• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jean-Vincent Placé condamné à 3 mois de prison avec sursis

Jean-Vincent Placé condamné à 3 mois de prison avec sursis

 

L'ancien sénateur, ex-poids lourd du parti politique écologiste EE-LV, éphémère secrétaire d'Etat sous François Hollande, a été condamné lundi 10 septembre pour violences et outrages commis lors d'une soirée alcoolisée en avril dernier.

 

Jean-Vincent Placé a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris, lundi 10 septembre, à trois mois de prison et 1.000 euros d'amende pour violences et outrages. Cette peine de prison a néanmoins été assortie d'un sursis : à condition qu'il n'y ait pas réitération au cours du délai fixé par la justice, la peine en question ne sera pas mise à exécution.

 

L'ex-secrétaire d'Etat avait comparu le 11 juillet au tribunal de Paris pour "violences", "outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique" et "injures à caractère racial" à la suite d'une soirée mouvementée. Ce soir-là, un an après avoir quitté le gouvernement, l'ancien ministre s’en était pris verbalement à une jeune femme dans un bar du 6e arrondissement de Paris, lui assénant des propos qualifiés de machistes : « Il s’est pointé comme un roi, avec un melon pas possible, sans dire bonjour, ni merci ni merde », selon un témoin interrogé par le journal Libération. La scène démarre quand, accompagné d’un sénateur centriste, Monsieur Placé demande à une jeune femme de danser avec eux contre rémunération. Lorsque l'étudiante en droit refuse, l'ancien patron du groupe EE-LV au Sénat tente une clé de bras. Le portier du bar de nuit intervient alors. Sur ce, l'actuel conseiller régional d'Ile-de-France lui signifie : « On n’est pas au Maghreb, je vais te descendre en Afrique, Ryanair fait des promotions. » Puis, il ajoute : « Le prix de ma chemise, ça fait un RSA complet pour ta famille. » Plus tard, Jean-Vincent Placé niera cependant avoir prononcé ces phrases, les qualifiant même d' « abjectes », et accusera le videur de s'être montré excessivement viril. Un policier de la BAC, présent ce soir-là à l’intérieur du bar de nuit, prévient ses collègues. Avant l'interpellation, Monsieur Placé lance aux policiers qui tentent de tempérer ses ardeurs un « bâtards » et ajoute : « Espèces de tocards, vous ne savez pas qui je suis ! »

 

Après une enquête pendant laquelle il avait été placé deux nuits en garde à vue, l'ancien sénateur a donc hier été jugé coupable de violences envers la jeune femme et d'outrage à l'encontre de policiers. En revanche, il a été relaxé du chef d'injures raciales. Mais la peine décidée reste symbolique : trois mois avec sursis, sans inscription au casier judiciaire, tandis que, à l’audience de juillet dernier, le ministère public avait requis une peine de six mois de prison avec sursis pour les violences et outrages à agents de police, assortie d’une mise à l’épreuve de deux ans et d’une obligation de soigner son addiction à l'alcool, et 1.000 euros d’amende pour injures racistes. Le parquet avait alors parlé de « trouble grave à l’ordre public » et « de racisme et de violence faite aux femmes », critiquant une forme de « désinhibition due à l'alcool mais aussi (...) un sentiment de supériorité », celui d’un élu se pensant « un cran au-dessus » du videur, un « type qui n’est pas de ma condition ». L’ex-secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification n’avait pu que faire profil bas : « Je suis honteux de m’être retrouvé dans cette situation. » L'ancien membre du gouvernement, désormais interdit d’entrée dans certains hauts lieux de la nuit parisienne, avait reconnu un comportement inapproprié mais s'était défendu de toute violence : « J'ai été rigolard, arrogant, prétentieux, peut-être même hautain. J'ai été extrêmement insistant et mon comportement était déplacé mais je n'ai pas été violent et n'ai pas prononcé de propos sexistes ni insultants », avait-il protesté. S'adressant au journal Paris Match, il avait attribué son comportement, non à l’ivresse condescendante du pouvoir, mais à l'ivresse tout court : « J'ai réalisé que, dans les derniers mois, j'avais bu excessivement en diverses circonstances. Il y a eu des excès, de l'alcoolisme. J'assume le mot. C'est une maladie, l'alcoolisme (...) Une chose est de boire trop, une autre d’être pris pour un pervers ou un raciste. »

 

En ce qui concerne l’avenir de Jean-Vincent Placé en politique, il est désormais incertain. Suite à une agression dans la nuit du 2 au 3 septembre dernier, il a confié à l’AFP : « J’aime beaucoup la politique mais cette agression me fait réfléchir à arrêter », assurant que sa « réflexion » était « très avancée » à ce sujet.


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Trelawney Trelawney 12 septembre 09:33

    En ce qui concerne l’avenir de Jean-Vincent Placé en politique, il est désormais incertain. 

    Une place vient de se libérer à l’Elysée, il pourra très bien remplacer Benalla. faut juste qu’il ne prenne pas le volant.
    Pour EELV ils ne voyaient que le verre à moitié vide. Maintenant ils ont un vert à moitié plein

    • Martin de Wallon MartindeWallon 15 septembre 13:29

      @Trelawney
      Je crois comprendre d’après votre nom d’utilisateur que vous êtes vous-même amateur de spiritueux smiley


    • Nobody knows me Nobody knows me 12 septembre 10:35
      En ce qui concerne l’avenir de Jean-Vincent Placé en politique, il est désormais incertain.

      Contacter le mouvement « En Marche », ils recrutent tout ce qui passe... Une grosse mélasse ce truc.

      • baldis30 12 septembre 13:18

        @Nobody knows me
        bonjour,

        Il y a de la place pour les recyclages : Nyssen , Hulot et avant avec des places non pourvus Cahuzac, et les nombreuses places sénatoriales laissées vacantes dans quelques départements. 


      • baldis30 12 septembre 17:13

        @baldis30
        j’ai oublié Flessel, et aussi Bertrand ... et puis Thevenoud ...

        La République en marche .... vers l’abime .... en plusieurs exemplaires


      • Martin de Wallon MartindeWallon 15 septembre 13:33

        @Nobody knows me Le candidat d’En Marche dans l’Essonne, Pascal Fournier, a déclaré au sujet de M. Placé : « A ma connaissance, il n’a pas tenté de contacter En Marche pour être investi aux sénatoriales. »


      • Alavavite Alavavite 12 septembre 11:58
        Mais pourquoi lui demander d’arrêter de boire.....
        C’est quand il a bu qu’il est le plus honnête.

        • Jeekes Jeekes 12 septembre 14:31

          @Alavavite

           
          Pas faux.
           
          In vino veritas, en somme...
           
           

        • marmor 12 septembre 16:31
          L’auteur
          Vous pensez que cette tête de constipé mérite qu"on perde son temps à commenter ses déboires ? Du balai !

          • baldis30 12 septembre 17:14

            @marmor
            bonjour,

             « son temps à commenter ses déboires ? »

             ses déboires ? .... ou ses boires .... !


          • zygzornifle zygzornifle 12 septembre 17:59

            Il aurait pu faire ministre de l’écologie en remplacement d’hulot , il est certainement aussi lèche cul que de Rugy ....


            • Dom66 Dom66 12 septembre 20:36

              @zygzornifle


              Salut @zygzornifle


              c’est bien mon avis….le club des nulos en macronie.


              Cela m’aurais fait rire un titre du genre « Jean-Vincent, placé en garde à vue


            • Lympios8 Lympios8 12 septembre 21:08

              « Donne-lui tout de même à boire », dit mon père."


              • Francis V. 12 septembre 22:57

                Vous pariez que ca ne changera rien et que ce professionnel de la politique vas continuer d’occuper des postes, des mandats, jusqu’a ce que les chinois viennent nous envahir ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès