• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jean-Luc Mélenchon – Sophia Chikirou sous les feux des (...)

Jean-Luc Mélenchon – Sophia Chikirou sous les feux des projecteurs

Sophia Chikirou, la conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon, s’est retrouvée dans la tourmente à la faveur des différentes perquisitions touchant les membres de la France insoumise. Les réseaux sociaux s’en sont donnés à cœur joie pour commenter l’affaire.

Ce sont d’abord le salaire et la proximité de Sophia Chikirou avec Jean-Luc Mélenchon qui ont été beaucoup commentés sur les réseaux sociaux. Mais la consultante en communication s’est défendue contre les attaques dont elle a fait l’objet à travers une défense pour le moins imagée : « Je dis aux gens qui essayent de m’abattre, de me salir, de m’attaquer sur ma vie privée : je ne baisserai par les yeux ! Il faudra me les crever avant ! ».

In fine, ses nombreuses prises de parole l’ont révélée combattante. Certains journalistes, comme par exemple, Bruno Jeudy, ont mis en lumière sa personnalité pugnace, capable de mener une véritable riposte dans le cadre de cette guerre médiatique : « bagarreuse et plutôt convaincante Sophia Chikirou malgré des zones d’ombre. Aux enquêteurs de livrer leur version sur la réalité des soupçons d’irrégularité sur le financement de la campagne » de Jean-Luc Mélenchon.

Les militants insoumis sont évidemment tous montés au créneau pour défendre leur chef et son éminence grise, nombre d’entre eux ont publié le document provenant du Journal officiel du Conseil constitutionnel du 3 août 2017, qui compare les dépenses de campagne des différents candidats à la dernière élection présidentielle. Il se trouve que les dépenses d’Emmanuel Macron, de Benoit Hamon, de François Fillon et de Marine Le Pen ont excédé celles de JL Mélenchon... Affaire politique ? Numéro d’agit-prop de JL Mélenchon prenant à partie les forces de l’ordre ? Chacun y va de son analyse et de sa propre grille de lecture.

Pour de nombreux militants LFI, c’est évidemment la France insoumise qui est visée à travers cette affaire. Pour d’autres militants, c’est l’opposition toute entière qui est dans le colimateur du gouvernement. Marine Le Pen a dénoncé récemment le silence d'Emmanuel Macron qui « ne dit rien » sur la « violation de notre Constitution » dont sont victimes, selon elle, les partis d'opposition.

Enfin, certains politologues, comme Thomas Guénolé, s’étonnent que la presse française, réputée pour sa « discrétion », ait révélé des informations relevant de la vie privée d’un homme et d’une femme politique, et se disent déçus par Mediapart, à l'origine de l’affaire. « On est en France ici, où la vie privée est respectée par les journalistes. Alors quoi, quand c’est JL Mélenchon, les règles de déontologie les plus élémentaires ne s’appliquent plus ? ».

A l’heure où la vie privée des femmes et hommes politiques est de plus en plus exposée, certains utilisent les réseaux pour devancer les médias traditionnels. Une nouvelle façon de faire de la politique ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 29 octobre 18:18

    Bel effort pour réussir à ne rien dire ....


    • Alavavite Alavavite 30 octobre 17:34

      @Sharpshooter - Snoopy86
      .
      Le propre de l’article citoyen
      ça va avec tout et ça ne vexe pas la modération ...


    • alainmarc 31 octobre 15:24

      @Sharpshooter - Snoopy86
      En plus, un article sur Sophia, j’me dis va y avoir une photo (elle est bien jolie la Sophia) même pas ... Pfff


    • NEMO NEMO 29 octobre 18:45

      Il parait qu’elle a ouvert la porte en nuisette et que JLM était encore tout nu et que c’est pour ça qu’il était en colère, même !


      • Le421 Le421 31 octobre 09:14

        @NEMO
        L’un des policiers, le premier à entrer, a même été obligé de leur jeter un seau d’eau...
        Enfin, il paraît !!
        Tant qu’à raconter des conneries, il faut le faire à fond !!
         smiley


      • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 29 octobre 19:29

        L’auteur signant d’un prénom féminin, on ne pourra pas dire qu’elle pense à Sophia Chikirou tous les matins en se rasant ...

        Merci de m’avoir fait connaître cette héroïne qui semble donner des aigreurs d’estomac à Jean-Luc Mélenchon, si on en juge par l’agressivité qu’il affiche ces derniers jours !


        • JL JL 29 octobre 20:10

          ’’ ... certains politologues, comme Thomas Guénolé, s’étonnent que la presse française, réputée pour sa « discrétion », ait révélé des informations relevant de la vie privée d’un homme et d’une femme politique

          ’’

           

           C’est bien connu, quand on na pas d’arguments, on s’en prend aux personnes.

           


          • aimable 29 octobre 21:01

            @JL
            cela a certainement été fait dans le but de donner plus de crédibilité aux articles .
            quand on est une personne publique il n ’est pas bon d’avoir une vie privée , et dans ce cas les poubelles sont toujours visitées , il ne faut pas perdre de vue qu’il y a des gens qui sont payés pour cela et ce sont de fins limiers .


          • JL JL 29 octobre 23:24

            @aimable
             
             je parlais des journalistes qui s’acharnent sur la vie privée de Mélenchon parce qu’ils n’ont rien d’autre à lui reprocher.


          • titi 30 octobre 13:39

            @JL

            Quand il s’agissait des déboires de Sarkozy avec sa femme, ça, ça ne choquait personne sur AV.

            Et que dire des articles sur l’affaire Benalla… Qui était donné ici même comme étant le mignon de Macron.

            Mélenchon récolte ce qu’il a semé avec ses sbires.

            Bien fait pour sa gueule.


          • Ouallonsnous ? 30 octobre 17:43

            @aimable

            Portée par une véritable haine de classe, n’assistons-nous pas au développement d’une véritable guerre de classe engagée par le pouvoir qui utilise en « temps de paix apparente » les moyens qui sont à sa disposition, la police et la justice en l’occurence, pour tenter de terrasser ses adversaires ?

            N’assistons nous pas à une adaptation nationale d’un mal plus général qui menace la démocratie à l’échelle internationale.

            Le candidat donné favori au Brésil par exemple n’est autre qu’un sinistre fasciste qui préconise en guise de programme l’éradication définitive du socialisme, des socialistes donc, la liquidation en bonne et due forme de ses opposants, et qui annonce d’ores et déjà que Lulla, le candidat du PT donné gagnant il y a quelques mois dans les sondages, et jeté en prison depuis, peut se préparer à y rester jusqu’à la fin de ses jours si par malheur il sort gagnant des élections.

            Que dire du silence médiatico-politique en France sur cette réalité ? Evidemment,

            Emmanuel Macron n’est pas Jair Bolsonaro, mais l’opération contre Mélenchon et la FI n’est-il pas l’expression d’un nouveau pas vers la transformation du régime, comme Erdogan l’a également entrepris en Turquie par exemple, l’élimination des opposants politiques broyés par la machine judiciaire ?

            Cette opération n’apparait-elle pas en France d’une incroyable violence, comparée à la perquisition connue par Alexandre Benalla, l’homme de main de l’Elysée cet été, perquisition reportée pour absence de clés, puis effectuée le lendemain une fois qu’un déménagement d’armoire avait pu être effectué dans la nuit ?

            Pour qu’une telle opération contre Mélenchon et la FI ait pu se mener, il a fallu qu’elle soit préparée de loin, au plus profond de l’état.

            La faiblesse politique de Macron, le désaveu de ses décisions, la crise de régime et de gouvernement qui serait apparus plus encore, si le remaniement n’avait été fort à propos caché par l’opération politico-judiciaire contre la FI, mettent tout ce beau monde aux abois.


          • Le421 Le421 31 octobre 09:16

            @titi

            Et que dire des articles sur l’affaire Benalla… Qui était donné ici même comme étant le mignon de Macron.

            Vous êtes sûr que ce genre de dénonciation caniveau vient de LFI ??


          • alinea alinea 29 octobre 21:13

            Oui... ! et alors ?... zorro est arrivé ? sans se presser ?


            • BA 29 octobre 22:06

              Sophia Chikirou avait une triple casquette :
              1- elle était la maîtresse de Jean-Luc Mélenchon
              2- elle était directrice de la communication
              3- elle était prestataire de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

              C’est cette triple casquette de Sophia Chikirou qui est le problème.

              L’argent des cotisations des adhérents de La France Insoumise servait à enrichir Sophia Chikirou, la maîtresse de Jean-Luc Mélenchon.

              Le parti La France Insoumise a versé 1,2 million d’euros à l’entreprise MEDIASCOP, qui appartient à Sophia Chikirou ! 1,2 million d’euros ! Merci pour elle, les cocus !

              Campagne de Jean-Luc Mélenchon : certains documents contredisent les propos de Sophia Chikirou.

              Après les propos de l’ex-directrice de communication du candidat de La France insoumise mardi sur BFMTV, la cellule investigation de franceinfo souligne pourquoi certains arguments de Sophia Chikirou sont contestables.

              "Ni surfacturation, ni enrichissement personnel, ni détournement de fonds publics", a-t-elle affirmé. Sur le fond, certains des arguments qu’elle a avancés sont pourtant contredits par l’enquête de franceinfo et des documents que la cellule investigation révèle.

              1- Ce qu’a dit Sophia Chikirou  : "Moi je n’étais pas donneur d’ordre. J’étais prestataire. Les donneurs d’ordre sont Manuel Bompard, le directeur de campagne, et la mandataire financier."

              Sophia Chikirou conteste donc qu’elle ait eu une double casquette sur la campagne de Jean-Luc Mélenchon : à la fois donneuse d’ordre en tant que directrice de la communication et fournisseur, via sa société qui a facturé pour près de 1,2 millions d’euros de prestations. Cette singularité, qu’on ne retrouve chez aucun des concurrents de Jean-Luc Mélenchon, avait contribué à fonder le signalement qu’a effectué la commission des comptes de campagne auprès du procureur de la République de Paris. Bien que cette situation n’ait rien d’illégal en soi, Sophia Chikirou a tenté de minimiser son rôle au sein de l’équipe de campagne le réduisant à celui de simple « prestataire ». Pourtant, un document fourni par l’équipe de Jean-Luc Mélenchon à la commission semble infirmer ses déclarations. Cet organigramme de campagne recense tous les postes de l’équipe du candidat. Sophia Chikirou y est bien présentée comme directrice de la communication.

              Un autre point semble fragiliser la position de la communicante. Elle affirme que les vrais donneurs d’ordre étaient le directeur de campagne, Manuel Bompard, et la mandataire financière, Marie-Pierre Oprandi. Eux seuls, selon sa présentation, avaient la faculté de passer commande au nom du candidat. Ce devrait donc être le cas des spots de campagne diffusés sur le réseau France Télévisions et réalisés par la société Story Circus pour un montant de 100 000 euros. Pourtant, c’est bien Mediascop qui semble avoir commandé ces spots puisqu’ils apparaissent sur la facture de la société de Sophia Chikirou qui les refacture à l’association de campagne de Jean Luc-Mélenchon. Si ces spots ont effectivement été commandés par Manuel Bompard ou la mandataire Marie-Pierre Oprandi, pourquoi ne sont-ils pas directement facturés à l’association de financement ?
              Par ailleurs, franceinfo n’a trouvé trace d’aucun devis, contrat cadre, ou suivi de commande concernant Mediascop dans les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

              2- Ce qu’a dit Sophia Chikirou : "On a 39 discours dont on extrait les audios […] vous créez le réseau social, vous l’organisez, vous éditorialisez, vous publiez, ce ne sont pas des manipulations rapides. […] ça doit prendre au bas mot 4-5 jours de travail."

              Sophia Chikirou fait là référence à une prestation que franceinfo a relevée et qualifiée de « chère » sur une des deux factures de Mediascop : l’extraction et la publication des discours audio de Jean-Luc Mélenchon sur le réseau social Soundcloud. Chaque discours mis en ligne était facturé 250 euros hors taxe. La cellule investigation de franceinfo affirme que cette manipulation prend environ 10 minutes à être effectuée.
              Tout d’abord il s’agit de 19 discours et non de 39. Pour justifier son tarif, Sophia Chikirou ajoute donc à la prestation indiquée sur la facture le temps de création d’un compte Soundcloud (qui s’apparente à un compte Facebook) et le fait d’ajouter un titre et un commentaire au fichier sonore que l’on publie. En estimant à une heure le temps de création du compte, qui s’apparente à un compte Facebook, avec une photo, et à cinq minutes le temps pour ajouter un titre, ajoutons une heure pour la gestion du compte, nous arriverions donc à environ 6,5 heures de travail facturées 4750 euros hors taxe.
              Par ailleurs, la gestion du compte Soundcloud est déjà indiquée plus haut sur la facture, au milieu des tâches facturées dans le cadre du travail des community managers.

              3- Ce qu’a dit Sophia Chikirou : "Je n’ai jamais eu un salaire plus de trois fois plus élevé que le salaire le plus bas dans mon entreprise. C’est un principe. J’ai créé Mediascop en 2011, c’était une SCOP. Le salaire le plus bas, c’est 1 300-1 400 euros, moi je suis à fois trois."

              Si on comprend bien Sophia Chikirou, le salaire de dirigeante que lui verserait sa société serait de l’ordre de 4000 euros nets mensuels. Mais la présidente de Mediascop ne dit rien de ses revenus supplémentaires en tant qu’actionnaire unique de la société. Tout d’abord, constatons qu’en mars 2017, Mediascop a abandonné le statut de SCOP (société coopérative) pour celui de SASU (société par actions simplifiée à associé unique). Cette transition lui permet de pouvoir se rémunérer également en dividendes. Ce qu’elle va faire dès le 30 juin 2017 au moment où elle clôture ses comptes de l’année 2016.

              Que constate-t-on ? Mediascop réalise 162 900 euros de chiffre d’affaires en 2016. Ce chiffre correspond aux premiers versements de l’association de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la période de septembre à décembre 2016. La société n’avait quasiment pas d’activité les mois précédents la campagne et avait fait zéro euro de chiffres d’affaires en 2015. Grâce à ces premiers versements, Sophia Chikirou va se payer un salaire de 6 750 euros pour l’ensemble de l’année 2016. Et dans le même temps, elle décide de se verser 64 000 euros de dividendes grâce au bénéfice réalisé sur les quatre premiers mois de la campagne.

              Le choix qui consiste, pour un chef d’entreprise, à se verser une faible rémunération et un fort dividende permet d’échapper aux cotisations sociales sur les salaires. L’actionnaire ne paie que la CSG/CRDS (15,5%) puis ses impôts comme sur tout revenu. En clair, sur les quatre premiers mois de la campagne où sa société intervient, Sophia Chikirou touche au plus 1 700 euros par mois de salaire et environ 54 000 euros de dividendes une fois la CSG payée.
              Reste cette question : combien a-t-elle touché salaires et dividendes inclus en 2017, alors que sa société va encaisser près de 800 000 euros hors taxes de la part de l’association de campagne de Jean-Luc Mélenchon ? Mediascop n’a pas publié ses comptes pour cette année-là, grâce à une disposition légale propre au statut des SASU.

              https://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/campagne-de-jean-luc-melenchon-apres-les-dementis-de-sophia-chikirou-la-cellule-investigation-de-franceinfo-maintient-ses-revelations_3001119.html


              • sls0 sls0 30 octobre 01:35

                @BA
                Sacré tartine que nous a pondu BA, qui ou quoi le motive ?
                Ce n’est plus un commentaire, c’est un réquisitoire.
                Est-ce les mêmes motivations que France-info ?

                Jolie, intelligente et forte, ça fait peur et ne plait pas trop à l’homme moyen, voir en dessous de la moyenne.
                Ben oui ce genre de femme ne regarde pas trop les médiocres et du médiocre ça ne manque pas et c’est vite aigri.
                Il doit y en avoir à France-info, ok c’est politique, ils roulent pour macron. N’empêche qu’il y a un relent de médiocre, le mesquin c’est une signature.


              • Trelawney Trelawney 30 octobre 07:28

                @sls0
                En copiant collant partout où l’on parle de Mélenchon BA s’enfonce et avec lui ce qu’il représente. Ils sont vraiment trés cons à LREM 
                Le journaliste de France Info, Sylvain Tronchet a totalement merdé son enquête et la première raison est tout simplement la fainéantise.
                Tirer des conclusions sur une société en se référant à société.com n’est vraiment pas sérieux.
                France Info, éclaboussé par les carences de son journaliste cherche dans un premier temps, à se justifier en attendant de sanctionner cette faute professionnelle. 

                https://blogs.mediapart.fr/avellino/blog/271018/ne-reste-plus-que-le-coup-de-la-coquille-vide


              • Aristide Aristide 30 octobre 12:44

                @Trelawney

                Vous n’êtes pas allé plus loin que le titre ? allons, l’expert sollicité dans cet article qui se veut accusateur pour le travail du journaliste est Etienne Defrance, expert au dires de l’auteur de ce réquisitoire contre l’enquête de RF. 

                Un expert ? Jugez tout de même, il est le fondateur de cette société GetSD, sans salarié, pas de CA un capital de 1000€. Le personnage est assez ...spécial : un autoportrait assez révélateur. Je vous laisse parcourir ce mini-site assez ... expert. La qualité du design, etc ...


              • Le421 Le421 31 octobre 09:19

                @BA
                Et je vous réponds encore une fois, à vos copier-coller, que Mme Chikirou n’a jamais eu la quatrième casquette essentielle de « donneuse d’ordre », casquette portée à la fois par Manuel Bompard et JLM.
                Alors le chat, il va chier dans sa caisse et mets la litière par dessus avec la papatte.
                Bien gentiment...  smiley


              • math math 30 octobre 06:52

                Vu la tronche de JLM, il est normal qu’il crache au bassinet pour se faire la donzelle...Les « Francs-Maçons » demandent son départ de la loge après son comportement bizarre lors de la perquisition… smiley


                • Le421 Le421 31 octobre 09:22

                  @math
                  C’est con pour vous !! Encore un défaut que vous ne pourrez plus lui trouver. Déjà qu’il n’est pas juif, l’histoire du « complot judéo-maçonique » cher à Papy va tomber à l’eau.
                  Caramba y carambita !!  smiley

                  Quand à sa tronche, il n’en est pas à son trentième lifting qui lui donne un sourire permanent comme certaine, si vous voyez ce que je veux dire !!


                • kalachnikov kalachnikov 31 octobre 09:30

                  @ Le421

                  ’il n’en est pas à son trentième lifting qui lui donne un sourire permanent comme certaine,

                  Dites plutôt quelque chose sur le néolibéral Mélenchon qui achète de la chatte fraîche grâce à pognon & pouvoir, ces vertus légendaires de gauche.

                  Ps : vous êtes un minable, avec l’âme bien pourrave. Je vous félicite pour vous accommoder de votre propre puanteur.


                • Le421 Le421 31 octobre 15:18

                  @kalachnikov

                  Ps : vous êtes un minable, avec l’âme bien pourrave. Je vous félicite pour vous accommoder de votre propre puanteur.

                  Comment on dit déjà ?? Ah oui, ça me reviens.

                  C’est celui qui dit qui est...

                  Cordialement !!  smiley


                • Raymond75 30 octobre 08:53

                  En France la vie privée est respectée. Dans le cas présent il y a soupçon de malversations financières, et l’éventuelle ’proximité’ de ces deux personnes pourraient en être une des causes. Si cela se confirme, on sort donc de la vie privée pour une affaire judiciaire.


                  • kalachnikov kalachnikov 30 octobre 12:39

                    @ Raymond75

                    D’autant plus que mlle Chikirou fait travailler sa famille, sa soeur en particulier. Monde béni que celui de la classe des exploiteurs ; ils n’ont pas besoin de traverser la rue pour trouver du taf, le travail sans oublier la rémunération qui va avec viennent à eux de façon sympathique, magnétique.

                    ’La CNCCFP a néanmoins aussi relevé quelques bizarreries, comme ces demandes de remboursement de billets de train au nom de la sœur de Sophia Chikirou (elle a travaillé comme juriste pendant la campagne). Le même jour, elle était censée être arrivée à Paris à 13h15, et repartie de Marseille à 14h58.’


                  • Le421 Le421 31 octobre 09:27

                    @Raymond75
                    Tout est dans le « si cela se confirme »...

                    Il paraît aussi que Sophia Chikirou s’appelle en fait Soufiane et que c’est un travelo marocain.
                    « Si cela se confirme », Mélenchon est bien un pédé !!

                    J’en ai un paquet comme celles-là...  smiley

                    Et « si cela se confirme », cela voudra dire que ceux qui ont validé les comptes de campagne sont de fieffés tricheurs et que Macron, puisqu’il y a un souci, est mis en accusation de façon totalement fausse.
                    Pour ma part, j’ai compris que ce garçon, ancien banquier Rothschild, ne peut être que foncièrement honnête et soucieux du bonheur de son prochain.


                  • lala rhetorique lala rhetorique 30 octobre 08:54

                    Ca sent le machisme primaire tout ça ; moi cette Nana, je la prends de suite pour s’occuper de ma com... vive, intelligente, sachant débattre, pas facilement destabilisable, sérieuse car elle avait bien bossé son dossier avant de se retrouver face à El Krief. Maintenant, qu’elle fricote ou pas avec Mélanchon, on s’en fout ! Nous avons bien un président à voile et à vapeur, marié à une vioque sur le retour, des chroniqueurs qui sont pour la pédophilie, j’en passe... Donc avant de trouver de la merde sous le sabot de son cheval, on regarde déjà si on a les semelles propres


                    • Aristide Aristide 30 octobre 12:24

                      @lala rhetorique

                       Maintenant, qu’elle fricote ou pas avec Mélanchon, on s’en fout ! ( Mélenchon, c’est avec un e)

                      La phrase suivante est ... paradoxale.

                      Nous avons bien un président à voile et à vapeur, marié à une vioque sur le retour, ...

                      Voilà donc que l’on ne se fout plus : homosexuel donc et marié avec une femme plus âgée de 25 ans. Mais on se fout que Mélenchon soit maqué avec une jeunette de 28 ans sa cadette qui pourrait être sa fille , elle est même plus jeune que sa fille. 


                    • Le421 Le421 31 octobre 09:31

                      @Aristide
                      Le sens de son texte veut dire effectivement que si Macron se fait ramoner la taupinière, en fait, on s’en bats les couil...
                      Je préfèrerais qu’il soit pédé et qu’il ne nous taxe pas de façon outrancière.

                      Ce qui est marrant avec la droite, en parlant de ça, c’est qu’elle dénonce les impôts, les taxes et les charges, alors qu’elle en crée des nouvelles en permanence. Tout en continuant à creuser le déficit !! Chapeau les artistes !!
                      Et les moutons... Bêêêê Bêêê Mélenchon pas beau !! Bêêê Bêêêêê


                    • BA 30 octobre 09:18

                      Soupçons d’emplois fictifs et comptes de campagne : les deux affaires qui visent Mélenchon.


                      La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon se trouve au cœur de deux enquêtes que les perquisitions du 16 octobre ont remises en lumière.


                      Enquête n° 1 : les soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen.


                      [ ... ]


                      Enquête n° 2 : les irrégularités des comptes de campagne de La France insoumise.


                      La seconde enquête concerne les comptes de la campagne de Jean-Luc Mélenchon pour l’élection présidentielle de 2017. Après l’examen des documents comptables communiqués par La France insoumise, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a, comme le prévoit la loi, publié lesdits comptes et les a validés le 13 février, ouvrant le droit à un remboursement par l’Etat.


                      Mais, dans le même temps, la CNCCFP a noté plusieurs irrégularités et a dû retrancher 434 000 euros de dépenses qu’elle a considérées comme non liées à « la sollicitation des suffrages des électeurs ». Un élément qu’on retrouve dans beaucoup de comptes de campagne. Mais la commission a estimé cette fois que ces irrégularités constituaient des infractions pénales. Le président a donc transmis, le 16 mars, comme la loi le lui oblige, le dossier à la justice.


                      Le parquet de Paris a pris la suite et ouvert une enquête préliminaire en avril pour « escroquerie et tentative d’escroquerie », « abus de confiance », « infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales » et « travail dissimulé aggravé ». Le procureur de Paris, François Molins, a saisi l’OCLCIFF afin d’enquêter sur une « éventuelle violation des prescriptions du code électoral relatives au financement des campagnes électorales ».


                      Plusieurs éléments posent des questions dans les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon, provenant de deux structures extérieures à la campagne : la société Mediascop, qui s’occupait des opérations de communication et qui a facturé 1,161 million d’euros de prestation à l’association de campagne de Jean-Luc Mélenchon, et l’association l’Ere du peuple, qui a facturé 440 027 euros de prestations diverses (conception de site, régie de meetings, communication, gestion des événements) :


                      • onze prestations de Mediascop ont été jugées surfacturées par la CNCCFP pour un surcoût de 35 000 euros, retoqué par la commission ;


                      • presque la moitié des factures de l’Ere du peuple a été jugée non remboursable par la commission (190 000 euros sur 440 000 euros dépensés).


                      L’enquête préliminaire a donc pour objectif de déterminer si La France insoumise et les responsables de sa campagne électorale ont tenté de se faire rembourser par l’Etat des sommes qui, soit n’ont pas de lien avec la sollicitation des électeurs, soit ont été artificiellement gonflées dans un but d’enrichissement.


                      Un soupçon renforcé par la double casquette de Sophia Chikirou, l’une des personnes au centre des questions des enquêteurs. Sophia Chikirou, qui a rejoint Jean-Luc Mélenchon en 2008, a été lors de la campagne à la fois la directrice de la communication du candidat insoumis… et l’unique actionnaire et présidente de Mediascop, la société qu’elle a cofondée en 2012 et qui a été la principale prestataire de la communication de la campagne. Sophia Chikirou, en tant que directrice de la communication, pilotait donc des opérations qu’elle facturait principalement à Mediascop, sa propre société.


                      Un conflit d’intérêts manifeste qui est accrédité par le témoignage d’un ancien employé de la société interrogé par Radio France :


                      « A la fin de la campagne, Sophia est venue nous voir. Elle nous a demandé de faire la liste de toutes nos réalisations, jusqu’au moindre visuel, il fallait absolument tout lui lister. Ensuite, elle a appliqué des tarifs pour chaque opération que nous donnions. »


                      En parallèle de ces possibles surfacturations, la société de Mme Chikirou a attiré l’attention des enquêteurs par sa rentabilité bien au-dessus des chiffres habituels pour ce genre de prestataire. Inactive depuis 2013, Mediascop retrouve son activité au moment où sa présidente intègre la campagne de Jean-Luc Mélenchon, en septembre 2016. Durant quatre mois, Mediascop réalise un chiffre d’affaires de 162 900 euros pour un bénéfice net après impôt de 76 000 euros, soit une marge nette exceptionnelle de 47 %.


                      Si Mediascop a réussi à dégager de telles marges, c’est parce que la société a de très faibles charges : elle n’a pas de locaux (tous ses employés travaillent au QG de la campagne) et refacture toutes ses charges de fonctionnement à l’association de financement de la campagne, une pratique inhabituelle qui a permis à la société d’engranger de gros bénéfices, et à sa présidente de se verser 64 000 euros de dividendes et 6 750 euros de rémunération de dirigeante pour les quatre derniers mois de l’année 2016.


                      Ce sont les derniers chiffres disponibles de la comptabilité de l’entreprise, Mme Chikirou ayant changé le 31 mars 2017 le statut légal en société par actions simplifiées, ce qui ne la contraint plus à publier ses comptes annuels. Mais les nombreuses factures communiquées à la CNCCFP permettent d’estimer à environ 15 000 euros mensuels, en moyenne, la rémunération du travail de Sophia Chikirou pendant les huit mois de la campagne, là où les employés de Mediascop émargeaient pour beaucoup entre 1 500 et 2 000 euros par mois. D’autres membres de la campagne, en découvrant les factures, ont affirmé à Radio France avoir travaillé bénévolement à des tâches qui ont été facturées par Mediascop.


                      Des informations qui pourraient prendre une dimension nouvelle depuis que Mediapart a révélé le 19 octobre que Sophia Chikirou entretient de longue date une relation « extra-professionnelle » avec Jean-Luc Mélenchon. De fait, note Mediapart, les sommes perçues par Mme Chikirou l’auraient été « à l’occasion d’une campagne présidentielle dirigée par un homme politique avec lequel elle partage une relation intime régulière ».


                      Quant à l’association l’Ere du peuple, la CNCCFP a noté que la rémunération des salariés comportait une majoration variable selon qui était mobilisé, sans que la commission trouve de justification à ces majorations inégalitaires dont elle estime le surcoût à 152 000 euros. L’association ayant eu un rôle réellement structurant dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon, la logique aurait commandé que l’Ere du peuple ait le statut de parti politique, comme l’observe Mediapart, avec toutes les obligations de transparence financière qui vont avec.


                      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/23/soupcons-d-emplois-fictifs-et-comptes-de-campagne-les-deux-affaires-qui-visent-melenchon_5373413_4355770.html


                      • cevennevive cevennevive 30 octobre 09:34

                        @BA,

                        Quel casse pieds...


                      • papat 30 octobre 11:24

                        @BA
                        pendant que vous vomissez sur la France insoumise, macron vend les ADP et la française des jeux...c’est des milliards qu’on vous vole...vous en pensez quoi ?


                      • Aristide Aristide 30 octobre 12:15

                        @papat

                        C’est ben vrai, et pis en plus il fait mauvais, les vacances scolaires ont commencé, l’essence augmente, le PSG est en crise de MBappé, de moins en moins d’animaux sauvages, on vire Mélenchon des francs-maçons, euhh oups cela faut pas le dire ......


                      • papat 30 octobre 13:51

                        @Aristide
                        oui mais vous en pensez quoi des adp et de la francaise des jeux, ??
                        rien ,le vide le néant ?


                      • Aristide Aristide 30 octobre 16:13

                        @papat

                        Comme pour les autoroutes et autres équipements publics financés par nos impôts je suis opposé à leur privatisation, idem pour la Française des Jeux. 

                        Et vous, vous en pensez quoi de ce rideau de fumée pour essayer médiocrement de dissimuler les errements dans ces affaires de Mélenchon avec la justice, la police, ses compagnons de LGF, ...vous en pensez quoi, rien, le vide, le néant ? 


                      • Le421 Le421 31 octobre 09:33

                        @BA

                        Enquête n° 2 : les irrégularités des comptes de campagne de La France insoumise.

                        Vous avez oublié, c’est marrant, de parler des comptes de campagne de Macron...
                        Enquête n° 0, il est vrai.
                        Elle est sous le tapis.
                        Comme pour Ferrand, Pénicaud, etc, etc...


                      • Le421 Le421 31 octobre 09:52

                        @Le421
                        Irrégularité des comptes de LFI.
                        Moins de 11 millions pour treize mois de campagne.
                        Soit moins d’1 million par mois.
                        Si on compare à tous les autres en faisant une règle de trois avec le résultat aux élections, vous allez tomber sur un ridicule de situation.
                        Calculez : Dépense /(Temps x Résultat) Plus on est proche de 1, plus on a dépensé...
                        Grosso modo, pour LFI, ça donne 11 / 13x20 soit 0.042 Et encore, je suis cool, j’ai commencé personnellement en Février 2016 à soutenir JLM...
                        Pour Hamon 15 / 3x6 soit 0.83
                        Très simple, faites-le pour les autres, vous allez voir.
                        17 / 5x24 soit 0.14 pour Macron ce qui donne 33 fois plus que JLM.
                        A ce calcul, même Marine Le Pen fait nettement mieux !!

                        Ensuite, je vous suggère cette petite lecture :
                        http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/09/21/25001-20180921ARTFIG00126-la-plainte-sur-les-comptes-de-campagne-de-macron-et-melenchon-classee-sans-suite.php

                        Ne venez pas me dire que Le Figaro est un journal de gauchistes...



                        • Le421 Le421 31 octobre 09:53

                          @covadonga*722
                          C’est quand même bizarre, quand on répète qu’à gauche, il n’y a que des neuneus et des bisounours.


                        • Elliot Elliot 30 octobre 13:14

                          Vous aurez beau venir avec des arguments qui méritent d’être pris en considération, à partir du moment où, par la manipulation ( quand ce ne sont pas des affirmations qui ont été démontées de façon magistrale par Sofia Chikirou chez madame Elkrief ) on veut prouver que malversations il y a eu, il est très difficile pour l’accusée de démontrer sa bonne foi.
                          En l’occurrence, en l’attaquant, c’est Mélenchon qu’on vise.

                          Les morsures de la calomnie laissent toujours des cicatrices, comme le dit le proverbe.

                          Peut-être que les Agences de Communication et ceux qui les dirigent gagnent trop bien leur vie, cela peut se discuter mais si l’on veut garder ses communicants et toute l’inventivité qui fait qu’une campagne de promotion soit fructueuse, il faut bien se résoudre à payer les talents. Qui, sinon, iront à un mieux offrant.

                          Il est évidemment faux de prétendre – sans preuves et sans aucun élément tangible de comparaison car cette dernière tournerait à la confusion de ceux qui s’y risqueraient tant le coût de la campagne de Mélenchon a été modique si on le compare à celui de ses autres concurrents – qu’il a eu surfacturation ( seule la Justice est habilitée à le faire ) mais il est toujours possible et très rentable politiquement d’éveiller le soupçon.


                          Le monde entier à une fâcheuse tendance à fonctionner aujourd’hui sur le système faisandé des fausses nouvelles ou vérités alternatives comme le dit si cyniquement Trump.

                          Il n’y avait aucune raison que la France échappât à ce torrent de boue qui bientôt constituera l’ossature de certains programmes politiques.

                          Déjà on dénie à Jean-Luc Mélenchon le fait d’avoir un programme, l’inexistence présumée dispense en effet les censeurs d’avoir à en discuter les modalités et les lignes de force.

                          Le bâtisseur – dont on peut découvrir les idéaux pour peu qu’on se donne la peine de les chercher - devient un démolisseur exclusivement occupé à son entreprise de sape.
                          Ainsi s’écrit l’histoire relayée par les oreilles complaisantes.



                          • Aristide Aristide 30 octobre 16:31

                            @Elliot

                            Comme c’est bizarre, la chère Chikirou refuse de publier les comptes de SA société pour 2017 et refuse de répondre à toutes les questions sur le fond. C’est vrai qu’elle est partie de Le Média avec 120.000 € de factures pour cette même société, les camarades Miller et Lancelin contestant le bien fondé de ces factures. Travail inexistant, ou effectué par des militants ou des bénévoles.

                            mais si l’on veut garder ses communicants et toute l’inventivité qui fait qu’une campagne de promotion soit fructueuse, il faut bien se résoudre à payer les talents.

                            Et ben, moi qui croyait que la politique était une question de conviction, de talent oratoire, de pouvoir de persuasion, de la qualité des propositions, de la cohérence d’un programme, ... du travail des milliers de militants, ... Enfin de tout ce que possède Mélenchon que l’on soit pour ou opposé.

                            Voilà donc que cette dame serait celle par qui Mélenchon a réussi à se hisser à la 4éme place. C’est risible tellement c’est insultant à la fois pour Mélenchon et les militants.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès