• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > J’ai peur que maman/papa meure

J’ai peur que maman/papa meure

Coronavirus : Quand les enfants redoutent la mort de leurs parents

Cette période "pandémique" reste inédite et très anxiogène à différents niveaux (santé, travail, économie, avenir). A l'heure où l'on met donc en avant l'angoisse ressentie par les adultes concernés au premier chef par la COVID-19, les enfants seraient épargnés, et insouciants, poursuiveraient leur bonhomme de chemin sans encombre. Mais leur silence signifie-t-il une absence d'angoisse ? Et dans une vision plus élargie, comment appréhendent-ils l'idée de mort pour les adultes qui les environnent en cas de maladie grave ?

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant

 

A lire aussi : LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

 

Se représenter la mort lorsque l'on est enfant

Lorsque l'on doit expliquer la mort à un enfant, on constate que plus il est jeune, plus la tâche nous paraît complexe. Pourquoi ?

Parce que nous comprenons intuitivement que l'on risque de se heurter à un problème de représentation, de compréhension, puis d'acceptation.

Paradoxalement, l'enfant n'est pas étranger à ce que l'on appelle "l'angoisse de mort". Il peut la ressentir dès son plus jeune âge, au moment où son moi, c'est-à-dire la conscience de son existence en tant que sujet indépendant, s'affirme. L'enfant prend alors conscience de sa vulnérabilité face aux éléments extérieurs, mais aussi de l'inconstance des ces éléments pouvant disparaître à tout moment. L'angoisse de ne pas voir réapparaître ces objets auxquels l'enfant est attaché et desquels il est entièrement dépendant, s'intensifie à mesure que le temps de la disparition s'allonge.

Ainsi, le nourrisson qui à son réveil ne voit pas ses parents va se mettre à pleurer, s'imaginant désormais seul au monde, incapable de se représenter une continuité avec des objets qu'il ne voit plus. Ne les voyant pas, ne pouvant imaginer un ailleurs que l'espace présent, ceux-ci n'existent plus. Par la suite, l'enfant comprend que ses objets d'amour peuvent réapparaître, mais le doute persistant, l'angoisse perdure également chaque fois que le lien se distend ou se rompt. C'est le fameux temps transitionnel (D.W. Winnicott) où l'enfant vit mal la séparation.

Il faut donc réaliser que si le nourrisson peut se sentir vulnérable et faire face à des angoisses d'anéantissement, sa crainte première est que les éléments sur lesquels il s'appuie disparaissent et n'existent plus jamais. Autrement dit, l'angoisse de voir ses parents disparaître est vivement ressentie dès le plus jeune âge, durant toute l'enfance et même après. Mais alors que le tout petit peut fantasmer une disparition définitive, il peut par la suite imaginer la disparition et donc la mort, comme temporaire. Elle peut être ainsi confondue avec les absences répétées qu'il constate au quotidien et qui ne durent pas.

Comme l'explique Hélène ROMANO - Dr en psychopthologie clinique, dans "Etudes sur la mort / L'enfant face à la mort" : "Le tout petit n'a pas de compréhension intellectuelle de ce qu'est la mort mais souffre au niveau émotionnel de la séparation. Avant 6 ans l'enfant a une vision assez rudimentaire de la mort ; il la perçoit comme un événement imposé de l'extérieur, la décrit comme un "long sommeil", un "long voyage", une "autre façon de vivre". La mort est pour l'enfant jeune un phénomène passager dont la notion d'irréversibilité et d'universalité n'est souvent pas acquise".

 

Du fantasme à la réalité

L'ayant redoutée depuis le berceau, l'enfant envisage fantasmatiquement que la disparition d'un proche puisse exister. Néanmoins ce fantasme, avant qu'un drame survienne, est comme déconnecté de la réalité. C'est en partie la raison pour laquelle les enfants peinent à comprendre et à accepter que la mort puisse être définitive. Elle reste avant tout fantasmée. Pour l'enfant (jeune), les piliers que sont ses parents sont éternels. Le temps étant appréhendé différemment, on peut dire que ces derniers sont pour lui.elle comparables à de vieux chênes dont on a du mal à imaginer la naissance et la fin.

S'ils ne disent donc rien lorsqu'un parent (ou proche) est malade, il ne faut aucunement penser qu'ils n'imaginent pas le pire et donc ne craignent pas de voir leur monde s'effondrer. Plus l'adulte se montre vulnérable physiquement, et plus le fantasme protecteur ne parvient plus maintenir à distance une réalité traumatisante. Qu'il s'agisse donc du COVID-19 dont les adultes parlent à longueur de journée, ou d'une autre maladie, n'oublions jamais que les oreilles des enfants se dressent systématiquement bien qu'ils n'interrompent pas leurs jeux. N'oublions pas que la crainte de voir leur parents disparaître peut les tenailler et qu'il est donc nécessaire de ne pas les tenir à l'écart de cette réalité effrayante les pensant confortablement installés dans leur bulle enfantine.

L'idéal est de leur demander ce qu'ils ont compris de ce flot d'information qu'ils ont jusqu'ici subi, et de les aider à verbaliser leurs éventuelles angoisses. A partir de là seulement, il sera possible de les aider à ne pas être silencieusement envahis par elles.

Mots clés : #coronavirus, #covid-19, #angoisse de mort, #enfants, #accompagnement #maladie

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental

.-S.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Schrek 10 décembre 2021 17:42

    Le conditionnement est bien entamé. Pavlov à côté, c’est angélique.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 10 décembre 2021 19:41

      @Schrek
       smiley


    • xana 12 décembre 2021 19:07

      @Schrek

      En tous cas... Je ne suis toujours pas vaxxiné et n’envisage pas un instant de le faire.

      Ma famille n’est pas vaxxinée, et mes voisins non plus.

      N’ayant pas de microscope électronique, ne sais toujours pas si le coronavirus existe ou pas. Les médias affirment que oui, mais nous savons tous qu’on ne peut absolument pas leur faire confiance.

      Les politiciens assurent qu’il existe et nous menace. Nous savons tous quelle confiance on peut avoir dans la parole d’un politicien.

      Les blouses blanches à la télé nous enjoignent à nous faire « vacciner ». Depuis que j’ai vu à la télé le Dr Pellerin nous annoncer que le nuage radioactif de Tchernobyl s’arrêterait à la frontière, je me méfie de ce que racontent les types en blouse blanche à la télé.

      D’ailleurs je n’ai plus de télé. Mais j’exerce mon bon sens tous les jours.


    • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 13 décembre 2021 11:03

      @xana
      Bonjour. Oui en effet, regarder ces informations en boucle peut être très anxiogène. Il est néanmoins possible de conserver votre télévision en sélectionnant vos programmes.


    • Lynwec 10 décembre 2021 18:24

      Belle preuve d’amour parental que de collaborer à instiller la peur de la mort chez ses propres enfants au lieu de leur faire comprendre que la mort existe,de fait, mais qu’il n’y a pas de raison d’en avoir peur, ce qui reviendrait à oublier de vivre.

      Mais à notre époque, la démission des parents est tellement fréquente et importante qu’il ne faut pas trop s’étonner de telles dérives. Heureusement, il se trouve là aussi des réfractaires qui préfèrent la joie, l’espoir, le rire n’en déplaise à ces messieurs du pouvoir.


      • Claude Courty Claude Courty 10 décembre 2021 21:35

        6 étoiles à cet article traitant d’un sujet dont les pires obscurantismes ont fait un épouvantail à leur service.

        Expliquer et faire comprendre tout sujet, par ceux qu’il peut effrayer – à commencer par les enfants –, plutôt qu’instrumentaliser leurs peurs, telle est la seule compassion digne de ce nom.


        • Lynwec 11 décembre 2021 09:18

          Souhaiter la mort des autres, quelque soit leur malveillance, c’est participer à leur œuvre qui consiste à promouvoir toutes les valeurs morales négatives .

          Peut-être faudra-t-il envisager de les mettre à l’écart sans possibilité de nuire (confiscation définitive de toutes les possessions matérielles et exil sur une île de superficie suffisante réaffectée à cet effet, que tous les psychopathes y vivent entre eux, en paix s’ils finissent par en être capables.)

          Même si cette option a des airs de science-fiction totalitaire, ce sera peut-être finalement la seule qui puisse fonctionner à long terme. Le hic, c’est comment juger que tel ou tel mérite cet exil et comment éviter les dérives.

          Cela ne pourrait se faire qu’avec une prise de conscience mondiale de l’Humanité, mais les événements en cours pourraient éventuellement y conduire.


          • Claude Courty Claude Courty 12 décembre 2021 05:44

            @Lynwec

            L’être humain est psychopathe par définition.
            N’est-ce pas d’ailleurs ce qui le distingue des autres espèces ?


          • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 13 décembre 2021 12:03

            @Lynwec
            Selon Wikipedia : « La psychopathie est un trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial, un manque de remords et un manque de « comportements humains », généralement associé dans la culture populaire à un mode de vie criminel et instable. »
            J’aimerais donc savoir selon cette définition ce qui vous fait dire que la psychopathie est la norme ?
            Merci pour votre réponse.


          • Sergio Sergio 11 décembre 2021 12:33

            Et pourtant il faudra bien un jour qu’il tue le Père



              • vesjem vesjem 11 décembre 2021 16:43

                Un petit résumé sur la corruption génocidaire de la commission européenne et d’ursula

                https://cogiito.com/societe/ursula-von-der-leyen-et-ses-memoires-perdues-censuree-en-roumanie-et-dans-lunion-europeenne/


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 décembre 2021 20:29

                  N’ayez pas peur du coronavirus les enfants mais de Mr J.F. DELFRAISSY le président du Conseil « Scientifique » qui est plutôt un très mauveau conseil politique !

                  Ce type devrait consulter un psy ! Mais quel arnaque !


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 décembre 2021 20:30

                    correction : très mauvais


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 décembre 2021 20:29

                    correction : très mauvais


                    • vesjem vesjem 12 décembre 2021 17:32

                      @eau-du-robinet
                      correction ; très très mauvais


                    • June June 11 décembre 2021 22:36

                      Bel article mais ne pas oublier de dire à nos enfants que l’on meurt surtout du vaccin


                      • ETTORE ETTORE 12 décembre 2021 01:00

                        Il y a une chose que l’on peut constater facilement :

                        La peur accélère le temps .

                        On voit des enfants en bas âge, avoir des raisonnements, qui ne sont pas de leur maturité...Penser à la mort, pour eux, et leurs proches, alors que la vie devrait être un grand champ fleuri, devant leurs yeux natifs..

                        On voit de jeunes adultes, qui soit, se mortifient par le suicide, soit se lancent dans une fuite en avant délibérée, dans l’aventureux défi d’un choc libératoire.

                        On voit des adultes, complétement enfermés, dans un illogisme froid, qui les statufient dans une position rétrograde, dopés du coup, par tout le poids d’un passé, sale et écrasant, faisant d’eux, des momies vivantes, fagotés des bandelettes de la crainte de l’autre, sans qu’ils comprennent, que, eux, ont déjà pris place, dans le tombeau..... qui s’est refermé.

                        On voit des personnes âgées, où ce traumatisme imagé, qu’il leur a été imposé, greffant une peur, sans rejet, et son corolaire waxxinal, et qui, par méfait de leur âge, ont perdu tous les repères d’écoulement d’une vie normale. Et cela en continuelle accélération de désorientation .

                        Voilà ce qui est au passif de tous ces « briseurs » et « voleurs » de temps.

                        Et si on comptabilise tous les « temps » qui ont été volés, par ces prévaricateurs, pour nous soustraire et rapiner, ces parties de vies, désormais reléguées dans le domaine de l’irrécupérable...Il faudrait additionner leur temps à tous, et les juger coupables, en leur imposant un immobilisme strict, jusqu’à la fin de leurs jours.

                        Oeil pour oeil, temps, pour temps !

                        Telle devrait être la seule sentence rendue !


                        • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 13 décembre 2021 11:41

                          @ETTORE
                          Intéressant comme commentaire. Face aux épreuves, nos perceptions changent et notre rapport à la peur est modifié.


                        • ETTORE ETTORE 12 décembre 2021 01:06

                          Il est édifiant de voir le Maire de la Ville de Nancy, le jour de la Saint Nicolas, sur un balcon donnant sur la place Stanislas, et d’entendre le Saint Nicolas, donner conseil aux enfants de respecter les gestes barrières, et les encourager à aller se faire....vacciner !

                          Tout cela sous l’oeil guilleret du Maire de la ville .

                          A un moment j’ai souhaité, que le balcon cède, sous le poids d’une telle hypocrisie.


                          • LeMerou 12 décembre 2021 07:25

                            @Jean-Luc ROBERT.

                            Article fort intéressant.

                            Deux ans et ce n’est pas fini, deux ans ou nos chères « têtes blondes » voient, vivent une modification de leur vie qui se devraient être insouciantes.

                            Je me demande comme cette génération va réagir dans le futur ?


                            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 12 décembre 2021 10:08

                              @LeMerou
                               
                              ’’Je me demande comme cette génération va réagir dans le futur ? ’’
                               
                              Mal. Très mal. Et c’est voulu par ceux qui mènent une guerre d’usure aux sociétés démocratique à l’humanité depuis très longtemps et depuis quelques années, à l’humanité des peuples.
                               
                              « …construction européenne, qui casse les protections sociales, qui, non seulement prétend protéger contre la mondialisation, mais qui, au contraire, insère l’Union Européenne dans la mondialisation sans aucune protection, et s’est fait l’allié des États-Unis dans sa politique étrangère. Donc, non seulement ce n’est pas la paix, mais c’est la guerre. Et c’est la destruction systématique des systèmes de protection sociale. » Jacques Nikonoff

                               
                              Aujourd’hui la guerre des classes n’est plus visible du fait que des salariés sont aussi des possesseurs de capital : il y a des agents économiques qui sont dans les deux camps à la fois. Ce sont des chevaux de Troie malgré eux, et schizophrènes par nécessité adaptative. De petits épargnants parce qu’ils ont quelques centaines de milliers d’Euros investis en actions défendent becs et ongles les intérêts du grand capital, celui qui les broie dans les crises systémiques récurrentes. 
                               
                              « Je tiens à remercier particulièrement les plus abrutis d’entre vous, qui, bien que premières victimes de notre désopilante escroquerie, continuent avec une touchante candeur à défendre avec zèle nos solides intérêts. » (signé Warren Buffet, spéculateur milliardaire)

                              Nos enfants ne leur diront pas merci.


                            • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 13 décembre 2021 11:36

                              @LeMerou
                              En effet cela risque d’avoir de fortes répercussions sur la génération en cours et les générations futures.
                              Beaucoup de voix s’élèvent désormais pour dénoncer ce scandale. Espérons que cela s’arrête rapidement. 


                            • ETTORE ETTORE 12 décembre 2021 19:09

                              Ce qui saute aux yeux, est bien que cette classe politico-affairiste, est corrompue jusqu’à la moelle.

                              Et la corruption ayant fait le tour de cet éclosoir à pognon, voilà que, maintenant, elle déborde, à en corrompre l’esprit des gens, par un mimétisme de camé-léon.

                              Que beaucoup de nos CON-citoyens, prennent la couleur de cet arc en ciel crapuleux, est juste la phase finale, avant que la lumière soit coupée, et que ces caméléons, se retrouvent habillés d’une couleur noire, qui seras simplement, révélatrice de leur vraie personnalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité