• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai 30 ans, je vis bien, et pourtant, j’ai rien à (...)

J’ai 30 ans, je vis bien, et pourtant, j’ai rien à perdre

J'ai 30 ans, je vis bien, et pourtant, j'ai rien à perdre.

Combien sommes nous ?
 
J'ai un métier sûr. Je suis Infirmier. 
Une femme que j'aime. Et pourtant, j'ai rien à perdre.
 
Combien sommes nous ?
 
Conscient de la complexité de nos sociétés, je suis encore plus conscient 
de mes lacunes. Je ne dispose pas des bagages nécessaires pour faire
avancer le débat. Je laisse ça à d'autres. 
 
Mais à qui ? N'y a t'il pas de messies ?
 
Une seule certitude, la société dans laquelle je vis, ne me correspond pas.
Pire, les aspirations de cette société m'affligent.
La chefferie qui gouverne nos états et nos entreprises, n'est pas représentative de mes valeurs.
 
Combien sommes-nous ?
 
On nous parle de sécurité, de répression... Moi, ce que je veux, c'est qu'en politique, on nous parle de bonheur.
C'est un sujet important, que les sectes et religions ne peuvent pas traiter seules.
 
Depuis 2008, les crises mettent en évidence, les véritables dirigeants du monde. 
Il ne s’agit pas de ceux que la démocratie à désignés. Mon droit de vote a été usurpé.
Notre droit de vote a été usurpé. 
 
Les indignés, les révolutions arabes, de nombreuses manifestations plus ou moins violentes éclatent de part le monde. 
On nous dit que, pour certaines, surtout les manifestations occidentales, qu’il n'y a pas de projets politiques, pas d'idées. Que cela n'est pas porteur.
 
Ces manifestations, ne sont pas des colloques d'intellectuels. 
Elles me représentent, moi et mes lacunes. Elles représentent le peuple. Elles portent, haut, les couleurs du malaise de nos sociétés.
 
Messieurs les « intellectuels-justes », chaque jours, vous me démontrez sur le net et ailleurs qu'un monde meilleur est possible. Que d'autre solutions existent.
Dépassez les frontières de vos professions, de vos situations, de vos querelles. 
Si vous n'êtes pas ambitieux, donnez de l'ambition à vos idées ! 
Représentez nous !
 
Parce que nous sommes nombreux, à ne rien avoir à perdre ET A ASPIRER AU BONHEUR.

Moyenne des avis sur cet article :  3.98/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • frugeky 18 août 2011 11:02

    Le constat est juste mais a-t-on vraiment besoin d’être représenté ?


    • xray 18 août 2011 20:33

      Nous vivons dans une Oligarchie ! 

      L’oligarchie est un régime politique dans lequel la plupart des pouvoirs sont entre les mains d’un petit nombre d’individus, de quelques familles ou d’une petite partie de la population, généralement une classe sociale ou une caste. 
      La source de leur pouvoir peut être la richesse, la tradition, la force militaire, la cruauté...

      L’EUROPE des curés
      http://mondehypocrite.midiblogs.com/ 

      Axe CIA-VATICAN 
      http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/29/axe-cia-vatican.html 



    • jaja jaja 18 août 2011 11:16

      Ce n’est pas aux « intellectuels » de représenter qui que ce soit. Le changement réel c’est la démocratie directe où chacun(e) s’informe puis tranche au sein du groupe...

      Effectivement les émeutiers, les indignés et le mouvement ouvrier classique sont trois secteurs du peuple. Il doivent s’unir et ainsi nous ne laisserons plus aux seules Révolutions arabes le privilège de faire trembler les oligarchies capitalistes qui prétendent diriger nos vies.


      • jaja jaja 18 août 2011 11:24

        J’ai oublié de dire bon article et bienvenue à ce nouvel auteur....


      • jaja jaja 18 août 2011 12:42

        Les intellectuels n’ont pas pour rôle de représenter leurs congénères, de se substituer à la démocratie, de devenir les « chefs » de la masse des gens du peuple. Par contre assumer leur rôle dans le monde des idées, par exemple, est évidemment essentiel...


      • Le Yeti Le Yeti 18 août 2011 13:07

        Il ne faut pas confondre gentillesse ou tolérance avec faiblesse.
        A méditer ...
         ;o)


      • siwalk 19 août 2011 12:29

        Bonjour !
        Bien sûr, les émeutiers sont 100% capitalistes et consuméristes. C’est même, une caricature du système actuel.

        Pour autant, les émeutiers ont des choses à dire. Leurs actes sont collectifs et médiatiques. Mais les moyens d’expression employés ne sont pas porteurs. Ils enferment leurs auteurs.


      • jaja jaja 19 août 2011 12:37

        Les émeutiers capitalistes ? Alors juste un instant car ils ne détiennent pas longtemps les moyens de production... smiley

        Plus sérieusement une analyse sérieuse de ces émeutes :

        http://www.npa2009.org/content/retour-sur-les-%C3%A9meutes-la-voix-des-sans-pouvoir



        • Le Yeti Le Yeti 18 août 2011 12:52

          Ce ne sont pas les messies qui font défaut mais les oreilles pour les entendre et surtout les cœurs pour les suivre.

          Il y a un an, sur un forum qui posait la question de sauver le monde, je répondait :
          « Sauver le monde ? Mais cela à déjà été fait il y a 2000 ans : aimez-vous les uns les autres. »

          Philosophie Yétite : « Le plus difficile n’est pas de savoir mais d’accepter. »

          On est déçu lorsque l’on a placé des attentes au delà de ce que la réalité permettait, autrement dit lorsque l’on réalise que l’on a en toute insouciance pris ses rêves pour des réalités.
          Le bonheur est l’état naturel dans lequel on se trouve lorsque l’on AGIT dans le respect l’ordre des choses. Pour cela il suffit en grande partie de faire CONCRÈTEMENT preuve de bon sens.
          Ce n’est pas en se voilant la face et en refusant de voir ses soucis ou les risques que l’on est heureux ; on n’a alors juste l’impression folle qu’on va l’être.

          A défaut de pouvoir changer quelque chose, on peut refuser de le cautionner (et encore une fois AGIR en conséquence).
          Il n’appartient qu’à chacun d’entre nous d’être son propre messie.

          Bizatouss !


          • Le Yeti Le Yeti 18 août 2011 12:54

            Nous sommes nous fais voler notre humanité ou bien l’avons simplement abandonnée ?
             ;o)


          • Le Yeti Le Yeti 18 août 2011 13:22

            smiley)

            Extrait de mon profil Agoravox : « Orientation religieuse : je crois en Dieu, pas en l’Eglise (vaticane). »

            Qui à dit que l’Église avait le monopole de la chrétienté, à part elle-même ?
            Et qui est donc cette « grande prostituée » dont l’époux est encore en vie dont nous parle les Révélations de St Jean de Patmos ?

            De plus, la Bible, pour ne citer qu’elle, même dépouillé de toute dimension religieuse, demeure un excellent ouvrage plein de sagesse et d’enseignement.

            « - Aime ton prochain comme toi même.
            - Heu ... Oui mais heu comment c’est’y que j’fais ?
            - Commence par ne pas faire aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse. »
            Il me semble que rien que ça, le plus laïquement du monde, cela changerait déjà pas mal la situation.


          • manusan 18 août 2011 12:59

            Meme situation que l’auteur à peu de chose près ... et justement tout à perdre.

            Pourquoi ? parce que les banques d’affaire mondiale et leurs gouvernement-valets nous prépare la méga-stagflation mondiale qui ruinera les classe moyenne trentenaire et papy-boomer.

            Comment ? en continuant à imprimer de l’argent à partir de rien, en contrôlant la masse monétaire et en continuant à fusionner les banques d’affaire et banques de Dépot/commerciale.

            Le but ? installer la première dictature mondiale basée sur une oligarchie de financiers et de vendeurs d’armes.

            Les prochaines réformes pour y arriver ? obliger les gens à utiliser une monnaie électronique , en toute circonstance, même petits achats, et se positionner comme intermédiaire obligé à chaque transaction commerciale et ainsi contrôler la population.

            son nom ? le fascisme digital.


            • jako jako 18 août 2011 13:51

              Il est bien votre texte, merci.
              Combien somes-nous ? je pense la plupart, très peu de gens pourrissent la vie au plus grand nombre , mais quand on met le doigt dans le tr.. du c.. du diable, faut pas qu’il se retourne....


              • foufouille foufouille 18 août 2011 14:06

                pour avoir rien a perdre, faut avoir rien !
                y compris la vie, la sante ..........


                • leguminator 18 août 2011 14:09

                  Bravo pour ce billet qui décrit terriblement bien le présent.

                  J’ai le même profil que l’auteur : la trentaine, un travail, un logement, une femme, un enfant. Pas riche, mais pas en galère permanente non plus. Bref je vis bien et je n’ai pas à me plaindre... Enfin je n’aurais pas à me plaindre si les projets de société imposés par nos élites cadraient avec mon idéal de vie qui est différent de ce qu’ils nous proposent : je n’ai ni envie de gagner plus, ni envie de travailler plus longtemps, ni envie de rassurer les marchés, ni envie de faire le flic-citoyen.

                  Bref essayer de vivre en harmonie (toujours toute relative) avec les autres humains sans forcément essayer de les entuber.


                  • aobc 18 août 2011 16:22

                    Bonjour a Vous,

                    « Combien sommes-nous ? »

                    Mais vous êtes l´écrasante majorité – nom d´une pipe.
                    Vous êtes la partie essentielle de la vie collective qui ne fonctionne pas une seconde sans Vous.
                    Ils ont vitalement besoin de Vous – PAS VOUS DE EUX.

                    Vous, l´auteur, par exemple, êtes infirmier – alors vous pouvez sauver des vies. PAS MOINS QUE CA !
                    Et non pas ceux qui font des discours de merde pseudo-savant en tous genres – toujours basées sur des PEURS FABRIQUÉES pour vous faire croire que c´est vous le dépendant - C´EST L´INVERSE.

                    Qu´est-ce qu´ils font si vous ne leurs nettoyez pas leurs (vielles) fesses – hein ? Ils vont le faire entre eux ?

                    Vous êtes des personnes d´un Etat d’esprit normal qui ne peuvent pas croire, pas comprendre que d´autres sont aussi mauvais et destructif : „ Je détruis. Pourquoi ? Par ce que je peu le faire.“

                    Vous n´avez en rien de materiél, de vital besoin de vieux ( ou jeunes ) narcissiques, parasites, de chef-rebell, chef-dirigeant, chef – de tout genre, qui Vous raconte être indispensable pour faire VOTRE vie !

                    Vous avez été aveuglé pour Vous faire croire qu´il Vous faut un autre qui pense à Votre place, que „ les choses sont tellement compliquées“ . Mais - alors qu´ils les gardent !

                    C´est ca la methode, la carotte pour Vous faire marcher .

                    Non, il n’y a rien de compliqué EN PLUS,
                    RIEN DE NOUVEAU - 
                    pas de mystère a rajouté a cette vielle chose „simple“ – la vie…. :

                    OSE TE servir de TON propre cerveau et prends la vie en main – la TIENNE tout d´abord.

                    D´une autre planete ? , cordialement aobc


                    • lemouton lemouton 18 août 2011 16:58

                      "c’est ce qui c’est passé pendant 30 ans, mauvaise nouvelle, il est l’heure de passer à la caisse et de payer les factures (financières, sociales et écologiques)...."

                      —> allez chiche !!  smiley
                       —> et si on passait à la caisse proportionnellement à l’enrichissement que nous ont amenées ces 30 années ??  smiley

                      +1 pour la citation de Monsieur Frêche smiley


                    • siwalk 19 août 2011 12:53

                      Pfiou !!

                      Ce que tu veux dire : C’est qu’on nous aurais mentis, et que le troupeau d’autruches qui correspond à la classe moyenne déclinante dont je fais partis, a laissé faire..par confort.

                      1. La classe moyenne déclinante n’est pas responsable des mensonges de campagnes. Un élément de plus qui démontre que la société actuelle est perverti.

                      2. On nous a fais croire que l’achat, nous rendrais heureux. La fin de cette société de consommation est une nouvelle réjouissante.

                      A condition, que nous saisissions cette opportunité maintenant.

                      Pour la saisir, il faut des gens qui ont soif de changements, mais surtout,et avant tout, il faut la fin du système actuel. 

                      Pour y mettre fin, malheureusement (l’homme est égoïste), il faut des gens qui n’aient rien à perdre. Ou qui considère n’avoir rien à perdre.

                      Je n’ai rien à perdre, c’est une chance.
                      Nous sommes nombreux, dans ce cas, s’en est une autre.






                    • Traroth Traroth 18 août 2011 17:30

                      Malheureusement, ce n’est pas (seulement) un problème d’élite. Tant que les citoyens ne se rendront pas compte de la nécessité de se responsabiliser politiquement, la démocratie ne sera qu’un exercice vain, une parodie. Les gens s’imaginent qu’ils peuvent voter toutes les quelques années en choisissant leur bulletin au petit bonheur, et que le système va fonctionner correctement. Ce n’est pas sérieux ! S’il y a bien un domaine où je ne partage pas du tout le point de vue marxiste, c’est bien celui-ci : s’il est vrai que les médias abreuvent le peuple de sornettes et de propagande, j’ai quand même l’impression que le peuple se laisse faire bien facilement. Il est clairement plus facile d’intéresser les gens à la Star Academy qu’à une émission politique, et tant qu’il en sera ainsi, rien ne changera !


                      • foufouille foufouille 18 août 2011 17:53

                        200a de formatage republicain, ca aides un peu


                      • DonKiChut 18 août 2011 17:39

                        Je ne comprends pas le « pourtant, jai rien à perdre » du titre !!

                        • 30 ans , c’est la jeunesse : vous la perdez un peu plus chaque jour !! ( les retraités, les séniors sont au moins sur ce point plus mal lotis que cette « malheureuse jeunesse » sur laquelle nos médias font mine de s’apitoyer, par simple calcul ...)
                        • je vis bien : tous les chômeurs, RSAistes, SDF, vieux et malades ne peuvent pas en dire autant ! ...
                        Vous dites :
                         « Moi, ce que je veux, c’est qu’en politique, on nous parle de bonheur.... »

                        Et même le roi avait la délicatesse de dire « Nous voulons ... »

                        Beaucoup d’indignés, qui font face au déclassement, à l’injustice, à l’exclusion ... risquent de ce sentir snobés par cet objectif intellectuel de « recheche de bonheur » : ils se contenteraient bien, dans un premier temps, d’une recherche de justice (certains disent « justice sociale » ... tant « justice » leur paraît surnaturel !) . Ils ne croient pas pas que le bonheur s’achète, ou puisse être distribué par des politiciens, ni même par des représentants du peuple , et encore moins par des « intellectuels-justes » ! 
                         Ils auraient besoin, non pas pour obtenir le bonheur, mais pour éviter le malheur, que celles et ceux qui ont bien plus qu’eux à perdre arrêtent cette complicité avec l’injustice, qui ne sert qu’à relativiser et banaliser l’inacceptable !






                        • Le Yeti Le Yeti 18 août 2011 18:23

                          Sans vouloir parler pour Siwalk, je crois comprendre qu’il parle de ça.

                          Si c’est bien le cas, je plussoie presque ... Presque mais pas. Je ne sait pas si c’est mon sang Corse ou Celte qui veut ça mais il me reste UNE chose à perdre : moi-même, mon âme.
                          Desabusé, oui, résigné, JAMAIS !
                          No pasaran ...
                          (Et ce n’est pas mon meilleur ami, Basque -ça ne s’invente pas-, qui dira le contraire !)

                          Allez les biquets : Force et robustesse !


                        • siwalk 19 août 2011 11:13

                          La quête du bonheur, n’est pas un objectif intellectuel intermédiaire ou secondaire. Mais un but que nous cherchons tous à atteindre. Peut être, malgré vous ?!


                          C’est un prisme, par lequel, chaque décision politique devrait passé. Et se justifier.

                          C’est un objectif rassembleur, qui englobe les questions de justices et d’équités. Ce n’est pas ambitieux. C’est une demande légitime :
                          => Recentrer nos sociétés sur l’essentiel. Pour ma part (et pour beaucoup, j’en suis sûr), rendre le bonheur accessible à tous. 

                          « Eviter le malheur » ; je ne crois pas que ce soit, ce qu’ils (les indignés) revendiques. Ils sont un peu plus optimistes et idéalistes.
                          Enfin, c’est aux gens un peu mieux lotis mais pas satisfaits de rejoindre leurs actions.




                        • DonKiChut 18 août 2011 17:42

                          oups ! erreur de manip dans mon auto-correction ? ... : lire « ... risquent de se sentir snobés » !.. "


                          • lemouton lemouton 18 août 2011 18:41

                            je plussoie la réflexion de DoniKiChut..

                            « Je ne comprends pas le »pourtant, jai rien à perdre« du titre !! »

                            parce que "

                            J’ai 30 ans, je vis bien, et pourtant, j’ai rien à perdre
                            —> oui vous avez à perdre ça

                            • Defrance Defrance 18 août 2011 19:08

                               Bien vu l’auteur,

                               Vous n’êtes malheureusement pas seul ? j’ai des enfants de votre age qui ont a peu prés le même état d’esprit ! Mais croire que l’on peut compter sur les Zelites est une grave erreur , je pense même que si la vie était plus facile dans les années 50-60 c’est justement parce que les Zelites étaient globalement neuves, pas encore trop fricocarisées ! ( celles de Pétain étaient en taule ou en fuite a quelques exceptions prés dont un célèbre décoré de la Francisque) !


                              • Mugiwara 18 août 2011 20:45

                                bon article. 


                                • siwalk 19 août 2011 11:14
                                  Bonjour à tous,

                                  Dès qu’on parle de Bonheur, la moitié des lecteurs y voit de la puérilité, de la naîveté..

                                  Et l’autre moitié, fait référence à un/des états vécus, plus ou moins longs et plus ou moins aidés.

                                  - La question du bonheur en politique, c’est plutôt la question de l’accessibilité, à tous, au bonheur.

                                  - Le bonheur, ce n’est pas seulement un état dans lequel, on ne manque de rien. Nous ne sommes pas des animaux. Nous avons besoin d’agir, en accord, avec notre système de pensée.

                                  ==>Par exemple, votre proposition, est grotesque et simpliste. Elle ne peut satisfaire personne.
                                  Je n’ai donc rien à voir avec votre chien mais passez lui le bonjour !


                                • Gérald 19 août 2011 09:06

                                  entièrement d’accord avec le dernier commentaire,
                                  soyons heureux aimons nous les uns les autres..

                                  C’est utopique et pas dans la nature humaine...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

siwalk

Infirmier.


Voir ses articles







Palmarès



Partenaires