• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Iran : 30 ans déjà que le crime fut commis

Iran : 30 ans déjà que le crime fut commis

3o ans déjà de ce chapitre crucial de l'histoire iranienne et du régime actuel à l'heure de son déclin et de sa chute certaine. C’est un anniversaire triste pour des milliers familles endeuillé comme moi.

Ce massacre commença à la fin du mois de juillet 1988 coïncidant avec la fin de la guerre Irak-Iran. 30.000 prisonniers politiques furent sauvagement assassinés dans les différentes régions de l'Iran, dont mon frère cadet Ahmad Raouf-Basharidoust. La plupart étaient membres ou sympathisants de l'Organisation Moudjahidines du Peuple d'Iran, le principal mouvement d’opposition contre la dictature islamiste. Mon petit frère Ahmad n’avait que 16 ans, quand il a été arrêté chez nous dans un raid des gardiens de la révolution.

Il a fallu d'un décret religieux (fatwa) du Guide suprême l'ayatollah Khomeiny pour que la tuerie commence. « Tuez tous ceux qui sont en guerre contre Dieu et ennemis de l'Islam », avait-il écrit. Mon frère Ahmad a été pendu comme les 30.000 prisonniers politiques exécutés sur ordre de Khomeiny dans ce massacre. Des années plus tard en 1991, les agents du renseignement ont dit à mon père qu’ils l’avaient exécuté dans la prison d’Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran, mais ils n’ont pas dit où il était enterré.

Ainsi toutes les régions de l'Iran devinrent un cimetière pour ces jeunes militants jetés dans des fosses communes, celles qu'à l'heure présente, avec des pelleteuses, le régime essaye d'effacer toute trace en broyant leurs os pour construire des routes comme symbole d'un faux progrès.

L'actuel président de l'Iran, le mollah Hassan Rohani, lui aussi fut un complice. Car en 1988 il occupait la fonction de vice-commandant de l'armée du régime, de ce fait, au courant de ce crime et de surcroît l'approuvant. Ceci montre qu’Hassan Rohani n'a rien d'un président modéré. La preuve évidente c'est qu'il a placé ses compères de la « commission de la mort » comme ministres dans des postes clés de son gouvernement. Cette « commission de la mort » a obéi aux ordres venus du Guide suprême, tout en sachant qu’ils étaient des ordres injustes, iniques et meurtriers.

Sans doute ces opposants furent choisis parce qu'ils incarnaient aux yeux des bourreaux une certaine idée de liberté et d'égalité et que dans leur délire sanguinaire ces ennemis des droits humains voulaient supprimer les témoins de cet air de liberté.

Jusqu'à maintenant une conspiration du silence s'est emparé de l'humanité pour nous rappeler que le mal absolu sommeille toujours dans le cœur de certains ou pour que leur passivité de jadis, dans d'autres lieux pour d'autres crimes, reste encore réveillé.

Comment s'effectuât-il cette prise de conscience pour éclairer la nature profonde du régime théocratique iranien et sa haine pour la liberté ? Pour que ce cri soit entendu il a fallu qu'un ayatollah excédé par la portée des crimes du régime auquel il appartenait, décide de laisser un message accablant, dont son fils a osé le sortir à la lumière.

Quoi faire donc des criminels ? Continuer à dénoncer où attendre que les instances internationales décident d'agir ?

La fin du régime semble proche, ils seront certainement jugés par le peuple iranien secondés par des juges internationaux. Mais ils devront rendre compte comme les nazis à Nuremberg.

 

JPEG - 644.8 ko
Ahmad Raouf Basharidoust
opposant du régime des mollahs en Iran qui a été pendu comme les 30.000 prisonniers politiques exécutés sur ordre de Khomeiny dans le massacre 1988

Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • bob14 9 août 09:16

    bof..quand on est assez « con » pour obéir à un bouquin débile qui demande la mort..c’est le big problem de l’islam décérébré... !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 août 09:30

      « Comment s’effectuât-il cette prise de conscience pour éclairer la nature profonde du régime théocratique iranien et sa haine pour la liberté ? Pour que ce cri soit entendu il a fallu qu’un ayatollah excédé par la portée des crimes du régime auquel il appartenait, décide de laisser un message accablant, dont son fils a osé le sortir à la lumière. »

      Cette prise de conscience aurait déjà eu lieu ? On a du mal à y croire !
      Pouvez-vous nous expliquer ?

    • bob14 9 août 09:54

      @Jean-Pierre Llabrés.....Toutes les religions sont à mettre à la poubelle...Que des livres de mensonges sur des dieux qui n’existent pas...Des sectes pour décérébrés.. !


    • Ouallonsnous ? 9 août 19:32
      @bob14

      D’autre part, qu’est ce qui nous dit que cet article n’est pas une « fake » de la doxa sioniste anti-Iran ?

    • mahsomeh raouf mahsomeh raouf 10 août 16:43

      @Ouallonsnous ?

      Renseignez vous. Je suis une personne vraie. Je suis prête à témoigner devant toutes les instances juridiques et internationales.

      lettre à Haut-Commissaire des Nations unies
      Monsieur Zeid Ra’ad Al-Hussein
      Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme
      Je vous écris en tant que réfugiée politique iranienne résidant en France. Je suis une ancienne détenue politique et membre d’unefamille de victimes du massacre des prisonniers politiques de l’été 1988 en Iran.
      J’ai été arrêtée en septembre 1981 et condamnée à 20 ans de prison dans un simulacre de procès de 10 minutes. 
      Mon frère cadet Ahmad Raouf Bachari-doust n’avait que 16 ans, en 1982, quand il a été arrêté chez nous, dans un raid des gardiens de la révolution, pour avoir participé à des meetings des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).
      Vers la fin de 1982, après plusieurs séries d’interrogatoires et de tortures, il a été condamné à 5 ans de prison et incarcéré à la prison de Racht puis d’Evine à Téhéran et Gohardacht dans la ville de Karadj.En mars 1988, pour la première fois, jai reçu une lettre d’Ahmad. Il avait été libéré après presque six ans de prison et cherchait à quitter le pays pour me rejoindre à l’étranger.

      Quelques mois plus tard, il a quitté la ville de Racht, mais il est tombé dans un piège des services de renseignement du régime. Il a de nouveau été arrêté et emmené sous la torture. Ahmad a été pendu sur ordre de Khomeiny comme plus de 30.000 prisonniers politiques exécutés dans le massacre de l’été 1988.
      En 1991, les agents des services de renseignement ont dit à mon père qu’ils l’avaient exécuté dans la prison d’Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran, mais ils n’ont pas révélé où ils l’avaient enterré.
      Monsieur Haut-Commissaire,
      En 1988 après six ans d’attente, alors que j’avais l’espoir de revoir mon cher frère, j’ai reçu la nouvelle de son exécution. Vous pouvez imaginer mon immense peine, qui n’a jamais cessé au bout de 29 ans. C’est une plaie ouverte qui saigne encore. Après 29 ans, nous n’avons pas pu faire notre deuil, car les bourreaux n’ont ni remis la dépouille de mon frère à ma famille, ni informé où il était enterré. Après 29 ans, la justice n’est pas été rendue et les criminels sont encore aux pouvoir en Iran.
      Cela fait 29 ans que mon père cherche la tombe de son fils, comme les parents de 30.000 autres victimes de ce crime contre l’humanité commis par les mollahs en Iran sur ordre de Khomeiny durant l’été 1988. 
      Eté 2016, la diffusion sur les réseaux sociaux d’une bande audio bouleversante de la rencontre, le 15 août 1988, entre Montazeri, le dauphin déchu de Khomeiny, et des membres de la « commission de la mort », a levé le voile sur l’ampleur du massacre de 1988 en Iran.
      L’ayatollah Montazeri interpelle les responsables chargés du génocide : « Le plus grand crime commis sous la République islamique, pour laquelle l’histoire nous condamnera, a été commis par vous. Vos (noms) seront gravés dans les annales de l’histoire comme des criminels. »
      Le moment n’est-il pas venu de mettre fin à la machine de la mort et des exécutions en Iran ? En tant que victime du régime des mollahs au nom du sang versé innocent, je vous demande d’agir dans la fonction qui est la vôtre. Nous voulons que justice soit faite. Vous pouvez, à la session actuelle de l’Assemblée générale de l’ONU briser le silence sur ce massacre de l’été 1988 en Iran et le condamner avec force dans votre intervention à la tribune, tout en demandant l’ouverture d’une enquête.
      Il est également nécessaire de condamner ce massacre dans la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU. Les Nations Unies doivent prendre les dispositions politiques et juridiques nécessaires en ce qui concerne les poursuites internationales des dirigeants du régime pour ce crime contre l’humanité.
      Je suis prête à témoigner devant toutes les instances juridiques et internationales.
      Avec mes remerciements, je vous prie d’agréer mes salutations respectueuses.
      Mahsomeh Raouf

    • Hecetuye howahkan 9 août 09:29
      Tiens cela sort en même temps que les nouvelles sanctions terroristes us contre ce pays , entre autre...



      comme depuis 30 ans..la défaite en Syrie les a rendu nerveux..


      • Passante Passante 9 août 09:38

        @Hecetuye howahkan

        salut,


        ce monsieur est proche du pouvoir us...


      • Oceane 9 août 11:13

        @Hecetuye howahkan

        Salut

        Ton lien ne lui fera ni chaud ni froid. Il veut venger la mort de son frère, quitte à ce que son pays devienne le caniche de la colonie européenne du Moyen-Orient.


      • Hecetuye howahkan 9 août 11:40
        @passante

        fox déjà beurk, donc direct de la maison mère comme dirait dieudo...pour toujours le même discours ,organiser une opposition en Iran pour renverser le régime de l’intérieur etc

        cet article écrit par Allah sait qui d’ailleurs fait partie de la grande farce....

        écrit il y a 500 ans par Étienne de la Boétie dans le discours de la servitude volontaire .

        Mais ils ne font guère mieux ceux d’aujourd’hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux


        je te salue ..







      • Hecetuye howahkan 9 août 11:42

        @Oceane


        salut....30 ans après...qui aurait la dent aussi dure ,genre : ni oubli ni pardon... ?? quitte à tout détruire...

        je ne vois que un groupe qui corresponde à ce signalement .

         smiley

      • kader kader 9 août 17:07

        @Hecetuye howahkan

        moi je vois pas comment on peut etre une ’ancienne prisonniere politique en iran"
        et quel age a le jeune homme sur la photo ?


      • kader kader 9 août 17:10

        @Oceane

        cest une ancienne prisonniere politique une femme ..
        libérée ou évadée on ne sait pas comment
        et le petit a 15 ans sur la photo ? il faisait deja de la politique ?

      • cric 9 août 17:19
        @Hecetuye howahkan

        Tiens cela sort en même temps que les nouvelles sanctions terroristes us contre ce pays , entre autre...


        Absolument...
        La Russie, la Syrie ne veulent pas se laisser faire...
        Changeons de bouc émissaire...


        Préparons nous donc à bouffer de l’Iranien à chaque journal télévisé et dans chaque média de vendu...


         Cela nous changera un peu des Russes et des Syriens...



        Quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse de la rage...




      • Hecetuye howahkan 9 août 18:55

        @cric


         smiley

        je te salue...

      • Hecetuye howahkan 9 août 18:56

        @kader


        je te salue... smiley

      • Dom66 Dom66 9 août 19:52

        @kader

        Je ne veux pas prendre partie pour l’auteur, mais je ne vois pas où est le problème.

        Et question age !!

        Oui à 16 ans ont peut faire de la politique et avoir des problèmes avec les fous


      • popov 10 août 07:14

        @Passante et Oceane
         

        « Ce monsieur », « Il veut venger »...
         
        L’auteur se déclare "ancienne prisonnière politique. 

      • kader kader 10 août 12:10

        @Dom66

        et ancienne prisonniere politique en iran ? elle a été graciée ? s’est évadée ?

      • mahsomeh raouf mahsomeh raouf 10 août 14:33

        @kader @Dom66

        Je suis une ancienne détenue politique et sœur d’une victime du massacre des prisonniers politiques de l’été 1988 en Iran. J’ai été arrêtée en septembre 81 et condamnée à 20 ans de prison en 10 minutes dans un simulacre de procès. Mais au bout de 8 mois j’ai réussi à m’échapper.

        Quand les pasdaran ont compris mon évasion,toutes les filles de la cellule ont été torturées et transférées dans diverses prisons.  Beaucoup d’entre elles   ont été exécutées dans le massacre de 88. 

        Le régime s’est aussi vengé sur ma famille.Il a arrêté ma mère qui avait un cancer. Elle est décédée peu après sa libération.

        Mon frère cadet Ahmad Raouf-Bachari-Doust qui avait été arrêté avant ma fuite a été accusé de complicité dans mon évasion, et de nouveau a été interrogé et torturé.

        Mon petit frère Ahmad n’avait que 16 ans, quand il a été arrêté chez nous dans un raid des gardiens de la révolution . Ce n’était pas la première fois. Déjà entre 80 et 81, il avait été pris et torturé plusieurs fois pour avoir participé à des meetings des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), l’opposition démocratique aux mollahs. 

        A la fin de 82, après plusieurs séries d’interrogatoires et de torture, Ahmad a été condamné à 5 ans de prison à Racht.

        Le 12 mars 83, les pasdarans ont incendié cette prison et ont ouvert le feu sur les prisonniers politiques qui tentaient d’échapper aux flammes.

        7 prisonniers des Moudjahidine du peuple ont péri dans l’incendie. Mon frère qui avait perdu connaissance a été sauvé par un prisonnier.

        Mais quelques mois plus tard, en juin 83, le procureur de Racht, incapable de briser la résistance dans la prison, a décidé d’exiler quarante prisonniers dont mon frère. Il a été transféré à Evine à Téhéran, puis à Gohardacht à Karaj. Je me souviens qu’en 84, j’ai reçu une lettre de ma famille qui disait :  « j’ai enfin réussi à obtenir une petite visite. Ahmad portait des traces de tortures et de coups. Il m’a raconté très vite ce qui s’était passé  et comment ils l’avaient torturé pendant le mois de ramadan alors qu’il jeûnait. Ahmad m’a demandé de rapporter leur grève héroïque à l’organisation des Moudjahidine. »

        Ils avaient fait une grève de la faim pour protester contre les conditions inhumaines en prison  et la sauvagerie du régime.

        En mars 88, pour la première fois, j’ai reçu une lettre d’Ahmad. Il avait écrit :

        « si je voulais te raconter tout ce que j’ai vécu durant ces années, je pourrais écrire des volumes. Laissons donc le récit de ce voyage forcé et de ces douleurs endurées à un autre moment. » 

        Ahmad avait été libéré et cherchait à quitter le pays pour rejoindre la résistance. Mais à mi-chemin, il a de nouveau été arrêté et torturé.

        J’attendais son arrivée. Des jours d’attente qui n’en finissaient pas.

        Quand j’ai lu les nouvelles sur le massacre, j’ai décidé d’appeler mon père. Et mon père est allé de prison en prison à la recherche d’Ahmad. Mais il n’a rien trouvé, ni nom, ni trace, ni tombe. 

        Ahmad avait été pendu comme les 30.000 prisonniers politiques exécutés sur ordre de Khomeiny dans ce massacre.

        En 91, les agents du renseignement ont dit à mon père qu’ils l’avaient exécuté dans la prison d’Oroumieh,   dans le nord-ouest de l’Iran, mais ils n’ont pas dit où il était enterré. 

        En tant que victime de ce régime, au nom du sang versé des innocents, je veux que justice soit faite. Il faut briser le silence sur ce massacre


      • Dom66 Dom66 11 août 10:44

        @mahsomeh raouf

        Salut,

        Je compatis à votre douleur et je comprends votre haine.


        La torture est donc une longue tradition en Iran, mais aussi, hélas dans beaucoup d’autre pays.


        Je ne suis pas du coté des Mollah, et pas du coté de la Savak. Mais les USA essaie de destabiliser l’Iran, et ça cela je n’aime pas.

        Vous n’avez pas répondu à ma question :

        Que voulez vous comme avenir politique pour votre pays ?


      • mahsomeh raouf mahsomeh raouf 11 août 17:03

        @Dom66

        je veux un Iran libre et démocratique. on n’ai pas besoin d’intervention de USA. c’est le peuple iranien qui vas dégager les Mollahs

      • Ben Schott 9 août 10:06
         
        C’est dans le Projet depuis un moment, mais on est maintenant en phase Grosse cavalerie !
         
        Sus à l’ennemi de l’Empire !
         


        • Oceane 9 août 10:55

          Pauvre « démocrate » iranien, qui croit encore qu’il existe une « communauté internationale » et non la raison du plus fort, comme le démontre une fois de plus la « Nation Indispensable » contre son propre pays ! Où se trouve donc cette « prise conscience », dans la seule « chute des Mollahs » ?


          • papat 9 août 11:01
            les vrais pourris ne sont pas ceux que vous dénoncezLa CIA reconnaît avoir orchestré le coup d’Etat qui a renversé le premier ministre iranien, Mohamed Mossadegh, le 18 août 1953, après qu’il eut nationalisé le pétrole du pays, selon des documents récemment déclassifiés. Le rôle de l’agence américaine de renseignement était un secret de polichinelle depuis des années, et hante toujours les relations entre les Etats-Unis et l’Iran.

            Dans ces documents internes à l’agence datant des années 1970, récemment déclassifiés et publiés lundi 19 août, le rôle de la CIA est clairement détaillé : « le coup d’Etat militaire qui a renversé Mossadegh et son cabinet de Front national a été mené sous la direction de la CIA dans un acte de politique étrangère », peut-on y lire.


            • robert 9 août 17:22

              @papat
              « après qu’il eut nationalisé le pétrole du pays, » curieux cela me souvient de nombreux autre pays, comme en ce moment le Venezuela.


            • Dom66 Dom66 9 août 11:04

              Bonjour, « mahsomeh raouf »

              Je compatis à votre douleur, et suivant ceci


              « Il a fallu d’un décret religieux (fatwa) du Guide suprême l’ayatollah Khomeiny pour que la tuerie commence. « Tuez tous ceux qui sont en guerre contre Dieu et ennemis de l’Islam »,


              Donc comme « bob14 » ci dessus je pense que c’est le problème de l’Islam des malades.


              Je ne prends pas position en faveur des Mollahs, je n’aime pas les régimes religieux. MAIS :


              Du temps du Chah (ou shah) combien d’iranien ont été tués par la Savak


              « Il était de notoriété publique que la SAVAK soumettait régulièrement ses détenus récalcitrants à la torture physique22. Ryszard Kapuscinsky, auteur d’une biographie du shah, écrivit que la torture était un phénomène récurrent en Perse/Iran, qui n’avait pas évolué depuis 600 ans et l’époque de Timur Lang 23. Kapuscinsky ne tenait cependant pas ces informations d’anciens prisonniers torturés eux-mêmes, mais d’anciens prisonniers qui « en avaient entendu parler » . La SAVAK avait la réputation d’avoir comme méthodes de torture particulièrement cruelles l’administration de chocs électriques, l’introduction de verre pillé ou d’eau bouillante dans le rectum, l’attachement de poids aux testicules et l’arrachage des dents et des ongles 24. Le Daily Mirror rapporta en janvier 1979 : "Les témoignages de victimes prouvent le viol d’enfants en présence de leurs parents, le grillage des victimes sur des lits en fer chauffés électriquement, des lavements d’eau bouillante dans l’anus, l’arrachage d’ongles et de dents. Le poète iranienne Reza Baraheni rapporte dans un livre ses souvenirs des prison du shah, évoquant même des actes de cannibalisme."


              « Khomeini évoqua à plusieurs reprises lors de la révolution 60 000 martyrs victimes du régime du Shah. Mostafa Fateh, membre du parti Tudeh, parla de 18 000 morts » 


              Vous écrivez :

              « La fin du régime semble proche, ils seront certainement jugés par le peuple iranien secondés par des juges internationaux. Mais ils devront rendre compte comme les nazis à Nuremberg ».


              Pour les crimes jugés par des juges internationaux, n’espérez pas trop.


              Question : Quel régime politique souhaitez vous pour l’Iran ??? merci pour une réponse.


              • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 9 août 12:03

                merci d’avoir partagé votre expérience avec nous.


                • sls0 sls0 9 août 14:54

                  @Mazdak Teherani
                  Entre collègues propageant la même propagande US c’était la moindre des choses.


                • Oceane 9 août 16:32

                  @sls0

                  Lol.


                • Dron 9 août 19:50

                  Bel article relatant les méfaits du régime des mollahs islamistes chiites , ces gens sont de dangereux psychopathes et en premier lieu pour leurs propre population. Vivement que ce peuple se reprenne en main et il sait que pour cela il pourra compter sur l’indefectible Soutient des USA et d’Israel.


                  • Dom66 Dom66 9 août 22:25

                    @Dron


                    « et il sait que pour cela il pourra compter sur l’indefectible Soutient des USA et d’Israel ».


                    Le monde entier sait que les USA et Israhell soutiennent que des démocraties…..Je poufff


                    Pour L’Iran petite info

                    La SAVAK


                    Afin de lutter contre la subversion, le MI6 et la CIA mettent sur pied, le 18 octobre 1957, une police politique en Iran, la SAVAK. Ils l’utilisent jusque pour surveiller le Shah. En définitive, elle est reprise en main par le monarque qui nomme à sa tête son ami d’enfance, Nematollah Nassiri.


                    Celui-ci est un entrepreneur israélien, membre du Mossad. Les 15 000 agents SAVAK disposent des pleins pouvoirs pour infiltrer et surveiller le pays et la diaspora. Ils peuvent arrêter et emprisonner indéfiniment toute personne, sans aucun contrôle. Le Shah lui-même se méfie d’eux au point de créer une autre police, le SIB, juste pour surveiller la SAVAK. La brutalité et le sadisme des tortionnaires SAVAK, formés par des instructeurs du Mossad et de la CIA, sont vite légendaires. En 1978 Nassiri ordonne de réprimer férocement les manifestations pour le rétablissement de la république. 17 000 personnes sont tuées et 50 000 sont blessés ou torturés. Après la révolution khomeyniste de 1979, de nombreux hauts gradés de la SAVAK trouveront refuge en Israël et aux USA. …..


                    refuge en Israël et aux USA….exactement comme les « casques blancs et des chefs de Daesh



                  • sls0 sls0 11 août 03:50

                    @Dom66
                    Je n’ai pas noté dron, c’est peut être du second degré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès