• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai lu le nouveau Houellebecq... et j’ai aimé...

J’ai lu le nouveau Houellebecq... et j’ai aimé...

JPEG

Drôle, bouleversant, pathétique, le nouveau roman de Houellebecq est arrivé... Un roman qui reflète les réalités de notre temps : le capitalisme qui génère incertitudes et angoisses, les autoroutes et leurs défilés de camions interminables, l'agriculture en perdition, les paysans en détresse, l'horreur des élevages en batterie, la mondialisation, la solitude de l'homme moderne... et bien sûr l'usage d'antidépresseurs dont les effets peuvent être délétères, ce qui donne son titre au roman Sérotonine, l'hormone du bonheur.

 

Non, ce n'est pas un roman à suspense, mais on ne le lâche pas : Houellebecq pratique l'esthétique de la surprise, de l'étonnement, un humour constamment décalé dans des situations douloureuses et difficiles.

Il dépeint le dérisoire de la vie. 

 

Non, ce n'est pas un roman de style classique : on suit les méandres de la pensée du narrateur dans de longues phrases sinueuses. Ce n'est pas un hasard si on parle de style Houellebecquien : le style de cet auteur est bien caractéristique.

 

"Montrer la médiocrité du monde, sur le fond d'une aspiration à l'infini...", c'est ainsi qu' Agathe Novak-Lechevalier définit le style de Houellebecq.

 

Alors bien sûr, on retrouve sous la plume de Houellebecq un langage cru, parfois choquant : on y parle de "bite", de "chatte", et les aventures sexuelles du personnage principal Florent-Claude Labrouste jalonnent le roman.

Houellebecq n'oublie pas de passer en revue toutes sortes de déviances sexuelles : zoophilie, pédophilie, nymphomanie...

 

Le monde qu'il décrit est assez désespérant, mais la figure de Camille vient apporter un réconfort au narrateur : une image de jeunesse, de pureté et d'innocence.

Camille est un personnage lumineux, plein de générosité et d'empathie.

Et c'est à cause d'une banale "histoire de cul" que le narrateur perd celle qu'il aime.

 

On est ému aussi par le personnage d'Aymeric, ce fils d'aristocrate devenu agriculteur qui ne parvient plus tout simplement à vivre de son travail... il s'exprime ainsi : "Moi j'essaie de monter quelque chose, je me crève au boulot, je me lève tous les jours à cinq heures, je passe mes soirées dans la comptabilité- et le résultat, en fin de compte, c'est que j'appauvris ma famille."

Triste constat ! Le travail ne parvient plus à rémunérer correctement les gens, le travail ne fait qu'appauvrir ceux qui triment. 

L'agriculture est sacrifiée, "pour arriver aux standards européens... ce qui se passe en ce moment avec l'agriculture en France, c'est un immense plan social, le plus gros plan social à l'oeuvre à l'heure actuelle, mais c'est un plan social secret, invisible, où les gens disparaissent individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM.", déclare le narrateur.

 

Certains portraits de personnages sont particulièrement savoureux, par exemple, le docteur Azote dont les prescriptions sont pour le moins étonnantes...

Le narrateur Florent-Claude Labrouste est un anti-héros souvent pris en défaut, un être humain avec toutes sortes de faiblesses et de manques.

Pourtant, c'est souvent avec humour qu'il révèle ses failles, ses difficultés.

 

Houellebecq rend compte de notre monde : c'est un auteur réaliste qui se livre à une satire acerbe de notre société libérale, égoïste, veule, trop repliée sur elle-même.

 

Houellebecq voit, malgré tout dans l'amour la possibilité d'une transcendance, d'un bonheur que souvent l'on ne sait pas saisir et comprendre.

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/j-ai-lu-le-nouveau-houellebecq-et-j-ai-aime

 

Une émission sur France Culture :

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/le-mystere-houellebecq

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Clouz0 Clouz0 8 février 15:08

    Ce n’est qu’un Renvoi d’Ascenseur : Houellebecq a lui même été tellement élogieux avec votre blog que vous lui deviez au moins ça. smiley


    • rosemar rosemar 8 février 18:29

      @Clouz0

      J’aimerais bien que Houellebecq me fasse l’honneur de visiter mon blog...


    • J’évite les romans qui raconte le réel. Il est déjà assez moche pour en remettre une couche et tourner le couteau dans la plaie, même avec un peu d’humour..mais je comprends que d’autres aime gratter leur blessure.


      • L'enfoiré L’enfoiré 8 février 16:24

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Tout à fait.
        On pleure ensemble dans le réel mais cela n’apporte rien et cela ne fait pas rêver... L’humour est le seul moyen de passer la rampe de la morosité ambiante.


      • L'enfoiré L’enfoiré 8 février 16:29
        Dis-moi ce que tu lis, je te dirai ce dont tu rêves"

        et dis-moi ce que tu rêves ou cauchemarde, je te dirai ce que tu lis....


      • @L’enfoiré

        Un rien épistémologue, avant d’en rire j’éprouve malgré ce besoin de comprendre et de savoir. Comme une personne me dit un jour que le meilleur remède au suicide est la curiosité Et après,.....). COMPRENDRE. Dieu est-il ou non complice des cette dégradation mortifère ?


      • rosemar rosemar 8 février 18:30

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Vous n’aimez pas Balzac, Zola, des écrivains réalistes ?


      • rosemar rosemar 8 février 18:34

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Et, en plus, on rit en lisant du Houellebecq !


      • @rosemar
        Certains écrivains ne m’attirent pas, c’est ainsi et même viscéral ; DESPENTES, Amélie Nothomb, Sade. Et pourtant j’ai lu de nombreux surréalistes et accroche beaucoup à Modiano. Pour résumer : plutôt m’évader du réel. Préférant de loin les Monty PYTHON, « trois hommes dans un bateau »....Rire du réel, peut-être/ Mais certainement pas le style Frank Dubosc,...ma tête de Turc préférée. 


      • rosemar rosemar 8 février 19:35

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Avez-vous lu Soumission ou un autre roman de Houellebecq ?


      • rosemar rosemar 8 février 21:59

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        L’évocation du monde paysan en détresse : c’est là un sujet qui nous concerne tous... et Houellebecq en parle avec sensibilité, et réalisme.


      • @rosemar

        Je comprends et ai lu tout Giono et Steinbeck, Faulkner. Mais le réalisme ne m’attire pas. Même Zola. Je lui préfère de très loin : VICTOR HUGO. Ce n’est pas pour autant que je n’ai pas de compassion pour la misère Mais peut-être que je la devine trop pour m’y ensabler. La misère mentale des riches est aussi accablante (Mauriac).


      • L'enfoiré L’enfoiré 8 février 16:22

        Rosemar,

         Même si vous l’avez, je reste avec la même opinion négative que j’avais quand vous avez avez écrit le premier article à ce sujet

         Aucune originalité de livre en livre, des jérémiades dans l’air du temps...

         Mais cela fait vendre...

         La semaine prochaine, j’irai à la Foire du Livre à Bxl et je suis sûr qu’il ne sera pas là.



        • L'enfoiré L’enfoiré 8 février 16:38

          @rosemar,

           Juste pour info, est-ce que par hasard, prendriez-vous de la sérotonine ou un anti-dépresseur ?
           Cela expliquerait le choix...


        • rosemar rosemar 8 février 18:33
          • @L’enfoiré

          Le style de Houellebecq, tout de même ! Ce humour pince-sans rire-qui le caractérise et qui en fait toute la saveur !


        • rosemar rosemar 8 février 21:57

          @rosemar

          Je corrige : cet humour...


        • cevennevive cevennevive 9 février 08:51

          Bonjour rosemar,

          A l’instar de l’enfoiré ou de Mélusine, je fuis les romans qui me racontent la vie contemporaine, la vraie vie, avec ses vicissitudes et ses aspects mortifères. Les journaux et les faits divers suffisent à en décrire les méandres.

          Et pourtant, je lis beaucoup et j’ai une bibliothèque imposante.

          Non, vraiment, Nothon, Houellebecq et consorts...

          Je leur préfère :

          Michael Connely pour les polars et les plaidoiries pour la fiction,

          Tous les explorateurs, voyageurs et découvreurs pour la vraie vie.

          Tous ces auteurs contemporains tels que Houellebecq ne servent qu’à accentuer notre spleen.

          Mais je comprends que certains les aiment. La preuve, le Goncourt se vend toujours très bien.


          • rosemar rosemar 9 février 09:34

            @cevennevive

            Mais il arrive que la littérature décrive mieux que les journaux certaines réalités et nous les rendent plus sensibles. 

            Bonne journée


          • Jason Jason 9 février 09:37

            @cevennevive

            Je partage. Merci

            Ses écrits ne m’attirent pas, mais peut-être que ses lecteurs ont besoin qu’un auteur leur fasse sentir ce qu’ils ne perçoivent pas par eux-mêmes. Comme si les livres, essais, exposés et discussions radio-télé ne suffisaient pas à les atteindre. La question à se poser : pourquoi un tel succès ? Signe des temps ? Morosité, paresse, confort, indignation vertueuse, voyeurisme ?

            Scalpel du chirurgien ou petite cuillère d’enfant gâté ?

          • cevennevive cevennevive 9 février 09:53

            @rosemar,

            Sans doute pour certains lecteurs. Mais pour ma santé mentale, ma joie de vivre et ma tranquillité, je préfère me tenir loin de la description de la vie contemporaine sordide de mon pays, que ces auteurs diffusent.

            Curieusement d’ailleurs, je lis avec intérêt et beaucoup d’émotion, la vie d’autochtones de pays pauvres, maltraités ou en guerre : le Yemen par exemple, la bande de Gaza, et bien d’autres...


          • foufouille foufouille 9 février 10:11

            @rosemar
            c’est certainement par ce que tu as une vie bien tranquille et privilégiée.


          • foufouille foufouille 9 février 10:13

            @cevennevive
            quand la misère est loin c’est plus supportable que pour un pays riche comme la france.


          • rosemar rosemar 9 février 10:34

            @Jason

            Quel roman de Houellebecq avez-vous lu ? Aucun ? Dans ce cas, difficile de juger...


          • rosemar rosemar 9 février 10:35

            @cevennevive

            Mais on rit aussi en lisant Houellebecq ! L’humour est constamment présent.


          • cevennevive cevennevive 9 février 10:51

            @foufouille, bonjour,

            Petit foufouille, tu te complais à gratter là où ça te fais mal ? Serais-tu maso ?

            « Quand je me regarde, je me désole, quand je me compare, je me console » (Talleyrand)

            Moi, je préfère me comparer. Et effectivement, je vis dans un pays riche et je me préserve une vie tranquille et une retraite sereine. Que pourrais-je faire d’autre à mon âge ?

            L’amertume, l’envie et le ressentiment rendent malade.

            Bien à toi.


          • foufouille foufouille 9 février 14:07

            @cevennevive
            en france, des tas de gens dorment dehors et non par choix.


          • cevennevive cevennevive 9 février 14:28

            @foufouille
             Eh oui foufouille, mais qu’est-ce que l’on y peut, à notre humble niveau ?


          • ZenZoe ZenZoe 9 février 16:37

            @bonjour cevennevive
            Tous ces auteurs contemporains tels que Houellebecq ne servent qu’à accentuer notre spleen.

            Moi c’est le contraire quand je lis Houellebecq smiley
            Je l’adore parce que justement je referme le livre toute ragaillardie, en me disant que lui en tient une sacrée couche et que tout compte fait je suis sans doute moins à plaindre que lui. Houellebecq, c’est ma sérotonine à moi.

            Sinon, d’accord avec Nothomb. Ses livres sont tellement creux que leur lecture me déprime au plus haut point d’ailleurs, j’ai arrêté.


          • waceri 9 février 14:38

            Quel complot ? J’ai l’air de m’cacher ?

            .

            J’ai lu sa compilation d’article il y a un temps certain, plus de dix ans. 

            J’ai jamais eu le courage de lire le V2 2000 2010, mais je l’ai sauvegardé.

            .

            Mon message epargne soigneusement l’auteur H, qui jouis du <3 avec équité.

            Chaque oeuvre de ce monsieur sera disponible pour la génération a venir.

            .

            Non c’est l’auteur R et votre groupe d’amis entre-validant vos article, que j’accuse.

            C’est la modération-discrimination partisane et corporatiste, que je vise.

            .

            Ya pas de complot ya l’opposition traditionnelle madame.


            • Demosthène 9 février 16:14

              Cela fait depuis longtemps que Houellbeck est un produit marketing... Ses romans sont d’un ennui ! Quel conformisme ces flagorneries autour de cet écrivain qui a pu l’être il y a fort longtemps et depuis vit du système... Place aux jeunes &#128514;


              • kader kader 9 février 22:49

                houellbeck s’adressent au cerveau limbique cest a dire aux emotions aux sensations

                il n’y a aucun message en dehors de cela

                il est dans le ton parisien et bobo critique de toutes les évidences

                il ne prend aucune position, il ne pense rien c’est un silence criminel sur de nombreux sujets


                • covadonga*722 covadonga*722 9 février 23:14

                  Houellebecq est comme le cocktails de médoc diffusé dans mes veines , tout devient terne sans saveur atone , protégé de la douleur je le suis aussi des sensations , tels sont les écrits de Houellebecq non pas qu’ils soient erronés , mais ils manquent de sang de sel et de foutre et donc d’amour et de plaisir et de gout . lire et aimer houelebecq c’est être déjà mort avoir abdiqué toute velléités de jouissance , je veux sentir les odeurs parfum ou merde mais sentir ! voir les couleurs ! la flamme incandescente ou le sang qui gicle ! pisser debout être vivant ! et houellebecq 

                  est la négation de tout cela , c’est la noirceur s’annonçant, le vin devenant aigrelet 

                  la décrépitude et l’abandon ce qu’il montre est réel mais il s’y vautre et s’y adonne 

                  sans rebellion avec délectation il s’engonce dans un monde vain ou toute possibilité est nulle et non avenue , je conchie Houellebecq et ses laudateurs , comme tant d’autre dans les livres la musique la peinture bref ce que l’autrice nomme avec componction « l’art » mois je chercherais jusqu’à la fin 

                  une porte sur l’été.

                  asinus ne variatur 


                  • rosemar rosemar 10 février 11:20

                    @covadonga*722

                    On voit que vous n’avez pas lu Sérotonine : ce nouveau roman de Houellebecq contient aussi un message d’espoir : l’amour... mais savez-vous ce que c’est ?


                  • covadonga*722 covadonga*722 10 février 13:23

                    @rosemar
                    « On voit que », ce on de majesté n’a pas lui d’être, serait ce que l’usage de la première personne vous réduirait par trop l’ego .Vous n’êtes pas en train de faire la classe ou de discourir en chaire .Vous émettez une opinion sur une agora il est donc loisible a tous de vous dire que vous pérorez et que se faisant vous enfoncez des portes ouvertes sur un ton comminatoire .S’agissant de connaitre « l’amour » depuis que je vous lis j’ai augmenté ma connaissance de la détestation .pour le reste 
                    vous en savez aussi peu que moi la différence est que je le sais et que cela ne mortifie en rien.La fréquentation tout au long de ma vie de gens prétendant savoir « a votre image » me conforte dans l’idée que le néant qui s’approche ne pourra être pire que celui resultant de la fréquentation de vos pareils .
                    asinus : ne variatur 


                  • waceri 10 février 02:18

                    Un de mes post a disparu, je me demande bien pourquoi, sur ce coup la.

                    Fallais faire tout ou rien, il a pas de sens, mon message orphelin.

                    T’est vraiment un pourri l’modérateur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès