• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Intrusif, ça rime avec maif

Intrusif, ça rime avec maif

Cet article est issu du journal Le Postillon, n°48, décembre 2018 - janvier 2019

Plusieurs lecteurs du Postillon nous ont renvoyé l’invitation, intrigués : le 11 octobre, la Maif invitait ses sociétaires à une « conférence-expérience » autour de l’intelligence artificielle au Prisme de Seyssins. Pourquoi « l’assureur militant  » s’empare-t-il de ce thème ? Pour les assureurs comme pour plein d’autres industriels, l’intelligence artificielle (IA) est une opportunité de dématérialisation, de business, et de construction du meilleur des mondes. Mais bizarrement, il n’a pas été question de ces perspectives lors de cette soirée. Le Postillon rattrape cet oubli.

« Ça va bien se passer ce soir, hein ? Vous allez pas foutre le bordel ? » Curieux accueil pour la « conférence-expérience » organisée par la Maif au Prisme de Seyssins ce 11 octobre autour du thème « Intelligence artificielle, retour vers demain ».

À l’entrée, deux membres du collectif Grenoble Anti-Linky distribuent des tracts intitulés : « contre la ville-machine, restons libres et humains ». Une « expérience » qui ne plaît pas aux organisateurs, remontés comme des coucous contre ces deux contestataires. J’ai l’audace de discuter une minute avec ces derniers, et c’est pour ça que je suis accueilli par des questions inquiètes.

Ils sont tendus à la Maif : les distributeurs de tracts n’ont même pas eu le droit de rentrer, alors qu’ils étaient inscrits. À l’intérieur, il y avait deux autres membres de Grenoble Anti-Linky, eux aussi pressés par un vigile de confirmer que « ça va bien se passer ». Quand je questionne la Maif sur cette inquiétude plutôt disproportionnée par rapport aux forces en présence, Mahiedine Ouali, « responsable de l’action mutualiste de la Maif », me répond : « on a demandé aux personnes qui distribuaient des tracts de s’éloigner parce qu’en termes de comportement, nous n’étions pas dans les standards de la courtoisie que nous attendons. » Et quand je lui fais remarquer que le parvis est un espace public où chacun fait ce qu’il veut, et qu’ils n’ont quand même rien fait d’autre que de distribuer des textes, sans insulte ni rien d’agressif, il assure : « le problème c’est que la Maif a été mise en cause dans ce tract, on s’est fait accuser de ‘‘soutenir le transhumanisme’’, or c’est pas du tout le reflet de ce que nous portons. »

Ce qui est sûr, c’est que « l’assureur militant » soutient l’intelligence artificielle. À l’intérieur du Prisme, des stands de start-ups connectées et de Clinatec, la clinique de l’interface homme-machine du Commissariat à l’énergie atomique. À la tribune, deux orateurs pérorant sur les « algos » et le monde merveilleux que va nous offrir l’IA. Le technologue 2.0 Vincent Lecerf s’extasie : « en moins de dix ans, tout le monde va adopter l’IA, comme ça s’est passé pour le téléphone portable. (…) Au lieu de mettre 400 ans, comme l’imprimerie, à changer le monde, l’IA va mettre quatre ans à bouleverser notre manière de vivre. » Thierry Menissier, un philosophe grenoblois spécialiste de Machiavel, de l’Innovation et de l’Amour-de-lui-même, s’émerveille : « L’intelligence artificielle est l’augmentation de l’intelligence humaine. (…) Notre tâche est d’utopiser l’intelligence artificielle. On nage dans un univers culturel dystopique et c’est très gênant. Forcez-vous à utopiser la machine, à l’idéaliser. »

Deux heures de blabla plutôt soporifique, sans aucun « bordel », si ce n’est une question sur le manque de démocratie autour de ces développements « révolutionnaires ». Et surtout la véritable question intéressante de la soirée n’a pas été évoquée : pourquoi la Maif organise-t-elle une soirée autour de l’IA, un thème a priori loin de son cœur de métier d’assureur ? Parce que l’IA va aussi « bouleverser » le secteur de l’assurance ? Au téléphone, Mahiedine Ouali affirme : « Par rapport à l’IA, on a un état d’esprit qui est de toujours regarder les changements avec un angle positif. L’IA peut améliorer la gestion des données, les process, les offres de garantie de manière assez concrète. (…) Sur les données, ça peut nous permettre de détecter les comportements frauduleux. »

En fait, l’IA a déjà commencé à révolutionner le secteur de l’assurance. « L’intelligence artificielle s’apprête à ouvrir une nouvelle ère : celle de l’assurance sans contact, s’extasient Les échos (27/10/2017). Il sera bientôt possible de souscrire son assurance et même d’être indemnisé en cas de sinistre en quelques secondes seulement et sans rien faire. » Ces innovations sont présentées comme un progrès parce qu’elles permettront « d’en finir avec la paperasse. » Effectivement, terminés les dossiers et les négociations au téléphone. place désormais au pouvoir intégral des algorithmes et des interfaces sans humain. Ce sont les joies de la « dématérialisation », par ailleurs à l’œuvre un peu partout, des opérateurs téléphoniques à la caisse d’allocations familiales. Avez-vous déjà essayé de réclamer un dû ou d’expliquer une situation originale à une interface numérique ? C’est ce genre de mission impossible qui devrait se répandre avec le développement de l’IA dans le domaine de l’assurance.

Mahiedine Ouali évoque également Lemonade, « le peer to peer de l’assurance », au cours de la conversation. Cette boîte israélienne propose « un service d’assurance le plus personnalisé possible. Pour s’inscrire, le futur assuré répond à une série de questions posées par un bot. Lui est ensuite proposée une police d’assurance adaptée. » L’assurance la plus personnalisée, c’est celle qui vous connaîtra le mieux, et qui – grâce à l’IA – pourra traiter quantité de données de votre vie privée.

Le Monde (06/09/2016) nous raconte que l’assureur Generali lance pour la première fois en France une « assurance comportementale ». Celle-ci consiste pour l’assuré à justifier d’un certain mode de vie (consommation d’alcool, de tabac, rapport au stress et à l’alimentation) afin de voir le prix de son assurance calculé en fonction du respect de ces critères. Une sorte de bonus/malus adapté à l’humain. Dans une tribune parue quelques jours après (Le Monde, 23/09/2016) le président de la Mutualité Française s’oppose à cette nouvelle forme d’assurance en rappelant quelques évidences. D’abord la mutuelle santé repose sur la solidarité : les bien-portants payent pour les malades. Ensuite, l’assurance comportementale témoigne d’une formidable ingérence dans la vie privée. Puisque pour faire baisser le prix de sa mutuelle et justifier d’un mode de vie « sain », il va falloir le prouver auprès d’un assureur et détailler chaque détail de la vie intime (une personne ayant des rapports sexuels quotidiens payera-t-elle moins cher, ou plus ?).

En Chine, l’IA, développée notamment dans les logiciels de reconnaissance faciale des caméras omniprésentes, permet à l’État de décerner des bons ou mauvais points aux citoyens. Un reportage de TF1 (4/11/2018) explique ce charmant système :

« La Chine a décidé d’attribuer des notes à chacun de ses habitants. Prenons cette dame de 56 ans, elle a un crédit de 800 points, ce qui est énorme. Elle les a parce qu’elle se comporte bien en aidant par exemple ses parents âgés. Ça va lui donner accès à des avantages, l’accès à des bonnes écoles pour ses enfants, une réduction de sa facture d’électricité. Ce jeune homme, par contre, ne se comporte pas de la même façon : il a 26 ans, c’est un barman et son crédit à lui n’est que de 400 points, c’est très faible. Pourquoi ? Parce qu’il a la fâcheuse habitude de fumer dans les endroits publics, là où c’est interdit, ou plus grave, il critique le gouvernement sur Internet. Là, son crédit va descendre et il peut avoir, par exemple, sa connexion Internet ralentie, et être interdit de prendre l’avion. »

Quel rapport avec la France et la Maif ? Ce genre de mesure ne passerait jamais chez nous (c’est ce qu’on disait des caméras partout dans les rues il y a vingt ans), et puis la Maif est quand même un assureur militant qui a des principes, n’est-ce pas ? « On a des engagements éthiques à la Maif, on a fait une charte sur le numérique et on ne veut surtout pas substituer l’IA à l’homme, m’assure Mahiedine Ouali. Il faut que ces changements s’adaptent à nos valeurs. » De belles paroles ? Face à l’invasion de l’IA et à ses multiples possibilités de business, je ne pense pas que des « engagements éthiques » puissent empêcher quoi que ce soit. Ces dernières années, tout ce qui est possible techniquement finit par se réaliser, malgré les belles paroles (l’utilisation commerciale des données personnelles par Facebook est un cas d’école). Contre le meilleur des mondes développé par l’IA, il faut avant tout exprimer un refus clair et net. Et pour nous qui aimons les circuits courts ça tombe bien : l’université de Grenoble-Alpes vient d’être labellisée comme « pôle de recherche, de formation et d’innovation spécialisé en intelligence artificielle ». ça donne des idées hein ! Mais allez pas y foutre le feu, ça va nous retomber dessus.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Jason Jason 29 janvier 18:16
    Ah, les assurances : mon sujet favori. Au lieu de gloser sur l’intelligence artificielle, les assureurs feraient bien de jeter un coup d’oeil sur la bêtise naturelle, la roublardise et la perversion de leurs contrats, avec en bout de chemin, un tiroir-caisse bien ouvert.

    Voir ma pétition sur le sujet :


    • Xenozoid Xenozoid 29 janvier 18:20

      @Jason

      toutes au mains des banques.ici au pays bas, c’est tout le gouvernement,il finnissent tous dans les assurances


    • zzz'z zzz’z 29 janvier 18:22

      L’individualisation des comportements et des modes de vie en relation avec une entité dont l’usage est obligatoire est devenu le business model des oligarques. Les personnes faibles feront les choix nécessaires pour restreindre la facture quitte à se priver pour remplir ces tonneaux des Danaïdes que sont devenus tous ces « abonnements ».

      Le meilleur des mondes à commencé il y a bien longtemps par la propagande qui socialise les pertes et privatise les bénéfices, portée par nos moralineux curaillons ou gauchistes. La soumission à la machine est gage d’économie et de prise de contrôle plus ou moins absolue sur l’être humain passionné par l’avoir.


      • Jason Jason 29 janvier 19:05

        @zzz’z

        « l’être humain passionné par l’avoir ».
        Les passions, toujours. Donc, cet être humain, passionné est puni par cette même passion. N’y a-t-il aucun recours ?

      • zzz'z zzz’z 29 janvier 19:17

        @Jason
        Tiques-et-puces de BIOCANINA ?


      • Alren Alren 29 janvier 18:31

        « Ces dernières années, tout ce qui est possible techniquement finit par se réaliser, malgré les belles paroles (l’utilisation commerciale des données personnelles par Facebook est un cas d’école). »

        C’est parfaitement vrai mais pas seulement ces dernières années, en tout temps.

        Particulièrement dans le domaine des armes qu’il s’agisse de l’arbalète et de la poudre à canon jusqu’aux gaz de combat, les mines antipersonnel et l’armement nucléaire.

        Ceci dit la MAIF est réellement une mutuelle et les grandes décisions sont prise en assemblée générale avec des représentants de toute la France.

        Il est clair que les mutualistes refuseront une inquisition de leur vie privée. Par ailleurs la MAIF n’intervient dans le domaine de la santé qu’à la suite de blessures accidentelles.


        • Jason Jason 29 janvier 18:56

          @Alren

          Très bien dit, mais prenez la peine de lire les contrats, là vous aurez des surprises.


        • baldis30 29 janvier 23:46

          @Alren
          bonsoir,
          je partage votre opinion... lorsque j’ai lu l’article je me suis demandé , et je me demande encore i ce n’est pas une fois de plus une attaque contre le mutualisme, notamment celui pratiqué par la MAIF !
          D’ailleurs n’y avait-il pas un politicien décédé qui s’était employé à détruire le mutualisme avec parait-il une réflexion prolongée par des actes .... et des conditions .... au nom de l’Europe, l’Europe, l’Europe .... dont , faute de survie il n’a jamais été le président dit de gôôôôche qu’il voulait être .....

          Que vient f.... le compteur Linky là-dedans ! S’il y a des problèmes causant des dégâts avec ce matériel cela relève de l’indemnisation pas de l’intelligence artificielle ....Croire que ce compteur est intelligent, même artificiellement cela relève du gag ou du prétexte ... anti mutualiste !
          Trop simple, trop simpliste

          Quant à l’I.A. espérons qu’elle permettra à bien des politicards de tout bord de leur renvoyer en pleine gueule leurs c....ries comme des boomerangs ... !


        • JL JL 30 janvier 16:22

          ’’ Au lieu de mettre 400 ans, comme l’imprimerie, à changer le monde, l’IA va mettre quatre ans à bouleverser notre manière de vivre.’’

           

           Ça fait plutôt peur !

           

          « Le capitalisme cognitif, en langage des geeks et des crétins. Il s’agit ici essentiellement d’extraire de la vie l’expérience humaine, puis de la relouer aux gens. Et comment on peut faire ça ? Grâce au même système ancestral qu’a employé jusqu’à présent l’Europe occidentale pour entuber la planète au cours des deux premières manches du capitalisme – l’appropriation. Refuser l’accès à quelque chose parce que c’est à moi, moi, moi ! Faire payer un loyer en échange d’un monopole. Fabriquer la rareté artificielle, même de la connaissance et de l’expérience humaines en les redéfinissant et les remodelant. Les outils ici sont des moyens légaux tels que les droits sur la propriété intellectuelle, les licences, les logiciels ... « . (Phase trois du capitalisme : l’économie du savoir)

           

          « L’un des postulats de la catégorie de »capitalisme cognitif" est le suivant : on est toujours dans une société capitaliste. En d’autres termes, le capitalisme domine le système économique mondial et détermine la nature de la société. Cette vérité incontestable fait appel à la problématique de la définition du capitalisme. Contrairement à Fernand Braudel qui le définit comme un ensemble de pratiques présentes dans de multiples sociétés, à de multiples époques, Karl Marx insistait davantage sur la singularité du capitalisme. Selon l’auteur du « Capital », le capitalisme est un mode d’organisation économique né en Europe entre le XVIe siècle et le XIXe siècle, caractérisé par la propriété privée des moyens de production et par le profit. L’exploitation, la quête rationnelle du profit (Weber) et la concurrence sont les maitre-mots de ce système économique en pleine transformation.  » L’hypothèse du « capitalisme cognitif » : pertinences et limites

           

           L’IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?


          • Ruut Ruut 30 janvier 16:58

            L’IA est le reflet des codeurs, et vue le niveau actuel, l’intelligence n’y sera pas, par contre l’intrusion contre la vie privée y sera assurément et ce, contre toute morale et lois existante.

            Quand a l’automatisation des remboursements, la carte vitale fonctionne parfaitement, sauf chez les mutuelles......

            Quand a ceux qui craignent l’IA, utilisez le Français avec des accents et des cédilles, leurs codeurs indiens ne savent pas les gérés et ça flinguent leurs bases de données.


            • foufouille foufouille 30 janvier 18:02

              les assurances sont des crevures d’escrocs donc ça ne changeras rien.


              • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 18:16

                @foufouille
                je suis d’accord avec toi,c’est une maffia, 


              •  C BARRATIER C BARRATIER 30 janvier 20:33

                je comprends la MAIF car elle a gardé de son histoire le souci d’informer, de faire partager des connaissances. Il s’agit de la mutuelle automobile des instiuteurs de France, au départ. J’y adhère depuis que je suis entré à l’école normale de PRIVAS et toute ma vie depuis

                Elle faisait partie d’un ensemble libérateur au sein de l’idée de l’école libératrice, ce qu’elle a été.

                voir en table des news :

                Ecole normale, laïcité sociale, J Palmero, j Tirman http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=279

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LePostillon


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès