• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ite missa est, il quitte la Cène

Ite missa est, il quitte la Cène

La nouvelle a surpris tout le monde. Il pleut sans cesse sur Paris et sur l’Elysée. Il ne le supporte plus. Il a fait son examen de conscience et il a décidé.

Figurez-vous qu’il était venu nous en parler à Paulette et à moi. Ce qui nous rendit plus silencieux qu’à l’habitude ces dernières semaines. Paulette s’était collée une mantille. Moi, j’ai dû installer d'urgence un GPS dans la 404 pour nous préparer un nouvel itinéraire.

Nous, on savait. Il nous en a parlé naturellement, mais sans plaisanter, contrairement à son habitude. Il voulait prendre le pouls de français moyens avant d’annoncer sa décision : la démission.

Il nous a dit qu’il y avait pensé ces derniers mois, souvent le matin en se relevant de son saint siège où son prédécesseur s’était aussi assis et y avait laissé des traces dont il n’arrivait pas à se défaire au point que le mimétisme factuel ne masquait plus les petites mauvaises odeurs du fonctionnement de la Vème République. L’idée que ses brebis se rendaient compte jour après jour qu’il faisait l’inverse de ce qu’il avait dit qu’il ferait le démoralisait.

On lui a dit qu’on ne comprenait pas l’éventualité de sa démission, vu qu’un président doit aller jusqu’au bout de son mandat et mourir à la tâche au service du peuple, sauf De Gaule qui s’était cassé à Colombey. Il a répondu que la Corrèze n’était pas mal non plus, que ce qu’il endurait était déjà trop fatiguant pour lui et qu’il en avait assez d’être à la tête d’une institution chahutée où, comme avant, naissent des scandales. Cahuzac et Findus recevront le message. Et puis, il en avait gros sur la patate de tromper jour après jour, toujours un peu plus, la masse des gens qui l’avaient élu. Mais c’était plus fort que lui, il avait cet irrépressible penchant de faire plaisir à la finance, au patronat et la CFDT. « Je n’ai plus la force, celle de l’esprit et celle de mon corps ne font plus face. Je laisse la place à un plus jeune  ». Valls se frotte déjà les mains. Copé aussi. Si ça se trouve, ils se les frottent déjà ensemble. 

Le carême va être très agité. Il faut vraiment qu’il soit arrivé au bout de ses rouleaux de prières pour en arriver là, et ne plus supporter sa curie.

Mine de rien, il a brisé un tabou. C’est l’aveu d’un homme qui se rend compte qu’il ne peut plus faire prendre des vessies pour des lanternes à ses électeurs, et qui tire la leçon de ses promesses non tenues. Comme quoi le social-libéralisme ébranle les ministères.

Au delà de la démission, c’est pour lui l’acceptation des principes de réalité : il rejoint l’homme de la rue face aux dossiers très sensibles et les changements de la société qui se font maintenant sans qu’il y participe. La reine des Pays Bas l’a fait avant lui.

Ce qu’on peut encore retenir ? C’est que par ce geste, la pédagogie de sa foi politique l’aura mené à essayer en vain de dire les choses de façon plus simple que son prédécesseur, l’essai d’un exercice très humble d’une présidence quand son prédécesseur était une pope star.

Un président qui démissionne, ce n’est pas rien. Il aura eu l’humilité de dire « je n’y arrive plus  ». On peut comprendre : s’il avait rêvé un jour d’être président, il n’avait pas souhaité l’être si tôt : c’est de la faute à DSK.

On l’aura remarqué, à cette heure, ses fidèles ne réagissent pas à l’information… comme si l’homme venait de désacraliser une fonction qui les faisait rois. Pour eux l’avenir s’assombrit, qui verra ouvrir le débat au sein des églises politiques. L’organisation même de la République est en jeu et ne peut passer que par une nouvelle constitution.

Lui, bienheureux, pourra reprendre du poids à partir du 28 févier. Après, l’organisation des conclaves électoraux se mettra en place en les chapelles sixtines.

Le pape, en service minimum, a salué le pontificat de François Hollande et l’a remercié pour son action au service de la paix au Mali contre l’islam et sa fidélité au droit canon à l’aide des Mirages 2000. L’un ne se rendra pas aux JMJ, l’autre aux MJS.
 

Léon

léonetpaulette.fr
http://leonetpaulette.blogspot.fr/
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 12 février 2013 09:24

    Une rumeur donne aussi Elisabeth II sur le point d’abdiquer en faveur de son petit fils William.


    Décidément, il y a une epidemie...



    • Léon et Paulette Léon et Paulette 12 février 2013 09:31

      oui, j’ai entendu ça ce matin aussi, Aldous !!!

      comme un effet boule de neige ?
      Léon

    • morice morice 12 février 2013 11:52

      Une rumeur donne aussi Elisabeth II sur le point d’abdiquer en faveur de son petit fils William.

      on attend alors Monaco, mais va falloir pondre avant.

    • morice morice 12 février 2013 11:51

      c’est quoi le rapport en image avec Hollande ?? aucun. Les rigolos ne savent pas quoi dire alors ils mélangent l’’actu en se croyant drôle. 


      Le pape, en service minimum, a salué le pontificat de François Hollande et l’a remercié pour son action au service de la paix au Mali contre l’islam et sa fidélité au droit canon à l’aide des Mirages 2000.

      c’est du droitisme idiot, c’est de l’humour case LePen : le pape n’a en rien évoqué le "contre l’islam dont ils parlent en noyant le poisson pour faire intelligent. Les deux larrons n’en sont jamais loin, à vrai dire. Pitoyables tous les deux.... des gargarismes, à peine.

      • In Bruges In Bruges 12 février 2013 12:14

        Voulez-vous dire, Monsieur Léon, que la Curie républicaine est une incurie ? Que vous incitez à la curée contre Flamby ?
        Bon, je n’en ai cure.
        Au fait, je n’ai plus de nouvelles de Paulette, avec qui-sauf votre respect - j’avais noué ( euh..) une relation épistolaire soutenue et profonde.


        • leon et paulette leon et paulette 12 février 2013 21:01

          Désolée pour l’infidélité In Bruges. En ce moment à mon travail ils ’testent’ sur nous l’ANI qui sera soumis au vote de l’assemblée nationale. ça fait très très mal alors je suis un peu comme un bébé : je dors, je me réveille, je pleure ... !!! mais sinon, tout va bien et j’espère que vous également.


          Bisou

          Paulette

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès