• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Je n’ai plus d’identité nationale ni territoriale

Je n’ai plus d’identité nationale ni territoriale

C’est une question de dignité et une question de liberté. Citoyen français par ma naissance, possédant une carte d’identité nationale française, je viens de réaliser que le nationalisme est une gageure et une illusion inutile. J’ai donc décidé de ne plus être Français. Ce n’est pas une décision facile à prendre, tant le conditionnement imposé par l’éducation et les médias, qui nous rappelle au jour le jour cette appartenance, est important.

Donc, je ne suis plus Français français. J’ai bien encore des papiers français, une carte d’identité française, mais il n’y a plus rien de français en mon for intérieur, il n’y a plus aucune fibre nationaliste en mon esprit, plus aucun sentiment d’appartenance à cette patrie, avec ses symboles, son drapeau, son hymne, ses traditions, etc. Tout cela est devenu étranger, inadéquat et non pertinent, dans la vie, ma vie. Le sentiment d’appartenance à la France, ou à une nation particulière, est une idéologie censée rapprochée les gens entre eux autour de l’acceptation du pouvoir, en l’occurrence un pouvoir ici incarné par un gouvernement instauré par des lois dites démocratiques. Toute la politique intérieure du pays tourne autour de ce sentiment d’appartenance à la patrie, à cette idéologie commune et séparatrice, qui nous enferme physiquement, mais aussi psychologiquement au sein de frontières, d’idéologies, de systèmes, etc. Les êtres humains se situant en dehors en-dehors de ces frontières sont appelés des «  étrangers  », mais ce sont des êtres humains, comme vous et moi, avec le même cerveau, et disposant tout comme vous et dispo moi de la faculté de pensée . Certes, nous ne parlons pas tous la même langue, mais la langue n’est qu’un moyen de communication, un ensemble de signes et de codes, permettant d’exprimer sa pensée, ses vues sur les choses, sur soi-même et sur le monde. La langue est arbitraire dans le sens que nous apprenons généralement celle de l’endroit dans lequel nous naissons.

Né sur le territoire français, j’ai appris la langue française  ; ce n’est qu’une division arbitraire, et il a été prouvé que tous les nourrissons ont les capacités cognitives pour apprendre n’importe quelle langue et que la langue n’est donc pas un facteur de séparation fondamental entre les hommes.
Nous avons tous le même cerveau, qui est le cerveau humain. Les langues reflètent juste d’une diversité culturelle dépendante de l’endroit dans lequel nous voyons le jour. La langue française est donc une commodité d’expression, permettant aux personnes ayant connaissance de ses codes de communiquer entre elles, et de partager entre elles leur expérience du monde, ou d’agir ensemble. La langue est un outil, et en cela, il est loisible à chacun d’en changer. Il suffit d’apprendre une autre langue et de la pratiquer, pour pouvoir communiquer avec ces personnes que l’on nomme «  étrangères  » et que généralement nous combattons, envions, ou cherchons à soumettre par des moyens politiques, économiques ou diplomatiques, au niveau d’une nation, pour imposer notre propre vision du monde et nos propres intérêts. Tout ce processus divise, et est à l’origine des conflits armés, passés, actuels ou futurs, conflits entre nations ou conflits entre groupes de nations. Voyant tout cela, il m’est impossible de continuer plus longtemps dans ce mécanisme qui sépare les êtres humains entre eux et qui génère la haine et entretient la peur de l’autre, que cet autre soit notre voisin le plus proche ou des hommes comme vous et moi habitant dans des contrées lointaines ou dans le reste du monde.

Il n’y a aucune liberté en continuant dans ce processus d’enfermement perpétuel au sein d’une nation et d’une idéologie commune.
Cette idéologie qui apparaît dès que l’on allume son poste de télévision avec ses journaux télévisés nationaux, qui se retrouve sur tous mes papiers administratifs, qui se retrouve à l’école promue «  éducation nationale  ». J’en ai fini avec tout ça, je rejette tout ce fardeau que l’on m’a imposé depuis mon enfance, par les livres, la télé et les professeurs, cette sensation trompeuse d’être séparé du reste du monde, des autres êtres humains vivant sur la même terre. Je ne suis plus français. Bien sûr cela ne veut pas dire que je souhaite changer d’identité nationale et m’en trouver une autre. J’en ai fini non seulement avec l’identité française, mais également avec toutes les identités nationales, quelles qu’elles soient. Cela ne veut pas dire non plus que je m’enferme dans une idéologie plus locale ou régionale, ou plus globale. Le régionalisme, tout comme l’européanisme ou même le mondialisme sont de même nature et ne sont que des facettes différentes de ce même processus de division et de séparation qu’est celui du nationalisme. Parce qu’aucun système de pensée ne peut être complet et véritablement global, parce que tout système est limité, le mondialisme est également une idéologie abstraite et non pas réelle. Je n’éprouve donc pas le besoin d’être citoyen du monde, ne pas être citoyen français, tout simplement me suffit, sans vouloir m’accoler de nouvelles étiquettes fragmentaires et inutiles.

Donc j’en ai fini avec tout cela.
J’ai abandonné tout cela. Je ne suis plus français. Ce n’est plus un problème pour moi. Et cependant, je vis toujours en France, je suis sur le territoire français, ce si beau pays, avec sa campagne, ses paysages, ses forêts et sa montagne. Je connais tout cela, et je vis tant que bien que mal dans ce système économique qui régule les activités humaines comme chacun des habitants de ce pays. Mais je ne suis plus français, et me suis débarassé de ce fardeau encombrant de l’autorité et de la soumission, du conformisme, et du respect de symboles. Toutes ces choses superficielles  : la Marseillaise, le drapeau bleu-blanc-rouge, cette identité nationale proposant une sécurité psychologique semblant bien illusoire au regard du monde tel qu’il est dans sa globalité. Donc ce n’est plus mon problème, mais si ce n’est plus mon problème, c’est peut-être devenu celui des tenants de ce système, des tenants de cette identité nationale  : comment va réagir mon entourage  ? Comment vont réagir les administrations auxquelles je dois faire face comme tout le monde  ? Comment peuvent réagir les politiciens face à cela  ? Va-t-on me supprimer mes droits civiques  ? Va-t-on m’expulser à la frontière du pays  ? Car si ce n’est plus un problème pour moi, ça l’est sûrement un pour vous  !


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (169 votes)




Réagissez à l'article

305 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 août 2008 11:20

    Vous n’existez plus pour l’administration et vous ne payez plus d’impôts et vous n’êtes pas content ???????


    • Alpo47 Alpo47 28 août 2008 13:46

      @l’auteur,
      Et je vous suggère d’aller jusqu’au bout de votre démarche : Refusez désormais, toute aide de l’état, tout assistanat, tout remboursement de vos frais de maladie, toute gratuité de votre enseignement, d’appliquer les règles qui régissent la circulation, routière et autre, toute assistance des services de police, la loi Française ... etc ... etc...
      Normal, il ne faut pas faire les choses à moitié,sinon, on fait semblant, n’est ce pas ?


    • wangpi wangpi 28 août 2008 15:51

      15h50, le texte est coupé au début, censure ?
      bien sûr qu’agoravox pratique la censure.
      un texte de 10 lignes n’est pas refusé pour "nécessité d’approfondissement", et ce texte n’apparaît pas (au vu des commentaires qui font références à des phrases invisibles).


    • Alpo47 Alpo47 28 août 2008 20:48

      Il est vrai qu’un texte aussi "révolutionnaire" que celui là, ça bouleverse les consciences... Non ?
      L’auteur a de la chance de bénéficier du RMI, de ce pays qu’il honnit, pour pouvoir passer des heures à "déblatérer " sur un sujet aussi "profond". Un philosophe, un vrai.
      Pendant ce temps, il y en a d’autres qui travaillent, produisent, échangent ... payent impots et cotisations pour nourrir une telle "profondeur de pensée" ... S’efforçant d’ailleurs, au passage de contribuer, modestement, à construire une société meilleure.
      Bienheureux les esprits simples ...


    • Abolab 29 août 2008 10:32

      Alpo47 ; i lne s’agit pas ici de philosophie, ou de philosopher.

      D’autre part, merci au lecteur d’indiquer que le texte a été coupé dès 15h50 ! Etant revenu, le soir cela indique que mon article a subi toute l’après-midi d’une absence de visibilité qui constitue une forme de discrimination (volontaire ou non là n’est pas la question, et qui semblerait involontaire d’après les informations plus bas) par rapport aux autres articles.

       


    • vagamo 29 août 2008 11:14

      Je te l écris avec respect citoyen : T ES LOURD ,MAN !!


    • bernard29 bernard29 28 août 2008 11:26

      Dans le dernier paragraphe vous dites ;

      • "Va-t-on me supprimer mes droits civiques ?"
      Mais pourquoi voulez-vous les conserver ?? Vous en avez besoin ?? 

      • Abolab 28 août 2008 11:34

        Comme je l’ai dit en fin d’article, ce n’est plus un problème pour moi 


      • faxtronic faxtronic 28 août 2008 11:59

        ni pour nous


      • faxtronic faxtronic 28 août 2008 12:11

        Mais votre vie ne depend que d’une chose : de la loi francaise qui vous empeche d’etre tué par un tiers, comme cela par pur plaisir ou par colere. Et oui, vous etes tout de meme sous la loi francaise, qui vous protege et vous defend de tuer quelqu’un.

        Par contre vous pouvez renier votre citoyenneté, et donc la loi francaise, et moi aussi a la meme occasion, et dans ce cas, pouvez vous me donner votre adresse, en privé evidemment, pour que je vienne vous egorger en tout impunité.

        Ta carte d’identité ce n’est que cela qui te separe de ton etat d’etre humain a une bete que l’on peut traquer, et pour moult raisons, une société sasn structure est la porte ouverte a une anarchie barbare, plus sanglante et terrible que la deja terrible violence etatique.

        Imagine toi que du jour au lendemain nous n’avons plus de nation, plus de loi. Dá bord les plus forts s’attaquerons au plus faibles, et ces derniers chercheront un fort pour se proteger d’autre fort. C’est exactement ce qui s’est passé au VI siecle en France : le passage de l’empire romain a rien a faire apparaitre plein d’homme libre, qui se sent finalement empressé de se trouver un seigneur, qui les ont asservis graduellement. Et bien je peux te dire que ce n’etait pas la joie pour les petits comme toi


      • Abolab 28 août 2008 12:18

        Agir libéré du nationalisme, ça ne veut pas dire agir en-dehors des lois, et pourquoi extrapolez-vous cela par le biais d’un système, exempt de nations, en réaction au système actuel ?

        Je ne souhaite nullement créé un nouveau système, qui ne serait que le résultat du premier dans une version contraire. 


      • faxtronic faxtronic 28 août 2008 13:33

        Parce que la seule chose qui empeche quelqu’un de te flinguer au detour d’un bois, c’est la loi, et la loi n’est pas universelle, mais qui depend de la volonté d’un groupe. Ce groupe s’appelle peuple, et le peuple+le cadre de de ce peuple s’appelle nation. La nation n’est qu’un groupe de personne qui decide rester ensemble pour X raisons, et notamment pour proteger sa loi.


      • faxtronic faxtronic 28 août 2008 13:35

        "Agir libéré du nationalisme" la nationalisme est un doctrine, est n’est pas synonyme d’avoir une nationalité. Il y a plein de gens qui ne sont pas patriote, pas nationaliste mqis qui ont une nationalité. Heureusement.


      • Abolab 28 août 2008 14:21

        C’est l’état qui fait la loi Monsieur, pas la nation. La nation est une institution imaginaire. 


      • faxtronic faxtronic 28 août 2008 16:25

        Oui, si tu veux, l’etat.... Le nationalisme est aussi basé sur l’etat....


      • Abolab 28 août 2008 21:42

        C’est bien là où il semble y avoir problème, si l’on veut y voir un problème d’ordre politique. Le nationalisme d’état n’est-il pas ce qui est générateur de guerres ?


      • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 29 août 2008 00:35

        La loi n’a jamais empêché certaines personnes d’en flinguer d’autres au détour d’un bois...
        Si il n’y avais pas de loi je ne tuerais pas pour autant mon voisin car il y a une autre chose bien plus puissant qui est l’éducation.
        La loi n’est pas là pour empêcher un acte mais pour le sanctionner


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 août 2008 03:02

        Ça me rappelle un peu ce Davis, Américain qui en 1966 avait brulé son passeport pour se déclarer citoyen du monde... Position philosophique fascinante, mais "The Devil is in the details"... Faites nous un compte rendu de votres démache à tous les trois mois et l’on verra si vous tenez un filon.

        Pierre JC Allard

        http://nouvellesociete.org/714b.html

        http://nouvellesociete.wordpress.com



      • faxtronic faxtronic 29 août 2008 09:21

        Qunad tu veux buté quelqu’un, (ou le voler) tu reflechis a deux fois avant de la faire, car la loi te sanctionnera. Donc la loi empeche le crime, ou le minimise.


      • Abolab 29 août 2008 10:35

        Et bien à lire les commentaires, on peut voir que dans le citoyen lambda, il y a beaucoup de haine et d’idées noires.

        N’est-ce pas là ce qui est pointé dans l’article sur la question de la nationalité qui divise ?


      • Gül 28 août 2008 11:31

        J’ai du mal avec votre article. C’est une forme de liberté que vous recherchez ? Une non-appartenance à quoi que ce soit ? une révolte contre ce qui ne représente rien ?

        A moins de choisir l’ascétisme et l’ermitage, il me semble difficile de s’exclure de tout. Quant à la liberté, elle est dans la tête avant tout. Pourquoi exposer ce coup de gueule ?

        Cordialement.


        • Abolab 28 août 2008 11:37

          Non ce n’est pas une révolte, c’est juste que je vois la fausseté du nationalisme et j’arrête les frais, je m’extirpe de ce mécanisme générateur de guerres et de conformisme, cet abêtissement généralisé.

          Cela ne veut dire pas dire que je quitte le société, je vis normalement comme n’importe quel habitant. Je vis sur le territoire français, mais je ne suis plus français. C’est un problème pour les tenants de ce système, ce n’en est plus un pour moi.


        • bernard29 bernard29 28 août 2008 12:25

          Es-tu citoyen ??


        • Abolab 28 août 2008 13:17

          qu’entendez-vous par citoyen ? 


        • bernard29 bernard29 28 août 2008 13:40

          qu’entendez vous par nation ? 


        • Abolab 28 août 2008 14:18

          Est-ce du ping-pong verbal ? Un jeu intellectuel ? Attendez-vous que je pense à votre place et que vous décidiez en fin de compte si vous êtes d’accord ou non avec mes conclusions sur la question ?

          Comme je l’ai déjà dit, ce n’est plus un problème pour moi, mais qu’est-ce qu’une nation pour vous ?


        • bernard29 bernard29 28 août 2008 14:49

          une communauté de citoyens qui vit sur un territoire, enserré dans des frontières issues de l’histoire et de la géograhie, que l’on nomme ETAT, au sens onusien du terme.


        • bernard29 bernard29 28 août 2008 14:55

          précision ;

          "L’ensemble de la communauté de citoyens ..."


        • Abolab 28 août 2008 15:03

          Ne voyez-vous pas la contradiction de cette société prônant se définir comme un ensemble et agissant dans les faits dans l’individualisme et l’inégalité la plus complète, permettant à la misère de cotoyer le luxe, et toutes ces chose que vous connaissez aussi bien que moi ? Il suffit pour cela de sortir un peu de chez soi et de se promener en ville ou à la campagne. 


        • bernard29 bernard29 28 août 2008 15:23

          vous avez demandé ma définition de la nation. Je vous l’ai donné,

          quelle est la vôtre ? vous avez l’air de le savoir parce que vous la rejettez. 

          Alors soyez simple , donnez votre définition. !!


        • Abolab 28 août 2008 21:44

          Et bien je n’ai pas de définition toute faite, mais je peux décrire ce qu’est la nationalité, ce que j’ai fait dans le commentaire suivant : 


        • tvargentine.com lerma 28 août 2008 11:36

          Les chinois procédent ainsi

          Pour justifier qu’ils ne pratiquent pas la censure il diffuse un article qui ne veut rien dire

          Voila pourquoi des articles de rédacteurs ici sont censurés,car ils ne sont pas la ligne à pensée unique (extreme gauche) et ainsi la censure s’applique de manière sournoise



           


          • Abolab 28 août 2008 11:38

            Cela n’a rien à voir avec la politique, et votre comparaison avec la Chine est une comparaison politique. Les politiques sont affaire de nations. J’ai abandonné tout appartenance nationaliste. 


          • momo 28 août 2008 14:16

            @Abolab

            "Les politiques sont affaire de nations. J’ai abandonné tout appartenance nationaliste."

            Vous confondez Nationalité et Nationalisme.... Concultez donc un dictionnaire...


          • Nobody knows me Nobody knows me 28 août 2008 14:43

            Voila pourquoi des articles de rédacteurs ici sont censurés,car ils ne sont pas la ligne à pensée unique

            Si vous pensiez à vous, je suis heureux que la ligne de pensée unique ne soit pas la vôtre...
             ;-p
            TGL


          • Abolab 28 août 2008 14:58

            Momo, le nationalisme c’est avoir une nationalité, et le revendiquer. Lorsque vous n’avez plus de nationalité, il n’y a plus de nationalisme. 


          • maxim maxim 28 août 2008 11:37

            si vous voulez vous débarrasser de vos comptes en banque ,de votre patrimoine ,de vos biens ...

            je suis preneur ,vous demandez mes coordonnées à la rédaction et l’affaire est faite ...

            sauf le rachat de dettes bien sûr .......

            tiens comme ça ,pour la petite histoire ...

            "le bien aimé des Français " ?........ le dénommé Yannick Noha avait déclaré " si c’est Sarkozy qui passe je me casse !..."

            ou il a paumé son billet d’avion ,ou il a la mémoire courte ,mais aux dernières nouvelles ,il est encore citoyen Français !

            et bien content que des poires achètent ses salades !.....


            • Abolab 28 août 2008 11:40

              Vous n’avez manifestement pas compris le propos. C’est pourtant assez simple.


            • casp casp 28 août 2008 11:48

              les paroles sont belles ; mais les assuméz vous ?
              Moi je pense pareil mais je ne les assume pas... he oui cela fait de moi un lache contrairement a certaines de mes connaissances.

              Elles, ont déjà brulé leur papier. Moi non. Et désolé mais tant que vous conserverez vos papier d’identité vous resterez francais de gré ou de force.

              Passez a l’acte soyez sans papier... Mais vous verrez que le jour ou vous aurez des souci avec la police cela ne vas pas être simple.
              Et soyez certains que quasi personne ne vous aidera.

              Pour les impots je pense qu’on peux les payer sans pour autant se considérer francais. Les considérer comme un don volontaire et nécessaire a une vie en communautée.

              Cordialement.


              • Abolab 28 août 2008 12:01

                Est-ce que brûler un papier a un quelconque rapport avec le fait d’être libre intérieurement du nationalisme ?

                Je n’en suis vraiment pas sûr. Pourquoi attacher tant d’importance à ces superficialités ? Une carte d’identité française n’a bien sûr pas la même valeur individuelle pour quelqu’un se situant sur le territoire français que pour quelqu’un se situant hors des frontières de la France. 

                Brûler sa carte est un signe de révolte, et vous met dans l’illégalité. Donc êtes-vous plus intéressé par être dans l’illégalité vous exposant à des pénalités judiciaires, ou par agir libéré de quelconques intérêts nationaux, dans cette société, ce qui est bien plus dangereux pour le système que d’être un simple clandestin ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès