• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Je traverse la rue, je vous trouve un emploi » : Macron a-t-il fait (...)

« Je traverse la rue, je vous trouve un emploi » : Macron a-t-il fait preuve de mépris ?

« je traverse la rue et je vous trouve un emploi »

La prétendue "affaire Benalla" n'est pas encore terminée que l'opposition a déjà trouvé un nouveau cheval de bataille pour accabler le Président de la République. "Je traverse la rue, je vous trouve un emploi", c'est ce qu'a déclaré Emmanuel Macron à un jeune chômeur qui lui racontait ses déboires lors d'une visite élyséenne dans le cadre de la Journée du Patrimoine. Une phrase qui serait passée crème dans un pays anglo-saxon ; mais au pays de l'antilibéralisme et de la "fibre sociale" (sic), il n'en faut pas plus pour déclencher une polémique. Après tout, c'est une déclaration similaire de la reine Marie-Antoinette ("Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la brioche !") qui avait conduit le peuple outré à prendre les Tuileries en 1792. C'est qu'il a sa fierté, le peuple.

Il faut aussi dire que le président Macron n'en est pas à sa première phrase choc. On se souvient de "ceux qui foutent le bordel", du "va passer le bac", et, plus récemment, des "Gaulois réfractaires". Emmanuel Macron a depuis longtemps cette image de président cash qui dit ses quatre vérités au bon peuple sans contorsions. Pour les libéraux comme l'auteur de ces lignes, c'est une qualité. Mais, pour de nombreux Français, notamment à gauche, c'est l'expression d'un "mépris de classe", caractéristique dont est souvent affublé Macron, le "président de ceux qui vont bien".

Mais, dans le cas du jeune chômeur d'hier, il n'y a eu nulle remarque désobligeante. Remettons la phrase du Président dans son contexte : sorti pour saluer les centaines de personnes qui attendent pour visiter l'Élysée, le Président se fait aborder par un jeune homme qui lui raconte ses déboires professionnels. Horticulteur de formation, il dit envoyer des CV et postuler à des annonces, sans succès. C'est seulement alors que le premier magistrat de France lui répond que le secteur de l'horticulture est sans perspective (qui peut le contredire ?) et qu'il serait préférable de se réorienter dans la restauration ou le BTP, secteurs bien plus attractifs et à plus forte rémunération. En effet, là où un horticulteur gagne en moyenne 1529 euros mensuels, un serveur peut en gagner 1592 (sans compter les pourboires) et un peintre en bâtiment a un salaire moyen de 1652 euros. A ces différences de salaire, il faut effectivement ajouter la demande. Seule une clientèle ciblée peut s'offrir les services d'un horticulteur tandis que le BTP et la restauration sont des secteurs massivement présents dans notre société.

Notons que le principal intéressé ne s'est nullement senti offensé par les paroles du Président qu'il a chaleureusement remercié pour ses conseils, lui serrant la main avec le sourire. Ce sont les opposants qui ont trouvé dans cette phrase un prétexte pour jouer aux Robin des Bois, jeu pratiqué par l'ensemble de l'échiquier politique, de l'extrême-gauche au RN. Surtout que l' "affaire Benalla" s'essouffle. Il fallait combler le vide par un nouveau scandale.

Alexis Corbières, Nicolas Bay, Nathalie Artaud, une fournée d'élus LR et plusieurs apparatchiks socialistes ont ainsi dénoncé à qui-mieux-mieux le "mépris", l' "irresponsabilité" ou la "légèreté" du Président. On a même eu droit à un "chômeur-bashing" dans un tweet d'une élue Insoumise qui dénonce un "odieux libéralisme" dans lequel "on rejette la faute sur le chômeur et les plus faibles".

Le libéralisme étant avant tout une liberté politique et économique des individus (par opposition aux plans quinquennaux et à l' "État employeur" dont rêve M. Quatennens), il est vrai que nous donnons une part de la responsabilité du chômage au chômeur lui-même (tandis que la plus grande part revient, dans la lecture libérale, à l'État qui n'a pas su créer les conditions nécessaires au développement de nouveaux emplois). Le libéralisme est avant tout une pensée de la responsabilité individuelle : le lycéen/étudiant qui se lance dans un parcours est censé s'être renseigné sur les débouchés et la rentabilité de la voie choisie. Choisir une voie sans issue (sociologue, horticulteur, dactylographe) équivaut à devenir complice de sa non-employabilité.

Enfin, le libéralisme privilégie le secteur privé et l'entreprenariat plutôt que l'État et ses comités Théodule comme Pôle-Emploi générant plus de dépenses que de recettes. Ainsi, ce qui choque un libéral, ce sera moins les propos du Président que le fait de voir un citoyen aborder le chef de l'État pour lui exposer ses problèmes professionnels, comme les manants de jadis clamaient leurs doléances, prosternés aux pieds du bon roy Henry. Voilà de quoi ravir Tocqueville, qui dénonçait déjà en son temps le rapport féodal qu'entretiennent les Français avec leurs chefs même démocratiquement élus. On n'imagine pas un États-Unien aller voir Trump pour demander à ce que ce dernier lui déniche un travail.

Cette phrase, comme presque tous les gestes du Président, a été source de clivages, de réactions indignées et de jeux d'instrumentalisation politicienne. Peu de gens ont pris la peine de se pencher sur le fond de la déclaration et de se demander simplement si les dires de Macron étaient vrais ou faux. Or, quel que soit notre avis sur le Président et sa politique, on ne peut que s'incliner face à la réalité : il est plus viable de responsabiliser les gens et de les rendre maîtres de leur vie professionnelle plutôt que de leur octroyer une faveur en leur dénichant un boulot rémunéré par l'État et les maintenir ainsi dans l'assistanat. Que les détracteurs nous expliquent ce que Macron aurait du faire : engager ce jeune homme pour s'occuper des jardins élyséens ? Cela l'aurait sans doute rendu heureux mais combien d'autres jeunes sont au chômage ? L'État devrait-il leur procurer à tous un travail alimentaire payé au SMIC, aux frais du contribuable qui est déjà le plus pressuré d'Europe ?

Les choses iront mieux pour notre pays quand les Français comprendront que le seul "plan anti-pauvreté" efficace, c'est un "plan richesse" : devenir un pays pro-business peuplé de citoyens responsables où l'État est cantonné à ses deux seules missions qui sont d'assurer la sécurité et de créer les conditions de la prospérité.


Moyenne des avis sur cet article :  1.54/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • velosolex velosolex 17 septembre 09:28

    Remarquons que Macron a donné un boulot à Benalla, qu’était assis sur le trottoir avec les bras croisés, comme dans une chanson de Johnny, le philosophe des pauvres.

    Benalla n’a juste eu qu’a traverser la route, et en face ça tombait bien y avait Elysée. 

    Bon, j’imagine que si en face il y avait eu le bureau du front national, ça n’aurait pas changé la nature de son boulot. C’est ce qu’on appelle le karma, aux indes. Mais est ce ajustable à l’indre et loire ?

    Le plan pauvreté, c’est le plan ruissellement, le fric tombe des toits et retombe sur la tête des pauvres. 
    On voit que les gars du capital en ont dans leur caboche, et que on pense dur, là haut. A s’en griller un fusible
    Tant pis pour les pauvres qu’ont un petit parapluie, croyant se protéger.
     Ils profiteront pas des oeufs de paques. 
    Juste des merdes de pigeons

    • placide21 18 septembre 08:20

      @velosolex
      Guignol ? caricature ? quels adjectif pour qualifier ce monsieur qui s’érige en expert de ce qu’il ignore.Aucune empathie, le peuple n’est pas son monde( pour lui un jeune ingénieur français au chômage peut travailler dans la manutention) L’arrogance du dominant dans toute sa splendeur.(Je suis retraité avec 44 ans de cotisation)


    • Le421 Le421 18 septembre 09:54

      @velosolex

      Juste un tout petit problème.
      La fameuse « théorie du ruissellement » a été remplacée par « la pratique de l’évaporation » qui fonctionne d’ailleurs parfaitement...

    • Pere Plexe Pere Plexe 18 septembre 18:58

      @velosolex
      Il à aussi donné du taf à d’ex PS et d’ex LR qui n’ont eu qu’a traverser pour le rejoindre...

      C’est surement la cause de sa méprise...

    • Alren Alren 23 septembre 15:51

      @velosolex

      "le premier magistrat de France lui répond que le secteur de l’horticulture est sans perspective (qui peut le contredire ?)"

      Moi je peux le contredire !!!

      Toutes les communes ou presque font des efforts pour être fleuries car cela améliore grandement leur image et l’agrément des habitants ! Certains jardins floraux reçoivent la visite de milliers de visiteurs payants. pour cela il faut des horticulteurs.

      Certes le développement de la robotisation de certaines activités diminue, comme partout, les besoins en personnel peu qualifié, mais inversement le besoin de professionnels très qualifiés dans cet art de la culture de plantes délicates augmente.

      Mais les communes confrontées aux restrictions budgétaires ont tendance à réduire le budget « fleurs ».

      Visiblement cela passe au-dessus de la tête d’un petit banquier comme Macron.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 septembre 09:37

      Le programme de Juppé-Fillon-Morizet-Copé, c’était exactement celui là :

      « Vous êtes salarié ? Vous n’avez qu’à vous mettre à votre compte ! »

      Maintenant ils font semblant d’être choqués
       smiley


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 09:46

        Ma vision des choses et l’expression TOTALE de mon dégoût :  J’entendais hier Macron dire : ce n’est pas vrai qu’il n’y a plus de travail. Et de me dire : d’une certaines manière, il a raison,.... avec l’informatique et le tertiaire, les petits métiers ont été dévalorisés. Dans les années 70 tout le monde de dire : le futur sera dans les métiers dits du service. La réalité démontre tout le contraire. L’informatique a tué le tertiaire, les métiers manuels ont été dévalorisés. Les jeunes sont de plus en plus fragiles et cherchent des empois « douillets ». Il fallait faire de l’argent facile. Ce que Macron oublie de dire, c’est que lui, le Bilderberg, Facebook, les réseaux sociaux, les lobbies, l’ENA furent les grands destructeurs de ces petits métiers qui forgeait l’histoire d’un pays. Un peu comme des parents qui maintiennent chaudement sous leur aile leurs jeunes et leus donne ensuite un coup de pied au cul : mais va travailler : manoeuvre, restauration, cordonnier,..PITOYABLE,...


        • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 09:49

          ...il serait préférable de se réorienter dans la restauration ou le BTP,

          C’est bien là, dans cette sugggestion de Macron, que se situe le mépris le plus crasse.
          Pourquoi ne pas suggérer à ce jeune l’informatique ou la finance par exemple, que Macron connait bien et qui embauche à prix d’or ? Pourquoi la plonge ou le service ?
          Parce que dans la tête à Macron un bouseux est bien trop con pour pouvoir rêver à autre chose que la plonge ou le service, voilà pourquoi !
          Macron pense qu’un prolétaire doit le rester, et ne pas chercher à péter plus haut que son derrière boueux.
          Tout son discours de viser plus haut est du baratin.

          On aura beau tourner la phrase dans tous les sens, elle reste méprisante, c’est tout.


          • amiaplacidus amiaplacidus 17 septembre 11:54

            @ZenZoe


            Lorsque Macron ne récite ou ne lit pas ce que lui ont préparé ses mandants, il n’articule que des banalités ou, plus fréquemment, des conneries.

            Macron n’est qu’un comédien (sans avoir la culture qu’on souvent les comédiens) qui joue un rôle et pour être sûr qu’il le joue bien, on a mis sa prof de théâtre à ses cotés.

            Macron n’est pas un rien, il est rien.

          • Fergus Fergus 17 septembre 11:56

            Bonjour, ZenZoe

            Copié-collé d’un commentaire que je viens, à propos du mot « mépris », de poster sur un autre article traitant le même sujet .


          • Fergus Fergus 17 septembre 12:01

            Zut ! message incomplet. Voici la suite !

            « Je ne suis pas sûr qu’il y ait là du »mépris". Macron s’exprime même avec une certaine emparhie sur la vidéo.

            Mais à défaut de mépris, il fait preuve d’une méconnaissance abyssale du fonctionnement du marché de l’emploi, et dans le cas de ce jeune horticulteur d’une ignorance crasse du service en limonade-restauration* qui ne peut s’exercer qu’après un minimum de formation, tout particulièrement dans des établissements comme ceux de Montparnasse où ne sont en général embauchés que des serveurs dotés d’une solide expérience !

            * Mon père a passé l’essentiel de sa vie dans ce métier, passant de bistrots de quartier à ses débuts à des grandes brasseries parisiennes chic en fin de carrière."


          • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 14:34

            @Fergus
            Je vous ai répondu sur l’autre fil smiley

            En gros, c’est que son empathie, je n’y crois pas, sa condescendance en revanche oui !


          • Désintox JPB73 17 septembre 17:06

            @bébert


            D’où tenez vous qu’une majorité sort de l’école sans formation ?

            Cliché ! Cliché !

            Mais si vous dites à ceux qui ont étudié l’horticulture de partir en restauration et à ceux qui ont fait restauration de partir en maçonnerie, il est sûr que les formations ne servent plus à grand-chose !

          • Aristide Aristide 17 septembre 17:27

            @JPB73

            Bebert est un spécialiste, il tire des conclusions définitives à partir d’informations qu’il croit exactes. Jamais il ne lui vient à l’idée de vérifier. Une simple recherche donne un chiffre de l’ordre de 17%.




             La part des jeunes sortant de formation initiale sans diplôme s’est stabilisée autour de 17 %depuis le milieu des années 1990. Ces jeunes sont plus souvent que les autres issus de milieux défavorisés ou de l’immigration. Ils s’insèrent dans des conditions différentes selon leur niveau d’études, les sortants de terminale trouvant plus facilement un emploi que les jeunes ayant arrêté leurs études au collège ou en cours de cursus préparant au CAP-BEP. Toutes choses égales par ailleurs, les origines sociales et nationales de ces jeunes influent sensiblement sur leur niveau d’études mais aussi sur leur insertion à niveau d’études donné. Sept ans après la fin de leur formation initiale, la situation professionnelle des jeunes sans diplôme n’est souvent pas encore stabilisée. Un quart d’entre eux reprennent des études après être entrés dans la vie active et obtiennent un diplôme. Ce diplôme, généralement obtenu un à trois ans après la sortie, leur permet d’améliorer nettement leurs perspectives professionnelles.

          • relaxmike 17 septembre 18:04

            @ZenZoe

            Tout à fait. Cette suggestion ressemble à celle qui consiste à proposer, pour des locataires d’un logement en zone « défavorisée » un logement en zone « favorisée » avec l’argument que la mixité sociale améliorerait la réussite. Personne ne suggère le contraire : reloger les Rotschild en HLM semblerait une incongruité ; elle est pourtant de la même nature. Du point de vue du président, il semble inconcevable de préférer le métier à l’argent car l’argent est son unique valeur. Ce raisonnement ne permet pas de faire société, car à ce compte-là nous finiront tous dealers de cocaïne, le métier le plus rentable.

            C’est peut-être ça, finalement, son « projet » ?

          • jeanpiètre jeanpiètre 17 septembre 18:29

            @amiaplacidus
            soustraire rien à rien vous donne un moins que rien, ce qui est tout de même quelque chose


          • mmbbb 17 septembre 19:45

            @JPB73 un boucher traiteur pourrait aussi aller en salle d operation , il a deja quelques fourniture ; scie couteau hachoir


          • ASTERIX 18 septembre 09:51
            @ZenZoe

            MACRON CYNIQUE ET MEPRISANT LES SALARIES      DEGAGE RETOURNE CHEZ 

            ROTSCHILD TRADER raté   !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          • Dans le patelin où je réside quand on traverse la rue on tombe sur des boutiques fermées au rideau de fer rouillé.
            Quand au jeune gars, s’il a fait l’effort de passer un BTS d’horticulture ce n’est pas pour faire la plonge au macdo du coin... Ou alors disons clairement aux jeunes d’arrêter d’étudier et de se lancer dans les trafics... Il faut être cohérent !

            • ZenZoe ZenZoe 17 septembre 11:07

              @France Républicaine et Souverainiste
              Exactement.

              D’un côté c’est feignasses, formez-vous !
              De l’autre c’est feignasse prenez n’importe quoi !


            • Fergus Fergus 17 septembre 12:04

              Bonjour, France Républicaine et Souverainiste

              Et en l’occurrence, il ne pouvait s’agir de « plonge » : à Montparnasse, comme dans la majorité de quartiers chics et touristiques de Paris, la presque totalité de ce type d’emploi est tenue par des Africains et des Indo-Pakistanais payés au lance-pierre et en situation parfois irrégulière.


            • velosolex velosolex 17 septembre 12:26

              @France Républicaine et Souverainiste


              Y a plus que ça pour survivre, les trafics et la politique. 
              Benalla a longtemps hésité
              Maintenant il s’aperçoit qu’il a fait le mauvais choix. 

            • Aristide Aristide 17 septembre 17:49

              @France Républicaine et Souverainiste
              Ou alors disons clairement aux jeunes d’arrêter d’étudier et de se lancer dans les trafics...


              C’est justement ce message qui est catastrophique. toutes les études et statistiques démontrent que la formation, les diplômes sont de vrais atouts qui jouent largement sur la durée de recherche d’un premier emploi mais aussi sur la consolidation de ces emplois après quelques années.

              Macron est un crane d’œuf, j’en ai croisé de nombreux dans ma carrière professionnelle, ce sont les plus dangereux, il sont capables des pires bêtises sans s’en rendre compte, tellement suffisants et sûrs de leur extrême compétence en tout. Élu président, cela n’a pas du arranger sa modestie ... 

              Le jeune lui tendait une perche incroyable, il aurait pu argumenter sur la formation, parler de formation permanente, de spécialisation, ... de nécessité de rapprochement compétence-emploi, ... en place d’aller faire le malin et son affaire de traverser la rue ...


            • pallas 17 septembre 10:01
              Nicolas Kirkitadze
              Bonjour,

              Pendant que les gens issus de la petite ou grande bourgeoisie font des festivals, finissant tout remplie de MST ou bien assassiné ou violer dans une ruelle quelconque.

              Pendant que les maladies neurologiques s’aggravent, dont les gamins et gamines ont un trés grave retard mental à cause de la pollution, et les parents pendant ce temps ne vivent que dans leurs devant la télé.

              Pendant que nos politiques et dirigeants économiques, se pensant supérieur, ce payant des prostitués ou bien des jeunes femmes limites débiles mental.

              Je peut continuer cela longtemps.

              La France est morte, le nombre de crimes et fait divers est supérieur à celui de l’avant guerre civil d’Algérie et ce rapproche rapidement de celle de l’avant guerre civil Syrienne.

              La fin d’une civilisation ce déroule toujours de la même manière.

              Les manoeuvres militaires Russes et Américaines sont une préparation réel du chaos qui ce fait jour en France, ce destin est inéluctable.

              Un vrai festival de crie, de pleure, c’est gratuit en plus de ça.

              Macron est à l’image de la france et s’il est effectivement une intelligence supérieur, alors qu’il n’est que banal, sa prouve que le peuple n’est qu’un ramassis d’handicapé mentaux.

               smiley

              Salut

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 10:05

                Je connais parfaitement la question ayant vécu de près le démantèlement et la dévalorisation totale des métiers autour de l’artisanat. En 1983, en Belgique, nous avions décider de créer une filière parallèle à L’Office Nationale de L’Emploi, visant à redonner le goût du travail manuel à travers le compagnonnage en redonnant leur NOBLESSE à ces métier. NON, NON, NON, on va vers le tertiaire et les métiers de l’informatique. Pas d’argent pour ces conneries. La bureautique devait primer,.... Et maintenant, ce « donneur de leçon » qui a participé totalement à la destruction du secteur joue les Père fouettard. A VOMIR.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 septembre 10:46

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  En 1983....il avait quel âge Macron ?

                  7 ans ?

                  C’est un peu jeune pour avoir la paternité complète de ce qui s’est produit dans les années 80


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 11:37

                  @Olivier Perriet


                  Il est né en 1977, le moment où le reaganisme et le thatchérisme detruiosait comme un ouragan toute la civilisation ou ce qui en restait, sur son passage. Il est le « fruit » si je puis dire (insipide, inodore et incolore) de cette génération de « battants dynamiques » générant des années de geek « zombies » molassons, Tanguy, tanguants.... Tout cela avec le soutien de Mitterrand (Lire christian NOTS) pour maintenant oser un : mais vous voyez bien qu’il y a du travail,......Il est dans le déni total de la réalité et de l’histoire qui a conduit au désastre actuel dont il fut lui-même l’"artisan. Les métiers du tertiaires vont être avalés par l’informatique. PLUS BESOIN de comptables, de banquiers et autres fonctionnaires. VOILA, LA REALITE. Et qui va s’empresser de prendre ces emplois dont personne ne veut,...je n’ai pas besoin d’insister. La nécessité de survivre fera le reste. 

                • velosolex velosolex 17 septembre 12:08

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  J’ai passé toute un partie de ma vie à traverser la route, au risque de me faire écraser. Quand j’en avais ma claque, je faisais mon sac pour le bout du monde, et j’attaquais la route dans le sens de la longueur, qui est à mon avis aussi profitable sinon plus, que la largeur. 


                  Ces traversées en dehors des passages cloutées, et du tunnel souterrain réservé à certains, sont en effet dangereuses. Ne sont pas les Beatles, traversant « Abbey road », qui veut. « Let it be ! » a des limites certaines en dehors de l’interpellation poétique et existentielle. J’ai fini en psychiatrie, du bon coté de la blouse, en faisant valoir mes expériences de la traversée des apparences au niveau des acquis.

                   J’observe que ça c’est beaucoup compliqué. Plus aucun con ne se risque comme dans les années 80 encore à dire, un coude sur le comptoir du café de commerce à sortir, un verre dans le nez : « Si tu veux un boulot, mon pôte, t’en trouve un sur l’heure. Suffit de traverser la route ! »...
                  Enfin si, il en reste un. 
                  Un macronisme pathologique du microcosme.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 12:21

                  @velosolex


                  Merci, je savais que vous seriez un des seuls à comprendre le sens profond de mon commentaire. Une personne me suffit. Je compte sur les doigts de la main les personne qui saisissent le sens profond de mes interventions sur Agora, qui pourtant sont limpides. Macron : de la merde dans du papier d’argent. Rappelez-vous cette phrase :« Vous me faites pas peur avec vos t-shirts, la meilleure façon de se payer un costard est de travailler ». Quel mépris pour les manuels, alors qu’il aimerait les envoyer au charbon. Lui qui regarde de haut ceux qui se salissent les mains. Cet homme me donne envie de gerber,...

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 septembre 14:01

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Le « monde de merde d’aujourd’hui », de votre propre analyse, c’est quand même celui que vous avez l’honneur de laisser aux suivants.....


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 14:11

                  @Olivier Perriet


                  Monsieur, j’ai au moins le bonheur de n’y laisser aucun enfant. Et je ne suis en rien responsable de sa dégradation. Encore un peu vous m’accuserez d’être responsable de la fameuse dette qui pèse sur la tête de chaque enfant à la naissance. Vous y a allez un peu fort,...

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 septembre 15:38

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  effectivement, on n’a qu’à tous se suicider, ce sera beaucoup mieux smiley

                  Vous êtes écologiste je suppose smiley ?


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 septembre 21:00

                  @Olivier Perriet
                  Version PMA, GPA, certainement pas. DECROISSANTE.


                • jmdest62 jmdest62 17 septembre 10:08
                  « l’opposition a déjà trouvé un nouveau cheval de bataille pour accabler le Président de la République ».
                  °
                  Vous avez raison , l’opposition aurait pu s’épargner cette peine les propos de Manu suffisent ...plus il parle plus il s’enfonce ...laissons le faire !
                  @+

                  • NEMO Gwynplaine 17 septembre 11:35

                    @jmdest62

                    bien vu smiley

                  • Raymond75 17 septembre 10:17
                    Macron illustre jusqu’à la caricature la pensée unique, relayée par ses maitres Attali et MInc : les chômeurs sont des fainéants qui ne cherche pas à travailler ... Comprendre ’qui n’acceptent pas n’importe quel travail’.

                    Avec le neo libéralisme, il n’y a plus d’individus, de nation avec leur histoire et leur valeur,de droits sociaux et de services publics : il n’y a que des agents économiques.

                    Mais Macron a raison sur un point, essentiel : la véritable formation continue qualifiante pour les adultes et les jeunes décrocheurs n’existe pratiquement pas dans notre société. Dès lors, des emplois qualifiés ne trouvent pas preneurs faute de qualification et de mobilité sociale possible. De plus, le prix devenu abérrant des logements interdit la mobilité géographique.

                    Je n’en doute pas : Macron va mettre fin à la spéculation immobilière ... 

                    • Inquiet 17 septembre 10:30

                      J’aurais été tenté de défendre ce jeune chômeur, mais je suppose que rien ne justifierais son choix d’étude (du point de vue des libéraux_qui_regardent_la_vérité_en_face ... sic) en horticulture alors que l’offre se situe dans la restauration ou la construction.

                      Je ne vais pas une n-ième fois tenter de convaincre des psychopathes en herbes, ce que le mot « humanité » veut dire, et je les laisserai penser qu’il n’y a qu’un droit à penser : celui des premiers de cordées. Convaincre sur l’empathie, l’amour c’est vécu comme une faiblesse pour ces gens là alors ne le faisons pas.

                      Cependant en rentrant dans le registre du factuel et QUE du factuel (ça ils l’entendent :) ), j’émettrais 2 observations :

                      1) Un employeur en restauration qui manque cruellement de personnel, embaucherait-il un candidat formé en horticulture pour :
                      - être en cuisine ? hum, qui mangera ce qu’il prépare ?
                      - être en salle ? je m’excuse par avance pour ce jeune garçon mais son physique (même si on fait semblant de combattre les discriminations) ne le range pas vraiment parmi les individus élancés et alertes comme les serveurs
                      - la plonge ? il y a des lave vaisselles maintenant :)

                      2) En tant que client, accepterions nous d’avoir du personnel peu ou pas qualifié qui nous serve ou qui intervient ?
                      On va me répondre que ça existe déjà, et j’aurais tendance à répondre que cela participe à la mauvaise situation dans laquelle on se trouve ;)

                      En étant juste factuel ET QUE factuel, on aurait pu dire que notre candidat en herbe n’aurait aucune chance en restauration.

                      Allez, je suis bon prince, au bénéfice du doute, je suis persuadé que notre cher Jupiter pensait aux dizaines de milliers de formations gratuites qu’il allait mettre en place, j’ai bon ? :)


                      • Buzzcocks 17 septembre 11:35

                        @Inquiet
                        Y a quantité de restaurants qui fonctionnent avec des pakistanais qui n’ont jamais été apprentis chez Bocuse. Pour réchauffer un ris de veau acheté chez Metro en quantité industrielle, un horticulteur peut faire l’affaire.

                        Vous allez, « chez Gladines » ou « chez Papa » à Paris qui sont deux enseignes « spécialitées du sud ouest ».... bah vu la tronche des gens en cuisine, ils semblent autant nés que moi, à Pau ou Bayonne.


                      • velosolex velosolex 17 septembre 12:21

                        @Buzzcocks
                        Faudra que l’horticulteur se dépêche de traverser la route, et soit plus rapide que le migrant qui traverse la méditérannée, pour décrocher le boulot de plongeur. 

                        On pourrait en faire un jeu télévisé, oscillant entre « fort boyard », et « l’amour est dans le pré », qui s’appellerait « le bonheur est dans la plonge »
                        Le migrant à un avantage du à son expérience en mer....Mais l’horticulteur possède un taille haie, et peut être une tronçonneuse pour s’imposer !
                        Qui gagnera ?..Qui touchera le premier la bouche d’égout, pour prendre la commande à Mimy Matie ?
                         Tout dépend de la vitesse de déréglementation de Macron, pressé par le patronat de la restauration de régulariser qu plus vite les migrants, afin de pouvoir les embaucher. 
                        Certaines mauvaises longues disent qu’ils profiteraient de l’aubaine....Ce ne sont que de vils mensonges, bien sûr..
                        .L’hostellerie et la restauration n’ont la dedans que des considérations humanitaires, pas le genre à mélanger serviettes et torchons. 
                        L’hôtellerie-restauration, en manque de personnel, veut recruter des ...

                      • Raymond75 17 septembre 13:50

                        @Buzzcocks


                        Ce ne sont pas des Pakistanais, mais plus souvent des Sri-lankais, qui ont le génie de la cuisine : dans une pizzeria, ils feront de très bonnes pizzas, dans un restau chinois, ils seront excellents, dans un bistro parisien, ils seront parfaits, etc ... Bravo !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès