• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai fait le rêve de la transition ethnologique

J’ai fait le rêve de la transition ethnologique

Nous sommes, nous occidentaux, les héritiers de la période post nietzschéenne suite à la mort de Dieu. Nos peuples ont progressivement dérivé vers une période nihiliste « Tout est permis puisque rien n’a de sens. » qui promeut le droit inconditionnel de s’approprier tout ce dont nous avons envie puisque nous allons mourir et disparaître sans la consolation d’un paradis possible. Heureusement, nous ne sommes pas tous Raskonikov et n’avons pas envie d’explorer notre toute puissance en tuant notre voisine âgée mais nous avons besoin, tous, de trouver une utilité à notre vie pour accepter notre mort future.

L'idéologie capitaliste est venue panser cette plaie existentielle en nous prônant l’argent et la consommation comme nouvelle foi depuis le debut du 20 ème siècle. Nous avons franchi deja deux décennies du 21 ème siècle avec cette foi dans le pouvoir du capital pour calmer notre mal existentiel. Quelle est notre mission de vie ? Le s.o.s ( save our soul) du terrien en détresse est de nouveau au cœur de l’actualité avec la peur du coronavirus. Pourquoi je vis et pourquoi je meurs ?

Est-ce que demain, si je meurs avec de l’argent sur mon compte bancaire, j’aurai l’impression d’avoir réussi ma vie ? Est-ce que si je travaille tous les jours 15 heures par jour pour amasser plus d’argent pour avoir une belle voiture ou une belle maison, j’aurai l’impression d’avoir accompli ma mission de vie ? Est-ce que le jour où je serai mourant, je me dirai « j’ai eu une belle vie parce que j’ai eu une Rolex ? »

Est-ce que ce principe du capital au dessus de tout peut justifier l’appauvrissement et la famine d’une partie non négligeable d’êtres humains sur cette terre ? Est-ce qu’il est légitime d'asservir et de tuer des animaux pour vivre ? Est-ce qu’il est légitime de détruire des forêts entières pour faire de l’huile ou des meubles et de prélever jusqu’à plus soif toutes les ressources naturelles de la planète ? Est-ce que l’homme ne devient pas le cancer de la faune et de la flore pour la planète qui l’héberge ?

Est-ce que toutes ces interrogations ne sont pas prioritaires par rapport à celle d’une contamination possible de personnes vulnérables par un virus, quel que soit le virus ?

Est-ce qu’il est normal de transférer les personnes âgées en fin de vie à l’hôpital et les laisser mourir seuls plutôt que de les garder à leur maison et d’autoriser à une forme d’ « extrême onction » non avec des curés mais avec les proches et les amis pour accompagner le mourant en fin de vie ?

Le principe « On ne débloque une situation qu’en se remettant en cause soi-même » est on-ne-peut-plus-actuel avec cette actualité d’un virus qui menacerait le genre humain.

Et nos élites se délectent de la peur engendrée pour nous rendre tous un peu plus esclaves. Les générations futures gagneront contre leurs élites lorsqu’ils auront trouvé le bon sens perdu qui peut relier le travail, l’argent et l’estime de soi et la résilience nécessaire face à l’interrogation existentielle de tout être humain vis à vis de sa propre mort.

Le surhomme dont parlait Nietzsche sera plus fort s’il devient résilient par rapport à sa condition de mortel et sa résilience ne pourra se faire que dans ce que les philosophies orientales appellent amour universel, qui en fait est une compréhension et appréhension de chacun comme un élément du Tout ... Mon surhomme, qui peut être aussi une surfemme prolonge ses pieds et ses mains comme des racines pour se connecter aux autres, humains, animaux, plantes ... Il ne craindra pas la mort ni un virus car il saura qu’il a en lui toutes les potentialités pour éliminer tout agresseur.

En cette période de confinement, et de post confinement, où nous sommes confinés derrière nos masques, je pense aussi à Robinson Crusoé de Michel Tournier et j’espère que cette période nous sera profitable.

Échoué seul sur une ile déserte après le naufrage du navire, Robinson passe par plusieurs phases lors de son exclusion forcée de la civilisation : il sombre d’abord dans le désespoir et il se baigne dans la boue, il se laisse aller à la paresse... Puis se lassant de cette paresse, il traverse une phase constructrice et se lance alors dans le travail et il organise sa vie pour retrouver un semblant de civilisation, celle qu’il a connue avant. Il construit une maison, cultive, crée tout le confort qu’il a vécu avant ! Il recueille ensuite Vendredi, un Indien qui détruit par accident tout ce que Robinson avait construit. Robinson lui en veut tout d’abord et est très en colère puis il en vient à emprunter peu à peu la vie du « sauvage », c’est-à-dire du non-civilisé. Son séjour prolongé sur l’ile et l’influence de son compagnon vont peu à peu le transformer et le libérer des principes et croyances qui l’entravent depuis l’enfance : pour plagier les philosophies dites new age, et qui ne sont pas si new puisque Robinson y vient aussi, il parvient à privilégier l’être plutôt que l’avoir ou le faire. Et lorsqu’un bateau aborde enfin l’ile, 28 ans après la catastrophe, Robinson décide finalement de rester sur ce petit bout de terre, loin de la vie civilisée.

Il avait atteint la phase de non retour.

Je ne souhaite pas atteindre cette phase de non retour donc aujourd’hui j ai un rêve. I have a dream,

Moi , citoyenne de ce monde, citoyenne lambda qui me suis bien souvent ennuyée à l’école mais qui n’y ai jamais mis le bazar, je rêve d’une école à la finlandaise. Je rêve d’une école où si on interroge un professeur de math sur ses élèves, il réponde « le principal, c’est qu’ils soient heureux. » Je rêve d’une école qui formera des citoyens suffisamment orgueilleux pour ne se sentir jamais inférieur à quiconque quelles que soient ses origines sociales mais suffisamment humbles pour ne jamais se sentir supérieur à quiconque, je rêve d’élèves concernés et impliqués dans les apprentissages, et qui acceptent en pleine conscience d’avoir leur place dans le monde et d’y apporter une contribution généreuse en terme d’empathie et d’amour universel. Après tout, c’est eux qui vont assurer la continuité !

Et J ‘ai un rêve plus ambitieux que tous, nous prenions le chemin d’une transition ethnologique, qu’on devienne, une petite partie du tout. Humains, animaux et plantes. Les animaux et les plantes y parviennent naturellement, pourquoi pas nous ?

Je réécris ici ma revisite du discours de Martin Luther King, mon message in a bottle :

I say to you today, my friends, so even though

we face the difficulties of today and tomorrow,

I still have a dream.

It is a dream deeply rooted in the Human dream.

I have a dream that one day this nation will rise up

and live out the true meaning of its creed :

“We hold these truths to be self-evident : that all men are created equal.”

I have a dream that one day the sons of former slaves

and the sons of former slave owners will be able

to sit down together at a table of brotherhood.

I have a dream that one day the world will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin or their money but by the content of their character.

I have a dream today !

I have a dream that one boys and girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.

I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted,

every hill and mountain shall be made low,

the rough places will be made plain

and the crooked places will be made straight

and the glory of love shall be revealed

and all flesh or sap shall see it together.

 

 

Je rêve qu’un jour, notre nation se lèvera pour vivre véritablement sa conviction : “Nous tenons pour vérité évidente que tous les hommes ont été créés égaux.”

Je rêve qu’un jour les fils d’anciens esclaves ( nous) et les fils d’anciens propriétaires d’esclaves ( les élites) pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu’un jour, le monde sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

Je rêve que Les enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, ou leur argent mais sur la valeur de leur caractère. Je rêve aujourd’hui !

Je rêve qu’un jour, les petits garçons pauvres et les petites filles pauvres avec les petits garçons riches les petites filles riches pourront se donner la main, comme sœurs et frères.

je rêve que les animaux et les humains, les plantes et les humains puissent vivre comme frères et sœurs.

Je rêve aujourd’hui.

Je rêve qu’un jour toute vallée sera élevée, toute colline et toute montagne seront aplanies,

Les endroits vallonnés deviendront plaines et les chemins tortueux deviendront droits,

Et la gloire de l'Amour sera révélée et tout être de chair ou de sève la verra. »


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 octobre 2020 09:56

    La vie, ou on la rêve ou on la vit.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 octobre 2020 10:12

      @Séraphin Lampion

      Une vision moins angélique que celle de MLK  : lien.

      (lien dans le sous-titre duquel on voit apparaitre le mot « séparatisme », encore un faux-ami, concept américain transposé au mot-à-mot, sans périphrase, par la com. Macronienne).


    • Samson Samson 6 octobre 2020 10:30

      @Séraphin Lampion
      « La vie, ou on la rêve ou on la vit. »
      Sans rêve, sans utopie pour la porter et lui donner sens et direction, ne s’expose-t-on avant tout à la subir ???


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 octobre 2020 11:12

      @Samson

      un projet et un objectif ne sont pas des rêves, mais des intentions
      le rêve, c’est l’utopie, en effet
      les militaires ont un but (gagner), et une stratégie qui fixe des objectifs planifiés, mais ils peuvent perdre si leurs stratèges confondent réalité et rêves
      or, Tartiflette vous a expliqué : nous sommes en guerre
      il a simplement oublié de continuer la phrase : ... les uns contre les autres

      les rêves ? c’est l’opium du peuple, ça permet de se masturber faute de mieux


    • Kapimo Kapimo 6 octobre 2020 15:40

      @Séraphin Lampion

      La vie, ou on la rêve ou on la vit.

      C’est vrai ça. Le paradoxe, c’est qu’il semble bien que les hommes de pouvoir, ceux qui ont vraiment les leviers et modifient les conditions de leurs semblables au travers de guerres et de crises organisées (Covid ?), se raccrochent tous à des confréries aux prétentions ésotériques ou occultistes.
      Les fameuses « forces de l’esprit » vantées par Mitterrand, ce « quelque chose qui dépasse, qui vous dépasse » de Macron (https://www.youtube.com/watch?v=nLUP-ShxQz0)..

      .
      Il est donc à mon avis extrêmement peu pragmatique de laisser le champ spirituel libre aux politiciens et autres requins de la finance.
      La nature a horreur du vide, et il est préférable pour la masse que le champ du spirituel soit investi par des « utopies » collectives bienveillantes plutôt que par un faux vide matérialiste laissant toute liberté aux tenants de suprémacismes divers et variés. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 octobre 2020 16:15

      @Kapimo

      ils en ont rien à foutre de l’occultisme et autres conneries
      ce qui compte pour eux, c’est les réseau !


    • Kapimo Kapimo 6 octobre 2020 17:18

      @Séraphin Lampion

      Le réseau est la préoccupation première, mais ces réseaux n’en restent pas moins sous la coupe de systèmes de pensée ésotériques.
      Si Mitterrand finissant s’est fendu d’un laïus en direct TV sur les forces de l’esprit, c’est bien qu’il y tenait (et il faut voir toutes les constructions FM qu’il a réalisé avec de l’argent public). Tout un tas de lois sont rédigées dans les loges en cohérence avec le système de pensée « humaniste ». Et je ne parle pas des réseaux mondialistes et de leur projet suprémaciste pourri qui quand on y regarde de près est parfaitement synchrone avec le messianisme cabalistique.
      L’appartenance aux dits réseau nécessite de donner des gages en terme de conformité implicite ou explicite à l’humanisme anti-chrétien (antéchrist).

      Les populations sans projet collectif (croyance) sont sémantiquement et effectivement démunies face à ces réseaux activement nocifs.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 octobre 2020 17:47

      @Kapimo

      c’est vrai qu’il était sous l’influence d’

      Élizabeth Teissier !

    • Kapimo Kapimo 6 octobre 2020 19:15

      @Séraphin Lampion

      Je pense que le monde serait nettement plus fun et en bien meilleur état si les réseaux de pouvoir s’en remettaient à l’Astrologie et non pas à leur système de clergé pseudo-cabalistique pour ne pas dire pire.
      « l’astrologie n’a jamais tué personne, contrairement à la médecine » E.Teissier


    • Garibaldi2 7 octobre 2020 11:40

      @Kapimo

      La médecine a sauvé des millions de gens, contrairement à l’astrologie qui n’a jamais guéri personne, et qui fait croire aux gens que leur vie est dictée par les étoiles et qu’on ne peut rien faire contre son destin.


    • Kapimo Kapimo 7 octobre 2020 23:58

      @Garibaldi2

      Oui, c’était une boutade.
      Parce que malgré tout, l’astrologie est préférable aux kabbalisme en terme de nocivité. Donc il vaut mieux un président sous influence des astrologues que perclus de maçonnerie kabbaliste.


    • Étirév 6 octobre 2020 10:11

      Le bonheur n’est pas ce qu’on a, mais ce qu’on EST.
      NB : Pour info, la science de Nietzsche n’est pas à lui. Il est philologue, il étudie les textes antiques et nous les traduit. C’est un plagiaire des idées lointaines, celles que personne ne réclame, c’est pour cela qu’il est quelquefois étonnant, il nous rend des idées féminines qu’il attribue à l’homme supérieur, le suprahumain.


      • ticotico ticotico 6 octobre 2020 13:10

        @madame Sarah

        J’ai une solution pour vous : venez habiter à Cuba.

        Le racisme n’y a pas disparu, les smartphones y sont présents, mais...

        ...la solidarité entre générations et entre voisins y est un ciment bien palpable, les gros durs tatoués cèdent leur place aux mamies dans le bus, les relations humaines sont semblables à celles en vigueur ici dans les années 50 et, surtout, faute de pouvoir participer à la course à la conso, l’immense majorité de la population privilégie les plaisirs gratuits, la fête, la musique, la danse, l’amour, l’humour...

        En ce moment, la situation est particulièrement tendue, mais malgré les pénuries et une gestion de crise souvent absurde, les cubains n’ont pas tout perdu de leur envie de profiter de la vie, telle cette infirmière retraitée qui interprète l’injonction gouvernementale « restez à la maison »...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2020 13:15

          Je suppose que vous rêvez aussi que le loup affamé ne mangera pas la brebis. Ou le lion la gazelle. Je préfère le réel et apprendre à y survivre...Il n’y a pas de bien sans mal... 


          • Samson Samson 6 octobre 2020 15:02

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            « Je suppose que vous rêvez aussi que le loup affamé ne mangera pas la brebis. »
            Ce qui n’est pas un « rêve », mais une illusion !
            Si même il est subjectif, le rêve ne relève-t-il pas, au même titre que la matérialité au niveau objectif, de l’ensemble du « réel » ?
            Qu’avez-vous donc retenu de Jung ???

            En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2020 15:10

            @Samson ombre et lumière... Cordialement ;


          • ZenZoe ZenZoe 6 octobre 2020 16:26

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Je vous plusse. Vous voyez bien clair et juste (malgré vos tirades souvent occultes smiley ).
            Quant à l’auteur et son bisounoursisme puéril, comment dire.... Ses petits élèves auront déteint sur elle sans doute...


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2020 16:38

            @ZenZoe Merci, ce genre de rêves me font plutôt frémir. On voit le résultat avec le passage d’OBAMA,....on est bien redescendu de notre nuage. J’ai toujours préféré les personnes réalistes qui proposent des projets en tenant compte de toutes les facettes de l’humain,... L’utopie mène généralement à la catastrophe...


          • ZenZoe ZenZoe 6 octobre 2020 17:24

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Exactement !


          • Iris Iris 6 octobre 2020 17:35

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Et de riches sans pauvres ?


          • Fergus Fergus 6 octobre 2020 20:29

            Bonsoir, Mélusine et ZenZoe

            Entièrement d’accord avec vous deux !


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2020 13:48

            Je préfère de loin les Décroissants. Eux au moins ne se font aucune illusion sur le monde. Et d’ailleurs, ils n’ont pas vraiment de mouvements politiques. Ils se choisissent un petit îlot de paradis. Lire Jean-Francois Vézina : Apprivoiser son petit dictateur et construire en soi sa propre démocratie. 


            • xana 6 octobre 2020 16:27

              Bonjour, Sarah Volt.

              J’ai bien aimé votre article.

              Il y a une chose que je ne comprend pas : C’est cette peur de mourir qui semble s’être emparé de nos concitoyens.

              Ma propre mort n’est pas un mystère effrayant, je le sais depuis tout petit. Tout en vivant, je m’y prépare sans difficulté. Je peux toujours me décider à quitter la vie, quand je le voudrai (et depuis longtemps j’ai fait mes préparatifs), et la vie que j’ai c’est moi qui la choisis.

              Je ne comprends pas pourquoi des gens qui n’ont jamais rien réalisé (et qui ne réaliseront rien) ont peur de mourir. A mon avis, c’est une attitude dictée par la mode. Une mode dans une société où on cache la mort, pour ne pas paraître « négatif ». Et où la vue d’une gouttelette de sang est devenue insupportable.

              Pauvres idiots.


              • Iris Iris 6 octobre 2020 17:03

                @xana

                La peur de la mort est très répandue et a toujours existé, c’est bien pour ça qu’on essaie de nous vendre le paradis.
                Elle peut être toxique lorsqu’elle empêche de vivre heureux, elle peut être vitale lorsqu’elle empêche de faire de grosses conneries.
                 

                Pauvres idiots.

                Bof, ça n’était pas indispensable. 

              • AlLusion AlLusion 6 octobre 2020 18:42

                @xana

                 C’est à cause de la « peur paralysante » smiley


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2020 17:08

                Personnellement j’ai une utopie. Vivre dans un monde où les êtres humains seraient plus matures et lucides. Là, c’est complètement raté...


                • Loatse Loatse 6 octobre 2020 17:43

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Perso, je pense que je vais laisser les nouvelles générations façonner le monde à leur image et me contenter de sublimer l’existence....


                • AlLusion AlLusion 6 octobre 2020 18:44

                  @Loatse

                   Très bonne réponse.... Savourez l’instant....


                • Yann Esteveny 6 octobre 2020 18:05

                  Message à Madame Sarah Volt,

                  Ce n’est pas Dieu qui est mort mais c’est Friedrich Nietzsche qui allait mourir.
                  Il aurait fallu qu’il l’accepte.

                  Respectueusement


                  • AlLusion AlLusion 6 octobre 2020 18:36

                    Un film à regarder « C’est arrivé près de chez vous » en gardant le sourire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité