• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Je suis devenu « producteur bio » de sève de bouleau, j’explique (...)

Je suis devenu « producteur bio » de sève de bouleau, j’explique comment récolter cette merveille de santé pour l’homme !

Demeurant dans les Alpes de Haute Provence, du coté de Seyne les Alpes à 1450 m d’altitude, mon environnement se compose de résineux : site de l'ONF, de feuillus : site de l'ONF … et également d'une espèce d'arbre qui fait l'objet de mon article, j'ai nommé le bouleau....et question bouleaux autour de moi, je suis servi, en jetant un œil circulaire sur une distance de 100 m environ, j'en dénombre pas moins une bonne centaine !

Le hasard de mes surfs sur le web, a fait que je suis tombé sur l'article de Véronique Van den Bossche qui a publiée début mars sur Carevox « La sève de bouleau,... une eau de vie ».

Cet article évoquait les qualités bienfaisantes pour la santé de la sève de bouleau : l'article.

Dans mon article, je vais évoquer les qualités de la sève de bouleau, mais également comment faire pour la récupérer et détailler tout le matériel nécessaire qu'il faut pour pouvoir récupérer de la sève de cet arbre.

Auparavant je voudrais signaler que deux autres rédacteurs ont sur Carrevox eux aussi également et brillamment évoqué les diverses qualités qu'offrait le bouleau dans ses diverses utilisation, à savoir la sève de bouleau, récoltée directement sur l'arbre, et le jus de bouleau élaboré à partir des feuilles de bouleau soit en infusion, ou par décoction des bourgeons : Le jus de bouleau c'est la santé : Carevox. et : La sève de bouleau : Carevox. (voir en bas d'article le lien de Passeport Santé : Décoction ou macération des feuilles)

Je vais paraphraser un vieux adage qui dit : Tout est bon dans le cochon, pour le bouleau, c'est pareil, tout s'utilise, son bois, sa sève, ses feuilles, ses bourgeons, ses écorces, et ses racines.

Dans mes recherches, j'ai bien aimé cette page que je copie pour vous :

Le bouleau, appelé, également, arbre de la sagesse ou arbre lunaire, famille des bétulacées est considéré, depuis des millénaires, pour ses nombreuses vertus thérapeutiques.

Des écrits relatent qu’elle existait déjà, il y a 3000 ans chez les populations nordiques, lapones, slaves, scandinaves. On retrouve son emploi traditionnel dans les Highlands en Écosse et chez tous les peuples d’Europe du Nord, le bouleau est très répandu, et les cures printanières de sève de bouleau y sont pratiquées depuis le XIIe siècle.

Au printemps, le bouleau produit pendant un mois, 200 litres de sève par jour, c’est donc plus de 6000 litres de sève qui viendront nourrir un seul arbre.

La pratique consiste à prélever ce liquide ancestral en perforant l’arbre après l’écorce et l’aubier, soit un trou de 3 centimètres de profondeur pour 8 millimètres de diamètre. Une petite canule guide le liquide au goutte à goutte jusqu’au récipient qui le recueille, et le tour est joué.

Toute personne soucieuse de nature et de respect de la vie se demande bien entendu si le prélèvement de la sève ne nuit pas à la santé de l’arbre, ou tout au moins à la bonne croissance des bourgeons et jeunes pousses, la réponse est naturellement, non lorsque le travail est fait correctement.

Le récoltant soutire 5 litres de sève par arbre et par jour pendant une quinzaine, avant de passer à un autre tronc. Soit, pour les statisticiens, environ 2,5 % de la production de l’arbre sur la période concernée. Le trou est soigneusement refermé par une petite mèche en bois et l’arbre continue à bien se porter.

La récolte de sève de bouleau fraîche commence fin février et dure environ 5 semaines.
Et cette sève, comment est-elle ? on dirait de l’eau pure, translucide, fraîche et agréable, en bouche, elle révèle une saveur très légèrement sucrée (contient 0.4 % de sucre).

En hiver, le corps s’encrasse toujours, car l’activité physique est forcément plus réduite ainsi que la sudation, les aliments et les repas sont plus riches.

Le printemps est le moment propice aux grands nettoyages. Nettoyer son logis c’est très bien, nettoyer son organisme est tout aussi indispensable, c’est même vital.

La sève de bouleau prépare l’organisme au changement de saison. 
Par sa double action d’élimination par le foie et le rein, la cure de bouleau est efficace pour drainer les toxines et se purifier.
A prendre en cas d’affections rhumatismales, de lithiases (biliaires ou rénales), de cholestérol, triglycérides et terrain goutteux. Elle donne de bons résultats sur les douleurs articulaires, l’arthrite et l’arthrose. Elle améliore les troubles urinaires. Elle élimine les acides (comme l’acide urique) en excès dans le corps et toutes les toxines (médicaments, additifs, pesticides).
La sève de bouleau est un excellent fortifiant du système osseux, elle reminéralise et revitalise. Elle contient beaucoup de silice, un oligo élément dont le rôle est impliqué dans les processus fondamentaux de la vie. Rudolf Steiner voyait la silice comme le « transistor de la vie ».

A utiliser pour tous les problèmes de peau (eczéma, boutons, acné), elle permet, également, d’éclaircir le teint.
Diurétique et drainante, elle élimine la cellulite et réduit les œdèmes, certains l’associent aux régimes amincissants, en effet, un corps, encrassé par ses déchets, cesse de brûler ses graisses de réserve et cesse de mincir.
Il est donc important que le corps soit parfaitement nettoyé et épuré.

La sève de bouleau est un excellent fortifiant du système osseux, elle reminéralise et revitalise. Les minéraux présents sous forme ionisée, permettent une meilleure assimilation et rendent la cure de sève de bouleau efficace dans tous les cas d’ostéoporose, parodontose.

Attention de ne pas confondre sève de bouleau et jus de bouleau, qui, lui provient d’une extraction des feuilles.

Posologie :

1 demi-verre ou 150 ml par jour pendant 3 semaines.

Une cure nécessite environ 3 litres de sève.

La sève de bouleau, véritable élixir de printemps, nettoie en profondeur et donne un coup de jeunesse viscérale. Source.

Les différentes posologies !

Les pages que j'ai consultées indiquent toutes des posologies différentes, par exemple la page que Wikipédia consacre au jus de bouleau, dans le paragraphe : En herboristerie, il est indiqué que sa posologie est : 3 cuillerées à café matin, midi et soir pendant le 1er mois lunaire de printemps :., par contre dans l'article de Véronique Van den Bossche il est indiqué une posologie différente ( se reporter à sa page :)

Sur un forum de Doctissimo, il est indiqué ceci :
La cure idéale consiste en une posologie de 250 ml par jour (1/4 de litre) à prendre en 2 ou 3 prises, pendant 21 jours, soit une cure de 5 litres :Source.

Dans Google nous pouvons trouver d'autres résultats :.

Pour ce qui me concerne, le premier jour de ma cure, à savoir le 28/03 j'ai commencé par un tiers de verre le matin à jeun. Je me fixe cette dose pendant quelques jours,… et j’attends le résultat,... si tout va bien j'augmenterais petit à petit la dose pour arriver peut-être à un verre en fin de cure !

Le temps de conservation de la sève de bouleau !

L'idéal bien sur est d'avoir un bouleau à proximité de façon a récolter sa sève journellement. Comme tout le monde n'a pas un bouleau sous la main, si vous avez la possibilité par exemple le temps d'un week-end de « saigner un bouleau », vous aurez la possibilité de récupérer en une seule fois deux à trois litres de sève, voire bien plus. Transportez les bouteilles chez vous, et les placer au réfrigérateur. Par exemple, si vous voulez stocker 3 litres de sève, je vous conseille de transvaser ces 3 litres dans 6 petites bouteille de 33cl, de cette façon vous aurez en stock toujours une certaine quantité de sève qui n'a pas été trop longtemps au contact de l'air ! Pour ma part, je bois ma sève le matin à jeun (voir la rubrique posologie ) prise directement dans une bouteille en réception sur un arbre qui est situé à quatre mètres de la pièce ou est installé mon ordinateur : , Comme la sève est assez fraîche, le matin il fait moins 2°, voir cette photo, ce n'est pas de la résine, .. mais des petits glaçons de sève : , pour réchauffer ma sève, dans une casserole je fais chauffer de l'eau sur une cuisinière et je l'éteins, .. ou je la soutire sur le robinet d'eau chaude, et hors feu, je place mon verre dans la casserole : . !

D'après plusieurs sites, la sève placée au réfrigérateur se conserve pendant trois semaines, voire plus (le temps de la cure) :1 – certains disent qu'elle peut être congelée : et ici.

Le reste de l'année, on peut aussi bénéficier des bienfaits du bouleau !

Vous n’avez pas eu la possibilité de prendre de la sève de bouleau,...ou de l'acheter dans les magasins bios, ou de vous la faire livrer à domicile ( pas mal de site web le proposent ), ...alors pas de panique d'autres parties de l'arbre sont elles aussi excellentes propriétés médicales, et sont disponible plus longtemps.

Les propriétés de la sève étant vues, regardons maintenant celles qui sont dans les autres parties de l'arbre, c'est à dire : ses feuille, ses bourgeons, son écorce, ses racines.

Généralement ce sont les deux premières (feuilles et bourgeons) qui sont les plus utilisées. (accessoirement l'écorce et les racines peuvent être aussi utilisées)

Infusion de feuilles de bouleau :

L'avantage de l'utilisation des feuilles en infusion, c'est que l'on peut les cueillir pendant quelques mois, du printemps à l'entrée de l’automne, et quelle s'utilisent sèches,... à noter que fraîches elles peuvent également être mangées ; préférez les jeunes pousses du printemps, car avec l'âge elles prennent une saveur par trop résineuse.

Les feuilles du bouleau blanc ont servi à soigner tous les types d'insuffisance urinaire, particulièrement l'hydropisie, ainsi que le rhumatisme, l'arthrite, la goutte et les infections urinaires. C'était, en fait, les principales indications de cette plante. En outre, l'obésité et la cellulite ont parfois cédé à un traitement aux feuilles de bouleau. L'infusion se prépare en versant un litre d'eau chaude sur 40 g de feuilles. Infuser 10 minutes, puis ajouter un gramme de bicarbonate de soude. En dissolvant les principes résineux, le bicarbonate augmente l'efficacité de la tisane. Prendre trois tasses par jour : Source Passeport Santé, voir plus bas .

Les décoctions (bourgeons et écorce) de bouleau :

La décoction de bourgeons se prépare à raison de 150 g de bourgeons par litre d'eau. Faire bouillir jusqu'à réduction de moitié. Filtrer, laisser refroidir légèrement, puis ajouter un gramme de bicarbonate de soude. Prendre deux ou trois tasses par jour.

Décoction de bourgeons de bouleau :

La décoction de l'écorce se prépare en faisant bouillir dix minutes une cuillerée à thé d'écorce réduite en poudre par tasse d'eau. Pour les emplois par voie externe, on fait bouillir 40 g à 50 g d'écorce dans un litre d'eau.

Vous pouvez trouver toutes ces utilisations dans le site :Passeport Santé.

Infusion de feuilles autres sources : 12 .

Décoction de bourgeons,écorces, autres sources :1 - 2 .

Comment je procède pour récupérer le jus de bouleau !

Mon matériel.

Une perceuse sans fil et une mèche à bois de 6mm.

Pour récupérer le jus, une bouteille de verre, car le verre est un matériau neutre contrairement à une bouteille en plastique, je pense que dans une bouteille en verre le jus de bouleau est moins sensible aux rayons solaires ! Avec la mèche de 6mm, j'ai percé le couvercle en fer. Sur l'une des extrémités du tuyau plastique, j'ai entouré ce dernier avec un petit morceau de ruban plastique adhésif, en contact avec l'arbre il va permettre une meilleur étanchéité entre l'arbre et le tuyau : . Ce morceau de tuyau plastique de 20 cm environ, diamètre 6mm (que j'avais en réserve) est en vente je pense dans les grandes surfaces de bricolage.

Un morceau de fil de fer pour accrocher la bouteille.

Deux pinces : une coupante et une de serrage, un marteau pour enfoncer la cheville, une scie pour écrêter une cheville bois (voir plus bas), et un clou pour suspendre la bouteille.

… et en prévision pour reboucher le trou dans l'arbre quand ma récolte serra terminée, une petite cheville en bois de bouleau bien sur, coupée dans une branche de bouleau frais, d'un diamètre un peu supérieur au trou à reboucher, car bois en séchant se rétracte,... et que mon bouchon sera utilisé dans 3 semaines ! Mon matériel au complet : .

Le débit de la sève est variable d'un arbre à l'autre !

Le 31/03 à 14 h 45, avant de récupérer de la sève dans une bouteille en verre : ., j'avais préalablement procédé à quelques essais avec une bouteille plastique, comme essai d’étanchéité du tuyau avec le trou de perçage, ou mise en place de la bouteille, comment l'accrocher etc.

L'écoulement de la sève est différente suivant les arbres, j'ai remarqué que certains ont un un débit rapide : , et ici et au contraire d'autres bien plus lent : et : ici.

Le samedi 30/03 vers les 8H15, je vais voir ma bouteille de 150cl que j'ai accrochée la veille vers les 16 heures, je constate qu'elle est remplie à un tiers environ : ... et la neige commence à tomber  :, regardez la photo de la même bouteille prise vers 15h 30, dans la bouteille, il y a environ un litre de sève de bouleau : , ce qui me fait dire, c'est qu'en 24 heures sur ce bouleau, j'ai récupéré un litre de liquide. J'installe ce tuyau ou j'ai enroulé un petit morceau de ruban adhésif : il va me permettre de rendre la jonction plus étanche : , et j'en profite pour filmer son débit, ainsi à 10 heures l'intervalle entre les gouttes est d'environ 2s,48 : vidéo, alors qu'à 17 heures ce dernier est lui aussi d'environ 4s,36 : vidéo.

Le 31/03 vers 17h10, je mets un deuxième bouleau « en perce », et je place une bouteille en verre d'un litre : là. Résultat ce dernier a donné un litre de sève car une heure trente plus tard, c'est à dire à 18h 40 la bouteille était pleine : .

Comme le débit est important vers les 19 heures, je place une cocotte-minute pour récupérer le sève de la nuit, le lendemain vers les 9 h 30, cette dernière est au 3/4 remplie. La nuit a été fraîche, ( moins 3° ) dans la cocotte il y a une légère pellicule de glace : là, et a la jonction du tuyau plastique dans le trou de perçage, et le long du tuyau, il y a des petits glaçons : .

Je demeure dans un hameau d'une quinzaine de personne adultes, désirant leur faire profiter eux aussi des bienfaits de la cure de la sève de bouleau, je décide de mettre 4 autres bouleaux « en perce ». Tous les trous de récolte de mes bouleaux « en perce » sont approximativement à même hauteur, j'ai constaté que ce n'était pas le bouleau le plus gros qui avait le débit le plus rapide,... et inversement , alors c'est peut être l'endroit ou est percé le trou, comme je ne suis pas spécialiste en la matière ,... allez donc-savoir !

Les jours prochains je ferai d'autres comparaisons de débits, de cette façon je pourrai voir si les différences de débit varient au gré de l'heure et de la température !

Ceci étant dit, je ne concurrence pas encore les producteurs professionnels de jus de bouleau que l'on peut trouver en cherchant dans Google : .

Légendes et traditions :

Dans la mythologie romaine, les verges de bouleau ont été utilisées pour la flagellation et la "purification" des condamnés ; elles entouraient la hache symbolique des licteurs. Dans l'astrologie celtique, le bouleau est "l'inspiration". : Source.

Symbolique :

Symbole de pureté, de douceur et de délicatesse (les chamans de Sibérie grimpaient dans ses branches pour se rapprocher du Ciel).
De nos jours, un bouleau dans un jardin apporte calme et sérénité par la couleur harmonieuse de ses feuilles toujours agitées par le vent. 
Légende : Le bouleau était utilisé pour apaiser les agités et les aliénés que l'on fouettait avec ses branches. C'est aussi dans l'espoir de chasser ce qui est néfaste, que l'on flagellait les condamnés du Moyen Âge avec ses branches. Puis les exorcistes l' utilisèrent ensuite en décoction, car ils assuraient qu'il faisait s'enfuir les démons.
Le bouleau était l'un des sept arbres sacrés du bosquet des druides. 
Parfois appelé "Arbre de la sagesse", symbole de connaissance druidique, on surnommait aussi le bouleau "Sceptre des maîtres d'école", parce qu'avec son bois on fabriquait les baguettes servant à punir les cancres. 
Méditer sous cet arbre:mieux accepter sa vie,assumer les changements, se réconcilier avec ce que l'on est,adoucir ses pensées.(Le bouleau aide à se réconcilier avec l'ego et à réconcilier le masculin et le féminin) 
S'asseoir sous un bouleau, c'est pénétrer dans une atmosphère aimable et apaisante. C'est un rappel que la vie n'est pas seulement faite de luttes, mais peut être également douce et harmonieuse.
Dans le langage floral : Bienveillance vis à vis de soi et des autres.
Vertus médicinales:La médecine des plantes utilise ses feuilles, bourgeons et son écorce que l'on distille pour en extraire une huile essentielle. Le bouleau est retenu comme antiseptique, dépuratif, cholérétique, cicatrisant, diurétique. Au Moyen Âge on utilisait le bouleau pour soigner les plaies, les ulcères et les calculs rénaux. Propice aux reins et à la vessie. On lui prête de nombreuses autres vertus thérapeutiques, d'autant qu'il vit en symbiose avec l'amanite muscaria ou amanite tue-mouches, champignon "magique" que l'on appelait aussi la nourriture des Dieux (et avec lequel les chamans se droguaient). Il est encore cité pour combattre les œdèmes, la goutte et l'arthritisme, l'hypertension aussi bien que la cellulite et l'obésité, les éruptions cutanées et l'artériosclérose. :Source. ( Je trouve que la couleur du fond de cette page rend sa lecture difficile, en la « sélectionnant » je trouve sa lecture bien plus agréable ) D'autres légendes su le bouleau :1 23 45 -6 , et aussi des légendes sur d'autres arbres :.ici,

Contre indications :

La sève de bouleau agit sur l'organisme, comme tout produit ingéré, son absorption peut entraîner des effets secondaires, et comme ses propriétés sont de désintoxiquer l’organisme, certains effets secondaires peuvent apparaître. J'ai trouve ce site ou il est marqué ceci : Les effets secondaires sont directement liés à l’état de la personne qui fait la cure. Plus une personne est encombrée, plus son hygiène de vie est mauvaise, plus elle a besoin d’éliminer. Des selles plus abondantes, parfois nauséabondes, des urines plus fréquentes, plus chaudes, plus foncées peuvent apparaître durant quelques jours. Les personnes dont l’hygiène de vie est déjà très bonne n’ont pas ces inconvénients, mais les autres découvrent alors à quel point elles en ont besoin. Tous les spécialistes de la sève de bouleau sont d’accord pour dire que tout le monde peut en consommer. Mais nous conseillons tout de même aux personnes dialysées et à celles qui sont atteintes de pathologies graves d’en référer à leur médecin, de se faire suivre normalement par le médecin : Source. Certains troubles cardiovasculaires : , Un autre site déconseille le bouleau à ceux qui sont allergiques à l'aspirine : . Les femmes enceintes et allaitant ne devraient pas consommer le bouleau. Ne pas administrer aux enfants. Certaines personnes présentent une allergie au bouleau. Source. Résultats Google : .

Liens en annexes :

Pour moi, c'est l'un des sites le plus complet que j'ai trouvé. Ce site c'est celui de : Sève de bouleau fraîche des Alpes : . Je vous conseille de lire ces rubriques : la cure, les propriétés de la sève de bouleau, la récolte, une histoire mondiale, questions-réponses, recettes à base de sève.

Passeport Santé:Les diverses utilisations du bouleau : .

Pays qui utilisent la sève de bouleau dans leur médecine traditionnelle : .

Recettes : tisane de bouleau : 1.-2 – décoction avec des bourgeons : , ou d'écorces : , et ici.

Recettes pour faire du vin de bouleau :1. - 2 - 34 .

Mon calendrier de prise de sève de bouleau et réactions !

Premier jour le 28/03 une cuillerée à soupe

29 : Deuxième jour:10 cl.. pas de réaction

30 : 3ème jour 10 cl petite réaction dans la journée 3 « vidage » des intestins

31 : 4ème jour 10 cl pas de réaction spéciale.

01 : 5ème jour 15cl, pas de réaction spéciale,... mais par contre il me semble que j'ai un peu plus de pêche !

02 : 6ème jour, j'ai augmenté un peu la dose, j'ai bu à jeun 20 cl, au moment ou j'envoie en fin de journée mon article à la modération, pas de réaction spéciale !
 

Gilbert Spagnolo dit P@py

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 3 avril 2013 11:15

    Pour tuer un bouleau, il n’y a pas mieux.


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 12:46

      Salut Deneb,

      Bonne question, mais,... Tous les sites des producteurs de sève de bouleau que j’ai consulté indiquent que cette « saignée » occasionnelle dans l’année, ne met pas la vie de l’arbre en danger !

      Puis comme je l’ai indiqué dans mon article, une fois la quantité désirée est atteinte , il faut boucher le trou de « saignée ». C’est ce que je vais montrer dans cette petite vidéo prise ce matin. Il faudra attendre assez long car avec ma connexion 3G+, sa rame pas mal, mais dans le courant de l’après-midi, elle sera en ligne.

      @+ P@py


    • brieli67 29 avril 2013 15:09

      fort juste Deneb.

      C’est une plaie.

      même en stérérilisant son matos ! ce sont les élagueurs qui font périr nos platanes centenaires.

      avec une telle assertion

      "En hiver, le corps s’encrasse toujours, car l’activité physique est forcément plus réduite ainsi que la sudation, les aliments et les repas sont plus riches. "

      un compagnon de la Sécurité Républicaine nous passe un savon sur l’hygiène et la santé de l’homme, de la femme
      et des plantes.

      Clin d’oeil Merci Henri !


    • verinha9 17 mai 2013 04:39

      @ DENEB et BRIELI : en effet, un entaillage consécutif sur le meme arbre et le meilleure moyen de le tuer !!!!

      @ GILBERT : Les producteurs disent bien évidement que c’est sans danger, mais selon des études les producteurs disent bien évidement que c’est sans danger, mais selon des études (comme ici : http://www.foretgaspesie-les-iles.ca/fichiers/consortium/Rapports/Rapports_2012/Lefrancois_et_Gagne _2012_SiropBouleau.pdf ) si c’est fait n’importe comment (par exemple si la période de 2ans de repos après chaque récolte de sève n’est pas respecté) cela peut mener le bouleau à sa mort en seulement 4 années d’entaillage successives !
      Conclusion, si cette pratique ce repend à trop grande échelles et que tout le monde se mets à acheter de la sève de bouleau, c’est la fin des bouleaux.... youhou la fin du boulot ;) Lol ! Alors reste plus qu’à le faire soit même bien ou a vérifier si ca bien été fait par d’autre... mais ca c’est pas une mince affaire !!! ;)


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 11:43

      Ce matin je me suis levé à 7 heures en pleine forme, dehors il faisait moins 2° tous les pare-brise des voitures sont givrés ( la glace arrière de ma XM photo prise à 8heures:là ). Je place ma bouteille en verre qui est vide sur le bouleau qui est devant mon bureau( il fait encore nuit ) :. Pendant ce temps là, j’allume mon poêle à bois, et prépare mon petit déjeuner ( thé, pain bio grillé du boulanger d’Auzet, à 11 kms de Seyne les Alpes ) miel, margarine oméga3 ) 20 mn plus tard, le jour s’est levé, voilà la quantité de sève qui a coulée dans la bouteille :. Je récupère 15cl de sève :,..et je mets mon verre tiédir au bain marie ( comme je l’ai indiqué dans mon article )Ce matin je me suis levé à 7 heures en pleine forme, dehors il faisait moins 2° tous les pare-brise des voitures sont givrés ( la glace arrière de ma XM photo prise à 8heures:là ). Je place ma bouteille en verre qui est vide sur le bouleau qui est devant mon bureau( il fait encore nuit ) :. Pendant ce temps là, j’allume mon poêle à bois, et prépare mon petit déjeuner ( thé, pain bio grillé du boulanger d’Auzet, à 11 kms de Seyne les Alpes ) miel, margarine oméga3 ) 20 mn plus tard, le jour s’est levé, voilà la quantité de sève qui a coulée dans la bouteille :. Je récupère 15cl de sève :,..et je mets mon verre tiédir au bain marie ( comme je l’ai indiqué dans mon article ) :, ...et à 7 h30 je bois mon verre de sève de bouleau. Demain, « j’attaque » les 20cl.

      @+ P@py


      • COLLIN 3 avril 2013 23:06

        Juste une « petite » remarque en marge du sujet...la « margarine oméga3 » est en fait de l’huile végétale « hydrogénée » dont j’ai entendu dire qu’elle favorisait les dépots d’athérome sur les parois artérielles...en plus des dégats environnementaux dùs à sa production...cf huile de palme,etc...


      • Le Yeti Le Yeti 4 avril 2013 08:05

        ’’ Après ce message je me demande si la sève de bouleau n’aurait pas des effets secondaires. ’’
        Ouais ; rien n’vaut un bon verre de Coca Zéro !  :->

        @ Gilbert : merci pour cet article iconoclaste mais ô combien précieux et chapeau pour l’assiduité des références, liens et du suivi ! (La vache ; toi tu ne fais pas les choses à moitié.)
        Comme quoi Internet peut aussi se mettre au service de la mémoire vivante.
         smiley


      • Le Yeti Le Yeti 4 avril 2013 08:15

        Ma grand-mère (née dans une ferme en Bretagne) me racontait que dans son enfance, la margarine était parfois utilisée pour protéger les mains par grand froid ou plus fréquemment pour sceller les bocaux de confiture (et réutilisée à volonté) mais jamais consommée !
        En même temps, quand on a autant de beurre de ferme qu’on veut, faudrait être sacrément secoué pour bouffer de la margarine.


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 avril 2013 10:48

        Salut Collin,


        Enfin les mégas 3 et 6 anti cholestérol que dit l’Institut Pasteur de la boite !


        @+P@py


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 avril 2013 11:17

        Salut Yéti,


        « @ Gilbert : merci pour cet article iconoclaste mais ô combien précieux et chapeau pour l’assiduité des références, liens et du suivi ! (La vache ; toi tu ne fais pas les choses à moitié.) « 

        Merci pour les compliments, de pas faire les choses à moité c’est ma philosophie de vie,... puis je l’avoue, comme dans beaucoup d’autres quand je décide de faire un article, pour le rédiger il faut que je fasse des recherches ( avec internet c’est le pied ) et la période ou je fais mes recherches et un moment que j’apprécie énormément car j’adore apprendre tous les jours !



        @+P@py


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 avril 2013 11:21

        Yéti re,


        « En même temps, quand on a autant de beurre de ferme qu’on veut, faudrait être sacrément secoué pour bouffer de la margarine. »

        … de temps en temps j’alterne quand même !!

        @+P@py


      • foufouille foufouille 3 avril 2013 11:44

        « je pense que dans une bouteille en verre le jus de bouleau est moins sensible aux rayons solaires ! »

        si le verre est pas transparent


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 16:06

          Salut foufouille ;

          Les rayons de soleil ne dégradent pas le verre,par contre ces derniers agissent plus sur les molécules du plastoc,... et il y a risque de migration sur le contenu !

          Je pense qu’un chimiste pourrait confirmer !!


          @+ P@py


        • popov 3 avril 2013 12:10
          @l’auteur

          Merci pour cet article rafraîchissant.

          @Deneb

          Attention de ne pas vous tuer au boulot.

          @foufouille

          si le verre est pas transparent

          Verre teinté comme les bouteilles de vin ou de bière, ou alors emballer dans une feuille d’aluminium.

          • Croa Croa 3 avril 2013 12:31

            Le mieux ne serait-il pas de faire le trou au Nord, ce qui laisserait la bouteille à l’ombre ? smiley


          • Croa Croa 3 avril 2013 12:43

            à l’auteur et à propos du faux sucre à base de bouleau (xylitol), sais-tu comment l’obtenir et si c’est possible en amateur ?

            Xylitol : truc vendu dans certains magasins bio. Remplace en effet efficacement le sucre (bien mieux que la stévia qui n’a pas du tout goût de sucre et que les édulcorants chimiques aux mauvaises réputations !)


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 15:42

              Salut Croa,

              sais-tu comment l’obtenir et si c’est possible en amateur ?

              … alors pas du tout, par contre ,j’ai trouvé ce site sur le web !

              http://www.xylitol-sucre.org/decouvrir-le-xylitol/synthese-du-xylitol/


              @+ P@py


            • Menouar ben Yahya 3 avril 2013 15:23

              Une vertu soporifique méconnue qui n’a pas été citée ; « métro, boulot, dodo »


              • Christian Labrune Christian Labrune 3 avril 2013 15:35

                Encore la nature, et les rêveries écologistes ? A vrai dire, je ne sais pas, je n’ai pas le courage de lire. C’est que cela ressemble trop, dès le début, à de la publicité.

                Trop peu de gens ignorent encore - surtout ceux qui élèvent de très jeunes enfants - que le meilleur fortifiant, pour les jeunes et les moins jeunes, ce n’est certes pas la liqueur qu’on extrait du tronc des bouleaux, mais l’huile de vidange qu’on fait couler, dans la fraîcheur de l’aube, du moteur d’un camion qui a beaucoup roulé. Deux cuillères à soupe de cette huile dans chaque biberon, cela fait très vite du bébé le plus chétif une sorte d’athlète herculéen. C’est par ce moyen-là que je suis devenu invincible à la lutte comme à la course.


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 15:59

                  Salut Christian,


                  La meilleur huile d’camion, c’est quand même celle des bahuts qui ont été utilisés à Thernobyl et à Fukushima !


                  @+ P@py


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 17:31

                  Christian re,


                  C’est que cela ressemble trop, dès le début, à de la publicité.


                  .. effectivement , c’est de la pub pour les vertus de la sève de bouleau,et surtout qu’il est assez facile de s’en procurer gratos ! ( pour info,j’ai vu sur des marchands qu’un litre de sève de bouleau valait 30 €, et pour une cure de 21 jours il faut 6 litres de sève, calcules !!


                  @+ P@py


                • Deneb Deneb 3 avril 2013 17:52

                  Le bouleau est assez rare en France, plus fréquent aux altitudes plus fraiches. Etes vous sûr, Papy, de ne pas violer une loi, s’il faut vous aurez, grâce à cet article, l’ONF sur le dos. Surtout vu le prix. Vous vous rendez compte, si tout le monde se met à faire ça ?


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 18:15

                  Deneb re,


                  Merci pour ton observation, .. faut pas aller piquer un arbre qui ne vous appartient pas,...surtout dans une forets de l’ONF ou bien demander au propriétaire.

                  Mais pour ce qui me concerne comme je l’indique dans mon article, sur un panoramique circulaire d’un rayon de 100ms, j’ai plus d’une centaine de bouleaux, tous implantés sur des terrains privés,appartenant tous à mes voisins et amis ... et que je fournis en ce moment gratos en sève de bouleau.


                  @+ P@py 


                • Christian Labrune Christian Labrune 3 avril 2013 23:40

                  @Gilbert,

                  Cet article, il me semblait que je l’avais déjà lu. De fait, je viens de vérifier, et cet éloge du bouleau est à peu près le même (je ne dis pas que c’est copié, mais en substance, ce sont les même idées sans doute transmises de génération en génération) que j’ai dû lire pour la première fois au milieu des années 50, dans un gros livre qu’on m’avait donnné à la distribution des prix de l’école primaire. Cet éloge du bouleau et de ses propriétés, cette description de son bon usage, tout cela était déjà dans un texte d’André Theuriet (1833-1907) intitulé semble-t-il « Madame Véronique, Scènes de la vie forestière ». Un auteur dont je ne connaîtrai jamais que ces trois ou quatre pages.

                  Toutes les histoires, dans ces « 99 récits de la nature » ont quelque chose d’écologique avant la lettre. Je les ai lus jusqu’à plus soif et c’est sans doute ce qui me fait désormais préférer les soupes à l’huile de vidange et les sorbets au plutonium. A chacun ses goûts !


                • Christian Labrune Christian Labrune 4 avril 2013 00:01

                  @Gilbert,

                  Je pensais que vous réagissiez, comme moi, à un article de quelqu’un d’autre, mais je vois que vous en êtes l’auteur. Du coup, je l’ai lu, et je viens de lire aussi les pages d’André Theuriet que j’avais quelque peu oubliées. Il prétend qu’à six ans un bouleau est déjà grand garçon, que c’est le meilleur bois de chauffage, celui que les boulangers préfèrent utiliser dans leurs fours. Il servirait à faire des sabots, à tanner le cuir, à fabriquer des instruments de cuisine, particulièrement les salières, et des sortes de martinets utiles aux instituteurs de l’époque. Il paraît que les chèvres aiment à se gaver des feuilles du bouleau, et qu’en se couchant sur un lit de feuilles, on guérit les rhumatismes.

                  Ayant bu un peu trop de sève, le narrateur de Theuriet s’endort et rêve qu’il devient un bouleau.

                  A Paris, c’est difficile de trouver un bouleau. Quelques uns, très beaux, au parc Montsouris. Il y en a bien aussi, plus près de chez moi, trois ou quatre de belle taille au Père-Lachaise, mais à voir dans quel terrain plongent les racines, je ne suis pas trop tenté de faire l’expérience...

                   


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 avril 2013 11:04

                  Salut Christian,


                  Sur que le bouleau est un excellent bois de chauffage, d’ailleurs j’en utilise pour me chauffer.

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Bois_%C3%A9nergie


                  Http ://www.webois.fr/meilleur-bois-de-chauffage


                  Ensuite , tu as vu que je n’avais jamais entendu parler de la sève de bouleau, et que je l’ai découverte au hasard de mes surfs sur le web ,vers la mi-mars.

                  Ce que je peux dire que j’ai commencé ma cure il y a une semaine, … et que je pète vraiment le feu. Je pense que la cure de bouleau devrait être remboursée par la sécu !!



                  @+P@py


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 15:52

                  Dans ma réponse plus haut à Deneb, j’ai indiqué que j’avais une vidéo qui montrait que quand je n’ai plus besoin de soutirer un arbre, je rebouche avec une cheville son trou d’écoulement.

                  La vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=hbtcQXCf8iQ&feature=youtu.be

                  @+ P@py


                  • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 3 avril 2013 17:22

                    Bonsoir,


                    Merci beaucoup Mr Spagnolo pour cet agreable moment de détente en nature et d’apprentissage.

                    Cordialement

                    Franck

                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 18:02

                      Salut Franck,

                      Merci pour ton soutien, .. ben oui ça nous change des « Cahuzaqueries » et autres « DSKaneries » !

                      @+ P@py


                    • Alex Alex 3 avril 2013 18:09

                      Ce qu’en écrivait Pline l’Ancien (il y a 2000 ans) :

                      « Le sorbier, et encore plus le bouleau, se plaisent dans les lieux froids. Le bouleau est un arbre de la Gaule, très blanc et très élancé. Il figure dans les faisceaux redoutables des magistrats ; on l’emploie aussi à faire des cercles et les côtes des corbeilles. En Gaule, on en extrait de la résine par la cuisson. Aux lieux froids appartient aussi l’épine, qui donne les torches nuptiales du meilleur augure, parce que les pasteurs qui enlevèrent les Sabines fixent des torches avec ce végétal, au dire de Masurius. Maintenant on emploie le plus ordinairement pour torches le charme et le coudrier. »


                      • barrere 3 avril 2013 19:19

                        la seve de boulot donne aussi la gaule ?


                      • BlackMatter 3 avril 2013 20:10

                        Bien sûr !
                        Il suffit, après que vous ayez récolté la sève, de mettre votre engin dans le petit trou percé.


                      • Alex Alex 3 avril 2013 22:35

                        « la seve de boulot donne aussi la gaule ? »

                        Ce serait plutôt l’inverse : la gaule donne la sève ; mais il faut que ton « bouleau » soit bien élancé, et que tu le mettes dans un lieu froid. Tu risques te le geler...


                      • ZEN ZEN 3 avril 2013 18:51

                        Depuis que je me suis mis à la sève de bouleau, tout va mieux au boulot !
                        Bon, je sors...


                        • barrere 3 avril 2013 19:21

                          je déconseille la sève de fresnes


                          • soi même 3 avril 2013 20:36

                            Chut, si tu veux préservé ton activité, car avec la publication de ses activités, on finie avec une directive européenne qui l’interdit.
                            La dernière sur les plantes médicales, vous devriez vous alertez.


                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 3 avril 2013 20:50

                              J’ai indiqué que j’étais entouré de nombreux bouleaux, la preuve par l’image :12345 – comme dit l’autre si je veux j’ai d quoi faire,.. mais sur que sur la cote,... on en trouve bien moins !!


                              @+ P@py



                              • ggo56 3 avril 2013 20:55

                                Recettes bien connues et très utilisées en Russie. Au bania, on se masse avec des branches de bouleau séchées, retrempées dans l’eau chaude du bania, rituel obligatoire. Différents sirops sont vendus dans les « apteka ».
                                Au Canada, ils font du sirop d’érable à partir de la sève récoltée (acériculture).


                                • barrere 3 avril 2013 21:08

                                  le buis aussi pas mal pour remplacer les somniferes

                                  les nunchakus sont fait en buis


                                  • BA 3 avril 2013 21:12
                                    Mercredi 3 avril 2013 :

                                    Ban Ki-moon : il sera bientôt trop tard pour sauver la planète.

                                    Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, pour la première fois en visite à Monaco mercredi, a estimé qu’il serait bientôt trop tard pour sauver la santé environnementale de la planète si on ne met pas en place un instrument contraignant d’ici à 2015.

                                    Les paroles n’ont pas été suivies d’effets. Il sera bientôt trop tard. Nos modes de consommation sont incompatibles avec la santé de la planète. Notre empreinte écologique est démesurée, a asséné Ban Ki-moon, devant un parterre de personnalités.

                                    Nous devons agir maintenant si nous voulons qu’en 2050, la planète soit vivable pour ses 9 milliards d’habitants, a-t-il plaidé.

                                    Sur quatre-vingt-dix objectifs adoptés d’un commun accord par la communauté internationale dans le domaine environnemental ces 20 dernières années, seuls quatre affichent des progrès notables, a déploré Ban Ki-moon.

                                    Le responsable a mis en exergue l’amoindrissement de la biodiversité, la diminution des stocks de poissons, la plus grande acidité des océans, ou encore l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

                                    Il faut que la dynamique s’accélère. Nous devons développer ce que nous testons en éprouvette depuis 40 ans. Pour cela nous devons adopter des mesures d’incitation efficaces, et notamment mettre un prix sur les émissions de carbone, a-t-il dit.

                                    Nous devons aussi adopter, d’ici à 2015, un instrument universel et juridiquement contraignant relatif au climat, afin que tous les pays prennent des mesures supplémentaires pour réduire les effets des changements climatiques et s’y adapter, a préconisé le secrétaire général des Nations unies.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès