• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Je veux passer à la télé !

Je veux passer à la télé !

Dépité de ne pas avoir pu passer à la télévision malgré le fait que je débite au moins autant d’âneries que ceux qui y tiennent salon, j’ai décidé d’écrire un argumentaire démontrant que mes dires sont en tous points conformes à ce qu’on attend des intervenants.

 Je suis féministe. Comment a-t-on pu supporter si longtemps le fait que les femmes soient cantonnées à faire des enfants, les éduquer, les mettre sur le droit chemin ? Il y a tant de tâches plus enthousiasmantes : piloter des avions de chasse, diriger des centrales nucléaires, exterminer les terroristes, manager des multinationales… Mais le dessein de mes amies femmes est plus grand et va bien au-delà : le but, le but ultime, c’est d’éradiquer l’instinct de domination des relations humaines pour le remplacer par la séduction : le siècle qui vient sera féminin ou ne sera pas. Il s’agit d’une révolution civilisationnelle, vers la paix, la fraternité, l’amour, la prospérité, ce sera la fin de l’intelligence bornée et belliqueuse des mâles.

 Je suis libéral ! Il n’y a pas lieu de confiner les pensées dans une approche collective donc collectiviste : les chrétiens, les communistes, les nationaux-socialistes de toutes sortes doivent être boutés hors des démocraties par la dérision et même la force si besoin est. Des hominidés qui ne voient pas toutes les lumières que peuvent apporter le progrès n’ont pas à ralentir une marche commune vers plus de liberté, plus de respect, plus d’Internet, plus de chaînes de télévision… L’économie est ce que l’Homme en fait : c’est lui qui écrit son destin et personne ne peut le faire à sa place. Les lois, les règlements, les statuts, les protections sociales ne font que paralyser les échanges qui s’équilibreraient bien mieux sans eux et au bénéfice de tous. Bien entendu les aspects moralisateurs sont eux aussi à bannir : les systèmes s’autorégulent et des mœurs qui ne conviennent pas à l’état de Nature pénaliseront l’intéressé et le fera disparaître, ce qui éliminera cette déviance.

 Pour les aspects géostratégiques, il n’y a pas lieu de remettre en cause les actions et les prérogatives du gendarme mondial actuel. Bien entendu, des millions de vietnamiens ou d’Irakiens sont par exemple morts sous des bombardements, mais est-il possible de tolérer que des collectivistes ou des religieux, qui ont d’ailleurs maints aspects communs, s’emparent de la planète. La liberté se garde dans la lutte et l’action sans pitié pour ses ennemis qui se glissent sournoisement dans de bels âmes qui défendent souvent ce qu’elles ne connaissent en rien.

 Bien entendu, je suis violemment hostile au viol des artistes, des attachées parlementaires, des disciples de gourou même si les faits remontent à plusieurs décennies et que la plupart du temps le temps obscurcit le détail des mémoires. Les comédiennes en particulier ont un mal fou à préserver leur pureté originelle en vue d’un mariage chrétien surtout lorsque celui-ci est programmé à l’âge minimal légal de 18 ans, on n’y arrivait déjà pas avant que ces connards de sénateurs l’augmentent de 15 à 18. Y connaissent pas les pucelles de notre quartier nos obèses représentants du peuple, à ces âges faut pas les faire asseoir sur une chaise en raphia, t’es certain de coller le feu à la piaule. Enfin passons, je m’excite, c’est un détail.

 Pour la littérature, je suis pour interdire les livres de culte : y faut pas imbiber l’esprit de la nouvelle génération avec tout un bazar de monde merveilleux où suffirait d’avoir la foi pour y accéder : faut bosser, c’est tout, si tu n’en branles pas une latte, t’auras que dalle : pas d’écran plat, pas de climatiseur, pas de 4x4 urbain, pas de vacances en Catalogne, pas de maladies honteuses pendant le service national que va instaurer l’idole des hospices, pardon je m’égare, le Président… M. le Président.

 Je ne suis ni antisémite, ni antisioniste et je prends bien garde de ne pas distinguer l’un de l’autre, d’ailleurs je n’ai encore pas compris la différence. Les journalistes et intervenants ne sont presque jamais honnêtes lorsque des problèmes internationaux sont abordés, ainsi je préfère me fier uniquement à quelques uns d’entre eux, les plus probes, les plus impartiaux : J.-P. Elkabbach, Serge Moati, Michel et Marie Drucker, Michel Polac, Alexandre Adler, Paul Nahon, Claude Askolovitch, Bernard-Henri Levy, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Pascal Bruckner… Non excusez-moi je confonds avec Bernard Kouchner, Daniel Cohn-Bendit… Oui Dany ! Il a beaucoup mûri, il sait maintenant reconnaître un CRS d’un SS et ses commentaires sont à la fois drôles et pertinents.

 Évidemment, je suis pour qu’on traite dignement les gens qui prennent des risques insensés pour rejoindre cet havre de sécurité, de richesse, que représente la France. Je n’ai que faire de ces illuminés racistes des Etats-Unis qui font remarquer que l’équipe de France est majoritairement composée de joueurs d'origine antillaise ou africaine, c’est peut-être vrai, mais on ne se demande pas combien qu’il y a de fils de pauvres à l’École Polytechnique. Il faut trouver un juste équilibre entre l’indispensable compassion et le pragmatisme pour traiter la dimension humaine de l’immigration et surtout des immigrés, car ce sont des hommes, des femmes, des enfants dans la détresse dont nous parlons.

 Bien entendu les nouvelles technologies représentent une chance exceptionnelle pour le monde : tous, quel que soit leur richesse, leur pays, leur langue pourront communiquer avec n’importe qui où qu’ils soient. C’est une chance d’atteindre enfin cette société du bonheur que l’on a fait miroiter au cours des siècles à des miséreux pour qu’ils espèrent envers et contre tout, malgré les faits, les catastrophes, les famines qui les bouleversaient continuellement. Il est bon qu’ainsi les données stockées sur tous à tout moment puissent optimiser leur vie, leurs rêves, leurs actions, leurs récriminations pour canaliser les démonstrations qui poussent quelquefois le peuple ou la populace vers les émeutes et le désordre.

 Je peux aussi pour attirer l’attention venir en slip fluo à une émission alliant jeux et méditations politiques, raconter ma vie sexuelle avec mon épouse et son copain et son labrador, mettre en exergue que malgré ma jeunesse douillette à l’île de la Jatte, j’ai un profond respect pour les gens qui n’ont que leur travail pour gagner leur vie, je sais reconnaître les millésimes des Bordeaux, j’utilise des couverts dans les restaurants chinois pour leur montrer combien je tiens à ma francitude, je ne dis jamais rien de négatif de quiconque quelque soit son phototype, je mange de la Choucroute gare de l’Est, je vais souvent en banlieue lorsque mes amis de la brigade de CRS sont assez nombreux pour m’accompagner, j’adore les agriculteurs Bio mais aussi ceux de la FNSA qui permettent aux français de manger sainement des plats ancestraux et succulents, j’aime la télévision qui a permis aux masses ignares d’être atteintes par la culture et la vérité, je ne mets pas mes doigts dans le nez, je n’ai enculé personne même pas des mouches, j’aime les chiens, les chats, castrés ou pas… d’ailleurs je fais attention en fermant les portes de l’armoire car une fois j’ai failli lui coincer les noix à ce connard de clebs… excusez-moi à ce chien méritant mais légèrement limité pour les activités mettant en avant abstraction et concepts…

 Bref, je suis prêt à me joindre à vous, Ô saintetés télévisuelles, Ô faux mages de Hollande, Ô télé-évangélistes portant le bon message jusque dans les coins les plus reculés de la Corrèze.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • xosonuc 21 juillet 12:24

    Propagande ennemie !


    Ne vous laissez pas attendrir par sa littérature, cet homme est un nanti surdiplomé, pur produit de la société d’exploitation des hommes par les hommes, désigné pendant 25 ans d’encadrement minutieux pour penser a la place des autres dans son fief technologique.

    Même au travers d’un billet d’humour, rayonnant de je-m’en-foutisme, exagérant et déformant les thème mainstream pour nous faire rire, il nous inculte une petite dose de laissez faire, il excite notre désir de reconnaissance sociale, Il sucre les masses indisciplinés !

    Il caricature les élément de repère culturels, minimise l’ampleur des transgressions morales commises par les décadents. Il présente le noble et son escorte de mercenaires en banlieue comme un simple normalité dont il faut rire.

    Oui, j’avoue, j’ai bien rigolé. smiley

    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 16:25

      @xosonuc
      Merci de me faire part du fait que vous avez bien ri. Votre texte n’est pas mal non plus.


    • Macondo Macondo 21 juillet 12:52

      Bonjour. C’est rafraîchissant et brillant. Un miroir de bordel avec ses dorures et ses ornements. Par contre, revoyez vos prétentions à la baisse, le marché de l’illusion retransmis par la télé vous restera fermé, sinon, pour vous faire allumer par une bande de bobos dont le seul fait de gloire est d’avoir poussé un cri à la naissance après avoir reçu une bonne tape sur le Q. Et si un maquillage brassé à la bétonnière estompe les traits bouffis des chérubins tout comme les dérivés du pétrole injectés luttent contre les terribles effets de la gravité toute parisienne, en les écoutant très attentivement, le cri originel produit dans la clinique est toujours très audible. La tétine ? Oui, aucun problème avec ça, on peut sortir des sentiers battus et savoir reconnaître un progrès technique et une avancée sociale, mais pas dans la bouche ...


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 16:27

        @Macondo
        Je suis heureux de vous avoir amusé.


      • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 14:16
        Je veux passer à la télé !

        Facile on met un casque style CRS un blouson en cuir et on va tabasser un pauvre bougre en pleine foule .....

        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 16:29

          @zygzornifle
           Je n’ai pas la carrure qui convient. Taper sur une femme menue serait peut-être possible mais j’hésite, sans carte de police je risque des ennuis.


        • OMAR 21 juillet 18:10
          Omar9
          .
          Bonjour @J. R. Simon
          .
          Je me suis vraiment fendu la pipe en lisant votre article dont le style m’a rappelé un certain Pierre Desproges.
          Surtout pour votre liste de journalistes probes et impartiaux.
          Ou encore , dans quelles conditions vous vous baladez en banlieue...
          .
          Aussi, si vous désirez passer à la télé, mon sympathique conseil :
          Enfilez une djellaba, mettez des babouches et coiffez-vous d’une chechia.
          Puis, allez à la rue de Suisses, à Nanterre, face au n°78.
          En face, c’est là que les télés invitent.
          Si rien n’arrive, gesticulez et chanter de Bob Azam : « Ya Moustapha »
          Heu, si après vous faites un détour par un quelconque hôpital, ça sera juste pour le maquillage...

          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 18:24

            @OMAR
            J’aime M. Desproges comme l’élève adore un maître. Après quelques recherches, j’ai compris que vous me donniez l’adresse du Front National. Je pense que même sans djellaba, j’aurais des problèmes avec ces personnes. Par contre, je connais assez bien Nanterre. 


          • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 21 juillet 19:03

            Papa !!!...mais t’étais où toutes ces années ?!...

            Sinon moi je fais tout bien comme t’expliques dans ton nartic’. J’ai pas oublié ton éducation. Sauf que je mange avec des baguettes au chinois du coin... oui je sais j’ai honte.
            Euh... si tu vas à la télé, tu peux m’emmener s’t’plait, j’ai aussi plein de choses à dire et à faire ... tout comme toi. 

            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 21:09

              @Joseph DELUZAIN
              Je ne suis pas votre père, je prends toujours mes précautions lorsque mon épouse part chez sa mère. Par contre je veux bien vous emmener avec moi à la télé.


            • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 22 juillet 10:10

              @Jacques-Robert SIMON
              Bonjour,

              C’était une façon parodique de dire que je suis dans le même esprit que votre article.
              Et puis 1) je ne tutoie quasiment jamais personne mais là c’était in situ ; et 2) il est probable que ce soit moi le père vu mon « grand âge ».
              Bon weekend 

            • Gasty Gasty 21 juillet 19:44

              C’est une très bonne lettre de motivation, cependant il manque un zeste d’insatisfaction façon rebelle sur un sujet dont tout le monde se fout !....pour faire plus vrai.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 21:10

                @Gasty
                La transition écologique pourrait convenir ??


              • Gasty Gasty 22 juillet 12:19

                @Jacques-Robert SIMON

                Parfait !


              • Claude Simon Claude Simon 22 juillet 10:32

                Alors que l’on était habitué à lire chez vous ces accents attaliens permettant d’entrevoir le destin de l’homo francus en argent-dette, voilà de la prose pronétaire. Du rejet, rien que du rejet. Vous vous intégrez, Mr Simon.


                Ne regardant quasiment jamais la télévision, et, constatant l’emprise sur les esprits qu’elle a, à mon grand désarroi, c’est clairement la nouvelle religion, que vous décrédibilisez avec une jolie ironie.

                Internet est son miroir, à savoir l’image et l’idée inversée. C’est, le plus souvent, une contre-culture un peu idiote, bien pratique pour mener la chèvre et le choux.
                Mais c’est pratique, cela permet de réagir, au lieu de se faire matraquer par téloche, radio, PQR interposés, dans l’espace parfait d’hegemonus propagandus.
                Une seule critique d’un seul individu peut ruiner la mise en coupe réglé de tout les esprits.
                C’est souvent amateur, mais, mis bout à tout, c’est plus crédible. Car c’est plus proche de la boxe que du violon désacordé télévisuel. 

                Et la grand messe a du mal à expliquer ou cacher les contre-coups de son idiologie, la dynamique profonde ou rebelle inverse de son propre discours. 
                Mais l’espace des évènements est sans fin, alors si on se plante sur du lourd, on va se refaire sur du léger. Non pas bouter en touche, mais ailleurs.

                Face à tout les medias, on peut trouver la troisième voie, la culture individuelle, concrète, née de l’expérience ou de croyances personelles.




                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 juillet 11:35

                  @Claude Simon
                  La vérité est simple à chercher, simple à dire et il n’y en a qu’une. Mais historiquement, tout ceux qui ont essayé de s’y tenir l’ont regretté à leurs dépens. Quant à l’apparat des gens de pouvoir, il existe depuis toujours, ce qui ne veut pas dire que l’on doive se laisser impressionner.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès