de sa trajectoire professionnelle pour acheter sa residence principale et bien souvent un ou deux biens immobiliers complementaires.
               Ces biens se trouvent encore sous un credit non terminé, et doivent assurer sa vieillesse et se payer une complement de retraite dont la source se trouve dans les economies (sa non consommation) effectuées pendant sa periode d’activité.
              Tout defaut du locataire, entraine pour lui une sorte de double peine, la perte de son investissement et l’augmentation terrible d’une rentabilité déja squeletique.
              Il faut savoir que la location d’un bien immobilier dans un circuit normal ne rapporte qu’exceptionnellement plus de 4% brut (il faut ensuite payer les impots).

              Enfin, enfin l’avenir....

              L’avenir, on le connait déja, ii existe déja en France et surtout il existe dans d’autres pays, aux etats unis par exemple.
              Pour ceux qui ont voyagé ailleurs, partout dans le monde et surtout dans les pays non-republicains ils ont constaté la difference entre les quartiers « riches » où les patrouilles de police sont frequentes et efficaces, les routes bien entretenues et les tarifs d’acces exhorbitants instaurant une selection de fait.... restons entre nous, c’est plus rassurant.

              Mais pas seulement, combien sont alles voir les « condominium » fermés, soit en ville (tout un immeuble, et souvent un paté d’immeubles) ou a la peripherie proche ou lointaine, avec ces quartiers entiers dont l’acces est controlé jour et nuit par des services de securités privés et armés qui ne plaisantent pas ?

              Voila l’avenir chez nous. On ne se melange pas aux peuples du monde qui ont echoué dans nos banlieues, on ne se melange pas aux pauvres d’où qu’ils viennent surtout s’ils ne sont pas comme nous, et qu’ils tentent de reproduire leur pays chez nous !
              C’est la vie, c’est comme ça.

              Plutot que de s’opposer, ne serait il pas plus intelligent d’accompagner efficacement les tendances ? reduire la pauvreté, faciliter l’integration plutot que le communautarisme, reduire le debit du robinet a la frontiere....

              Il y a un nouveau film terriblement actuel que peu de gens iront voir, puisqu’il est qualifié de science-fiction..... allez voir Elyseum (je crois que c’est le bon titre) et vous y decouvrirez notre avenir a tous.... une classe mondiale riche qui possede tout..... et un terreau fertile de polulations sur lequel ils epuisent les ressources. vous voulez vraiment etre dans l’elite ou dans le terreau ?

              C’est bientôt l’heure de l’aperitif estival de midi... bonne semaine a tous


              • Mich K Mich K 26 août 2013 13:19

                Bonjour Hélios,

                Immobilier pas assez cher, prix du marché, offre et demande... un discopurs des plus classique. Perso je trouve la courbe du prix des logements par rapport au pouvoir d’achat suffisamment parlante pour dire que le prix de l’immobilier a déliré dans les années 2000 !!!
                Cherchez ce même ratio pour l’Allemagne vous ne la trouverez pas !
                Alors quand on nous parle de compétivité vs l’Allemagne, faudrait peut-être mentionner cela !!!
                Augmenter plus les salaires, ouai si vous voulez mais les gentils multinationales iront alors encore plus planter leurs usines et autres ailleurs.

                Que ça plaise ou non aux petits propriétaires qui se sont endettés ne change rien à l’affaire... Se loger coûte trop cher.
                La faute à tout un système, à des tas de paramètres, mais les faits sont là !

                Et à mon sens, le fait qu’on ait des propriétaires de plusieurs logements qui cherchent à arrondir leur fin de mois et leur retraite en louant « au prix du marché » n’arrange pas forcément le problème...

                Tiens une suggestion bête : chacun 1 logement et halte aux maisons secondaires libèrerait déjà quelques millions de logements d’un coup !

                L’autogestion et la non propriété testés par exemple à Marina Leda en Espagne devrait nous faire réfléchir à notre manière de gérer le logement via le marché...
                On voit ce que ça donne...............


              • HELIOS HELIOS 26 août 2013 15:41

                Merci Mich K pour participer...
                Si je peux comprendre et etre partiellement d’accord avec vous, le logement est globalement trop cher, mais il faut examiner le « trop » avec beaucoup d’attention.

                « trop » cela voudrait dire que le rapport logement/autre frais s’est desequilibré et que la part qu’on doit lui consacré est devenu proportionnellement plus importante qu’avant dans une mesure outrepassant de beaucoup les differents ajustements comme le prix de l’energie et les choix reglementaires français.

                On trouve ici (Insee) par exemple d’excellents tableaux, helas arrete a 2005 qui demontrent deja l’augmentation du cout du logement, mais egalement les reports de charges dans ce pouvoir d’achat vers d’autres centres de couts laissant indisponible le « reste a consommer » et evidement genant l« arbitrage economique a cause des effets de seuils (ex un forfait incompressible) ou de choix societal (posseder internet).

                c’est pour cela que je dis, examinant les autres chiffres europeens et mondiaux que le logement, dans l’absolu, n’est pas trop cher en France, c’est seulement que les citoyens aux revenus devenus trop faibles, pour plein de bonnes ou mauvaises raisons, ne peuvent y acceder aujourd’hui... en clair, quand il y avait homogeneite de la repartition de richesse, le pouvoir d’achat pouvait absorber le cout du logement, alors qu’aujourd’hui, le pouvoir d’achat (majoritairement des salaires) est devenu indigne et ne permet plus a tout le monde de se loger decement. (donc rien a voir avec le cout absolu de l’immobilier)

                cela a avoir tres probablement avec le glissement de la part de richesse distribuée aux salaires en regard de la part distribuée au capital qui est passée de 69% a 66% entre 1980 et 2004 ... soustrayant en gros, si la France a un PIB de 2000 MM(milliards), 3% c’est a dire 60 MM. Ces 60 Milliards manquant au revenu des menages rend le pouvoir d’achat plus fragile, alors que l’immobilier lui ne suit pas la même decroissance... Vous me direz que ce sont les français qui ont recuperer par ailleurs les 60 MM manquants... (ref) oui, mais ce ne sont pas les mêmes, ce qui est significatif d’un enrichissement accentué des plus riches qui profitent des produits financiers, des taux plus bas etc.... et je ne parle pas des »stocks« de capitaux qui peuvent venir perturber, alors que le stock de travail n’existe pas, du moins sous cette forme même en considerant le chomage comme un stock.

                Et, ce n’est pas la competitivité des entreprises qui est impacté par ce glissement de richesse, car augmenter les salaires pourrait aussi se faire en diminuant le cout du capital, ne serait-ce qu’en revenant au taux (69%) d’avant 2004.

                Voila, j’espere que je me suis fait comprendre, je ne veux pas dire que l’immobilier n’est pas trop cher, je veux juste ponderer et prendre en consideration le milieu dans lequel nous baignons tous.

                PS... vous dites : »juste 1 logement et halte« ... pourquoi pas »juste une auto« , »juste une télé« ... tiens, »juste une femme« pour liberer les tribunaux des divorces.... et »juste un enfant" comme les chinois pour que nous laissions la place a notre immigration qui serait encore plus enrichissante.... et trouverait un logement plus facilement... bref, la liberté existe, y compris dans les loyers.


              • SamAgora95 SamAgora95 26 août 2013 16:40

                Alors comme ça les prix de l’immobilier ne sont pas trop élevés, ce sont les salaires qui sont trop bas ! Alors même que nos politiques et nos économistes de droites comme de gauches sont unanimement d’accord pour dire que le France n’est pas compétitive car les salaires sont trop haut !!


                D’après votre logique ce n’est pas l’appartement (une cage à lapin) de 30 m2 que vous avez acheté au « juste » prix à 180 000€ et que vous rembourserez 1000 € par mois pendant 30 ans qui est trop petite, c’est vous qui êtes trop gros.

                Officiellement depuis l’année 2000 les prix de l’immobilier ont été multipliés par 2.5.
                La cage à lapin de 30 m2 à 180 000€ coûtait donc 72 000 € il y a 13 ans !!!!

                Et vous trouvez qu’il n’y a pas de bulle ?

                Attendez vous à faire une descente en toboggan dans les 4 prochaines années. 


              • urigan 27 août 2013 08:33

                A Elyséum, tu aurais pu facilement ajouter :

                Soleil vert
                Apocalypse 2024
                Zardoz

                Mais comme tu le dis si bien : c’est de la science fiction. C’était, car aujourd’hui ça commence a être notre quotidien


              • Mich K Mich K 29 août 2013 10:37

                Merci Helios pour cette réponse, et désolé de rapondre si tard j’ai un boulot qui me prend trop de temps pour remourser mon crédit aux banquiers pour ma maison !!! smiley

                A noter que la bouffe au sortir de la guerre comptait pour 40 à 50% du budget des ménages, ce qui a baissé continuellement depuis vers 30% dans les années 70, puis vers 15-20% aujourd’hui.
                Ce pouvoir d’achat libéré a pu nous permettre d’acquérir des modes de vie inconcevable avant comme avoir 2 voitures par foyer, s’offrir des tas de superflu (vacances, gadgets), et of course a permis à l’immobilier de monter jusqu’à sa bulle des années 2000.

                Maintenant que le pouvoir d’achat baisse dans nos contrées des pays riche (ce qui est inévitable selon moi), si l’immobilier reste à son niveau on court au clach !
                Je suis d’accord après avec vous pour la répartition de la richesse. C’est d’ailleurs pour ça que ça va craindre pour les plus démunis si l’immobilier ne baisse pas sérieusement...

                Car croire qu’on peut encore augmenter nos pouvoir d’achats dans nos pays riches après 50ans de gabegie, je trouve que c’est se bercer d’illusion...

                Enfin sur votre remarque sur la liberté d’avoir 5 voitures et 6 maisons, je suis d’accord.
                C’est pour cela qu’il ne faut pas interdire, mais taxer au max le superflu pour rendre abordable à tous le vital. Gratuité de l’usage et taxer progressivement le mésusage dirait Paul Ariès...


              • Eusèbe 1er septembre 2013 19:36

                Dans les comparatifs internationaux, l’immobilier français fait partie des plus surévalués **au monde**.

                L’argument des revenus me semble burlesque : « l’immobilier n’est pas trop cher, ce sont les revenus des français qui sont insuffisants ».
                Arffff !
                On peut multiplier les exemples à l’infini ! 


              • asterix asterix 26 août 2013 13:54

                Prémonitoire et cela va dans le même sens que l’article : il y a quelques jours, un communiqué de presse retransmis par la quasi-totalité de la presse belge affirmait que l’immobilier était surévalué de près de 50%.
                Moins optimiste que l’auteur qui ne l’est déjà pas beaucoup, mon pronostic est le suivant : dans moins de dix ans, toutes les villes occidentales deviendront de petits Sarajevo.
                Un bel hôtel privé ne résistera pas aux obus, aux drones, à la mitraillade. Intrinsèquement, il vaudra donc zéro.
                Réfugiez-vous à la campagne et assurez-vous de produire ce que vous consommerez.
                Les hordes ne viendront que plus tard, ce n’est pas le choix qui manque..


                • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 17:10

                  Les 49% précisés par l’OCDE ont été rectifiés lors de l’interview de Roland Gillet 

                  Je ne dirais pas de petits Sarajevo, mais des cités dans des villes.
                  Des cités qui ne se connaissent plus.
                  Los Angeles était dans ce cas quand j’y ai été il y a 20 ans.
                  Cela ne doit être qu’amplifié aujourd’hui.
                  Alors, il y a l’armada des hélicoptères qui surveillent les routes et les quartiers chauds, tandis qu’au sommet de Hollywood, les vedettes se prélassent au soleil.
                  Dans les grandes villes d’Amérique du sud, les riches ne se déplacent plus qu’en hélico, d’un toit de bâtiment à un autre. Même les voitures blindées ne sont pas assez sécurisées. 


                • bakerstreet bakerstreet 26 août 2013 19:05

                  Ouaih......


                  Dans le même genre une étude internationale nous révèle, que le différentiel entre salaire médiant et prix moyen du mètre carré 
                  Un truc savant avec des formules qui relève la bulle.
                  Consacre la france comme le champion du monde toute catégorie de la spéculation et de la folie....( L’allemagne étant au contraire celui où l’immobilier est le plus bas, à raison de trois à quatre fois les prix inférieurs au marché français, qui n’en peut plus. mais......

                  L’avenir sera donc une longue chute......

                  Pour une brique sur la tête, t’as plus rien !

                • bakerstreet bakerstreet 26 août 2013 15:10

                  on tourne la tête à gauche, mais surtout à droite, on lève les bras, puis on vous l’enfile !.

                   Un deux trois. Abracadabra !
                  Que les moutons du larzac viennent brouter les collines de Ménilmontant !
                  Ah la belle revanche des gueux...
                  Mad Max prendra ses quartiers d’hiver sur la tour eiffel, le meilleur endroit pour installer des pièces d’artillerie, sans faire dans la dentelle.
                  J’avais bien dire à mère de partir avant, mais elle n’a pas voulu céder son 200 mètres carrés pour 20000 euros pendant qu’il était encore temps.

                  • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 17:24

                    Si vous avez vu hier le film « Rush hour 3 », la Tour Eiffel peut encore servir à faire des films.

                    C’est déjà ça... smiley 

                  • wawa wawa 26 août 2013 15:34

                    Un peu fouillis, mais style captivant, se lit d’une traite.
                    continuez a nous faire réver smiley


                    • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 16:04
                      Tout avait commencé quand l’homme s’est sédentarisé. La mondialisation existe depuis ce moment-là. Une fois installé, il a construit des murs pour se protéger de construit des murs. Les villes se sont édifiées pour rationaliser les déplacements de la main d’oeuvre et des marchandises. 
                      Le nomadisme a continué chez certaines peuplades comme les Roms. Leur instabilité est mal vue, mal perçue par ceux qui étaient arrivés avant eux. Souvent des marchands qui ont cessé d’être ambulants.
                      La recherche confort est venu par la suite chez eux.
                      Il fallait des nomades qui achètent et vendent la marchandises. La richesse étaient survenue en comptant les bénéfices des transactions. 
                      Puis est arrivé la recherche du moindre coût.
                      Comme le temps, le soleil détériore les bâtiments, il fallait maintenir l’ensemble en vie, le rajeunir. Il fallait trouver le moindre coût entre maintenir ou reconstruire ou s’étendre en laissant se déglinguer ce qui n’avait pas les moyens des opérations de rajeunissement.
                      La ville est devenue métropole, de métropole, on voyait toujours plus de rationalisation jusqu’à la mégalopole, la seule qui parvenait encore à vendre avec du profit, vu les coûts de déplacements qui augmentaient.
                      Les campagnes se rétrécissaient et on y gagnait de moins en moins, sauf peut-être en coopérative chez des grossistes.

                      Que restera-t-il des beaux quartiers ?
                      Il suffit de voir ce qui se passe ailleurs. Des cités dans la ville entourées de barbelés ou des portes avec portiers. A l’abri du regard extérieur.
                      Si la Bourse ne monte pas jusqu’au ciel, la brique n’y montera pas non plus.
                      Mais comme la population augmente toujours, il y aura de nouveaux acheteurs et de nouveaux vendeurs. C’est ainsi que la roue tourne.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 16:07

                        Bon article qui a pris place à la suite du mien, je n’y reviendrai donc pas. 


                      • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 16:11

                        Il y a une émission qui a le même titre « Une brique dans le ventre »


                      • L'enfoiré L’enfoiré 26 août 2013 17:35

                        Info de ce matin, c’est sur la qualité des immeubles que s’arrête le Soir. Une maison sur deux a plus de 52 ans. Et plus de la moitié des buildings, plus de 43 ans. Bien sûr, l’âge du bâti repris au cadastre ne dit pas tout de la vétusté, mais d’autres chiffres sont là. Dont des enquêtes européennes qui permettent d’apprécier la part de la population qui vit dans des conditions précaires. Et là, c’est plus évident. En Belgique, plus d’un habitant sur cinq vit dans un logement ayant soit des fuites, soit des murs, un sol ou des fondations humides, soit de la pourriture dans les châssis. Préoccupant, écrit Le Soir, quand on compare ces chiffres à ceux de nos voisins. La France est deux fois moins touchée. Dans le même d’ordre idée, 100.000 habitants vivent sans baignoire ni douche. Et là encore, précise le Soir, la Belgique est mal classée. C’est le plus mauvais résultat par rapport à nos voisins directs.


                        • bakerstreet bakerstreet 26 août 2013 18:59

                          Si vous voulez pas être une poire

                          L’avenir est dans la haute loire

                          Si vous voulez pas finir dans la dèche
                          Filez donc en Ardèche

                          Mais pour investir dans la pierre
                          Rien de mieux qu’un beau menhir
                          Dans le Morbihan !


                          • Fergus Fergus 26 août 2013 20:13

                            Bonjour, Bakerstreet.

                            Et il reste encore quelques blockhaus pas trop ensablés sur la côte Atlantique.


                          • lephénix lephénix 26 août 2013 21:03

                            comment sortir de cet âge de pierre qui pétrifie le coeur de nos cités avant qu’il n’« évolue » vers l’âge de la pierre lancée ?
                             tant que les uns s’acharneront à vendre ou louer aux autres un tas de pierre flambée au prix de l’or, « le droit au logement » ne pourra devenir effectif qu’en passant par un droit de blocage de la spéculation...


                            • Auxi 26 août 2013 23:14

                              Que fait un propriétaire tandis que le locataire sue sang et eau afin de payer les tarifs de mafia pratiqués ? Il se le roule en attendant de recueillir le fruit des efforts des autres. Le propriétaire n’est rien d’autre qu’un proxénète. La solution ? L’interdiction absolue de la multipropriété. Un être humain n’a besoin que d’UN toit sur sa tête, et la liberté s’arrête là où commence celle des autres. La spéculation est un crime contre l’humanité, pas moins. Afin que vive la liberté de TOUS, je suis pour l’interdiction de posséder plus que son propre toit. Tout le reste n’est que foutaise, propagande et langue de bois. 


                              • philippe913 27 août 2013 09:03

                                @Auxi

                                et quand une personne n’a pas les moyens d’acheter son logement, qui lui loue ?

                                des tarifs mafieux ?
                                http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-evolution-1200-a1048.html
                                je te laisse parcourir tout ça, tu verra que si le prix du foncier a explosé, en revanche, le prix des loyers n’a pas beaucoup évolué., et qu’ils ne sont loin d’être scandaleux pour la plupart.

                                Quant à la spéculation, essaye de ne pas la confondre avec ses abus, qui, eux, sont problématiques là où la spéculation est utile.

                                mais bon, je sais que dans l’esprit d’un gauchiste, ça n’est pas concevable.


                              • Fogghearty 27 août 2013 07:14

                                sans oublier les conséquences de ou des défiscalisation(s) dans les DOM et sur le territoire métropolitain : le montant maximum défiscalisé est intégré dans le prix de vente.
                                Et l’adoption de l’Euro a de fait changé l’étiquette : un bien qui était à 100 000 FF est vendu 100 000 €, sans vergogne dans les DOM en particulier.


                                • urigan 27 août 2013 08:44

                                  Chez nous, la baguette qui était à 1F, est vendue 1€. par contre ma maison que j’avais acheté 500 000F en 1991, je l’ai vendue 250 000€ en 2007. Qu’ais-fait de cet argent J’ai racheté ma nouvelle maison que j’ai payé 250 000€. C’est à dire, plus value = 0



                                  • L'enfoiré L’enfoiré 27 août 2013 09:56

                                    Plus value=0 ?

                                    Alors, pourquoi avoir vendu, si la maison n’avait pas d’autres avantages ?


                                  • sylvie 27 août 2013 18:04

                                    Encore un article abgeshiedenheitan sous sous couvert de l’immobilier.... n’oubliez pas qu’il « parle » des banlieues....pourriture


                                    • Xavxav 28 août 2013 14:39

                                      Votre article est assez confus. On a du mal à savoir où vous voulez en venir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès